Catégories
Cinéma

Zero Dark Thirty/ Un film de Kathryn Bigelow

ZERO DARK THIRTY ( 2012) un film de Kathryn Bigelow

 

« When you lie to me I Hurt you ! Â» ( Chaque fois que tu me mentiras, je te ferais du mal !)

 

 

C’est sûrement le fait, hier, dans un de mes articles, d’avoir mentionné l’acteur Reda Kateb qui m’a amené, ce matin, au réveil, à me rappeler du film ZERO DARK THIRTY de Kathryn Bigelow. J’avais vu le film dans une grande salle de cinéma à sa sortie. Et, j’avais été étonné de tomber sur….Reda Kateb quasiment dès l’ouverture du film dans le rôle d’un terroriste que l’on torture et qui finit par lâcher une information qui permettra de retrouver Ben Laden, l’homme alors le plus recherché du monde, après les attentats du 11 septembre 2001.

 

Attentats dont je me « rappelle Â». Je sais encore oĂą je me trouvais et ce que je faisais lorsque les images des attentats du 11 septembre avaient Ă©tĂ© distribuĂ©es et redistribuĂ©es Ă  la tĂ©lĂ© :

Au travail, dans le service de pĂ©dopsychiatrie oĂą je travaillais alors avec des adolescents. Mais, Ă  cette Ă©poque, en 2001, personne ne parlait des soignants comme de « hĂ©ros de la nation Â».

 

La dernière fois que j’avais aperçu l’acteur Reda Kateb sur un écran, c’était pour le voir dans des films d’auteurs français. Et, là, dans ce complexe de cinéma parisien, sur un très grand écran, c’était dans cette très grosse production américaine réalisée par Kathryn Bigelow.

 

Kathryn Bigelow, amĂ©ricaine, est connue pour ĂŞtre une gorgone-rĂ©alisatrice de  films membrĂ©s.  RĂ©alisatrice, amĂ©ricaine et gorgone, Bigelow  a sans doute beaucoup Ă  dire sur la question du genre. Et, elle le fait en poussant ses films comme une femme pourrait se mettre debout pour pisser.

 

J’avais dĂ©jĂ  vu- et aimĂ©- plusieurs de ses autres films. Hormis Point Break ( 1991) (je n’avais pas retenu qu’elle en Ă©tait la rĂ©alisatrice)

 

 

 

 

j’avais vu Strange Days ( 1995)

 

 

 

, K-19, le piège des profondeurs ( 2002)

 

 

ou Démineurs ( 2008) au cinéma.

 

Avec ZERO DARK THIRTY, nouveau « film d’action Â», on entre cette fois dans une autre actualitĂ© politique rĂ©cente. La traque reconstituĂ©e, au cinĂ©ma, et la « fin Â» de Ben Laden.

 

 

Si ZERO DARK THIRTY m’avait plu pour sa rĂ©alisation, j’étais restĂ© très perplexe quant aux motivations morales de ce film.

RĂ©alisĂ© avant que les Etats-Unis (ou les Extra-Terrestres) ne nous « envoient Â» Donald Trump, ZERO DARK THIRTY  expĂ©die quand mĂŞme Ă  la face du Monde, que « America Rules ! Â» et que si l’on s’en prend aux Etats-Unis, on s’expose Ă  de sĂ©vères « Retaliation Â» ( reprĂ©sailles) y compris mĂ©diatiques.

 

Je ne nie pas le trauma du 11 septembre 2001 pour les AmĂ©ricains. Cela est impossible. Mais cette façon de percevoir les Etats-Unis comme l’équivalent du « berceau de l’HumanitĂ© Â» et de justifier par ailleurs toutes les atrocitĂ©s, militaires ou autres, connues ou non, rĂ©alisĂ©es par les Etats-Unis m’a semblĂ© se confondre avec les intentions du film.

 

Une très mauvaise habitude :

Je parlais de l’acte de pisser debout tout à l’heure. Et, j’ai déjà raconté cette histoire.

 

Lorsque j’étais allé voir le film en salle, pratiquement à sa sortie, j’avais commencé à prendre l’habitude, de me rendre aux toilettes en pleine séance et de laisser mon sac dans la salle.

 

Très mauvaise habitude que j’ai perdue depuis.

 

 

A mon retour dans la salle, alors que je me rapprochais de ma place, j’avais été étonné d’apercevoir deux silhouettes presque collées à l’issue de secours. Debout. Et qui attendaient ou observaient. Plutôt inquiètes à leur attitude. Et, ce n’était pas pour pisser debout contre un des murs de la salle.

 

Car, alors que je commençais Ă  me diriger vers la rangĂ©e de fauteuils oĂą se trouvaient mes affaires, un homme, en dĂ©but de rangĂ©e m’avait alors demandĂ© :

 

« Elles sont Ă  toi, ces affaires ? Â». J’avais opinĂ© de la tĂŞte.

 

Il avait repris : « Quelle bande de cons ! Si tu les avais vus ! Â». J’avais alors compris que, sitĂ´t que mes affaires avaient Ă©tĂ© dĂ©couvertes sans leur propriĂ©taire- par quelques spectateurs- que pour plusieurs d’entre eux, le film Ă©tait soudainement devenu beaucoup plus rĂ©el dans la salle que sur le très grand Ă©cran.

 

Nous étions en 2012. Plus de dix ans après les attentats du 11 septembre. Ben Laden avait été exécuté un an plus tôt par des forces spéciales américaines. C’était ce que nous racontait Zero Dark Thirty.

 

Je m’étais rassis.  Aucune Ă©quipe de dĂ©mineurs n’était venue investir la salle. Et j’avais regardĂ© la suite du film.

 

Je crois que les deux silhouettes près de la sortie de secours étaient ensuite revenues s’asseoir. Mais je ne saurais jamais de quel film elles se souviennent le mieux.

 

Aujourd’hui, ce 16 juin 2021, et depuis plusieurs mois, nous parlons certes beaucoup de la pandémie du coronavirus, de ses variants et de ses vaccins. Mais, nous savons aussi que vingt ans après Al Quaïda et Ben Laden, que d’autres terrorismes subsistent, croissent et nous inquiètent de plus en plus. Qu’il s’agisse d’un terrorisme religieux, politique, économique, climatique, ou sanitaire. Lequel a plusieurs visages et différentes façons de se manifester et de tuer. Que l’on parle de Daech, de l’extrême droite, de certaines positions catholiques intégristes, de la déforestation intensive ou d’autres pratiques devenues si courantes qu’on les oublie ou les banalise.

 

Après tout ce bla-bla en préambule, je vais regarder à nouveau ce film et je vous en reparle.

 

 

« You Belong to me ! Â» ( Tu m’appartiens/ Je fais de toi de que je veux !/ Tu es ma chose ! Â»

Quelques jours sont passés depuis que j’ai commencé à rédiger cet article. Entre-temps, la vie courante, parfois mourante, m’a éloigné du terrain de l’écriture.

 

Je me reprends en main ce matin.

 

DivinitĂ©s de la lecture ! Alors que les terrasses des restaurants sont de nouveau sorties des bâches de la pandĂ©mie du Coronavirus et que l’on peut, depuis quelques jours, marcher dans les rues Ă  visage dĂ©couvert et y « rĂ©cupĂ©rer Â» celui de son prochain ou de sa prochaine alors que l’on ne pouvait, depuis des mois, que tomber dans ses yeux.

 

Faites prospĂ©rer l’attention des lecteurs ! Et, multipliez, aussi, les cercles et les sangs de celles et ceux qui, autour, pourront et voudront bien lire ces phrases aux pleins poumons. Car, dĂ©jĂ , je « sais Â» que cet article, vautour de mon temps, sera plus long que prĂ©vu.

 

A peine dix minutes de Zero Dark Thirty ont été vues que, déjà, mes pensées se resserrent sur un certain nombre de proies.

 

 

En commençant à revoir ce film, j’ai redécouvert ce plaisir qu’il y a se recueillir en soi…en entrant dans un film. J’ai déjà comparé le fait d’aller dans une salle de cinéma au fait d’aller à la messe. Pour moi, sur l’écran, comme sur ce que l’on entend et voit d’un représentant de la foi, on projette ce que l’on est. On regarde un film comme l’on est et comme on vit. Comme on a pu vivre. Ou comme l’on voudrait vivre. De là nous vient un certain nombre de nos certitudes par rapport à une scène, un film, un prêche religieux.

 

On veut faire Ă©tablir pour vĂ©ritĂ© ce qui nous parle Ă  nous, personnellement. Ce que l’on a compris et « vu Â». Et on veut convaincre.

 

Je veux donc convaincre. Une fois de plus. Et, une fois de plus, je n’y parviendrai pas forcément. Ou si peu. C’est notre histoire, à tous.

 

J’entends des voix :

 

 

Je me rappelais de ma surprise Ă  voir l’acteur Reda Kateb au dĂ©but de ce film. Mais j’avais oubliĂ© ces « voix Â» vraisemblablement de victimes des attentats du 11 septembre 2001 comme celles des services de secours qui leur rĂ©pondent au tĂ©lĂ©phone et qui tentent de les rassurer. Si ! Si ! Tout va bien se passer, vous allez voir !  Â« Je vous aime ! Â» crie une victime dans un message tĂ©lĂ©phonique qu’elle laisse Ă  ses proches. Aucune image.

 

Que des voix.

 

Un Ă©cran noir. Le noir sans doute pour le deuil. Sans doute pour la pudeur. Sans doute pour parler directement Ă  nos Ă©motions et Ă  nos consciences. Directement. Sans artifice. S’exfiltrer de l’artifice qu’est l’exercice du cinĂ©ma…en passant par le cinĂ©ma, ce film Zero Dark Thirty. Par un collage entre le rĂ©el ou supposĂ© rĂ©el et la mise en scène d’un film de cinĂ©ma :

 

Je n’ai pas vĂ©rifiĂ© si ces voix sont d’authentiques voix de victimes du 11 septembre 2001 Ă  New-York. Mais je le suppose. Je ne demande qu’à le croire. Voire : je trouverais presque indĂ©cent, moralement, d’en douter.

 

Des horreurs sĂ©parĂ©es et hiĂ©rarchisĂ©es :

 

Donc, lorsque le film débute vraiment avec l’acteur Reda Kateb en position de terroriste torturé afin qu’il permette de remonter la filière qui permettra d’attraper les responsables de cette horreur (les attentats du 11 septembre 2001), le premier but de la Kathryn Bigelow est atteint. Les deux horreurs sont séparées, hiérarchisées.

 

Il y a d’un côté cette horreur (les attentats du 11 septembre 2001) que l’on ne voit pas car on ne l’accepte pas. Parce qu’on la trouve ignoble. Et celle de la torture du terroriste (interprété donc par l’acteur Reda Kateb) que l’on va voir. Et accepter.

 

Première remarque Ă  propos de cette phrase- « You Belong to Me ! Â» que Dan (l’acteur Jason Clarke) le tortionnaire en chef , visage dĂ©couvert ( le seul Ă  avoir son visage dĂ©couvert face au terroriste Ă©galement mis Ă  nu, bien que porteur d’un pantalon et d’un tee-shirt) active :

 

Nous « appartenons Â» presqu’autant Ă  la rĂ©alisatrice dès ce moment du film que ce terroriste n’appartient Ă  Dan. Et, pour cela, moins de dix minutes de cinĂ©ma ont Ă©tĂ© nĂ©cessaires. On peut d’ores et dĂ©jĂ  saluer le Savoir faire de la rĂ©alisatrice. Se demander, si, dans notre vie courante, nous nous faisons, toujours, aussi rapidement manipuler.

 

Ou commencer à réprouver moralement son film.

 

Je n’ai pas encore tranché à propos de ces questions alors que je rédige cet article.

 

Dominant/dominĂ©/domino :

 

 

Mais, « You Belong to me ! Â», c’est Ă©videmment, la phrase qui peut se dire de dominant Ă  dominĂ©. Que cette situation de domination soit visible ou invisible. DĂ©tectable ou indĂ©tectable. Dans la vie conjugale. Entre des parents et leurs enfants. Au travail. Entre riches et pauvres. Entre l’occident…et le reste du monde.

 

Cette phrase a donc deux faces. Elle Ă©tale aussi au grand jour, au travers de Dan, cette domination qu’entend continuer d’exercer l’Occident, via les Etats-Unis, ici, sur un membre du Moyen-Orient :

 

Ammar, interprété par l’acteur Reda Kateb.

 

Et, en exposant la dualitĂ© de cette phrase, Bigelow montre aussi une certaine responsabilitĂ© de l’Occident. Ammar, et celles et  ceux qui lui ressemblent, ne sont peut-ĂŞtre pas que des terroristes. Mais, peut-ĂŞtre, aussi, des personnes qui refusent d’appartenir Ă  l’Occident. Et d’être ses esclaves ou ses choses.

 

 Mais c’est peut-ĂŞtre, moi qui l’interprète comme comme ça. D’autres, Ă  ma place, ne verront en Ammar qu’un bouffon terroriste qui va et doit en baver comme il le « mĂ©rite Â». Et les adeptes de cette croyance ( « Ammar/bouffon/terroriste/qui-doit-en-baver) vont prendre leur pied, et peut-ĂŞtre se lubrifier, devant les scènes de torture.

 

SubtilitĂ©s : j’ai mes règles.

 

 

Sauf que Bigelow est plus subtile que ça.

 

 

J’avais oubliĂ© ce visage de femme « prĂ©gnante Â» (de femme enceinte) de Maya – l’actrice Jessica Chastain qui a le rĂ´le principal- qui assiste, d’abord avec une cagoule, Ă  la torture d’Ammar.

 

Dan ironise quant au fait que, pour sa première mission, on lui confie un « cas Â» particulièrement difficile en la personne d’Ammar. Et l’on peut penser que cette sĂ©quence de torture a de quoi l’éprouver comme elle Ă©prouverait toute personne qui dĂ©bute par ce genre de mĂ©thode. Comme pour toute initiation qui peut rappeler aussi, celle, trois ans plus tard, de Kate Macer (l’actrice Emily Blunt) face Ă  Alejandro ( l’acteur Benicio Del Toro) dans le Sicario rĂ©alisĂ© en 2015 par Denis Villeneuve.

Au premier plan, l’actrice Emily Blunt. Derrière, Daniel Kaluuya dans “Sicario” de Denis Villeneuve ( 2015).

 

 

Attouchements/accouchement :

Stationed in a covert base overseas, Jessica Chastain plays a member of the elite team of spies and military operatives who secretly devoted themselves to finding Osama Bin Laden in Columbia Pictures’ electrifying new thriller directed by Kathryn Bigelow, ZERO DARK THIRTY.

 

 

Mais en revoyant Zero Dark Thirty, il me plait maintenant de me dire que Maya/ l’actrice Jessica Chastain est pâle au début du film parce qu’elle est enceinte. Et cela me plait d’autant plus qu’une séance de torture, un film, un jeu d’acteur est aussi un accouchement. Une séance de torture, c’est aussi une séance d’attouchements qui peut mal tourner en vue de provoquer un accouchement.

 

 

Bien des situations critiques, dans la vie, sont nos sĂ©rums de vĂ©ritĂ©. La sĂ©ance de torture  fait partie de ces sĂ©rums de vĂ©ritĂ©.

 

Ammar, Dan mais aussi Maya, dans cette scène de torture, accouchent de leur vĂ©ritable visage Ă  un moment ou Ă  un autre. De ce fait, inutile de porter une cagoule et de se cacher derrière elle. C’est sans doute la raison pour laquelle Dan n’en porte pas. D’abord parce qu’il a la certitude, comme il le rĂ©pond Ă  Maya, qu’Ammar ne sortira jamais de ce camp de torture. Mais, aussi, parce-que, comme le « hĂ©ros Â» du film DĂ©mineurs ( 2010) qui avait  valu l’Oscar Ă  Bigelow, Dan s’est totalement fondu dans sa fonction. Elle et lui ne font plus qu’un.

Un film paritaire

 

Maya, elle, en retirant sa cagoule, use sans doute d’une stratĂ©gie, pour, en se servant de sa vulnĂ©rabilitĂ© supposĂ©e, Ă©branler Ammar. Mais, elle montre aussi qu’elle est raccord avec cette sĂ©ance de torture.  Qu’elle est l’égale de Dan.

 

Maya/l’actrice Jessica Chastain

 

« You can Help Yourself by being truthful Â» ( vous pouvez vous en tirer en disant la vĂ©ritĂ©/ en vous montrant sincère) rĂ©pond/ment-elle avec son assurance de Bambi Ă  Ammar, lorsque, laissĂ©e seule avec lui, celui-ci essaie d’en faire son alliĂ©e.

 

Zero Dark Thirty  est donc aussi un film paritaire Femme/homme.  Vis-Ă -vis de Dan, le mâle occidental, plutĂ´t macho et physique. Mais aussi vis-Ă -vis d’Ammar, terroriste islamiste qui, probablement, « voit Â» la femme comme l’infĂ©rieure de l’homme.

 

 Maya expose qu’elle est plus solide qu’elle ne le paraĂ®t. C’est du reste, elle, qui convainc Dan de reprendre la sĂ©ance plus tĂ´t que celui-ci ne l’avait prĂ©vu. Et qui trouvera plus tard le subterfuge afin de faire parler Ammar….

 

 

Ammar accouche, donc. Se dĂ©livre. Et montre un autre visage que celui qu’il montrait jusqu’alors. Jusqu’alors, Ammar montrait le visage d’un homme dĂ©terminĂ© Ă  rĂ©sister. « Notre mission durera cent ans Â» est une phrase attribuĂ©e Ă  des Jihadistes du film. Ammar partage sans doute cette pensĂ©e.

 

Mais, finalement « grâce Â» Ă  Maya, Ammar s’ouvre. Et, la pâle Maya supplante -ou potentialise- la brutalitĂ© de Dan, le tortionnaire Ă©prouvĂ© et redoutĂ© : car, sans le travail prĂ©liminaire de Dan et d’autres, la seule apparition de Maya aurait peut ĂŞtre Ă©tĂ© insuffisante pour que la cuirasse d’Ammar ne se fissure.

 

 

Pour conclure avec la phrase « You Belong to me ! Â» avant de retourner revoir la suite du film :

Histoire de faire un peu de sĂ©mantique prĂ©tentieuse, « You Belong to me ! Â» est proche de l’expression « Longing for Â». « Se languir de…. Â».

 

La personne qui impose Ă  une autre son « Tu m’appartiens ! Â»/ « Tu es ma chose Â» lui dit aussi :

 

«  Je ne peux pas me passer de toi Â»/ Â« Tu me manques Â». «  Sans toi, je ne suis rien Â».

 

On retrouve donc dans ce « You Belong to Me ! Â»  de Dan son ambivalence envers Ammar. L’ambivalence de l’occident envers le Moyen-Orient. Le « With or Without you I can’t Live Â» ( «  Avec et sans toi, je ne peux pas vivre Â») chantĂ© entre-autre par le groupe –irlandais- U2 qui s’y connaĂ®t en relations-poudrières indissociables.

 

 

« Friandises Â» en filigrane

 

 

A travers Dan et Ammar, on peut aussi deviner en filigrane la Palestine et Israël.

 

Dan est donc sans doute moins libre qu’il n’y paraĂ®t. MĂŞme si, bien-sĂ»r, en pratique, il est plus libre d’aller, de venir et d’agir qu’Ammar. Le personnage le plus libre du trio mais aussi de l’ensemble, dans cette scène de torture, c’est vĂ©ritablement Maya. Elle vient pour cette scène. Se permet de montrer son visage, sa faiblesse apparente. Puis, elle repart. Tous les autres, armĂ©s, baraquĂ©s, restent sur les lieux. CagoulĂ©s ou Ă  visage dĂ©couvert. Dan, aussi, comme Ammar, ne quittera sans doute jamais cet endroit de torture. Vous parlez d’un accomplissement dans une vie ?! Passer son temps Ă  torturer d’autres ĂŞtres humains. Autant travailler dans un abattoir industriel oĂą l’on tue Ă  la chaĂ®ne des animaux. Si Dan torture Ă  visage dĂ©couvert, c’est peut-ĂŞtre aussi parce qu’il a dĂ©jĂ  du mal Ă  respirer Ă  cet endroit. Et, cela va sans doute ĂŞtre de pire en pire pour lui.

 

Et, Ammar, terroriste meurtrier, dans sa position d’être condamné à l’enfermement à perpétuité, a quand même aussi un statut de personnage tragique. Il lui sera nécessaire d’être sûr que ses actions qui l’ont mené à finir là en valaient véritablement la peine. Car en cas de moindre doute de sa part, son supplice à rester là, sera d’autant plus augmenté.

 

Mais après ces petites friandises, retournons maintenant revoir la suite du film.

 

Stationed in a covert base overseas, Jason Clarke plays a member of the elite team of spies and military operatives who secretly devoted themselves to finding Osama Bin Laden in Kathryn Bigelow’s electrifying new thriller, ZERO DARK THIRTY.

 

« Je voulais te dire Â»

 

Nous sommes Ă  la 43ème minute du film et Dan apprend Ă  Maya :

 

« Je voulais te dire, je me tire d’ici. Je dois en ĂŞtre Ă  100. J’ai besoin d’une activitĂ© normale Â». Un peu plus tard, Dan affirmera : « Ils ont tuĂ© mes singes Â». Ses singes en captivitĂ©, « doubles Â» inversĂ©s de cette centaine d’hommes (on ne voit pas de femmes torturĂ©es dans le film de Bigelow. Cela fait peut-ĂŞtre partie de ses limites) que Dan a torturĂ©s Ă©taient sa Â« rĂ©serve Â» d’humanitĂ©. La disparition de  ses singes lui indique que sa jauge d’humanitĂ© est dĂ©sormais dans le rouge.

 

Cette scène entre Maya et lui est un passage de tĂ©moin. La Maya que nous avons connue tout au dĂ©but n’est plus. MĂŞme si elle a toujours la mĂŞme allure. L’actrice Jessica Chastain passerait très bien en tant que crĂ©ature dans Alien. Ce qu’elle fera autrement, d’ailleurs, et avec rĂ©ussite, en 2019 dans le rĂ´le de Vuk dans X-Men : Dark Phoenix rĂ©alisĂ© par Simon Kinberg. Le professeur Xavier ( l’acteur James MacAvoy) lui demandant dans une scène : « What Are You ?! Â» ( « Qu’est-ce que vous ĂŞtes ?! Â»).

Jessica Chastain (Ă  droite) dans le rĂ´le de Vuk face Ă  Sophie Turner dans le rĂ´le de Phoenix.

 

 

Mais je parlais de « grossesse Â» pour Maya au dĂ©but du film. Environ cinq ans après le dĂ©but de son travail de terrain pour retrouver Ben Laden, il lui est dit :

 

« Je sais qu’Abou Ahmed est ton bĂ©bĂ©. Mais il faut couper le cordon Â». C’est une collègue, amie et mère de famille qui lui dit ça. Jessica (l’actrice Jennifer Ehle) qui se trouve sur le terrain depuis plus longtemps qu’elle.

 

Jessica.

 

President Obama on TV :

 

Avant de quitter le camp de torture, Dan avait prévenu Maya que la politique allait changer. Et, donc, qu’il ne serait plus possible de pratiquer la torture de la même manière.

 

A la 50ème minute du film, on peut voir et entendre le PrĂ©sident Obama dĂ©clarer Ă  un journaliste :

 

« L’AmĂ©rique ne pratique pas la torture Â».

 

Vrai/faux ? Toujours est-il que Bigelow montre dans son film que les mĂ©thodes d’interrogation changent. Mais, aussi, que rĂ©cupĂ©rer des informations devient plus difficile. Faut-il, oui ou non pratiquer la torture ? Bigelow pose la question.

 

 

« I Believe I was spared to finish the Job Â» ( « Je crois que j’ai Ă©tĂ© choisie/Ă©lue pour finir le boulot ! Â».

Stationed in a covert base overseas, Jessica Chastain plays a member of the elite team of spies and military operatives who secretly devoted themselves to finding Osama Bin Laden in Columbia Pictures’ electrifying new thriller directed by Kathryn Bigelow, ZERO DARK THIRTY.

 

Les terroristes sont convaincus d’être des « Ă©lus de Dieu Â». Maya, après avoir perdu plusieurs amis et avoir survĂ©cu Ă  un attentat, par cette phrase, est aussi portĂ©e par la mĂŞme conviction- d’être une Ă©lue- que ceux qu’elle combat.

 

Les annĂ©es passent. Et, jamais, Maya ne se lasse. «  Je vais tuer Ben Laden Â». Executive Woman version militaire, Maya ne compte pas ses heures.

 

 

Vers la fin du film, elle tient d’ailleurs tĂŞte mĂŞme Ă  certains de ses supĂ©rieurs et son niveau d’exigence  dĂ©passe le leur, pourtant situĂ© ” on a very high level”. 

From his command post inside the CIA, Mark Strong directs the fight against the world’s most dangerous man in Columbia Pictures’ revealing new thriller directed by Kathryn Bigelow, ZERO DARK THIRTY.

Tel Georges, l’acteur Mark Strong, qui, lors de sa première apparition intimide particulièrement ses hommes, Maya inclus. Georges, alors, veut des rĂ©sultats ! «  I want targets ! Â» ( Je veux des cibles !). “I want people to kill !” ( Je veux des gens Ă  tuer ! “).  Mais mĂŞme lui finit par faire du surplace. Et Maya le lui fait bien sentir. A travers ce face Ă  face que Georges subit, c’est sans doute l’immobilisme de la sociĂ©tĂ© que Bigelow dĂ©crit lorsqu’il s’agit de laisser un certain pouvoir dĂ©cisionnel Ă  des femmes. Car il s’en passe des semaines avant que la dĂ©cision de passer Ă  l’action ne tombe. Ces passages du film oĂą, au marqueur rouge, Maya Ă©crit avec colère le nombre de jours qui passent avant que ne soit prise la grande dĂ©cision sont les seuls moments un peu « comiques Â» du film. Mais, aussi, très critiques. NĂ©anmoins, ces passages montrent aussi que certaines dĂ©cisions sensibles ne se prennent pas Ă  la lĂ©gère.

 

Ensuite, une fois le feu vert donné, le film devient un western américain pur jus héliporté .

 

 

De Maya qui dit aux « garçons Â» : « Vous allez tuer Ben Laden pour moi Â». L’équivalent de : «  Soyez des bons et grands garçons ! Faites plaisir Ă  maman ! Â» Aux blagues viriles et trompe-la-mort en plein vol (« Qui s’est dĂ©jĂ  crashĂ© en hĂ©licoptère ? Â»).

 

 

« For God and country : Geronimo Â» : ( «  Pour Dieu et la Patrie : Geronimo (objectif atteint)

 

Ce n’est pas la première fois que j’entends un AmĂ©ricain parler de « Dieu Â» dans beaucoup de ses propos. Mais invoquer Dieu, la Patrie, un ancien chef Indien- mĂŞme si c’est en langage codĂ©- qui, comme d’autres, a vu ses peuples exterminĂ©s et dĂ©possĂ©dĂ©s de leurs terres par les colons europĂ©ens, pour confirmer le succès d’une opĂ©ration, m’a fait un drĂ´le d’effet. Ces paradoxes font partie de l’identitĂ© amĂ©ricaine.

 

Le contraire d’un film raté

 

 

Quoiqu’il en soit, raconter ces presque dix ans de traque de Ben Laden en seulement deux heures et vingt quatre minutes m’a laissé l’impression d’une très grande maitrise cinématographique.

 

Zero Dark Thirty est le contraire d’un film ratĂ©. Concernant mes interrogations morales du dĂ©but quant aux intentions de ce film, Bigelow montre aussi le prix plus qu’élevĂ© que cette traque a coĂ»tĂ© aux AmĂ©ricains.  En logistique, en dollars, mais aussi en vies humaines. Et, encore, Bigelow ne s’attarde-t’elle pas sur les Ă -cĂ´tĂ©. Je n’envie pas la vie personnelle d’une Maya ou d’un Dan.

 

L’apothĂ©ose de la vie de Maya aurait pu ĂŞtre de reconnaĂ®tre le visage d’un ĂŞtre cher Ă  sa naissance ou lors d’une rencontre amoureuse. Il consistera Ă  confirmer l’identitĂ© d’un mort qu’elle « suit Â» depuis des annĂ©es. Il y a des destinĂ©es plus heureuses.

 

Stationed in a covert base overseas, Jessica Chastain (center) plays a member of the elite team of spies and military operatives who secretly devoted themselves to finding Osama Bin Laden in Columbia Pictures’ electrifying new thriller directed by Kathryn Bigelow, ZERO DARK THIRTY.

 

Donc que Maya pleure un peu à la fin du film, est, pour moi, la moindre des choses. Car je ne vois pas quelle paire de bras pourra jamais l’étreindre suffisamment afin de pouvoir l’extraire de cette cellule, où, pendant plus de dix années elle a passé sa vie à désirer un cadavre.

 

Franck Unimon, ce jeudi 24 juin 2021.

 

Catégories
Cinéma

SaĂŻd Taghmaoui/ De la Haine A Hollywood

 

SaĂŻd TAGHMAOUI/ De La Haine A Hollywood

 

 

La main posée, il semble regarder par la fenêtre. Il observe. Ce qu’il aperçoit ne lui plait pas. C’est peut-être un braqueur ou une sentinelle à la recherche du moindre scintillement qui pourrait lui révéler la présence d’un tesson de bouteille, d’une infanterie du GIGN ou l’approche d’une très mauvaise nouvelle.

 

Ses cheveux noirs lisses et plaqués, sa petite moustache, sa peau basanée et son profil lui donnent une allure d’homme grec. L’Homme grec des Mythologies. Celui des péplum mais aussi celui des grands philosophes et des grands orateurs. Ceux qui ont contribué au rayonnement de la pensée humaine il y a des millénaires et que l’on continue d’étudier et de citer encore aujourd’hui. Y compris au sein des élites. Dans les grands Ministères. A côté de toutes celles et tous ceux que l’on nomme.

 

Lorsque l’on veut faire peur à toutes sortes de boxeurs, de rappeurs ou de personnes que l’on tient à amadouer. Que ce soit sur une scène politique, lors d’un combat ou lors d’une phase de séduction car tout cela se ressemble.

 

Lorsque l’on veut faire savoir que, nous aussi, on a des titres et du potentiel.

 

Ni magistrat, ni petit bras, son registre, c’est le cinéma.

 

A l’origine, et pendant longtemps, il n’a pas Ă©tĂ© aidĂ©. Famille nombreuse d’origine marocaine. Famille modeste et croyante appliquant Ă  la lettre les prĂ©ceptes de la religion. Le père s’use au travail pour peu d’argent. La mère reste Ă  la maison. CitĂ© de banlieue prĂ©caire. Un frère aĂ®nĂ© aimĂ© mais hĂ©roĂŻnomane qui mourra du Sida. Une personnalitĂ© « hyperactive Â» et souvent incomprise de ses propres parents. Une scolaritĂ© vite prise en dĂ©faut sur le modèle du titre du Rappeur Oxmo Puccino :

 

Peu de gens le savent  (interlude) oĂą l’on peut entendre, parmi d’autres, cette phrase

 

« Tu veux faire quoi, avec un BEP ?! Combien de millionnaires ont un BEP ?! Â» ou celle-ci

« Un BEP chaudronnerie ?! Tu veux faire quoi avec un chaudron ?! Â».

 

 Il a alternĂ© vols d’autoradio, gardes Ă  vue, Tags (sous le pseudo Airone), Rap, rencontres, multiples boulots tels chef de rang ou autre emploi manuel avec des rĂ´les au cinĂ©ma. 

 

 

Puis, il a fini par se stabiliser. S’il avait Ă©tĂ© blanc de peau, Ă  ses dĂ©buts, on l’aurait comparĂ© Ă  une Ă©poque Ă  un Nicolas Duvauchelle ou Ă  tout autre ex-jeune voyou du cinĂ©ma français lors de ses dĂ©buts (Depardieu, Dewaere, LĂ©otard, Lanvin…).  

 

« Mais Â», pour les autres, et aussi pour lui-mĂŞme, c’est un Arabe. Un de la « pire espèce Â» : des citĂ©s, peu Ă©duquĂ©. C’est  un « physique Â», dans le sens oĂą c’est davantage un instinctif et un affectif qu’un intellectuel. Et qu’il a d’abord Ă©tĂ© beaucoup chargĂ© en Rap et en roue arrière sans casque. Il a connu ou Ă©tĂ© tĂ©moin de ce qui peut se dĂ©crire de pire dans une citĂ©. Une de plus. Une de trop.

 Il a Ă©tĂ© ou il est encore un Arabe sans filtre comme on pourrait le dire d’une cigarette Ă  forte concentration nicotinique.

 

Comparaisons/ comparutions

Alors, comparons-le Ă  ses « cousins Â» et « frères Â» (masculins, donc) acteurs arabes ou d’origine arabe. Dans son livre, il ne cite pas ces autres acteurs et rĂ©alisateurs arabes ou d’origine arabe. C’est moi qui prends l’initiative de citer ces acteurs et ces rĂ©alisateurs.  Autant pour rĂ©viser. Que pour mieux « le Â» situer dans une gĂ©nĂ©alogie approximative de l’apparition des acteurs masculins arabes ou d’origine arabe ces trente ou quarante dernières annĂ©es dans le cinĂ©ma français. Cette gĂ©nĂ©alogie, et les rĂ´les attribuĂ©s, pourraient bien-sĂ»r permettre un dĂ©but d’analyse de l’évolution de l’image de l’homme arabe ou d’origine arabe dans le cinĂ©ma et la sociĂ©tĂ© française. Mais je ne pourrai pas le faire dans cet article.

 

Ces acteurs et ces rĂ©alisateurs que je vais citer, je les ai tous vus, regardĂ©s, dans un ou plusieurs films. J’en ai mĂŞme interviewĂ© deux : Sami Bouajila et Roschdy Zem pour le mensuel Brazil pour la sortie du film Hors-la-loi de Rachid Bouchareb (rĂ©alisĂ© en 2010). Du reste, j’avais aussi interviewĂ© Rachid Bouchareb Ă  propos de ce film.

 

 

« Lui Â», Il s’est fait connaĂ®tre sur grand Ă©cran dix ans après Le ThĂ© au harem d’Archimède (1985) de Mehdi Charef. Dans ce film de Charef,  Kader Boukhanef avait un des deux rĂ´les principaux aux cĂ´tĂ©s de RĂ©mi Martin.  

 

 

 

Roschdy Zem, Sami Bouajila et Zinedine Soualem l’ont prĂ©cĂ©dĂ© de quelques annĂ©es. Michel Polnareff, aussi. ( Bien-sĂ»r, Polnareff n’est ni acteur ni arabe. Et, alors ?!).

 

Je devrais citer Simon Abkarian parmi ceux qui l’ont prĂ©cĂ©dĂ© sur grand Ă©cran « mais Â», sans vouloir l’exclure, Abkarian est d’origine armĂ©nienne.

 

Il est plus ancien sur grand Ă©cran que Rachid DjaĂŻdani, Reda Kateb, Samir Guesmi, Tahar Rahim ou Karim Leklou.

 

Le premier Taxi de Luc Besson qui avait fait connaĂ®tre Sami NacĂ©ri mais aussi Marion Cotillard au grand public ? 1998. Trois ans après lui.

 

 

 

L’acteur et rĂ©alisateur Jalil Lespert ? 1998 (Nos vies heureuses de Jacques Maillot) ou 1999 (Ressources humaines de Laurent Cantet).

 

Le film Le Ciel, les oiseaux… et ta mère de Djamel Bensalah, premier grand succès cinĂ©matographique de Jamel Debbouze ? 1999.

 

L’acteur/rĂ©alisateur Rabah Ameur-ZaĂŻmèche ? 2002 avec le film Wesh Wesh qu’est-ce qui se passe?

 

Mehdi Nebbou ? 2005 dans Munich de Steven Spielberg ou 2007 dans Truands de FrĂ©dĂ©ric Schoendoerffer.

 

Tomer Sisley ? 2006 pour Toi et moi de Julie Lopes-Curval, 2007 pour Truands de FrĂ©dĂ©ric Schoendoerffer et, bien-sĂ»r, 2008 pour Largo Winch de JĂ©rĂ´me Salle.

 

Slimane Dazi ? 2009 dans Un Prophète de Jacques Audiard.

 

 

DĂ©sormais, il a un CV assez chargĂ©. Et international. Plus cinĂ©matographique que judiciaire. ( Les Rois du DĂ©sert, Wonder Woman, John Wick, Ali Zaoua prince de la rue….) Ça dure comme ça depuis un peu plus de vingt ans, mais en France, personne ne le « connaĂ®t Â».

 

 

La Haine

 

Personne ne le connait ?! Sauf pour le film La Haine rĂ©alisĂ© par Matthieu Kassovitz en 1995.

 

.

Dans son livre, cela en devient comique lorsqu’il relate le nombre de fois, où, dix voire vingt ans plus tard, après l’avoir vu dans La Haine, des grands noms du cinéma américain ( réalisateurs, producteurs) pensent à lui pour un rôle dans leurs projets.

 

 

1995, c’est vraiment loin. Par exemple, c’est quatre annĂ©es lumière avant le premier volet du film Matrix des ex-frères Wachowski. C’est avant l’an 2000. Avant les attentats du 11 septembre 2001. Avant Ben Laden. Et, bien avant que Kassovitz ( le mĂŞme) ne se fasse connaĂ®tre par son rĂ´le de l’agent Malotru dans la sĂ©rie ( cinq saisons) de Le Bureau des LĂ©gendes. Avant que Vincent Cassel (Vinz, dans La Haine) ne tourne avec le rĂ©alisateur David Cronenberg (Les promesses de l’ombre en 2007) puis ne joue Mesrine, ex ennemi public numĂ©ro 1 dans les deux films rĂ©alisĂ©s par Jean-François Richet en 2008 : L’Instinct de mort et L’Ennemi public numĂ©ro 1.

Hubert KoundĂ© (un acteur noir) l’autre « hĂ©ros Â» de l’aventure cinĂ©matographique, commerciale et sociĂ©tale du film La Haine est encore plus mal loti que lui. Car, aujourd’hui, qui connaĂ®t Hubert KoundĂ© au cinĂ©ma ?

 

Lorsque le film La Haine Ă©tait sorti au cinĂ©ma en 1995, je n’avais rien fait pour aller le voir. Je me rappelle de l’éclat mĂ©diatique du film. Des prix. Du fait que ce film avait propulsĂ© la carrière de Kassovitz et de Cassel. Mais, aussi, que Joey Starr, du groupe de Rap NTM avait qualifiĂ© Kassovitz…. Â« d’opportuniste Â».  

 

Plus j’avais entendu parler du film- et on en avait beaucoup parlé- et moins j’avais eu envie d’aller le voir. Aujourd’hui, on compare facilement La Haine (1995) avec Les Misérables de Ladj Ly (2019).

 

Cependant, les émeutes en banlieue en 1995 puis en 2005 avaient et ont donné d’autant plus de crédibilité à La Haine.

 

J’ai regardé La Haine bien plus tard (il y a moins de dix ans). Je lui préfère pour l’instant largement Le thé au harem d’Archimède qui lui est antérieur de dix ans. Cependant, il est indiscutable que La Haine a été dans le cinéma français l’équivalent du Rap dans la chanson et dans la société française. Peut-être que Joey Starrn’aurait pas eu la carrière cinématographique et théâtrale qu’il connaît, à juste titre, depuis des années maintenant, sans un film comme La Haine….

 

Les ricochets de La Haine blessent certains et en bénissent d’autres… de reconnaissance.

 

Littérature

Son livre a une faible teneur en littĂ©rature. Cependant SaĂŻd Taghmaoui tĂ©moigne. 

 

Je n’ai pas arrêté de parler de lui depuis le début de cet article. Même si j’ai cité beaucoup d’autres personnes qui sont désormais connues en France et ailleurs.

 

Dès que je suis tombé sur son livre dans la librairie, il y a quelques semaines, je l’ai acheté. Je connais mal sa filmographie. Mais, plusieurs années après La Haine, j’avais été étonné d’apprendre, au travers d’articles, que sa carrière d’acteur continuait. A l’étranger. Grâce à ses dons, découverts par hasard, pour apprendre des langues étrangères. Mais, aussi, parce qu’ailleurs, on le regardait d’abord comme un acteur capable. Et non comme une photocopie de clichés ou de l’Arabe de la cité.

 

Je l’avais vu dans Confession d’un dragueur (2001) rĂ©alisĂ© par….Alain Soral avec Thomas Dutronc. J’avais Ă©tĂ© marquĂ© par une rĂ©plique qu’il faisait Ă  Thomas Dutronc qui confiait, dĂ©jĂ , que son image, quoiqu’il dise, passerait moins bien que celle de Dutronc, homme blanc. Et fils « de Â».

 

J’avais oublié que ce film avait été réalisé par le Soral aujourd’hui ouvertement raciste et au moins antisémite. Taghmaoui dit sans ambigüité qu’il est aux antipodes des pensées racistes de Soral.

 

Notoriété et normalité

NotoriĂ©tĂ© et normalitĂ© sont incompatibles nous apprend-il. Nous en entendons parler de temps Ă  autre dans les journaux Ă  potins ou sur divers rĂ©seaux sociaux. Mais il nous donne quelques exemples. Il nous parle aussi de certaines dĂ©sillusions connues avec des acteurs ou des rĂ©alisateurs qu’il considĂ©rait comme des « frères Â». De la difficultĂ© de s’ouvrir Ă  une vie affective comme il a pu le faire avec sa carrière d’acteur.

Taghmaoui est peut-être du genre hérissé. Pas évident à approcher. Et, il est possible que dans ces désillusions amicales qu’il raconte, il ait pu être difficile de lui faire accepter certaines règles ou certaines limites. Néanmoins l’envers du décor de certaines vedettes qu’il raconte est crédible dans ce monde trait d’artifices qu’est le cinéma.

 

 

Franck Unimon, ce jeudi 24 juin 2021

Catégories
Micro Actif

Projet d’annonces II pour Tinder et ce genre de sites ou Prince Charmant

 

 

Projet d’annonces II pour Tinder et ce genre de sites ou Prince Charmant

 

Vous avez Ă©tĂ© nombreuses et nombreux Ă  rĂ©agir Ă  mon prĂ©cĂ©dent article intitulĂ© Projet d’annonces pour Tinder et ce genre de sites . Et, cela, ne serait-ce que dans ma tĂŞte ! Je me serais presque cru dans un stade de Foot ou dans une salle de concert remplie de la taille de l’Arena DĂ©fense. J’attends donc que tout le monde se calme, se taise, se mette en rang et se tienne par la main. Car j’ai une annonce Ă  vous faire. Maintenant que je me sens une soudaine très haute responsabilitĂ©….

 

 

 

Franck Unimon, mercredi 16 juin 2021. 

Catégories
Micro Actif

Projet d’annonces pour Tinder et ce genre de sites

 

            Projet d’annonce pour Tinder et ce genre de sites ou Prince Charmant

Comme j’ai un peu de temps devant moi, je me suis dit que j’allais m’essayer à un projet initiatique d’annonce pour Tinder et ce genre de sites d’annonces.

 

Ce n’était pas prĂ©vu.  J’ai eu quelques idĂ©es qui me sont arrivĂ©es alors que j’étendais le linge, chez moi, en faisant bien attention aux plis. ça (les idĂ©es) m’a fait rire. Je me suis dit qu’ensuite, j’allais l’enregistrer. En plus, comme ça, cela me permettra d’accĂ©lĂ©rer mon dĂ©bit de voix, de parler plus fort. Et de m’animer. Ça changera. Je suis tellement mort, d’habitude. Presqu’un fantĂ´me….

 

 

Franck Unimon, ce mardi 15 juin 2021. 

Catégories
Croisements/ Interviews

Bilan de mes articles les plus lus

 

                                 Bilan de mes cinq articles les plus lus

J’ai traîné pour faire le bilan des cinq articles les plus lus, à ce jour, sur mon blog.

 

Même si vous êtes encore des milliers et des milliers et des milliers à ne pas lire mes articles, et que j’aurai sans doute tout oublié d’aujourd’hui lorsque vous le ferez, ce n’est pas une raison pour que je minimise ce que ce bilan me permet de découvrir, aujourd’hui, ce mardi 15 juin 2021.

 

Par ordre dĂ©croissant, voici les cinq articles actuellement les plus lus sur mon blog, balistiqueduquotidien.com :

 

 Arts Martiaux : un article inspirĂ© par Maitre Jean-Pierre Vignau   

 

Jacques Bral, l’indĂ©pendant

 

Interview des apnéistes Julie Gautier et Guillaume Néry en 2016

 

4 ) Redemption Day

5) Marche jusqu’au viaduc

 

Et, en sixième position, on trouve PrĂ©paratifs pour le stage d’apnĂ©e Ă  Quiberon, Mai 2021  

 

La première « place Â» de l’article consacrĂ© Ă  Maitre ou Sensei Jean-Pierre Vignau dĂ©boute certains principes.

 

On m’a dit et répété qu’il vaut mieux écrire court. Les gens veulent lire du court. Du rapide. Ou voir des images.

 

J’aime les images. Je peux écrire court. Mais lorsque je suis inspiré. Si je suis inspiré….

 

Cet article consacré à Maitre Jean-Pierre Vignau est un article long. Plus de 4000 mots. Quelques photos. Pas de vidéo.

 

Il y a sans doute un lectorat, déjà acquis à Maitre Jean-Pierre Vignau (Il enseigne le Karaté), qui a lu cet article et a su le trouver car correctement relayé. Néanmoins, le contenu, aussi, de cet article et le contexte de sa publication y est peut-être aussi pour quelque chose.

 

Après la sortie et le succès de son film Gravity,  le rĂ©alisateur  Alfonson Cuaron avait dit dans une interview quelque chose comme  :

 

«  Ce n’est pas parce qu’un film a moins de succès qu’il est moins bon Â». De Cuaron, je garde un souvenir particulier de son film Les Fils de l’homme. Un film passĂ© pratiquement inaperçu et sous-estimĂ© Ă  sa sortie.

 

Concernant les articles de mon blog, malgrĂ© leurs dĂ©fauts, je me dis aussi de temps Ă  autre, que mĂŞme s’ils sont beaucoup moins lus qu’ils le pourraient ou le « devraient Â», que cela ne signifie pas qu’ils soient moins bons qu’un certain nombre de commentaires  lus et relus ailleurs des milliers ou des millions de fois.

 

Pour écrire cet article consacré à Maitre Jean-Pierre Vignau, je m’étais déplacé jusqu’à chez lui en voiture. En m’affranchissant de la restriction kilométrique imposée pour causes de Covid. Ni Jean-Pierre ni sa femme, ni moi, n’avions ensuite contracté le Covid. Nous avions bien-sûr respecté certaines règles. Je n’ai serré la main à aucun des deux. Ni embrassé. Et, je me tenais à un bon mètre de Jean-Pierre.

 

Mes deux passages chez eux, en banlieue parisienne, puis dans son club, à Paris, ont sans doute inspiré à Jean-Pierre une certaine sympathie pour mon personnage. Car, depuis, il arrive, qu’assez régulièrement, il me laisse un message téléphonique. Pour avoir de mes nouvelles. Et de ma fille. Et pour s’assurer que tout va bien chez moi. Je le rappelle ensuite et lui laisse, à mon tour, un message téléphonique.

 

A mon deuxième passage chez lui, j’avais racontĂ© Ă  Jean-Pierre avoir croisĂ© rĂ©cemment par hasard Maitre LĂ©o Tamaki ( Maitre d’AĂŻkido) près des Galeries Lafayette, Ă  Paris. AussitĂ´t, Jean-Pierre m’avait dit : «  Il n’y a pas de hasard Â». Et, Jean-Pierre m’avait donnĂ© le numĂ©ro de tĂ©lĂ©phone personnel de Maitre LĂ©o Tamaki. Il est prĂ©vu que je l’interviewe prochainement.

 

On peut donc dire que c’est une belle rencontre que j’ai faite avec Maitre Jean-Pierre Vignau.

 

Une autre sorte de rencontre :

 

Le deuxième article, consacré au réalisateur Jacques Bral, est une autre sorte de rencontre. C’est la rencontre avec sa mort. Sachant que rencontrer la mort d’un autre, c’est souvent, se rencontrer soi-même aussi.

 

Je n’étais pas supposé être présent à l’enterrement de Jacques Bral, au cimetière du Père Lachaise. Mais il se trouve que j’ai appelé ce matin-là, Jamila Ouzahir, l’attachée de presse. Comme ça. Par sympathie. J’étais dans ma voiture. Et, c’est là qu’elle m’a appris que Jacques Bral, dont j’avais appris le décès par la presse quelques jours plus tôt, allait être enterré (incinéré, plutôt) vers 10h.

 

Le peu que j’avais compris de Jacques Bral à travers un de ses films, m’a convaincu de venir.

Mais, alors que j’écris, je trouve que Jacques Bral, l’indépendant, cela va très bien, aussi, à Maitre Jean-Pierre Vignau. Il m’est bien sûr impossible de savoir si les deux hommes s’étaient rencontrés, s’ils se seraient entendus. Mais, l’un comme l’autre me semblent faits de cette absence de compromis qui les ont rendus ou les rendent indépendants.

 

Et, d’une façon ou d’une autre, mĂŞme si je suis sans doute moins radical qu’eux, et sois aussi moins « connu Â» qu’eux, il est probable, qu’à ma façon, je sois, aussi, un indĂ©pendant.

 

Interview des apnĂ©istes Julie Gautier et Guillaume NĂ©ry :

 

C’est une interview ( filmĂ©e) dont je reste très content. Cette interview dit tellement de choses. Et, grâce Ă  Eddy Brière, elle est si bien rĂ©alisĂ©e techniquement. J’ai aimĂ© le fait qu’Eddy et moi nous soyons très bien complĂ©tĂ©s. C’était et c’est Ă  ce jour le seul travail que nous avons faits ensemble depuis l’expĂ©rience journalistique pour le mensuel de cinĂ©ma Brazil qui nous avait permis de nous rencontrer : C’était, Place d’Italie, pour l’interview de l’acteur Reda Kateb Ă  propos de son rĂ´le dans le film Qu’un seul tienne et les autres suivront  de LĂ©a Fehner.

L’acteur Reda Kateb. Une des photos que j’ai prises de lui, ce jour oĂą je l’ai interviewĂ©, Place d’Italie, pour parler du film “Qu’un seul tienne et les autres suivront” de LĂ©a Fehner. Interview effectuĂ©e pour le mensuel papier “Brazil”.

 

Auparavant, Kateb s’était fait connaître dans Un Prophète d’Audiard ainsi que dans la série Engrenages.

 

Depuis  cette interview de Julie Gautier et de Guillaume NĂ©ry, l’apnĂ©e est devenue une pratique plus courante pour moi. Je  me suis ensuite inscrit dans un club, Ă  Colombes. J’ai parlĂ© un peu de mes expĂ©riences d’apnĂ©iste. En particulier dans l’article PrĂ©paratifs pour le stage d’apnĂ©e Ă  Quiberon, Mai 2021, sixième de la liste de mes articles les plus lus.

 

L’apnée a pour moi des points communs évidents avec les Arts Martiaux. Ne serait-ce que pour et par la respiration. La mort, aussi, d’ailleurs, si je fais un peu d’humour noir.

 

Je vais moins m’attarder sur l’interview de Julie Gautier et Guillaume Néry parce qu’ils ont moins besoin de couverture médiatique que mes articles ou les autres personnes que je peux citer dans un certain nombre de mes articles.

 

Mais leur interview reste selon moi une très bonne interview. Et, je ne serais pas surpris d’apprendre un jour que cette interview soit l’une des meilleures qui ait Ă©tĂ© faite d’eux, ensemble. En outre, habituellement, on interviewe « seulement Â» Guillaume NĂ©ry. Alors que, moi, j’ai tenu Ă  ce que sa compagne, Julie Gautier, soit prĂ©sente lors de l’interview. Il Ă©tait Ă©vident pour moi que cela donnerait un plus. Et, c’est plus que le cas.

 

Redemption Day

 

Cet article sur le projet de film de Hicham Hajji m’avait Ă©tĂ© demandĂ© par Jamila Ouzahir. «  Comme un service Â». Service rendu. Si je peux, en quelques lignes, rendre service, je le fais. Je ne sais pas oĂą en est le projet. Hicham Hajji, d’origine marocaine, a tentĂ© l’aventure hollywoodienne, mettant en hypothèque sa maison, je crois. Faire son possible pour rĂ©aliser son rĂŞve, je crois que cela justifie un petit coup de pouce. Si, d’une façon ou d’une autre, avec mon article, j’ai pu donner un (tout) petit coup de pouce Ă  Hijam Hajji dont le rĂŞve est de devenir rĂ©alisateur de cinĂ©ma, je le donne.

 

Marche jusqu’au viaduc :

 

Mon article peut-être le plus remuant. Peut-être, aussi, l’un de mes meilleurs.

 

Des larmes me montent aux yeux alors que j’écris. Pourtant, je n’ai plus touchĂ© Ă  cet article depuis un moment. J’ai Ă©crit bien d’autres articles depuis. Mais, c’est instinctif. Pour parler de ce fait divers survenu dans ma ville, Ă  Argenteuil, le 8 mars dernier, je me suis fait reporter, ce que j’étais dĂ©jĂ  sans doute. Mais, aussi, plus que ça :

Père, témoin, victime, éducateur, passeur…..

 

Passeur de quoi ?

 

Cet article-lĂ , je l’ai Ă©crit sans filet. Vraiment sans filet. C’est un très grand article. Très bien Ă©crit. Mais il ne devrait pas. Il n’aurait pas dĂ». Mais, Ă  tout prendre, alors que le meurtre avait eu lieu, autant, si possible, Ă©crire « bien Â» les choses. Sans dĂ©tourner les yeux. Sans banaliser l’évĂ©nement.

 

Il y a quelques jours, encore, alors que nous sortions du déconfinement et qu’il faisait beau, j’ai repensé aux parents de la jeune Alisha. Comme elle devait leur manquer par ces beaux jours. Je crois que lorsque l’on perd son enfant, ce serait plus simple si, dehors, il faisait moche et pleuvait tout le temps. Alors que, là, il faisait beau et il continue de faire beau. Et, les gens, et c’est bien normal, sont contents.

 

Lorsque j’ai mis Marche jusqu’au viaduc, sur ma page Facebook, il a eu un succès inhabituel. C’est aussi un article long. Mais, pour une raison un peu surprenante, plusieurs personnes l’ont lu et ont fait des commentaires pour l’approuver. Bien plus que pour mes autres articles en général.

 

Donc, en regardant ce « Top 5 Â», parmi mes articles, je me suis dit :

 

« Voici ce qui le marche le mieux pour mes articles dans mon blog. Voici lĂ , oĂą, je suis le mieux inspirĂ© apparemment : Les Arts Martiaux, le cinĂ©ma, L’apnĂ©e, Un fait divers, une interview Â».

 

Il n’y a pas de règle ni de recette pour réussir. Mais dans avec ces thèmes, soit il y a un lectorat prêt à venir, soit j’écris de manière suffisamment attractive pour que cela donne envie de lire mes articles.

 

Franck Unimon, ce mardi 15 juin 2021.

Du côté de Quiberon, Mai 2021.

 

Catégories
Micro Actif

Quarts de soi

 

Catégories
Apnée Micro Actif

Apnée volontaire

 

 

 

Catégories
Moon France Musique

Erykah Badu

 

           Erykah Badu

 

 

Ses albums sont placĂ©s derrière les barreaux depuis plusieurs annĂ©es maintenant. Parfois vingt.  Pourtant, ils continuent de nous libĂ©rer. Pourtant leurs canons ont fait et continuent de faire la jeunesse d’artistes que l’on Ă©coute aujourd’hui.

 

Quand on est jeune.

 

Si le corps essuie et colmate avec des rythmes les gestes qui, dans la vie courante, nous manquent ainsi que les bruits que l’on cache et qui nous braquent, notre esprit, lui, détruit ou non, est la gomme qui efface les distances entre les œuvres et nous.

 

Plus jeune, j’avais entendu parler d’Erykah Badu. Je l’avais écoutée. Sûrement en regardant et en écoutant d’autres plus jeunes qui écoutaient les Fugees, Macy Gray, Kelis, Alicia Keys et sont probablement, aujourd’hui, passés à autre chose.

 

Autre chose.

 

Moi, le vieux, depuis peu, je rĂ©Ă©coute ses albums. J’en ai empruntĂ© Ă  la mĂ©diathèque près de chez moi. J’en ai un achetĂ© un, neuf, vendredi, Ă  une femme d’une trentaine d’annĂ©es, enceinte de plus de six mois, Ă  Mairie de Montreuil, près d’un marchand de fleurs. Le lieu du rendez-vous avait Ă©tĂ© choisi par la vendeuse. Deux ou trois jours  plus tĂ´t, j’avais commis un impair. Trop attachĂ© Ă  ce que j’écrivais, j’avais pris trop de retard. Mais, cette fois, j’avais plus d’une demi-heure d’avance. Je lui ai de nouveau prĂ©sentĂ© mes excuses. Je lui ai donnĂ© un peu plus que ce qui Ă©tait prĂ©vu pour le disque. J’ignorais qu’elle Ă©tait enceinte.

 

Aujourd’hui, j’entends autrement les titres d’Erykha Badu. Je croyais pourtant qu’avec les ans, on devenait sourd. Peut-ĂŞtre pas. Je repense Ă  mon père, tiens. Le premier amateur de musique que j’ai connu. Pourquoi, vers ses quarante ans, a-t’il arrĂŞtĂ© d’acheter des disques comme d’écouter de la musique Ă  la maison ? Lui, qui Ă©tait allĂ© jusqu’à acheter des magazines de musique spĂ©cialisĂ©s tels Rock & Folk et Best. Des magazines dans lesquels des critiques, qui se dĂ©vouent Ă  la musique, passent leur vie Ă  en Ă©couter, Ă  aller Ă  des concerts, Ă  rencontrer des artistes. Puis, Ă  en parler et Ă  donner envie de les Ă©couter et d’en discuter avec d’autres.

 

La musique, ça a Ă  voir avec la vie mais aussi avec notre enfance et notre jeunesse. Alors, mon père a-t’il arrĂŞtĂ© de vivre vers ses quarante ans comme beaucoup d’autres ? Ou a-t’il considĂ©rĂ© que tout cela Ă©tait anecdotique et coĂ»tait trop d’argent pour si peu d’épanouissement ?

 

On arrĂŞte tous de faire quelque chose Ă  un moment ou Ă  un autre, de notre vie. Mentir. Vomir. Sucer son pouce. Faire du sport. Sortir. Rire de tout.

 

Certaines personnes nous expliqueront que cela correspondait Ă  une Ă©tape de leur vie. Et que tout cela appartient dĂ©sormais au passĂ©. Mais est-on toujours obligĂ© de le croire ?

 

A quarante ans, néanmoins, j’ai arrêté d’aller danser. De danser. Je me sens un peu fautif. Surtout envers ma fille. Enfant et ado, j’ai des souvenirs de soirées antillaises (mariages, baptêmes, communions) où beaucoup de gens dansaient, discutaient et mangeaient pendant des heures dans des grandes salles. Et, parfois, deux ou trois se bagarraient. Je me suis raconté des histoires, certains soirs, à regarder tout ce monde. Mais j’ignorais que ce que je voyais et entendais était exceptionnel. Ce que nous voyons et entendons peut être exceptionnel. C’est nous, qui l’oublions.

A ces soirées, je n’ai pas pris de notes. Je n’en prenais pas. Je n’ai rien filmé. Je n’avais pas de caméra. Je n’ai pas pris de photos. Et les quelques photos qui ont été prises l’ont été par d’autres regards et d’autres intentions. Mais j’ai appris à gesticuler. Ou à…danser.

 

 

J’ai Ă©tĂ© un peu triste, lorsqu’un jour,  un petit a demandĂ© Ă  sa mère si, Ă  leur mariage, elle et son père, avaient dansĂ©. Elle a rĂ©pondu un peu gĂŞnĂ©e, intimidĂ©e par cette question posĂ©e en public, comme si le sujet Ă©tait osĂ© :

« Non, on n’a pas dansĂ© Â». Elle avait une trentaine d’annĂ©es et Ă©tait plutĂ´t d’un abord avenant. C’était au conservatoire d’Argenteuil, au Val d’Argenteuil. J’avais emmenĂ© ma fille Ă  son cours de danse. A son cours d’initiation Ă  la danse et au chant. On emmène au conservatoire nos enfants pour qu’ils apprennent ce qui a pu et peut s’apprendre dans les soirĂ©es voire entre copains et copines. Ou chez la tante, le grand-père ou avec la cousine ou le cousin.

 

Je ne sais pas quoi penser de ma « dĂ©fection Â» Ă  propos de la danse. Si ce n’est que, certaines fois, je me dis que j’en ai assez de rĂ©pĂ©ter les mĂŞmes gestes. Pourtant, je n’aime pas penser que, pour moi, la danse, c’était l’armĂ©e. On danse aussi pour arrĂŞter d’être des bĂŞtes traquĂ©es.

 

J’ai peut-être eu moins besoin de m’échapper. Et, aussi, celles et ceux que je fréquente désormais sont plus installés dans leur vie et davantage portés sur la parole. Ou, souvent aussi, quand même, nous parlons des mêmes…. sujets.

 

J’imagine qu’Erykah Badu, même si son dernier album a quelques années, a continué de danser et de chanter. Si une Me’Shell Ndégeocello ou une Björk ont pu se mettre en danse sur scène, cela se passait autrement pour Miles Davis. Par contre, j’ai appris qu’Erykah Badu avait dirigé la réédition d’albums de Fela. Mon père avait un de ses albums à la maison. Mais il ne le mettait pas souvent. Et il n’achetait plus de disques lorsque Kassav’ a émergé. Et encore moins lorsque d’autres artistes de zouk sont ensuite arrivés tel Jean-Michel Rotin qui fait partie des anciens, maintenant.

 

Comme Erykah Badu.

 

Rimshot, en concert, a Ă©tĂ© le titre qui a reposĂ© Erykah Badu sur mon atlas musical. Et, tout cela, suite Ă  un stage d’apnĂ©e Ă  Quiberon, en Bretagne, avec mon club le mois dernier. Parce-que j’ai fait des photos. Et qu’ensuite j’ai fait deux  diaporamas, un long et un court, et qu’à chaque fois cette chanson d’Erykah Badu a Ă©tĂ© celle que j’ai mise au premier plan.

 

De l’apnée en Bretagne, et, aussi, de la chasse sous-marine, à Erykah Badu. Nos directions et notre façon d’écouter la vie restent assez imprévisibles. Notre façon d’écouter, surtout. Car, souvent, le reste suit. A plus ou moins long terme.

 

Franck Unimon, ce dimanche 6 juin 2021.  

Catégories
Pour les Poissons Rouges

Célébrités

 

                                                     CĂ©lĂ©britĂ©s

Un jour, toutes ces personnes que j’ai aimĂ©es Ă©couter,  regarder, ainsi que leurs Ĺ“uvres. Qui m’ont guidĂ©, protĂ©gĂ© et aidĂ© Ă  me dĂ©cider. Que j’ai souvent- ou toujours- placĂ©es au dessus de moi, de mes idĂ©es. Grâce auxquelles j’ai fait mes choix, me suis fâchĂ©, ai Ă©voluĂ©.

 

Toutes ces personnes que je n’ai jamais rencontrées. Avec lesquelles je n’ai pas vécu. Auxquelles je ne me suis pas confronté. Toutes ces statues.

 

Toutes ces personnes, religieuses, politiques, artistes, intellectuelles, riches, charismatiques et belles, un jour, je m’apercevrai qu’elles n’ont pas existé. Et que, depuis le début, c’est moi et le plus grand nombre qui les avons fait vivre, rendus vibrants et exceptionnels. Elles, elles se sont présentées ou avait déjà été mises là par d’autres, avant nous, qui les avaient fait vivre, entretenues, et nous avaient ensuite passé le relais.

 

Sans toutes celles et tous ceux qui nous ont précédés et qui les ont fait vivre, il ne serait resté que des ruines ou quelques échos migratoires plus ou moins persistants.

 

C’est par ce genre de mystère que nous pouvons aussi rĂ©aliser certaines inventions. L’observation et l’imitation ne sont pas les seuls moyens dont nous disposons pour inventer. La projection, le fait de se protĂ©ger en l’autre, de confondre « Je Â» avec « toi Â» ou « Je Â» avec « nous Â», est un de nos plus grands pouvoirs.

 

Il nous distingue, pour l’instant, de beaucoup d’espèces. Grâce Ă  lui nous pouvons nous diriger. Nous propulser dans l’espace et aussi ailleurs. Car il peut, aussi, nous rendre, très fous :

 

C’est à dire, connus du plus grand nombre.

 

Franck Unimon, dimanche 6 juin 2021. 

Catégories
Corona Circus Croisements/ Interviews

Un supermarché pour tout

 

Un supermarché pour tout

Ce matin, je suis retourné dans un Décathlon. Je cherchais des mitaines pour faire du vélo. Les miennes commencent à être usées. Et un short, tendance cuissard, pour faire du vélo.

 

Aujourd’hui, on peut se rendre dans une enseigne de cette chaine – DĂ©cathlon– de grands magasins de sport comme chez le boulanger ou le marchand de primeurs. Trente ans plus tĂ´t, dans les annĂ©es 60, cela eut Ă©tĂ© inconcevable. C’était un autre monde.

 

C’est pareil pour certaines grandes enseignes de bricolage. Et d’autres enseignes telles que la Fnac qui agrège librairie, informatique, photographie, produits high tech, Cds, Blu-rays et autres. Il y a aussi Darty. S’y rendre est une formalitĂ©.

 

On entend encore parler de la mort des petits commerces et de l’artisanat. Mais on n’est pas à ça près. D’abord, on fait avec ce qui se trouve à proximité, ce qui est moins cher et le plus pratique. Les supermarchés offrent des grandes quantités, de la variété. Et nous sommes preneurs. Je suis preneur.

 

Avant d’aller Ă  DĂ©cathlon, j’ai confiĂ© mon vĂ©lo Ă  un petit magasin de cycles qui a ouvert Ă  quelques minutes de lĂ , il y a quelques mois :

La Roue Liber.

 Pour des nouveaux patins de frein. J’ai prĂ©fĂ©rĂ© passer par un petit magasin Ă  une chaine telle que DĂ©cathlon. Ceci afin de soutenir un peu Ă©conomiquement les petits commerces.

 

Je m’échappe de plus en plus des grandes surfaces. Sauf quand je n’ai pas le choix.

 

Dans le petit magasin de cycles, La Roue Liber,  j’ai Ă©tĂ© Ă©tonnĂ© lorsque celle qui m’avait accueilli m’a demandĂ© :

« Vous voulez boire, quelque chose ? Â». J’étais en train de refermer mon sac Ă  dos et j’allais partir Ă  DĂ©cathlon.  

 

J’ai acceptĂ© de prendre un verre d’eau. En me l’apportant, cette mĂŞme personne m’a dit :

 

« Vous pouvez aller vous asseoir sur la terrasse. C’est Ă  nous Â». Devant le magasin de cycles, se trouve en effet une petite terrasse. Près de la route. Donc, Ă  portĂ©e des pots d’échappement des voitures des rues parisiennes. Mais, lorsque l’on passe du temps Ă  Paris, on est immunisĂ© contre ce genre de paradoxe. Et puis, une telle proposition dĂ©tonait dans,  pratiquement, toute ma vie de consommateur. 

 

Alors, mettons-ça sur le fait que ce magasin de cycles vient d’ouvrir. Qu’il se constitue sa clientèle. Et que dans d’autres commerces, telles les concessions automobiles ou certains opticiens, on fait aussi ce genre de proposition.

 

Après mon verre d’eau, je suis parti vers la grande enseigne du sport (DĂ©cathlon). J’avais Ă  peine fait quelques mètres que je suis passĂ© devant une pâtisserie tenue par un couple japonais. Je ne l’avais jamais vue auparavant. Le couple Chiba. AngĂ©lique, qui tient cette pâtisserie avec son mari, m’a parlĂ©. Mais j’avais « mon Â» DĂ©cathlon en tĂŞte. Alors, je lui ai rĂ©pondu que je reviendrais plus tard.

 

 

Sur le chemin, je suis passĂ© devant un autre magasin d’articles de sport. Une marque plutĂ´t cotĂ©e, assez technique, qui, depuis plusieurs annĂ©es, s’est ouverte au grand public : La marque Salomon. Avant, mĂŞme s’il y en a encore peu, aujourd’hui, en plein Paris, on trouvait moins ou pas de magasins reprĂ©sentant exclusivement cette marque.  

 

En vitrine, j’ai aperçu un pantalon qui m’a plu. Dans le magasin, j’ai demandé conseil à l’un des vendeurs. Le vendeur ne voyait pas de quel pantalon il s’agissait. Il a accepté de me suivre dans la rue où je le lui ai montré. Pour finalement m’apprendre qu’il s’agissait d’un article….pour femme

 

S’adressant Ă  moi comme si je comprenais  son langage, le vendeur m’a annoncĂ© qu’il s’agissait d’un pantalon « chino Â» et « wide Â».

 

Je n’ai pas compris tout de suite.  Je lui ai fait rĂ©pĂ©ter. J’ai mĂŞme compris « Wild Â».

Peut-ĂŞtre parce-que, dehors, face Ă  lui, je me suis senti un peu soupesĂ© par le vendeur en tant que valeur sur le marchĂ© du sexe. Car j’ai oubliĂ© de dire que je m’étais mis Ă  mon avantage pour cette sortie :  

Cycliste noir moulant, mi-cuisses, baskets, allure sportive. Puisque j’avais pris mon vĂ©lo et qu’il faisait chaud.  

 

Les femmes ont les jupes, les robes, les dĂ©colletĂ©s, les  bustiers, les les jambes nues et autres prompteurs Ă  cristaux liquides. Un retard d’acclimatation peut Ă©tourdir et faire perdre un peu le goĂ»t de l’heure et du temps qui passe. Cependant,  nous, les hommes, en Ă©tĂ©, ou lorsqu’il fait chaud, l’équivalent de notre panoplie Ă©rotique ou sensuelle peut-ĂŞtre une certaine allure sportive.  Avec ou sans marcel. Avec ou sans gamelle.

 

Le magasin Salomon n’avait pas encore reçu ce type de pantalon. Je pouvais en trouver sur le site internet. A voix haute, je me suis soudainement plongĂ© dans un abysse d’incertitudes inĂ©luctables :

Pouvais-je- en- tant -qu’homme-porter- un- tel- pantalon- puisqu’il- s’agissait- d’un article- fĂ©minin ?

Notre vendeur, empathique, et pragmatique, m’a alors dit :

« Il m’arrive de mettre des vĂŞtements pour femmes. Ça va passer crème ! Â». Il fallait juste que je me fasse Ă  l’idĂ©e que c’Ă©tait un pantalon “taille haute”. 

 

«  Passer Crème ! Â».  Cette expression, je l’ai dĂ©couverte par hasard en Ă©coutant un concours d’éloquence il y a un ou deux ans.

 

Au DĂ©cathlon, je n’ai pas trouvĂ© ce que je cherchais. Ni Ă©loquence. Ni crème. Les mitaines Ă©taient moches. Il n’y avait pas le short que je recherchais, non plus. Mais j’ai trouvĂ© un  vendeur qui a bien voulu m’aider. Pendant toutes ces annĂ©es, j’avais Ă©tĂ© suffisamment nĂ©gligent pour laisser le code barre sur mes mitaines usagĂ©es. Cet article ne se vend plus m’a appris le jeune vendeur. « C’est un vieil article Â» a-t’il continuĂ©  tel un expert qui, examinant au microscope les lignes de ma main, s’aperçoit qu’il a affaire Ă  un objet dĂ©suet. Puis, il m’a assurĂ©  que j’avais dĂ» le payer «  six euros Â». Les nouvelles- et moches- mitaines prĂ©sentes devant moi dans les rayons coĂ»tent dĂ©sormais 20 euros.  

 

Les employés des enseignes comme Décathlon sont désormais souvent de passage. Comme dans les banques. On se rappelle davantage du nom de l’enseigne, de l’article ou de la marque que l’on achète.

 

Après Décathlon, je me suis arrêté dans la pâtisserie tenue par le couple japonais. J’ai appris qu’elle existait depuis…42 ans.

 

« Tout est fait maison Â», concernant les pâtisseries, m’a appris AngĂ©lique. Celle-ci, la soixantaine, s’est affairĂ©e pour me servir. Il y avait sans doute le cĂ´tĂ© commercial qui consiste Ă  vouloir faire acheter le plus de produits. Mais, aussi, la volontĂ© de conseiller.

 

Un habituĂ© est arrivĂ©. Un homme en costume cravate. L’heure du dĂ©jeuner approchait. Comme AngĂ©lique s’occupait de moi, après l’avoir saluĂ©e, il s’est installĂ© tranquillement en terrasse. AngĂ©lique a continuĂ© Ă  me parler des autres thĂ©s disponibles. Fouillant dans ses placards, elle sortait des grands paquets de hojicha, de GemmaĂŻcha. Elle m’a parlĂ© d’un thĂ© Sencha qu’elle venait de recevoir et qu’elle allait goĂ»ter. Mais celui que j’avais pris Ă©tait très bon ! Elle vendait du Matcha, aussi. Mais, le matcha, lui ai-je dit, je ne sais pas le faire. Alors, AngĂ©lique de me dire :

 

« Un jour, si vous avez le temps, je vous montrerai Â». Je lui ai rĂ©pondu :

« Je prendrai le temps Â». Elle s’est mise Ă  rire. Approuvant sans doute ma conduite.

 

Au moment de partir, je l’ai remerciĂ©e en Japonais : « Arigato Gozaimasu Â». Alors, s’inclinant vers moi avec dĂ©fĂ©rence, AngĂ©lique m’a Ă©galement rĂ©pondu en Japonais.

 

J’ai rĂ©cupĂ©rĂ© mon vĂ©lo Ă  La Roue Liber. J’ai Ă©tĂ© content de la rapiditĂ© des « travaux Â». J’avais Ă©tĂ© informĂ© par sms -alors que j’étais encore au DĂ©cathlon- qu’il Ă©tait prĂŞt.

 

Ensuite, je suis passĂ© dans cette pharmacie, près de la gare de St Lazare, qui a, depuis peu,  changĂ© d’emplacement. Elle est s’est maintenant rapprochĂ©e d’un grand hĂ´tel : Le Hilton.

 

L’intĂ©rieur a Ă©tĂ© modifiĂ©. Très Ă©clairĂ©. Cela se veut modĂ©lisĂ©. Prestigieux. Mais, impossible de trouver les huiles essentielles. Une personne de la pharmacie, souriante, me rĂ©pond que, dĂ©sormais, il suffit de faire la commande en appuyant sur un grand Ă©cran. Et que le flacon arrive dans une sorte de boite. Mais ça ne marche pas. On ne peut pas sĂ©lectionner l’huile essentielle que je souhaite acheter. L’écran « cale Â»  Ă  la lettre « G Â». Je dois donc me passer de l’huile essentielle que je comptais acheter.

 

J’escompte trouver du dentifrice. On m’indique oĂą se trouvent les tubes de dentifrice. Parmi les diffĂ©rents dentifrices, je ne trouve pas le dentifrice que je cherche. « Avant Â» le dĂ©mĂ©nagement, je le trouvais facilement. Je sors de la pharmacie sans rien acheter. J’irai ailleurs, une autre fois, dans un supermarchĂ© oĂą je trouverai ce que je « cherche Â».

 

Il y a des supermarchĂ©s pour tout. Partout. BientĂ´t, il y aura aussi des supermarchĂ©s oĂą nous trouverons des premiers prix pour nos tombes. Bien-sĂ»r, tout n’est pas perdu. Puisqu’il y a eu des pauses  et des oasis tels que ce magasin de cycles et cette pâtisserie. Et, il en existe d’autres. Certaines de ces oasis viennent de se crĂ©er ou vont se crĂ©er. D’autres sont lĂ  depuis longtemps et sont seulement connues des habituĂ©s ou de leur proche voisinage.

 

A La Roue Liber, le réparateur, prévenant, m’a engagé à ne pas appuyer trop fort sur les freins. Afin, de me réhabituer au système de freinage. Je l’ai écouté avec approbation.

 

Le monde dans lequel nous vivons, auquel nous appartenons en grande partie, et qui nous consomme, autant que nous le consommons, n’aime pas freiner. Ses freins sont  dĂ©fectueux ou usĂ©s. Ou brutaux. Il faudrait sans doute partir loin de tout ça avant l’irrĂ©mĂ©diable. Savoir sortir, au bon moment, de ces supermarchĂ©s- et de leurs hiĂ©rarchies- depuis longtemps Ă©tablis dans notre tĂŞte. Cela peut sans doute s’apprendre au jour le jour. Car nous avons encore plus de pensĂ©es et de rĂŞves qu’il n’existe de supermarchĂ©s.

 

Franck Unimon, ce jeudi 3 juin 2021.