Catégories
self-défense/ Arts Martiaux

Les 24 heures du SamouraĂŻ 2024

Au dojo d’Herblay, ce dimanche 19 Mai 2024, quelques minutes aprĂšs la fin des 24 heures du SamouraĂŻ. Photo©Franck.Unimon

 

Les 24 heures du SamouraĂŻ 2024

Il pleuvait ce dimanche 19 mai 2024 autour de midi alors que nos colonnes peuplaient le dojo d’Herblay. Sur les tatamis, nous Ă©tions plus de deux cents Ă  continuer de nous orienter sur la pirogue de la fatigue. Des hommes mais aussi des femmes, nous Ă©tions majoritairement en kimono.

Romain Anselmo, KaratĂ© Kyokushinkai, au dojo d’Herblay ce dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

GuidĂ©s par l’expert en karatĂ© Kyokushinkai, Romain Anselmo, et aiguisĂ©s par le couteau de nos kiaĂŻ, nous nous enfoncions encore un peu plus dans ce qui restait de ces quelques minutes oĂč tout allait bientĂŽt s’arrĂȘter. Avec une ou un partenaire, nous avons effectuĂ© des sĂ©ances de low kick. Mais nous nous sommes aussi donnĂ©s des coups de poing rĂ©ciproquement dans le gong de notre ceinture abdominale. Nous avons aussi fait des pompes. L’expert donnait le rythme. AmusĂ©, il nous a informĂ© qu’il lui avait Ă©tĂ© demandĂ© de mettre de l’intensitĂ©. LĂ©o Tamaki, sur le tatamis avec nous, a ajoutĂ© dans le mĂȘme humour qu’il lui avait Ă©tĂ© demandĂ© de nous «achever».

Au dojo d’Herblay, ce dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Pour quelqu’un d’extĂ©rieur, nous aurions pu passer pour des fanatiques ou des fantassins du passĂ©. Mais si une DivinitĂ© attentive aux Arts Martiaux s’était trouvĂ©e dans les parages ou quelque part dans le Val d’Oise, elle serait peut-ĂȘtre venue nous apporter les croissants.

L’édition 2024 des 24 heures du SamouraĂŻ allait bientĂŽt se terminer, notre vie recommencer et je retournerais bientĂŽt Ă  mes chansons de Lana Del Rey dont je suis devenu toquĂ© depuis Ă  peu prĂšs deux mois. Mais, entretemps, comme l’annĂ©e derniĂšre ( Les 24 heures du SamouraĂŻ au dojo d’Herblay ce 20 et ce 21 Mai 2023, 2Ăšme Ă©dition ) avec beaucoup d’autres revenus cette annĂ©e, j’aurais participĂ© Ă  cette manifestation.

Sensei Seisuke Adanyia, au dojo d’Herblay, ce samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Pourtant, quelques jours plus tĂŽt, je m’étais interrogĂ© sur les raisons qui me poussaient Ă  y participer Ă  nouveau. Je me sentais physiquement fatiguĂ© et je l’étais. L’épreuve d’effort que j’avais faite le lundi avait Ă©tĂ© estimĂ©e modĂ©rĂ©ment convaincante «pour un sportif Â» par le pneumologue qui me l’avait prescrite. Je me savais entraĂźnĂ© sportivement a minima. J’avais trĂšs peu et irrĂ©guliĂšrement pratiquĂ© tant en karatĂ© avec Maitre Jean-Pierre Vignau qu’avec mon club d’apnĂ©e.

Ma seule constance sportive Ă©tait faite de ces quelques kilomĂštres Ă  vĂ©lo que je faisais depuis trois ou quatre mois pour me rendre au travail et de mon penchant spontanĂ© pour la marche. Pour marcher, il est plus simple d’avoir des pieds et l’arthrose de mes deux gros orteils avait Ă©tĂ© Ă  nouveau confirmĂ©e par un clichĂ© radio. Mais, aujourd’hui, il n’existe pas de rĂ©paration de l’arthrose. Les principales solutions- temporaires- consistent en des infiltrations, des soins locaux de confort (froid, antalgiques divers), le repos, la diminution ou l’absence de toute pratique qui privilĂ©gie les impacts pour les pieds. Du cĂŽtĂ© de la chirurgie, il y a bien l’arthrodĂšse mais je m’y oppose. Et, je n’ai plus envie de m’entourer les pieds avec de l’élastoplaste afin de protĂ©ger mes gros orteils par syndactylie.

Je pouvais donc ĂȘtre exposĂ© par moments Ă  une certaine douleur et je devais faire attention en revenant aux 24 heures du SamouraĂŻ.  Pourquoi m’imposer ça ?

J’ai commencĂ© Ă  m’inspecter. Et Ă  m’injecter des pensĂ©es dans lesquelles je me disais que les Arts Martiaux sont pour moi un essai de virilitĂ©, pour me la raconter ou me rassurer en tant qu’homme. Mais aussi que mon attrait pour les Arts Martiaux reposait sur une admiration puĂ©rile que j’avais conservĂ©e depuis les films de Bruce Lee. Et que, dans les faits, c’était plus le spectacle des Arts Martiaux et les films rĂ©alisĂ©s Ă  leur sujet (de Bruce Lee Ă  Jackie Chan en passant par The Blade et tous les films asiatiques ou non s’y rapportant) qui m’avaient fait entrer dans une fantasmagorie fantastique, divertissante et captivante qui m’avaient donnĂ© envie de croire que je voulais en faire partie. Alors que, « pour de vrai Â», ce que je voulais vraiment, c’était rester tranquillement Ă  la maison pour regarder des films, des combats ou des spectacles d’Arts martiaux et en parler ensuite, fascinĂ©.

On s’aime comme on peut. Et, sans me haĂŻr forcĂ©ment, je peux ĂȘtre assez exigeant envers moi-mĂȘme. Mais peut-ĂȘtre moins que le pneumologue qui m’avait bien fait sourire trois jours avant les 24 heures du SamouraĂŻ.

L’annĂ©e derniĂšre, j’avais participĂ© aux 24 heures du SamouraĂŻ avec une contracture musculaire Ă  la cuisse. Mon kinĂ© m’avait dĂ©conseillĂ© d’y participer :

« C’est comme jeter une piĂšce en l’air
 Â».

Ce mercredi, trois jours avant Les 24 heures du SamouraĂŻ Ă©dition 2024, je revoyais le pneumologue car, en novembre 2023, j’ai fait une embolie pulmonaire assez grave. Grave aussi parce-qu’il s’était passĂ© deux semaines entre le moment oĂč j’avais consultĂ© la premiĂšre fois (parce-que je me sentais anormalement essouflĂ© avec une douleur costale persistante cĂŽtĂ© droit) et le moment oĂč le (bon) diagnostic a Ă©tĂ© fait.

Mais grave, aussi, parce-que le pneumologue n’arrive pas Ă  comprendre comment, moi, qui « n’ai pas le profil », j’ai pu faire une embolie pulmonaire :

Je ne fume pas. Je bois trĂšs peu d’alcool. Je suis plutĂŽt sportif. Je n’ai pas de cancer. Je n’ai pas eu d’affection grave ou rĂ©cente. En rĂ©sumĂ©, je suis ce que l’on appelle une personne en bonne voire en trĂšs bonne santĂ©.

Mercredi, je faisais donc de mon mieux pour rassurer le pneumologue. On appelle ça, la transparence. Il se demandait s’il arrĂȘtait de me prescrire les anticoagulants. Il n’avait pas d’argument pour les maintenir au vu de mes rĂ©sultats. Mais il hĂ©sitait. Ça se voyait.

Alors, je l’ai aidĂ©. Je lui ai parlĂ© de mon projet de prendre l’avion au mois de juillet pour partir au Japon. AussitĂŽt, le pneumologue m’a rĂ©pondu :

« Ă§a n’est pas logique d’arrĂȘter un traitement anti-coagulant quelques jours avant un vol long courrier ..».

Je comprenais sa logique mĂȘme s’il est Ă  mon avis beaucoup trop anxieux. Mais si je suis optimiste, je ne suis pas pneumologue.

Aussi, je lui ai donné un petit coup de pouce supplémentaire :

Je lui ai parlĂ© des 24 heures du SamouraĂŻ auxquels j’allais participer trois jours plus tard.

Sensei Seisuke Adanyia, au dojo d’Herblay, ce samedi 18 mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Le pneumologue ne savait pas ce que c’était. Je lui en ai expliquĂ© le principe :

Pendant vingt quatre heures, des experts en Arts Martiaux interviennent et on peut participer au nombre de sĂ©ances que l’on veut. Ce n’est pas une compĂ©tition.

 Il m’a demandĂ© oĂč ça se passait. J’ai cru qu’il allait ĂȘtre nĂ©cessaire que je lui situe la ville d’Herblay sur une carte. Ce n’était pas par envie de sa part d’y participer. J’ai plutĂŽt eu l’impression de lui parler d’un Ă©vĂ©nement d’un autre monde.

MĂȘme s’il portait un masque anti-Covid (il consulte dans un hĂŽpital parisien de l’AP-HP), j’ai bien vu dans les yeux du pneumologue qu’il aurait presque pu se cogner le front contre son bureau devant ce que je lui disais. Moi, je lui parlais projets et perspectives. Lui, il Ă©tait conditionnĂ© pour penser en termes de risques pour ma santĂ©.

Parfaitement synchrone avec sa mĂ©canique mentale inquiĂšte, le pneumologue m’a parlĂ© des risques d’hĂ©morragie en cas de coups ou de blessure lors de la pratique durant ces 24 heures du SamouraĂŻ. Puisque je suis sous anti-coagulants depuis six mois.

Une hĂ©morragie Ă  la suite d’un coup ou d’une blessure est bien-sĂ»r une possibilitĂ©. Mais, pour moi, ce n’est pas une fatalitĂ©.

Sans que le pneumologue s’en aperçoive, et bien qu’il me soit plutĂŽt sympathique, son anxiĂ©tĂ© excessive lui donnait un caractĂšre implacable. L’inquisition n’était pas trĂšs loin.

Puisque nous Ă©tions lĂ  « pour parler Â» et que le pneumologue s’appliquait Ă  me dĂ©montrer et Ă  m’expliquer, de maniĂšre Ă©ducative, les risques hypothĂ©tiques ou probables que j’encourais, j’ai fini par lui dire en toute dĂ©contraction :

« Mais lorsque je me rends rĂ©guliĂšrement Ă  mon travail Ă  vĂ©lo, j’ai bien plus de risques de me faire percuter par une voiture -ou un (e) autre cycliste-. Je ne vais pourtant pas arrĂȘter de faire du vĂ©lo pour cette raison ».

Le pneumologue s’est alors dĂ©pĂȘchĂ© de modĂ©rer ses ardeurs anxieuses. Il m’a nĂ©anmoins laissĂ© sous anti-coagulants en diminuant la dose. Il m’a prescrit un scanner et une scintigraphie. Il m’a dit que si ces examens Ă©taient normaux, qu’il envisagerait d’arrĂȘter les anti-coagulants. Autrement
.

Alors que j’écris cet article quelques jours aprĂšs les 24 heures du SamouraĂŻ, tout va bien. Le partenaire, lors des 24 heures du SamouraĂŻ, qui m’a donnĂ© un mauvais coup malencontreusement a d’abord Ă©tĂ© embarrassĂ© bien qu’ignorant de l’épouvante magnitude 6 qu’il aurait pu provoquer chez le pneumologue. Mais je peux dire que je suis reparti des 24 heures du SamouraĂŻ avec uniquement une certaine fatigue, comprĂ©hensive, pour principal « dĂ©sagrĂ©ment Â».

Et puis, un mauvais coup ou deux en s’entraĂźnant, cela peut arriver. Afin de se prĂ©server, il faut d’abord s’assurer que l’on se rend sur un tatami avec l’état d’esprit adĂ©quat et que les autres en face sont dans le mĂȘme Ă©tat d’esprit.

Sensei Seisuke Adanyia, face Ă  lui, sur la droite, LĂ©o Tamaki, ce samedi 18 Mai 2024, au dojo d’Herblay. Photo©Franck.Unimon

Je ne suis pas venu aux 24 heures du SamouraĂŻ en me disant que j’allais tout (me) casser et devenir champion du monde. Les experts invitĂ©s et, d’abord, les organisateurs de cet Ă©vĂ©nement, sont aussi sur cette ligne. A partir de lĂ , organisateurs et experts attirent Ă  eux un public qui, Ă  plus de 90 %, leur ressemblent. Je me rappelle encore de celui avec lequel j’avais pratiquĂ© un peu de Ju-Jitsu brĂ©silien au dĂ©but des annĂ©es 2000. Je venais alors d’un autre club oĂč j’avais fait l’expĂ©rience du judo pendant une dizaine d’annĂ©es avec Pascal Fleury comme prof.

Mon prof de Ju jitsu-brĂ©silien Ă©tait un trĂšs bon prof, un trĂšs bon pratiquant. J’ai de trĂšs bons souvenirs des quelques combats d’entraĂźnement que j’ai pu faire avec lui au sol.

Mais mon prof de Ju-jitsu brĂ©silien- qui s’entraĂźnait tous les jours- aimait trop la baston. Il Ă©tait chaud pour se battre n’importe quand. Il y prenait son pied. Cela transparaissait dans ses propos. Et, nous Ă©tions aux dĂ©buts de la mĂ©diatisation du MMA, de l’enthousiasme qu’il y avait Ă  propos des combats Ultimate et des frĂšres Gracie. C’était dĂ©sormais « Ă§a Â» qui faisait fantasmer ou une personnalitĂ© comme celle du boxeur Mike Tyson qui dĂ©truisait ses adversaires.

Celle ou celui qui aime la baston ou qui a absolument besoin de se prouver quelque chose au travers de la baston finit plus ou moins par se trouver directement ou indirectement enfermĂ© dedans comme dans une prison. Et, mon prof de Ju-Jitsu brĂ©silien avait dans son cours au moins un ou deux mecs (de moins de trente ans) qui s’y croyaient parce-qu’ils ne croyaient en rien d’autre en dehors du Ju-Jitsu brĂ©silien. Et, d’abord, parce-qu’ils croyaient trĂšs peu en eux-mĂȘmes. Et puis, j’arrivais aussi avec ma ceinture marron de Judoka et sans doute aussi que je transportais avec moi une certaine assurance. J’étais plus jeune. Plus physique. Plus explosif. En meilleure condition.  Je me souviens m’ĂȘtre plus blessĂ© durant cette annĂ©e oĂč j’avais pratiquĂ© le Ju-jitsu brĂ©silien qu’en dix ans de Judo oĂč il m’était pourtant arrivĂ© de me blesser.

On peut avoir besoin de rehausser son estime de soi au travers d’un sport ou d’un Art martial. Beaucoup d’expĂ©riences, de rencontres ou de dĂ©couvertes faites lors de la pratique d’un Art martial, d’un sport de combat (ou autres) sont susceptibles de nous aider Ă  nous rĂ©vĂ©ler Ă  nous-mĂȘmes certaines de nos compĂ©tences en termes de combat. 

Mais lorsque l’on en arrive Ă  toujours avoir besoin de se dĂ©marquer ou d’écraser toutes celles et tous ceux que l’on trouve devant soi sur un tatami ou dans un ring, c’est problĂ©matique. Ou cela le deviendra. En MMA, on le voit avec les excĂšs d’un Conor McGregor. Et, dans une autre discipline, j’ai l’impression que l’ancien champion du monde automobile Michael Schumacher doit son tragique accident de ski au mĂȘme genre d’excĂšs. Dans ce besoin constant, nĂ©vrotique ou suicidaire, de prouver ou de se prouver que l’on peut ĂȘtre meilleur ou plus fort que les autres ou que l’on peut toujours franchir et dĂ©passer les limites qui effraient ou font fuir le reste du monde. Alors que ce qui nous pousse Ă  agir de la sorte, c’est souvent notre terreur de la mort ou de notre anĂ©antissement.

J’ai de l’admiration pour Georges St Pierre, dont j’ai aimĂ© le livre Le Sens du combat car c’est non seulement un trĂšs grand champion (et reconnu comme tel de maniĂšre assez unanime) mais aussi un combattant plutĂŽt qu’un bastonneur :

Il n’a pas besoin de parader ou de rappeler tout le temps son palmarùs.

Mais cette introduction a beaucoup empiĂ©tĂ© sur le rĂ©cit des 24 heures du SamouraĂŻ, Ă©dition 2024. Je la crois nĂ©cessaire afin de donner une « conscience » Ă  cette expĂ©rience des 24 heures du SamouraĂŻ. Afin de ne pas rĂ©sumer cette expĂ©rience Ă  de la prouesse martiale ou physique. Mais je comprendrais que cette introduction soit vue comme la partie la plus ennuyante de l’article.

Je n’ai pas fait beaucoup de recherches mais j’ai l’impression que les 24 heures du SamouraĂŻ sont actuellement un Ă©vĂ©nement unique en France. S’il existe des stages ou des rencontres d’experts ou de Maitres d’Arts Martiaux en France et dans le monde, je crois que, seul, en France, l’évĂ©nement les 24 heures du SamouraĂŻ permet de rencontrer autant d’experts et de Maitres d’Arts martiaux et de pratiquer sous leur conduite dans ces conditions. Il s’agit donc d’une expĂ©rience unique et qui, pour, l’instant, reste annuelle. Peut-ĂȘtre qu’un jour, l’évĂ©nement deviendra-t’il semestriel. Car si les Arts martiaux dits traditionnels connaissent une dĂ©saffection grandissante, ils persistent et ont leur public. Et les 24 heures du SamouraĂŻ, dans la continuitĂ© du magazine Yashima, Ă  nouveau proposĂ© Ă  la vente lors de l’évĂ©nement, accueillent aussi d’autres pratiques martiales connotĂ©es comme « moins traditionnelles Â».

C’est ainsi que, par exemple, cette annĂ©e comme l’annĂ©e derniĂšre, est intervenu un expert en Penchak Silat ( Alvin Guinanao cette annĂ©e, Ronan Datausse l’annĂ©e derniĂšre) . Ou qu’un autre, David Pierre-Louis, expert en grappling et en Ju-jitsu brĂ©silien, assez proche de la sphĂšre MMA, Ă©tait intervenu l’annĂ©e derniĂšre.

Je ne serais pas du tout Ă©tonnĂ© si l’annĂ©e prochaine, intervenait (ce serait « bien Â») Richard Douieb, rĂ©fĂ©rence du Krav Maga ou un reprĂ©sentant de cette discipline.

Tanguy Le Vourc’h, un des organisateurs des 24 heures du SamouraĂŻ, ce samedi 18 Mai 2024 au dojo d’Herblay. Photo©Franck.Unimon

J’aimerais aussi, que les 24 heures du SamouraĂŻ propose une ou deux expertes. Mais je me doute que les organisateurs de l’évĂ©nement sont bien plus au fait que moi de la difficultĂ© qu’il y a Ă  trouver une experte (ou deux) qui rĂ©ponde Ă  leurs critĂšres dans un univers oĂč la plupart des experts sont encore plus souvent des hommes que des amazones. 

Cette annĂ©e, chaque sĂ©ance a durĂ© deux heures au lieu d’une heure quinze l’annĂ©e derniĂšre.

Au « menu », nous avions Sensei Seisuke Adanyia, pratiquant du karatĂ© Shorinryu ; Sifu Didier Beddar pour le Kung Fu Wing Chun ; Alvin Guinanao pour le Penchak Silat, Raphael Couet pour le Hapkido ; Ludovic Rallo pour la Luta Livre ; Ben Boehli pour le Taekwondo ; Erwan Cloarec pour le Xingyiquan ; Nicolas Lorber pour le Shinjukai Karatedo ; LĂ©o Tamaki pour l’AĂŻkido et pour finir Romain Anselmo pour le karatĂ© Kyokushinkai.

 

Sensei Seisuke Adanyia et LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, ce samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Sensei Seisuke Adanyia au dojo d’Herblay, samedi 18 mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Les 24 heures du SamouraĂŻ permettent de dĂ©couvrir des Maitres et des experts dont je n’avais jamais entendu parler. Sensei Seisuke Adanyia fait partie, pour moi, de ces « inconnus Â». ArrivĂ© en retard, j’ai assistĂ© Ă  une partie de sa sĂ©ance et j’y suis restĂ© Ă©tranger.

Mais j’ai Ă©tĂ© marquĂ© par sa façon de souligner l’importance de marcher d’une certaine façon dans la vie de tous les jours afin de pouvoir ĂȘtre prĂȘt en cas d’attaque.

Virginie, l’assistante de Sifu Didier Beddar, ce samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Aprùs avoir reconnu Virginie, l’assistante de Sifu Didier Beddar, cela m’a fait de l’effet de voir celui-ci quelques mùtres plus loin en train de faire des abdominaux, derriùre le grand rideau, quelques minutes avant son intervention. C’est ce que l’on appelle donner l’exemple.

Sifu Didier Beddar, ce samedi 18 Mai 2024, dojo d’Herblay, quelques minutes avant son intervention. Photo©Franck.Unimon

Sifu Didier Beddar nous a donnĂ© une sĂ©ance oĂč j’ai eu l’illusion, comparativement Ă  l’annĂ©e derniĂšre, d’ĂȘtre plus Ă  l’aise.

J’ai eu l’impression que le Kung Fu Wing Chun, c’est d’abord une trĂšs bonne garde qui limite beaucoup la possibilitĂ© des coups de poing. Et, lĂ , on entre dans le sujet des systĂšmes. Chaque Art martial et chaque type de combat est un systĂšme. Un systĂšme de gestes, un systĂšme de pensĂ©es. Et le combattant, c’est celui qui apprend Ă  maitriser et Ă  dĂ©velopper le mieux possible son propre systĂšme de combat afin de piĂ©ger dedans son adversaire. On le comprend facilement en regardant Sifu Didier Beddar nous faire ses dĂ©monstrations. Il fait penser Ă  un marionnettiste. Et, Ă©videmment, la marionnette, c’est la personne qui lui fait face.

Sifu Didier Beddar, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Sifu Didier Beddar et Virginie, dojo d’Herblay, ce samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Sifu Didier Beddar et Virginie, dojo d’Herblay, ce samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

J’aimerais aussi voir comment ça se passe avec des attaques de jambe en Wing Chun. Je sais que Sifu Didier Beddar est aussi trùs fort en jambes.

Sifu Didier Beddar et LĂ©o Tamaki, Ă©coutant le Paris Taiko Ensemble, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

S’exprimant en Anglais, Alvin Guinanao a peut-ĂȘtre beaucoup parlĂ© et beaucoup fait d’humour mais on a bien vu qu’il avait son Penchak Silat chevillĂ© au corps.

Alvin Guinanao au centre, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Alvin Guinanao, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Alvin Guinanao, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

J’ai aimĂ© chez lui, comme chez d’autres, le fait qu’il ait sa perception personnelle de son systĂšme de combat. Il ne se contente pas de le rĂ©pliquer. J’ai aussi aimĂ© le fait qu’il souligne que certaines postures de combat du Penchak Silat proviennent de certains modes de vie spĂ©cifiques Ă  la culture du pays d’origine du Penchak Silat : on peut adopter un style de combat particulier mais il faudra aussi assimiler qu’il peut nous ĂȘtre impossible de bouger exactement comme certains de nos modĂšles. Notre corps et l’histoire que nous avons avec lui nous offre certaines possibilitĂ©s que la pratique d’un Art martial (ou une autre discipline) peut nous permettre de dĂ©couvrir et de dĂ©velopper. Mais notre corps a aussi ses limites culturelles comme physiques.

Raphael Couet, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Raphael Couet m’a fait un peu peur. Lorsqu’il a nous dit, avec le sourire, de «taper dans la rotule Â».

Raphael Couet, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Raphael Couet, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Bien qu’il soit sympathique, ces deux heures avec lui ont Ă©tĂ© magistrales pour comprendre que le hapkido, ce n’est pas pour les rigolos. Je l’avais dĂ©jĂ  saisi l’annĂ©e derniĂšre oĂč la sĂ©ance m’avait dĂ©jĂ  beaucoup plu. Mais on Ă©tait ouvertement, comme dĂ©jĂ  avec le Penchak Silat, dans un Art martial de destruction.

Ludovic Rallo, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Si le Penchak Silat et le Hapkido me sont apparus comme des axes de destruction, la Luta Livre, avec Ludovic Rallo, elle, Ă©tait , finalement, assez proche du Kung Fu Wing Chun, pour cette façon de coller Ă  l’adversaire, de le suivre et de le retourner. Alors qu’au travers du Penchak Silat et du Hapkido, on cisaille, on casse, on fracasse et on percute, en luta Livre, on danse, on projette, on anesthĂ©sie et on finit par Ă©trangler, par immobiliser ou par casser une corde ou une articulation chez l’adversaire. FatiguĂ© bien qu’il ne soit que 21H30, j’ai assistĂ© Ă  toute la sĂ©ance. La Luta Livre m’a fait penser Ă  un mĂ©lange de Lutte de sumo, de judo, de ju-jitsu brĂ©silien. Ludovic Rallo m’a semblĂ© particuliĂšrement affĂ»tĂ© d’un point de vue gymnique.

Ludovic Rallo, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Ludovic Rallo et LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Lors de la sĂ©ance de Luta Livre avec Ludovic Rallo, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

DĂ©cidĂ©ment trop fatiguĂ©, j’ai optĂ© pour aller me reposer une heure trente aprĂšs le dĂ©but -Ă  minuit- de la sĂ©ance de Taekwondo de Ben Boehli. Mais j’ai aimĂ© que celui-ci insiste pour que le travail se fasse en qualitĂ© sans recherche de la vitesse.

Ben Boehli, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

 

Ben Boehli, dojo d’Herblay, samedi 18 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

J’étais de retour pour l’intervention d’Erwan Cloarec. Et trĂšs intriguĂ©. Auparavant, je m’étais douchĂ© et j’avais bĂ©nĂ©ficiĂ© de vingt minutes de shiatsu.

Le stand Shiatsu au dojo d’Herblay durant les 24 heures du SamouraĂŻ. Photo©Franck.Unimon
Erwan Cloarec, dojo d’Herblay, dimanche 19 mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Erwan Cloarec, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Erwan Cloarec, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Erwan Cloarec, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

A 2h30 du matin, j’ai beaucoup aimĂ© la simplicitĂ© d’Erwan Cloarec, sa modestie, son humour et son autodĂ©rision. Alors que ce qu’il nous a montrĂ© et fait pratiquer Ă©tait aussi ardu que le Tai Chi Chuan dĂ©montrĂ© l’annĂ©e derniĂšre par Sifu Didier Beddar.

Nicolas Lorber lors des 24 heures du SamouraĂŻ au dojo d’Herblay. Photo©Franck.Unimon

A 5h du matin, je n’ai pas Ă©tĂ© rĂ©ceptif au dĂ©but de la sĂ©ance de Nicolas Lorber. Et, comme je me sentais Ă  nouveau fatiguĂ©, je suis reparti faire un tour dans mon sac de couchage pendant 1H30 Ă  nouveau.

La salle de repos lors des 24 heures du Samouraï. Photo©Franck.Unimon
Un participant endormi lors des 24 heures du Samouraï. Photo©Franck.Unimon

Je voulais ĂȘtre prĂ©sent pour l’intervention de LĂ©o Tamaki  et je l’ai Ă©tĂ©.

LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

« La puissance vient de l’intĂ©rieur, l’imperceptible, vient des extrĂ©mitĂ©s Â».

Il Ă©tait entre 7h30 et 9h30 quand j’ai entendu cette phrase et l’on se serait presque cru dans un dĂ©bat tĂ©lĂ©visĂ© de l’émission Droit de rĂ©ponse avec Michel Polac. Je restitue ça avec humour mais cette remarque m’a beaucoup plu.

LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2924. Photo©Franck.Unimon

J’ai beaucoup aimĂ©, aussi, le fait que LĂ©o parle de « l’autre » ou de l’adversaire, comme d’une personne qu’il ne faut pas dĂ©ranger et laisser dans son Ă©lan tout en s’effaçant, pour, bien-sĂ»r, ensuite, le maitriser.

LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

C’est encore LĂ©o, je crois, qui a parlĂ© de l’agresseur comme Ă©tant une proie. Cette inversion de pensĂ©e m’a aussi plu. De voir celle ou celui qui agresse comme Ă©tant la proie que l’on attend, finalement.

J’étais peu attirĂ© par le karatĂ© Kyokushinkai que je voyais surtout comme un karatĂ© trĂšs dur et j’y suis vraiment allĂ© pour voir. Lors de l’évĂ©nement, j’avais discutĂ© avec un adepte de cette forme de karatĂ© qui ne croyait pas au combat au sol. J’ai compris que, pour lui, ĂȘtre au sol, signifiait ĂȘtre mort ou vaincu. Je n’ai pas pensĂ© Ă  lui parler des frĂšres Gracie.

Ce jeune pratiquant ( ceinture noire) s’est aussi montrĂ© Ă©tonnĂ© et admiratif devant le fait qu’à mon Ăąge, bientĂŽt 56 ans, je me sois dĂ©cidĂ© Ă  commencer le karatĂ© ( le karatĂ© Shotokan oĂč je suis ceinture jaune). Sa remarque m’a Ă©tonnĂ©. Un quart de siĂšcle nous sĂ©parait.

Je crois attacher moins d’importance Ă  ma ceinture jaune que certaines personnes qui la voient. Parce-que je ne cours pas aprĂšs la ceinture noire mais plutĂŽt aprĂšs l’expĂ©rience. Ou, plutĂŽt, aprĂšs la conscience. Mais c’est peut-ĂȘtre une excuse de vieux pour masquer sa diminution et sa faiblesse physique.

Il y avait d’autres quinquagĂ©naires dans le dojo. MĂȘme si la moyenne d’ñge des pratiquantes et pratiquants devait se situer dans les 35-40 ans. Il y avait mĂȘme deux ou trois jeunes prĂ©-adolescents parmi nous.

Romain Anselmo, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon
Romain Anselmo, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

J’ai Ă©tĂ© agrĂ©ablement surpris par la sĂ©ance de karatĂ© Kyokushinkai. Crier des KiaĂŻ et apprendre Ă  donner des Low Kick un dimanche matin aprĂšs plusieurs heures de pratique martiale, je suis volontaire.

Les sĂ©ances de deux heures, entrecoupĂ©es de pauses de 15 Ă  30 minutes, ont rendu plus faciles, je crois, le fait de se reposer entre deux sĂ©ances, si on le souhaitait. Cependant, cela imposait aux intervenants de savoir maintenir l’intĂ©rĂȘt des participants. Pour cela, certains horaires Ă©taient plus dĂ©licats que d’autres. Mais j’ai l’impression que, dans l’ensemble, les experts sont parvenus Ă  faire oublier ces deux heures.

Pour le mental et pour ma santĂ© physique, les 24 heures du SamouraĂŻ m’ont Ă©tĂ© bĂ©nĂ©fiques. Ils m’ont permis de me faire une idĂ©e plus prĂ©cise de mon Ă©tat de santĂ© gĂ©nĂ©ral. Je n’ai pas eu de problĂšme particulier. J’ai participĂ© Ă  six interventions sur dix.  Ce qui me convient. Je trouve que cela m’a bien prĂ©parĂ© pour le Masters Tour en Juillet.  J’ai eu quelques discussions. J’ai Ă  nouveau fait des photos.

J’ai aussi Ă  nouveau beaucoup apprĂ©ciĂ© que l’on nous remette en arrivant ce sac qui contient une bouteille d’eau minĂ©rale de 1,5 litre, une pomme, une banane et une orange ainsi que le service restauration qui nous propose Ă  un tarif trĂšs frĂ©quentable de quoi trĂšs bien manger.

Lors des 24 heures du SamouraĂŻ, au dojo d’herblay, samedi 18 Mai 2024. J’ai tout mangĂ©. Photo©Franck.Unimon
Eux aussi, ont tout mangĂ©. Au centre, Ludovic Rallo, quelques heures avant sa sĂ©ance de Luta Livre, samedi 18 Mai 2024, dojo d’Herblay. Photo©Franck.Unimon

Comme il est aussi trĂšs agrĂ©able de pouvoir rester dormir Ă  l’intĂ©rieur du dojo, dans une partie dĂ©diĂ©e. Ou d’entendre le Paris Taiko Ensemble.

Le Paris Taiko Ensemble, dojo d’Herblay, lors des 24 heures du SamouraĂŻ. Photo©Franck.Unimon

A l’image de l’annĂ©e derniĂšre, durant ces 24 heures, j’ai choisi de rester dans le dojo pendant toute la durĂ©e de l’évĂ©nement et mon tĂ©lĂ©phone portable Ă©tait Ă©teint la plupart du temps.

La suite de cet article se fera en principe avec le Masters Tour de cet été et quelques uns des organisateurs et participants présents lors de ces 24 heures.

Avec Issei et LĂ©o Tamaki, dojo d’Herblay, dimanche 19 Mai 2024. Photo©Franck.Unimon

Dans ce diaporama, vous pourrez retrouver la plupart de ces photos avec d’autres ( bonus) que je n’ai pas pu insĂ©rer dans cet article.

Franck Unimon, vendredi 24 Mai 2024.

Catégories
Musique

Je suis devenu un toqué de Lana Del Rey quelques jours avant les 24 heures du Samouraï

Pochette de l’album NFR! de Lana Del Rey.

Je suis devenu un toqué de Lana Del Rey quelques jours avant les 24 heures du Samouraï

 

Bonjour ou bonsoir, ma situation est presque dĂ©sespĂ©rĂ©e. Et, j’envisage, bientĂŽt,  peut-ĂȘtre, de devoir composer le 15 afin de demander des secours au Samu. Sauvez-moi.

Voici mon problĂšme. J’aime, entre-autres, Ă©couter de la musique. Je pratique trĂšs irrĂ©guliĂšrement les Arts martiaux. C’est peut-ĂȘtre d’ailleurs pour cela que je me suis mis dans cette situation apparemment inextricable.

Je suis un ĂȘtre de bientĂŽt 56 ans, du genre masculin, hĂ©tĂ©ro-normĂ©, conformĂ©, chloroformĂ©, noir, d’origine antillaise, sobre de l’usage comme de la frĂ©quentation de toutes substances stupĂ©fiantes et illĂ©gales, Ă©duquĂ© dans le zouk, le Kompa, le Reggae et la Soul par mes parents.

Cependant, depuis quelques semaines maintenant, j’écoute et fais Ă©couter Ă  mon domicile une artiste blanche, amĂ©ricaine, de plus de vingt ans ma cadette que je n’ai jamais rencontrĂ©e, qui n’est ni de mon Ăąge ni de mes coutumes et dont les admirateurs se cachent.

Ce n’est pas la premiĂšre fois que je parle d’elle ( Quand j’Ă©coute de la musique : Lana Del Rey). Et,  je suis en train d’Ă©couter un de ses albums ( Chemtrails Over The Country Club ) alors que je publie cet article.

Cette artiste a un public. Puisque les places pour son premier concert Ă  l’Olympia se seraient vendues en une minute et trente secondes et que toutes les places pour son unique concert en France, cet Ă©tĂ©, au mois d’Aout, en Ăźle de France, se sont rapidement vendues et que certaines rĂ©apparaĂźtront vraisemblablement sur le marchĂ© noir avec le bon tempo. Il m’arrive, de temps Ă  autre, de maniĂšre impulsive et puĂ©rile de « chercher Â» une place pour ce concert prĂ©vu cet Ă©tĂ©.

Je n’ai pas de problĂšme d’appĂ©tit ou de sommeil. Je continue d’effectuer mon travail dans des conditions satisfaisantes. Personne, pour l’instant, dans mon entourage proche et limitrophe n’a remarquĂ© de changement notable ou prĂ©occupant dans mon comportement.

J’ai toujours prĂ©vu de participer Ă  la troisiĂšme Ă©dition des 24 heures du SamouraĂŻ dans quelques jours, le 17 et le 18 Mai au dojo d’Herblay, comme de me rendre durant trois semaines au Japon cet Ă©tĂ© au Masters Tour organisĂ© et proposĂ© par LĂ©o Tamaki Ă©galement Ă  l’Ɠuvre- avec d’autres- dans la prĂ©paration des 24 heures du SamouraĂŻ ( Les 24 heures du SamouraĂŻ au dojo d’Herblay ce 20 et ce 21 Mai 2023, 2Ăšme Ă©dition).

 

Sauf que, chaque fois que je parle de cette artiste, autour de moi, et, peu importe l’ñge de la personne Ă  qui je m’adresse, les rĂ©ponses que j’obtiens sont dĂ©courageantes malgrĂ© les millions d’album vendus. Peut-ĂȘtre qu’il se trouvera, aux 24 heures du SamouraĂŻ les 17 et 18 Mai, mais aussi lors du Masters Tour cet Ă©tĂ©, parmi les participantes et les participants, ainsi que parmi les intervenants, des admiratrices et admirateurs de Lana Del Rey.

Je ferai mon enquĂȘte.

Mais, pour l’instant, lorsque, subitement, plein d’espoir, je demande Ă  mon interlocuteur ou Ă  mon interlocutrice :

 Â« Tu connais Lana Del Rey ? » ou sa variante «  Tu aimes la musique de Lana Del Rey ? », j’hĂ©rite Ă  chaque fois de la mĂȘme rĂ©ponse polie mais aussi imperturbable qu’une esquive ou un ippon :

« Je dois connaĂźtre ses deux ou trois tubes
 Â».

Ses deux ou trois tubes ? Ce ne sont pas eux qui m’importent. Depuis que je me suis mis Ă  Ă©couter Lana Del Rey par hasard, je n’ai pas encore rĂ©Ă©coutĂ© ses deux ou trois tubes (Video Games et Born to die).

Pour l’instant, seul le bibliothĂ©caire de mon travail oĂč j’ai empruntĂ© par curiositĂ©, parce-qu’il Ă©tait devant moi, le dernier album de Lana Del Rey , a comprimĂ© un air de contentement lorsque je lui ai parlĂ© de mon plaisir Ă  l’écouter. Le contentement de celles et ceux qui, rigoureusement et constamment, font de leur mieux pour combattre la routine et l’enfermement sans ĂȘtre pour autant les personnes les plus Ă  l’aise pour converser et pour expliciter une Ɠuvre ou un kata. 

Le bibliothĂ©caire ne sera pas prĂ©sent aux 24 heures du SamouraĂŻ 2024 oĂč je serais bien Ă©tonnĂ©. En tout cas, il ne m’en a pas parlĂ©. Et, moi, non plus.

Alors, je suis, lĂ , comme un mendiant esseulĂ© en train de quĂȘter un quignon de discussion Ă  propos de Lana Del Rey. Je n’ai pas encore optĂ© pour me rapprocher de groupes d’admirateurs de Lana Del Rey. Je reste trĂšs conservateur en termes de relations sociales ainsi que trĂšs mĂ©fiant envers les excĂšs rĂ©alisĂ©s  grĂące aux rĂ©seaux sociaux.

Il m’arrive nĂ©anmoins, sur le net, d’essayer de dĂ©nicher des informations supplĂ©mentaires sur ses textes. Bien-sĂ»r, j’ai dĂ©jĂ  lu et relu la page wikipĂ©dia qui est consacrĂ©e Ă  sa biographie. Je ne l’ai pas encore imprimĂ©e. Je n’en suis pas Ă  acheter des posters, des mugs ou des tee-shirts Ă  son image ou des Ă©ditions spĂ©ciales de ses albums (j’ai vu que cela Ă©tait possible)  car cela ne fait pas partie de mon carburant. Par contre, quand je le peux, au travail ou dans le train, je sors mon baladeur, et, je me mets un petit coup de Lana Del Rey dans les oreilles et dans la tĂȘte.

 

Mais peut-ĂȘtre suis-je en train d’endurer un juste chĂątiment que j’ai mĂ©ritĂ© car, en me mettant Ă  Ă©couter Lana Del Rey, je suis tombĂ© bien bas alors que j’avais «  tout Â» pour rĂ©ussir


C’était mieux avant ?

Hier soir, en effet, un Ă©vĂ©nement vraiment trĂšs grave s’est produit.

Plein d’enthousiasme, j’avais commencĂ© Ă  Ă©couter l’un des derniers albums de Marcus Miller, Laid Black (2018). Un album parmi la quarantaine ou cinquantaine (centaine ?) de Cds que j’ai amassĂ©s grĂące Ă  des emprunts- pour certains prolongĂ©s- dans plusieurs mĂ©diathĂšques ces trois derniĂšres semaines ou ces deux derniers mois.

La pochette de l’album Laid Black de Marcus Miller.

Marcus Miller que j’ai vu deux fois en concert. Marcus Miller qui a jouĂ© en concert avec Miles Davis Ă  partir de 1981 et qui a composĂ© la plupart de ses derniers titres.

Marcus Miller ! L’un des derniers protĂ©gĂ©s de Miles !

 Cela se passe bien avec le premier morceau, Trip Trap.

Puis, Que Sera Sera deuxiĂšme titre de l’album Laid Black de Marcus Miller, sur lequel chante Selah Sue ( Selah Sue !), a commencĂ© depuis Ă  peine deux minutes que j’en ai assez.

Marcus Miller est devenu depuis des annĂ©es (peut-ĂȘtre depuis la mort de Miles en 1991) une MajestĂ© musicale illustre et incontournable.

Mais, hier soir, j’ai plaquĂ© Marcus Miller, pour, Ă  la place, remettre dans mon lecteur Cd un ” vulgaire” album de Lana Del Rey :

Norman Fucking Rockwell ! ou NFR ! 

Si j’avais une platine disque, j’aurais effectuĂ© exactement les mĂȘmes gestes avec les disques vinyles. Je le sais.

Pourtant, tout, sur la pochette de l’album de Marcus Miller est prĂ©sent pour me retenir. Le beau visage et le regard direct, conquĂ©rant, assurĂ© ou sĂ©ducteur du « Grand » Marcus Miller avec son beau chapeau et que l’on devine torse nu/Le terme « Black » et le jeu de mot Laid Back-Laid Black et le tampon Blue Note, rĂ©fĂ©rence musicale absolue du Jazz.

La pochette de l’album NFR ! ou Norman Fucking Rockwell ! de Lana Del Rey empruntĂ© Ă  la mĂ©diathĂšque de mon travail.

En face, la couverture de l’album de Lana Del Rey, Ă©nigmatique, spontanĂ©ment, me parle et m’attire moins. Cette main tendue de Lana Del Rey vers nous avec ses ongles vernis en jaune. Ce drapeau amĂ©ricain derriĂšre elle. Ce voilier sur la mer et ce jeune homme qui n’est pas Norman Rockwell mais que l’on est poussĂ© Ă  prendre comme tel. Ce ciel au dessus d’eux qui s’avĂšre avoir Ă©tĂ© peint, dĂ©tail dont je me suis aperçu seulement lorsque j’ai voulu faire une photo de cette pochette pour cet article.

Si j’avais dĂ» choisir entre les deux albums en me fiant Ă  leurs couvertures, j’aurais optĂ© pour Laid Black de Marcus Miller. Mais mĂȘme si le visuel d’un artiste est capital, on Ă©coute encore la musique ou, du moins, peut-ĂȘtre que pour moi, ce que j’entends peut encore l’emporter sur ce que je vois d’un artiste musical dans certaines conditions.

Je vais Ă©galement ajouter que j’ai dĂ©jĂ  Ă©tĂ© « déçu » plusieurs fois par Marcus Miller depuis la mort de Miles Davis. Tant en concert que dans ses albums. J’ai l’impression qu’il jouait mieux lorsqu’il composait pour Miles ou lorsqu’il se mettait Ă  son service. Je trouve que sa maitrise technique mĂ©galomaniaque prend trop de place et que, faute d’alter-ego sur scĂšne et en studio, que sa musique est devenue acadĂ©mique, ennuyante, mĂȘme si imposante, et qu’elle fait surtout plaisir Ă  celles et ceux qui pensent et intellectualisent la musique beaucoup plus qu’ils ne la ressentent.

Je crois que beaucoup de celles et ceux qui aiment aujourd’hui la musique de Marcus Miller sont aussi identiques Ă  celles et ceux qui se rendent Ă  un OpĂ©ra pour s’y montrer et faire Ɠuvre de mondanitĂ©s. Hyper-intellectualisme et mondanitĂ© sont ce que je reproche Ă  Marcus Miller et ce dont, pour l’instant, la musique de Lana Del Rey, me semble encore prĂ©servĂ©e.

Aujourd’hui, et depuis des annĂ©es, plus personne, parmi les musiciens expĂ©rimentĂ©s de poids, aujourd’hui, n’est prĂ©sent pour exiger de Marcus Miller qu’il fasse montre de crĂ©ativitĂ©. Alors que Lana Del Rey, elle, est encore inspirĂ©e. Il est vrai aussi qu’elle est bien plus jeune et que Marcus Miller a mangĂ© tellement de musique et composĂ© pour tellement d’artistes. Je manque peut-ĂȘtre tout simplement de gratitude pour Marcus. Mais je doute que lui soit en attente d’une quelconque gratitude de quiconque. Ou cela signifierait qu’il a pris sa retraite or il ne l’a pas prise. Ou peut-ĂȘtre que je ne comprends plus ou ne suis plus de ses “combats”. L’un de nous deux a vieilli plus que l’autre. Au point qu’aujourd’hui, j’en suis Ă  Ă©couter Lana Del Rey.

J’avais dĂ©jĂ   Ă©coutĂ© l’album Norman Fucking Rockwell ! deux ou trois fois. Et, de façon impĂ©rieuse, hier soir, j’ai voulu connaĂźtre la raison pour laquelle on parlait de cet album comme d’un des chefs-d’Ɠuvre de Lana Del Rey.  Alors que je lui prĂ©fĂšre pour l’instant trĂšs largement son dernier album Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd ou son album Lust for Life. Deux albums que j’ai Ă©coutĂ©s pour la premiĂšre fois il y a Ă  peu prĂšs un mois maintenant.

 Hier soir, j’ai Ă©teint la lumiĂšre, et, dans l’obscuritĂ©, assis dans mon fauteuil avec la musique qui sortait des enceintes derriĂšre moi, j’ai rĂ©Ă©coutĂ© plusieurs des titres de Norman Fucking Rockwell. L’Anglais chantĂ©, je le comprends assez peu alors je n’ai pas tout avalĂ©. MĂȘme si Lana Del Rey a un Ă©lan vocal, qui, sans ĂȘtre monacal, est beaucoup plus facile Ă  suivre que celui d’un chanteur de Heavy Metal ou d’une rappeuse type Nicki Minaj. Les termes « Bitch Â» et « Fuck Â», lorsqu’ils sont arrivent, sont trĂšs faciles Ă  comprendre. Ce n’est pas d’eux dont je parle.

Alors que les plages de Norman Fucking Rockwell  s’étendaient, j’ai repensĂ© au dernier album de l’artiste Adele que j’avais empruntĂ© en mĂȘme temps que le dernier de Lana Del Rey ainsi qu’à l’album Sorore du trio français Vitaa/Amel Bent/CamĂ©lia Jordana. Comparer des artistes et Ă©tablir entre eux des hiĂ©rarchies est trompeur tant leurs univers et leurs intentions peuvent ĂȘtre diffĂ©rentes mais aussi parce-que des artistes qui nous semblent dissemblables peuvent trĂšs bien s’entendre :

Bob Marley Ă©coutait James Brown. Miles Davis Ă©coutait Bob Marley, Chopin autant que le zouk de Kassav’. Et Jacques Brel et Johnny Halliday Ă©taient potes. 

Par ailleurs, j’ai appris que bien des chanteuses et des chanteurs de « variĂ©tĂ©s Â» dont on peut trouver les titres ou les Ɠuvres ringards sont souvent beaucoup plus au fait de la musique qu’on ne peut le croire et ont des textes bien plus recherchĂ©s que l’idĂ©e que l’on s’en fait a priori.  Il se trouve « simplement Â», que, eux, c’est dans le domaine de la variĂ©tĂ© qu’ils ont pu percer comme d’autres, au cinĂ©ma, parviennent Ă  faire une carriĂšre en restant dans le registre ( comique, Ă©rotique, spectaculaire ou patibulaire) pour lequel on leur propose invariablement des rĂŽles.

Mais en rĂ©entendant le titre Venice Bitch, j’ai eu une idĂ©e de ce qui m’entraĂźne chez Lana Del Rey.

La musicalité, le format.

Lana Del Rey n’a pas peur de la musique. Elle ne fait pas que chanter et jouer avec sa voix en se cramponnant Ă  « son Â» territoire. Sur un de ses titres, elle est capable de citer John Denver et sur un autre  les Kings of Leon mais aussi
Sun Ra. Sur un autre, elle fait un duo avec l’artiste The Weeknd. J’ai aussi « vu Â» (sur internet) qu’elle a chantĂ© en duo avec Billie Eilish mais aussi avec Chris Isaak.

Sur son album Norman Fucking Rockwell (oui, j’ai fait des recherches pour connaütre le sens du nom de cet album) le titre Venice Bitch, lui, dure plus de 9 minutes.

Lorsque l’on dĂ©cide, en tant que chanteuse considĂ©rĂ©e plus ou moins comme « pop Â» de faire un morceau d’une telle longueur, cela signifie que l’on ne va pas chercher Ă  le calibrer pour en faire un tube destinĂ© aux fuseaux horaires de la radio et des boites de nuit (ou dance floor).

Sur ce titre, Lana Del Rey fait beaucoup mieux que de se contenter de lĂ©cher le mot « Bitch Â» pendant neuf minutes. La musique est, lĂ  aussi, une particule sonore entiĂšre et tentaculaire. Ce n’est pas un bruit de fond ou un prĂ©texte pour « sortir Â» Lana Del Rey de son silence et nous faire entendre la cour de sa jolie voix.

Je ne dirais pas que Venice Bitch va suffire Ă  me faire revoir l’album Norman Fucking Rockwell Ă  la hausse. Par contre, il me confirme que l’artiste Lana Del Rey (qui semble sortir un album tous les deux ans voire presque tous les ans) est tout sauf un artifice. Et, je comprends, lorsqu’on a pris la peine de vraiment l’écouter, que l’on ait plaisir Ă  continuer de le faire.

 

Je crois que Miles serait tout Ă  fait d’accord avec ça. Et, peut-ĂȘtre  Marcus Miller aussi. Lana Del Rey, elle, serait peut-ĂȘtre embarrassĂ©e. Ce qui me rendrait sa musique encore plus attachante.

 

Franck Unimon, ce jeudi 9 Mai 2024.

 

 

Catégories
En Concert

MĂ©lissa Laveaux en concert Ă  l’Espace 1789 ce 6 octobre 2023

 

MĂ©lissa Laveaux, Ă  l’Espace 1789, le 6 octobre 2023. Photo©Franck.Unimon

MĂ©lissa Laveaux en concert Ă  l’espace 1789 ce 6 octobre 2023

La premiĂšre fois, sa voix aurait pu sortir d’un coquillage ou d’un nombril postĂ© prĂšs du cartilage de mes oreilles. Elle contenait la gnole de l’enfance et ce CrĂ©ole d’HaĂŻti sur lequel j’avais pu voir danser et dansĂ© dans les soirĂ©es antillaises de mĂ©tropole mais aussi pendant les vacances estivales en Guadeloupe. Comme elle semblait presque miauler et que le CrĂ©ole HaĂŻtien reste pour moi une langue Ă  ellipses, les paroles de MĂ©lissa Laveaux me paraissaient trĂšs Ă©loignĂ©es des sujets des Ɠuvres du rĂ©alisateur Raoul Peck lorsqu’il parle de leur pays.

L’entrĂ©e de l’Espace 1789, ce 6 octobre 2023. Photo©Franck.Unimon

Lorsque, quelques annĂ©es plus tard, je me suis rendu Ă  ce concert en octobre 2023, Ă  l’Espace 1789 de St Ouen en Seine St Denis, j’avais appris entre-temps que MĂ©lissa Laveaux Ă©tait largement majeure et plus offensive  que les mĂ©lodies de comptines auxquelles certains de ses titres peuvent faire penser. Aussi n’ai-je pas Ă©tĂ© surpris, Ă  la fois par sa rĂ©activitĂ© devant les tentations transphobes d’un des spectateurs comme par la dĂ©couverte, par celui-ci, que MĂ©lissa Laveaux Ă©tait autre qu’une artiste « du soleil » venue chauffer l’ambiance de notre dĂ©but de soirĂ©e.

MĂ©lissa Laveaux, Ă  l’Espace 1789, ce 6 octobre 2023. Photo©Franck.Unimon

 

Entre plusieurs chansons, MĂ©lissa Laveaux s’est montrĂ©e cultivĂ©e, attachĂ©e Ă  l’Histoire, presque pĂ©dagogique et aussi ironique- ou humoristique- se moquant de maniĂšre rĂ©pĂ©tĂ©e de cette anxiĂ©tĂ© assez gĂ©nĂ©ralisĂ©e qui se dorait, alors, concernant l’invasion des punaises de lit dans la ville de Paris, quelques mois avant l’organisation des Jeux Olympiques de 2024.

 

MĂ©lissa Laveaux et Elise Blanchard ( basse, choeurs), le 6 octobre Ă  l’Espace 1789. Photo©Franck.Unimon
Julien Cavard ( guitare, claviers, flĂ»te, saxophone, choeurs) Ă  l’Espace 1789, ce 6 octobre avec MĂ©lissa Laveaux. Photo©Franck.Unimon
MĂ©lissa Laveaux, ce 6 octobre 2023 Ă  l’Espace 1789. Photo©Franck.Unimon
MĂ©lissa Laveaux Ă  l’Espace 1789, ce 6 octobre 2023. Photo©Franck.Unimon
Martin WangermĂ©e ( batterie), MĂ©lissa Laveaux ( chant, guitare), Julien Cavard ( guitare, clavier, flĂ»te, saxophone, choeurs) et Elise Blanchard ( basse, choeurs) aprĂšs le concert ce 6 octobre Ă  l’Espace 1789. Photo©Franck.Unimon
Avec Martin WangermĂ©e, batteur, aprĂšs le concert, ce 6 octobre 2023 Ă  l’Espace 1789. Photo©Franck.Unimon
Avec Elise Blanchard ( basse et choeurs) aprĂšs le concert Ă  l’Espace 1789, ce 6 octobre. Je sais que j’ai un air peu recommandable mais Elise Blanchard est trĂšs bien et je n’ai pas d’autre photo Ă  disposition. Photo©Franck.Unimon
MĂ©lissa Laveaux, aprĂšs le concert, ce 6 octobre, Ă  l’Espace 1789. Photo©Franck.Unimon

AprĂšs le concert, patiemment, MĂ©lissa Laveaux a pris le temps de dĂ©dicacer et de vendre ses albums Ă  son public. Ce qui m’a donnĂ© la possibilitĂ© de trouver un air de ressemblance Ă  une des spectatrices avec l’humoriste Fanny Ruwet. Mais ce n’était pas elle.

 

MĂ©lissa Laveaux a hĂ©sitĂ© avant de me donner son accord  pour que je sois pris en photo avec elle. Elle a finalement acceptĂ© en m’en donnant la raison, personnelle. Et, moi, j’ai alors hĂ©sitĂ© pour montrer ces quelques photos et pour m’occuper de cet article avant de le lui envoyer comme nous en avions convenu ensemble. Plusieurs mois sont passĂ©s depuis et je me suis dit que cet article Ă  propos du concert de MĂ©lissa Laveaux devait ĂȘtre publiĂ© sur mon blog comme ceux que j’ai Ă©crits sur d’autres artistes en concert ( Tricky Ă  l’Olympia ce 6 mars 2024, Rhizomes : Quartier GĂ©nĂ©ral en concert Ă  la Cave DimiĂšre d’Argenteuil…). Ne serait-ce que pour une question d’égalitĂ©.

Avec MĂ©lissa Laveaux, ce 6 octobre 2023 Ă  l’Espace 1789, aprĂšs le concert. Photo©Franck.Unimon

 

Franck Unimon, ce jeudi 9 Mai 2024.

Catégories
Argenteuil En Concert

Rhizomes : Quartier GĂ©nĂ©ral en concert Ă  la Cave DimiĂšre d’Argenteuil

A gauche, Thomas Caillou, guitare Ă©lectrique. Au centre, LeĂŻla Mendez. DerriĂšre elle, Hatice Özer. Roland Merlinc, batterie. Yael Miller et ClĂ©mence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Rhizomes : Quartier GĂ©nĂ©ral en concert Ă  la cave DimiĂšre d’Argenteuil

Un mois plus tĂŽt, le 29 mars, le groupe Rhizomes est passĂ© en concert Ă  la cave DimiĂšre d’Argenteuil. Il s’était associĂ© Ă  cinq chanteuses originaires de GrĂšce, d’Italie, d’Espagne, de Kabylie, de Turquie et du Maroc. Le groupe Rhizomes Ă©tant dĂ©ja pourvu de deux chanteuses (et musiciennes) originaires d’IsraĂ«l et de Tunisie, cela a dĂ©bouchĂ© sur sept chanteuses.

L’ensemble s’est appelĂ© Quartier GĂ©nĂ©ral. Deux termes masculins qui portaient en leur sein des histoires fĂ©ministes et des souhaits d’un prĂ©sent plus apaisant. Il m’a fallu du temps pour choisir ces photos et les publier. Pour que, dĂ©sormais, Ă  leur tour,  elles puissent prendre le temps de vous  parler de ce concert.

Clémence Gabrielidis et Yael Miller, assises. Debout, Baptiste Germser, basse et bugle. Photo©Franck.Unimon
Clémence Gabrielidis et Yael Miller, assises. Roland Merlinc, batterie. Baptiste Germser, basse et bugle. Photo©Franck.Unimon

 

Clémence Gabrielidis et Leïla Mendez, assises. Roland Merlinc, batterie. Baptiste Germser, basse et bugle. Yael Miller aux claviers. Photo©Franck.Unimon

 

Oum, chant, et Thomas Caillou, guitare. Photo©Franck.Unimon

 

Oum et Leïla Mendez avec Thomas Caillou, guitare, et Roland Merlinc, batterie. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi, Oum, Hatice Özer et Donia Berriri. Photo©Franck.Unimon

 

Oum et Donia Berriri. Photo©Franck.Unimon

 

Leïla Mendez, Donia Berriri, Clémence Gabrielidis et Roland Merlinc, batterie. Photo©Franck.Unimon

 

Donia Berriri et Clémence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Donia Berriri et Clémence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi, Hatice Özer, Yael Miller, LeĂŻla Mendez, Donia Berriri, ClĂ©mence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Donia Berriri et Clémence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Donia Berriri. Photo©Franck.Unimon

 

Donia Berriri. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi et Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Oum, Bianca Iannuzi, Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Oum et Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi et Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Thomas Caillou, Donia Berriri, Hatice Özer, Roland Merlinc et ClĂ©mence Gabrielidis. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice Özer et Roland Merlinc. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice Özer et Roland Merlinc. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice özer. Photo©Franck.Unimon

 

Leïla Mendez et Roland Merlinc. Photo©Franck.Unimon

 

Yael Miller. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi, Hatice Özer et Thomas Caillou. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi et Hatice Özer. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi, Thomas Caillou, Donia Berriri, Hatice Özer et LeĂŻla Mendez. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Thomas Caillou, Donia Berriri et Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Hatice Özer, ClĂ©mence Gabrielidis, Baptiste Germser et Yael Miller. Photo©Franck.Unimon

 

Thomas Caillou et Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Thomas Caillou et Bianca Iannuzi. Photo©Franck.Unimon

 

Oum. Photo©Franck.Unimon

Franck Unimon, lundi 29 avril 2024. 

Catégories
Musique

Quand j’Ă©coute de la musique : Lana Del Rey

Zentone, octobre 2022. Photo©Franck.Unimon

Quand j’écoute de la musique

 

Quand j’écoute de la musique, je dois avoir Ă  peine 16 ou 17 ans tout au plus. MĂȘme si la musique (avec ou sans paroles) nous permet d’arriver Ă  divers Ăąges et Ă©poques de la vie.

Quelques fois, je repense Ă  ces moments avec des copains, voire des copines ou quel que soit notre « genre Â», nos origines culturelles, Ă©conomiques et raciales, l’Ɠuvre ou l’album de l’artiste Ă©tait un mĂ©dium qui nous permettait d’ĂȘtre ensemble, de discuter comme de nous provoquer. De nous rejeter aussi. Mais chacun existait de par son diaphragme et son domaine.

Feu Fred Rister, DJ reconnu, compositeur de plusieurs des tubes de David Guetta, coiffeur Ă  l’origine, « Ă©crit Â» dans son livre Faire danser les gens ( Paru en 2018), qu’il en Ă©tait arrivĂ© Ă  dĂ©tester tout ce qui empĂȘchait ou interdisait de danser.

Sans alerter jusqu’à la haine, je ne comprends pas que l’on puisse se passer de musique. De toutes sortes de musiques. Or, en « arrivant Ă  l’ñge adulte Â» comme l’on entrerait dans une religion ou dans une caserne stricte, en devenant des personnes « responsables Â», je constate que, peu Ă  peu, la musique a perdu de son pouvoir de rassemblement et de mouvement et que nous sommes devenus amnĂ©siques de cette expĂ©rience. Je me rappelle d’une jeune mĂšre un peu embarrassĂ©e de rĂ©pondre Ă  son fils de quatre ou cinq ans qui venait de l’interroger en public :

 Â« Non, on n’a pas dansĂ© Ă  notre mariage… ».

En « prenant » de l’ñge, la musique devient superflue car elle ne peut rĂ©soudre « nos problĂšmes ».

La musique qui se produit aujourd’hui – aprĂšs les annĂ©es de notre jeunesse – est obligatoirement de la « merde ». Ou la musique se fait territoire de retranchement ou bunker de nos souvenirs Ă  l’intĂ©rieur desquels on rĂ©siste Ă  notre dĂ©pression et nos dĂ©sillusions, seuls dans notre coin ou avec quelques « fidĂšles » qui ne nous ont pas ( encore ?) « trahis ».

Pire : La musique devient un bruit de fond comme n’importe quelle source d’images qui nous aspire et nous « aide » Ă  oublier et Ă  maquiller un peu nos fissures ainsi que toutes les menaces qui nous parviennent du monde et nous tĂ©lescopent lorsque nous  sommes chez nous.

Autrement, ĂȘtre devenus des hyperactifs ou des ĂȘtres qui accumulent jusqu’à l’excĂšs des objets qui nous survivront largement nous permet aussi de nous croire Ă  peu prĂšs Ă  l’abri et de moins ĂȘtre les cibles d’un quelconque tourment. Trois tonnes d’excrĂ©ments en haut de l’Everest, rĂ©sultat de l’alpinisme touristique depuis plusieurs annĂ©es.

Chez moi, j’ai plus de Cds, de livres et de dvds que je ne pourrai en profiter avant ma mort. Et, en ce qui concerne la musique, je continue d’aller en chercher. De façon physique et individualiste. Je me refuse Ă  me dĂ©matĂ©rialiser. Enfant, en CE2, un de mes maitres de l’école publique, nous avait fait dĂ©couvrir la mĂ©diathĂšque de notre ville. On peut emprunter beaucoup de Cds, de livres et de dvds dans les mĂ©diathĂšques. On n’est pas obligĂ© de toujours tout acheter. Et on peut mĂȘme prolonger les prĂȘts.

Je n’ai plus de contacts avec mes camarades de CE2 depuis longtemps. Je ne sais donc pas qui, dans notre classe, depuis, a continuĂ© de vivre, et comment, et de se rendre dans une mĂ©diathĂšque. Mais j’espĂšre que la musique que j’écoute inspire et inspirera ma fille.

Dans l’hĂŽpital oĂč je travaille depuis le dĂ©but de cette annĂ©e, il y a une trĂšs bonne mĂ©diathĂšque que j’ai repĂ©rĂ©e assez vite. Certains repĂšrent rapidement les points de deal de stupĂ©fiants, moi, je repĂšre les mĂ©diathĂšques.

Pochette de l’album ” Sorore” de Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana.

Cette semaine, j’ai rajoutĂ© huit emprunts Ă  ceux que je venais de faire prolonger Ă  la mĂ©diathĂšque de mon travail. Parmi ces emprunts, l’album Sorore ( sorti en 2021) de Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana ; 30 ( sorti en 2021) d’AdĂšle et Did You Know There’s a tunnel under Ocean Blvd ( sorti en 2023) de Lana Del Rey ( Parental Advisory Explicit Content).

Dans mes derniers articles, j’ai parlĂ© des concerts de PJ Harvey ( PJ Harvey Ă  l’Olympia, octobre 2023), Tricky Tricky Ă  l’Olympia ce 6 mars 2024)  et Ann ‘O’aro ( Ann O’aro au studio de l’ermitage ce 14 mars 2024). La semaine prochaine, j’ai prĂ©vu de me rendre au concert du groupe Lindigo au Cabaret Sauvage et, cet Ă©tĂ©, je me suis dĂ©cidĂ© Ă  retourner voir Massive Attack au festival Rock en Seine. Je parlerai bientĂŽt du concert du groupe Quartier Lointain que j’ai vu la semaine derniĂšre Ă  la cave DimiĂšre d’Argenteuil.

Je rĂ©pĂšte que je regrette d’avoir ratĂ© au dĂ©but de l’annĂ©e le concert de Rocio Marquez et de Bronquio.

Vitaa, Amel Bent, CamĂ©lia Jordana, Adele et Lana Del Rey ne figurent pas parmi les artistes que je citerais spontanĂ©ment si l’on me demandait ce que j’écoute comme musique ou comme artiste. Mais ces artistes ont des voix, des personnalitĂ©s, des histoires. J’ai dĂ©jĂ  entendu parler d’elles. J’ai vu quelques images de certaines d’entre elles ou ai pu Ă©couter quelques uns de leurs titres.

Hier, lors de mon premier jour de repos,  j’ai Ă©coutĂ© ces trois albums dans l’ordre comme je les ai citĂ©s. D’abord l’album Sorore de Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana ; puis 30 d’Adele et Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd de Lana Del Rey.

Trois Françaises, une Anglaise, une Américaine.

Avant de les Ă©couter, j’avais encore tendance Ă  confondre Adele et Lana Del Rey.

Et je confondais Amel Bent avec ChimĂšne Badi.

Amel Bent, Vitaa et CamĂ©lia Jordana sur leur album ” Sorore”.

Le premier titre de Sorore ( Marine) m’a surpris et touchĂ© pour son texte sincĂšre adressĂ© Ă  la femme politique Marine Le Pen. Mais surtout pour l’hommage Ă  l’artiste Diam’s, auteure du texte, numĂ©ro 1 en France dans les annĂ©es 2000, aujourd’hui retirĂ©e du monde du spectacle. Diam’s Ă©tait une artiste que je savais trĂšs populaire lorsqu’elle chantait mais qui, pour moi, faisait partie du dĂ©cor. Je n’ai jamais pris le temps d’Ă©couter vĂ©ritablement ce qu’elle disait dans ses chansons mĂȘme s’il m’est arrivĂ©, ici ou lĂ , de glaner quelques informations.

 Je savais qu’au moins Vitaa Ă©tait une amie proche de Diam’s mais aussi que cette chanson qui doit avoir une bonne dizaine d’annĂ©es ( ou davantage) avait toute sa justification en 2021 et encore plus en 2024 :

Lorsque l’on lit que la prestigieuse famille Klarsfeld (parents et fils), aurĂ©olĂ©e de sa vie consacrĂ©e Ă  chasser des anciens nazis, affirme que, aujourd’hui, en avril 2024, « Le Rassemblement National ( de Marine Le Pen) est devenu frĂ©quentable…. ».

Dans l’album Sorore, j’ai aussi aimĂ© l’alliage rĂ©ussi des trois voix. Je connais trop peu leur signature vocale pour toujours savoir qui chante et j’imagine que c’était le but, de toute façon. J’ai aussi aimĂ© que ces trois chanteuses, qui ont du coffre, s’abstiennent des tours de chauffe et de toute compĂ©tition dans les aigus. L’écoute m’a Ă©tĂ© agrĂ©able. J’ai Ă©coutĂ© l’album deux ou trois fois de suite sans me demander des comptes.

L’album ” 30″ d’Adele.

Puis, j’ai Ă©coutĂ© 30 d’Adele et cela m’a tout de suite plu. J’en ai profitĂ© pour commencer Ă  regarder sur le net un peu plus qui Ă©tait Adele. J’ai appris que ses parents s’étaient sĂ©parĂ©s lorsqu’elle avait trois ans. Que son pĂšre, d’origine galloise, Ă©tait retournĂ© au pays. Et que sa mĂšre, entre-autre masseuse indĂ©pendante, mais aussi fabricante de meubles, avait dĂ©mĂ©nagĂ© plusieurs fois. J’ai lu que, plus tard, dans une interview, alors qu’Adele Ă©tait devenue cĂ©lĂšbre, que son pĂšre avait confiĂ© ĂȘtre « un pĂšre pourri », qu’il Ă©tait mort d’un cancer ( ou d’alcoolisme) avant ses 60 ans mais aussi qu’Adele et lui s’étaient rĂ©conciliĂ©s auparavant.

Concernant Adele, je ne sais plus si je me trompe ou si c’est pareil pour la chanteuse Taylor Swift, mais elle avait une grand-mĂšre qui chantait trĂšs bien Ă  l’église. Adele est nĂ©anmoins plutĂŽt une autodidacte avec des capacitĂ©s vocales extraordinaires. Cependant, je reste fascinĂ© par ces personnes qui se dĂ©couvrent dans leur enfance des aptitudes vocales hors normes alors que chanter, parait-il, comme le fait de rire peut-ĂȘtre ou apprendre Ă  jouer de la musique, est supposĂ© ĂȘtre un acte assez instinctif et ordinaire chez l’ĂȘtre humain. Mais il se trouve qu’il est des ĂȘtres humains qui savent chanter, faire de la musique et rire ou ont des “facilitĂ©s” pour y parvenir. Et d’autres qui savent faire ni l’un, ni l’autre ou pour lesquels tout est plus “difficile”.

A lire ou Ă©couter les histoires de ces artistes qui se rĂ©vĂšlent, on dirait grossiĂšrement qu’il suffirait Ă  certaines et certains d’avoir seulement la volontĂ©, Ă  un moment de leur vie, gĂ©nĂ©ralement dans l’enfance, voire au dĂ©but des mutations de l’adolescence, de se lancer dans la chanson ou dans la musique pour apprendre qu’ils en sont capables. Alors que d’autres, tous les autres, pour des raisons multiples et contradictoires, plus douĂ©s ou non, bien que travailleurs, se rĂ©solvent ou se rĂ©sument Ă  se taire, Ă  ĂȘtre des tĂ©moins ou des assistants, Ă  disparaĂźtre ou Ă  se perdre.

Peut-ĂȘtre que le dĂ©sespoir ressenti dans les dĂ©buts de leur carriĂšre par ces artistes qui « rĂ©ussissent » et la nĂ©cessitĂ©, pour eux, de s’en  sortir seulement au travers de leur art explique en partie cette rĂ©ussite. On chante et on fait peut-ĂȘtre d’autant « mieux » de la musique que l’on a d’autant plus peur d’ĂȘtre enfermĂ© Ă  jamais dans une boite ou une prison avant d’avoir commencĂ© Ă  vĂ©ritablement exister. Lorsque nos rĂȘves et nos idĂ©aux parviennent Ă  se hisser au dessus de l’adversitĂ© et des frontiĂšres sans que l’on se fasse briser. 

Si la peur paralyse et rend docile beaucoup d’entre nous, il en est qu’elle transforme en crĂ©atures possĂ©dĂ©es ou en volontaires tranchĂ©s dĂ©cidĂ©s Ă  tenir jusqu’Ă  ce qu’ils aient atteint leur but. Et, c’est gĂ©nĂ©ralement cette expĂ©rience que la majoritĂ© des spectateurs ou des admirateurs part chercher ou retrouver chez les artistes. Car la docilitĂ© et le dĂ©couragement, nous en avons une expĂ©rience quotidienne et sommes, pour la plupart d’entre nous, plutĂŽt des experts dans ces domaines. C’est aussi pour cela qu’on nous recrute, qu’on nous administre, qu’on nous protĂšge, qu’on nous police et qu’on nous garde.

Mais ce que je raconte Ă  propos du « dĂ©sespoir » comme l’aiguillon possible d’une carriĂšre n’est pas une science exacte. Car beaucoup ont essayĂ© et essaient de toutes leurs forces sans parvenir jusqu’à se faire connaĂźtre de nous comme il se devrait ou se pourrait. Beaucoup essaient ou ont essayĂ© et, parmi elles et eux, il y a aussi toutes celles et tous ceux qui « finissent mal » ou dissĂ©quĂ©s. Or, assez peu de monde n’a vĂ©ritablement envie de « finir mal » ou de se retrouver dissĂ©quĂ© vivant.

C’est peut-ĂȘtre pour cela, qu’en lisant la page wikipĂ©dia consacrĂ©e Ă  Adele, j’ai assez mal supportĂ© que soit plusieurs fois soulignĂ© le fait que celle-ci avait fait gagner beaucoup d’argent Ă  l’industrie musicale. C’est mon cĂŽtĂ© idĂ©aliste et adolescent qui avait repris le dessus : Pour moi, la musique a plutĂŽt Ă  voir, d’abord, avec ce que l’on a besoin d’exprimer, Ă  crĂ©er, et comment on touche le public. J’ai du mal Ă  croire qu’Adele et beaucoup d’artistes musicaux, lorsqu’ils se lancent dans la musique, aient comme but prioritaire « d’injecter », comme je l’ai lu, des millions ou des milliards de bĂ©nĂ©fices sur les comptes en banque des diffĂ©rents « acteurs » ou agents de l’industrie du disque. Ce qui impliquait que le public qui avait achetĂ© les albums d’Adele mais aussi assistĂ© Ă  ses reprĂ©sentations publiques Ă©tait avant tout considĂ©rĂ© comme un troupeau de consommateurs. Le ruminant, en moi, n’a pas aimĂ© ĂȘtre ainsi quadrillĂ© et Ă©clairĂ©.

MĂȘme si le consommateur ruminant que je suis sait aussi que -dĂšs le dĂ©part- certains artistes peuvent avoir un plan de carriĂšre, je crois encore que c’est d’abord leur particularitĂ©, leur sincĂ©ritĂ© comme le fait que le public s’identifie Ă  ce qu’ils « montrent » ou ressentent qui fait le succĂšs des artistes mais aussi leur « rencontre » avec leur public.

Car, pour moi, un artiste public est un ĂȘtre qui aspire Ă  crĂ©er et Ă  rencontrer quelqu’un d’autre ou un public, tout en cherchant Ă  gagner sa vie de cette façon me semble-t’il. MĂȘme si les rencontres que cet artiste peut faire ensuite alterne avec les extrĂȘmes. De l’exceptionnel au plus que dĂ©sobligeant.

L’album ” 30″ d’Adele.

Sur l’album d’Adele, j’ai aimĂ© My Little Love, All Night Parking ( avec Errol Garner). J’avais aimĂ© d’autres titres. J’avais Ă©tĂ© trĂšs Ă©tonnĂ© d’aimer aussi facilement autant de titres.

Mais j’ai Ă©coutĂ© l’album de Lana Del Rey, Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd.

Je pourrais presque Ă©crire que j’ai fait l’erreur, ensuite, d’écouter le dernier album de Lana Del Rey. Car, Ă  partir de lĂ , j’ai eu autant de reconnaissance pour les deux prĂ©cĂ©dents albums qu’une momie peut en avoir pour l’existence.

 

L’album ” Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd” de Lana Del Rey.

Le processus d’emprise ou d’hypnose sur moi par Lana Del Rey a probablement dĂ» commencer dĂšs le premier titre de son album :

The Grants.

Un titre tout simple en apparence, mĂȘme pas criard. Plaisant Ă  Ă©couter. Je n’ai pas fait attention. J’ai continuĂ©.

Qu’est-ce que je « savais Â» sur Lana Del Rey avant d’écouter cet album, son dernier Ă  ce jour ?

J’avais dĂ©jĂ  Ă©coutĂ© deux ou trois de ses titres dont Blue Jeans qui doit ĂȘtre l’un des deux seuls titres ( si je ne me trompe pas) que j’ai d’elle sur un de mes baladeurs numĂ©riques. J’avais un peu entendu parler de polĂ©miques Ă  son sujet qui devaient tourner autour de sa rĂ©elle lĂ©gitimitĂ© en tant qu’artiste, je crois. Mais je n’en n’avais jamais fait une artiste Ă  Ă©couter en particulier. Lorsque la programmation du festival Rock en Seine cet Ă©tĂ© a Ă©tĂ© annoncĂ©e et que j’ai su que Lana Del Rey y serait le premier jour, Ă  aucun moment je n’ai envisagĂ© d’aller la voir sur scĂšne alors que j’aurais pu, alors, acheter une place pour ce jour-lĂ . Je ne partageais pas l’engouement qui accompagnait cette annonce :

Lana Del Rey au festival Rock En Seine !

Aujourd’hui, il est trop tard pour acheter une place pour aller voir Lana Del Rey cet Ă©tĂ©.  Il n’y a plus de places disponibles, officiellement, pour la seule date parisienne, au festival Rock en Seine, de Lana Del Rey, quatre mois avant le dĂ©but du « festival Â».

Rock en Seine Ă©tait peut-ĂȘtre un festival lorsqu’il a Ă©tĂ© crĂ©Ă© au dĂ©but des annĂ©es 2000. Mais, aujourd’hui, c’est une usine Ă  cash. Ses tarifs sont dotĂ©s du turbo. Et il existe aussi une certaine tendance Ă  la spĂ©culation. Il est probable que quelques jours avant le concert de Lana Del Rey, des places soient proposĂ©es Ă  la revente par des particuliers opportunistes deux ou trois fois la valeur initiale du prix du billet.

J’ai acceptĂ© de payer 81 euros pour aller revoir Massive Attack au festival Rock en Seine le samedi 24 aout. MĂȘme si d’autres groupes joueront aussi ce jour-lĂ . Mais si j’avais voulu « prendre » un forfait deux jours et  voir PJ Harvey le lendemain, par exemple, j’aurais dĂ» payer 135 euros. Ça paraĂźt une bonne rĂ©duction mais le tarif devient lourd d’autant que, sur place, il s’agira de consommer, d’acheter Ă  boire ou Ă  manger. Tout sera fait en consĂ©quence pour que cela arrive. Puisque, pour des « raisons de sĂ©curitĂ© », on nous interdira de nous rendre sur le site avec ceci ou cela. Lorsque l’on est jeune et ” sans charges”, on regarde peut-ĂȘtre moins Ă  la dĂ©pense. Surtout s’il est question de se rendre Ă  un festival ou Ă  un concert avec des copains et des copines et d’ĂȘtre ” avec tout le monde”. Mais lorsqu’on l’est un peu plus “vieux”, plus critique et aussi plus individualiste, on aime moins se dĂ©placer pour se faire feinter par ce genre d’entourloupe. 

NĂ©anmoins, aprĂšs ce que j’ai entendu hier, et malgrĂ© ce que je dis de l’industrie musicale, j’aurais acceptĂ© de payer 81 euros ou un peu moins de 100 euros pour aller voir Lana Del Rey (et d’autres artistes) Ă  un festival. D’autant que je sais que certaines personnes ont bien acceptĂ© de payer 3000 euros pour pouvoir assister Ă  la finale du cent mĂštres en athlĂ©tisme aux Jeux Olympiques Ă  Paris cet Ă©tĂ©. Et d’autres ont dĂ©boursĂ© 7000 euros pour pouvoir assister Ă  certaines Ă©preuves olympiques cet Ă©tĂ© en France.

L’album ” Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd” de Lana Del Rey.

De telles dĂ©penses ont de quoi couper la voix. Celle de Lana Del Rey est peut-ĂȘtre plus limitĂ©e que celle qu’Adele et du trio forgĂ© par Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana. Mais cela ne l’empĂȘche pas de titiller nos humeurs et nos Ă©motions. Des trois albums, son album est sans doute le plus variĂ© en termes d’atmosphĂšres et de musique.

Le titre A&W en est une trĂšs bonne dĂ©monstration. Entendre ce titre en concert doit ĂȘtre assez inoubliable. Lorsque je l’ai entendu la premiĂšre fois, je l’ai d’abord pris pour une gentille ballade Ă  la guitare/piano/voix oĂč Lana Del Rey s’emploie Ă  baisser le son de sa voix le plus possible, de celle qui a vĂ©cu. MalgrĂ© les effets qu’elle met dans sa voix, j’ai eu l’impression d’avoir dĂ©jĂ  entendu ça ailleurs. Je me suis Ă©loignĂ© de quelques mĂštres. Puis, il y a eu un changement ( le titre dure 7 minutes et 14 secondes) et je me suis dit qu’il fallait que je rĂ©Ă©coute tout le dĂ©but. Oui, c’Ă©tait bien le mĂȘme morceau que j’avais commencĂ© Ă  entendre. A&W “explique” que c’est une erreur de sous-estimer Lana Del Rey.

Lana Del Rey peut autant livrer des chansons de peines de cƓur ( ou « Torch songs ») comme le font Adele, Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana de maniĂšre « pop » ou “sage”, dirons-nous, que dĂ©river vers le Gospel, le Blues ou le Hip Hop. Elle a certes l’avantage de la langue.

Je me suis demandĂ© si j’étais victime de cette Ă©ducation qui, en occident, nous soumet au conditionnement de la langue Anglaise. Sauf qu’Adele chante en Anglais.

C’est peut-ĂȘtre mon conditionnement Ă  la culture amĂ©ricaine, alors ?

Je crois aussi que Vitaa, Amel Bent, CamĂ©lia Jordana et Adele font « trop propres Â» sur elles. Pourtant, Adele parle de son alcoolisme par exemple et sa carriĂšre initiĂ©e avant sa majoritĂ© fait d’elle un poids lourd en matiĂšre de vĂ©cu. Et, Vitaa, Amel Bent et CamĂ©lia Jordana, sĂ©parĂ©es ou en trio ne manquent pas de vĂ©cu non plus.

Mais il y a dans la musique de Lana Del Rey un refus de la sĂ©curitĂ© qui s’infiltre et qui s’attarde. Elle m’a rappelĂ© l’actrice Nicole Kidman dans le film Paper Boy rĂ©alisĂ© par Lee Daniels en 2012. J’ai parlĂ© « d’emprise et d’hypnose Â» pour Lana Del Rey. Mais on pourrait aussi bien parler d’elle comme d’une femme des marĂ©cages qui vous retient. On ne peut pas dire d’elle :

« L’essayer, c’est l’adopter Â». Car Lana Del Rey, c’est une toile d’araignĂ©e. Et une Alien. On avance a priori facilement dans son album comme dans son antre pour ne plus avoir trĂšs envie d’en sortir.  

Si l’on compare les trois couvertures d’album, il y a aussi, chez Lana Del Rey, une trĂšs nette maitrise de l’image. J’ai lu qu’elle avait pu rĂ©aliser certains de ses clips et que certains de ses amis avaient comparĂ© son univers Ă  celui du rĂ©alisateur David Lynch. Je comprends cette comparaison. A ceci prĂšs que Lana Del Rey ne viendrait pas des films de Lynch mais attesterait par elle-mĂȘme du fait que le rĂ©alisateur, pour ses films, s’était inspirĂ© de personnes qu’il avait vĂ©ritablement rencontrĂ©es mais jamais employĂ©es comme comĂ©diens.

Sur la couverture de son album, en noir et blanc, alors que celle des albums de Vitaa, Amel Bent, CamĂ©lia Jordana et Adele est en couleur, le regard de Lana Del Rey interroge autant qu’il suggĂšre qu’elle s’ennuie. Celui d’AdĂšle semble regarder un horizon encore lointain ou qui se dĂ©robe. Dans le regard de CamĂ©lia Jordana, Vitaa et Amel Bent, je trouve de la fiertĂ© ou de la dignitĂ©, de la solidaritĂ© et de l’optimisme. On peut tout supposer d’un regard. Mais l’album de Lana Del Rey a pour titre une question contrairement aux deux autres.

Lorsque j’ai un peu essayĂ© de savoir Ă  quoi OcĂ©an Blvd faisait rĂ©fĂ©rence, en m’attendant Ă  ce qu’il me confirme qu’il s’agissait d’Hollywood, j’ai trouvĂ© que c’était le titre du deuxiĂšme album d’Eric Clapton. Il y a trĂšs vraisemblablement des explications plus Ă©videntes Ă  ce titre. Mais le peu que j’ai compris du personnage de Lana Del Rey m’indique que l’allusion au deuxiĂšme album d’Eric Clapton est aussi possible.

On a de quoi se creuser la tĂȘte avec Lana Del Rey. Mais il y a aussi son langage.

Autant, elle peut ĂȘtre assez sobre, ou d’allure enfantine, autant elle nous susurre son sexe et nous le suture dans la tĂȘte avec douceur Ă  la façon de l’épouse attentive, presque plaintive et soumise, qui nous accueillerait en nous disant :

« Je t’ai laissĂ© tranquille toute la journĂ©e, j’ai tout fait Ă  la maison. Maintenant, fais-moi jouir et rĂȘver autant que je t’ai attendu et espĂ©rĂ©. Fais en sorte que plus rien d’autre ne compte vraiment Â». 

Son “Fuck me to death and love me until I love myself” rĂ©pĂ©tĂ© au moins trois fois dans son titre Did you know that there’s a tunnel under Ocean Blvd en est un des exemples. Sauf que c’est plutĂŽt, elle, Lana Del Rey, qui nous baise jusqu’à la mort.

Quant Ă  savoir, si nous nous aimons vĂ©ritablement, personnellement, il ne nous reste, qu’à la rĂ©Ă©couter Ă  nouveau pour tenter de nous en assurer tant, avec elle, les illusions sont presque parfaites.

Franck Unimon, ce dimanche 7 avril 2024.

 

 

Catégories
En Concert Moon France

Ann O’aro au studio de l’ermitage ce 14 mars 2024

Ann O’aro, au studio de l’ermitage, ce jeudi 14 mars 2024. Paris. Photo©Franck.unimon.                                                                                                  

J’étais au travail ce jeudi 14 mars, lorsque, dans l’aprĂšs-midi, en le lisant quelque part, j’ai appris qu’Ann O’aro passait en concert le soir mĂȘme. A 20h30. Je finissais mon travail Ă  20 heures Ă  Paris prĂšs de la gare Montparnasse.

Si je souhaitais y aller, il me faudrait aller chercher mes appareils (photos) dans ma ville de banlieue, à Argenteuil. Pour mon blog, je ne pouvais pas me contenter de photos prises avec mon smartphone. Et, aprÚs le concert, je me réveillerais, comme ce jeudi, le lendemain matin un peu avant 5h30 afin de retourner au travail pour une journée de 12 heures.

Mais il y avait ce concert d’Ann O’aro dans quelques heures. Je l’avais dĂ©jĂ  « ratĂ©e » comme j’ai aussi ratĂ© les concerts de RenĂ© Lacaille ou de Rocio Marquez lorsqu’ils se sont prĂ©sentĂ©s. Je m’étais un peu rattrapĂ© la semaine prĂ©cĂ©dente avec le concert de Tricky Ă  l’Olympia ( voir Tricky Ă  l’Olympia ce 6 mars 2024). 

Quand une ou un artiste nous « parle » ou nous a parlĂ©, on part souvent du principe qu’autour de nous, tout le monde la connait ou le connait. En Ă©voquant Ann O’aro, je n’écoute pas de la musique secrĂšte ou que je mettrais en cachette.

 

Ann O’aro au studio de l’ermitage, ce jeudi 14 mars 2024. DerriĂšre elle, Teddy Doris, au trombone et au choeur. Photo©Franck.Unimon

J’ai commencĂ© Ă  la “connaĂźtre” par son premier album Ann O’aro sorti en 2018. J’avais publiĂ© un article dessus dans mon blog il y a environ quatre ans :

Ann O’Aro.

Ensuite, il y a eu l’album Longoz arrivĂ© en 2020 que j’ai moins Ă©coutĂ© pour le moment et avec lequel j’ai eu plus de mal.

Ce jeudi 14 mars, j’ai aussi appris qu’un troisiĂšme album venait de sortir (fin fĂ©vrier 2024). Il s’appelle Bleu. Ann O’Aro continue d’ĂȘtre reprĂ©sentĂ©e par le label Cobalt dirigĂ© par Philippe Conrath.

Ann O’aro au studio de l’ermitage, ce 14 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

« Ann O’aro ? Â»

C’est la question qu’a pu me poser, surpris, un de mes collĂšgues, rĂ©unionnais certifiĂ©, porteur de dreadlocks, la quarantaine, chanteur de Gospel et prĂ©cĂ©demment joueur de Reggae proche de la professionnalisation. Ce n’est donc pas un amateur ni un ignorant. Pourtant, il n’avait jamais entendu parler de Ann O’aro. Je lui ai orthographiĂ© son nom tel qu’elle l’a choisi Ă  «la CrĂ©ole ». Un nom que j’ai moi-mĂȘme encore du mal Ă  bien Ă©crire. Et, il m’a dit qu’il allait « regarder ».

La RĂ©union n’est pas mon pays. MĂȘme si, par la suite, j’ai rencontrĂ© ma compagne, rĂ©unionnaise, et que notre fille, nĂ©e en France ( encore trop petite pour certains des thĂšmes des chansons de Ann O’aro) a donc Ă©galement des origines rĂ©unionnaises.

La premiĂšre fois que je me rappelle avoir entendu du Maloya et son rythme ternaire, c’était dans la boite de nuit Le Manapany, dans les annĂ©es 90 oĂč, avec certains collĂšgues, nous Ă©tions plutĂŽt venus nous rapprocher (- je suis un Moon France mais voir aussi Tuer des noix de coco-)  de nos origines antillaises et des femmes au travers du Zouk.

Ensuite, j’ai voulu entendre un peu plus le Maloya dit traditionnel. Et, en particulier, sur ce qu’il peut avoir en commun avec le Gro-Ka et le Lewoz. Car j’essaie de m’inspirer Ă  ma mesure d’un des principes de mon artiste prĂ©fĂ©rĂ©, Miles Davis, qui disait aussi :

« Mon esprit n’est pas fermĂ© Â». ( “My mind is not shut”).

A la mĂ©diathĂšque, j’avais trouvĂ© les Cds d’artistes comme Firmin Viry, Danyel Waro et d’autres de la RĂ©union que j’ai essayĂ© d’écouter et de comprendre. J’ai pu voir Daniel Waro en concert lorsqu’il est passĂ© en concert Ă  Argenteuil il y a prĂšs d’une dizaine d’annĂ©es. Mon blog n’existait pas, alors. Je sais que Daniel Waro passe le 18 Mai au Cabaret Sauvage Ă  Paris. Maya Kamaty le 21 mars Ă  la Bellevilloise et Lindigo le 11 avril au Cabaret Sauvage.

 

«La musique, ça te permet un Ă©quilibre vu le mĂ©tier que tu fais » m’a dit quelqu’un rĂ©cemment. J’ai acquiescĂ© car il y a du vrai dans cette affirmation. Et, cela m’a permis d’Ă©luder.

Car l’équilibre est aussi une limite. Ainsi qu’une souriciĂšre. 

On peut ĂȘtre Ă©quilibrĂ© parce-que l’on est aussi trĂšs bien domestiquĂ©. On ne dĂ©range pas. On reste Ă  sa place. On subit. On accepte. On endure. On s’endurcit. On croupit. On se terre en soi et en silence.

Mais on ne vit pas. On reste derriĂšre des barrages. Ou on passe son temps Ă  attendre, emmitouflĂ©s dans nos mirages et parfois dans nos naufrages. Parfois, on s’auto-dĂ©truit en permanence, discrĂštement. De maniĂšre mĂ©thodique. Cathodique. Et Ă©quilibrĂ©e. Telles ces tours ou ces histoires dont les fondations et les Ă©manations explosent et s’affaissent, Ă©rigĂ©es, droites, et achĂšvent leur parcours pulvĂ©risĂ©es, tĂ©lĂ©visĂ©es, en Ă©tant toujours restĂ©es bien vissĂ©es sur place et fidĂšles au poste, tĂ©tant leur devoir et leur espoir en attendant une mue qui n’est jamais venue. D’elles,  on dira peut-ĂȘtre plus tard :

“C’Ă©tait une belle tour ( ou une belle histoire) Ă  l’origine. Dommage qu’elle soit devenue dĂ©suĂšte. Les temps ont changĂ©. Il a bien fallu s’en sĂ©parer. Qu’est-ce que tu veux ? C’est comme ça….”.

La musique, pour moi, ça reste de la vie. Ça surgit et ça permet d’aller au-delĂ  de nos limites. Les musiciens, les artistes ou les personnes qui nous « parlent », c’est quand mĂȘme assez souvent, celles et ceux qui nous « font » ça. Un des premiers pouvoirs de la musique, comme le feu partagĂ©, c’est de rassembler. Les forces, les volontĂ©s vers l’autre, vers l’ailleurs, vers l’inconnu mĂȘme si ce sont des souvenirs que l’on retrouve aussi.

La musique, pour moi, c’est aussi un bagage et un hĂ©ritage. C’est Ă  la fois les musiques que j’ai Ă©coutĂ©es par les pores de mes parents en France, pays, oĂč, contrairement Ă  moi, ils ne sont pas nĂ©s. Puis, celles de mon adolescence et de certaines amitiĂ©s quasi fraternelles, Ă  cette pĂ©riode de la vie oĂč l’on a plein de notes et plein de projets mais oĂč l’on manque d’audace, de confiance, de persĂ©vĂ©rance et de connaissances pour composer. Et oĂč l’on redoute plus les consĂ©quences de la matraque du jugement qu’on ne prĂ©voit les rĂ©ussites de nos tentatives.

Ann O’aro et Teddy Doris au studio de l’ermitage, ce jeudi 14 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

On peut penser que je me contente de parler de moi. Je ne le crois pas. Je n’Ă©cris pas seulement pour moi. Mais aussi parce-qu’il le faut. Parce-que c’est mon tour du sort.

J’Ă©cris d’ailleurs cet article en rĂ©Ă©coutant le dernier album de Fally Ipupa, Formule 7. Et puis, on sait maintenant que, Ă©videmment, je suis allĂ© au concert d’Ann O’aro ce jeudi 14 mars 2024 au studio de l’ermitage, Ă  Paris. Les autres dates et les autres lieux de ses concerts prĂ©vus en 2024 ne m’ont pas laissĂ© d’autre choix.

Hormis ce concert du 14 à l’Ermitage, à Paris. Il restait possible de voir Ann O’aro sur scùne ailleurs en mars 2024 :

Le 17 Ă  Dunkerque. Le 19 Ă  Guyancourt. Le 21 Ă  Tourcoing. Le 23 Ă  Aubusson et le 26 Ă  Ljubliana, en SlovĂ©nie. Je serais bien allĂ© Ă  l’un de ces endroits mais pour des raisons pratiques, le plus simple, restait Paris.

Les dates de ses concerts mais aussi de ceux de DanyĂšl Waro sont aussi affichĂ©es sur le site du label Cobalt qui reprĂ©sente d’autres artistes rĂ©unionnais tels que Christine Salem, Zanmari BarĂ© et d’autres.

Ann O’aro, Teddy Doris, Brice Nauroy et Bino Waro au studio de l’ermitage, ce jeudi 14 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

Je suis arrivĂ© au concert avec une bonne demie heure de retard avec ma place achetĂ©e en prĂ©vente sur internet : 15 euros et 50 centimes. Soit prĂšs de quatre fois moins que le concert de Tricky Ă  l’Olympia quelques jours plus tĂŽt. 

En entrant dans la salle de concert du studio de l’ermitage, Ann O’aro Ă©tait en train de chanter, accompagnĂ©e de ses musiciens :

Teddy Doris au trombone ; Bino Waro au roulĂšr, sati, pikĂšr, kayamn et Ă  la batterie et Brice Nauroy aux machines.

Le public Ă©tait posĂ©, majoritairement assis, trĂšs attentif. Il devait y avoir environ 200 personnes Ă  vue d’Ɠil (pour une capacitĂ© d’accueil de 250 personnes contre une capacitĂ© d’accueil de 4000 personnes pour l’Olympia).

L’ambiance et l’acoustique de la salle Ă©taient intimistes et trĂšs confortables. Je me suis tout de suite senti bien. J’ai aussitĂŽt tout effacĂ©. Les doutes. La recherche de la salle. La fatigue. Le trajet. Le retard. La routine. La chevrotine. La journĂ©e de travail le lendemain matin.

 

Voir Ann O’aro au studio de l’ermitage aprùs Tricky à l’Olympia ?

Ann O’aro et Teddy Doris, ce jeudi 14 mars au studio de l’ermitage. Photo©Franck.Unimon

Je me suis dit qu’ils Ă©taient proches tous les deux malgrĂ© ce que l’on pourrait estimer en prime abord. Tricky, “de” Bristol, plutĂŽt contrariĂ© par la notoriĂ©tĂ©, aimerait sans doute pouvoir se produire dans une salle comme le studio de l’ermitage. En Ă©coutant Ann O’aro, j’ai aussi pensĂ© Ă  la musicienne et compositrice bretonne Kristen NoguĂšs. 

Bien-sĂ»r, Ann O’aro existe par elle-mĂȘme et a ses propres inspirations et rĂ©fĂ©rences. Mais lorsque l’on est amateur de musique, on aime certaines fois imaginer que se rencontrent les ombres de certains artistes. Des rencontres entre des artistes qui ne se matĂ©rialisent jamais- ou parfois mal- par manque d’inspiration, d’Ă©poques ( Kristen NoguĂšs est morte depuis 2007) ou du fait d’une mauvaise entente et qu’il faut sans doute apprendre Ă  imaginer ou Ă  crĂ©er soi-mĂȘme.

Devant nous, nous avions peu Ă  imaginer. La voix d’Ann O’aro est trĂšs douce et forte. Elle s’empare de vous et chante comme un boxeur. Son chant part depuis ses pieds. Elle chante en emmenant tout son corps et en nous portant vers une…certaine tension Ă©motionnelle.

C’est ce que l’on appelle avoir une prĂ©sence. La prĂ©sence de celle qui s’approche et aussi de la sentinelle.

Je me suis dit qu’elle avait de quoi jouer dans un film ou au thĂ©Ăątre.

Ann O’aro et Teddy Doris, au studio de l’ermitage, ce 14 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

Son humour et son aisance, y compris au piano qu’elle a dĂ©sormais ajoutĂ© Ă  son usage des sorts- les sorts de l’enfance- sont aussi dĂ©concertants qu’insaisissables. Je me suis un peu demandĂ© :

« Comment fait-elle ? Â».

On aurait presque dit que c’était nous qui Ă©tions Ă  un enterrement (peut-ĂȘtre le nĂŽtre) tandis que, elle, et ses musiciens s’amusaient bien parce qu’ils le voulaient. Tandis que nous, hĂ© bien, nous restions trĂšs polis et trĂšs guindĂ©s sans faire de bruit de peur de dĂ©ranger ou de tĂącher en sortant de notre rĂ©serve militaire.

Soit parce-que nous n’avions jamais appris Ă  remuer et Ă  tinter au son de la musique ou parce-que nous Ă©tions intimidĂ©s et captivĂ©s par ce que nous voyions et entendions devant nous :

Nous avions un peu « peur Â» d’interrompre la sĂ©ance d’hypnose. Ou nous n’osions pas moufter connaissant les sujets chargĂ©s qu’elle abordait sous les dĂ©guisements aiguisĂ©s de sa voix apaisĂ©e.

Mon excuse Ă©tait que je prenais des photos. Mais j’imagine facilement ce que la mĂȘme musique jouĂ©e ce jeudi soir peut entraĂźner ailleurs ou dans un Kabar ( ou kabarĂ©), lĂ  oĂč l’on s’autorise Ă  danser plus vite que la lumiĂšre ne pense.

Nous avons Ă©tĂ© des privilĂ©giĂ©s d’assister Ă  ce concert. J’ai Ă©tĂ© content, aprĂšs le concert, de pouvoir parler un peu Ă  Ann O’aro et de poser pour la photo avec elle et Philippe Conrath qui dirige le label Cobalt.

Avec Philippe Conrath et Ann O’aro Ă  la fin du concert au studio de l’ermitage, ce jeudi 14 mars 2024. Merci Ă  la personne qui nous a pris en photo avec mon appareil.

Ann O’aro chante aussi dans le groupe Lagon Noir lors du festival Banlieues Bleue au centre culturel Jean à la Courneuve le vendredi 29 mars 2024 à 20h30.

Ce jeudi soir, elle a superbement clos son concert en nous chantant son titre Valval rouz ( si je ne me trompe) un de ses titres acapella, prĂ©sent sur son premier album.  

 

Franck Unimon, ce dimanche 17 mars 2024.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
En Concert

Tricky Ă  l’Olympia ce 6 mars 2024

Tricky à l’Olympia ce 6 mars 2024

 

Tricky, les annĂ©es 1990 et 2000. Martina Topley-Bird, Massive Attack, le Trip Hop. Mais aussi PJ Harvey, Björk, Sly & Robbie
.Tricky a rencontrĂ© et jouĂ© avec bien d’autres artistes. Il a aussi figurĂ© dans quelques films tels que Le CinquiĂšme Ă©lĂ©ment de Luc Besson ou Clean d’Olivier Assayas.

C’est, grosso modo, toujours les mĂȘmes histoires que l’on raconte Ă  propos de Tricky, une espĂšce de prophĂšte de la musique nostalgique. Celui qui a perdu sa mĂšre trĂšs jeune. Celui qui est devenu Ă  nouveau orphelin (assez rĂ©cemment) mais cette fois de sa fille. Celui qui avait quittĂ© Massive Attack, sa cĂ©lĂ©britĂ©, sa puissance, sa sĂ©curitĂ©. Celui qui subsiste par lui-mĂȘme. Par la douleur et malgrĂ© elle.

Tricky Ă  l’Olympia, ce 6 mars 2024 avec Marta. Photo©Franck.Unimon

Celui qui lance ou se met en duo avec des chanteuses qu’il produit. L’homme fusible imprĂ©visible avec ses lubies et ses pensĂ©es. Ses toxicomanies. Son corps lĂ©sĂ©. TatouĂ© sans doute de la tĂȘte aux pieds et difficile Ă  amadouer. Difficile Ă  cerner et, sans doute, Ă  captiver. L’homme hantĂ© qui rĂŽde lĂ  oĂč trĂšs peu souhaiteraient se promener mĂȘme avec un ou une escorte.  

Durant toutes ces annĂ©es, j’ai ratĂ© Tricky ou suis passĂ© Ă  cĂŽtĂ© de lui. A part pour un concert gratuit lors de l’inauguration du centre culturel, le 104. Il y avait beaucoup de monde. On se bousculait. Les conditions sonores Ă©taient mauvaises. Je me rappelle de Tricky plutĂŽt seul sur scĂšne, assez peu concernĂ©, et trĂšs loin. Une prestation trĂšs frustrante.

Je n’avais pas persistĂ©.

J’avais d’autres artistes Ă  Ă©couter et Ă  regarder sur scĂšne. Je ne faisais pas de lui une prioritĂ©. Je trouvais Ă  sa musique des cĂŽtĂ©s inaboutis. On parlait de chef-d’Ɠuvre. J’avais l’impression qu’il y avait beaucoup pour que cela soit le cas mais qu’il y avait rĂ©guliĂšrement rupture lorsque cela se prĂ©cisait. Comme si Tricky arrachait le disque vinyle de la platine prĂ©cisĂ©ment au moment oĂč l’on commençait Ă  entrer dans le songe. Comme s’il jetait Ă  la poubelle toutes les piĂšces du puzzle que l’on avait presque terminĂ©. Et cela recommençait plusieurs fois de suite.

Tricky et Marta Ă  l’Olympia, ce 6 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

La musique de Tricky n’est pas ceinturĂ©e ou cĂ©rĂ©brale comme peut l’ĂȘtre ou l’est devenue celle de Massive Attack ou de Björk.

Tricky pratique l’hĂ©morragie et les intubations difficiles :

« Seule, compte l’énergie ! ». A partir de lĂ , inutile de faire durer un morceau quatre, cinq minutes, Ă  coups de maquillage ou davantage. On n’est pas lĂ  pour se regarder le nombril ou pour se montrer. On est lĂ  pour faire de la musique et pour sentir ce qui se passe lorsque l’on presse son corps contre le sang chaud de quelqu’un.

Tricky avec Marta Ă  l’Olympia, ce 6 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

 

Ce concert de Tricky, Ă  l’Olympia hier soir, j’ai appris qu’il allait avoir lieu quelques jours plus tĂŽt, par hasard. Tricky ne fait plus partie des musiciens dont on parle « beaucoup Â». DĂ©sormais ou encore, on parle beaucoup plus d’artistes comme BeyoncĂ©, Dua Lipa, Taylor Swift, Billie Eilish, Rihanna ou Rosalia si l’on veut parler d’artistes fĂ©minines dites « internationales Â». Ou, en France, j’imagine que d’autres seront davantage happĂ©s par le concert du rappeur Ninho au Stade de France
l’annĂ©e prochaine, le 2 Mai 2025. Ou par le concert du rappeur Kalash Ă  l’Olympia ( complet) ce 20 mars 2024.

J’ai hĂ©sitĂ© avant d’acheter cette place de concert. Je me suis demandĂ© si j’essayais de rattraper le temps perdu.  

Quatre jours avant le concert, j’ai croisĂ© une connaissance sur le quai de la gare d’Argenteuil alors que je partais Ă  l’anniversaire de Tu piges ?

Cette connaissance – un photographe professionnel rencontrĂ© lors d’un concert de Marc Ribot Ă  la Cave DimiĂšre, Ă  Argenteuil- m’a dit : 

“Tu me diras ce que ça a donnĂ©. Avec Tricky, on ne sait pas ce que ça va donner, un concert. Il est  caractĂ©riel…”.

Lui, aussi, avait le souvenir de ce concert donnĂ© au centre culturel, le 104. Il y Ă©tait aussi et bien placĂ©. Il connaissait les organisateurs de l’Ă©vĂ©nement. Son avis sur ce concert Ă©tait le mĂȘme que le mien : trĂšs mauvais son. Et trĂšs mauvais concert… de trente minutes. 

Mais j’Ă©tais confiant pour ce concert Ă  l’Olympia. Je connaissais mieux sa musique. Je l’aimais mieux. ( Hate This Pain un titre de Tricky ) Et, j’avais lu que Tricky Ă©tait content des bons retours concernant son album Maxinquaye Reincarnated sorti en octobre 2023. Un album que j’avais achetĂ© et Ă©coutĂ©.

« Colossal et jamais vu Â» est un des commentaires que l’on a pu lire dans le mĂ©tro Ă  propos de la deuxiĂšme partie du film Dune rĂ©alisĂ© par Denis Villeneuve et sorti la semaine derniĂšre. Un film dont on parlera sans doute beaucoup plus que du concert de Tricky hier soir et que je suis allĂ© voir le jour de sa sortie ( ce 28 fĂ©vrier 2024) dĂšs la premiĂšre sĂ©ance.

 

Tricky aurait eu sa place dans le film Dune.

 

Soit pour un rĂŽle, soit pour la composition musicale. Hier soir, Tricky nous a rappelĂ© que la musique, c’Ă©tait de la crĂ©ation. Et la possibilitĂ© de faire une expĂ©rience hors de notre conscience rituelle et de nos automatismes.

Pas du bling-bling. Pas de l’Ă©dulcorĂ©. 

J’avais fait le choix d’acheter une place en mezzanine pour assister Ă  ce concert de Tricky. Pour cela, j’ai payĂ© plus cher, 56 euros, afin d’ĂȘtre dans les meilleures conditions pour voir et entendre Tricky. RĂ©sultat : j’ai ratĂ© mes photos. Pour faire de bonnes photos, il ne faut pas ĂȘtre fainĂ©ant et rester assis trop loin de la scĂšne.

Et, pour bien photographier Tricky, il aurait fallu que je vienne plus tĂŽt. Bien plus tĂŽt. Car lorsque je suis arrivĂ© devant l’Olympia pour le concert, dix minutes avant le dĂ©but officiel du concert avec la premiĂšre partie, Dajak, je suis tombĂ© sur une queue pratiquement aussi longue que pour le concert des sƓurs Ibeyi.

Tricky a son public. Un public plutĂŽt blanc pratiquement aussi fĂ©minin que masculin. J’Ă©tais par exemple assis entre deux femmes venues ensemble et deux hommes venus aussi ensemble.

Il devait y avoir entre cinq à dix pour cent de noirs dans la salle au sein du public à ce que j’ai aperçu.

Devant l’Olympia, ce 6 mars 2024. AprĂšs le concert. Photo©Franck.Unimon

La moyenne d’ñge du public dans la salle tournait autour de la quarantaine-cinquantaine mĂȘme si j’ai pu voir deux adolescents venus vraisemblablement avec leur mĂšre.

Le public prĂ©sent connaissait Ă  l’évidence les « classiques » de Tricky. MĂȘme si le terme « classiques » lui  dĂ©plairait certainement : quand on l’écoute parler de sa musique, il se dĂ©fend de toute nostalgie. 

A l’image de son concert en janvier 2023 (que j’ai malheureusement dĂ©couvert sur le net )Ă  l’espace culturel Ground Control avec la chanteuse Marta, hier soir,  Ă  l’Olympia, celui-ci s’est dĂ©clarĂ© dans une forme de pĂ©nombre. Une intimitĂ© et une ambiance qui vont trĂšs bien avec sa musique. Une musique qui entre dans la syncope, le blues, la rĂ©pĂ©tition, la rugositĂ©, la vitalitĂ© punk et rock mais aussi une extrĂȘme douceur de par la voix de Marta.

En voyant Tricky sur scĂšne essayer de sortir de son corps, je me suis dit qu’il faisait une musique de Chamane. Un couple est parti en plein concert. Nous sommes restĂ©s.

 

Tricky, Ă  l’Olympia, ce 6 mars 2024. Photo©Franck.Unimon

Franck Unimon, ce jeudi 7 mars 2024.

Ps/bonus de ce vendredi 8 mars 2024 :

Dans sa sĂ©lection critique avant ce concert Ă  l’Olympia de Tricky, le journaliste Erwan Perron de TĂ©lĂ©rama TĂ©lĂ©rama numĂ©ro 3869 qui inclut le guide culturel TĂ©lĂ©rama Sortir du 6 mars au 12 mars 2024 ) avait Ă©crit :

” (….) On se souvient de l’avoir vu interprĂ©ter ce disque dans ce mĂȘme Olympia baignĂ© de lumiĂšres rouges. Il avait chantĂ© dos au public durant toute la durĂ©e du concert ! Trente ans plus tard, l’Anglais au nez cabossĂ© et Ă  la voix rocailleuse revient dans la plus cĂ©lĂšbre des salles parisiennes pour y chanter Ă  nouveau Maxinquaye ( 1995), son oeuvre la plus renversante et intense. Il en aurait rĂ©arrangĂ© six titres. Mais avec lui, on n’est jamais sĂ»r de rien….”.

Tricky n’a sans doute pas lu cet article. Mais si Erwan Perron Ă©tait comme moi dans la salle ce 6 mars 2024, il aura aussi vu Tricky interprĂ©ter ce titre de cette façon.

 

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
Puissants Fonds/ Livres

Plus rien ne pourra me blesser un livre de David Goggins

Plus rien ne pourra me blesser un livre de David Goggins.

 

« Tu as des drĂŽles de lectures
. Â».

 

Dans le nouveau service oĂč je travaille depuis le dĂ©but de l’annĂ©e, les toilettes sont un des endroits oĂč l’on y croise ses collĂšgues bien plus souvent que devant la machine Ă  cafĂ© ou dans les vestiaires.

C’est la premiùre fois que cela m’arrive.

En passant par les toilettes, on quitte pour quelques secondes ou quelques minutes, cette sorte d’open space oĂč nous pouvons ĂȘtre trente ou quarante, ou davantage, Ă  travailler dans notre coin, Ă  discuter avec certains de nos collĂšgues les plus proches, Ă  Ă©couter ce que rĂ©pondent les autres et Ă  nous figurer la situation qu’ils rencontrent comme Ă  nous concentrer sur les appels que nous recevons nous-mĂȘmes. En restant dans la quĂȘte de prendre la meilleure dĂ©cision possible selon le caractĂšre d’urgence.

Peu de personnes mentent lorsqu’elles se rendent aux toilettes ou quand elles en sortent. Et nous ne mentons pas davantage lorsque nous recevons des appels. Mais les toilettes, c’est une sorte de sas – et pas seulement du fait de la chasse d’eau- oĂč les menottes de l’urgence mĂ©dicale ou psychiatrique nous sont retirĂ©es pour ĂȘtre remplacĂ©es par celles de certaines nĂ©cessitĂ©s physiologiques bien connues de tous, petits et grands.

Durant la poignĂ©e de secondes oĂč l’on se croise aprĂšs un passage devant le lavabo et les miroirs, on peut bien-sĂ»r y Ă©changer des banalitĂ©s, un sourire, de l’embarras. Mais de brĂšves confidences peuvent aussi venir s’ajouter Ă  celles que l’on a laissĂ©es derriĂšre soi dans notre plus stricte intimitĂ©.

On peut aussi malgrĂ© soi laisser des indices. Tel ce livre de Laurence Beneux, Brigade d’intervention, que j’avais emmenĂ© avec moi dans les toilettes non pour l’y lire en cachette, il est possible de lire entre les appels, mais parce-que je revenais de ma pause dans un bureau en accord avec mon collĂšgue direct ce jour-lĂ .

Ce collĂšgue qui a trouvĂ© « drĂŽle Â» ma lecture, je peux le comprendre. Nous travaillons Ă  des postes diffĂ©rents lui et moi. Et, la derniĂšre fois- et premiĂšre fois Ă  ce jour- que nous avions eu une conversation personnelle, c’était quelques jours plus tĂŽt, lors de l’anniversaire d’un autre de nos collĂšgues. Il m’avait racontĂ© un peu sa vie professionnelle d’avant, dans la pub, lorsqu’il existait encore de la vraie pub m’avait-il expliquĂ© et qu’il s’épanouissait dans sa partie crĂ©ative. Jusqu’à ce qu’il dĂ©cide de se mettre Ă  son compte et que la pandĂ©mie du Covid n’arrive, le contraignant Ă  se reconvertir dans ce nouveau mĂ©tier qui nous a fait nous rencontrer.

 

A partir de lĂ , il est facile de comprendre que, pour lui, tomber sur ce genre d’ouvrage est dĂ©concertant. Il existe un monde entre une fĂȘte anniversaire durant laquelle on a pu entendre des tubes du Top 50 des annĂ©es 80 telles que Banana split et subitement ce titre :

Brigade d’intervention.

Pourtant, ce livre, pour moi, Ă©tait dans la continuitĂ© de celui que j’avais terminĂ© quelques jours auparavant, Plus rien ne pourra me blesser de David Goggins, ancien Navy seal et athlĂšte rompu aux Ă©preuves d’endurance extrĂȘmes. Sans compter que je n’ai pas abordĂ© avec mon collĂšgue ou d’autres personnes mon intĂ©rĂȘt pour l’évĂ©nement Survival Expo auquel  je m’étais rendu en juin dernier au parc floral de Vincennes sans avoir encore pris le temps d’en parler dans mon blog. J’ai par ailleurs appris rĂ©cemment l’annulation de l’édition de Survival Expo prĂ©vue Ă  Lyon cette annĂ©e pour cause de Jeux Olympiques en France :

L’organisation des Jeux Olympiques en France a tellement fait monter les prix de diverses prestations que cela n’était pas soutenable Ă©conomiquement pour la survival expo.

« Verser Â» plus ou moins dans le survivalisme comme dans la lecture d’ouvrages relatifs Ă  l’armĂ©e, Ă  la brigade d’intervention, Ă  la police, Ă  toutes sortes de corps d’Etats d’interventions, Ă  la criminologie, aux sports de combat et aux Arts martiaux pourrait suffire Ă  me portraiturer comme un dangereux extrĂ©miste ou un illuminĂ©. Pourtant, il est d’autres aspects de l’existence dont je me prĂ©occupe et dont j’aime(rais) aussi rendre compte. Sauf que mon temps est limitĂ©. La preuve :

Nous sommes Ă  la fin de ce mois de fĂ©vrier et je n’ai ou n’avais encore rien publiĂ© ce mois-ci dans mon blog. MalgrĂ© divers sujets en tĂȘte dont, par exemple, ma visite de la Tour Eiffel en ce dĂ©but d’annĂ©e. Ou les films L’Empire de Bruno Dumont et Dune 2Ăšme partie de Denis Villeneuve, sorti aujourd’hui, et que je suis allĂ© voir ce matin dĂšs la premiĂšre sĂ©ance de 9 heures.

J’aurais aussi voulu parler un peu plus de mon sĂ©jour de quelques jours en Guadeloupe Ă  la fin de l’annĂ©e derniĂšre mais aussi de mes prĂ©paratifs pour mon sĂ©jour au Japon cet Ă©tĂ© en profitant de la proposition de LĂ©o Tamaki, expert en AĂŻkido, de nous faire dĂ©couvrir le Japon tant au travers de certains des Maitres d’Arts martiaux qu’il va nous permettre de rencontrer comme de certains endroits du Japon. Mais je dois me contenter de faire allusion Ă  ces projets afin de faire mon possible pour rĂ©ussir au mieux cet article qui, je crois, justifie une certaine attention.

Ce soir, pour mieux faire comprendre mon intĂ©rĂȘt pour des livres comme celui de David Goggins, je crois utile de prĂ©ciser ou de rappeler que dĂšs lors qu’une personne, femme ou homme, est attachĂ©e Ă  une pratique sportive assidue, que ce soit du fait de son mode de vie, de son Ă©ducation, de ses valeurs ou par recherche de la compĂ©tition, qu’elle trouvera dans ce genre d’ouvrages des indications, un Ă©tat d’esprit ou des exemples qui lui parleront.

On l’oublie souvent mais l’une des particularitĂ©s de la pratique sportive, c’est de nous permettre de dĂ©velopper des capacitĂ©s d’adaptation Ă  notre environnement. Ne serait-ce que d’un point de vue topographique.

Parce-que nous sommes devenus majoritairement des citadins et que nous bénéficions plutÎt facilement de moyens de transports développés ou de véhicules nous permettant de nous déplacer, nous sommes devenus quelque peu amnésiques, fainéants ou ignorants concernant ce genre de faits. Des faits pas si lointains pourtant.

 

Il y a quelques jours, je suis retombĂ© sur des notes que j’avais prises en lisant un ouvrage consacrĂ© au sport. Il y Ă©tait rappelĂ© que dans la premiĂšre moitiĂ© du vingtiĂšme siĂšcle, en athlĂ©tisme, la Finlande, avec des champions comme Lasse Viren, dominait les courses de demi-fond et de fond mondial. Mais Ă  cette Ă©poque, la Finlande Ă©tait
 un pays pauvre et principalement
rural.

Aujourd’hui, lorsque l’on constate que les coureurs Kenyans sont souvent les premiers des marathons, on oublie assez rĂ©guliĂšrement de souligner que ce sont souvent des coureurs d’origine sociale modeste qui sont capables et prĂȘts Ă  s’entrainer- dur- plusieurs fois par jour pour ĂȘtre les meilleurs.

A mon niveau, j’ai su que mes deux grands pĂšres avaient beaucoup marchĂ© pour se dĂ©placer. Ma mĂšre m’a beaucoup fait marcher, petit. Et, elle marchait vite.

A la fin de l’annĂ©e derniĂšre, dans notre appartement, nous avons eu la mauvaise surprise de dĂ©couvrir des souris. C’était la premiĂšre fois que cela nous arrivait et cela nous a quelque peu dĂ©stabilisĂ© voire angoissĂ©. Des souris ! Ces petits animaux qui, si nous avions toujours vĂ©cu Ă  la campagne, auraient Ă©tĂ© pour nous des banalitĂ©s voire les terrains de jeux de nos pulsions sadiques primaires ou infantiles. Lorsque l’on commence Ă  se rappeler qu’il existe des « tonnes Â» de rats vivants dans nos Ă©goĂ»ts, on peut sourire de cette inquiĂ©tude qu’ont pu susciter quelques souris.

`Enfin, il y a quelques jours, j’ai eu Ă  connaĂźtre une courte panne d’électricitĂ© rapidement rĂ©solue au bout de quelques heures. LĂ , aussi, l’habitude, le fait d’ĂȘtre installĂ© dans un certain confort m’avait donnĂ© l’illusion que tout cela Ă©tait dĂ» et immuable Ă©tant donnĂ© que je paie mes factures.

Nous sommes nombreux à connaütre ou à avoir connu ce genre d’anecdotes.

Cependant, nous vivons en grande majoritĂ© dans nos repaires intĂ©rieurs en nous reposant rĂ©guliĂšrement et constamment sur un socle d’illusions et d’habitudes nous concernant mais aussi Ă  propos de notre environnement ou de notre entourage. Nous pensons que dans telle situation, nous ferions ceci, nous ferions cela. Nous pensons que ce que nous vivons est acquis alors que cela l’est beaucoup moins ou peut l’ĂȘtre beaucoup moins que prĂ©vu. Et lorsque arrive la confrontation avec le rĂ©el, certaines nouvelles ou certaines situations imprĂ©vues qui durent plus ou moins, qui sont plus ou moins difficiles ou inconfortables, subitement, nous sommes moins beaux Ă  voir et Ă  entendre. Nous  peinons Ă  adopter la bonne action ou la bonne dĂ©cision.

Chacune et chacun s’arrange ensuite comme elle/il le peut avec ce genre de moment dĂ©sagrĂ©able oĂč il a Ă  se voir moins valeureuse et moins valeureux ou simplement moins bien inspirĂ© (e) qu’elle ou qu’il le croyait.

Je n’ai pas oubliĂ©, quelques mois aprĂšs les attentats terroristes que nous avions connus Ă  partir de 2015, comment, dans une rame de mĂ©tro remplie, personne n’avait rĂ©agi en plein Paris lorsqu’une jeune femme s’était faite aborder de maniĂšre plus insistante et dĂ©placĂ©e que vĂ©ritablement dangereuse par un grand gaillard, assez bien constituĂ©, mais aussi alcoolisĂ© (l’homme avait une canette ou une bouteille de biĂšre Ă  la main).

Personne n’avait rĂ©agi Ă  part un homme et moi. Cet homme qui avait rĂ©agi avec moi Ă©tait plutĂŽt du genre quelconque d’un point de vue physique et, Ă  ce que j’ai vu, trĂšs peu portĂ© sur la bagarre. Et, moi, je ne suis pas un soldat. Je fais de mon mieux et j’essaie de faire de mon mieux.

David Goggins, lui, c’est un guerrier. Du genre frontal, militaire. Tout n’est pas beau chez lui. J’ai tendance à croire que l’on aurait pu aussi bien donner comme titre à son livre Plus rien ne pourra m’angoisser. Je le perçois aussi egocentrique, psychorigide, assez masochiste, vraisemblablement nationaliste.

Je pense qu’en tant que pĂšre, il a complĂštement ratĂ© ou nĂ©gligĂ© ce qu’il a pu rĂ©ussir ailleurs. Et qu’en tant que fils, il a finalement Ă©tĂ© au-delĂ  de ce que son pĂšre, dont il s’est Ă©loignĂ©, a pu souhaiter ( «  Je ne veux pas que vous deveniez des fiottes ! Â»). Je trouve aussi qu’il y a une absurditĂ© et une tristesse dans le fait qu’il puisse ĂȘtre aussi populaire de par ses exploits sportifs et ses interventions mĂ©diatisĂ©es et sa vie solitaire.

 Mais je crois aussi que quelqu’un comme moi peut apprendre quelque chose de ce genre de personne. En filtrant bien-sĂ»r. En prenant ce que je peux.

Et, c’est ce qui m’a amenĂ© Ă  lire ce livre sur lequel je suis tombĂ© « par hasard Â», alors que j’étais entrĂ© avec ma fille dans une librairie du 7 Ăšme arrondissement que je ne connaissais pas, afin, au dĂ©part, de lui acheter des livres pour l’école. Jusqu’à ce que je voie le livre de Goggins, lĂ , Ă  l’entrĂ©e, plutĂŽt bien en Ă©vidence parmi d’autres ouvrages.

La librairie oĂč j’ai achetĂ© le livre de Goggins n’a rien de militaire. Si la station de mĂ©tro Ecole Militaire se trouve Ă  une bonne dizaine de minutes Ă  pied, les personnes que j’ai croisĂ©es ce jour-lĂ  que ce soit dans la librairie ou dans les rues m’ont plutĂŽt fait l’effet de bobos ou de bourgeois parisiens d’un Ăąge certain ou adulte. Et, rien de particulier chez eux m’a fait penser qu’ils pouvaient avoir la rage ou l’envie de s’engager dans la lĂ©gion Ă©trangĂšre. Ça, ce seraient plutĂŽt les muses de Goggins, ancien enfant maltraitĂ© par son pĂšre, ancien obĂšse, ancien Ă©lĂšve en Ă©chec scolaire et noir victime du racisme aux Etats-Unis. Mais aussi ancien pauvre ou presque pauvre mais aussi ancien employĂ© affectĂ© Ă  la tĂąche qui consistait Ă  tuer -la nuit- des cafards dans les lieux de restauration.

J’ai aimĂ© que dans son livre, Goggins, relate aussi certains de ses Ă©checs. S’il Ă©lude la raison de son Ă©chec conjugal avec sa compagne Kate ( qu’il ne cite mĂȘme pas Ă  la fin du livre dans ses remerciements ! ) qui l’a pourtant soutenu et souligne l’importance de la prĂ©sence et du soutien de sa mĂšre, et de quelques autres ( pas nombreux), il raconte aussi comment certains de ses excĂšs lui ont nui. En particulier Ă  propos de sa carriĂšre militaire. Mais aussi Ă  propos de sa santĂ©.

Pour le reste, ce sont ses propos qui sont les plus Ă©loquents et qu’il faut prendre, bien-sĂ»r, comme on le peut, c’est-Ă -dire, en tenant compte de nos propres limites. Goggins n’a pas de vie de famille Ă  proprement parler lorsqu’il s’exprime et il partait de tellement loin qu’il n’avait en quelque sorte plus rien Ă  perdre. Et, rappelons-nous, aussi, que Goggins est AmĂ©ricain et que cela peut expliquer, aussi, en partie, ce cĂŽtĂ© « Tout ou rien Â» puisqu’aux Etats-Unis, il n’y a pas l’équivalent de la sĂ©curitĂ© sociale que nous avons encore en France.

Voici quelques extraits du livre de David Goggins, Plus rien ne pourra me blesser :

« Vous courez le risque de mener une vie si confortable et si ramollie que vous allez mourir sans avoir jamais atteint votre plein potentiel Â».

« Ne vous arrĂȘtez pas quand vous serez fatiguĂ©. ArrĂȘtez-vous quand vous aurez fini Â».

 Â« Tout le monde connaĂźt son lot d’échecs et la vie n’est vraiment pas censĂ©e ĂȘtre juste, encore moins se plier Ă  chacune de vos lubies.

La chance est une chose capricieuse. Elle n’ira pas toujours dans votre sens, alors ne vous laissez pas piĂ©ger par l’idĂ©e selon laquelle vous mĂ©riteriez d’avoir de la chance au simple motif que vous avez imaginĂ© la faisabilitĂ© de quelque chose. La propension Ă  croire que quelque chose vous est dĂ» est un handicap. DĂ©barrassez-vous en. Ne vous focalisez pas sur ce que vous pensez mĂ©riter. Attaquez-vous Ă  ce que vous avez la volontĂ© de conquĂ©rir ! Â».

« (
.)je me pris aussi en pleine gueule pas mal de remarques nĂ©gatives(
.). Cependant, tout cela n’avait rien de bien nouveau. A-t’on jamais rĂȘvĂ© de quelque chose pour soi sans que des amis, des collĂšgues ou la famille ne viennent tout remettre en question ? Nous sommes en gĂ©nĂ©ral motivĂ©s Ă  l’extrĂȘme pour faire l’impossible afin de rĂ©aliser nos rĂȘves, jusqu’à ce que notre entourage nous mette en garde contre les dangers, les inconvĂ©nients ou nos limites en nous rappelant tous ceux qui, avant nous, ont Ă©chouĂ© dans leur quĂȘte. Ces conseils viennent parfois de personnes bien intentionnĂ©es. Elles pensent sincĂšrement agir pour votre bien, mais si vous les laissez faire, ces mĂȘmes personnes finiront par vous faire renoncer Ă  vos rĂȘves- aidĂ©es en cela par votre rĂ©gulateur Â».

 

« (

) PrĂ©parez-vous !

Nous savons que la vie peut ĂȘtre dure, et pourtant nous nous apitoyons sur notre sort quand elle s’avĂšre injuste. A partir de maintenant, acceptez les rĂšgles qui suivent comme Ă©tant les lois de la nature selon Goggins :

On se moquera de vous.

Vous serez inquiet.

Vous ne serez sans doute pas le meilleur tout le temps.

Vous pourrez ĂȘtre le seul, ou la seule, Ă  ĂȘtre noir, blanc, asiatique, latino, femme, homme, gay, lesbienne ou  (indiquez ici votre identitĂ©) dans une situation donnĂ©e.

Il y aura des moments oĂč vous vous sentirez trĂšs seul.

Passez outre ! Â».

« Notre esprit est sacrĂ©ment puissant. C’est mĂȘme notre arme la plus puissante, mais nous avons cessĂ© de l’utiliser. Nous avons accĂšs Ă  plus de ressources aujourd’hui que nous n’en n’avons jamais eues, et pourtant nous nous rĂ©vĂ©lons moins capables que tous ceux qui nous ont prĂ©cĂ©dĂ©s. Si vous voulez ĂȘtre l’un des rares Ă  contrarier cette tendance au sein de notre sociĂ©tĂ© ramollie, il faudra que vous partiez en guerre contre vous-mĂȘme et que vous vous façonniez une nouvelle identitĂ©, ce qui nĂ©cessite une ouverture d’esprit. C’est bizarre, mais ĂȘtre ouvert d’esprit est souvent associĂ© avec le fait d’ĂȘtre « New Age Â» ou mou. Qu’ils aillent se faire foutre. Etre suffisamment ouvert d’esprit pour trouver la bonne solution n’a rien de nouveau. C’est ce que faisaient les hommes prĂ©historiques. Et c’est exactement ce que je fis (
) Â».

 

Un article de Franck Unimon/ Balistiqueduquotidien, ce mercredi 28 février 202

Catégories
Cinéma Moon France

Ici s’achĂšve le monde connu un court mĂ©trage de Anne-sophie Nanki

Ici s’achĂšve le monde connu un court mĂ©trage de Anne-Sophie Nanki

Il y a quelques jours, j’ai fait le nĂ©cessaire pour regarder Ici s’achĂšve le monde connu de Anne-Sophie Nanki. Un court mĂ©trage d’une vingtaine de minutes. Les fictions rĂ©alisĂ©es et produites par des artistes de l’Outre-Mer, d’OcĂ©anie et d’Afrique que l’on peut voir assez facilement restent rares. Et ces productions sont trĂšs nettement dĂ©savantagĂ©es en termes de diffusion. Il est beaucoup plus facile et plus simple de trouver des salles de cinĂ©ma pour y voir quantitĂ©s de productions occidentales- pour simplifier– bien plus largement distribuĂ©es et aussi mieux annoncĂ©es.

Je suis amateur de cinĂ©ma mais j’ai beaucoup moins de disponibilitĂ© qu’auparavant pour aller chercher des films qui passent dans deux ou trois salles de cinĂ©ma, pour une durĂ©e trĂšs limitĂ©e,  et seulement Ă  certains horaires. J’opte donc rĂ©guliĂšrement pour la facilitĂ© qui consiste Ă  aller voir dans une salle ce qui est dĂ©jĂ  facilement visible ou plus ou moins visible devant moi. Dans des salles de cinĂ©ma que je connais et oĂč j’ai mes habitudes :

Je cherche moins qu’avant dans les « coins », dans les productions plus ou moins discrĂštes ou les festivals dont on parle beaucoup moins.

Mais pour Ici s’achĂšve le monde connu, je me suis obligĂ© Ă  aller contre certaines de mes habitudes de facilitĂ©s. Le titre et l’affiche du film, ainsi que quelques avis favorables aperçus, m’ont donnĂ© le coup de pouce pour franchir la ligne du regard.  J’ai regardĂ© Ici s’achĂšve le monde connu deux fois de suite. En ligne.  Je le regarderai peut-ĂȘtre encore Ă  nouveau tant qu’il sera disponible en ligne gratuitement. On pourrait penser que mettre un film en ligne le rend plus accessible. Mais c’est sous-estimer Ă  quel point nous pouvons ĂȘtre dispersĂ©s ou captĂ©s par diverses sollicitations visuelles. Comme le fait que nous pouvons aussi prĂ©fĂ©rer une certaine passivitĂ© Ă  l’image de ces personnes affalĂ©es dans un transat, canapĂ© ou  lit bercĂ©es par l’action de prendre aucune dĂ©cision. 

L’histoire de Ici s’achĂšve le monde connu se dĂ©roule en 1645. Nous sommes en 2024. En 2024, en France, de quoi nous parle-t’on le plus en ce moment ? :

Des agriculteurs français qui, Ă  nouveau, bloquent certaines routes et qui pourraient arriver jusqu’à Paris ?  Suspense Ă©crasĂ©. De la guerre en Ukraine qui s’enlise. De la possible rĂ©Ă©lection/rĂ©-Ă©rection assez « crainte » de Donald Trump aux Etats-Unis ?

De l’armĂ©e israĂ©lienne et des milliers de Palestiniens tuĂ©s en reprĂ©sailles Ă  l’attaque du Hamas le 7 octobre 2023. Des migrants qui se noient en plein mer ou qui se font refouler ou expulser. Des Jeux Olympiques en France de 2024, c’est cette annĂ©e, dans six mois. De la nomination rĂ©cente de Gabriel Attal comme Premier Ministre Ă  la suite d’Elizabeth Borne et des dĂ©fis qui l’attendent en tant que nouveau chef du gouvernement, plus jeune Premier Ministre de France et premier homosexuel Ă  ce poste, qui devrait faire ceci, qui devrait faire cela pour plaire Ă  tout le monde sans trop gĂȘner le jeune PrĂ©sident Emmanuel Macron qui l’a choisi.  De Rachida Dati, figure -et alibi- politique psychopathe, revenue dans le dĂ©filĂ© de mode mĂ©diatique  nommĂ©e pour casser des bras et embarrasser l’adversitĂ© plus que pour la Culture pour laquelle elle  a Ă©tĂ© officiellement nommĂ©e Ministre. Du prix de l’électricitĂ© et de l’essence qui gonfle. De la crise immobiliĂšre.

En ce moment, en France, en 2024, c’est l’hiver. Il arrive qu’il fasse froid. Qu’il y ait de la neige. Certains partent faire du ski ou envisagent de le faire. D’autres ne le peuvent pas.

Il fait assez gris par moments. MĂȘme si les jours se rallongent, mĂȘme s’il y a des trĂšs bonnes sĂ©ries tĂ©lĂ©visĂ©es Ă  regarder et que nous sommes de plus en plus en symbiose avec nos tĂ©lĂ©phones portables et nos Ă©crans garants de notre photosynthĂšse personnelle, mĂȘme s’il y a encore les soldes, nous sommes dans une pĂ©riode de l’annĂ©e, voire de notre vie, passablement dĂ©primante ou tĂątonnante. Une nouvelle fois.

MĂȘme si l’on sourit et que l’on affirme que l’on a plein de projets, autour de nous et prĂšs de nous, il y a toujours beaucoup de personnes isolĂ©es et plus captives de leur destinĂ©e qu’elles n’en sont les grandes dĂ©cisionnaires. Et, l’on peut se dire ou murmurer quelques fois :

« C’était mieux avant
 Â».

La rĂ©alisatrice Anne-Sophie Nanki a dit dans une interview qu’elle aurait aimĂ© qu’on lui raconte des histoires comme celle de son film Ici s’achĂšve le monde connu. Son court mĂ©trage est bien vu par la critique et bĂ©nĂ©ficie de bons Ă©chos. L’acteur et rĂ©alisateur Jean-Pascal Zadi, qui a commencĂ© Ă  ĂȘtre plus connu depuis son  film Tout simplement noir ( Tout simplement Noir), dit beaucoup de bien de son film.

Ici s’achĂšve le monde connu a reçu plusieurs prix et a Ă©tĂ© prĂ©sĂ©lectionnĂ© dans la catĂ©gorie Meilleur court mĂ©trage pour les CĂ©sars 2024.  J’en profite pour saluer Claire Diao, qui, je le sais, Ɠuvre depuis des annĂ©es maintenant, avec les personnes qui travaillent avec elle, Ă  faire en sorte que le cinĂ©ma d’Outremer, d’OcĂ©anie et d’Afrique soit autre chose qu’un cinĂ©ma d’Outre-tombe.

Dans Ici s’achùve le monde connu, nous sommes en 1645. Il fait beau. Nous sommes dans les Antilles françaises, en Guadeloupe.

En Guadeloupe, Ă  Ste Rose, mais fin dĂ©cembre 2023. Je n’avais pas de photo de 1645 Ă  ma disposition. Photo©Franck.Unimon

Pas de Poutine. Pas de Chine. Pas de Donald Trump. Pas de Hamas. Pas d’armĂ©e israĂ©lienne. Pas de risque de guerre mondiale, de catastrophe nuclĂ©aire, de dĂ©clin Ă©cologique. Ibatali, une jeune femme enceinte jusqu’à l’os, une indigĂšne Kalinago, marche pĂ©niblement dans la forĂȘt. Elle s’enfuit.

Elle souffre, oui, mais elle est libre. Elle a Ă©tĂ© vendue Ă  14 ans comme esclave par son pĂšre Ă  des colons blancs. Elle part retrouver sa famille. Courageusement. Sans Mondial Assistance et sans transports en commun. Sans tĂ©lĂ©phone satellite.  

Ibatali doit avoir à peine la vingtaine et a conclu que la vie, pour elle, parmi les blancs, ce n’est pas pour elle. Pour elle, aussi, finalement :

C’Ă©tait mieux, avant…”. Avant la colonisation. Avant d’ĂȘtre vendue. 

Ibatali essaie de franchir une riviĂšre. Dans Le seigneur des anneaux, c’est en franchissant une riviĂšre magique, qu’Aragorn, presque dĂ©funt, rĂ©cupĂ©rĂ© Ă  cheval par celle qu’il va aimer, Ă©chappe aux crĂ©atures de mort qui les poursuivaient sur leurs Ă©talons. Ibatali, elle, glisse sur une roche et se rĂ©tame. Elle arrive sur le dos. Lorsqu’elle parvient Ă  se redresser, difficilement, elle aperçoit un homme noir Ă  moitiĂ© nu qui s’avance lentement dans l’eau vers elle un peu comme un serpent qui la regarde. Rien de comparable avec le portrait de l’ange Gabriel blond aux yeux bleus ou du coup de foudre que l’on peut avoir pour le prince charmant aperçu sur un site de rencontres. Ibatali prend une raclĂ©e mentale.  Autant dire qu’elle a peur. L’homme noir, c’est un film d’horreur aussi vivant qu’il respire. C’est le pire de l’HumanitĂ©.  Pire que l’esclavagiste et ses chiens. L’homme blanc, mĂȘme s’il peut ĂȘtre trĂšs violent, comme un alcoolique lorsqu’il a trop bu, appartient au moins Ă  une espĂšce supĂ©rieure et conquĂ©rante. Alors que l’homme noir…d’ailleurs, l’homme noir n’est mĂȘme pas un ĂȘtre humain. Pourquoi ai-je utilisĂ© le terme de « homme Â» ?

Parce-que j’étais en train de rĂȘver. Ou par conflit d’intĂ©rĂȘt.

Parce-que je suis un complice : Un « homme » noir.  Et parce-que depuis Ibatali et Olaudah (la « chose » noire nous donne son prĂ©nom et sa signification plus tard), beaucoup de femmes et d’hommes noirs ont accĂ©dĂ© Ă  certains enseignements tels que celui qui consiste Ă  se servir d’un clavier d’ordinateur afin de domestiquer et Ă©crire leurs pensĂ©es pour les faire paraĂźtre sur internet ( sur un blog !) dans une langue que le monde occidental blanc peut aussi comprendre et plus ou moins accepter (oui, oui, oui !).  Puisqu’il s’agit de la langue du monde occidental blanc (oui, oui, oui !).

D’esclaves et de migrants forcĂ©s, nous sommes devenus des citoyens intĂ©grĂ©s et plus ou moins acceptĂ©s selon les circonstances. Gabriel Attal, nouveau Premier Ministre en 2024, est peut-ĂȘtre jeune et homosexuel mais il est blanc et a fait les (trĂšs) bonnes Ă©coles qui mĂšnent au Pouvoir. Rachida Dati, notre nouvelle Ministre de la Culture, maire prĂ©cĂ©demment du trĂšs «pauvre » 7Ăšme arrondissement de Paris,  a beau avoir des origines sociales modestes et ĂȘtre Arabe mais c’est pareil. Elle, aussi, a fait les trĂšs bonnes Ă©coles. Et, comme Attal vraisemblablement,  elle se distingue par une aptitude stratĂ©gique hors norme et remarquable en termes de plan de carriĂšre qui ne s’apprend pas dans les Ă©coles. En comparaison, toutes mes annĂ©es de travail et mes Ă©tudes ont la valeur et la force d’un simple aĂ©rosol et, pour eux deux, je suis Ă  peu prĂšs l’équivalent d’une Ibatali ou d’un Olaudah. Bien-sur, si on les interrogeait, les deux affirmeraient le contraire mais ils peuvent mentir.

Ai-je aimĂ© Ici s’achĂšve le monde connu ? J’ai aimĂ© la rencontre entre un esclave d’origine africaine qui s’est enfui (ce que l’on appelle un NĂšgre marron)  et une reprĂ©sentante du peuple «premier », d’avant la colonisation. C’est peut-ĂȘtre ça qu’a voulu dire Anne-Sophie Nanki lorsqu’elle a dĂ©clarĂ© qu’elle aurait voulu qu’on lui raconte des histoires de ce genre :

Que s’est-il passĂ©, au moment de la colonisation,  quand un esclave africain ou une esclave africaine a rencontrĂ© une membre ou un membre du peuple premier ?

Car le peu que nous « savons Â», c’est que les Arawaks, les CaraĂŻbes, les Kalinagos ou d’autres auraient trĂšs vite dĂ©clinĂ© aprĂšs l’arrivĂ©e ( l’intrusion ?) des colons europĂ©ens. Qu’ils auraient succombĂ© aux maladies importĂ©es par les colons et leur « puretĂ© Â» ;  qu’ils n’auraient pas survĂ©cu Ă  l’esclavage ou qu’ils auraient Ă©tĂ© rapidement laminĂ©s par les armes. Ils auraient disparu ou se seraient Ă©vaporĂ©s rapidement comme dans un rĂȘve.

Mais c’est flou.

Des femmes et des hommes indigĂšnes ont continuĂ© d’exister pendant la colonisation des Antilles. Mais on a peu de rĂ©cits de cette pĂ©riode. Comme le dit le jeune enfant Ă  propos de sa mĂšre disparue qu’il n’a jamais connue dans le film Le Cheval venu de la mer rĂ©alisĂ© par Mike Newell en 1992 :

« Je n’ai pas image ».

Enfants des Antilles que nous sommes, nous n’avons pas d’images de cette Ă©poque de la colonisation oĂč, pourtant, pour nous, notre vie a dĂ©butĂ© par nos ancĂȘtres. Comme si nous Ă©tions nĂ©s et que nos parents n’avaient jamais pris et laissĂ© de photos d’eux et de nous, plus jeunes. Et que l’on Ă©tait dĂ©ja passĂ© directement Ă  l’ñge adulte lorsque l’on pu se regarder, pour la premiĂšre fois, dans un miroir.

Beaucoup de nos images et de nos histoires ayant Ă©tĂ© privĂ©es de tirages, on peut parler pour beaucoup de nos ancĂȘtres d’une existence entiĂšre soumise au tirage au sort :

 Â« C’est toi et ta chance
 Â».

 L’Histoire des Antilles a  d’abord Ă©tĂ© (d)Ă©crite par des descendants de blancs qui avaient d’autres prioritĂ©s et d’autres aspirations que les esclaves et les IndigĂšnes prĂ©sents en 1645 puis les annĂ©es suivantes :

 S’il Ă©tait demandĂ© Ă  Emmanuel Macron, Gabriel Attal, Rachida Dati, Poutine, Trump, et d’autres de raconter les Ă©vĂ©nements importants qui les auront marquĂ©s Ă  la fin de cette annĂ©e 2024, il est  certain qu’ils Ă©voqueront des sujets trĂšs diffĂ©rents de ceux auxquels je peux tenir dans ma vie personnelle de simple citoyen. Donc, si eux et moi avions Ă  Ă©crire de notre point de vue l’annĂ©e 2024 actuellement en cours, il est prĂ©visible que les contenus de nos ouvrages seraient trĂšs Ă©loignĂ©s les uns des autres. Mais ils pourraient, aussi, par endroits, se complĂ©ter de maniĂšre Ă©tonnante Ă  condition que ces personnes soient capables de sincĂ©ritĂ© et d’introspection. Ce qui reste Ă  vĂ©rifier. Car la capacitĂ© de sincĂ©ritĂ© et la capacitĂ© d’introspection sont sans doute incompatibles, sur le long terme, avec certaines fonctions de dirigeants mais aussi avec certaines carriĂšres.

Je crois que Anne-Sophie Nanki, elle, a rĂ©alisĂ© une Ɠuvre sincĂšre en se livrant Ă  une certaine introspection. Je prĂ©fĂšre d’ailleurs comprendre son intention Ă  travers ce film  de cette façon plutĂŽt que de le voir comme une Ă©niĂšme crĂ©ation antillaise oĂč on doit nous parler Ă  nouveau de l’esclavage et de ses consĂ©quences- rĂ©elles- sur notre descendance :

Etant donnĂ© que l’on ne nous dit rien Ă  propos de ce qui a pu se passer, humainement, lors de cette rencontre un peu du troisiĂšme type entre une personne africaine et une personne indigĂšne, mais aussi, avec un colon blanc europĂ©en, essayons d’imaginer comment c’était, comme cela a pu ĂȘtre.

Les rĂ©alisatrices et les rĂ©alisateurs de cinĂ©ma (ainsi que les auteurs et les artistes d’une maniĂšre gĂ©nĂ©rale mais aussi des enquĂȘteurs et des journalistes) passent leur temps  Ă  faire ça. A partir d’un fait rĂ©el, essayer de raconter ce qui a bien pu se passer dans l’intimitĂ© – et la tĂȘte- des gens.

Le dernier film de Todd Haynes, sorti rĂ©cemment, dont les critiques sont plutĂŽt bonnes, en est un exemple parmi beaucoup d’autres. Pour son May December, avec les actrices Natalie Portman et Julianne Moore, des actrices blanches et amĂ©ricaines (Natalie Portman est israĂ©lo-amĂ©ricaine) plus que reconnues, Todd Haynes, rĂ©alisateur Ă©galement reconnu (blanc et amĂ©ricain Ă©galement)  est parti d’une histoire rĂ©elle pour raconter « son Â» histoire et faire son film . Avec le concours et la subjectivitĂ© des actrices et des acteurs engagĂ©s dans le projet.

On peut penser ce que l’on veut de ce qui est montrĂ© ou affirmĂ© dans le film de Todd Haynes d’autant que celui-ci s’est inspirĂ© librement de la vie de deux personnes ( et de leurs proches) rĂ©elles qui avaient par ailleurs racontĂ© et fait publier leur histoire par Ă©crit. Mais en voyant ce film (je l’ai vu quelques heures aprĂšs avoir regardĂ© Ici s’achĂšve le monde connu) on peut se dire qu’il y a du « vraisemblable Â» dans May December. MĂȘme si je reproche Ă  Todd Haynes d’avoir fait un film finalement assez convenu oĂč la femme ( jouĂ©e par Julianne Moore), civilement plus mature et coupable d’un point de vue lĂ©gal et moral que son amant qui avait 12 ou 13 ans au dĂ©but de leur relation avant de devenir son mari, est quand mĂȘme pointĂ©e du doigt Ă  la fin du film comme il se doit.

J’ai prĂ©fĂ©rĂ© les autres films de Todd Haynes, perçu comme un rĂ©alisateur assez anticonformiste, et, pour moi, Natalie Portman, malgrĂ© toute son application, et son statut de comĂ©dienne encensĂ©e et oscarisĂ©e, reste une actrice plate, froide, trĂšs propre sur elle, et ennuyante. Soit tout le contraire d’une Julianne Moore, d’une Virginie Efira ou d’une Laure Calamy.

Les deux acteurs de Ici s’achĂšve le monde connu le jouent bien.  

Sauf un peu au dĂ©but oĂč il y a quelques accrocs dans le regard de Ibatali ( la comĂ©dienne Lorianne Alami Jawari). Ma prĂ©fĂ©rence va Ă  Olaudah ( le comĂ©dien Christian Tafanier) :

Le « sauvage ».

J’écris « Le sauvage » car c’est comme ça que Ibatali le voit. Et c’est comme ça que le colon blanc- ou autre- le voyait ou le voit encore.

 Anne-Sophie Nanki a voulu croire possible une telle rencontre plutĂŽt « moderne Â» oĂč un esclave en fuite se prĂ©occupe d’une femme enceinte, donc porteuse d’avenir. Dans Les fils de l’homme trĂšs bon film mal connu de Alfonso Cuaron (2006), la grossesse d’une jeune femme noire migrante reprĂ©sente l’espoir dans un monde moderne oĂč l’humanitĂ© est devenue stĂ©rile. Et le hĂ©ros, jouĂ© par l’acteur Clive Owen la protĂšge.

On pourrait voir le personnage de Olaudah comme une version avant-gardiste de Clive Owen. Sauf que l’on est dans un autre monde que celui de Les fils de l’homme.

Olaudah est clandestin, isolĂ© et menacĂ©. Les colons veulent sa peau. Et il n’y a pas de Garde des Sceaux favorable aux esclaves Ă  cette Ă©poque.

Dans le Django Unchained ( 2012) de Tarantino, Django, interprĂ©tĂ© par Jamie Foxx, est un esclave noir Ă  cheval libĂ©rĂ© et habile de la gĂąchette qui dĂ©sarçonne et dĂ©range le NĂšgre (extraordinairement bien jouĂ© par Samuel Jackson) fondu dans le modĂšle du Maitre  blanc ( trĂšs bien jouĂ© aussi par LĂ©onardo dicaprio ). Le film a un cĂŽtĂ© spectaculaire et excessif afin de conjurer l’accablement de cette Ă©poque ainsi que la honte et la culpabilitĂ© qu’ont  pu engendrer chez certains le rĂ©gime esclavagiste et la traite nĂ©griĂšre. C’est un film de “dĂ©tente” oĂč Django est intrĂ©pide mais aussi alliĂ© Ă  un blanc abolitionniste et aventurier qui sait se servir d’une arme. Soit des anomalies assez peu crĂ©dibles dans l’Ă©poque oĂč se dĂ©roule l’action mĂȘme si la guerre de SĂ©cession ( 1861-1865) couve et avec son issue la fin de l’esclavage.

Dans Ici s’achĂšve le monde connu, l’atmosphĂšre est plus rĂ©aliste et, aussi, plus tentaculaire. Nous sommes dans les dĂ©buts de la colonisation deux cents ans plus tĂŽt dans les Antilles françaises. L’ Etat français fait partie des Etats nĂ©griers et esclavagistes de l’Ă©poque. Une Ă©poque qui va durer deux bons siĂšcles. Soit bien plus longtemps que la durĂ©e de vie moyenne d’un ĂȘtre humain ordinaire. Il n’y a pas de super hĂ©ros. Il n’y a pas d’intervention d’une Force autre que celle dont disposent les protagonistes et qui s’accompagne de leurs Ă©motions, de leur audace et de leurs tĂątonnements.

Nous sommes enracinĂ©s voire enchevĂȘtrĂ©s dans le film. Nous marchons avec eux. Et le fait de laisser enfouis  Â« hors champ » les blancs colons fait partie des aimants du film. Non pour les ignorer et les exclure car ils font partie de l’Histoire de toute façon. Mais parce-que cela permet de plus se concentrer sur l’Histoire des « autres », ces astres que l’on ignore ou que l’on a ignorĂ©s. Parce-que cela permet de donner plus de place Ă  ces personnes qui, autrefois ( ou aujourd’hui ) occupaient et occupent majoritairement l’espace et que, pourtant, on ne voit pas ou que l’on voit trĂšs peu que ce soit dans nos miroirs ou dans nos images.

J’espĂšre que Anne-Sophie Nanki rĂ©ussira Ă  mener Ă  bien son projet de donner une version long mĂ©trage de son Ici s’achĂšve le monde connu

Franck Unimon, ce lundi 29 janvier 2024.

 

 

 

 

 

 

 

Catégories
Moon France Voyage

La Pointe des Chùteaux, Guadeloupe, ce 25 décembre 2023.

La Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

La Pointe des Chùteaux, Guadeloupe, ce 24 décembre 2023.

ZOOM0028

 

Enfant, lorsque nous descendions vers la station du bus 304 en passant devant le thĂ©Ăątre des Amandiers, Ă  Nanterre, il me fallait multiplier les pas pour diviser l’allure de ma mĂšre.

Je trottinais Ă  cĂŽtĂ© d’elle sans toujours connaĂźtre la destination.

Un jour, alors que nous chevauchions le macadam depuis plusieurs minutes et que nous nous rapprochions du but, la station de bus, ma mĂšre, aprĂšs m’avoir interrogĂ©, malgrĂ© mes rĂ©ponses et plusieurs hĂ©sitations, avait dĂ©cidĂ© de rebrousser chemin.

Elle n’était pas sĂ»re d’avoir bien fermĂ© le gaz dans la cuisine de notre appartement en partant. Nous avions dĂ» remonter jusqu’au sixiĂšme Ă©tage de l’immeuble.

 

Bien-sĂ»r, elle l’avait fait.

 

Enfants, nos parents sont les archers, mais aussi les cochers ainsi que les sillons de nos horizons. La cible, pour nous, et les moyens de l’atteindre, peuvent ĂȘtre assez flous. Mais nous suivons.

Quelques années et des milliers de kilomÚtres plus tard, je me retrouve ce 25 décembre 2023 avec ma mÚre ( Tuer des noix de coco ) à la Pointe des Chùteaux, en Guadeloupe.

Ma prĂ©cĂ©dente venue en Guadeloupe remontait Ă  2014 avec ma compagne et notre fille alors Ă  peine ĂągĂ©e de un an. Pour ce sĂ©jour, il m’importait de venir seul en tant que fils aĂźnĂ©. Mon pĂšre avait eu des ennuis de santĂ© assez prononcĂ©s quelques semaines plus tĂŽt. Ma mĂšre m’avait exprimĂ© son souhait que je puisse venir avant la fin de l’annĂ©e 2023.

Pour l’annĂ©e 2024, j’ai entre-autres le projet de retourner au Japon  aprĂšs mon premier sĂ©jour lĂ -bas en 1999. Et, cette fois, ce sera en bĂ©nĂ©ficiant du sĂ©jour organisĂ© par LĂ©o Tamaki, expert en AĂŻkido ( Dojo 5 , Les 24 heures du SamouraĂŻ au dojo d’Herblay ce 20 et ce 21 Mai 2023, 2Ăšme Ă©dition ), qui nous a prĂ©parĂ© des rencontres avec des Maitres d’Arts martiaux ainsi que la visite de lieux culturels Ă  forte valeur ajoutĂ©e.

Il m’Ă©tait nĂ©cessaire, mĂȘme si je retournerai bien-sĂ»r en Guadeloupe, d’aller voir mes parents avant ce nouveau voyage au Japon ainsi qu’Ă  toute autre destination oĂč je me rendrai.

Lors de ce court sĂ©jour en Guadeloupe chez mes parents que j’avais dĂ» reporter (Le mystĂšre du Covid : Covid et embolie pulmonaire) , je me suis fixĂ© deux endroits oĂč retourner :

La Pointe des Chùteaux et la plage de Raisins clairs à St François.

A la Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

 

Pourquoi la Pointe des ChĂąteaux et la plage de Raisins clairs ? C’est arrivĂ© comme ça.

Je dois Ă  J
ancien collĂšgue croisĂ© Ă  l’hĂŽpital de Pontoise dans les annĂ©es 90, un peu plus jeune que moi de deux ou trois ans et qui a grandi en France comme moi, de m’avoir fait dĂ©couvrir une petite partie de cette Guadeloupe touristique que j’ai longtemps mĂ©connue.

Au point de me retrouver en France dans des situations honteuses :

Je n’oublierai pas ce moment oĂč une « connaissance Â» toute contente d’apprendre que j’étais originaire de la Guadeloupe avait commencĂ©, enthousiaste, Ă  Ă©grener devant moi la liste de ces endroits magnifiques qui l’avaient Ă©merveillĂ©e durant ses vacances en Guadeloupe.

Je l’avais regardĂ©e comme un idiot censĂ© s’exprimer Ă  propos d’un tableau extraordinaire que tout le monde admire et qu’il n’a jamais vu. Ou comme un croque-mort en train d’assister Ă  l’expression exagĂ©rĂ©e d’un bon moment.

Si, quelques annĂ©es plus tard, J
m’avait quelque peu dĂ©niaisĂ©, j’avais nĂ©anmoins Ă©tĂ© surpris par la suite, en apostrophant mon pĂšre, de l’entendre se dĂ©fendre en CrĂ©ole de la façon suivante :

« Mais ce sont des endroits oĂč, mĂȘme moi, je ne suis jamais allĂ© !».

Mon pĂšre qui patrouillait sur les routes de la Guadeloupe durant deux mois, nous trimballant de temps Ă  autre sur la plage, pour rencontrer (beaucoup) de personnes dont un certain nombre  faisait mine de s’intĂ©resser Ă  nous quelques secondes ou de m’apprendre « Je t’ai vu quand tu Ă©tais tout petit
 » avant de recommencer Ă  discuter avec mon pĂšre comme si je n’avais jamais existĂ©, n’était jamais allĂ© au Saut de la LĂ©zarde !

Cela se trouve Ă  Petit-Bourg, commune oĂč il Ă©tait nĂ©, oĂč il avait grandi, oĂč il revenait passer une grande partie de ses vacances chez ses propres parents et oĂč j’avais passĂ© mes tous premiers jours de vacances en Guadeloupe en 1975.

A Ste-Rose, Guadeloupe, décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

« La Guadeloupe, c’est ton pays ! » m’avait pourtant plusieurs fois rĂ©pĂ©tĂ© mon pĂšre avant que, enfant, nous n’allions Ă  nouveau prendre l’avion avec la compagnie Air France pour deux mois de vacances estivales lors des congĂ©s bonifiĂ©s.

Entre 1975 et 1986, avec mes parents, aucun de nos sĂ©jours en Guadeloupe ne nous a menĂ© jusqu’à la Pointe des ChĂąteaux. Il est ainsi un certain nombre d’endroits plĂ©biscitĂ©s par les touristes ou les personnes un peu curieuses en Guadeloupe dont j’ai pu, parfois, entendre le nom, sans jamais y mettre les pieds.

Par contre, La plage de Raisins clairs, Ă  St François, est un de mes premiers souvenirs de plage ou peut-ĂȘtre mon premier souvenir de plage en Guadeloupe en 1975. 

Lorsque l’on vient de l’üle de la Basse Terre, comme mes parents, il faut faire un peu de route pour se rendre Ă  St François, commune situĂ©e en Grande Terre. C’est sĂ»rement possible en car mais le plus pratique reste la voiture. Il n’existe pas de ligne de RER,  de mĂ©tro,  de train ou de TGV en Guadeloupe. 

Sur le trajet, en s’approchant de la Pointe des ChĂąteaux, ce 25 dĂ©cembre 2023. Photo©Franck.Unimon

 

 Avec J, sa copine et d’autres 
nous Ă©tions partis de la commune de Morne Ă  L’eau. Ce 25 dĂ©cembre 2023, ma mĂšre et moi sommes partis de la commune de Ste Rose. C’est plus long. Une bonne heure de route. C’est peut-ĂȘtre pour cette raison que mon pĂšre a prĂ©fĂ©rĂ© rester Ă  la maison. On peut en effet avoir l’impression de partir pour le bout du monde.

Mais, cette fois-ci, pas de course-poursuite Ă  cĂŽtĂ© de maman puisque je conduis la voiture de mon pĂšre. D’ailleurs, c’est moi qui ai attendu ma mĂšre dans la voiture tandis qu’elle finissait de se prĂ©parer. Ainsi, elle a sans doute pu prendre le temps de s’assurer que le gaz Ă©tait bien fermĂ©. 

Maman, à la Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, ce 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

Son sac Ă  main sous le bras, alors qu’elle regarde la Croix de la Pointe des ChĂąteaux, je n’ai aucune idĂ©e de ce Ă  quoi peut bien penser ma mĂšre. Et, si je sais que l’on peut apercevoir l’üle de la DĂ©sirade, j’ignore toujours la raison de cette Croix. J’ai mĂȘme appris la veille dans un guide touristique qui date de plusieurs annĂ©es- que m’a remis ma mĂšre- que la Pointe des ChĂąteaux serait le site touristique le plus visitĂ© de la Guadeloupe avec environ 500 000 personnes par an.

Cette forte affluence cause d’ailleurs des dĂ©gĂąts Ă©cologiques. S’il y a assez peu de voitures lorsque nous nous garons et que je trouve assez facilement une place de stationnement, je suis aussi Ă©tonnĂ© de voir un ou deux guichets touristiques oĂč l’on propose des promenades en kayak ou des randonnĂ©es. Je ne me rappelle pas de ça.

Etant donnĂ© l’heure de notre arrivĂ©e, prĂšs de 13 heures, et la chaleur, je propose d’abord de nous restaurer au restaurant La Saveur du soleil que je dĂ©couvre.

Mais la cuisiniĂšre n’est pas encore arrivĂ©e ou n’est pas encore revenue. Alors, nous partons pour la Croix, ma mĂšre et moi. Et, chemin faisant, je lui porte son sac et sa bouteille d’eau minĂ©rale.

Nous avançons tranquillement. L’endroit m’attire pour sa symbolique et son point de vue.

La Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

Lorsque nous arrivons prĂšs de la Croix, il y a encore Ă  peine dix personnes. A l’aller comme au retour, nous y avons rencontrĂ© principalement des francophones, plutĂŽt adultes, et majoritairement blancs. Lesquels, dans leur ensemble, ont soit devancĂ© nos salutations soit nous les ont « rendues Â».

PrÚs de la Croix de la Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

Quelques minutes plus tard, ma mùre et moi avons l’endroit pour nous deux. Si l’on peut sans doute s’y plaire en amoureux ou en famille, ou en tant que photographe ou artiste peintre, je trouve que l’on peut aussi aimer y venir pour se recueillir.

La Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

Ce n’est qu’une fois en bas, que ma mĂšre m’apprendra que c’était la premiĂšre fois qu’elle montait jusqu’à la Croix de la Pointe des ChĂąteaux. Quelques annĂ©es plus tĂŽt, avec son club de randonnĂ©e, elle avait marchĂ© vingt kilomĂštres pour s’arrĂȘter au bord de la plage et apercevoir la Croix qui pointait Ă  l’horizon.

Devant moi, ce 25 dĂ©cembre 2023, ma mĂšre ne se rappelle pas la raison pour laquelle elle et son groupe de marche s’en Ă©taient tenus Ă  ce trajet. Peut-ĂȘtre que quelqu’un, dans le groupe, s’était-il soudainement rendu compte qu’il avait oubliĂ© de fermer le gaz chez lui ?

Point de vue depuis la Pointe des Chùteaux, commune de St François, Guadeloupe, le 25 décembre 2023. Photo©Franck.Unimon

A notre retour de la Croix, entre-temps, la cuisiniĂšre de La Saveur du soleil a pu revenir. Nous commandons notre repas.

Si le service a Ă©tĂ© un petit peu long, j’ai Ă©tĂ© trĂšs agrĂ©ablement surpris par l’originalitĂ©, la quantitĂ© et la qualitĂ© de ce que nous avons mangĂ©. J’avais commandĂ© le dernier bokit Ă  la morue disponible. Ma mĂšre en avait pris un au poulet. Le bokit, servi Ă©galement avec une salade accompagnĂ© d’une trĂšs bonne vinaigrette, est croustillant et n’est pas en “plĂątre” ou gorgĂ© d’huile. Le poulet adressĂ© a Ă©tĂ© grillĂ© sur la braise. 

On nous a aussi servi une purĂ©e d’igname et de giraumon faite sur place. En dessert, nous avons eu une trĂšs bonne salade de fruits locale.

AprĂšs notre repas, je suis allĂ© fĂ©liciter le personnel. J’ai appris que La Saveur du Soleil existait depuis au moins une vingtaine d’annĂ©es, ouvert au dĂ©part par le pĂšre d’une des employĂ©es. Et que la carte visait Ă  essayer de renouveler la cuisine traditionnelle de la Guadeloupe.

Ensuite, nous sommes partis pour la plage de Raisins Clairs oĂč, muni d’un de mes masques d’apnĂ©e,  j’ai pu faire des bulles dans l’eau pour la premiĂšre fois depuis mon embolie pulmonaire, courant novembre.

ZOOM0029

Franck Unimon, ce dimanche 21 janvier 2024.