Posts made in mars, 2020

Cette nuit : enterrement du mois de mars 2020 en beauté

»Posted by on Mar 31, 2020 in Argenteuil, Corona Circus, Voyage | 0 comments

Cette nuit : enterrement du mois de mars 2020 en beauté

 

                                                  Cette nuit

Cette nuit, j’ai dû prendre ma voiture pour aller au travail. Je me suis un peu trop relâché hier soir quant aux horaires et j’ai raté le train. Le suivant arrivait une heure plus tard. Impossible de l’attendre pour être à l’heure au travail.

 

C’était une Première pour moi que de devoir prendre ma voiture pour aller au travail sur Paris.

Ce matin, je suis un peu fatigué. Mais ça n’est pas encore mon heure d’aller me coucher. 

En rentrant tout à l’heure, j’avais prévu de « publier » quelques photos de Tags ou de graffitis pris en photo ces dernières semaines et ces derniers mois jusqu’à ce matin en me rendant au travail ou en revenant. Et puis, finalement, pourquoi se limiter ? Cela fait des années que je n’aime pas le mois de mars. Je le trouve trop long. Je n’aime pas cette période. Je vais enterrer ce mois de mars-ci en beauté. Ce sera un peu mon ” We’re gonna chase those crazy baldhead out of town” ( Titre ” Crazy Baldhead” de Bob Marley). En créole guadeloupéen, on dirait :

” Nou Kay Krazé Sa !”. ” Fouté Sa An Bwa !”. 

 

Voici donc quelques photos prises entre le mois de Janvier de cette année et ce matin en allant au travail ou en en revenant ou ailleurs ( avant le 16 mars 2020) .

Ce ne sont pas des photos du périphérique. Ce sont des photos choisies en écoutant l’album Live de 1991 de Manu Dibango et le titre Crazy Baldhead de Bob Marley en studio ainsi qu’en concert.

Si certaines de ces photos reviennent plusieurs fois, c’est parce-que je n’ai pas voulu choisir entre l’une ou l’autre. On revient bien plusieurs fois aux endroits que l’on aime bien.

 

Merci aux artistes ! Merci aux personnes présentes.

Photos prises à Argenteuil, dans la région d’Angers et à Paris.

Franck Unimon, ce mardi 31 mars 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au conservatoire d’Argenteuil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette galette s’appelle la ” Peggy”.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le danseur Dany ( ou Dani).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

read more

Scène (s) à Rio 3

»Posted by on Mar 29, 2020 in Scène (s) à Rio | 0 comments

Scène (s) à Rio 3

 

                                                 Kolé Séré

 

Un couple : une femme blanche et un homme noir.

On les découvre dans leur appartement ( ou dans leur chambre d’hôtel après leur première nuit de lune de miel). Madame est réveillée au son du djembé que Monsieur joue très mal au pied du lit. Mme se plaint doucement du tapage. Monsieur est très militant à propos de ses racines. On découvre la décoration de l’appartement : des souvenirs divers de l’esclavage, des formules en créole du genre «  La Vi Sé on Konba, Si nou Moli nou Mo ! ».

Devant les plaintes polies de Madame, Monsieur clame :

« Quoi, je suis noir, qu’est-qu’il y’a ?! ». Monsieur est assez virulent mais sa virulence a quelque chose d’inoffensif voire de ridicule. On perçoit bien que Monsieur est bien plus gentil qu’il veut le croire lui-même.

 

S’ensuit une « conversation » échevelée entre Monsieur et Madame au cours de laquelle, Monsieur soupçonne/accuse Madame d’avoir sûrement une part de responsabilité dans l’esclavage de ses ancêtres avec ses yeux verts ( ou bleus) et le fait qu’elle soit blonde ( ou tout simplement blanche). Madame se défend patiemment. On comprend que Monsieur assaisonne leur foyer de références liées à sa culture d’origine et à son Histoire. Musique antillaise, palmiers, nourriture des Antilles, igname au petit déjeuner….

 

Lorsque Monsieur tombe sur un pot de mayonnaise – caché- dans l’appartement, il « s’emporte » et part dans une tirade/diatribe contre ce « condiment des blancs » et revendique la suprématie du piment oiseau.

 

Après cette première scène d’exposition, on voit séparément Madame et Monsieur, séparément, face caméra, comme lors des téléréalités qui s’expriment librement et répondent aux questions d’une sorte de psychologue qui reste hors-champ ( L…) à propos de leurs problèmes de couple. Thérapie de couple ou télé-réalité, on hésite. Toujours est-il qu’à la fin de cette histoire, radieux, le couple nous apprendra, face caméra, en se tenant la main, qu’il attend un heureux événement.

 

Franck Unimon

 

read more

Scène (s) à Rio 2

»Posted by on Mar 29, 2020 in Scène (s) à Rio | 0 comments

Scène (s) à Rio 2

 

L’histoire de Paul Scolopendre et son enfant/fils

 

 

Première scène : musique « Sensuelle »  de Ludo. Gros plan sur mon visage et, en particulier, sur mes lunettes jaunes que je porte. On voit que je remue la tête en rythme. Au rythme du zouk du titre de Ludo. Je dois avoir l’allure du dragueur des tropiques telle qu’on peut se l’imaginer.

 

Deuxième scène : on élargit le champs et on s’aperçoit que je suis sur le quai d’une gare. Type gare d’Argenteuil mais cela peut être ailleurs. Peut-être filmer cette scène au mois d’aout lorsqu’il y’aura moins de monde. Soit tôt le matin ou tard le soir.

La musique de Ludo continue de se faire entendre et l’on m’aperçoit toujours qui dandine de la tête. Je suis habillé comme un cadre moyen. J’attends le train.

Je tourne la tête dans la direction d’une jeune femme sur le quai qui attend aussi le train.

 

La jeune femme n’est vraiment pas à son avantage physiquement. Donc, l’enlaidir un maximum.

 

Pourtant, mon personnage (Paul Scolopendre) la voit autrement. Alors que l’on continue d’entendre le titre de Ludo, on voit comment je la vois/ comment je nous vois elle et moi.

 

Scène suivante : voici ce que Paul Scolopendre voit lorsqu’il regarde cette jeune femme.

La jeune femme danse avec lui un zouk sensuel. Lui a toujours ses lunettes jaunes, a un air très sérieux, le menton relevé, il a plus tendance à regarder en l’air tandis que la jeune femme, en jupe, cheveux longs lâchés, bien maquillée, danse contre lui façon shakira, assez déchainée. Plusieurs fois, elle fait tourner sa tête de droite à gauche, et, en passant « gifle » le visage de Paul Scolopendre avec ses longs cheveux. En dépit de l’attitude de la jeune femme, Paul Scolopendre continue de danser en restant sérieux, assez raide dans ses déplacements finalement. Et, on finira par s’apercevoir qu’il porte une paire de palmes jaunes et noires (de plongeur) aux pieds tandis qu’il danse avec « Shakira» sur le quai.

 

Franck Unimon

 

read more

Scène(s) à Rio 1

»Posted by on Mar 29, 2020 in Scène (s) à Rio | 0 comments

Scène(s) à Rio 1

 

                                                    LOA

 

 

Un homme est dans une enceinte commerciale. Il s’apprête à contracter un crédit afin d’acquérir un bien de consommation ridicule ( quoiqu’à la mode) au moment des soldes. Cet article peut être une feuille de papier que l’on se met autour du cou ou un vulgaire bout de pâte à modeler avec lequel avec lequel on se promène en le portant dans le creux de sa main.

Cet article est-il très cher ou a-t’il un prix dérisoire ? Toujours est-il que notre homme n’a pas les moyens de se l’acheter ou de l’acheter pour l’offrir à sa compagne.

 

L’enceinte commerciale où il se trouve lui propose de bénéficier d’un crédit moyennant la constitution d’un dossier afin de voir, s’il peut prétendre à ce crédit.

 

La constitution de ce dossier aboutit à un entretien entre un employé quelque peu rigide- mais aussi assez intrusif- de cette enceinte commerciale et notre homme qui doit répondre à des question très personnelles en vue de peut-être obtenir le dit-crédit, six mois après la constitution du dit-dossier.

 

Exemples de question :

 

A quand remontent vos derniers rapports sexuels ?

Trompez-vous votre femme ?

La date de vos dernières règles ?

Etes-vous un menteur ?

 

 

Franck Unimon.

read more

Le sacrifice

»Posted by on Mar 28, 2020 in Corona Circus, Crédibilité | 0 comments

Le sacrifice

 

                                                    Le Sacrifice

Pour la première fois hier soir et encore un peu plus, il y a quelques heures, j’ai remis de l’humour dans mes articles. Oui, je crois que je peux concevoir de l’humour. Et, quelques fois, d’autres personnes le croient aussi.

 

Depuis la première allocution du Président concernant l’épidémie (c’est étonnant, je n’ai déjà plus envie de citer le nom du Président ni même de l’appeler «  Général »), j’ai en effet transféré ce que je prends pour de l’humour dans un de mes articles intitulé Je l’aimerais peut-être. Article plus drôle que l’article Ce serait facile que j’avais écrit hier matin et que j’avais renoncé, pour l’instant, à publier. Car je m’étais dit que cet article, Ce serait facile,  n’était vraiment pas drôle.

Mon article Contrainte et motivation écrit auparavant et par contre, lui, publié sur mon blog, n’était pas particulièrement drôle non plus, je pense.

 

Donc, hier soir, j’ai commencé à me dire que ce serait bien, mieux, de respirer après ces articles que j’écris depuis bientôt dix jours ou un peu plus. Car, oui, depuis la première allocution du Président de la République (même le mot «  République » me dérange), j’avais perdu la notion du temps. J’avais oublié la date de l’allocution : Le 16 mars 2020. Il y a 11 jours. 11 jours pour changer d’époque. Et de vie.

 

Enfin, depuis hier ou avant hier, je commençais, je crois, à m’adapter. J’ai acheté plusieurs journaux avant hier afin de lire ce qui se dit et ce qui se passe dans le monde à la fois concernant l’épidémie. Mais aussi pour sortir la tête du chaudron. Et ça a marché, d’acheter ces journaux, de commencer à les lire ( Les Echos, The Times, El Pais, Le Parisien, Le Monde, Le Canard Enchaîné d’autres….j’en ai eu pour près de 30 euros de journaux papier. Non, non, les journaux ne se vendent pas tant que ça m’avait-il été répondu : « Entre choisir de sortir pour faire des courses ou venir acheter le journal, les gens préfèrent aller faire des courses » m’avait-il été expliqué. Par contre, toujours pas de trace du journal El Watan). 

Ce matin, j’ai aussi changé la chambre à air de la roue arrière de mon vélo. Je ne crois pas que le Tour de France acceptera de me prendre comme préparateur de vélos mais je suis néanmoins arrivé à rendre mon vélo de nouveau utilisable.

Des pompiers effectuant un Footing hier ou ce matin près des Galeries Lafayette.

 

Ensuite, je suis allé faire quelques courses- dont du thé Matcha- à propos duquel j’ai lu beaucoup de bien pour la santé en me disant que je n’aurai plus de raison de sortir pendant tout le week-end jusqu’à ma reprise du travail, ce lundi.

 

Mais, dans ma tête, ça a changé depuis moins d’une heure. Il a suffi d’un message laissé sur mon téléphone portable cette après-midi alors que je me reposais de ma nuit. Pour l’instant, je n’en n’ai pas parlé à ma compagne. Je la crois plus inquiète que moi vis-à-vis de ce qui se passe.

 

Dans ce message, mon ancien collègue infirmier qui est maintenant « faisant fonction de cadre infirmier » m’explique qu’il a reçu de nouvelles informations. Qu’il aimerait m’en parler. J’ai compris en écoutant qu’il est question soit d’aller remplacer de jour dans mon service ( je travaille de nuit) ou d’aller dans un service «  Covid » de l’hôpital qui m’emploie : Certains patients porteurs de troubles psychiatriques ont contracté le virus. Et, bien-sûr, il convient de les surveiller d’une façon particulière en raison du risque médical et vital. Jusque là, rien d’étonnant au vu des « événements».

 

 

Sauf que ma compagne étant aussi infirmière, elle est aussi susceptible que moi d’être sollicitée pour les mêmes raisons. Et que, elle comme moi, sommes un petit peu au courant…du manque de matériel de protection pour les soignants (masques, tenues, gel hydro-alcoolique….). Puisque nous sommes directement concernés.

 

Dans le journal Les Echos de ce jeudi 26 mars 2020, on apprend par exemple dans l’article  Comment la Chine est parvenue à produire 110 millions de masques par jour ( page 8, signé F.S pour Frédéric Schaeffer sans doute) que des milliers d’entreprises chinoises produisent des masques, y compris des entreprises ( tant publiques que privées), qui, initialement, étaient sur d’autres secteurs ( automobile, électronique etc…). L’article se conclut ainsi : « A lui seul, BYD produit 5 millions de masques par jour. Cinq fois plus que la France ».

 

Sur la même page de Les Echos, Guillèn del Barrio, un infirmier urgentiste à Madrid, déclare dans l’article de Cécile Thibaud :

 

«  A Madrid, nous manquons de lits, de matériel, de personnel, de tout…. ».

Nous apprenons aussi dans cet article que : « Avec 3.434 décès depuis le début de l’épidémie, le pays compte déjà plus de victimes mortelles que la Chine ( 3.281 selon les chiffres de Pékin).

 

Dans le même journal, à la même date, toujours, on peut apprendre néanmoins que la France, pour l’instant, gère (bien) mieux l’épidémie que les Etats-Unis  ( article Les Etats-Unis, prochain épicentre de la pandémie mondiale, article de Virginie Robert, page 7.

 

Les Etats-Unis ont mal géré l’épidémie,  d’abord, nous explique Les Echos parce qu’il y a encore un mois, le Président américain Donald Trump «  dédramatisant les risques de l’épidémie, demandait seulement au Congrès….2,5 milliards de dollars, pour acheter des équipements de protection et surveiller la progression du virus » ( article Washington déploie l’artillerie lourde pour sauver son économie de Véronique Billon, page 6, Les Echos du jeudi 26 mars 2020).

 

Sauf que, poursuit le même article «  Les Etats-Unis sont devenus entre-temps le troisième foyer mondial de l’épidémie de coronavirus derrière la Chine et l’Italie, avec plus de 55.000 cas de contamination, et plus de 800 décès, selon le décompte de l’université Johns Hopkins ».

 

 

Ensuite, la France offre une « assurance-santé quasi gratuite alors qu’elle est liée à l’emploi aux Etats-Unis » (propos de Roland Lescure, député ( LREM) des Français d’Amérique du Nord, président de la commission des Affaires économiques dans l’article intitulé Quand on est dans la tranchée, on ne s’interroge pas sur le coût des munitions, signé V.L.B, page 7 toujours dans Les Echos de ce jeudi 26 mars 2020.

 

« Avant même d’en mesurer les conséquences, le modèle social made in USA en lui-même aura participé à la profondeur de la crise : Un quart des salariés ne bénéficient d’aucun congé maladie payé et même un sur deux dans les métiers les moins rémunérés (….) quel choix, dès lors, avait un salarié légèrement fiévreux travaillant dans un hôtel, un restaurant ou un supermarché ? » (article coronavirus : un «  stresse test » pour le modèle social américain, de Véronique Le Billon, page 9 Les Echos  du jeudi 26 mars 2020.

 

Autre handicap des Etats-Unis pour gérer l’épidémie comparativement à la France, toujours dans le même article :

 

« Vu de l’extérieur, il n’y a qu’un président aux Etats-Unis- Donald Trump. Mais, en réalité, cinquante gouverneurs décident chacun du degré de confinement dans leur Etat, sans beaucoup de concertation. Avec un Donald Trump alternant déni, prise de conscience et optimisme démesuré, l’absence de cap clair aggrave aussi la crise et le « chacun pour soi ».

 

Le « Chacun pour soi », ça peut donner ça (à nouveau, l’article Les Etats-Unis, prochain épicentre de la pandémie mondiale) :

 

« A Manhattan, l’argent fait plus que jamais la différence pour se procurer au marché noir des masques vendus à prix d’or ou carrément des appareils de ventilation ( s’ils en trouvent) que les plus riches gardent sous le coude, au cas où, rapportent des résident effarés ».

 

 

Néanmoins, les Etats-Unis ont réussi à adopter un plan de sauvetage de «  2.000 milliards de dollars » dont « 100 milliards » sont destinés aux « hôpitaux » et aux « prestataires de soins » ( article Prêts, chèques et allégements de charges : un plan hors normes de V.L.B et N.Ra, page 6 de Les Echos de ce jeudi 26 mars 2020).

 

 

La France aussi fait des efforts avec de moindres moyens financiers. « 100 milliards de dollars » aux Etats-Unis pour les hôpitaux et les prestataires de soins ? J’ai oublié ce que le gouvernement français avait proposé ou a proposé en termes d’aide financière pour les hôpitaux. Dans les 300 millions d’euros ou quelque chose comme ça, non ?

 

 

De notre côté, en France, le « chacun pour soi » a aussi commencé. Hier matin en rentrant, j’étais à peine descendu du train dans ma ville que deux ou trois hommes commençaient déjà à entrer. J’ai dû un peu m’imposer. Il y avait pourtant largement le temps, et la place dans la voiture, pour me laisser sortir. Même s’il peut y avoir du meilleur chez l’être humain, devant ce comportement,  je me suis demandé ce que ça allait donner après deux ou trois semaines de couvre-feu et de confinement.

 

 Un peu plus tôt, dans le service, deux de mes collègues du matin étaient en colère :

Dans la rue, on pouvait voir des personnes porter un masque FFP2 alors qu’il en manquait à l’hôpital. Des stocks de masques et de gel hydro-alcoolique auraient été volés dans des hôpitaux.

Un de mes collègues a affirmé que dans d’autres services de psychiatrie, le personnel était fourni en tenues, alors que nous, nous n’en n’avions plus et devions nous contenter de masques chirurgicaux. Il fallait savoir ! Il y a encore peu, en raison de suspicion de coronavirus, nous devions tous porter dans le service une tenue et porter un masque. Et, maintenant, on nous disait que cela n’était plus nécessaire de porter une tenue. Parce qu’il en manquait ?! Ou parce-que cela n’était plus nécessaire?! 

 

De nuit, dans mon service, en ce moment, quatre collègues sont en arrêt de travail.

Ce matin, une aide-soignante intérimaire déjà venue travailler dans notre service est revenue. Les hôpitaux et les établissements de santé (tant publics que privés) font appel à du personnel intérimaire ou vacataire depuis au moins trente ans. Ce n’est donc pas une nouveauté. J’ai aussi été intérimaire et vacataire. Et, j’avais même entendu dire que sans ce personnel intérimaire ou vacataire, bien des établissements de santé ne pourraient pas tenir. Ceci pour souligner que la pénurie de personnel soignant qui s’est accentuée ces dix dernières années – en décidant de ne pas remplacer le personnel parti ou convalescent, ou en supprimant des postes- a, à mon avis, amplifié une pénurie qui était déjà persistante dans les murs des établissements de soins.  Un peu comme un incendie à combustion lente.

Et ces choix «  très avisés » de gestion de personnel, de locaux, de façon de soigner et de planning éclaboussent en premier lieu les soignants qui sont dans les services et qui doivent « assurer » en servant de contre-feu.

 

On peut se dire que le fait de devoir dépendre de personnel intérimaire, donc particulièrement « itinérant », est une incohérence supplémentaire dans la gestion de la crise sanitaire actuelle. J’ai préféré voir « dans » cette collègue intérimaire la possibilité de savoir comment ça se passait dans un autre service de l’hôpital : Celle-ci m’a appris avoir effectué une mission récemment dans un service d’hospitalisation psychiatrique adulte où il n y avait pas assez de matériel de protection pour tous les soignants. J’en ai donc déduit- si comme un de mes collègues l’a affirmé, certains services de l’hôpital sont bien équipés en matériel de protection- que tous les services de notre hôpital ne bénéficient pas, de manière égale, des mêmes moyens de protection en masques, tenues, gels hydro-alcooliques etc….

 

 

Ce qui nous amène un peu plus au sujet de cet article. Il y a une heure maintenant, je suis allé souhaiter une bonne nuit à ma fille. Pour la première fois depuis les mesures relatives au couvre-feu et au confinement débutées il y a une dizaine de jours, je l’ai regardée différemment. Alors que ma fille me parlait et me souriait, et m’interrogeait sur le soleil, les étoiles, le carburant, comment ça se fabrique… mon cerveau se dédoublait. S’il est assez fréquent d’entendre que les hommes ne peuvent pas faire deux choses en même temps contrairement aux femmes, cela est faux pour les hommes qui sont pères, éducateurs ou se sentent responsables de quelqu’un d’autre.

 

Je n’ai pas particulièrement peur, pour l’instant, de mourir du coronavirus en allant au travail. Par contre, l’idée que ma fille soit exposée à la perte d’un ou de ses deux parents en raison d’un manque de matériel de protection alors même que « l’on » nous demande d’aller au casse-pipe ne passe pas. Ça ne passe pas. On peut me parler de «  héros de la Nation », de médaille, de nom de rue, de Panthéon, des « honneurs de la France » et de tout ce que l’on veut. Je ne prends pas. A la place de «  Héros de la Nation », j’entends plutôt les termes de «  Couillon de la Nation » si je décède ou que ma compagne décède parce-que nous aurons été mis en contact du coronavirus par manque de matériel. Du fait de mauvais choix répétés depuis des années concernant la façon de gérer les hôpitaux ainsi que le personnel soignant.

 

Par ailleurs, je n’ai pas été étonné d’apprendre que des soignants avaient été ostracisés car leur voisinage craignait qu’ils ne propagent l’épidémie.

Après l’épidémie, je suis curieux de voir ce que l’on nous dira à propos de notre fille quand elle retournera à l’école. Devra-t’elle observer une quarantaine supplémentaire par rapport aux autres enfants ? Sera-elle suspectée de pouvoir contaminer l’école ?

Et, même nous, les « héros ». On veut des héros qui se sacrifient pour nous. Ensuite, si les conditions sont réunies, et qu’on le souhaite, et aussi selon certains critères, on en choisira quelques unes ou quelques uns que l’on remerciera publiquement. Ou on permettra peut-être à leurs cadavres d’être enterrés avec des honneurs qui lui étaient interdits de leur vivant où leur statut était à peu près équivalent à celui d’un ver. On assurera à leurs proches ou à leurs descendants ” toute la reconnaissance” que la Nation leur porte. 

 

Mais il y a néanmoins des bonnes nouvelles. Dans le journal Les Echos de ce 26 mars que j’ai abondamment cité, il y a plusieurs articles où des personnes louent le numérique, la très haute capacité d’adaptation des Start-Up et les vertus de l’informatique, du télétravail, de la « communication » etc…que toutes les nouvelles technologies permettent. Puisqu’elles permettent de continuer de travailler, de s’adapter et de rester confinés.

 

Je ne conteste pas ces atouts. Sauf que ce sont- aussi- des personnes férues des nouvelles technologies, des algorithmes et des calculs en tout genre qui ont fini par être convaincues et par convaincre que l’on pouvait tout maitriser à la seconde près et s’ajuster en permanence aux événements. Cette épidémie, et d’autres catastrophes, avant et après elle, démontrent bien le contraire. Quels que soient les réels avantages que donnent les nouvelles technologies.

 

Et je suis très sceptique concernant notre monde s’il dépendait du tout numérique, du tout informatique. En cas de panne. En cas de virus informatique. En cas de piratage. En cas de désinformation. Lorsque l’on voit à quelle vitesse, et dans quelles proportions, une mauvaise information peut désormais se transmettre.

 

Il se trouve que, pour moi, notre Président actuel, mais aussi une bonne partie de celles et ceux qui l’entourent que ce soit au gouvernement ou ailleurs qui l’admirent et l’envient sont acquis depuis longtemps à cette conception qui est que le monde évolue et les technologies avec lui. Et que refuser ça, c’est avoir des difficultés «  à accepter le changement ». Je ne vois pas de changement dans le fait qu’il y a toujours des milliers voire des millions de personnes qui se font sacrifier ou se doivent de se sacrifier pour quelques uns qui restent bien à l’abri quelles que soient les conséquences de leurs actes et de leurs décisions. Et j’ai beaucoup de mal à l’idée de me sacrifier ou de devoir me sacrifier pour ce genre de personnes. On parle des irresponsables qui ne respectent pas les règles du confinement. D’accord. Mais ça ne m’empêche pas de voir qu’il y a des responsables tout autant irresponsables mais d’une autre façon concernant la façon de gérer ma vie.

 

Donc, pour moi, c’est évident : ma compagne ou moi, ira en renfort ou en remplacement dans un des services « Covid » de l’hôpital si nécessaire.  Je veux bien être celui qui ira. Mais pas nous deux.

 

 

Franck Unimon, ce vendredi 27 mars 2020.

 

 

read more