Certaines idées

» Posted by on Oct 23, 2020 in Corona Circus, Echos Statiques, self-défense | 0 comments

Certaines idées

 

                                               Certaines idées

Certaines idées nous viennent lorsque l’on n’a rien à faire. Que nous sommes seuls et que nous devons improviser. Pour le pire comme pour le meilleur. 

 

Tout dépend de notre entraînement au dé comme aux idées. De notre environnement mais aussi de notre tempérament. Certaines personnes sont très mobiles surtout verbalement. D’autres ont régulièrement besoin de bouger et de changer. Il y a celles et ceux qui considèrent que, de toute façon, ils ne valent rien, et que par conséquent, tout ce qui se présente devant eux est bon à prendre. Absolument tout.

 

Il reste  les muets et  les effacés, que l’on oublie souvent, et qui peuvent faire partie des plus enragés dès qu’ils s’accrochent à une idée.

 

On dit que ces idées sont venues comme ça mais c’est souvent faux. Les idées sont souvent là. Telles des connaissances et des silhouettes endormies plus ou moins proches que l’on décide un jour de réveiller ou d’aller voir de plus près. C’est notre côté belle au bois dormant sauf que notre vie peut très vite ressembler à un dessin abîmé.

 

 Il y a les idées dominantes et celles qui se font plus discrètes. Il y a celles qui nous obsèdent pendant une période donnée et celles que l’on délaisse ensuite complètement pour d’autres que l’on avait pu même mépriser à une époque.

 

Cependant, quelles qu’elles soient, toutes ces idées,  passent leur temps à nous étudier.  Elles n’ont que ça à faire. Se frotter contre les barreaux et le barillet de notre cerveau. Attendre le moment où nous allons appuyer sur la détente qui va les libérer et nous, nous enfermer un peu plus, ou, au contraire, nous ouvrir un peu plus la bouche d’émerveillement.

 

 

Près de l’Opéra Garnier

 

 

Ce jeudi matin, près de l’Opéra Garnier, c’est en attendant à la station de bus que j’ai décidé de me rendre au procès des attentats de Charlie Hebdo et L’Hyper Cacher, mais aussi de l’assassinat de la policière Clarissa Jean-Philippe.

 

J’avais deux bonnes heures devant moi avant une projection de presse. Et cela faisait déjà quelques jours que je pensais à  aller au tribunal de grande instance. Avant même que ne soit assassiné le professeur d’histoire géo Samuel Paty, par un terroriste islamiste. C’était le vendredi 16 octobre 2020 dernier à Conflans Ste Honorine, une ville de banlieue parisienne que je connais un peu.

 

J’étais peut-être au lycée, ou au collège, la première fois que je suis allé assister avec ma classe et un de mes professeurs à un jugement. C’était au tribunal de Nanterre. Un adulte, retardé mental, assez grand, avait été jugé pour avoir, une fois de plus, montré son intimité à une petite fille. Au tribunal, cet homme avait peur.

 

Plus tard, c’était pour voir plaider le grand frère d’un collègue au tribunal de la Cité. Je m’étais dit ensuite que j’y retournerais. Mais je ne l’avais pas fait. C’était au début des années 2000. Aujourd’hui, on dirait presque que tout allait bien ou mieux en France à cette époque. Alors qu’en ce « temps-là », on faisait aussi la tête.

 

La France divisée face à Charlie Hebdo :

 

 

Aujourd’hui, la France semble divisée en cinq voire en six face aux attentats et à l’intégrisme islamistes. Mais aussi face à Charlie Hebdo.

 

D’un côté, il y a certains « croyants » qui considèrent que le Religieux, l’idée qu’ils se font et ont du Religieux, est si sacré que blasphémer, faire des caricatures de leur Religion et de leur Dieu, c’est les violer, les insulter et les mépriser. Et que cela « justifie » la torture et la peine de mort.

 

Je me suis déja demandé si, pour certains, Charlie Hebdo est  perçu comme l’équivalent d’un journal de propagande colonialiste. Un peu comme si « La » France colonialiste, ou plutôt l’ex-grande puissance colonialiste, qui a pu dans le passé, et peut mépriser certaines fois l’Islam et les musulmans, continuait de les insulter au travers de ces dessins et de ces caricatures de Charlie Hebdo.

 

Un peu comme si la France politique et militaire actuelle s’affichait au travers des caricatures et des dessins de Charlie Hebdo. Et que l’humour de Charlie Hebdo se confondait avec le passé colonial de la France mais aussi avec sa politique étrangère.

 

Alors que, dans les faits, Charlie Hebdo est un journal indépendant, anti-impérialiste et anticolonialiste!

 

Par contre, il est vrai que Charlie Hebdo est un journal français. Et qu’à défaut de pouvoir s’en prendre directement à l’Etat français et à une armée française entraînée,  il est plus facile de toucher la France en s’en prenant à des Français sans armes. Le principe étant sans doute «  à la guerre comme à la guerre » ou « œil pour œil, dent pour dent ». La priorité étant de tuer, de faire mal et de faire peur coûte que coûte par tous les moyens.

 

Les attentats islamistes font partie de ces moyens.

 

Devant ces attentats, il y a celles et ceux qui affirment et rappellent que la France est un pays où la liberté, l’égalité, la fraternité, la laïcité  (la démocratie) et donc le droit au blasphème et aux caricatures, priment. Mais c’est peut-être un dialogue de sourds :

 

Pendant que certains parlent de liberté, égalité, fraternité, laïcité ( et démocratie), d’autres préparent des attentats et les « réalisent » dès qu’ils le peuvent.

 

La peur et le trouble idéologique mais aussi économique : Une ambiance particulière

 

Ce qui convient aux stratèges- en France et ailleurs- qui comptent bien profiter de la peur et du trouble idéologique actuel pour prendre le Pouvoir politique, idéologique et économique. Je pense au moins à la Chine qui continue de grignoter le monde économiquement pendant ce temps. Mais il y a d’autres pays, auxquels on ne pense pas forcément en ce moment, qui continuent d’évoluer. Pendant qu’en France, on continue en quelque sorte de se « niquer entre nous » (de se détruire et de s’autodétruire). Au point qu’une guerre civile poindra peut-être son vrai visage un de ces jours. Et ce visage sera encore plus moche que ce que nous avons déja connus ces dernières années.

 

Je ne le souhaite pas.

 

Et une guerre civile ne signifie pas que Toute la France serait touchée. Mais avec la pandémie du covid, la crise sociale et économique, les attentats islamistes et les embrouilles politique, on ne sait plus toujours où tourner la tête. Et, l’on peut envisager qu’un jour, un incident a priori anodin, par accumulation, fasse « guerre civile ».

 

Pensons par exemple à cette nouvelle façon, depuis environ deux mois, après le déconfinement,  aux nouvelles techniques des contrôleurs de titres de transports de la SNCF :

 

Débarquer, habillés en civils.  Comme s’ils prenaient d’assaut les passagers.

Clamer « Contrôle des titres de transport, s’il vous plait ! ».

Montrer leur brassard fluorescent (jaune ou orange) de contrôleur comme s’ils étaient policiers ou douaniers et que nous sommes avant tout des suspects ou des trafiquants avant d’être des passagers en règle.

 

Pensons aussi à toutes ces nouvelles mesures de prévention anti-Covid :

 

Le couvre-feu qui impose pour au moins quatre semaines de rester chez soi ou sur son lieu de travail de 21h à 6h sauf motif valable et justifiable. Couvre-feu qui impose aussi au moins aux restaurants et aux bars de connaître à nouveau une période de fermeture, très dure pour leur économie.

 

Le couvre-feu actuel- pour raisons sanitaires- se comprend bien-sûr. Mais….

Peut-être qu’un jour, une personne lambda, usée par tout ce climat, va très mal supporter un énième contrôle approximatif ou indélicat; une énième restriction ou remarque et que, par effet « domino », cela va « dégénérer » et déboucher sur un grave trouble de l’ordre public.

 

Savoir se situer devant un programme pédagogique particulier :

 

 

Dans ce contexte, il est peut être d’autant plus difficile de savoir où se situer par rapport aux caricatures de Charlie Hebdo. Puisque nous vivons une période troublée. Nous ne savons pas quand nous allons sortir de cette pandémie du Covid. Des attentats. La planète va mal. Economiquement, c’est très dur. Alors, le sujet de  Charlie Hebdo et ses caricatures peut aussi passer pour anecdotique et secondaire.

 

Pour celles et ceux qui croient que moins de caricatures et moins de blasphèmes suffiraient à apaiser le climat terroriste d’inspiration islamiste, on peut rappeler ceci à propos de l’assassinat de Samuel Paty :

 

Le projet de son assassin a été de le décapiter.

 

Il se raconte que le problème, c’est le blasphème et les caricatures. Mais l’assassin a tué quelqu’un, un enseignant, qu’il ne pouvait pas remplacer à son poste.

 

La compétence de Samuel Paty, ainsi que sa formation, son projet, en plus d’être une personne, c’était de transmettre un Savoir, une réflexion. Un Savoir et une réflexion qui a, entre-autres,  consisté à parler et montrer des caricatures de Charlie Hebdo.

 

Samuel Paty était une personne en plus d’être Charlie Hebdo

 

Pourtant, en quelques minutes, un  « inconnu » qui n’a sans doute jamais donné un seul cours d’histoire géo de sa vie, est venu imposer  au couteau de cuisine son projet « pédagogique ». Projet qui, lui, a consisté à décider que les compétences pédagogiques de Samuel Paty étaient condamnables et méritaient la décapitation. Un peu comme si, demain, un inconnu considérait que vous parlez mal à vos parents. Parce que vous leur faites des mauvaises blagues en leur montrant des dessins pas drôles.  Et que, de ce fait, il (cet inconnu) avait donc le droit de venir vous décapiter à la sortie de votre travail.

 

Donc, lorsque vous faites des « mauvaises » blagues, où que vous soyez, si ça se sait,  vous devez accepter que n’importe qui, en « représailles »,  peut venir vous découper.

 

C’est ça, le programme pédagogique islamiste si l’on regarde l’assassinat de Samuel Paty.

 

 

L’autre particularité de cet assassinat qui m’a marqué, concerne l’argent.

 

Samuel Paty aurait été, au moins selon son assassin, un être sacrilège qui méritait la mort. L’assassin a donc eu la conviction d’être, lui, une personne moralement irréprochable.

Une personne si moralement irréprochable qu’elle donne de l’argent à des jeunes pour qu’ils lui désignent – ou lui dénoncent- Samuel Paty. Pour «  300 euros » que ces jeunes (ils étaient cinq apparemment) se seraient partagés. Etre « pur » et se servir de l’argent pour « appâter » des jeunes?  ça fait penser à une forme de corruption de la jeunesse.

 

En plus, cette histoire d’argent rappelle aussi l’histoire de Judas qui trahit Jésus.

 

Même si on n’aime pas les caricatures de Charlie Hebdo, on a le droit de ne pas les aimer, il suffit de 300 euros pour tuer quelqu’un ?

 

Notre vie vaut 300 euros ?

 

Donc, on passe plusieurs années de notre vie- voire toute notre vie- à essayer de devenir quelqu’un ou quelque chose. Et un inconnu décide de son côté de nous apprendre que notre vie va s’arrêter pour 300 euros parce-que l’on a montré des dessins….

Et, il y a des gens qui vont répondre :

 

 « C’est comme ça ! Il fallait arrêter de provoquer ! Tu cherches, tu trouves ! » (sous-entendu : tu cherches les ennuis, tu trouves la mort. Il ne faut pas t’étonner !).

 

Cependant, il y a un troisième aspect dans l’assassinat de Samuel Paty que je refoule pour l’instant parce-que, pour le peu que j’ai lu à son sujet, je n’ai rien trouvé à ce propos. Et j’ai envie de croire que cela n’a rien à voir avec son assassinat horrible : 

Le prénom “Samuel” peut faire penser à des origines juives. Spontanément, lorsque j’entends que quelqu’un s’appelle “Samuel”, je ne me demande pas s’il est juif ou non. Je n’ai rien contre les juifs. Et je n’ai rien non plus contre les musulmans. Mais peut-être que parmi ses détracteurs, assassin inclus, il s’est trouvé quelqu’un qui, en plus de lui reprocher d’avoir montré – et parlé- des caricatures de Charlie Hebdo a pu supposer qu’il était juif ou voire le lui reprocher. 

J’espère donc que ce crime n’est pas, en plus, un crime antisémite…. 

 

 

A l’opposé, Il y a celles et ceux qui sont contents d’expliquer que le problème, en France, depuis toujours, de toute façon, vient des immigrés, des musulmans, des noirs et des arabes. Ou des juifs. Donc, tous ces attentats islamistes « arrangent » celles et ceux qui pensent que le problème, en France, « depuis toujours, de toute façon, vient des immigrés, des musulmans, des noirs et des arabes. Ou des juifs ». Et par « arabes », ils pensent : Toute personne qui vient du Moyen-Orient comme du Maghreb. Toute personne qui n’a pas le type caucasien.

 

 

Au milieu de tout ça, quelque part en France,  il y a toutes les victimes passées et actuelles des attentats et des crimes terroristes, décédées, blessées, mais aussi leur famille. Et les futures victimes.  

 

On peut rester vivant et être victime. Si l’on passe sa vie à avoir peur au moindre geste que l’on fait, au moindre bruit que l’on entend et au moindre regard que l’on suscite. Et, cette peur, on la transmettra autour de soi.

 

 Dans le bus :

 

Dans le bus qui m’a rapproché du tribunal de grande instance, j’ai fait peur à une femme qui dormait lorsque je suis venu m’asseoir à côté d’elle. Elle a peut-être eu peur tout simplement parce-que je l’ai surprise et que j’étais un inconnu.

 

Elle a peut-être eu peur parce qu’en se réveillant, son regard est tombé sur moi qui portais, comme tous les passagers, mon masque chirurgical anti-covid.

 

C’est sûrement une coïncidence. Mais il a fallu que ce soit ce matin-là en particulier, alors que je me rendais pour la première fois au procès des attentats de Charlie Hebdo, de L’hyper-cacher de Vincennes et de l’assassinat de Clarissa Jean-Philippe, que je fasse ainsi peur à une femme, dans les transports en commun.

 

Le plus « drôle », c’est que j’ai même pensé un moment que je la connaissais : 

Elle ressemblait un peu à une ancienne collègue.

 

J’ai présenté mes excuses à cette femme, sous le regard amusé d’un autre passager non loin de là, pour lui avoir fait peur. Elle m’a rapidement répondu que ce n’était pas grave et qu’il n’y avait aucun problème. Nous avons ensuite continué notre trajet côte à côte.

 

Cela m’a fait d’autant plus de bien, quelques stations plus loin, lorsqu’une maman est montée dans le bus avec sa fille dans une poussette. La petite devait avoir à peine deux ans. Souriante, elle s’est aussi très vite manifestée, criant, pleurant, embarrassant sa mère, et s’agitant un peu. Même une fois posée contre sa maman. Elle voulait peut-être se promener à quatre pattes dans le bus en mouvement. Ce qui était bien-sûr inconcevable.

 

 

Lorsque nous sommes arrivés près de l’hôpital Bichat, je suis descendu du bus. Puis, j’ai marché jusqu’au nouveau tribunal de grande instance. Ainsi que jusqu’à mes prochaines idées. Lesquelles, on le sait maintenant, me suivaient sûrement pas à pas depuis un certain temps…

 

 

A l’arrière plan, le nouveau tribunal de grande instance.

 

 

 

Franck Unimon, ce vendredi 23 octobre 2020.

0 Comments

Trackbacks/Pingbacks

  1. Transmettre une histoire | Balistique du quotidien - […] : cet article est la suite de Certaines idées. Lequel était la suite […]
  2. Transmettre une histoire | Urban Tracks - […] : cet article est la suite de Certaines idées. Lequel était la suite […]

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>