Le Blog du poisson rouge

Les élections présidentielles de 2022 : Les gens ne se supportent plus !

»Posted by on Avr 28, 2022 in Corona Circus, Le Blog du poisson rouge | 0 comments

Les élections présidentielles de 2022 : Les gens ne se supportent plus !

 

A Osny, dans le Val d’Oise, avril 2022, avant le premier tour des élections Présidentielles.

Les élections présidentielles de 2022 : «  les gens ne se supportent plus ! »

 

« Les gens ne se supportent plus ! ».

 

C’est cette phrase que j’ai retenue de cet homme croisé lors du premier tour de ces élections présidentielles de 2022. Parti voter le matin avant de partir travailler, je croyais arriver le premier au bureau de vote. Cet homme était déjà là. 

 

Ensemble, nous avons discuté un peu. Il m’a raconté. La vie à Argenteuil s’était dégradée. Il aurait aimé partir vivre dans le sud de la France mais c’était impossible. Du côté de St Raphaël, je crois. Le prix de l’immobilier et les problèmes de santé de sa femme s’opposaient à ces projets.

 

Retraité, il avait pourtant le pied ferme et avait deux ou trois voitures. Dont au moins une de sport.

 

 

Je l’ai écouté. Lorsqu’il a appris que j’allais travailler, et aussi parce-que j’ai plaisanté en lui disant que « j’espérais » être le premier à voter, cet homme m’a très obligeamment laissé passer le premier.

 

Les gens ne se supportent plus….

 

Emmanuel Macron a donc été réélu comme les sondages le pronostiquaient.

 

Emmanuel Macron, le « Kennedy » de France, pour son jeune âge et son aisance de CSP+ à s’exprimer devant les média. Emmanuel Macron qui présente bien. Emmanuel Macron qui a donc fait mieux que Nicolas Sarkozy et François Hollande, « seulement» élus, avant lui, une fois Président de la République.

 

Emmanuel Macron, le plus jeune Président de France, même pas quinquagénaire, qui aura fait presque aussi « bien », en termes de réélection, que François Mitterrand et Jacques Chirac.

A Paris, dans le 3 ème arrondissement, avril 2022, avant le second tour des élections Présidentielles 2022.

 

Emmanuel Macron, qui, deux fois de suite, aura été réélu face à Marine Le Pen, fille de son père, Jean-Marie Le Pen (ex-Président du Front National) et tante de Marion Maréchal-Le Pen, revenue de son « congé parental » pour s’allier à Eric Zemmour, le trouble fête mais aussi le puissant lubrifiant politique – et médiatique- de ces derniers mois en France contre lequel un peu tout le monde (politiques et journalistes) a voulu s’essayer. ( lire aussi Vivre au temps du Covid avec Eric Zemmour ). 

A Paris, près de la Madeleine, avril 2022, avant le premier tour des élections présidentielles 2022. En couverture de L’Incorrect, à droite, Eric Zemmour, à gauche, Marion Maréchal- Le Pen. Tout à gauche, une publicité pour la marque Chanel.

 

Eric Zemmour, aujourd’hui, et ses partisans, seraient déçus du fait de ces 7 % de vote obtenus. Eric Zemmour, aujourd’hui, tenterait de se refaire auprès de Marine Le Pen qu’il avait su plastiquer verbalement comme il sait plastiquer sur un plateau de télé.

Mais je trouve que c’est beaucoup, 7 pour « sang » pour un homme dont c’était la première participation à des élections Présidentielles. Pour un homme qui a fait beaucoup mieux que Valérie Pécresse dont le véritable slogan de campagne plutôt que « Le courage de faire » était peut-être… le courage de perdre.

Paris, avril 2022, Bd Raspail, avant le premier tour des élections présidentielles 2022.

 

Je ne me suis pas encore remis du fait qu’une femme politique expérimentée, et d’un très bon milieu socio-culturel, comme Valérie Pécresse, a pu racler autant d’absurdités lorsqu’elle s’est exprimée. Du genre :

« Du bon vin et un bon bœuf charolais, c’est ça la France que j’aime ».

 

Afin de draguer la supposée « France profonde » qui serait forcément xénophobe – et aussi très bête- et qui constituerait le corpus de l’électorat de Eric Zemmour et de Marine Le Pen.

 

Il m’a fallu du temps pour l’admettre avant qu’il ne soit élu Président en 2007, mais Nicolas Sarkozy a une habilité et une lucidité politique indiscutables. Et il a été évidemment bien avisé de se retenir de soutenir « Valérie ». On parle beaucoup de la campagne pathétique d’Anne Hidalgo, la candidate PS et maire de Paris, mais entre «Valérie » et « Anne », je ne sais laquelle est la meilleure athlète du pathétique :

 

“Ensemble, changeons d’avenir”. On dirait une réclame pour un régime alimentaire.

Avril 2022, à Paris, Bd Raspail, avant le premier tour des élections présidentielles 2022. Oui, qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ?!

 

 

Les gens ne se supportent plus….

 

 

Le passage de Christiane Taubira dans la campagne présidentielle m’a fait l’effet d’une page de pub. Comment faire parler de soi alors que l’on a été Ministre de la Justice (poste dont on avait démissionné après d’autres ) du Président socialiste François Hollande sans prendre trop de risques ?

 

On se présente en rassembleuse puis on s’en va dès que l’on comprend que le miracle n’aura pas lieu mais aussi que l’on n’est pas si désirée que cela dans les lieux. Et on se fait passer pour une femme politique libre et indépendante. Pour rassembler ou démissionner.

 

Les termes « rassembler », « Union » sont beaucoup utilisés en politique. Dans le monde du travail, on remplace ces termes par « la mutualisation des moyens » et cela a souvent les mêmes effets : on se débarrasse de celles et ceux qui déplaisent et qui sont trop isolés ou trop vulnérables pour résister ou contre-attaquer.

Près de la gare d’Osny, avril 2022, avant le premier tour des élections présidentielles 2022.

 

Je m’explique le vote aussi « haut » de Mélenchon par le fait qu’il a capté le vote des musulmans de France irrités par les propos anti-voile ou d’autres termes désobligeants envers l’Islam associant Islam et islamisme. Je m’explique aussi son résultat par les suffrages qu’il a obtenus dans les « îles » et auprès de diverses minorités, culturelles, économiques et sociales.  Son punch, ses aptitudes oratoires mais aussi son bon sens du rythme démagogique l’ont rendu plus séduisant que les élites lustrées et abstraites du parti socialiste qui, lifting après lifting, liposuccion après liposuccion, ne ressemblent plus à rien. Même si certains « pharaons » du parti socialiste disposent d’une baraka de survivant hors du commun.

 

La dernière fois que j’avais aperçu Manuel Valls, il terminait son Footing. Je l’avais vu arrêté, transpirant, au bord de la route du côté du quai Anatole France, pas très loin du musée d’Orsay. Je l’avais reconnu en passant devant lui à vélo sur la piste cyclable. Je m’étais dit :

« C’est Manuel Valls ! ». Il était concentré. Sérieux. Le sérieux de l’homme qui croit à son retour et le prépare.

 

C’était plusieurs mois avant le début des élections présidentielles. Il essayait de «rebondir ». A cette époque, on ne le voulait pas dans le gouvernement Macron. Mais il a su manifestement rebondir au point de se rendre acceptable lors de cette campagne électorale.

 

Je suis sans doute dur avec Manuel Valls mais je crois que si Marine Le Pen avait été élue et lui avait proposé un Ministère, qu’il aurait été parfaitement capable de l’accepter et d’affirmer qu’il fait ça avant tout pour son amour de la France !

Il faudrait donc presque remercier Emmanuel Macron, en étant réélu, d’avoir sauvé Manuel Valls deux fois. Une fois pour lui avoir permis de revenir dans le cercle présidentiel. Une seconde fois pour l’avoir…sauvé des mélodies de sirène de Marine Le Pen.

 

 

J’ai pris le temps de regarder une heure, en replay, du débat télévisé de 2022 entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron. Dès le début, j’ai vu une femme politique battue et traumatisée. Par le précédent débat télévisé…de 2017. J’ai tendance à penser que depuis des années la famille Le Pen fait sa thérapie familiale aux frais du contribuable. Mais aussi qu’elle se livre à une sorte d’émission de télé-réalité politique qui avait devancé toutes les émissions de télé réalité que nous avons connues depuis.

Mais concernant Marine Le Pen face à Emmanuel Macron, lors de ce débat de 2022, j’ai envie de dire qu’un trauma, ça se soigne en allant voir un thérapeute. Afin de faire le deuil de certains ambitions ou prétentions ou aspirations.

 

Car si j’ai vu une femme politique battue dès les premières minutes de ce débat de l’entre deux tours des élections présidentielles de 2022, j’ai aussi vu un moineau face aux serres d’un rapace.

 

Le moineau ou la souris, Marine Le Pen, avait beau sourire pour donner le change et lâcher quelques coups de bec ou de griffe ( «Si je suis une climato-sceptique, vous, vous êtes un climato-hypocrite… ») hérités de papa Jean-Marie, le rapace Emmanuel Macron, n’a pas eu à s’inquiéter d’une quelconque mort subite. J’ai même eu l’impression qu’Emmanuel Macron était amusé autant qu’abasourdi, que lui, le si brillant Emmanuel Macron, se retrouve « seulement » face à une adversaire de cette taille.

 

Emmanuel Macron a-t’il été « bon » dans ce débat ? Lorsqu’on le voit et qu’on l’écoute, durant cette première heure, il sait être convaincant et est bien plus crédible que Marine Le Pen.

 

Beaucoup trop facilement.

 

Marine Le Pen est tellement mauvaise que même lorsqu’on l’a envie d’être d’accord avec elle (comme lorsqu’elle parle par exemple des infirmières « licenciées » pour cause de non vaccination contre le Covid), elle passe à côté et, en face, Emmanuel Macron, réussit à esquiver, à se faire passer pour un grand architecte social. Et à marquer le point.

 

On dirait Djokovic ou Nadal jouant au tennis face à Borg, aujourd’hui. Ce n’est plus la même façon de jouer, ce n’est plus la même surface, ce n’est plus le même matériel, ce n’est plus la même préparation physique et plusieurs filets d’années  les séparent. Pourtant, à peine dix années d’existence séparent Marine Le Pen d’Emmanuel Macron. Et, question formation politique, Marine Le Pen a plutôt été “entourée” bien plus tôt qu’Emmanuel Macron

 

En regardant ce débat, j’ai aussi eu l’impression de voir une déléguée syndicale, Marine Le Pen, face à un grand Patron, Emmanuel Macron. On a beau vouloir faire descendre ce jeune grand patron tête à claques de son piédestal et lui remettre les pieds sur terre, la « déléguée syndicale » qu’est alors Marine Le Pen s’y prend si mal qu’elle n’a aucun poids mais aussi aucun mérite :

Son succès électoral aussi important qu’inquiétant dans “les îles” ( environ quarante ans plus tôt, une population guadeloupéenne remontée avait empêché Jean-Marie Le Pen de débarquer à Pointe à Pitre) , dès le premier tour, tient à mon avis autant au mauvais vécu de l’obligation vaccinale contre le Covid et du passe sanitaire qu’à un rejet anti-Macron viscéral. Et social. 

Dans ce nouveau débat, pourtant, une nouvelle fois, cette absence de mérite de Marine Le Pen se ressent, alors qu’elle est parvenue, grâce au vote de millions de Français,  sans trop forcer, à obtenir un tête à tête privilégié avec le grand Patron qu’est devenu Emmanuel Macron.

 

J’aurais évidemment préféré un face à face entre Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. Ou, au pire, avec Valérie Pécresse. Emmanuel Macron aurait sans doute été réélu malgré tout mais, pour une fois, il aurait reçu des vrais coups.  Et aurait pris bien plus au sérieux les arguments de son opposante ou de son opposant.

 

Paris, avril 2022.

 

 

Mais, pour cela, il aurait fallu que les femmes et les hommes politiques français s’améliorent et arrêtent de se comporter en rentiers ou d’improviser.

 

Pour moi, une Marine Le Pen peut se permettre, sans beaucoup forcer, d’être pour la seconde fois de suite au deuxième tour des élections présidentielles parce-que les femmes et les hommes politiques de France sont mauvais. Pour moi, un Eric Zemmour peut se faufiler comme il l’a fait et obtenir « seulement » 7 pour 100 de votes dès sa première candidature parce-que les femmes et les hommes politiques de France sont mauvais. Pour moi, un Emmanuel Macron a pu se faire élire en 2017, certes, parce qu’il a eu des appuis conséquents, parce qu’il a eu du flair, de l’audace mais aussi parce qu’en face, les candidats étaient déjà mauvais ou court-circuités.

 

La même Marine Le Pen qui fustige le « système » et les élites politiques françaises, jouit, comme son père, à la fois des failles du système politique français, du mauvais niveau des femmes et des hommes politiques de France qui se trouvent au premier plan, mais aussi des privilèges financiers (et autres) du « système ». Et c’est pareil pour Eric Zemmour.

 

 

Si François Mitterrand a, de son vivant, fait en sorte de désunir la descendance politique socialiste qui aurait pu ou dû, avantageusement, rassembler un peu- ou mieux- la société française, je me demande quelle femme ou homme politique, Jacques Chirac mais aussi Nicolas Sarkozy, ensuite, ont empêché d’éclore. Alors que cette femme ou cet homme politique aurait pu faire vraiment du bien à la politique sociale française.

 

Paris, avril 2022.

 

Franck Unimon, ce jeudi 28 avril 2022.

 

 

 

 

 

 

read more

Une ligne 14 à bloc !

»Posted by on Fév 12, 2021 in Corona Circus, Le Blog du poisson rouge | 0 comments

Une ligne 14 à bloc !

 

Gare de Lyon, ce vendredi 12 février 2021 au matin, vers 9h10. Cette rame du ligne 14 du métro vient d’arriver à la gare de Lyon après être restée immobilisée trente minutes dans le tunnel. Jusqu’à ce qu’une agent de la RATP parvienne à la conduire manuellement. Cette rame de métro va repartir sans passagers.

                                            Une ligne 14 à bloc !

Le Grand Paris, environ trente millions d’habitants, c’est pour bientôt. Les Jeux olympiques de 2024 en France, et ses millions ou ses milliards de visiteurs, ses heures de retransmissions et ses pubs, encore plus tôt.

 

Si cette date est retenue. Si nous avons le droit de sortir.

 

Les pharaons d’Egypte, en exploitant et en tuant dans l’oeuf des  quantités indénombrables d’ouvriers, ont entre-autres laissé des pyramides qu’aujourd’hui, nous admirons. Car elles sont bien plus célèbres que tous ces clandestins, aujourd’hui disparus, qui auront contribué à leur élévation.

 

Nous, pour nos grands projets, nous avons besoin de transports en commun ad hoc. Et, peu importe que nous soyons anonymes. Pourvu que ça roule dans la farine.

 

Pour cela, nous pouvons compter sur la Ligne 14 entièrement automatisée. La ligne 14, ça fuse ! Et ça ne se refuse pas. Depuis la gare St Lazare, la ligne 14 a été bien des fois mon arme de réduction temporelle pour aller dans les salles de cinéma.

Mais depuis plusieurs mois, les cinémas et les salles de théâtre sont fermées, remplacées par les festivals pandémie, vaccins, couvre-feu et confinement qui s’opposent aux rapprochements humains. Heureusement que des bibliothèques et des librairies sont ouvertes ou ont rouvert pour compenser un peu ce traitement au scalpel – sans anesthésie- que subissent  bien des espaces culturels.

 

Pour le bien-être de l’économie, il a aussi été plus rapidement permis de s’attrouper  de nouveau aux heures de pointe dans les transports en commun parisiens. Comme ce matin, ce vendredi 12 février 2021, ou, après une nuit de travail de douze heures, je me dirige vers la ligne 14 à la station Bercy. La température extérieure est alors d’environ -1 degré. Nous connaissons une vague de froid depuis deux à trois jours.

 

Mon rêve, alors qu’il est près de 8h30, en finir au plus vite avec ce trajet jusqu’à Paris St Lazare. Puis, là, prendre mon train de banlieue. J’aurais bien-sûr préféré vivre dans un appartement avec vue dégagée sur la Pyramide du Louvre. Mais on fait ce que l’on peut. Même si c’est sûrement de ma faute si j’ai raté une bonne partie de ma vie. Je n’avais qu’à choisir de devenir pharaon au lieu de manquer d’ambition. Quand on veut, on peut.

 

Faute d’ambition, je me contente ce matin d’avoir une place assise dans la ligne 14. Et de me dire que dans dix minutes, je marcherai vers le grand hall de la gare St Lazare.  C’est un bon début vers mon destin de moins que rien.

 

Mais j’ai à peine imaginé ce scénario de film de série V que le métro de la ligne 14 se bloque sur les rails en plein tunnel. Sans doute la ligne 14 a-t’elle été vexée par mes pensées indignes. Parce-que, très vite, je me fais la remarque que, première lame des rails pendant des années, la ligne 14 semble être devenue un second couteau alors qu’elle dessert, depuis quelques semaines maintenant, les nouvelles stations Sanofi,  4 milliards, Actionnaires, et Vaccin anti-Covid prévu pour la fin de l’année. Heureusement qu’elle ne dessert pas en plus les stations Pfizer, Moderna, Astrazeneca, Sputnik V, Masque chirurgical. Mais ça viendra sûrement.  Chaque pirogue en son temps. Mais comme c’était mieux, lorsque la Ligne 14 avait Paris St Lazare pour départ et terminus.

 

 

Assez rapidement, une voix Off nous informe que nous sommes arrêtés. Cette voix  nous quittera seulement lorsqu’une femme agent de la RATP viendra nous rejoindre afin de conduire « manuellement » la superbe ligne 14.

 

Heureusement, notre sauveuse arrive assez rapidement. Cela fait alors environ quinze minutes que nous sommes dans l’au-delà des rails. Là où je suis, pratiquement en tête du métro, au niveau des troisièmes portes, personne ne panique. Tout le monde reste calme même s’il semblerait qu’une personne essaie, sans insister, d’ouvrir les portes. L’agent de la RATP lui demande de ne rien en faire. L’homme avorte sa tentative.

 

Un autre passager s’avance pour prendre une photo puis retourne à sa place. Une autre passagère, assise en face de moi, prévient qu’elle sera en retard pour son rendez-vous de 9h. Il lui est proposé un autre rendez-vous à 11h15.

 

Avant de me décider pour la ligne 14, j’avais testé d’autres itinéraires. Depuis deux à trois semaines, j’ai l’impression que les défauts techniques dans les transports en commun se multiplient. Ligne J, Ligne 6 du métro. Une amie m’a parlé de la ligne B du RER. L’usure due à la pandémie semble avoir gagné le matériel qui nous transporte. Or, les transports en commun, lorsqu’ils permettent à des femmes, des enfants et des hommes, de se rendre d’un point vers un autre, afin d’accomplir leur mission, leur travail ou un projet quelconque, deviennent l’équivalent du système sanguin d’une société.

Si le système sanguin d’une société se bloque, celui-ci peut finir par se détériorer. Car il a besoin d’échanges entre son intérieur et l’extérieur. D’une certaine fluidité comme d’une certaine mobilité. Une société qui se fige peut ainsi finir par se retrouver sous dialyse ou sous galère.

 

 

Après quinze minutes d’échanges d’un certain nombre de protocoles et de procédures techniques avec son collègue- ou son supérieur- l’employée de la RATP réussit à redonner un élan vital au métro de la ligne 14. On dirait Sigourney Weaver aux commandes d’un vaisseau dans Alien.  La gare de Lyon, et la sortie du tunnel, n’était pas si loin que ça, finalement. L’état de choc du métro de la ligne 14 aura duré trente minutes.

 

Des applaudissements justifiés saluent la réussite de l’agent de la RATP. Après ça, il  faut trouver un itinéraire bis. Pour moi, ça sera la ligne A du RER jusqu’à Opéra. Puis, je préfère marcher jusqu’à la gare St Lazare.

Gare de Lyon, ligne 14 ce vendredi 12 février 2021 vers 9h10. Après avoir réussi à rejoindre la gare de Lyon, il nous est demandé de descendre et de prendre un autre itinéraire pour la suite de notre voyage. Le temps que le trafic de la ligne 14 vers St Ouen reprenne.

 

Contraint à lézarder avec d’autres dans le métro immobilisé, j’ai repensé au vélo pliant que j’avais commandé la semaine dernière. Car j’en avais assez de dépendre de ces « défauts techniques » répétés. En moins d’un mois, j’estime avoir rencontré plus de déconvenues dues à des ” défauts techniques” liés aux transports en communs qu’en plusieurs années de trajets. Néanmoins, un de mes nouveaux collègues, adepte de la ligne 13 du métro, m’avait dit que je m’étais un peu trop précipité. J’avais commencé à me dire que partir plus tôt de chez moi permettait d’échapper à ce genre de désagrément. Et, ce collègue avait même réussi à me convaincre de recommencer à prendre la ligne 13, une ligne de métro dont j’ai choisi de limiter l’usage au strict minimum pendant des années. Au point de presque exclure son existence de ma mémoire.  Alors que la ligne 13, lorsqu’elle marche, est en effet rapide.

Mais tout usager de la ligne 13 connait sa réputation de ligne souvent marquée par les arrêts pour causes techniques ou de sur-encombrement. Sans oublier la “culture” de pickpocket qui lui est accolée. Mais l’extension de la ligne 14 a aussi pour but d’alléger la ligne 13. Et, je me suis dit que ce collègue avait finalement raison. En prenant la ligne 13, cela s’était bien passé.  Jusqu’à ce que je m’aperçoive qu’un autre collègue, un mordu de la ligne 14, avait pu mettre encore moins de temps que moi pour son trajet. 

 

 Mais maintenant…..

Gare de Lyon, ce vendredi 12 février 2021. Le trafic est interrompu jusqu’à environ 9h15 sur la ligne 14 du métro du fait de l’impair technique que nous avons connu pendant trente minutes. Il est donc demandé aux voyageurs que l’on voit en haut d’attendre la reprise du trafic de la ligne 14 vers la Porte de St Ouen.

 

Franck Unimon, ce vendredi 12 février 2021.

 

 

 

 

read more