Posts made in avril, 2020

Pusher III : Journée de merde pour papa-poule

»Posted by on Avr 28, 2020 in Cinéma, Corona Circus | 10 comments

Pusher III : Journée de merde pour papa-poule

 

 

 Pusher III : L’Ange de la Mort :   Journée de merde pour papa-poule.

 

 

Certains ont la gueule de bois après une nuit presque blanche passée à la rougir avec du vin ou à essayer de la filtrer auprès d’alcools et de substances. Moi, parfois, je regarde des images. Une image entraîne l’autre. Il y a toujours une nouvelle et bonne raison pour continuer d’autant que, sur le net, le bar ne ferme jamais. Le bar de ma mémoire, aussi, ne ferme pratiquement jamais. Et, certaines fois, il est même plus ouvert que d’habitude.

 

Lorsque ces deux bars entament en même temps leur happy hour, débute alors une compétition entre les deux et je ne sais pas lequel va prendre l’avantage sur l’autre. 

 

 

Les salles de cinéma sont aujourd’hui fermées depuis plus d’un mois. L’industrie du cinéma va sans doute peiner à s’en remettre comme une bonne partie de l’économie. Dans le Monde, des personnes ont à nouveau perdu leur emploi ou vont le perdre. D’autres ont perdu leur vie. D’autres encore font désormais la queue à la soupe populaire pour manger. Ou cherchent où se loger.

 

Nous connaissons suffisamment l’origine officielle et directe de cette nouvelle grave crise économique : une crise sanitaire mondiale (très) mal anticipée par une bonne partie des gouvernements encastrés depuis des années dans un certain régime économique et politique.  Des gouvernements- des entrepreneurs, des financiers mais aussi des économistes et des penseurs- lovés dans un certain régime de pensée qu’ils entendent continuer de servir coûte que coûte.

 

Certains pays s’en sont mieux sortis que d’autres : Taïwan, Singapour, la Corée du Sud. L’Afrique, finalement, ne s’en sortirait pas trop mal mais va souffrir de la faim. Et sans doute de guerres, aussi.

 

En Europe, l’Allemagne est à nouveau citée en exemple. En Scandinavie, cela se passerait plutôt « bien », aussi.

 

Grâce à ce qui reste de son système de santé et de sécurité sociale qu’elle s’est pourtant attachée à démanteler depuis une vingtaine d’années, la France fait mieux que les Etats-Unis et sans doute mieux que la Russie ou l’Arabie Saoudite. Mais l’inexpérience française de ce type de situation – contrairement à certains pays asiatiques qui ont déjà connu des épidémies assez « voisines »- ajoutée à des approximations politiques inspirent vraisemblablement des proches et fortes contestations sociales.

 

 

Pusher III ou L’Ange de la Mort de Nicholas Winding Refn se déroule au Danemark, à Copenhague, principalement. Normal, Nicholas Winding Refn est Danois.

 

Plusieurs années avant de se faire connaître avec son film Drive ( réalisé en 2011 avec l’acteur Ryan Gosling), Nicholas Winding Refn avait entre-autres réalisé sa trilogie Pusher dont le premier volet date de 1996. Pusher III ou L’Ange de la mort ( le dernier volet) a été réalisé en 2005.

J’ai eu le plaisir d’aller découvrir cette trilogie au cinéma à Paris vers 2006 ou 2007. Elle avait eu de bonnes critiques et un succès public plutôt confidentiel.

 

Dans mes souvenirs, à Paris,  la trilogie Pusher a été projetée plusieurs semaines dans deux salles ( peut-être trois). Je me rappelle d’un Complexe UGC et du cinéma Le Publicis où j’étais allé voir chacun des films de cette trilogie, plusieurs fois. Au moins deux fois chacun, je crois. Puis, dès que je l’ai pu, j’ai acheté les films en dvds.

 

 

Pour l’anecdote, une fois, plusieurs années plus tard, je me suis retrouvé assis à côté de Nicholas Winding Refn. C’était après Drive, sans doute, au forum des Images, pour une Master Class dont il était l’invité. Le temps de descendre «  sur scène », Nicholas Winding Refn s’était assis sur ma droite.

Et j’ai eu l’occasion d’interviewer l’acteur Mads Mikkelsen pour son rôle dans Le Guerrier silencieux, réalisé par Nicholas Winding Refn en 2009.

Mads Mikkelsen ( qui s’est fait connaître pour son rôle du Chiffre  dans le très bon Casino Royale réalisé en 2006 par Martin Campbell) est présent dans deux des films de la trilogie Pusher ( mais pas dans L’Ange de la mort) ainsi qu’au moins dans un autre des premiers films de Nicholas Winding Refn. Dans un autre article, je pourrai parler un peu mieux de cette rencontre avec l’acteur Mads Mikkelsen. Car la grande vedette de Pusher III ou L’Ange de la Mort, c’est Milo, l’acteur Zlatko Buric’ d’origine serbe.

 

Milo, l’acteur Zlatko Buric’.

 

 

Dans Pusher III, Milo, l’impitoyable mafieux du premier volet de la trilogie décide donc de devenir clean et fréquente les N.A de Copenhague. C’est la scène d’ouverture du film.

A « l’époque », lorsque j’avais vu le film la première fois, j’avais cru à une esbroufe de la part de Milo.  Je m’étais d’abord dit que c’était une ruse pour faire bonne figure et endormir la police s’il était sous surveillance. Et j’avais beaucoup rigolé en entendant Milo prendre la parole au sein des Narcotiques Anonymes et déclarer qu’il était « clean » depuis cinq jours.

 

Mais, je me trompais.

 

Lorsque débute l’histoire, sa fille Milena ( l’actrice Marinela Dekic) – que l’on voit pour la première fois- fête son 25ème anniversaire ce jour-là. Et, Milo, en « papa poule »  s’est engagé à cuisiner pour les 45 personnes présentes à cet anniversaire. Cela se complique assez vite puisque Milo évolue dans un milieu où l’on boit de l’embrouille au goulot. Et, aussi, parce-que l’on s’aperçoit que sa fille chérie Milena ( infirmière nouvellement diplômée : on appréciera le clin d’œil involontaire à la crise sanitaire actuelle due au Covid-19) se révèle impeccable dans le rôle de la jeune femme autoritaire, capricieuse et méprisante. Et tout se réunit pour que ce qui devait être une très belle journée se transforme en journée de merde pour papa poule.

 

Ce qui m’avait beaucoup plu dans cette trilogie et que Nicholas Winding Refn a perdu en tournant désormais à Hollywood, qui plus est en langue anglaise, c’était évidemment cette patte danoise que je découvrais. Cette langue, ces accents, ces ethnies, ces lieux, ces physiques ( turcs, serbes, albanais, danois…). L’humour et le réalisme des situations ( la très grande connaissance ethnologique et culturelle de Winding Refn est étonnante).  Cette aspiration à s’intégrer dans la société danoise et à rêver en grand souvent pathétique et comique alors même que l’on est une ordure dans ce pays si « clean » et si riche que peut être, en apparence mais aussi pour l’exemple, le Danemark.

 

 

J’ai oublié ce qui m’a donné l’idée, en ce mois d’avril 2020, de sortir la trilogie Pusher de mes étagères. Peut-être le fait de prêter un de mes deux coffrets à un collègue cinéphile qui m’a sollicité afin que je lui fasse découvrir des films. Et après Noi Albinoi ( 2002, Dagur Kari) et Sicario (2015, Denis Villeneuve) mais aussi Ultravixens ( 1979, Russ Meyer), j’ai pensé à la trilogie Pusher.

 

Sur la jaquette du coffret de la trilogie de Winding Refn, il est fait référence à Scorsese. Pourquoi pas. Sauf que Scorsese n’a pas tourné de films au Danemark. Et je ne crois pas qu’il y ait vécu non plus. Ceci pour dire que l’on peut regarder Pusher sans appréhender de voir la tête de Scorsese apparaître dans chaque plan.

 

Avant hier, j’ai aimé revoir Pusher III et je reverrai peut-être les deux autres volets.

Néanmoins, une scène en particulier dans Pusher III m’a donné envie de revoir ce volet. Et j’ai revu cette scène plusieurs fois, ai repensé à elle ensuite avant de revoir ce troisième volet intégralement avant hier :

 

La scène dure un peu plus de cinq minutes. Elle débute aux environs de la 34 ème minute et quarante secondes et s’achève à peu près à la 39 ème minute et 59 secondes.

 

Avant que la scène ne démarre, Milo, aux Narcotiques Anonymes a confié :

 

« Ma vie est vraiment chaotique » ; « Des collègues à moi me causent beaucoup de stress ». Et Milo de reconnaître qu’il s’est déjà dit que s’il reprenait un peu d’héroïne, que cela irait mieux.

 

Ce que Milo cache aux Narcotiques Anonymes, c’est que, s’il est effectivement, tel un homme d’affaires sous pression, c’est parce-que, d’un côté, le jeune Muhammad, auto-proclamé «  King of Copenhague » (d’origine turque) lui a lancé «  Faudra te faire à la génération nouvelle ! » et qu’il a dû s’en remettre à lui pour revendre de l’ectasy, produit qu’il ne connaît pas. Parce-que ses hommes de main et de confiance sont tous malades, intoxiqués vraisemblablement par les sarmas qu’il a lui-même cuisinés. Et aussi parce-que les « Albanais », ses fournisseurs habituels d’héroïne pour lesquels il a accepté de revendre l’ectasy, en profitent pour tenter de prendre l’ascendant sur lui. Au milieu de tout ça, Milo peut compter sur les exigences entêtantes de sa chère fille Milena qui semble avoir délaissé les  conjugaisons  de l’empathie dès ses premières couches culottes pour leur préférer les additions de la télépathie et du cash.  Car, comme le dit Mike, le petit ami de Milena qui «  n’a pas inventé la poudre » ( dixit Milena à Milo) :

 

« Milena a des goûts de luxe ».

 

Et c’est là que débarque Kurt le con ( l’acteur Kurt Nielsen) à la 35 ème minute. Cette scène est magistrale. Milo est alors dans un restaurant tenu par des Asiatiques. Assis le cul entre plusieurs problèmes, d’un côté Milena et son anniversaire, de l’autre Muhammad qui ne répond pas à ses appels et les « Albanais » qui le font chier, Milo essaie de s’appliquer à ce que tout se passe bien pour l’anniversaire de Milena, qui, évidemment, ne sait rien de ses emmerdes.

 

Au départ, une simple vitre sépare Kurt le con de Milo. Kurt le con, on l’a vu dans le deuxième volet de Pusher. C’est à la fois un dealer mais aussi un très grand consommateur. Un personnage assez beauf, un peu bébête, plutôt en bas de l’échelle sociale du trafiquant de drogue alors que Milo est bien au dessus. Mais Kurt le con a ses combines bien à lui. Il sait aussi retomber sur ses pattes. Et, là, il nous donne une leçon de perspicacité beauf. Le peu qu’il sait du genre humain tendance accroc, il  la met sur la table dans cette scène où il se montre aussi hilarant, inoffensif qu’impitoyable. Pour moi, c’est un modèle de jeu d’acteur. Un chef-d’œuvre en moins de cinq minutes. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

 

D’abord cette vitre, cloison de séparation fragile entre un intérieur et l’extérieur.

 

A l’intérieur,  Milo, goûte à la fois un peu au calme mais est de plus en plus à bout. Et lorsque c’est comme ça, le temps passe lentement. Très lentement. Trop lentement.

L’extérieur, à ce moment-là, c’est la rue, plutôt calme. Mais aussi la nuit. Il doit y avoir deux clients dans le restaurant. La plupart des honnêtes gens dorment ou sont chez eux ou chez leur amant ou chez leur maitresse. Milo, lui, attend sa commande de poissons frits. Pour l’anniversaire de sa fille. Pour remplacer les sarmas qu’il a décidé de jeter avant que des invités n’en mangent et ne tombent malades. D’un naturel très sûr de lui, du genre psychorigide, mais aussi très méfiant, il a fallu plusieurs heures à Milo pour admettre que, finalement, ses sarmas sont peut-être bien responsables de l’intoxication alimentaire qui a donné la diarrhée à ses hommes.

 

Et dans toute cette chiasse, le seul génie qui sort de la nuit : Kurt le con qui tape soudainement à la vitre. D’abord pour saluer.

 

Kurt le con fait beauf. Mais il a aussi une dégaine de clodo. Il pourrait tout aussi bien sortir de l’hôpital psychiatrique dans le sens péjoratif du terme. Ceci pour dire que c’est le profil du mec qui a plutôt raté sa vie. Mais qui est amusant. Il pourrait briguer le poste de fou «  de la ville » ou du « village ». Alors, Milo le laisse s’approcher. Ils se connaissent si bien l’un et l’autre ( leur monde est un microcosme). Ils se sont tant de fois reniflés.  Et, ils sont en bons termes même s’ils ont pu avoir des désaccords pour des histoires de deal ( Pusher II).

C’est comme ça que Kurt le con devient Grand en s’asseyant à la même table que Milo et face à lui après que celui-ci, pour une fois, lui serre la main. Milo n’a rien à craindre de Kurt le con qu’il voit principalement comme un grand bouffon. Au pire, cela lui permettra de faire passer un peu le temps se dit sûrement Milo en le voyant s’approcher.

 

Après une blague dont Kurt le con a le secret ( je vous laisse la découvrir) celui-ci entretient Milo à propos du seul sujet qu’il connaisse, du seul sujet qui vaille pour lui :

 

La dope.

 

Et Milo, qui est en « rehab », décline la proposition de Kurt le con qui sait très bien ce qu’il aime. L’héroïne. Le fait de prononcer le nom de la substance magique, c’est déjà prendre un peu du souffle de Milo. Et Kurt le con a l’œil. Lorsqu’il dit à Milo :

 

« C’est vrai, tu es devenu un Saint, maintenant …. ». On sent encore toute cette différence de classe sociale entre Milo qui serait supérieur ou regarderait les gens de haut et Kurt le con qui sait qu’il est en tout bas. Et qui remet un peu en cause cet ordre mais sans animosité et, officiellement, sans rancune. Il est difficile de lire profondément en Kurt le con.

 

Puis, vient la question de Kurt le con à Milo : «  T’es clean ? ». Là, ce passage devient extatique. Parce-que dans ce «  T’es clean ? », Kurt le con semble poser une question abstraite. Dire qu’on est clean, c’est comme parler de l’Au-delà. C’est une aspiration que l’on peut avoir lorsque l’on est addict mais qui reste de l’ordre de l’extraordinaire. De l’impossible. Donc, c’est comme si Milo avait affirmé qu’il était extra-terrestre. Ou qu’il était mort et ressuscité. Que de droitier, il était devenu gaucher en cinq leçons.

 

 Etre « clean », quand on écoute et regarde Kurt le con, on comprend que c’est peut-être, à ce qu’on dit, aussi bon que de prendre de la drogue, mais ça reste à voir. C’est comme l’histoire du paradis. Il semblerait que ça existe.

 

Foncièrement, Kurt le con ne connaît pas grand monde qui soit véritablement clean ou qui le soit resté suffisamment longtemps pour pouvoir le vérifier. Et, Kurt le con est le genre de personne très pragmatique qui ne croit que ce qu’il voit. Et, il voit très bien que Milo «  transpire » même si celui-ci vient de répondre que «  tout va bien ». Nous, spectateurs, nous savons pour quelles raisons, et on le comprend, Milo peut transpirer depuis le début du film. Kurt le con, pas si con que ça donc, rien qu’en observant Milo ainsi que par intuition et par expérience, détecte, lui, le mensonge dans les propos et dans le comportement de Milo. Et c’est un des autres nombreux gros points forts du film :

 

A l’anniversaire de sa fille, Milo donne le change et personne (à part peut-être, Mike, le copain de Milena) ne remarque qu’il joue la comédie en souriant et en rigolant.

Il suffit de moins de cinq minutes ( la rencontre dure à peine une minute) à Kurt le con pour « dépister » Milo et voir qu’il est tendu. Et en manque….

 

Qui sont nos vrais proches ? Qui nous connaît le plus intimement ? Celles et ceux avec lesquels nous choisissons d’avoir une vie sociale, légale, rangée et normale ? Ou tous les autres ? Celles et ceux qui nous ont vus foncer à travers les lois et les règles. Et qui étaient parfois ou souvent nos complices, nos témoins ou nos adversaires lorsque nous étions hors-la-loi et/ou sans masque. En moins de cinq minutes, la scène avec Kurt le con claque ce genre de domino sur la table. 

 

Tout, dans cette scène, est à prendre. Depuis l’irruption de Kurt le con jusqu’à l’interruption de la scène et la sortie de Kurt le con. Et, évidemment, cette rencontre entraîne d’autres réactions de Milo jusqu’au dénouement du film.

 

Des films et des séries, nous en voyons et pouvons en voir et en regarder beaucoup même si actuellement les salles de cinéma sont confinées. Peut-être que beaucoup de salles de cinéma vont fermer à court ou à moyen terme du fait des conséquences économiques de l’épidémie. Et que le cinéma sera, alors, encore plus diffusé par VOD.

Ceci pour dire que nous avons aujourd’hui de toute façon un accès à une quantité énorme d’images. Mais certaines images et certains films restent plus que d’autres. Et on regarde beaucoup d’images de façon automatique, par convention, par gentillesse et aussi par politesse.

 

Malgré notre esprit critique, la surabondance d’images fait que l’on s’habitue à prendre le temps de regarder et  à en voir comme on peut s’habituer à manger des légumes et des fruits qui n’ont pas de goût parmi d’autres plats, fruits et légumes, qui, eux, nous marqueront pour leurs attraits.   

 

Cette scène entre Milo et Kurt le con m’a rappelé ce que ça peut faire de regarder un film qui a du goût. Ou ce que je peux à peu près rechercher dans un film. J’ai l’impression que je l’avais oublié. Bien-sûr, on ne peut pas toujours voir des chefs-d’œuvre. On n’est pas toujours suffisamment bien disposé soi-même d’ailleurs pour s’apercevoir que l’on a un chef-d’œuvre devant soi, qu’il s’agisse d’un film, d’un livre, d’un moment ou d’une rencontre. Mais qu’est-ce que ça fait du bien de le voir ! Le cinéma, aussi, peut jouer ce rôle-là. Nous rappeler qu’il suffit parfois d’une scène, d’un moment, de quelques secondes ou de quelques minutes, pour que nous puissions revenir à ce que nous aimons, à ce que nous sommes, à ce que nous savons faire :

 

Le vrai message de Pusher III ou L’Ange de la mort, pour moi, n’est pas que Milo aime l’héroïne et la défonce et que c’est un psychopathe et un  mafieux. Mais qu’il refuse d’être la pute ou l’esclave de qui que ce soit et qu’il fera tout son possible, comme il  se l’est promis à la mort de sa femme, pour offrir à sa fille tout ce qu’elle voudra. En cela, Milo est bien d’une certaine façon l’équivalent du personnage interprété par l’acteur Michael Shannon dans Take Shelter de Jeff Nichols ( 2011). Dans L’Ange de la mort comme dans Take Shelter, le héros principal étant le double- idéalisé- du réalisateur. Et c’est, à chaque fois, un héros qui se retrouve seul face à certaines décisions importantes et qui finit par trancher en prenant des risques.  

 

Franck Unimon, ce mardi 28 avril 2020.

 

 

 

read more

Lettre-Type

»Posted by on Avr 23, 2020 in Corona Circus | 0 comments

Lettre-Type

 

 

Photo prise en me rendant au travail ou en en revenant, mars-avril 2020.

                  Lettre-Type

 

En rentrant des courses tout à l’heure, j’ai croisé un de nos voisins avec sa compagne. Celui-ci et sa compagne m’ont témoigné leur reconnaissance pour ma compagne et moi. Le voisin savait que ma compagne travaillait dans le paramédical (comment a-t’il su ?) mais pas pour moi. Je n’ai pas pensé à lui demander dans quel métier il me voyait. Je réfléchis encore à mon orientation professionnelle. 

 

Un peu plus tôt, sur un réseau social, un ami-combattant que je connais dans la vraie vie, m’avait exprimé sa fierté de me connaître en cette période de pandémie et de confinement qui dure maintenant depuis un peu plus de cinq semaines. A cet ami comme à nos voisins, j’ai dit :

 

 «  Je  suis moins en première ligne que nos collègues de réanimation et des urgences ( j’ai oublié de citer nos collègues des Ehpad). Même, si, oui, en psychiatrie et en pédopsychiatrie, nous prenons des risques d’attraper le virus en prenant les transports en commun. Mais aussi dans nos services. Mais je ne me sens pas du tout un héros ».

 

Dans les escaliers de notre immeuble, à un bon mètre de distance de moi, sa compagne derrière lui, le voisin était plus remonté que moi. Tous deux portaient un masque. Elle, en tissu, sûrement confectionné par elle-même. Lui, un masque de chantier jetable. Et, moi, un masque chirurgical jetable avec lequel j’avais quitté mon service lors de ma dernière nuit.

 

Le voisin m’a parlé de ce qui est désormais encore plus sur la place publique maintenant que l’épidémie est devenue une émission aussi névralgique que centrale dans nos vies. Et, cela, à un niveau mondial : le manque de reconnaissance depuis « trente ans » pour les personnels soignants. Il espérait que ça changerait après la période de confinement. Et que les gens sortiraient pour manifester avec les personnels soignants. Je l’ai un peu arrêté pour lui dire :

 

«  A mon avis, il y aura beaucoup de contestation sociale après le confinement. Pas uniquement les personnels soignants. Jusque là, les gilets jaunes étaient devenus assez isolés (Gilets jaunes, samedi 14 mars 2020) . Mais, là, ils ne seront plus seuls ».

 

 

 

La pandémie va t’elle changer le monde ? Peut-être pas cette fois. Mais elle y contribuera un peu plus. Ne serait-ce que d’un  point de vue personnel.

 

En attendant, pandémie ou pas, fin de confinement ou pas, l’être humain reste identique concernant certains traits de caractères. Et, en rentrant chez moi, après avoir quitté ces voisins reconnaissants, je n’ai pu m’empêcher de penser à ces collègues soignants en France et ailleurs qui ont été menacés, d’une façon ou d’une autre, par leurs voisins, afin qu’ils quittent leur immeuble ou partent travailler ailleurs car, en raison de leur profession, ils étaient susceptibles de transmettre le virus.

 

La profession soignante, dans son ensemble, a donc une aura mouvante. Tant on projette sur elle, de nouveau, tant de peurs et tant de défaites monstrueuses.

A quand un génocide des soignants en France et ailleurs ? Puisque, pour certains, nous sommes si monstrueux. 

Les soignants sont ces êtres impossibles à définir et dont les actes restent si difficiles à verrouiller dans le chiffre. Et on dirait même qu’ils le font exprès. Ils ne pourraient pas se contenter d’être des Saints et des Anges, une bonne fois pour toutes ?!

 

Hé non, les soignants ne peuvent pas être des Saints et des Anges. Même si, sans aucun doute, bien des soignants, à un moment ou à un autre de leur vie et de leur carrière, l’ont cru et le croient.

 

Alors, j’ai repensé à cette attestation dérogatoire de déplacement que nous devons tous, désormais, remplir chaque fois  que nous sortons de chez nous, en cette période de pandémie et de confinement, afin de nous justifier en cas de contrôle policier quant au bien fondé de la rupture, provisoire, de notre confinement. Pour aller au travail, comme mes collègues, j’ai une dérogation permanente valable un mois, qui doit être renouvelée, qui m’a été fournie par mon employeur via le service de la DRH.

Et, je me suis dit que, peut-être que je devrais dès maintenant, sur le même modèle, préparer une lettre type au cas où, ma compagne et moi, recevrions, un jour, une jolie lettre de menace d’une de nos voisines, ou d’un de nos voisins, compte-tenu de notre métier de soignant. Car si je crois en l’être humain pour de bon, je crois aussi en lui pour le pire. Cela est peut-être le résultat de ma déformation professionnelle ou personnelle. Peut-être aussi, parce-que je me connais un peu mieux moi-même.

 

Voici cette lettre-type que je m’imagine afficher bien en évidence en bas de mon immeuble si, une de mes voisines ou un de mes voisins déposait dans notre boite à lettres une lettre- que j’imagine anonyme- nous gratifiant d’insultes ou de menaces en raison de notre profession :

 

” Chère voisine ou cher voisin,

 

J’ai accusé bonne réception de ce courrier que tu as déposé dans notre boite à lettres. Au vu du caractère très contagieux du virus qui court et qui nous obsède tous depuis plusieurs semaines, j’espère que tu as pris les précautions nécessaires en te risquant jusqu’à notre boite à lettres. Je n’aimerais pas avoir à apprendre que tu as attrapé le virus en sortant de chez toi.

 

Tu as donc appris que ma compagne et moi sommes des soignants. Et, dans ton courrier, tu nous enjoins à dégager. Je résume ta pensée.

Nous sommes en effet soignants, ma compagne et moi. Officiellement, même si cette appellation me fait un drôle d’effet, nous ferions partie des « héros de la Nation ». Mais je comprends que, pour  toi, nous sommes plutôt des zéros de la Nation. Et qu’il faudrait plutôt nous rayer du voisinage.

 

Dans notre métier, nous nous occupons de tout le monde :

 

Des personnes déprimées. Des fous. Des personnes dangereuses. Mais aussi des lâches.

 

Tu te reconnaîtras peut-être un peu dans l’une de ces catégories de personnes. Et, si tu en trouves une autre, sache, que, dans notre métier, nous nous occupons aussi de ces personnes. «  Tout le monde », c’est vraiment «  Tout le monde ».

 

Alors, faisons simple et rapide. Nous sommes soignants, ma compagne et moi. Mais nous lisons aussi les journaux et nous connaissons aussi la Loi. La Loi est très claire concernant le courrier que tu nous as adressé :

 

Ton courrier est interdit par la Loi. Donc, dès que je le pourrai, je me rendrai avec ton courrier au commissariat de notre ville qui, comme tu le sais, se trouve à peine à cinq minutes à pied de chez nous, et je verrai, là, si je fais une main courante ou si je porte plainte contre X. X, c’est toi. Moi, tu sais déja comment je m’appelle.

Je choisis de publier ce courrier en bas de notre immeuble bien en évidence afin que chacune et chacun sache à quoi s’en tenir nous concernant. Mais aussi par rapport à la Loi.

 

Et, je choisis aussi de publier ce courrier- au minimum- en bas de notre immeuble afin que le plus de personnes sachent quel genre de courrier tu t’es permis de nous adresser. Afin que, s’il nous arrive quoique ce soit dans les temps futurs, qu’il soit possible de te retrouver et de t’interroger quant à ton éventuelle responsabilité.

 

 

Franck Unimon.

Ps : de manière plus apaisante, et je l’espère, plus optimiste, il est possible de voir ou de revoir Panorama 18 mars-19 avril 2020

 

read more

Panorama 18 mars-19 avril 2020

»Posted by on Avr 19, 2020 in Corona Circus | 0 comments

Panorama 18 mars-19 avril 2020

Paris, 9 mars 2020.

 

Toutes les photos prises dans le diaporama qui suit ont été prises en me rendant au travail ou en en revenant. Exception faite bien-sûr des coupures de presse qui, elles, ont été effectuées à domicile. 

Franck Unimon

 

Musique : Dub Rastaquouere ( Serge Gainsbourg). 

read more

La série Warrior : L’Or du commun.

»Posted by on Avr 15, 2020 in Cinéma | 0 comments

La série Warrior : L’Or du commun.

 

 

La série Warrior :   L’or du commun.

 

Lorsque tu apparais dans la lucarne en provenance de nulle part, l’endroit est myope et sourd.  Personne ne t’attend. Personne ne te connaît. Ta tête est un ballon. Et il y a plein d’autres ballons autour de toi qui viennent aussi de débarquer.

Question études, tu as peut-être été plus ou moins bon. Tu as sûrement des capacités que tu ignores dans un domaine ou un autre. Parfois, tu es même le seul à t’en rappeler.

Tu as aussi raté quelques cours. Quelques fois, plusieurs dans un même jour. Mais on ne va pas en faire une jaunisse. Tu as surtout manqué de concentration en classe et à la maison au moment de faire tes devoirs. Sauf pour te bagarrer. Pour ça, aucun problème de concentration. Tu faisais plutôt partie des premiers à te présenter. Et puis, le temps est passé.

 

Qu’il n’y’ait aucun malentendu, Ah Sahm : Tu as appris à lire et écrire. Tu sais compter. Tu sais faire d’autres choses. Tu pourrais en apprendre plein d’autres.

 

Mais tu n’as pas la bonne peau, le bon prénom, le bon accent, le bon sexe, le bon voisinage, la bonne famille, la bonne taille, le bon poids, la bonne blague. Le bon timing.  Et tu comprends vite – car tu es vif et intelligent-  qu’il y a plein de gens comme toi ;  que la vie est un marché sur lequel il faut savoir se démarquer et où le temps (une bonne occasion) ne passe à peu près qu’une seule fois.

 

Tu as ta fierté mais on te fait assez rapidement comprendre que ce que tu penses ou ressens ne fait pas partie de la discussion. On ne demande pas à un article disponible à la vente ce qu’il pense ou ressent. Et puis, tu es bien gentil mais on a déjà quelqu’un pour penser et planifier. Quelqu’un de formé, qui a fait ses preuves et qui aura toujours quelque chose de plus que toi :

 

 Le niveau d’études, le rang social, la nationalité, la peau, encore la peau, Ah Sahm. 

 

Quelqu’un dont le travail -et l’accent- est de prévoir l’arrivée de gens comme toi et de les gérer. De faire le tri.

 

Tout cela, tu l’as bien intégré. Lorsque nous commençons à faire ta connaissance, Ah Sahm, cela fait déjà sûrement un moment que tu as l’impression que tu es un raté, que tu as raté quelque chose et que tu as quelque chose à racheter. Pour cela, tu es prêt à prendre à peu près tous les risques. Naïvement, tu crois encore que tu peux sauver la mise.

 

Mais comme, de toute façon, on ne t’emploiera pas pour ton intelligence, ton humour ou ton allure, tu laisses les grandes idées aux autres pour accepter un emploi qui consiste à se bagarrer. Ça te convient parce-que tu veux te battre. Tu es triste et en colère et, pour cela, ton corps est à ta disposition. Tu pourrais le mutiler, le court-circuiter par la défonce. Ce n’est pas ton genre. Ton genre, c’est d’atteindre d’autres corps dont les forces et l’allure ne te reviennent pas parce-que leurs murmures se ressemblent :

Chaque jour, n’importe lequel de ces corps que tu croises peut vouloir te voler quelque chose. Alors, tu les corriges comme de la mauvaise graisse.

 

La justice du pauvre, c’est celle du corps. C’est avec son corps que le pauvre démontre ce qu’il vaut et ce qu’il ne vaut pas. Tu es plutôt pauvre, Ah Sahm.  Mais après avoir tourné en rond et t’être beaucoup entraîné, tu as développé des capacités  pugilistiques particulières. Ton corps, désormais, tranche avec ton passé où tu te faisais souvent dominer. Parce-que tu étais vulnérable. Pas assez malin. Trop impulsif. Il y avait toujours quelqu’un pour venir te cogner et te ridiculiser. Tu essayais de résister mais tu ne faisais pas le poids.

 

 

Je l’écris pour toi car, toi, tu vis dans l’instant présent. Tu dois être en train de fumer une cigarette ou de passer du temps avec tes potes. Mais, demain, maintenant, pour toi, ça ne change rien. La seule chose qui tangue pour toi, c’est qu’on t’a pris ton passé. Pourtant, si tu avais été une femme, selon le pays et l’époque, tu aurais peut-être dû te prostituer pour te défendre. En argot, lorsque l’on dit d’une femme qu’elle « se défend pour quelqu’un », ça veut dire «  qu’elle se prostitue pour quelqu’un ». ça n’est pas un jugement. Je ne tiens pas particulièrement à ce que tu viennes me casser la tronche. Mais pense-y :

 

Lorsque l’on se défend pour quelqu’un, le tout est de savoir pour quoi et pour qui l’on se prostitue. Comment il nous protège. De qui.  Et de quoi. Regarde ta sœur, Mai Ling ! Il faut être un Fong Hai, descendant de Genghis Khan, pour oser insinuer qu’elle a moins d’importance qu’une pute et la défier.

Regarde ton amie et alliée Ah Toy, qui tient un bordel. Personne n’oserait dire qu’elle est incapable de se protéger et de se défendre.

Regarde aussi Pénélope Blake, la femme du maire, celle dont tu deviens l’amant.

 

Par ailleurs, Ah Sahm,  à notre époque, certaines femmes deviennent de redoutables combattantes pour éviter d’avoir à se prostituer afin de gagner leur vie et aussi pour faire vivre leur famille. On peut préférer être sur un ring, en sueurs, prendre des coups plein la figure, et en donner, plutôt que d’attendre avec un string sur le bitume ou dans une camionnette que n’importe qui, à n’importe quelle heure, puisse venir se permettre de nous mettre des coups qu’il nous sera interdit de lui rendre au prétexte que le client est roi et que notre fierté doit trainer sa croix.

 

On peut aussi avoir un métier tout ce qu’il y a plus de légal, rémunéré et honorable, et avoir l’impression d’avoir un statut de pute ou de faire un travail de pute. Où, là aussi, on se doit de trainer sa croix et de faire ce que l’on nous demande. De s’exécuter.

 

On n’a pas beaucoup le choix si l’on veut échapper à une sanction disciplinaire, au chômage, à la pauvreté, rembourser une dette, essayer de nourrir sa famille. Parce que l’on sait aussi que si l’on refuse, il y en a beaucoup d’autres qui accepteront ce que l’on refuse. Et qu’au dessus de nous, existe un Pouvoir bureaucratique tout puissant qui s’y connaît en méthodes fantômes afin de nous faire payer notre comportement d’indiscipline ou de « révolte ».

 

Pourtant, malgré certaines concessions ou compromissions, ça ne suffit pas toujours pour rester dans la partie. Pour être reconnu ou récompensé comme on l’aurait voulu.

 

 

La série Warrior est faite de ça. De l’or commun de ces gens qui ont quitté leur pays ou leur région pour aller vivre aux Etats-Unis du côté de San Francisco à la fin du 19ème siècle afin d’essayer d’éclaircir leur existence. On peut avoir trouvé très crue et racoleuse ma façon d’entrer dans le sujet. Ou caricaturale. Et ce sera sûrement vrai qu’il y a de la crudité, du racolage et de la caricature dans cet article. A-t’on déjà vu par exemple de la prostitution, sous n’importe quelle forme que ce soit, sans racolage ?

 

 

On apercevra pourtant dans le début de cet article une continuité avec ce que j’ai écrit dans Cités Numériques.

 

Entre les Canibouts, Nanterre, d’autres endroits en France, à San Francisco, ou ailleurs sur Terre,  je n’y peux pas grand chose si l’Histoire se répète. Je peux juste essayer de la raconter autrement comme elle nous arrive, de générations en générations,  en m’appliquant à faire en sorte qu’elle soit assez attrayante et aussi contemporaine que possible afin que le lecteur comprenne bien que ce qui s’est passé ailleurs et hier peut aussi se passer ici et aujourd’hui. Quelle que soit la fiction. Et c’est un peu ce qui se passe avec la série Warrior.

 

 

Le héros, Ah Sahm (l’acteur Andrew Koji, d’origine britannico-japonaise dans la vraie vie) débarque donc aux Etats-Unis, en provenance de Chine.

 

Si « Le » héros de Warrior est d’origine chinoise, c’est parce-que la série est inspirée des écrits de Bruce Lee. Et en partie de sa vie lorsque, débarquant aux Etats-Unis, avec des rêves de grandeur, il a connu le racisme en particulier. Bruce Lee, cette vedette internationale décédée en 1973 dont le souvenir reste impliqué dans bien des œuvres cinématographiques  a en effet connu le racisme aux Etats-Unis- y compris dans le milieu du cinéma. Ce qui a pu contrarier son trajet jusqu’à la célébrité. Mais depuis sa mort, on retient son charisme, parfois ses pensées et, bien-sûr, principalement certaines de ses attitudes martiales ou de ses tenues vestimentaires :

Que ce soit dans Kill Bill ou dans Once upon a time in Hollywood de Tarantino, Matrix des ex-frères Wachowski. On dira que deux de ces films datent maintenant. Mais ce serait oublier que des vedettes comme Jacky Chan et Jet Li, aussi bons soient-ils (et ils sont particulièrement bons) n’ont pu le faire oublier. Et que même après plusieurs Expendables ( avec Jet Li entre autres mais aussi avec Chuck Norris, covedette de La Fureur du dragon avec Bruce Lee) ou des films comme The Raid I  et II réalisés par Gareth Evans, dont les combats sont particulièrement réussis, la  marque  de Bruce Lee se maintient. On la trouve chez certains héritiers martiaux : Van Damme et Steven Seagal à une époque en occident, Jason Statham peut-être un peu aujourd’hui.

On avait pu l’espérer en Mark Dacascos  après Crying Freeman et Le Pacte des Loups de Christopher Gans. Mark Dacascos que l’on a eu plaisir à retrouver avec deux vedettes de The Raid dans le John Wick 3 : Parabellum  avec Keanu Reeves, converti depuis au Ju-Jitsu brésilien et qui « faisait » du Bruce Lee dans….Matrix.

 

Même le réalisateur Wong Kar-Wai fait une allusion à Bruce Lee à la fin de son film Grandmaster (2013).

 

D’ailleurs, parler de Ju-Jitsu brésilien aujourd’hui, revient à un moment ou à un autre à parler de MMA ne serait-ce que du fait, en grande partie au départ, des frères Gracie.

Le MMA a pour but d’être une sorte de « compilation » du meilleur de chaque discipline de combat, arts martiaux inclus.

 

Hé bien, on peut sans doute dire que Bruce Lee a sûrement contribué d’une façon ou d’une autre à l’émergence et à l’évolution du MMA dans sa recherche d’efficacité. Une scène, parmi d’autres, montre très bien l’exigence constante d’efficacité de Bruce Lee dans Opération Dragon (dernier film de son vivant) :  Alors que l’on voit des disciples de Han exécuter mécaniquement des katas, Bruce Lee, les regarde de loin avec un air de dédain. Plus tôt, au début du film, on l’a vu, en cours particulier, sermonner son jeune élève qui s’est mis à « penser » au lieu de « ressentir », à confondre « la colère » avec «  une parfaite tension émotionnelle ». 

 

De la même manière que beaucoup d’apnéistes de haut niveau sont  encore capables aujourd’hui de citer le film Le Grand Bleu de Luc Besson parmi certaines de leurs références cinématographiques (tout en soulignant ses défauts concernant la pratique de l’apnée), Bruce Lee reste une des références pour beaucoup d’adeptes de sports de combats et d’Arts martiaux.

 

Question MMA, j’invite à voir ou revoir le film Piégée de Steven Soderbergh avec Gina Carano, ancienne championne de MMA.

 

 

Cela dit, il y a bien-sûr eu et il y a bien sûr bien d’autres Maitres des Arts martiaux que ce soit en Chine ou ailleurs. Les adeptes du Kendo citeront le Japonais Miyamoto Musashi dont la vie – très romancée- est racontée par Eiji Yoshikawa dans La Pierre et le Sabre et dans sa suite, La Parfaite Lumière.

Et je ne sais même pas, d’ailleurs, si l’on peut dire de Bruce Lee qu’il était un Maitre absolu :

 

Un très grand artiste martial, oui. Un Professeur pour celles et ceux à qui il a enseigné, oui. Dont les acteurs américains  Steve Mac Queen et James Coburn.  Mais un Maitre ? Je ne sais pas. En Occident, oui.  

Mais en Asie ?  Même s’il a écrit. Je crois que ce doute existait déjà de son vivant en Asie. C’est uniquement pour cette raison que je le retranscris ici. Car je n’ai aucune compétence ou autorité personnelle pour répondre à cette question. Je me dis seulement  qu’un Maitre est synonyme de longévité et de sagesse. Or, Bruce Lee est mort à 33 ans et c’était aussi une vedette de cinéma. Il aspirait à cette célébrité. Ce qui dénote un peu pour un Maitre :

Soit on fait le show à Hollywood, soit on est un Maitre qui s’attèle à une certaine discipline qui consiste en particulier à contrôler son ego. Alors qu’on dirait que Bruce Lee a balancé entre les deux. Et c’est exactement ce qui se passe pour Ah Sahm dans Warrior.

L’acteur Andrew Koji dans le rôle d’Ah Sahm.

 

Ah Sahm (l’acteur Andrew Koji) est sensiblement prétentieux dès le début de la série. Etre bagarreur est une chose. Etre prétentieux en est une autre. On est avec Ah Sahm lorsqu’il refuse le mépris d’un représentant de l’ordre américain raciste à son arrivée aux Etats-Unis. On est plus critique à son égard lorsqu’il en rajoute dans la démonstration dans ses combats, ajoutant provocation  et suffisance.

 

Même si ce trait est un peu atténué chez Ah Sahm, Bruce Lee était originaire d’un milieu social plutôt aisé en Chine. Mais cette aisance sociale a été en partie transférée au personnage d’Ah Sahm dans le fait que contrairement à la majorité des Chinois qui débarquent en Amérique, Ah Sahm, lui, comprend et parle très bien Anglais. Ce qui lui donne un avantage supplémentaire certain, en plus de son expertise en art martial, sur ses compatriotes mais aussi sur les Américains qui regardent les Chinois de haut.

 

Et puis, le très haut niveau de pratique d’art martial d’Ah Sahm est un peu insuffisant pour expliquer le fait qu’il arrive presque en terrain conquis – même s’il lui arrive des déboires- dès le début de Warrior. On peut être quelqu’un de très sur de soi même en pays inconnu. Mais je me dis aussi que si l’on a toujours vécu à l’abri ou si l’on a toujours été protégé par quelqu’un depuis son enfance, que l’on peut se sentir comme Ah Sahm dès le début de Warrior : un peu tout puissant et très chien fou. Même s’il se fait acheter par les Hop Wei comme homme de main en raison de ses très bonnes aptitudes au combat.

 

 

Voici pour la présentation d’Ah Sahm. Il y a heureusement d’autres personnages dans Warrior qui donnent envie dont certains que j’ai déjà cités :

 

Jun Père, Mai Ling, Ah Toy, Buckley, Leary , Bill, Les Fong Hai, Pénélope Clarke…..

 

 

La série a des défauts. Je l’ai d’abord trouvée moyenne. Tant pour quelques tics- ou hommages- à la Bruce Lee. Que pour le fait que, par moments, la série Warrior donne l’impression d’essayer de faire aussi bien que Gangs of New York de Scorsese.

 

Mais, heureusement, son analyse sociale et culturelle s’élargit. On passe des Irlandais, aux Chinois en passant par le gars du Sud des Etats-Unis. La série a d’évidentes ambitions féministes.

Dans le 5ème épisode, sorte de mini-western, on a même une histoire d’amour avec une Amérindienne ( alors que les Amérindiens restent parmi les grands disparus de l’industrie cinématographique américaine)  et l’on voit même un des personnages de la série venir à « l’aide » de deux hommes noirs qui se sont risqués à venir prendre un verre dans un bar où on ne veut pas d’eux.

 

Au passage, on reçoit quelques enseignements martiaux : On apprend par exemple que pour gagner un combat, il faut avoir une cause à défendre.

 

Et puis, on voit que l’Amérique, celle des Etats-Unis, Première Puissance Mondiale actuelle, s’est construite sur le racisme, en prenant le meilleur de chaque communauté.

 

A ce racisme intérieur, Warrior essaie aussi de s’attaquer.

 

Je n’ai vu que la première saison. La deuxième saison est apparemment en cours de réalisation.

 

Pour conclure, Warrior a été crééé et produite par Jonathan Tropper,  co-créateur et producteur, entre-autres, de la série Banshee.

Justin Lin, réalisateur de Fast & Furious 6,  est un des réalisateurs de la série.  

 

Franck Unimon, mecredi 15 avril 2020.

 

 

 

 

 

 

read more

Cités Numériques

»Posted by on Avr 10, 2020 in Corona Circus, Echos Statiques | 0 comments

Cités Numériques

                                                                   Cités Numériques     

 

J’ai le moral. Je me sens bien. Et vous ?    

 

Depuis que j’ai regardé un documentaire sur le « quartier » des Canibouts, à Nanterre,  en 1981, grâce aux archives de L’INA, j’estime m’être plus déconditionné de l’épidémie du Coronavirus.   Initialement, après avoir lu une interview de Fary, j’avais d’abord cherché à regarder des prestations de l’humoriste Gaspard Proust. Puis, j’ai regardé Haroun. Thomas N’Gigol. Jérémy Ferrari (dont j’apprécie le gros travail de recherche et certaines réflexions mais qui ne me fait pas rire). Il y a longtemps que je me dis que ce serait bien de prendre le temps de regarder le travail fourni par des humoristes. Femmes et hommes. Je regrette de ne pas prendre ce temps. Puis ces archives de l’INA sur Les Canibouts sont restées là, à me faire de l’œil, sur la droite de l’écran. J’ai fini par cliquer dessus.   

 

 

 

Cinquante minutes durant, j’ai regardé ce documentaire. Même s’il est triste de se dire que pratiquement tous les problèmes rencontrés dans certaines banlieues et dans certaines cités aujourd’hui sont là, dans ce documentaire, qui date de 1981 :   Les jeunes originaires d’Algérie, nés en France, qui doivent choisir entre la Nationalité algérienne ou la Nationalité française. Et qui, s’ils ne choisissent pas, sont considérés comme « sans papiers » à 18 ans. Et, lorsqu’ils ont des papiers français sont défavorisés lors de leur recherche d’emploi : «  Quand on est Français, on ne s’appelle pas Saïd ».  

 

La Drogue. LSD, cocaïne, Héroïne….  

 

La mauvaise cohabitation entre les jeunes, en « meutes », et les adultes travailleurs, retraités ou joueurs de boules. Une mixité sociale qui existait alors encore et qui, depuis, a éclaté et disparu, tels des couples et des familles qui, après plusieurs années de tentatives de vie commune, ont décidé de divorcer et de s’affronter.  

La BMW et la Golf, déjà, étaient les voitures de référence. Comme aujourd’hui, encore, pour certains, dans certaines banlieues et certaines cités.  

En regardant ce documentaire, je me suis dit que les élites de l’époque, en particulier politiques, ont soit continué leur Guerre d’Algérie, après la Guerre d’Algérie, sur le dos de milliers de jeunes originaires d’Algérie. Ou été proches, finalement, de certaines idées de l’Extrême Droite, dont on devine quelques futurs électeurs parmi ces adultes (tous d’origine européenne et blancs pour ceux que l’on voit) habitant aux Canibouts et excédés par les frasques des jeunes des Canibouts majoritairement d’origine maghrébine pour ceux que l’on voit.  

 

Plus jeune, je connaissais Les Canibouts de « réputation ».  J’avais 13 ans en 1981 et je vivais à Nanterre où je suis né.  

La réputation des Canibouts était mauvaise.  

Au collège puis au lycée, j’ai connu quelques personnes qui en « venaient » ou y habitaient. Toutes ces personnes n’étaient pas des « mauvais » éléments. Bien des jeunes qui habitaient aux Canibouts ou près des Canibouts étaient de très bons élèves et se « tenaient bien ». Mais ceux qui «dévissaient» le plus, eux, ont suffi à donner une mauvaise réputation. Et je ne les connaissais pas pas. C’étaient des personnages ténébreux.   

En repensant au documentaire hier soir ou ce matin, je me suis aperçu que les filles en sont absentes. On aurait dit qu’il y avait uniquement des garçons adolescents aux Canibouts. Où étaient les filles alors que l’on parle très peu de religion dans ce documentaire ? Et alors que l’on ne parlait pas, à l’époque, d’intégrisme religieux qu’il soit musulman ou catholique. On ne parlait pas non plus de barbu ou de femme voilée. Aucun des jeunes arabes que l’on voit  l’écran, en 1981,  dans ce documentaire, ne porte la barbe.  

 

Dans ce documentaire, je me rappelle aussi de cette mère, une des seules personnes de sexe féminin que l’on voit parmi les personnes originaires du Maghreb, qui s’exprime :   C’est la mère d’un des jeunes, Saïd, je crois.

Cette mère nous apprend qu’elle travaille de 6h du matin jusqu’à 21h. 15 heures de travail quotidien.  

ça me rappelle un peu le sketch de Pierre Desproges, Rachid, je crois, où il dit à peu près :  

«  C’est drôle, comme, pour des fainéants, les Arabes sont des gens qui se couchent tard et se lèvent tôt ».

Hé bien, la mère de Saïd est l’illustration concrète de cela. Peu de personnes accepteraient de trimer comme elle le fait.  Pour un travail qui consiste à faire des ménages.    

 

Dans le documentaire, cette mère finit par expliciter qu’elle n’a pas le courage d’aller voir deux de ses fils incarcérés à Fleury-Mérogis. Vaillante et lasse, elle explique qu’elle « comprend » que ses deux fils aient fait des bêtises qui les ont envoyés en prison car ils n’ont pas de travail. Ils n’arrivent pas à en trouver. Elle le dit sans colère et sans même souligner le fait que leurs origines maghrébines ont plombé leurs recherches d’emploi. On en a une démonstration lorsque Saïd, filmé, se déplace à l’ANPE ( l’ancien nom de Pole Emploi) de Nanterre-Université ( Au dessus de la gare de Nanterre-Université, anciennement appelée Nanterre-La-Folie et pas très loin de la Fac de Nanterre).  

Un peu plus tôt, il est mentionné que la cité des Canibouts est accolée à la Maison de Nanterre (L’hôpital de Nanterre) qui est « aussi un lieu d’exclus ». Et que, peut-être que cette proximité avec la Maison de Nanterre, a-t’elle entraîné cette cité dans l’exclusion.   J’ai trouvé ce rapprochement un peu facile : car de la Maison de Nanterre comme des Canibouts, il est aussi sorti du bon. Et non loin des Canibouts, aux Pâquerettes par exemple, il y avait aussi des «problèmes ». Mais il est vrai que Les Canibouts ont sans doute concentré les problèmes.

Il n’y a pas si longtemps, j’avais cru comprendre que les Canibouts, à Nanterre, avait la réputation d’être une plaque tournante de la drogue. Mais c’est sûrement aussi le cas dans certains coins d’Argenteuil où je vis. Et c’est sûrement aussi le cas dans d’autres endroits à Nanterre. Dans d’autres villes en France. En banlieue parisienne ou en province.  

 

Quoiqu’il en soit, en 1981, j’avais 13 ans. J’étais donc un peu plus jeune de 4 ou 5 ans que ces jeunes que l’on voit dans ce documentaire.  

1981, c’est l’année de l’élection historique de François Mitterrand. Il m’a fallu des années après sa mort (récemment) pour comprendre et apprendre que Mitterrand a souvent été un homme politique plus préoccupé par sa carrière politique et le Pouvoir que par la société française. C’est aussi, récemment, que j’ai découvert son rôle peu honorable d’homme d’Etat français pendant la Guerre d’Algérie. Et je me demande ce que son élection avait pu faire à certaines Algériennes et à certains Algériens qui avaient connu la Guerre d’Algérie (1954-1962).  

Je me rappelle encore des cris de joie de mes parents dans notre appartement de HLM, dans le salon, lors de l’élection de Mitterrand en 1981. Plusieurs des jeunes que nous voyons dans ce documentaire, pour ceux qui sont d’origine algérienne, sont sans doute des enfants de celles et ceux qui avaient connu la Guerre d’Algérie.  

 

A côté de ça, (1981, c’est aussi l’année de la mort de Bob Marley) en regardant ce documentaire, je me suis aussi dit que je m’en étais véritablement plutôt « bien » sorti compte-tenu de la cité où j’avais grandi à Nanterre.    

 

D’une part parce qu’à l’époque, ça ne s’était pas autant dégradé comme par la suite. Même si j’ai connu- de près ou de loin- quelques personnes  qui ont « mal tourné » à partir de l’adolescence, dans ma cité, ça allait « mieux » que dans d’autres cités et dans d’autres villes de banlieue hier et aujourd’hui.  

 

Je pense à la Seine Saint Denis dont sont originaires Kool Shen et Joey Starr du groupe de Rap NTM dont j’ai le même âge à un ou deux ans près. La Seine Saint Denis reste, je crois, le département le plus pauvre de France. Alors que le 92, où j’ai grandi (dans une tour HLM de 18 étages) est encore à ce jour, le plus riche de France. Mais comme on le voit dans ce documentaire sur les Canibouts, on peut vivre dans le 92 et être mal parti dans l’existence. On peut aussi venir du 92 ou y habiter (je n’ai pas vérifié) et être l’un des Rappeurs les plus populaires depuis des années : Booba.

De toute façon, question musique, on peut venir de partout. Si ce que l’on fait plait, celles et ceux qui écoutent ne nous demanderont pas nos papiers.  

 

D’autre part, je m’en suis sans doute bien sorti parce-que mes parents ont su me donner des limites. Parce-que j’ai été en mesure de les accepter.  Parce qu’ils ont été suffisamment solides mentalement dans la vie et qu’ils ont toujours eu un emploi qui leur a permis d’assurer les frais de la vie quotidienne. Mon père n’est pas alcoolique. Ma mère n’était pas dépressive. Mes parents ont continué de faire « couple » comme on dit, pour le pire et le meilleur. On peut s’en sortir sans ça mais c’est plus difficile.

 

J’ai aussi reçu de l’amour d’une façon ou d’une autre quand j’ai grandi. On peut aussi vivre sans amour, Romain Gary l’explique très bien, mais c’est aussi plus difficile.  

 

Je m’en suis également à peu près sorti parce que mes parents ont pu nous emmener ailleurs (colonies de vacances pour moi – c’était moins cher à l’époque- moments de retrouvailles avec d’autres membres de la famille,  fêtes foraines,  fêtes antillaises, séjours en Guadeloupe par le biais des congés bonifiés).   

Et aussi parce-que mon père m’a permis, avec des méthodes pédagogiques personnalisées datant de la bible,  à la lumière flottante de la bougie et à coups de ceinture pénétrante, de raccrocher le wagon de la scolarité que j’avais commencé à laisser filer :

Je me sentais peu concerné par l’école en prime abord au CP, préférant rêver. Jouer. Et regarder la télé. Quelles drôles d’idées !

Grâce à mon père, je suis devenu performant à l’école. Et, lorsque j’écris un nouvel article, afin de m’encourager, je dépose toujours une petite ceinture à côté de moi. Et, j’allume une bougie. Quelques fois, quand ça ne marche pas comme je veux, je frappe l’écran de l’ordinateur à coups de ceinture. Après ça, je me sens mieux. Je vois mieux où j’en suis et je peux reprendre mon article.

Vous n’avez aucune idée du nombre de coups de ceinture que mon écran d’ordinateur a pu recevoir juste pour cet article.   

Puis, j’ai découvert le plaisir de la lecture et l’existence de la bibliothèque municipale, endroit magique, par le biais d’un de nos instituteurs de l’école primaire (publique).  

 

Dans ce documentaire sur les Canibouts, j’ai aimé entendre – sans doute pour la première fois- Yves Saudmont, l’ancien maire communiste de Nanterre, qui avait longtemps eu pour moi l’image du maire inamovible jusqu’à ce que sa suppléante, Jacqueline Fraysse-Casalis, ne prenne sa succession. Jusqu’aux années 2000 et la la tuerie qui avait eu lieu lors d’un conseil municipal présidé par Jacqueline Fraysse-Casalis.

J’avais entendu parler de la tuerie par les média ainsi que par un collègue qui avait aussi grandi à Nanterre.   

La mairie de Nanterre, où a eu lieu la tuerie, est proche de la bibliothèque de Nanterre. Un parvis les sépare. Mes parents s’y sont mariés en 1985. En 1985, après avoir été au collège Evariste Galois, après avoir été à l’école primaire Robespierre, j’étais au Lycée Joliot-Curie.

Une rue sépare le Lycée Joliot-Curie de la mairie comme de la bibliothèque. Environ cinq cents mètres.

La bibliothèque est en hauteur. A mon époque, la bibliothèque “surmontait” un supermarché Casino. Casino où j’ai rarement fait des achats ( biscuits ou autres friandises) : les prix de ce Casino m’ont toujours marqué par leur “hauteur”. Plus élevés que le supermarché Sodim, puis le Félix Potin, de ma cité. Plus élevés que le Suma près du collège Evariste Galois. Ce qui ne m’a pas empêché de voler dans leurs rayons. Et de finir par me faire attraper- pour un vol de crêpes bretonnes ( 5,25 francs les 10)-  par le “vigile” de Suma. Un homme d’origine asiatique.

 

Lorsque j’arrivais à la bibliothèque, toujours à pied, j’étais auparavant passé “devant” le théâtre des Amandiers. Théâtre où je suis, à ce jour, allé une seule fois dans ma vie. C’était avec notre prof de Français de 3ème, Mme Askolovitch/ Epstein, afin d’aller y voir Combats de Nègres et de chiens. Pièce de théâtre qui m’avait moins plu- que j’avais moins bien comprise- que le film E.T de Spielberg que nous étions aussi allés voir avec elle au cinéma de la Défense de l’époque. 

Après être passé “devant” le théâtre des Amandiers, je passais devant la piscine de Nanterre où j’étais allé à la piscine avec l’école et où mon père m’a appris à nager la brasse à sa façon avant de m’inscrire à des cours de natation auxquels je n’ai pas toujours été assidu.

Puis, suivait le stade de Foot avec sa piste d’athlétisme que j’ai connue en cendrée, avant celle en tartan du stade Jean Guimier construite plusieurs années plus tard, en bordure du parc de Nanterre.

Mes années Carl Lewis. Mes années Miles Davis, Jazz, Dub et Reggae.

Mes années “Conscience Noire” avec des modèles noirs principaux américains même si je connais Aimé Césaire et la Négritude de nom. Le Zouk de Kassav’, et, avant lui, d’autres tubes de groupes antillais- dont des groupes haïtiens, me parle aussi. J’ai aimé The Message de Grand Master Flash quelques années plus tôt. Mais j’ai aussi aimé Gaby, oh, Gaby de Bashung. Comme j’ai aimé écouter Love on the beat  de Gainsbourg, Everything wants to rule the world  de Tears For Fear, le Tainted Love de Soft Cell ou des tubes de Depeche Mode.

Par contre, je n’aime pas le Hard Rock. Je n’écoute pas la musique classique. Et je rejette la variété française que je vois comme de la crécelle. Je suis admiratif devant le Break Dance et tout ce qui concerne la danse Hip-Hop. Bien-sûr, James Brown et d’autres artistes noirs américains tirant dans le Funk et la Soul font partie de mes modèles. Dont Michaël Jackson. 

Mais je ne comprends rien à cet engouement ainsi qu’à tout ce tapage autour du groupe U2 avec l’album War

 

A l’extérieur de ce cirque aussi mental que musical, il est un autre endroit à cette époque où je fais beaucoup de cercles :

Je connais le parc de Nanterre beaucoup plus pour y avoir fait des footing et des entraînements d’athlétisme que pour m’y être promené. Avec mon club d’athlétisme, l’Entente Sportive de Nanterre, ou ESN, qui reste un des meilleurs exutoires de mon adolescence.

Le théâtre des Amandiers a le parc de Nanterre derrière lui. Le théâtre des Amandiers est à quelques centaines de mètres de l’arrêt de bus 304 qui permettait (qui permet?) en prenant la direction de Colombes, d’aller à la Préfecture, accessible à pied, à la gare de Nanterre-Université, mais aussi de se rendre à la Maison de Nanterre ( l’hôpital de Nanterre) proche des Canibouts.

Si l’on prenait ( si l’on prend ?) le bus 304 dans la direction de la place de la Boule, on arrive rapidement devant le Lycée Joliot-Curie, la bibliothèque et la mairie de Nanterre. 

 Lorsque je me rapprochais, enfant, puis collégien et lycéen, de l’entrée de la bibliothèque de Nanterre, on pouvait voir la mairie de Nanterre en contrebas, sur la droite.

 

  Je connaissais “le tueur” de la mairie de Nanterre.  Je l’avais connu au lycée Joliot-Curie de Nanterre. Je me souviens bien de lui ( Au Lycée). J’avais alors à peu près l’âge qu’ont ces jeunes des Canibouts dans le documentaire. L’une des seules personnes rencontrées dans ma jeunesse à Nanterre qui a pu faire parler de lui, médiatiquement, est un tueur. Une personne qui, après son acte, s’est suicidée en se jetant par la fenêtre du commissariat.   

 

Dans le documentaire sur les Canibouts, en 1981, en écoutant Yves Saudmont  j’ai pu m’apercevoir- et m’étonner- de son érudition et de sa grande aisance pour s’exprimer. Aisance supérieure pour ce que j’en ai vue à celle du Maire actuel d’Argenteuil, Georges Mothron.  

Mais, pour résumer, il suffit de regarder ce documentaire pour à la fois penser au film Le Thé au harem d’Archimède de Mehdi Charef. Pour penser à certaines émeutes dans « les » banlieues. Pour comprendre que l’avènement du Rap comme prise de parole d’une certaines jeunesse et d’une certaine catégorie de la population française (au départ plutôt défavorisée socialement, économiquement voire racialement) allait couler de source. Mais aussi que le FN, devenu RN, allait connaître une ascension constante. Ainsi que l’intégrisme religieux. Mais aussi le terrorisme. Comme certaines mouvances fascistes et néo-fascistes. Et certains groupes d’autodéfense. Et, évidemment, tant de mouvements de contestation sociale.  

 

Voir dans ce documentaire que le quartier de la Défense était devenu une sorte de « paradis » pour les jeunes des Canibouts (mais aussi pour bien d’autres jeunes, dont j’ai fait partie) avec la création du centre commercial Les Quatre Temps est tout un symbole :  

Le quartier de la Défense est un quartier d’affaires.  

 

Pendant que nous étions des milliers de jeunes à venir baver sur des vitrines et sur une richesse matérielle qui nous semblait le but principal à atteindre dans une vie au point d’être toujours volontaires pour dépenser un argent qui nous manquait tout le temps, quitte à chouraver dans les rayons, apprenant en cela notre future activité d’addicts et de consommateurs, d’autres, que nous ne voyions pratiquement jamais ou alors sur un écran ou dans un journal, faisaient de véritables affaires et voyaient beaucoup plus loin que nous dans l’espace et dans le temps.  A défaut de croire en nos capacités d’aller sur la lune un jour, nous voulions bien nous contenter de nous rendre dans un centre commercial. Ça compensait.  

 

La Défense, aperçue, au fond, avec la Grande Arche, depuis le parc de Nanterre.

Quarante ans plus tard, en 2020,  notre monde a évolué : En plus des boutiques physiques,  Internet et nos vies numériques se sont développées entre-temps et nous nous y sommes acculturés. Nous sommes contents de pouvoir baver en illimité, si nous le voulons, à n’importe quelle heure, sur quelque chose à mater, à chouraver, à consommer ou à acheter. On peut même l’écrire, le filmer ou le photographier et le mettre en ligne. Aux lignes de coke que l’on sniffe s’ajoutent désormais nos vies que nous mettons nous-mêmes en ligne et que d’autres peuvent sniffer, identifier ou détester.   

 

Aujourd’hui, nos cités sont aussi devenues numériques. Et nous avons parfois beaucoup de mal à en sortir. Peut-être réapprenons-nous en permanence à vider notre mémoire et à devenir amnésiques. Le pied !    

Franck Unimon, vendredi 10 avril 2020. ( Photos prises en Mars 2019).  

read more