Catégories
Voyage

Etat Satisfaisant

Etat Satisfaisant

 

 

Ils sont seulement deux dans la rue à fumer du tabac. Je m’adresse au premier, mince, la trentaine. Je ne suis pas du coin. « Vous voulez quoi ? ». Je veux manger. Il réfléchit. Un troisième homme, peut-être plus âgé, plus imposant physiquement, sort pour lui parler. Mon interlocuteur sort un ou plusieurs billets. L’homme repart en se contentant de ce qu’il vient de recevoir. Puis, mon interlocuteur me fait une suggestion. J’acquiesce. J’entre pratiquement à sa suite. Dedans, tout est plein de monde attablé, son verre et son repas devant lui. Femmes, hommes. Tout le monde est assis. Aucun enfant. L’intérieur est un peu cheap. Personne ne danse. Personne ne sourit. Personne ne rit. C’est la fête. C’est le 25 décembre. C’est Noël.

Je porte un sac assez volumineux. On me bouscule sans ménagement en passant. L’allée est étroite. Pas un pardon. C’est de ma faute. Je ne suis pas chez moi et mon sac gêne. Je ne fais pas d’histoires.

Quelques mètres devant moi, j’aperçois mon interlocuteur faire la bise à quelqu’un puis disparaitre. Je ne le reverrai plus. Sur deux écrans passent la même vidéo. Difficile de savoir si le clip est passé et date d’une vingtaine d’années ou si la qualité de la VHS a été abandonnée dans quelque terrain vague. Après un chanteur qui se déhanche de façon rétro, des hommes en treillis et torse nu dansent sur scène du coupé-décalé   avec une gestuelle et une fierté martiales. Certains se jettent par terre et se remettent sur pied sans le moindre tourment et prêts à recommencer. Je suis le seul être captivé. Je suis époustouflé devant cette découverte pourtant datée. Bien entendu, je savais ce qu’était le coupé-décalé. Mais j’y vois désormais une vitalité cachée aux yeux du plus grand nombre dans cette ville et néanmoins banale dans ce restaurant. Dans ce restaurant, nous sommes en Côte d’Ivoire ou quelque part en Afrique noire. De l’autre côté de la frontière, en traversant la rue, un restaurant béninois désert avec seulement trois clients. Lorsque je tourne un peu la tête dans la salle, une femme, parmi les clients, me regarde. Je crois avoir été reconnu à ma façon de me tenir. Je ne suis pas d’ici. En Guadeloupe, rien qu’à notre façon de marcher, il est possible de savoir si l’on est du pays ou si l’on « vient de France ». Alors, ici, parmi tous ces locaux, je ne me fais aucune illusion.

La serveuse me demande ce que je veux emporter. Elle me répond que la machine à carte ne marche pas. Elle me la désigne dans un coin près de la caisse. Comme si le simple fait pour moi de la voir valait confirmation de ses dires. Je la crois. Je la remercie et m’en vais en lui disant que je vais revenir. Une fois dehors, je change d’avis. Je n’ai pas envie d’aller chercher de l’argent dans un distributeur.

 

Quand je reviens sans mon sac quelques minutes plus tard, un homme blanc passe devant le restaurant sans s’arrêter. Il sait où aller alors qu’il s’éloigne aussi facilement qu’une raie Manta. Assez grand, blouson noir, pantalon noir, il est alors pour moi le reflet d’un monde qui passe devant un autre monde sans le percevoir ou s’en émouvoir. Comme lui, je fais de même tous les jours et, ce, plusieurs fois par jour. Depuis des années. Cela fait plus de neuf ans que je passe près de ce restaurant dans le 18ème arrondissement de Paris. Et c’est la première fois que j’y entre.

Je pense à Basquiat et à ses voyages en Afrique. Mais impossible d’en discuter avec la serveuse quand elle m’apporte mon repas enveloppé dans plusieurs feuilles d’aluminium disposées dans un sac en plastique. Quatre exactement. Une pour les « condiments », une pour le piment, une pour l’Attieke, et une pour le poisson. Entretemps, j’ai lu l’avis des instances sanitaires qui ont inspecté le restaurant :

« Etat satisfaisant ».

 

Au moment de partir, je guette un sourire de celui qui semble être le patron et qui tient la caisse. Il a alors dans les mains quelques billets. Mais celui-ci n’a de sourire que pour son argent – ce soir, les affaires sont sans doute très bonnes- et s’il me regarde, c’est plutôt avec étonnement voire un peu de méfiance : je pourrais peut-être convoiter sa richesse du soir. Je renonce très vite aux politesses d’usage lorsque, ravi, le client servi s’en va.

Dans mon service, une fois les quatre feuilles d’aluminium dépliées sur la table, je découvre un repas pour deux personnes. Mais ma collègue et amie a déjà mangé. Néanmoins, elle est tentée par les « condiments ». Elle déchante en les goûtant. Ceux-ci sont constitués d’un piment cru, vert, serpent au venin assez puissant qui me surprend aussi en dépit de mon éducation culinaire. A côté, le piment officiel fourni avec le repas fait figure de sauce tomate. Mais le repas est bon. Le voyage en Afrique a lieu pour 15 euros.

 

J’ai ensuite un petit peu d’appréhension compte tenu de ce que je ressens dans mon estomac. Mais le lendemain et les jours suivants, je suis encore vivant.

Franck Unimon, ce dimanche 30 décembre 2018.

Catégories
Jeu

Visage partiel d’un comĂ©dien

                                    Visage partiel d’un comédien

 

 

 

 

J’ai commencĂ© Ă  prendre des cours de théâtre Ă  partir de la trentaine. J’ai alors estimĂ© que j’en avais le droit. J’y pensais depuis le lycĂ©e.

J’ai connu trois profs de théâtre.

VĂ©ronique Antolotti a Ă©tĂ© la première Ă  m’accepter dans son cours Ă  Taverny. MĂŞme si,  en raison de mes horaires de travail de l’époque, je pouvais venir au cours hebdomaire uniquement une semaine sur deux. Pour ces raisons, avant elle, deux profs de théâtre m’avaient refusĂ© dans leur cours Ă  Cergy-St-Christophe. J’habitais alors Ă  Cergy-Le-Haut.

Parmi les Ă©lèves de VĂ©ronique, j’étais donc celui qui effectuait le trajet le plus long. J’Ă©tais heureusement vĂ©hiculĂ©. Je venais avec ma vieille opel Corsa.

Véronique Antolotti faisait déja partie de la compagnie Théâtre en Stock. Une compagnie réputée dans le Val D’oise, rompue au théâtre de tréteaux et à d’autres genres tels que le théâtre d’improvisation. Véronique avait un côté maternant. Lorsque nous avions du mal avec une scène, elle nous la donnait presque à la becquée en interprétant avec évidence ce qui l’était moins pour nous. Elle insistait sur l’importance de se faire plaisir en jouant. Je suis resté deux ans avec elle, je crois.

Aujourd’hui encore, je me la rappelle au parc de Cergy-préfecture. Sans doute lors du festival Cergy’Soit : elle jouait une femme enceinte exténuée, au bord de se soulager alors qu’elle allait enfin réussir à s’asseoir sur une chaise quand…. finalement, cette place lui était ravie. Sa libération à venir suivie de sa désillusion, tout avait été exprimé/décomposé/exposé au ralenti  sans un mot par son visage et son attitude corporelle. C’était il y’a à peu près quinze ans.

 

Ensuite, grâce à Bernard Fleury, un partenaire du cours de Véronique, j’ai rejoint la compagnie L’Orpailleur dirigée (sans doute crééé) par Christian Bordeleau à Paris du côté de Nation. Bernard prenait déjà des cours avec Christian. Le cours de Christian se terminait à 23h et je m’endormais contre la vitre dans le RER A en rentrant à Cergy-Le-Haut.

Originaire du Québec, Christian était arrivé en France avec une expérience certaine, qu’il avait continué d’élargir, dans le milieu du spectacle vivant. Tout en étant intermittent du spectacle à Disney, il n’en poursuivait et n’en poursuit par moins divers projets. Je suis resté deux ou trois ans avec Christian.

Avec lui, j’ai découvert que l’on pouvait faire du théâtre amateur sur scène à Paris avec une entrée payante pour le public. Il nous est arrivé de faire dix (peut-être plus) représentations de la pièce que nous avions travaillée. Comme nous avions un emploi pour la plupart d’entre nous, les dates étaient espacées sur environ un mois. Parallèlement, Christian met également en scène des comédiens professionnels et il nous incitait à venir voir ce travail. C’est ainsi que j’ai fait la connaissance de l’univers de Torch Song Trilogy par exemple. De temps à autre, il nous répétait:

« Ne vous jugez pas ! ».

 

Après avoir arrĂŞtĂ© les cours avec Christian, j’ai participĂ© Ă  deux projets théâtraux professionnels au théâtre du Nord-Ouest.  GaĂ«tan Aubry, comĂ©dien professionnel, qui avait assistĂ© Christian pendant une annĂ©e m’avait parlĂ© de deux jeunes metteurs en scène, Marion Carroz et YaĂ«l Zlotowski, qui cherchaient des comĂ©diens pour adapter La ComĂ©die des erreurs de Shakespeare. J’ai passĂ© l’audition. J’ai Ă©tĂ© retenu pour un rĂ´le. Les comĂ©diens professionnels Ă©taient majoritaires dans ce projet. Si, sur scène, j’ai fait mon travail, d’un point de vue humain, j’Ă©tais intimidĂ© par l’aisance de plusieurs de mes partenaires. D’un point de vue social, je me suis sĂ»rement mal “vendu” . Erreur que j’allais rĂ©pĂ©ter plus tard lors de mon expĂ©rience de journaliste cinĂ©ma avec Brazil ( voir mon article CinĂ©ma 2 dans la rubrique CinĂ©ma)

NĂ©anmoins, Martine Delor, comĂ©dienne professionnelle, Ă©galement impliquĂ©e dans la pièce La ComĂ©die des erreurs, faisait partie de mes partenaires de jeu. Elle a ensuite pensĂ© Ă  moi lorsqu’elle a mis en scène Le Bourgeois africain toujours au théâtre du Nord-Ouest. Ces deux pièces ont dĂ» ĂŞtre jouĂ©es, chacune, entre quinze et vingt fois.

J’ai aussi participé au projet de mon ami Pierre Cassard qui avait écrit sa pièce, Raguse An 01. Pierre était arrivé un an après moi au cours de Christian Bordeleau et nous avons sympathisé.

Nous avons joué sa pièce avec lui et deux autres comédiens au théâtre Darius Milhaud, une bonne dizaine de fois. Peut-être plus.

Grâce Ă  une amie comĂ©dienne, metteur en scène et Ă©galement prof de théâtre, Katia Redier, j’ai eu la chance de me rendre une fois en tant que spectateur au festival d’Avignon.

En 2013, j’ai revu par hasard un copain de lycĂ©e, aujourd’hui comĂ©dien professionnel : François Podetti. Notre prĂ©cĂ©dente rencontre datait d’environ 20 ans plus tĂ´t. J’Ă©tais, je crois, allĂ© le voir jouer sur scène ainsi qu’un autre de ses amis de lycĂ©e, Ernesto, Ă  la MJC Daniel Ferry Ă  Nanterre.

En 2013, j’ai revu et reconnu François une première fois dans le mĂ©tro parisien. Plusieurs mètres nous sĂ©paraient. Le mĂ©tro Ă©tait plein. Je me suis dĂ©placĂ© jusqu’Ă  lui. François m’a ensuite rĂ©pondu qu’il m’avait, lui, reconnu…à ma voix.

Puis, quelques semaines plus tard, je l’ai recroisé une seconde fois près de la gare St Lazare. A nouveau par hasard. Nous avons pris rendez-vous pour prendre le temps de nous revoir peu après.

Lors de notre troisième rencontre, François m’a spontanĂ©ment parlĂ© d’un de ses amis de lycĂ©e dont je parle dans mon article LycĂ©e  (voir la rubrique Echos Statiques).  L’évĂ©nement l’avait Ă©videmment marquĂ©.

Après m’avoir écouté, François m’a dit que ce serait dommage d’arrêter le théâtre au vu de mon parcours. Il m’a conseillé de reprendre des cours pour me remettre dans le coup.

C’est ainsi qu’au lieu de me rĂ©inscrire Ă  un cours de guitare basse pour dĂ©butants, je me suis inscrit au conservatoire d’Argenteuil pour y suivre des cours d’interprĂ©tation théâtrale avec Michelle BrulĂ©. Comme tous les aspirants, j’ai passĂ© une audition.

 

Michelle BrulĂ© m’a permis d’accĂ©der Ă  des cours traditionnellement rĂ©servĂ©s Ă  des jeunes de 18 Ă  25 ans qui se destinent Ă  devenir comĂ©diens professionnels. J’en avais 45. Avec quelques autres sĂ©niors ou plus jeunes adultes, j’ai ainsi pu prendre part Ă  la formation théâtrale dispensĂ©e dans un conservatoire. Pour la première fois, je me rendais Ă  mes cours de théâtre Ă  pied. Certaines et certains de mes partenaires de cours venaient de Paris, Enghien, Courbevoie, Sartrouville….

Je travaillais déjà de nuit lorsque cela a commencé avec Michelle et ma fille est née un mois après le début des cours avec trois mois d’avance.

J’ai néanmoins fait mes trois années de cours avec Michelle à raison, pour la dernière année, de 10 à 12 heures de cours par semaine. Une semaine sur deux, je me rendais au cours de quatre heures du lundi après-midi après avoir effectué deux nuits de travail. Une troisième nuit de travail m’attendait après le cours. J’ai plusieurs fois remarqué que la fatigue me permettait de mieux jouer même si elle avait aussi des petites incidences sur ma mémoire du texte.

Pour mon travail de fin de formation, j’ai écrit mon texte et fait un solo de 30-40 minutes. Je ne suis pas satisfait de la captation qui en a été faite. Je ne peux donc pas la montrer.

Avec Michelle, j’ai dĂ©couvert encore un peu plus l’exigence. C’était stimulant d’interagir avec des plus jeunes qu’ils se destinent ou non Ă  devenir professionnels. Et, il Ă©tait gratifiant de pouvoir jouer sur scène au Figuier Blanc Ă  la fin de l’annĂ©e ainsi qu’à La Cave Dimière. Comme il a Ă©tĂ© gratifiant que Michelle fasse venir des professionnels extĂ©rieurs que ce soit pour regarder notre travail, voire nous filmer face camĂ©ra. Et il a aussi Ă©tĂ© instructif d’aller voir d’autres comĂ©diens en formation Ă  Paris avec un de ses amis, Ă©galement professeur de théâtre et comĂ©dien. Et, avant cela, durant les trois annĂ©es, de tâter du cours de chant avec Françoise et du cours de danse avec Giovanna.

A la fin de ma première annĂ©e de cours, Michelle nous avait un peu parlĂ© de son parcours. Après quelques annĂ©es de théâtre au collège ou au lycĂ©e, elle avait dĂ©butĂ©  sa formation vers 16 ou 17 ans en Ă©tant acceptĂ©e Ă  l’ENSATT  ( Ecole Nationale SupĂ©rieure des Arts et Techniques du Théâtre aussi connue sous le nom de ” Ecole de la rue Blanche” Ă  Lyon). Ensuite, Michelle avait complĂ©tĂ© sa formation en intĂ©grant le CNSAD ( Conservatoire National SupĂ©rieur d’Art Dramatique Ă  Paris dans le 9ème arrondissement). Je n’avais pas perçu avec prĂ©cision ce que cela impliquait hormis le fait que l’ENSATT comme le CNSAD sont  respectivement une Ă©cole et un conservatoire accessibles Ă  peu de prĂ©tendants. Mais en Ă©crivant cet article, j’en prends un peu plus la mesure alors que je prends le temps de me renseigner ( 3% d’admis chaque annĂ©e pour le CNSAD) . Et, c’est maintenant que j’apprends les noms de ces comĂ©diens aujourd’hui plutĂ´t indiscutables qui se sont Ă©galement formĂ©s au CNSAD avant, pendant ou après la formation de Michelle. La liste est longue mais citons en quelques uns afin de se donner une idĂ©e : Muriel Robin, Jean-Hugues Anglade, Jean-Paul Belmondo, Vimala Pons, Vincent Macaigne, Atmen Kelif, AndrĂ© Dussolier, CĂ©line Sellette, Pierre Niney, Jean Rochefort, Eric Ruf, Philippe Torreton, GrĂ©gory Gadebois, Zita Hanrot, Jeanne Moreau….

(L’entrĂ©e du CNSAD au 2, Bis Rue du Conservatoire Ă  Paris dans le 9ème arrondissement. Photo : par Franck Unimon)

 

 

Après le CNSAD, pendant des annĂ©es, Michelle a tenu  des rĂ´les de jeune première dans des classiques du théâtre.  Elle a travaillĂ©, entre-autres, avec Pierre Debauche. Elle a aussi fait des Ă©tudes de philo. Puis, vers la trentaine ou la quarantaine, elle s’est lancĂ©e dans une carrière de musicienne et de chanteuse Rock avec son accordĂ©on. Elle est toujours comĂ©dienne.  Et, nous avons eu la possibilitĂ© de venir la voir sur scène alors qu’elle donnait sa crĂ©ation en solo.

 

Véronique, Christian et Michelle m’ont tous les trois étonné à plusieurs reprises par l’étendue de leur culture et la tenue de leur engagement personnel. A les voir, Il semble qu’évoluer dans le milieu du théâtre soit synonyme au moins de ces deux mots.

 

Depuis mes cours avec Michelle, terminĂ©s en 2016, j’ai fait un tout petit peu de figuration. Dans un long mĂ©trage de Lucien Jean-Baptiste, Dieu Merci (on a tous un rĂŞve de gosse) grâce Ă  Claire Diao, journaliste cinĂ©ma spĂ©cialiste du cinĂ©ma d’Afrique, co-fondatrice de la revue digitale AWOTĂ©lĂ© . Je crois que Claire est Ă©galement productrice. Entre-autres. Claire est Ă©galement l’auteure du livre Double Vague. J’ai fait la connaissance de Claire alors que j’Ă©crivais pour le site Format Court. ( je parle un peu de cette expĂ©rience dans l’article CinĂ©ma2 dans la rubrique…CinĂ©ma).

Depuis 2016, j’ai aussi fait un petit peu de figuration dans le court-métrage Na, tout pour elle de Djigui Diarra rencontré sur le tournage du film de Lucien Jean-Baptiste. Djigui poursuit son éclosion. Il a figuré dans le long métrage de Raoul Peck sur Karl Marx. Il continue de réaliser des courts métrages dans lesquels il joue tel que Malgré eux qui a remporté plusieurs prix.

 

J’ai aussi fait une brève apparition dans le long mĂ©trage de Pascal Tessaud : Brooklyn. Mais comme je l’avais expliquĂ© Ă  mon copain de lycĂ©e, François Podetti, je n’aime pas passer des casting. J’ai beaucoup de mal Ă  me faire aux codes des casting. Cela m’ennuie. Je me rappelle de l’air aussi Ă©berluĂ© que comprĂ©hensif d’un comĂ©dien lors du tournage ( une scène de nuit) du court mĂ©trage VirĂ©e Ă  Paname de Carine May et Hakim Zouhani. J’y faisais de la figuration et je venais d’expliquer que je n’aime pas passer des casting. Sage et pragmatique, ce bon comĂ©dien auquel je venais de m’adresser ( qui a un bon rĂ´le dans le film Rengaine de Rachid DjaĂŻdani ) m’avait rĂ©pondu : ” Pourquoi pas ? Si tu as le rĂ©seau…”. Je n’avais pas de rĂ©seau particulier en tant que comĂ©dien. PlutĂ´t des mèches ou des amorces. J’avais tout Ă  faire.  Quand j’y repense, cela me rappelle une lointaine discussion avec mon grand-père lorsque celui-ci Ă©tait encore vivant, sur la terrasse de sa maison Ă  Morne-Bourg, en Guadeloupe. Muni de ma plus pĂ©nĂ©trante intelligence, je venais de dĂ©clarer Ă  mon grand-père que j’aimerais bien vivre en couple avec quelqu’un avec qui il n’y’aurait ni dispute ni dĂ©saccord. Magnanime, mon grand père m’avait alors rĂ©pondu :

“Sa Pa On MovĂ© Bitin”. ( Ce n’est pas une mauvaise chose). J’avais nĂ©anmoins dĂ©celĂ© dans sa politesse un indice. Plus tard, j’ai compris que mon grand-père m’avait tĂ©moignĂ© une certaine indulgence pour ma stupiditĂ© et mon ignorance. Allez savoir ! Ce comĂ©dien rencontrĂ© sur le tournage de VirĂ©e Ă  Paname m’a peut-ĂŞtre dit les mots que l’âme de mon grand-père lui a alors soufflĂ©. C’Ă©tait il y’a trois ou quatre ans.

Or, depuis 2016, j’ai plutĂ´t eu envie de souffler.  De me consacrer Ă  l’écriture. J’étais supposĂ© me consacrer Ă  l’écriture d’un scĂ©nario. Finalement, pour l’instant, j’ai surtout Ă©tĂ© inspirĂ© pour crĂ©er un blog…. et, avant cela, pour dĂ©couvrir l’apnĂ©e. Ce qui est une façon de souffler.

 

J’avais prĂ©vu, Ă  la fin de cet article, de poster une vidĂ©o me montrant sur scène avec une de mes partenaires en 2016. Mais la vidĂ©o, d’une durĂ©e de 16 minutes, est pour l’instant trop lourde pour ĂŞtre mise sur le blog. J’espère rĂ©ussir Ă  l’allĂ©ger  afin de la publier très rapidement.

 

 

Franck, ce vendredi 28 décembre 2018.

Catégories
DĂ©troits

Basquiat

 

 

 

 

 

La double exposition Egon Schiele/ Jean-Michel Basquiat démarrée le 3 octobre 2018 est prolongée jusqu’au 21 janvier 2019 du fait de son succès. Elle se déroule dans la Fondation Louis Vuitton. Celle-ci a été crééé dans le 16ème arrondissement de Paris, quartier bourgeois (environ trois à quatre fois le prix du mètre carré de la ville où j’habite pour rester modeste), près du jardin d’acclimatation, par le fils du milliardaire dont j’ai retranscrit quelques propos au début de mon article Privilégié( rubrique Echos statiques)

 

Pour un milliardaire, investir dans l’Art est un moyen de laisser son nom dans l’Histoire en « léguant » des œuvres ou des lieux à même de permettre de venir les découvrir et les admirer. C’est aussi un moyen légal de pratiquer l’évasion fiscale. Je l’ai appris récemment. Parce-que je suis un peu bête. En lisant cette interview (qui date d’environ six mois) du père milliardaire qui, bien que laissant son fils prendre sa relève le critique un peu en passant.

Je l’ai aussi appris en le lisant dans quelque journal :

Dans Privilégié, j’ai écrit que le mouvement des gilets jaunes – qui persiste de différentes manières- avait aussi d’autres origines que des motivations financières. Je le crois toujours. Mais les causes financières sont néanmoins bien présentes et restent les premières raisons de mécontentement pour bien des gilets jaunes. Un certain nombre de gilets jaunes – et d’autres- savent (pour le voir et le vivre) que les riches deviennent de plus en plus riches depuis vingt à trente années et que les pauvres deviennent de plus en plus pauvres. Mais aussi que les riches pratiquent de plus en plus et de mieux en mieux l’évasion fiscale. Et, ce, tandis que les pauvres et les classes moyennes doivent supporter de plus en plus d’efforts financiers. Les gilets jaunes et d’autres ont le sentiment que le résultat de leurs efforts financiers est de moins en moins visible dans cette vie qui est la leur que ce soit pour s’alimenter, pour l’accès aux soins, à une bonne offre de scolarité pour leurs enfants ou pour partir en vacances pour parler de quelques sujets prioritaires.

 

Mais ces affirmations sont insuffisantes.

 

Pour réussir dans la vie, pour espérer convaincre, il est d’usage à un moment donné de recourir à des chiffres. Seul le naïf, le privilégié fanatique ou le plus que chanceux, peut continuer de croire qu’il réussira une entreprise ou à convaincre par sa seule volonté, dès son premier essai, en s’adossant uniquement à ses bonnes intentions, sa ponctualité, ainsi qu’à la chance et au hasard. Les chiffres, les maths et les probabilités deviennent à un moment ou à un autre un passage obligé. Je dois donc, aussi, en passer par les chiffres.

 

 Le Canard Enchainé numéro 5120 de ce mercredi 19 décembre 2018 en rappelle d’abord quelques uns. Le journaliste C.L , dans son article Les géants d’Internet remercient les gilets jaunes explique pour débuter , qu’ironiquement, le mouvement des gilets jaunes a « (….) fait, sans le vouloir, les affaires des multinationales du numérique, reconnues pour leur talent à gruger le fisc ». Car, nous explique ce journaliste, à quelques semaines des fêtes de Noël, le blocage des ronds points par les gilets jaunes et la fermeture «  des magasins pour cause de manifs du samedi ont rempli les caisses des plateformes de vente en ligne comme Amazon. La colère des gilets jaunes a aussi dopé la fréquentation de Facebook, Twitter et Google ».

Pourquoi ? Parce-que le mouvement des gilets jaunes a fait parler de lui tant du côté des média que des particuliers.

Cette médiatisation a néanmoins aussi servi le mouvement ; car, comme le notait une semaine plus tôt encore dans Le Canard Enchainé du mercredi 12 décembre 2018 ( numéro 5119 ), le rédacteur en chef Erik Emptaz, dans son article Gilets sur le Feu :

Malgré les travers du mouvement des gilets jaunes ( « incapacité à se trouver des représentants crédibles et non dérapants », «  le fatras souvent contradictoire et sans cesse réalimenté de leurs revendications », le «  complotisme », « racisme », « l’antisémitisme », « l’homophobie et d’autres détestables penchants de quelques uns de leurs adhérents », «  pertes de points de croissance », «  la casse engendrée par leur venue à Paris ou leurs défilés dans d’autres villes » ) celui-ci «  En moins d’un mois, sans tête pensante et à seulement 136 000 personnes dans tout le pays dont 10 000 à Paris samedi dernier, soit un score des plus moyens s’il s’était agi des manifs sociales ordinaires, ils ( les gilets jaunes) ont réussi à obtenir plus que les syndicats en trente ans ». Or, grossièrement, on évalue à une trentaine d’années (voire une quarantaine d’années si on veut se référer à la date officielle du début de la crise économique en France et en Europe dans les années 70) la période à partir de laquelle, les acquis sociaux ont commencé à être entamés et la vie à devenir de plus en plus chère en France avec un saut dans l’hyperespace lors du passage à l’euro il y’a bientôt vingt ans.

 

Mais ce 19 décembre 2018, le journaliste C.L, dans Le Canard Enchainé , pointe le fait que malgré les succès politiques du mouvement populaire des gilets jaunes, les grosses entreprises , responsables d’une façon ou d’une autre de l’appauvrissement général, conservent une très bonne santé économique et financière. Ainsi, toujours selon C.L ce 19 décembre 2018 :

«  Amazon, qui truste en France 20% des achats en ligne, n’a payé à Bercy l’an dernier que 8 millions d’euros d’impôts. Le numéro 1 de l’e-commerce n’y est pas allé avec le dos de la souris pour minimiser son activité dans l’Hexagone : 380 millions d’euros de chiffres d’affaires déclaré, alors qu’il est, de l’avis des experts, quinze fois plus élevé, à 5,7 milliards !

Même tour de passe-passe pour Facebook, qui n’a donné au fisc que 1,9 million. Google, lui, n’a réglé que 14 millions d’euros d’impôts, sur un chiffre d’affaires annoncé de 325 millions, alors qu’il atteint presque 2 milliards. Quant à Twitter, avec une activité en France rapetissée à 12,5 millions d’euros, cinq fois moins que la réalité, il aura inscrit moins de 300 000 euros sur sa feuille d’impôts ».

Les GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft), rappelons-le, sont des entreprises américaines qui doivent leur réussite économique à la croissance d’internet et à tous les produits et transactions qui en découlent, sont actuellement et depuis des années les plus puissantes du monde.

 

On peut voir cet article comme la venaison et la confirmation d’un esprit gauchiste aigri et anti-américain. Puisque j’y parle assez peu de Basquiat , l’artiste-peintre, et encore moins d’Egon Schiele. Et que je vais parler, maintenant, de cet article que j’avais lu et oublié dans….le Télérama du 22 décembre 2018 au 4 janvier 2019 (c’est-à-dire en ce moment) et sur lequel je suis à nouveau tombé tout à l’heure par hasard.

Et que raconte entre-autre cet article, page 16, Le Mécénat Est-il Menacé signé Sophie Rahal ? :

 

«  (…) Mi-novembre une plainte contre X pour escroquerie et fraude fiscale a été déposée par une association anticorruption ; elle vise la Fondation Louis Vuitton. Financée par le groupe LVMH, cette institution culturelle est soupçonnée d’avoir bénéficié de la loi Aillagon pour réduire son impôt, pour un montant de 518 millions d’euros, entre 2007 et 2017. Depuis, le mécénat (surtout culturel) est sous le feu des critiques. C’est oublier qu’il permet de faire vivre de nombreux projets : création artistique, festivals, photographie…le secteur culture-patrimoine est d’ailleurs le deuxième à bénéficier du mécénat, après le social, et avant l’éducation ».

 

Et, lĂ , je retourne Ă  Basquiat et Egon Schiele.

 

Basquiat, pour moi, depuis une vingtaine voire une trentaine d’années, c’est un visage et un nom. Quelques photos. Je fais une courte allusion à Basquiat dans mon article (très long) Moon France.

J’ai oublié quand, pour la première fois, j’ai vu une photo de Basquiat. Lequel fait partie de ces jeunes artistes morts avant la trentaine et célébrés autant pour leur Art et leur talent que pour le fait d’être morts avant la trentaine : Jim Morrisson, Jimi Hendrix, Janis Joplin, Amy Winehouse, James Dean….

 

Je connais « mieux » le travail d’Egon Schiele. Il m’est arrivé d’acheter des cartes postales reproduisant certains de ses tableaux.

 

J’avais 20 ans lorsque Basquiat est mort en 1988. Si son Art et ses messages parlaient et parlent de moi, je ne les comprenais et ne les connaissais pas. Et c’est encore le cas. Comme ce jeune que j’avais interrogé à mon arrivée il y’a 11 ans à Argenteuil. Il ne comprenait pas et ne connaissait pas ce que je lui demandais. Assez souvent, il arrive que les gens ne comprennent pas ce que je leur demande. Et, ils croient que je me fiche d’eux. Il est vrai que je peux faire de la provocation surtout avec les personnes envers lesquelles j’éprouve sympathie ou affection.

Mais Je venais par le train du centre-ville d’Argenteuil. Et, je cherchais la médiathèque du Val d’Argenteuil. Nulle provocation de ma part.

Ce jeune du quartier, qui devait avoir entre 15 et 17 ans, peut-être plus, a réfléchi quelques secondes, plutôt perplexe. J’avais 8 ou 9 ans lorsque, pour la première fois ( je l’en remercie encore), notre instituteur, Mr Pambrun de l’école primaire Robespierre, nous avait emmené à pied, la classe entière, en longeant la piscine Maurice Thorez, jusqu’à la bibliothèque de Nanterre. Presque en vis-à-vis du lycée Joliot Curie où j’allais poursuivre ma scolarité quelques années plus tard. Et à partir de cette première fois avec la classe et Mr Pambrun, régulièrement, les samedis après-midis, je retournais seul ou avec un copain pour lire des bandes dessinées et emprunter des livres. Depuis, mon attachement aux bibliothèques et aux médiathèques s’est maintenu.

 

Trente ans plus tard, notre jeune de la dalle d’Argenteuil, à peine parti, je m’étais aperçu que la médiathèque que je cherchais était à peine à vingt ou trente mètres de nous. La médiathèque, lieu de culture et de rencontres, accessible et gratuit, ne faisait par partie du plan mental du jeune que je venais de rencontrer. C’est sans doute un préjugé de ma part : mais je m’avise aujourd’hui que si je lui avais demandé où trouver du shit (PS : je ne consomme aucun stupéfiant) il m’aurait peut-être mieux renseigné.

Toujours est-il que vis-à-vis de Basquiat, avec ou sans shit, je suis à peu près dans le même état d’esprit que notre jeune rencontré ce jour-là comme je cherchais la médiathèque du Val d’Argenteuil. Regarder cette nuit le documentaire Basquiat, une vie réalisé en 2010 par Jean Michel Vecchiet m’en persuade. J’ai emprunté le dvd dans la médiathèque de ma ville.

Si la musique et certains ralentis du documentaire me semblent trop appuyés, j’en ai néanmoins un peu plus appris sur Basquiat. Celui-ci est parti de chez lui à 15 ans comme beaucoup d’artistes et de personnes qui ont vécu dans la rue et qui ont « réussi » affirme Suzanne Mallouk, une de ses ex-copines devenue psychiatre et spécialiste des addictions si j’ai bien compris. Mallouk se cite parmi ces jeunes partis de chez leurs parents à 15 ans. Ainsi que Keith Haring qu’elle et Basquiat ont côtoyé. Madonna a fait partie de leur environnement. Elle se serait rapprochée de lui par intérêt alors qu’il était bien plus « famous » qu’elle.

 

A tort peut-ĂŞtre, en France, je pense Ă  BĂ©atrice Dalle comme faisant partie de ces artistes partis de chez eux Ă  15 ans.

 

Voir le documentaire en Anglais sans sous-titres m’expose à certaines incompréhensions et quiproquos mais certains d’entre eux me plaisent. Par exemple, je crois d’abord qu’à évoquer Basquiat, on parle d’un « Black Panther » alors que bien-sûr, on parle de lui comme d’un « Black painter ». Mais son art militant a sûrement un rapport aussi avec un mouvement comme celui des Black Panthers. Et je ne parle pas ici du film sorti en 2018, qui a bien marché, a eu de bonnes critiques, et qui m’a moyennement plu.

 

Dans le documentaire de Vecchiet, je découvre que Basquiat a fait plusieurs séjours en Afrique : Bénin, Côte d’Ivoire. Mali ? Qu’il s’est rendu à la Nouvelle-Orléans qu’il considérait comme l’endroit du passage entre l’Europe et l’Afrique. Il était curieux de ses origines. Ces lieux m’attirent que ce soit en Afrique ou à la Nouvelle-Orléans.

A parler de la consommation des drogues de Basquiat, Suzanne Mallouk affirme que celui-ci avait d’abord pris de la marijuana, puis de l’opium et ensuite qu’il alternait entre cocaïne et héroïne. Elle insiste quant au fait que l’usage des drogues faisait partie de la culture de l’époque dans leur milieu au même titre que la consommation du LSD dans les années 70. Pour elle, Basquiat était un créatif constant (elle parle d’hypomanie créative) indépendamment de la drogue et elle estime que celle-ci rendait ses œuvres plus détaillées lorsqu’il était sous cocaïne et plus brutes sous héroïne.

 

« Offended » par le racisme des Etats-Unis, sa relation difficile avec son père, la vulnĂ©rabilitĂ© de sa mère, la cĂ©lĂ©britĂ© a peu rĂ©confortĂ© Basquiat. Souvent seul, finalement, Basquiat n’a pas su s’entourer lorsqu’il en aurait eu le plus besoin. En cela, il a peut-ĂŞtre manquĂ© de maturitĂ© et de luciditĂ©. Car trop tendre ( ce n’est pas une critique). Et la cĂ©lĂ©britĂ©, la richesse matĂ©rielle et les drogues n’ont rien arrangĂ©.

 

Lorsqu’arrive l’interview d’Agnès B, je mesure comme je suis un clone de notre jeune homme rencontré près de la médiathèque du Val d’Argenteuil en matière d’ignorance :

Elle raconte comment, dans les années 80, elle avait pu rencontrer Basquiat à New-York dans une galerie ou à une exposition et la façon dont elle avait été marquée par sa peinture. Et sa personnalité, simple, timide et sans chichis. J’aurais aimé, depuis toutes ces années, avoir eu la capacité de comprendre ou de ressentir l’œuvre de Basquiat- et d’autres- comme Agnès B et d’autres. Or, jusqu’à maintenant, l’œuvre de Basquiat a eu sur moi à peu près le même effet que la médiathèque sur ce jeune croisé. J’y suis resté étranger. Agnès B a grandi dans une famille « cultivée » mais cela est seulement une partie de l’explication.

 

 

Quelques mots sur Basquiat et , après ça, je termine cet article afin qu’il soit d’une longueur encore à peu près supportable pour le lecteur qui aura persévéré jusque là.

 

Au mieux, je crois que Basquiat m’avait marqué dans le passé car ses locks qui avaient fasciné ou séduit Agnès B et d’autres dans les années 80 m’avaient sûrement rappelé Bob Marley ainsi que David Hinds, l’un des fondateurs et meneurs du groupe Steel Pulse. Et, le Reggae comme certaines de ses figures étaient des messages et des symboles que je comprenais dans les années 80. Sa coupe de cheveux rasée peut, elle, faire penser à un Tricky avant l’heure, au mouvement punk ou peut-être à la tonsure de certains Native American. Aujourd’hui, il est courant de voir des hommes crâne rasé mais, selon mes souvenirs, dans les années 80, la norme capillaire dans le civil était d’avoir des cheveux.  Dans la vie courante, parmi les bien portants, seuls, les militaires, les moines, les punks et le skinheads, en occident ou en asie, se rasaient le crâne. Puis, des athlètes (noirs) américains ont commencé à populariser cette pratique, ou, en tout cas, à me la rendre visible.

 

Il y’a un bon mois, maintenant, une de mes collègues et moi avons discuté de l’exposition Egon Schiele/ Basquiat qui se déroule dans la fondation Louis Vuitton. Nous avions raté les offres à prix réduits proposées par le CGOS (comité de gestion des œuvres sociales) qui peut nous permettre d’avoir environ cinquante pour cent de réduction sur certains événements comme les expositions. Parce-que nous avons la chance que notre employeur nous permette de bénéficier des offres du CGOS. Mais Il n’y’avait plus de places proposées par le CGOS pour l’exposition. J’ai cru comprendre que celle-ci était complète. Et qu’il était impossible de se procurer des places.

Nous ne saurons jamais si d’autres employés comme nous se sont précipités sur cet événement ou si le CGOS disposait pour cet événement d’un nombre de places inférieur à d’autres offres.

 

Apprenant que l’exposition était prolongée jusqu’au 21 janvier 2019, du fait de son succès, je me suis décidé ce matin à aller voir s’il y’avait des places disponibles. Il en restait : 16 euros la place à plein tarif. Plus de cent francs dans l’ancien temps. En supplément, on me proposait de bénéficier de la navette afin de me rendre jusqu’à la fondation. 2 euros de plus. Soit un total de 18 euros. Dans l’ancien temps, jamais je n’aurais accepté de payer plus de cent francs pour me rendre à une exposition. Même si j’en avais eu les moyens.

 

RĂ©sumons. A 15 ans, Basquiat a quittĂ© ses parents pour aller vivre dans la rue. SĂ»rement parce-que la rue lui semblait un foyer et un Ă©chappatoire plus merveilleux que ce qu’il connaissait chez lui. Il s’est d’abord fait connaĂ®tre par ses dessins et ses graffitis sur les murs de la ville de Brooklyn dans les annĂ©es 80. Il marchait beaucoup la nuit dans la ville. En zigzag car il avait du mal Ă  marcher droit assure Suzanne Mallouk. Il a sĂ»rement vĂ©cu dans des squats. A cette Ă©poque, artistiquement et culturellement, dit l’une des personnes qui tĂ©moigne dans le documentaire de Vecchiet, New York Ă©tait l’équivalent de Berlin aujourd’hui. Une ville dont au moins depuis sept ans, j’ai entendu dire du bien mais oĂą je ne suis toujours pas allĂ©.

 

Le jour où Basquiat a vendu sa première toile en 1981, il était content : il avait empoché 200 dollars. Un an plus tard, devenu un artiste célèbre, une de ses toiles se vendait au minimum 20 000 dollars. Basquiat était devenu riche. Puis, il est mort comme un pauvre six ans plus tard. Seul avec son overdose. Sa petite amie de l’époque (qui ne témoigne pas apparemment dans le documentaire) a d’abord cru qu’il dormait.

Sa mort à peine rendue officielle, une des personnes interviewées dans le documentaire, témoigne qu’il y’a eu une forte spéculation sur les œuvres de Basquiat et que le prix de celles-ci a flambé.

Trente ans plus tard, le groupe LVMH, groupe multimilliardaire, qui fait entre-autres dans les produits de luxe, organise via sa fondation Louis Vuitton une exposition Egon Schiele/ Jean-Michel Basquiat. L’exposition est un succès. Cependant, LVMH est soupçonné d’avoir profité de la construction de la fondation Louis Vuitton pour pratiquer l’escroquerie et l’évasion fiscale. Et, il faut craindre les retombées du jugement qui sera rendu car cela pourrait avoir un effet nuisible sur la promotion de la culture.

Donc, en déboursant 16 euros tout à l’heure pour me rendre à cette exposition, je soutiens LVMH et la promotion de la culture. Tout en acceptant un effort financier supplémentaire au profit d’un milliardaire qui se contrefiche de moi et de tous les autres de mon espèce, avec ou sans gilets jaunes.

Comme Basquiat l’écrivait à côté de ses œuvres au début de sa carrière : SAMO.

Same Old Shit ! SAMO n’est pas mort contrairement Ă  ce qu’il a voulu croire.

 

Je me contenterai quant à moi de signer simplement au bas de cet article en me convaincant que j’ai bien fait de donner 16 euros au groupe LVMH. En me disant que je vais vivre une expérience extraordinaire en me rendant à cette double exposition (où ma compagne a refusé de m’accompagner). Et, puis, avec un peu de chance, il n’y’aura pas trop de monde.

 

Etant donné que j’ai eu du mal à imprimer correctement ma place, j’espère que l’on me laissera entrer dans la fondation.

 

Franck, ce mercredi 26 décembre 2018.

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
Echos Statiques

Et, ça marche ?

 

 

Et, ça marche ?

 

C’est la question que m’a posée le premier journaliste cinéma rencontré lorsque je me suis rendu à ma première projection de presse depuis sept ans. C’était avant de voir le film Kabullywood de Louis Meunier qui sortira le 6 février 2019. Un film à propos duquel j’ai écrit dans la rubrique Cinéma : https://balistiqueduquotidien.com/kabullywood-sort…e-6-fevrier-2019

 

Mon confrère journaliste voulait savoir si tenir un blog valait le coup (coût). Devant sa question, moi qui étais plutôt à ma joie de retrouver le canal des projections de presse, je me suis senti pris au dépourvu et tenu de rendre des cendres, lourdé par une logique comptable terre à terre et néanmoins nécessaire.

J’ai répondu que c’étaient les débuts du blog. Ce qui était et reste vrai. Poliment, mon «confrère» m’a alors souhaité bonne chance avec ce que ce « bonne chance » comportait de scepticisme.

 

La presse va mal d’une manière générale depuis plusieurs années. Les personnels des médiathèques, par exemple, se désolent du fait que notre rapport à la culture ait changé ces vingt dernières années. On lit moins. On est plus impatient. On écoute la musique autrement, de manière dématérialisée, en accéléré. Affûtés par les nouveautés grand public, on montrerait moins de curiosité.

Et il existe tout un tas de média qui parlent déjà de cinéma. Alors, lancer un blog fin 2018 où je parlerai de cinéma peut intriguer et en intriguera d’autres à l’image de ce confrère, journaliste cinéma.

Par ailleurs, il semble admis qu’une période de deux ans soit le minimum avant de pouvoir espérer rendre viable l’existence d’un blog comme de toute entreprise que l’on créé. En deux ans, on a le temps de se résigner ou de se voir confirmer que l’on tient le bon projet, celui qui marche et qui nous correspond.

En un mois, depuis l’ouverture de ce blog, j’ai publiĂ© vingt articles. Soit une assez bonne moyenne rĂ©dactionnelle. Mon meilleur « score » en termes d’audience a Ă©tĂ© de 45 lecteurs par jour. Cela peut sembler dĂ©risoire en regard avec les milliers de lecteurs ou d’abonnĂ©s de certains blogs, sites ou chaines Youtube. Mais chaque lecteur compte. Je crois du reste que chaque lecteur, mĂŞme contrariĂ©, est un lecteur. Un alliĂ©.

Je suis un peu Ă©tonnĂ© de m’exprimer comme un politicien pourrait le faire avec des Ă©lecteurs. Pourtant, concrètement, c’est encourageant de voir que l’on a Ă©tĂ© lu par des lectrices/ lecteurs. De recevoir des avis, des impressions. J’en ai reçus.

Et même s’il importe de faire au plus vite du « chiffre » en termes de lectrices/ lecteurs et d’abonnés afin de constituer une spirale vertueuse de personnes qui va contribuer à faire connaître le blog de plus en plus, pour l’instant, je ne m’inquiète pas :

Cet été, avant de lancer le blog, j’avais expliqué à Jamila Ouzahir (l’attachée de presse revue par hasard dans le métro et qui m’a encouragé dès le début) que je parlerais de cinéma mais aussi d’autres sujets.

Pour qu’un blog «  marche », j’ai cru comprendre qu’il fallait le personnaliser et, aussi, parler de soi. Je parle trop de moi ? Tous les jours, sur les réseaux sociaux, mais aussi sur leur lieu de travail, des milliers voire des millions de personnes parlent d’elles. Tous les jours, nos navigations sur internet et sur le Web, nos achats au moins au moyen de nos cartes bancaires ainsi que nos déplacements ne serait-ce que par les transports en commun donnent quantité d’informations et parlent de celles et ceux que nous sommes. Si l’on doit savoir qui je suis, je préfère encore être celui qui choisit les sujets que je veux voir abordés au moment où je l’ai décidé.

Certains de mes articles sont longs ? C’est un défaut. Ainsi qu’une particularité. Cela fait partie de mon grain. Il y’a environ trente ans maintenant, le CD était supposé exterminer le vinyle définitivement. Aujourd’hui, même si le vinyle reste minoritaire et en cours chez des « puristes», sa persistance indique qu’on lui trouve des propriétés uniques que la perfection sacrificielle du CD ou les caractéristiques du MP3 ont exclu. Mais le meilleur exemple est sûrement celui du livre qui a beaucoup mieux résisté au numérique et à la dématérialisation. La longueur de certains de mes articles provient sûrement d’une certaine tradition- papier- du livre. Elle peut de ce fait convenir à celles et ceux qui ont du mal à se satisfaire de la brièveté de certains contenus et aiment prendre leur temps pour lire.

Mais ce qui plait à certains et déplait à d’autres est le contraire d’une science exacte. Ce qui rebute certaines et certains aujourd’hui conviendra peut-être demain, dans quelques jours ou dans quelques semaines, à d’autres voire aux mêmes. D’autres, enfin, sont peut-être tout simplement indisponibles en cette période de fin d’année.

En attendant, mon rôle est d’avoir des idées, de faire montre d’une certaine perspicacité, d’une certaine originalité et de sincérité.

Et, j’ai des idées. D’articles courts et longs. Pour mieux faire connaître mon blog. Mais aussi en termes de rubriques que j’ajouterai au fur et à mesure.

Pour l’instant, je n’ai publié aucune vidéo sur mon blog parce-que plus j’écris et moins j’ai envie de me montrer : c’est une question de dynamique. Plus j’écris et plus je me sens tout mou à l’image. Même ma voix me redoute. J’ai pourtant une expérience du jeu d’acteur.

Je comprends qu’écrire et jouer face camĂ©ra sont deux actions et deux Ă©nergies distinctes. Elles peuvent se conjuguer mais, pour l’instant, je me sens divisĂ© entre les deux. Et puis, l’une comme l’autre de ces deux actions (Ă©crire et jouer) pour ĂŞtre effectuĂ©e de façon Ă  peu près satisfaisante, demande du temps. J’ai bien deux ou trois vidĂ©os Ă  montrer que certains ont dĂ©jĂ  vues mais il m’ennuie de me dire qu’après elles, ce sera le vide car je n’aurai rien d’autre – pour l’instant- Ă  proposer. Je comprends donc qu’en Ă©crivant cette vingtaine d’articles et quelques autres, j’ai beaucoup Ă©tĂ© dans ma tĂŞte et que je dois, pour retrouver le plaisir du jeu d’acteur, retourner un peu plus dans mon corps.

 

Alors, est-ce que ça va marcher ? Pour le savoir, il faudra d’abord que j’aie posĂ© sur la table tous mes atouts. Ce que je suis très loin d’avoir fait. Et il faudra bien-sĂ»r que l’on continue de venir sur balistiqueduquotidien.com

Bonnes fĂŞtes de fin d’annĂ©e !

 

 

Franck Unimon, ce dimanche 23 décembre 2018.

 

 

 

 

 

 

Catégories
Cinéma

Cinéma

Pour la rubrique cinéma de mon blog désormais rebaptisé Balistique du quotidien, j’avais prévu ce matin d’aller voir deux films au cinéma. Afin d’alléger un peu le contenu de certains de mes articles. Et aussi parce-que j’ai bien l’intention de parler cinéma sur ce blog. Et puis, il m’est soudainement apparu évident que la meilleure façon de démarrer ma rubrique cinéma consistait à m’inspirer de mon expérience de journaliste cinéma pour le mensuel papier Brazil. Lequel a cessé de paraître fin juin 2011 si je ne me trompe.

 

Le train du deuil et de la nostalgie de la fin de cette aventure journalistique me semble aujourd’hui, ce mardi 18 septembre 2018, passé. 7 ans pour le passage d’un train, cela est un délai plutôt raisonnable.

 

Avant mon expérience de journaliste cinéma pour Brazil, j’étais un cinéphile parmi d’autres. Bien que cinéphile assez « tardivement ». Ma mère m’a raconté qu’elle et mon père m’emmenaient avec eux lorsqu’ils allaient au cinéma à Paris. Dans les années 70. Car la place était gratuite pour moi et parce-que j’étais un enfant « sage ». Je devais vraiment être très petit (entre mes trois et six ans m’a récemment répondu ma mère) car je n’ai aucun souvenir de séance cinéma avec eux hormis quelques bribes d’un film où le « héros » était une voiture coccinelle du nom de « Choupette ».

A la maison, devant la télé en noir et blanc dont la troisième chaine avait déserté, mes parents étaient plutôt portés sur certaines comédies françaises avec Bourvil et Fernandel. Mais ils avaient aussi une certaine fascination pour les films américains à tendance polar ou western. Ou pour les films de Bruce Lee. Et moi, à 20h30, après le journal des informations, j’avais obligation d’aller me coucher.

 

Je disposais néanmoins de mes plages télévision. A condition que celles-ci soient compatibles avec l’agenda de mon père en termes de retransmission d’événements sportifs à la télé. Si la voie était libre, les samedis après-midis, j’avais par exemple droit à l’émission Samedi est à vous, à Temps X lorsque les frères Bogdanoff étaient jeunes, beaux et sans silicone. Et, j’étais là devant l’écran lorsqu’arriva la saga Goldorak et tout ce qu’elle suscita d’engouement et de nouveauté, amenant avec elle toutes ces caravanes de séries japonaises (Candy, Heidi, Albator, Sandokan) et ignorant tout de leur provenance comme de ce qu’elles pouvaient éventuellement représenter comme « menace » culturelle ou tout simplement commerciale pour des œuvres telles que La Petite Maison dans la Prairie, Amicalement Vôtre, Les Mystères de l’Ouest, Arsène Lupin ou Vidocq….

Plus tard, à partir de l’adolescence, répondant peut-être déjà à un certain appel d’obsolescence programmée, je me suis aussi beaucoup abruti devant la télé. Je me suis beaucoup vu me mettre minable, les dimanches après-midis, en regardant jusqu’au bout et sans rémission les émissions (ré) animées par Jacques Martin. Depuis L’homme qui prend des risques en passant par Incroyable mais vrai jusqu’au Thé Dansant.

Je savais que ce que je regardais était mauvais, très mauvais, que je savais lire et écrire, que je perdais mon temps. Mais je restais là, fidèle au poste, accroché à la lucarne du téléviseur familial qui me semblait être mon seul subterfuge contre l’ennui.

Lequel téléviseur, remplaçant le précédent, était désormais pourvu de la couleur et de la télécommande. Néanmoins, je restais un téléspectateur pédestre et méthodique, dévot jusqu’au-boutiste de la chaine et du programme choisis, totalement sectaire envers l’idée du zapping et la réprouvant même, quelle dégénérescence ! , lorsque mon frère, mon benjamin de 14 ans, s’y adonnerait parfois compulsivement devant moi.

 

Le grand avantage de toutes ces mauvaises cuites télévisuelles alors que j’ingérais toutes les versions françaises de ce que je regardais comme des hosties et du petit lait, c’est qu’en quittant mes parents pour aller emménager chez moi, je me suis aussitôt sevré de la télé. Je n’ai jamais acheté de téléviseur. En acheter n’a jamais fait partie de mes projets. Il est quantité de dépenses dont j’aurais dû me passer et j’ai encore bien des efforts à faire en termes de dépenses. Je perçois la consommation « ordinaire » que nous pratiquons quasiment quotidiennement pour divers achats comme une addiction soit l’équivalent   d’un «  apprentissage pathologique » assimilé depuis des années et qui nous fait du tort. Néanmoins, nous avons aussi des moments de lucidité. J’ai toujours été perplexe devant les (grandes) sommes qu’acceptent de donner mes contemporains en vue d’acquérir un téléviseur. Et j’ai éprouvé une grande fierté à pouvoir être dispensé de payer la redevance télé pendant des années.

Aujourd’hui, nous avons bien un téléviseur à la maison. Mais c’est celui que possédait ma compagne alors que nous nous sommes rencontrés. Je n’ai jamais estimé que cela pourrait constituer un motif recevable afin de la répudier. D’autre part, son téléviseur nous sert d’écran pour regarder des Blu-Ray et des dvds voire des cassettes VHS. Et lorsque notre fille se met subitement en arrêt à à peine cinquante centimètres d’un téléviseur allumé de manière automatique chez des amis ou dans de la famille, je me transforme en vigie qui la fait battre en retrait de deux ou trois mètres. Ma compagne adopte la même attitude même si, assez amusée, elle ne manque pas de (me) rappeler quelques fois que lorsque je passe devant un téléviseur allumé, je me transforme aussi en statue comme notre fille.

Je suis devenu cinéphile lors de ma deuxième ou troisième année d’école d’infirmier. J’avais 20 ans.

J’allais au cinéma généralement seul. Et, après mon diplôme d’infirmier, j’ai connu une période où je voyais un film par jour en moyenne. En voir deux d’affilée était tout autant normal. En version originale. Du jour où j’ai arrêté de regarder la télé et ses versions françaises au profit du cinéma en version originale, il m’est devenu très difficile ensuite de supporter la version française d’un film. Car notre cerveau et notre oreille décèlent très vite le travail de faussaire de la version française aussi bonne soit-elle.

J’ai rencontré Christophe Goffette, le rédacteur en chef de Brazil début 2009 aux Cinglés du cinéma à Argenteuil. Cela faisait 20 ans que je me rendais dans des salles de cinéma. Et autant d’années que j’écrivais dans mon coin, imposant par moments mes éclairs de « génie » littéraire à quelques courageuses et courageux, ou malchanceux, parmi mes proches et moins proches. Perspicaces, toutefois, plusieurs maisons d’édition ont préféré égarer ou me restituer mes manuscrits.

Avec, parfois, cette réponse que j’arrachais et, qui, bien que polie, était pour moi très humiliante : « Trop de lieux communs…. ». Mais ces maisons d’édition avaient raison. J’étais quelqu’un de commun ou un original qui échouait à rendre évidente et captivante sa particularité.

 

En 2009, j’habitais à Argenteuil depuis bientôt deux ans. Malgré ses atouts, Argenteuil est selon moi une ville qui continue de beaucoup subir son image. Cela a peut-être aussi contribué à nous rapprocher, elle et moi. Même si, vis-à-vis d’elle, je peux osciller entre sentiment de saturation et attachement.

 

Habiter à Argenteuil était un gros avantage pour se rendre aux Cinglés du cinéma. Cela fait des années que cette manifestation s’y déroule à la salle des fêtes Jean Vilar, non loin du conservatoire. Et, désormais, j’avais juste une rue à traverser pour, en trois à quatre minutes, m’y trouver.

J’ai néanmoins failli ne me pas me rendre à cette édition des Cinglés du cinéma.

J’étais déprimé. Ma copine de l’époque m’avait quitté. Ma vie sentimentale continuait d’être insatisfaisante. Je n’étais pas un génie.

J’ai oublié comment je m’y suis pris avec moi-même pour me porter jusqu’aux Cinglés du cinéma. Je me suis sûrement dit que j’allais juste y passer.

En furetant parmi les exposants, je suis tombé sur Christophe Goffette avec lequel le contact a d’emblée été très simple et très sympathique en parlant cinéma. Plusieurs numéros de Brazil figuraient sur son stand. Je n’y ai pas prêté d’attention particulière.

Je me rappelle davantage d’un visiteur, un personnage, conversant avec Christophe puis commençant à délivrer son érudition à propos d’un film de genre que très peu de personnes avaient vu et où il était question d’un Batman gay. Un moment hilarant que j’aurais aimé enregistrer ou, à défaut, que j’aurais dû retranscrire aussitôt. Puis, j’étais allé dans d’autres rayons et étais repassé à son stand afin de lui acheter quelques dvds. Cette fois-ci, un autre cinéphile discutait avec lui. En les écoutant, j’ai cru comprendre qu’il était possible d’écrire pour Brazil. J’ai alors interpellé Christophe :

« Vous cherchez des personnes pour écrire ? ». Il s’est défendu, tout sourire :

« Mais je ne cherche pas ! ». Ce qui signifiait que le contenu et le style de Brazil

( « Le cinéma sans concession$ » ) correspondaient aux besoins de bien des cinéphiles qui en avaient assez d’une presse cinéma policée et normothymique.

Contrairement à l’autre cinéphile présent, je connaissais Brazil vaguement.

Contrairement à l’autre cinéphile présent, sitôt rentré chez moi, j’ai envoyé un mail à Christophe comme convenu dans lequel je me présentais un peu. Environ une à deux semaines plus tard, Christophe m’a envoyé par mail une liste de films à voir en avant-première dans des salles dédiées aux professionnels de la presse. Il s’agissait de réelles avant-premières. De séances qui se déroulaient un voire deux mois avant la sortie des films en salle. Néanmoins, aucun de ces films ou de ces réalisateurs ne me parlait. Il s’agissait pour la plupart de petites productions et de cinéma d’auteur dont, très certainement, le grand public a peu entendu parler car il s’agit de réalisations assez peu diffusées dans les salles et non-éligibles au succès commercial.

Même si Brazil frayait dans le cinéma d’auteur et le cinéma de genre(s), il est vraisemblable que Christophe me testait.

Ma première réaction a plutôt été de croire qu’il s’agissait d’un canular : je croyais modérément à l’existence de ces séances de presse dans ces rues proches des Champs- Elysées dont, jusqu’alors, j’avais ignoré l’existence.

Christophe m’avait dit de joindre par téléphone les attachées de presse concernées et de m’annoncer comme journaliste de Brazil. C’est ce que j’ai fait. Et, en me rendant sur place, je me suis aperçu que tout était vrai.

Je crois que le premier film que j’ai « critiqué » était un film se déroulant en Azerbaïdjan ou en Ouzbékistan (Non ! Il s’agit du film Tulpan réalisé en 2006 par Sergey Dvortsevoy au Kazakhstan et distribué en 2009). Après avoir lu mon texte, bienveillant, Christophe m’avait répondu que l’on sentait que je me retenais encore un peu mais que ça allait venir par la suite.

Christophe m’avait aussi d’emblée prévenu que tous les journalistes de Brazil étaient bénévoles. Cela ne m’a jamais dérangé durant les deux ans et demi de mon expérience avec Brazil car nous avions une très grande liberté d’expression que je n’ai pas retrouvée par la suite. Et aussi parce-que cette expérience m’a permis d’interviewer des réalisateurs et des acteurs (et aussi de me rendre dans certains endroits) que je n’aurais jamais rencontrés si j’avais été stagiaire ou même pigiste dans d’autres médias papiers officiels qui existent encore à ce jour.

Et en écrivant cela, je dis plusieurs choses : l’arrêt de Brazil fin juin 2011 a été passionnément mal vécu par plusieurs de mes anciens collègues journalistes de Brazil. A tort ou à raison, plusieurs de mes anciens collègues journalistes de Brazil en ont beaucoup voulu à Christophe de la fin de Brazil. Pour ma part, j’ai comparé la fin du mensuel Brazil …à une rupture amoureuse mais aussi à la fermeture d’une usine dans une ville ou une commune dont toute l’activité économique et sociale dépendait. Ce qui était forcément douloureux. Mais quelques expériences de vie m’avaient appris que dès lors qu’une rupture amoureuse est inéluctable, qu’il est beaucoup moins douloureux de l’accepter.

 

On peut me voir comme l’idiot ou le grand naïf de l’histoire. Et je veux bien croire que ma « sympathie » voire ma « loyauté » envers Christophe Goffette a pu, aussi, m’isoler ou me coûter en termes d’opportunités journalistiques puisque beaucoup est aussi affaire de relations, d’alliances et de réseaux dans ce milieu. Pour le reste, ma dépendance envers l’expérience et l’époque Brazil m’a certainement empêché de voir comme de m’ouvrir à d’autres opportunités ou d’autres média. J’avais sûrement besoin d’un temps de deuil plus long et plus lent que d’autres. Car il est bien deux ou trois autres anciens collègues de Brazil qui ont su persévérer et, depuis, évoluer dans le journalisme du cinéma tandis que d’autres, déjà versés et reconnus dans ce milieu, avaient bien moins besoin que moi d’un dispositif comme Brazil pour se faire connaître de la profession. D’autres, aussi, semblent avoir délaissé le journalisme cinéma. Enfin, je dois ajouter que mon humour, noir, absurde, à froid, mes bizarreries ou ma folie mais aussi ma timidité me rendent quelques fois peu performant en matière de séduction sociale. Par exemple, lorsque je sors d’une séance cinéma, je peux avoir beaucoup de mal à partager ce que je viens de voir. J’ai besoin de garder mes impressions, avec une certaine exclusivité, pour pouvoir les écrire. Et je peux aussi avoir besoin de temps pour laisser infuser. Je suis plutôt pressé de m’isoler, si je suis inspiré, pour écrire.

Ce genre d’attitude ou d’incartade est assez contre-productif en termes d’échanges sociaux avec des collègues journalistes par exemple. Et sauf si ceux-ci nous connaissent bien ou ont la possibilité de nous connaître et de passer avec nous quelques moments informels et agréables, ou tout simplement sociables, à force de rencontres répétées dans des festivals ou autres lieux dévolus au cinéma, nous passons inaperçus ou pour quelqu’un de peu attractif.

 

Pour compléter le tableau, il convient sans doute aussi de dire qu’il existe une ligne de démarcation non-dite mais bien concrète entre la caste, jugée inférieure, des journalistes cinéma bénévoles et celle, estimée supérieure, des journalistes cinéma ou critiques de cinéma officiels et professionnels. On perçoit l’existence de cette séparation entre ces deux « castes » dans l’accueil que peuvent réserver certaines et certains attachés de presse à des journalistes cinéma patentés qui ont pour eux d’officier au sein d’un journal qui jouit soit d’un certain prestige intellectuel ou d’une grande puissance de diffusion économique et commerciale voire des deux lorsque cela se produit. On peut alors entendre des attachées et des attachés de presse donner cérémonieusement du « Monsieur » à un journaliste « réputé » ou «  connu » comme on s’adresserait à un vicomte ou à un monarque au 18 ème siècle. Si je reconnais à un certain nombre de ces journalistes ou critiques cinéma reconnus une connaissance, une certaine conscience du cinéma ainsi qu’une aptitude à les transmettre, je crois aussi qu’après avoir lu un certain nombre de leurs articles pour certains, qu’après avoir vu un certain nombre de films et qu’après avoir connu soi-même- et continuer de le faire- un certain nombre d’expériences dans différents domaines de l’existence (culturels et autres) qu’on acquiert soi-même une certaine conscience et une certaine connaissance de ce que l’on voit, comprend et de ce que l’on ressent. Ainsi que sa façon toute personnelle, inconditionnelle, et vivante, de les transmettre.

Et, je crois aussi qu’il est des fois ou des journalistes ou critiques cinémas labellisés et « reconnus » ont des trous de connaissance et de conscience ou, tout simplement, des insuffisances bien que celles-ci soient évidemment humaines. Par exemple, dès qu’il s’agit de parler d’un film sur une certaine banlieue comme cela avait pu être le cas pour le film L’Esquive de Kechiche, soit un univers extérieur visiblement à certains des journalistes ou critiques cinéma « reconnus » que j’ai lus, j’ai déjà pu être désagréablement surpris par la qualité de leurs écrits aussi bienveillants et encourageants soient-ils. Je ne peux pas me considérer comme un spécialiste de la jeunesse de la banlieue ou d’une certaine banlieue : je fais désormais partie des « vieux » et je suis inséré professionnellement depuis des années. Pourtant, à lire certains articles à propos de L’Esquive de Kechiche, il m’avait sauté aux yeux que les journalistes ou critiques de cinéma « reconnus » dont je lisais les critiques depuis des années étaient alors plutôt poussifs ou dépassés.

Un autre aspect me dérange dans cette espèce de monarchie laquée des journalistes et critiques de cinéma certifiés. Et cela me dérange dans d’autres milieux que dans celui du journalisme cinéma : disposer d’un grand bagage intellectuel et culturel, c’est très bien. Et je suis preneur en termes d’apprentissage. Mais si on le transmet principalement de manière hautement cérébrale, corsetée, froide de telle façon que cela détourne de la lecture, de l’écoute, du sujet ou du film dont on parle, quel est le but ? De s’aimer soi plus que les autres ?

Pour beaucoup s’aimer, il est manifeste que certains journalistes ou critiques cinéma professionnels s’aiment beaucoup. Un jour, avant une projection de presse, j’ai rencontré l’un d’entre eux. Nous avions un peu de temps pour discuter. Et, celui-ci s’est montré très sympathique, chaleureux, allant même jusqu’à aller me chercher un exemplaire du dossier de presse lorsque l’attaché(e ) de presse est arrivé (e ). J’étais si enjoué devant une rencontre si avenante et si agréable que je me suis présenté en toute sincérité :

« Journaliste bénévole. L’avantage, c’est qu’on est libre ». Il était autodidacte ? Moi, aussi. Le journaliste cinéma ne m’a rien répondu.

Je l’ai revu à d’autres projections de presse. Il ne me voyait pas. Ou me saluait du bout des lèvres lorsque nous nous croisions. Il lui est arrivé de passer juste devant moi sur le quai du métro sans me voir comme si j’étais un passager parmi d’autres. Je l’ai vu se montrer très sympathique, très drôle, voire avenant avec d’autres journalistes cinéma ainsi qu’avec certaines attachées de presse. Un exercice de drague qui avait tourné à son désavantage ? Peut-être mais je ne crois pas que ce soit la principale raison.

Amnésique, alors ? Hypermétrope ? Lunaire ? L’une des dernières fois où je me souviens l’avoir vu et où, en me voyant, il m’a reconnu et salué sans trop de difficulté c’était, c’était….au festival de Cannes. Muni d’un badge de journaliste tout comme lui, quoiqu’avec un badge d’une couleur moins avantageuse que le sien sans doute, je prenais le même chemin que lui pour me rendre à la même projection de presse que lui. Et, me voyant dans ce lieu tout de même assez prestigieux qu’est le festival de Cannes, cet homme, journaliste cinéma patenté et sûrement toujours en activité , avait dû estimer que, tout de même, j’étais un peu du même milieu ou de la même caste que lui. J’ai constaté un peu le même effet sur une attachée de presse dont je parle « mieux » un peu plus bas. Mais là où je me suis illusionné quant au fait, désormais, de commencer à faire partie de ce milieu du journalisme cinéma, c’est que deux à trois semaines plus tard, Christophe nous apprenait la fin de Brazil.

NĂ©anmoins, j’ai toujours privilĂ©giĂ© ma gratitude envers Christophe mĂŞme si j’ai quand mĂŞme connu des expĂ©riences journalistiques par la suite avec le site Format Court, principalement, qui m’ont donnĂ© une certaine satisfaction. Après avoir rencontrĂ© sa rĂ©dactrice en chef, Katia Bayer, dans le point Presse….du festival de Cannes. J’ai aussi Ă©crit deux ou trois articles pour un magazine Ă©tudiant. Et, après Brazil, j’ai un peu Ă©crit pour le site Cinespagne. Ce qui m’a permis de me rendre Ă  un festival du cinĂ©ma Ă  Marseille, une ville qui m’est particulière. J’essayais,  alors, de me maintenir et de me diversifier dans le journalisme cinĂ©ma. Et d’y retrouver ce que j’avais pu vivre avec le journal Brazil. Et, cela, en demeurant au plus près de celui que j’étais. Mais le contexte Ă©tait diffĂ©rent. J’Ă©tais sĂ»rement lassĂ©, aussi, de courir après les films, les Ă©vĂ©nements ( festivals, projections et autres)  le texte et tout cela, en outre, bĂ©nĂ©volement.

Ma lassitude a Ă©tĂ© telle que si j’ai pris soin de prĂ©venir Katia que j’allais dĂ©sormais arrĂŞter de co-animer avec elle les soirĂ©es mensuelles de courts-mĂ©trages  de Format Court au cinĂ©ma Le Studio des Ursulines, j’ai coupĂ© tout contact sans prĂ©avis  avec Thomas, le rĂ©dacteur en chef du site Cinespagne.com.  MĂŞme si j’ai peu Ă©crit pour le site cette attitude ne me ressemble pas. Je profite donc de cet article, mĂŞme s’il ne le lira probablement jamais et qu’il a sans doute depuis bien d’autres prĂ©occupations, pour prĂ©senter mes excuses Ă  Thomas pour ce comportement. C’Ă©tait il y’a un peu plus de cinq ans.

 

Brazil a Ă©tĂ© une expĂ©rience extraordinaire. Je dois rappeler, aussi, qu’il s’agissait d’un mensuel papier. Je reste très attachĂ© Ă  la presse papier. Je suis peut-ĂŞtre vieux jeu mais je lui trouve un aspect plus prestigieux que la presse numĂ©rique. Je me contredis peut-ĂŞtre car j’Ă©cris aujourd’hui depuis mon blog. Et, j’ai aimĂ© Ă©crire en ligne pour Format Court.  Les deux supports ( papier et numĂ©rique ) sont bien-sĂ»r complĂ©mentaires.

De l’expĂ©rience journalistique avec Brazil, je concède que, oui, un peu plus de rigueur Ă  propos de la rĂ©daction des articles aurait Ă©tĂ© bienvenu un certain nombre de fois. Cette rigueur m’a Ă©tĂ© profitable en Ă©crivant pour Format Court. MĂŞme si j’ai plusieurs fois mal pris le fait que Katia me demande de corriger certains passages de mes articles. Et, je veux bien croire qu’il a bien dĂ» y avoir des fois oĂą je me suis montrĂ© dĂ©sagrĂ©able compte-tenu de la trop haute importance que j’attribuais Ă  mon intelligence.

Pourtant, même si je doute qu’un autre journal aurait pu me donner la même latitude que celle que j’ai pu connaître dans Brazil, j’ai toujours su et pensé, aussi, que j’étais plus dans mon élément en tant que journaliste qu’en tant que rédacteur en chef. Etre rédacteur en chef est une charge dont je me dispensais très bien que ce soit à Brazil , à Format Court ou ailleurs.

Concernant les reproches faits Ă  Christophe Ă  la fin de Brazil, je n’avais pas de raisons pour les partager. Christophe a toujours tenu ses engagements envers moi Ă  l’époque Brazil.

Exemple : sûrement pour régler des comptes parce-que Christophe avait critiqué dans un de ses éditos sur le thème « Voici pourquoi vous ne lirez jamais d’interview de telle actrice française dans Brazil », l’attitude d’une certaine grande vedette du cinéma français qu’elle représentait (obtenir la couverture de Brazil contre une interview) une attachée de presse m’avait finalement privé d’accréditation pour un festival. Christophe m’avait alors dit :

« Ne t’inquiète pas. Tu iras dans un festival bien mieux que celui-là…. ». Quelques mois plus tard, Christophe m’apprenait que j’allais…au festival de Cannes.

Aujourd’hui, si je m’exprime depuis ce blog, c’est bien-sûr ma façon de m’affirmer un peu plus en tant qu’individu et en tant que journaliste. Dans le but d’essayer de m’acquitter de ces minutes où nos aventures se limitent à des sacrifices au service du futile et de l’artifice. Mais si ce blog est un moyen de transmettre, de faire connaissance (s) et de (faire) rire, c’est en en sachant, aussi, ce que je dois et à qui je le dois à Brazil ou ailleurs.

 

Ce préambule est sans doute un peu long. Mais je crois qu’il a son importance.

 

Autrement, Hirokazu Kore-Eda, vous connaissez ?

Le voici.

J’ai pris cette photo après l’avoir interviewé en mars ou avril 2009. Ma première interview pour Brazil. La photo a été prise à contre-jour donc on voit à peine le visage de Kore-Eda. Toutes mes excuses. Je n’ai pas osé le faire se déplacer d’autant que cette photo relevait de mon initiative. Le mensuel avait un très bon photographe, Eddy Brière, et je suis certain que sans moi, Christophe aurait obtenu des photos de Kore-Eda bien plus présentables. Cette photo a néanmoins paru dans Brazil.

Ici, même si cela a un caractère frustrant, je trouve que cette photo donne un petit plus à Kore-Eda d’avoir son visage un peu dans la pénombre. Par ailleurs, on voit bien l’intérieur plutôt luxueux, feutré et spacieux, de cet hôtel. Impossible, à moins de connaître cet hôtel, de deviner que nous nous trouvons là du côté d’ Odéon où a eu lieu l’interview. Un hôtel où je n’aurais jamais mis les pieds sans cette interview. Je n’en n’ai pas les moyens et suis si peu habitué à ce genre d’endroit que, spontanément, pour moi-même, je me tournerais plutôt vers des Formule 1 ou des hôtels Ibis.

Kore-Eda, réalisateur japonais, a été palme d’or au festival de Cannes cette année 2018 pour son film Une Affaire de famille (sorti en salles ce 12 décembre soit depuis dix jours  puisque nous sommes le 22 décembre 2018 lorsque je corrige et complète cet article). Lorsque je le rencontre dans cet hôtel en mars ou avril 2009, c’est pour parler de son film Still Walking ( 2008) réalisé quatre ans après son film Nobody knows ( 2004) qui l’a fait connaître.

J’avais intitulé mon interview pour Brazil de Hirokazu Kore-Eda : échos d’une mère. Et, dans le chapo, je présentais l’interview de la façon suivante ( Brazil# 18- mai 2009, page 56) :

« La rupture et la perte nous poussent souvent à certains engagements. Kore-Eda a réalisé Still Walking après le décès de sa mère. Et il tient à présenter ce film au moins comme le portrait d’une mère, mais aussi comme différent de ses précédentes réalisations ».

On sait ce que les Premières fois ont de mémorable. Pour moi qui avais fait un voyage au Japon dix ans auparavant, voyage que je qualifie d’extraordinaire, faire ma première interview de journaliste cinéma avec Kore-Eda, réalisateur japonais, avait immédiatement un côté extraordinaire, voire, pourquoi pas, surnaturel.

Et puis, officiellement, journaliste cinéma n’était pas mon métier. A cette époque, j’étais infirmier en poste dans un Centre Médico Psychologique (CMP) pour enfant et adolescents en banlieue parisienne. En gros : avec des collègues éducateurs, je faisais la ronde avec des enfants de trois à six ans en chantant par exemple « Dansons la capucine… ». Ou nous faisions de la peinture et des dessins. Ou nous leur racontions des contes où les emmenions dans des aires de jeu. La plupart de ces enfants avaient soit un retard de langage, soit un retard de psychomotricité ou d’autres difficultés «  du développement ».

Là, pour cette interview de Kore-Eda, changement de décor et de corps. Ces deux mondes, celui de l’infirmier et du journaliste cinéma, n’ont rien à voir ?

D’abord, j’aime ces écarts entre deux univers. J’aime changer de casquette. Ensuite, je réfute totalement ces certitudes qui consistent à opposer systématiquement deux univers qu’a priori tout éloigne. Rien à voir, vraiment, mon métier de journaliste cinéma avec celui d’infirmier ?

Un des grands principes de l’interview, c’est de s’intéresser à autrui et de l’écouter. Comme de l’observer. C’est normalement la base du métier d’acteur, du scénariste ou du réalisateur. Mais c’est aussi la base du métier d’infirmier. Et l’infirmière et l’infirmier ont bien des fois à s’employer pour interviewer qui un patient-client, qui sa famille, qui son entourage, ou d’autres collègues, et, cela, dans toutes sortes de situations (urgentes ou non). Cela se vérifie en soins somatiques. Cela se vérifie encore plus en psychiatrie, spécialité où j’ai, à ce jour, effectué, la plus grande partie de ma carrière.

Donc, faire une interview, une infirmière ou un infirmier, en est tout à fait capable. Ce qui change ici, c’est plutôt le médium et le contexte ou le décor : à l’hôpital, le médium, c’est le trouble, la pathologie ou la maladie qui provoque la rencontre entre le patient-client et l’équipe soignante.

Avec Kore-Eda, le médium, c’est le cinéma. Et le contexte ou le décor, cet hôtel où je l’ai rencontré hors festival. Mais même en changeant de médium de contexte et de décor, les thèmes qui concernent les femmes, les hommes et les enfants de ce monde restent les mêmes. A savoir, la vie, la mort. La vie, la mort, les infirmières et les infirmiers trempent dedans concrètement dans leur service. Donc, à moins de se trouver face à une infirmière ou un infirmier indisponible ou en burn out, si vous voulez vous exprimer à propos de sujets comme la vie, la mort avec une infirmière ou un infirmier, vous avez normalement une interlocutrice ou un interlocuteur ad hoc. Ce qui change, c’est la manière d’en parler, le moment et le lieu. C’est là qu’intervient la cinéphilie ou la culture cinématographique afin d’avoir un langage commun et d’éviter de vouloir réaliser la thérapie du réalisateur ou de l’acteur que vous rencontrez alors que vous êtes là…pour l’interviewer en tant que journaliste cinéma.

Fort heureusement, il y’a des garde-fous au cas où, au lieu d’effectuer une interview, on commencerait à se prendre pour un psychanalyste fou. D’abord, le réalisateur ou l’acteur que l’on interviewe. On peut lui faire confiance pour nous faire comprendre que l’on est hors-sujet. Ou alors, il y’a aussi l’attachée de presse qui peut jouer ce rôle-là.

Et puis, vu que je parle à peine quelques mots de Japonais, était présente une traductrice (qui préfèrerait peut-être être considérée comme « interprète »), Catherine Cadou ; laquelle, lors des présentations préliminaires à l’interview, s’était annoncée comme ayant travaillé (c’était une amie) avec «  Kurosawa, le Grand ». Pourquoi « Kurosawa, le Grand » ? Un autre réalisateur japonais, Kiyoshi Kurosowa, auteur de très bons films

( Tokyo Sonata, Shokuzai….), plus jeune, est toujours en activitĂ©. Akira Kurosowa « Le Grand » est une rĂ©fĂ©rence mondiale pour le cinĂ©ma : il a par exemple rĂ©alisĂ© Les 7 SamouraĂŻs qui a inspirĂ© ensuite les remake amĂ©ricains Les 7 Mercenaires.

Que m’avait dit Catherine Cadou, l’interprète, à la fin de mon interview ?

« C’est bien. Vous avez tout ». En effet, j’avais préparé mes questions et les avais dactylographiées. J’étais venu avec mon enregistreur numérique et mon appareil photo.

Catherine Cadou de m’expliquer aussi que certains journalistes, lorsqu’ils arrivaient, savaient à peine de quelle histoire ils parlaient ou avaient oublié le nom de tel personnage.

Et que m’avait appris Kore-Eda lors de l’interview ? Au moins qu’il y’a une certaine logique dans nos parcours personnels. Logique que des personnes formées à la thérapie systémique pourraient tout aussi bien expliciter. Exemple avec cet extrait des propos de Kore-Eda lors de l’interview de ce jour-là ( Brazil # 18-mai 2009, page 57) :

«  (….) Une fille élevée dans une famille comme celle-ci décidera forcément d’épouser un type qui sera l’opposé de son père. Elle ne voudra pas vivre le genre de vie qu’a connue sa mère qui était sous la coupe du père. Donc, elle se choisira forcément un mari comme le sien. Le fils, Ryôta, qui est le fils cadet, était libre. Dans la mesure où son frère aîné était celui qui devait reprendre le cabinet du père, Ryôta n’ayant pas de problème d’argent – c’est une famille assez aisée- il allait forcément choisir une voie artistique, ce qui est tout à fait logique. Après, qu’il tombe sur une épouse qui, justement, travaille dans ce domaine-là….

Mon but n’a pas été d’essayer de reconstituer une société japonaise microscopique…c’est plutôt de la logique : à partir de ce type de parents, on a ce type d’enfants (……) ».

A l’heure où j’écris, j’ignore encore comment m’y prendre exactement avec cette rubrique cinéma. Je crois que revenir sur cette expérience Brazil avec des photos de réalisateurs et d’actrices et d’acteurs accompagnées de mes témoignages in situ a du bon. Mais je ne voudrais pas lasser celles et ceux qui lisent. Alors peut-être que j’opterai pour une alternance avec tantôt ces « retours en arrière » à l’époque Brazil avec des réalisateurs et des actrices et acteurs toujours en activité dans leur majorité et tantôt des films vus récemment ou non.

 

Franck, ce mardi 18 septembre 2018.

 

Catégories
Echos Statiques

La Vocation et le Talent

 

 

La « Vocation » est peut-être Le mot que je hais à parler du métier d’infirmier (voir mon article sur le documentaire De Chaque Instant de Nicolas Philibert dans la catégorie Cinéma).

La « Vocation » est pour moi une assignation. L’équivalent de la médaille de chocolat ou de la quatrième place. Du distributeur automatique sur lequel il suffit d’appuyer et qui est «  là pour ça ! ».

C’est un lot de consolation que récupère celle ou celui, souvent plus persuadé(e) que les autres qu’il/elle vaut moins qu’eux. Un leurre.

La « Vocation », c’est ce qui pousse à croire que l’on obtient sa juste récompense au mérite : qu’en se taisant, en endurant, en acceptant tout et n’importe quoi, parfois de n’importe qui, un jour, notre consécration, notre prince ou notre princesse viendra. Alors, toutes celles et tous ceux que l’on aime seront là pour fêter avec nous ce moment éternel.

La « Vocation », c’est ce qui incite à s’excuser d’exister, de respirer, de penser. On craint souvent ou toujours de déranger, d’être incongru, inapproprié, d’avoir mal agi ou de mal agir.

 

Dans son livre Le Fils du pauvre , Mouloud Feraoun écrit ce passage :

«  (…..) Pénétré de mon importance dès l’âge de cinq ans, j’abusai bientôt de mes droits. Je devins immédiatement un tyran pour la plus petite de mes sœurs, mon aînée de deux ans. (….) Elle avait un bon naturel qui lui permettait d’essuyer mes coups et d’accepter mes moqueries avec une mansuétude peu imaginable chez un enfant de son âge. Toutefois, on ne manqua pas de lui inculquer la croyance que sa docilité était un devoir et mon attitude un droit. Chaque fois qu’il lui arrivait de se plaindre, elle recevait une réponse invariable : « N’est-ce-pas ton frère ? Quelle chance pour toi d’avoir un frère ! Que Dieu te le garde ! Ne pleure plus, va l’embrasser ».

Grâce à ce procédé, elle avait fini par croire inséparable la formule «  Que Dieu te le garde » du nom du frère et il était touchant de l’entendre dire à ma mère en pleurant :

-C’est mon frère, que Dieu me le garde, qui a mangé ma part de viande – Mon frère, que Dieu me le garde, a déchiré mon foulard.

Petite sœur, qui es maintenant mère de famille, ton vœu a été exaucé. Dieu t’a gardé ton mauvais frère ».

Le Fils du pauvre, publié en 1954, relate un passé en Kabylie alors que l’auteur était enfant presque cinquante ans avant l’indépendance de l’Algérie en 1962. J’ai déjà parlé dans ce blog (dans la catégorie  Puissants Fonds) du journal que celui-ci a tenu durant la guerre d’Algérie avant d’être assassiné par l’OAS à El-Biar, près d’Alger.

 

Récemment, un siècle plus tard, lors de ce mois de décembre 2018, une de mes collègues, lors d’une de ces discussions confidentielles qu’il est possible d’avoir lorsque l’on se sent suffisamment en confiance nous a appris qu’il était d’usage dans sa famille qu’elle soit celle, au moment de Noël, qui faisait des cadeaux à tous. Elle était un peu triste. Mais sans revendiquer quoique ce soit. Je suis sûr que, rétrospectivement, elle est capable de s’en vouloir d’avoir eu la  « faiblesse » de nous en parler. A notre autre collègue et moi. Et, je suis aussi sûr qu’elle est capable de m’en vouloir de parler d’elle. J’en prends néanmoins le risque car j’ai été et suis comme elle. Et tant d’autres sont comme elle : persuadés que les rôles de servants et de figurants leur sont dévolus.

Nous étions pourtant à Paris, capitale culturelle et touristique, renommée internationalement, entre adultes de plus de quarante ans, porteurs de divers vécus, de rencontres et de voyages de par le monde. Et notre collègue n’est pas la descendante cachée de la sœur de Mouloud Feraoun.

Très vite, discrètement, mon autre collègue et moi avons décidé d’essayer de réparer ça : lors de notre dernière nuit de travail cette année avec cette collègue, nous lui avons fait quelques cadeaux. L’une s’est chargée des achats. Je me suis occupé de la musique d’ambiance. Nous avons bien-sûr partagé les frais.

Notre collègue a été surprise et touchée. Et, elle s’est presque excusée pour ces attentions que nous lui avons portées. C’est aussi ça, la vocation. L’attitude de cette collègue un peu embarrassée d’avoir « bénéficié » de nos attentions. La nôtre qui a consisté à spontanément essayer d’atténuer un certain sentiment d’injustice et une certaine peine que nous avons perçue sans attendre, en retour, de recevoir une récompense ou une reconnaissance quelconques. Bien-sûr, on pourra toujours nous dire que ma collègue et moi nous sommes identifiés en notre autre collègue et qu’en lui faisant ces cadeaux, nous nous les sommes faits à nous-mêmes et aux enfants que nous sommes demeurés. Et ce sera aussi vrai comme pour la plupart des cadeaux que nous faisons d’une manière générale à notre entourage.

 

Le talent, c’est Ă  mon sens, avoir la conviction, Ă  un moment ou Ă  un autre, que tout ce qui nous arrive ou peut nous arriver de bien est notre droit. La diffĂ©rence principale entre la « vocation » et le « talent » Ă  mes yeux est la quantitĂ© de confiance – et donc de lĂ©gitimitĂ©- que l’on est capable de produire et de se procurer en soi et par les autres. Faute de confiance en soi et d’un sentiment de lĂ©gitimitĂ©, et livrĂ©s aux seules muses de la mĂ©sestime de soi, nous voilĂ  les Ă©lèves appliquĂ©s et prĂ©fĂ©rĂ©s de la culpabilitĂ© et de l’autodĂ©nigrement, rotondes de notre impuissance et de nos dĂ©faites Ă  venir qui nous confirmeront que nous sommes bien « nuls » et illĂ©gitimes pour de nouvelles entreprises comme pour d’autres horizons.

Dans cet extrait de Le Fils du pauvre, l’auteur représente le talent. Et, il se décrit lui-même comme un «  enfant gâté ». Sa sœur tyrannisée représente, elle, la vocation.

On a compris où je veux en venir :

On peut remplacer le mot «  frère » par le mot « emploi », « patron », « gouvernement », « salaire », «  maison », « mari », « femme ». «  ami(e ) », « copain/copine » ou « pantalon » ça marche aussi.

Ce passage du livre de Mouloud Feraoun nous rappelle comme beaucoup de nos apprentissages, de nos soumissions futures mais aussi de nos révoltes, sont la suite de notre enfance que l’on ait vingt, trente, quarante, cinquante ou soixante dix ans. Que l’on soit de droite ou de gauche. Que l’on soit une femme ou un homme. Que l’on soit valide ou invalide. Névrosé ou psychotique. Que l’on soit hétéro ou homo. Que l’on soit riche ou pauvre. Que l’on soit blanc, noir, arabe ou jaune. Que l’on soit catholique ou musulman. Que l’on soit célibataire ou en couple. Avec ou sans enfants.

Les gilets jaunes ? Oui, les gilets jaunes. Et d’autres. Hier ou demain. Qu’ils se manifestent par la violence physique, matérielle ou non. Violence physique et matérielle, je le rappelle, que je désapprouve. Parce-que j’en ai encore les moyens. Physiquement, moralement et matériellement. Pour l’instant. Voir mon article Privilégié dans la catégorie  Echos statiques.

On peut se défaire de l’engrenage d’une certaine violence que l’on a connue jeune, tôt, trop tôt. C’est l’affaire de la résilience, du travail thérapeutique, de la prise de conscience, de la réflexion, de l’apaisement.

 

Lorsque cela est possible.

 

Cela peut être un travail long et lent dans un monde qui va vite. Ou qui semble aller très vite puisque nous sommes plus séduits par la nouveauté et le résultat final que par tout ce qui peut leur précéder pour les obtenir. Puisque ce que d’autres « réussissent » peut nous sembler facile et rapide à réaliser.

 

Dans son film En Liberté sur lequel je n’ai pas encore écrit, Pierre Salvadori nous montre à nouveau des êtres inadaptés ou qui ont du mal à se réinsérer. En particulier, le personnage tenu par Pio Marmaï, employé modèle (un vrai « diamant ») accusé à tort d’un délit et qui sort de prison après plusieurs années. Vers la fin du film, sa compagne (jouée par Audrey Tautou), éreintée par ce droit à vivre par lequel il justifie tous ses actes de violence lui dit :

« T’es revenu innocent avec la cruauté des victimes ! ».

C’est cette cruauté-là que celles et ceux qui ont la vocation d’infirmier (et de soignant) acceptent parfois ou souvent, pendant des années, de recevoir et de retenir pour éviter de la retourner à celles et ceux qui l’infligent. Et s’ils ont du talent, ils parviennent quelques fois à la transformer en art.

 

 

Franck Unimon, ce mercredi 19 décembre 2018.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
Cinéma

Utoya, 22 juillet

                                          Utoya, 22 juillet, Film sorti en salles le 12 décembre 2018.

 

 

Erik Poppe, le réalisateur, rappelle que ce film est une fiction inspirée par les témoignages des victimes (et de leurs proches) du massacre sur l’île Utoya en Norvège le 22 juillet 2011.

 

 

Pour la fiction, on peut trouver une petite parenté avec Hunger Games d’autant plus que le personnage de Kaja, « l’héroïne » de Utoya, 22 juillet a un faux air de Jennifer Lawrence. Mais il a sûrement été assez difficile, même si thérapeutique, pour les acteurs et actrices (tueur inclus) d’endosser les rôles des victimes d’Utoya.

Pour le cinéma, on pourra se rapprocher du film Elephant de Gus Van Sant (palme d’or à Cannes en 2003) inspiré de la tuerie au lycée de Columbine en 1999. Sauf que les deux meurtriers du lycée de Columbine ont été reconnus comme des tueurs de masse et qu’ils ont agi aux Etats-Unis, pays où la législation sur les armes peut rendre celles-ci aussi accessibles que certains produits de consommation courants. (voir le film Les Veuves de Steve McQueen )

Dans mes souvenirs, Elephant déroulait une atmosphère en suspension à l’intérieur de laquelle, des lycéens livrés à eux-mêmes se faisaient tuer sans que l’on ait le temps d’apprendre à les connaître un peu.

Dans Utoya, 22 juillet, le réalisateur humanise davantage ses victimes avant que le terroriste ne démarre son activité meurtrière en tenue de policier. Quelques heures plus tôt, il avait déclenché un attentat à Oslo. Dans le film, on ne verra jamais son visage. On n’entendra jamais son nom. On apercevra sa silhouette, quelques secondes, de loin, depuis le contrebas d’une falaise, vers la fin du film. C’est plus respectueux des victimes et aussi des faits : personne n’a eu l’idée de lui tirer le portrait alors qu’il abattait ces jeunes idéalistes de gauche.

Même s’il arrive que l’on aperçoive quelques corps inconscients ou blessés, Utoya, 22 juillet s’attache principalement à rester proche des victimes qui se cachent, essaient de comprendre ce qui se passe, fuient ou tentent de prendre des décisions.

Après dix minutes de détonations par à coups, plusieurs spectatrices et spectateurs (il m’a semblé qu’il y’avait un petit peu plus de femmes que d’hommes) dans la salle ont commencé à soupirer tant la situation était stressante. Quant à moi, depuis mon siège confortable et sécurisé de spectateur, il m’a pris l’envie de saisir une grosse branche d’arbre mort afin d’aller la fracasser sur la nuque de l’agresseur. Non par héroïsme : j’aurais été autant voire plus effrayé que tous ces jeunes d’une moyenne d’âge comprise entre 18 et 25 ans à vue d’œil ( même si le jeune Tobias a sans doute 14-15 ans). Et j’aurais peut-être été en état de choc, en position fœtale, bien incapable de courir pour sauver ma peau sur l’île d’Utoya ce 22 juillet.

Mais par besoin d’en finir soit pour moi, soit par sacrifice pour d’autres, j’ai eu envie d’attraper une grosse branche.

A l’image de ces jeunes qui se sont fait tirer dessus comme des pigeons à la foire, les chiffres de ce massacre tombent : Utoya, ce 22 juillet 2011, nous rappelle le film, c’est une tuerie d’une durée de 72 minutes. 77 morts, 99 blessés graves, 300 personnes touchées ensuite par un stress post-traumatique. Le film dure 1h33. C’est bien-sûr 1h33 de trop. Mais ce film, en plus de rendre hommage d’une certaine façon aux victimes et à leurs proches, a au moins deux buts :

Informer sur les menaces profondes que peuvent représenter les mouvements d’extrême droite qui fondent sur les gouvernements comme sur des plages paradisiaques.

Prévenir, peut-être, les futures victimes potentielles (et avant eux, leurs tuteurs, éducateurs ou parents) de tout tueur comme de tout agresseur éventuel.

Cette deuxième partie est peut-être ma façon de me rassurer de manière rationnelle comme le personnage de Petter qui a d’abord besoin de se persuader que l’attaque qu’ils subissent est un «  exercice d’entraînement ». Car, il est bien difficile de se préparer à ce genre d’expérience. Comme le précise Jean-Paul Mari dans son livre Sans Blessures apparentes :

 « (….) A l’heure de la survie, plus de jeu social, d’interrogations existentielles. En une heure d’assaut, face au danger, le soldat en apprend plus sur lui-même que pendant des années de bureau ».

Les jeunes militants de l’île d’Utoya étaient des civils. Et aussi des pacifistes. Pour ce que l’on perçoit d’eux, ils étaient plutôt ouverts au dialogue et optimistes que portés sur le pugilat pour s’affirmer ou survivre. Face à eux, un homme armé, préparé, déterminé, portant sur lui un uniforme représentant l’autorité, qui les prend par surprise sur un lieu isolé ( une île ) , plutôt festif, dépourvu de moyens de sécurité comme de repli et où la communication téléphonique est mauvaise. C’est dire l’impasse.

Et, encore, le fait que les téléphones portables existaient déjà en 2011 a sûrement contribué à diminuer le nombre de morts et de blessés.

Pour prévenir ce genre de tragédie, certains préfèrent une présence armée et constante. D’autres, le droit à porter une arme sur soi.

Je me demande à partir de quel âge et, comment, préparer au mieux son enfant à la survenue possible de certains crimes étant donné qu’être en permanence sur la défensive, c’est aussi l’amputer de son innocence : avoir peur de tout et se méfier de tous, c’est aussi se priver de certaines ressources. Dans Utoya, 22 juillet, les quelques liens sociaux maintenus entre plusieurs victimes, même insuffisants pour se débarrasser de leur agresseur et être totalement solidaires, leur permettent aussi de se soutenir.

Pour moi, Utoya, 22 juillet, n’est pas un film à aimer : la priorité, ici, n’est pas d’aimer. Mais de le voir afin de réfléchir au genre de vie que l’on veut avoir et sur les modèles que l’on veut défendre ou laisser aux autres, à commencer par soi-même.

 

 

Franck Unimon, ce lundi 17 décembre 2018.

 

 

 

 

 

Catégories
Cinéma

Les Veuves

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les Veuves réalisé par Steve McQueen. Film sorti en salles le 28 novembre 2018.

 Visages d’un sépulcre creux, quatre femmes sont l’atoll de ce film carré. Deux autres sont cachées.

Comme lors de tout rythme initiatique, les héroïnes commencent par dérouiller.

Nous les voyons encaisser la mort. Elles se font Ă©jecter de leur zone de confort.

La «  zone de confort », dans un monde établi selon les process de réussite du règne masculin, blanc, libéral et occidental varie d’une femme à l’autre.

Au tout début du film, Veronica Rawlings ( l’actrice Viola Davis) est la Reine noire qui supprime, de par sa seule présence dans le lit et dans la vie de son mari blanc ( joué par Liam Neeson), plusieurs générations de racisme social, médiatique et cinématographique. C’est une femme d’avenir, éduquée, émancipée et plutôt bourgeoise.

Le personnage interprété par Michelle Rodriguez est une commerçante indépendante, mère de famille et épouse robuste d’un braqueur addict et flageolant. C’est elle qui tient la boutique.

Alice Gunner (l’actrice Elizabeth Debicki) est la grande blonde, mannequin d’argile d’origine polonaise, si peu sûre de sa valeur qu’elle garde les coups de son compagnon et qu’elle dépend de l’escorte de sa mère qui voit en son corps son meilleur capital.

Et puis, il y’a l’outsider, Belle (l’actrice Cynthia Erivo), physique de boxeuse, mère célibataire, coiffeuse, baby-sitter au domicile des autres plus que chez elle, qui ne compte pas ses heures de travail pour s’en sortir.

Une Latinos, une Slave ( se rappeler que le mot “esclave” vient du mot ” slave”), deux Afro-amĂ©ricaines, Steve MacQueen a formĂ© son quartĂ© fĂ©minin avant le saut d’obstacles :

Infidélité, double infidélité, ambition politique et sociale (l)acérée, héritage paternel, Les Veuves est peut-être un film de deuil sur les années Obama. La présidence Obama a peu modifié la trajectoire des inégalités et des violences entre les femmes et les hommes, entre les noirs et les blancs, entre les flics blancs armés, adultes, et les jeunes noirs interdits d’insouciance. Mais aussi entre noirs. L’ennemi est partout. Aux sentiments, mieux vaut préférer les alliances par intérêt commun tarifé. Ce sont les meilleures assurances.

Pendant ce temps-là, dans cette ville des Etats-Unis où se passe l’histoire, les armes restent en vente libre et une mère peut enseigner à sa fille qu’une arme est un meilleur compagnon qu’une peluche ou un copain.

Bound, des ex-frères Wachowski, Fresh, de Boaz Yakin, McQueen s’est probablement passé de la vision de ces deux films pour donner à ses héroïnes le pouvoir de se servir de leurs « faiblesses » pour se tailler la part du lion dans le film.

De leur côté, les hommes servent les fantômes d’un passé redoublé ou traumatique. Colin Firth, homme politique par transmission et par vénalité, est asservi aux postulats passéistes et racistes du père (l’acteur Robert Duvall).

Harry Rawlings (Liam Neeson), le braqueur de haute précision, a une tâche sur son CV personnel.

Les deux frères Manning (l’acteur Bryan Tyree Henry et Daniel Kaluuya à nouveau remarquable après Get Out et le premier Sicario) en ont assez du ghetto et veulent en être.

On peut trouver ce film de McQueen plus « mainstream » que les précédents. Son fond est pourtant plusieurs fois aussi lourd qu’un sac de frappe que l’on reçoit de face.

Plusieurs scènes sont virtuoses. Citons-en quelques unes :

Une séance de coaching conjugo-politique avec Colin Firth et sa femme en hors champ.

Une dispute/réconciliation entre Viola Davis et Elizabeth Debicki.

Michelle Rodriguez et un autre veuf.

Le personnage de Daniel Kaluuya donne son avis sur l’Art et le Rap.

Quand un politicien noir en campagne rend visite Ă  une veuve noire.

Un prêche sur la nécessité de faire entrer l’Amour dans l’équation.

 

Comment ne pas aimer ce film ?

 

 

Franck Unimon, ce lundi 17 décembre 2018.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
Croisements/ Interviews

Le Fait Eric

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mère normande, père malgache, il est d’abord parti de Caen. J’ai rencontré l’ami Eric Moscardo-Rabenja il y’a environ dix ans à l’université de Saint-Denis en banlieue parisienne.

Nous étions tous les deux acteurs dans un court-métrage réalisé par des étudiantes en cinéma. Nous avons fait connaissance pendant que l’équipe technique procédait aux réglages ou que d’autres de nos partenaires tournaient. De contact facile, l’esprit à la tête, la conversation avec Eric s’est aisément faite.

Je suis souvent resté perplexe devant la superficialité et l’infirmité des rapports entre les humains du milieu du théâtre, du cinéma mais aussi du journalisme cinéma qui peuvent pourtant se dévouer à bien des œuvres « généreuses » et « humaines ».

Tout semble perpétué par une prise d’intérêt immédiate. A moins qu’il ne s’agisse de ces embarras communs, embruns qui nous dominent, lorsque l’on ne sait quoi dire à un autre nous-même. Ou de cette angoisse qui oblige. A faire du rendement et du recel de présence plutôt que des rencontres. Pour se prouver que l’on a bien travaillé ; que l’on a bien produit ; que l’on a été efficace ; que l’on a fait quelque chose de soi et de son temps.

On peut être décisif en déposant que lorsqu’il est difficile de gagner sa vie- dans un milieu ultra-compétitif- pour se nourrir et être reconnu à la hauteur de son énergie, on n’a pas le temps pour jouer à la balle au prisonnier, conter fleurette et faire du tricot.

Il est étonnant comme certaines personnes- même décédées- donnent encore l’impression de manquer de temps.

Le pire est que ce sous-développement relationnel touche même des univers professionnels supposés habilités à le traiter. Exemple : les techniques et décisions gouvernementales et managériales dans les hôpitaux et les lieux de soins.

Mais on peut aussi, bien-sûr, préférer évoquer pudiquement- et sincèrement- le charme des       « affinités ».

 

Le sens de la droiture. Le fait d’avoir longtemps été un « artiste caché ».

 

Je crois avoir décelé quelques affinités entre Eric et moi. Pourtant, j’éviterai de trop le déshabiller. Car, même si l’artiste, au moins, s’expose devant les autres, c’est souvent à titre provisoire et partiel. Lors de certains moments précis et identifiés par lui (ou elle) où il ou elle est raccord pour se présenter autrement qu’à l’accoutumée.

Cela peut peut-être se comparer, jusqu’à un certain point, à une forme d’envoutement, où l’on fait refluer vers soi et en soi, toutes ces vies dénombrées, retenues, saisies, claquemurées, ignorées, confiées et aperçues dont on hérite et que l’on restitue – par parcelles- sur la scène. Vies qu’on oublie ou que l’on oubliera une fois la scène ou le plateau de tournage éteints alors qu’elles auront entretemps étreint d’autres mémoires avant que l’on s’en retourne à notre ordinaire.

 

Je suis peut-être sous l’influence de mes élucubrations, éléments variables de mes bizarreries et autres dérangements.

 

Eric est né le 3 octobre. Je suis né le 2. On peut donc dire que l’on se suit.

Lors de notre dernière rencontre, il était très amusant de voir comme, à tour de rôle, chacun voyait dans le parcours de l’autre, une inspiration possible pour écrire une histoire ou un scénario de court-métrage.

Après avoir travaillé une vingtaine d’années dans les Aéroports de Paris, depuis trois ou quatre ans, Eric est devenu un artiste à temps complet. Il a écrit un premier One Man Show qu’il a joué à Paris et à Madagascar. Il continue de se former au jeu d’acteur et à l’écriture de projet. Il participe à des tournages. Il joue au théâtre. Il a un agent.

 

Lorsque j’avais reçu le dvd du court-métrage où nous avions joué ensemble, je l’avais trouvé meilleur acteur que moi. Je me souviens encore du passage où, face caméra, il balance :

« J’t’ai toujours dit que je voulais pas d’une bande de chiards ! ».

 

 

Franck, ce vendredi 14 décembre 2018.

Catégories
Cinéma

Millenium : Ce qui ne me tue pas

Millenium : Ce qui ne me tue pas, réalisé par Fede Alvarez.

 

Sortie en salles le 14 novembre 2018.

 

Mes articles sont longs. Celui-ci sera court. J’avais aimé les précédents avec Noomi Rapace et Rooney Mara. Avec une préférence pour Noomi Rapace qui a confirmé son envergure d’actrice dans le Promotheus (2012) de Ridley Scott.

J’ai beaucoup aimé l’affiche de Millenium : Ce qui ne me tue pas. Elle est très photogénique.

J’avais bien remarqué que peu de critiques s’épanchaient sur ce film. Mais j’avais envie de revoir Lisbeth Salander. Dans ce film, Lisbeth Salander est James Bond, le Néo de Matrix et Robin des Bois tout à la fois. Une femme peut être plus forte et plus intelligente qu’un homme. Mais, ici, elle reste faible devant quelques puissants clichés du scénario.

Grâce à ce film, j’ai néanmoins reçu deux ou trois enseignements. Il faut toujours avoir quelques amphétamines à portée de main. Au cas où on nous injecterait une forte dose de sédatifs sur la scène d’un crime qui vient d’être commis.

Le monde se répartit en deux sphères : celle des surdoués qui voient tout et peuvent tout en agissant seuls. Et celle des idiots d’Etat qui ne voient pas qu’une caméra miniature a tout filmé du crime qui vient d’avoir lieu malgré la garde rapprochée présente.

Il faut toujours se méfier de sa sœur surtout si on l’a battue aux échecs, enfant. Car, plus tard, elle voudra prendre sa revanche et portera une longue robe rouge.

Certains hommes sont fréquentables : Les hackers solitaires sans libido. Les journalistes qui risquent leur vie pour une enquête. Et les hackers. Surtout si ces derniers ont pour spécialité d’être des tireurs émérites suffisamment habiles pour transporter des armes au doigt et à l’oeil.

La maitrise de l’informatique permet de prendre le pouvoir à peu près n’importe où, n’importe quand. Le bug informatique n’existe pas.

Une baignoire protège des explosifs. Lors du prochain attentat, si possible, se précipiter dans la baignoire la plus proche.

Un homme rendu aveugle se déplace plus vite dans la neige jusqu’à la route qu’une voiture de course.

 

Dans les premières minutes du film, nous assistons pourtant à une scène de violence conjugale particulièrement bien réalisée. Ensuite, Millenium ou non, le film rejoint l’incurie de ces grosses productions folles de la règle selon laquelle à partir d’un certain nombre de scènes d’actions et de revirements, mécaniquement, le public va se mettre à « aimer » un film et affluer dans les salles quelque soit le contenu….

 

Je viens de recevoir un sms de Lisbeth Salander. Celle-ci m’affirme qu’en persistant à écrire pour mon blog, je poursuis le même but que ce film. Pour l’instant, elle ne me menace pas m’écrit-elle. Mais elle me met en demeure de fournir un peu plus de contenu que ce que j’ai pu voir dans ce film. Je vais me rapprocher de la baignoire.

Franck, ce mercredi 12 décembre 2018.