Pusher III : Journée de merde pour papa-poule

» Posted by on Avr 28, 2020 in Cinéma, Corona Circus | 3 comments

Pusher III : Journée de merde pour papa-poule

 

 

 Pusher III : L’Ange de la Mort :   Journée de merde pour papa-poule.

 

 

Certains ont la gueule de bois après une nuit presque blanche passée à la rougir avec du vin ou à essayer de la filtrer auprès d’alcools et de substances. Moi, parfois, je regarde des images. Une image entraîne l’autre. Il y a toujours une nouvelle et bonne raison pour continuer d’autant que, sur le net, le bar ne ferme jamais. Le bar de ma mémoire, aussi, ne ferme pratiquement jamais. Et, certaines fois, il est même plus ouvert que d’habitude.

 

Lorsque ces deux bars entament en même temps leur happy hour, débute alors une compétition entre les deux et je ne sais pas lequel va prendre l’avantage sur l’autre. 

 

 

Les salles de cinéma sont aujourd’hui fermées depuis plus d’un mois. L’industrie du cinéma va sans doute peiner à s’en remettre comme une bonne partie de l’économie. Dans le Monde, des personnes ont à nouveau perdu leur emploi ou vont le perdre. D’autres ont perdu leur vie. D’autres encore font désormais la queue à la soupe populaire pour manger. Ou cherchent où se loger.

 

Nous connaissons suffisamment l’origine officielle et directe de cette nouvelle grave crise économique : une crise sanitaire mondiale (très) mal anticipée par une bonne partie des gouvernements encastrés depuis des années dans un certain régime économique et politique.  Des gouvernements- des entrepreneurs, des financiers mais aussi des économistes et des penseurs- lovés dans un certain régime de pensée qu’ils entendent continuer de servir coûte que coûte.

 

Certains pays s’en sont mieux sortis que d’autres : Taïwan, Singapour, la Corée du Sud. L’Afrique, finalement, ne s’en sortirait pas trop mal mais va souffrir de la faim. Et sans doute de guerres, aussi.

 

En Europe, l’Allemagne est à nouveau citée en exemple. En Scandinavie, cela se passerait plutôt « bien », aussi.

 

Grâce à ce qui reste de son système de santé et de sécurité sociale qu’elle s’est pourtant attachée à démanteler depuis une vingtaine d’années, la France fait mieux que les Etats-Unis et sans doute mieux que la Russie ou l’Arabie Saoudite. Mais l’inexpérience française de ce type de situation – contrairement à certains pays asiatiques qui ont déjà connu des épidémies assez « voisines »- ajoutée à des approximations politiques inspirent vraisemblablement des proches et fortes contestations sociales.

 

 

Pusher III ou L’Ange de la Mort de Nicholas Winding Refn se déroule au Danemark, à Copenhague, principalement. Normal, Nicholas Winding Refn est Danois.

 

Plusieurs années avant de se faire connaître avec son film Drive ( réalisé en 2011 avec l’acteur Ryan Gosling), Nicholas Winding Refn avait entre-autres réalisé sa trilogie Pusher dont le premier volet date de 1996. Pusher III ou L’Ange de la mort ( le dernier volet) a été réalisé en 2005.

J’ai eu le plaisir d’aller découvrir cette trilogie au cinéma à Paris vers 2006 ou 2007. Elle avait eu de bonnes critiques et un succès public plutôt confidentiel.

 

Dans mes souvenirs, à Paris,  la trilogie Pusher a été projetée plusieurs semaines dans deux salles ( peut-être trois). Je me rappelle d’un Complexe UGC et du cinéma Le Publicis où j’étais allé voir chacun des films de cette trilogie, plusieurs fois. Au moins deux fois chacun, je crois. Puis, dès que je l’ai pu, j’ai acheté les films en dvds.

 

 

Pour l’anecdote, une fois, plusieurs années plus tard, je me suis retrouvé assis à côté de Nicholas Winding Refn. C’était après Drive, sans doute, au forum des Images, pour une Master Class dont il était l’invité. Le temps de descendre «  sur scène », Nicholas Winding Refn s’était assis sur ma droite.

Et j’ai eu l’occasion d’interviewer l’acteur Mads Mikkelsen pour son rôle dans Le Guerrier silencieux, réalisé par Nicholas Winding Refn en 2009.

Mads Mikkelsen ( qui s’est fait connaître pour son rôle du Chiffre  dans le très bon Casino Royale réalisé en 2006 par Martin Campbell) est présent dans deux des films de la trilogie Pusher ( mais pas dans L’Ange de la mort) ainsi qu’au moins dans un autre des premiers films de Nicholas Winding Refn. Dans un autre article, je pourrai parler un peu mieux de cette rencontre avec l’acteur Mads Mikkelsen. Car la grande vedette de Pusher III ou L’Ange de la Mort, c’est Milo, l’acteur Zlatko Buric’ d’origine serbe.

 

Milo, l’acteur Zlatko Buric’.

 

 

Dans Pusher III, Milo, l’impitoyable mafieux du premier volet de la trilogie décide donc de devenir clean et fréquente les N.A de Copenhague. C’est la scène d’ouverture du film.

A « l’époque », lorsque j’avais vu le film la première fois, j’avais cru à une esbroufe de la part de Milo.  Je m’étais d’abord dit que c’était une ruse pour faire bonne figure et endormir la police s’il était sous surveillance. Et j’avais beaucoup rigolé en entendant Milo prendre la parole au sein des Narcotiques Anonymes et déclarer qu’il était « clean » depuis cinq jours.

 

Mais, je me trompais.

 

Lorsque débute l’histoire, sa fille Milena ( l’actrice Marinela Dekic) – que l’on voit pour la première fois- fête son 25ème anniversaire ce jour-là. Et, Milo, en « papa poule »  s’est engagé à cuisiner pour les 45 personnes présentes à cet anniversaire. Cela se complique assez vite puisque Milo évolue dans un milieu où l’on boit de l’embrouille au goulot. Et, aussi, parce-que l’on s’aperçoit que sa fille chérie Milena ( infirmière nouvellement diplômée : on appréciera le clin d’œil involontaire à la crise sanitaire actuelle due au Covid-19) se révèle impeccable dans le rôle de la jeune femme autoritaire, capricieuse et méprisante. Et tout se réunit pour que ce qui devait être une très belle journée se transforme en journée de merde pour papa poule.

 

Ce qui m’avait beaucoup plu dans cette trilogie et que Nicholas Winding Refn a perdu en tournant désormais à Hollywood, qui plus est en langue anglaise, c’était évidemment cette patte danoise que je découvrais. Cette langue, ces accents, ces ethnies, ces lieux, ces physiques ( turcs, serbes, albanais, danois…). L’humour et le réalisme des situations ( la très grande connaissance ethnologique et culturelle de Winding Refn est étonnante).  Cette aspiration à s’intégrer dans la société danoise et à rêver en grand souvent pathétique et comique alors même que l’on est une ordure dans ce pays si « clean » et si riche que peut être, en apparence mais aussi pour l’exemple, le Danemark.

 

 

J’ai oublié ce qui m’a donné l’idée, en ce mois d’avril 2020, de sortir la trilogie Pusher de mes étagères. Peut-être le fait de prêter un de mes deux coffrets à un collègue cinéphile qui m’a sollicité afin que je lui fasse découvrir des films. Et après Noi Albinoi ( 2002, Dagur Kari) et Sicario (2015, Denis Villeneuve) mais aussi Ultravixens ( 1979, Russ Meyer), j’ai pensé à la trilogie Pusher.

 

Sur la jaquette du coffret de la trilogie de Winding Refn, il est fait référence à Scorsese. Pourquoi pas. Sauf que Scorsese n’a pas tourné de films au Danemark. Et je ne crois pas qu’il y ait vécu non plus. Ceci pour dire que l’on peut regarder Pusher sans appréhender de voir la tête de Scorsese apparaître dans chaque plan.

 

Avant hier, j’ai aimé revoir Pusher III et je reverrai peut-être les deux autres volets.

Néanmoins, une scène en particulier dans Pusher III m’a donné envie de revoir ce volet. Et j’ai revu cette scène plusieurs fois, ai repensé à elle ensuite avant de revoir ce troisième volet intégralement avant hier :

 

La scène dure un peu plus de cinq minutes. Elle débute aux environs de la 34 ème minute et quarante secondes et s’achève à peu près à la 39 ème minute et 59 secondes.

 

Avant que la scène ne démarre, Milo, aux Narcotiques Anonymes a confié :

 

« Ma vie est vraiment chaotique » ; « Des collègues à moi me causent beaucoup de stress ». Et Milo de reconnaître qu’il s’est déjà dit que s’il reprenait un peu d’héroïne, que cela irait mieux.

 

Ce que Milo cache aux Narcotiques Anonymes, c’est que, s’il est effectivement, tel un homme d’affaires sous pression, c’est parce-que, d’un côté, le jeune Muhammad, auto-proclamé «  King of Copenhague » (d’origine turque) lui a lancé «  Faudra te faire à la génération nouvelle ! » et qu’il a dû s’en remettre à lui pour revendre de l’ectasy, produit qu’il ne connaît pas. Parce-que ses hommes de main et de confiance sont tous malades, intoxiqués vraisemblablement par les sarmas qu’il a lui-même cuisinés. Et aussi parce-que les « Albanais », ses fournisseurs habituels d’héroïne pour lesquels il a accepté de revendre l’ectasy, en profitent pour tenter de prendre l’ascendant sur lui. Au milieu de tout ça, Milo peut compter sur les exigences entêtantes de sa chère fille Milena qui semble avoir délaissé les  conjugaisons  de l’empathie dès ses premières couches culottes pour leur préférer les additions de la télépathie et du cash.  Car, comme le dit Mike, le petit ami de Milena qui «  n’a pas inventé la poudre » ( dixit Milena à Milo) :

 

« Milena a des goûts de luxe ».

 

Et c’est là que débarque Kurt le con ( l’acteur Kurt Nielsen) à la 35 ème minute. Cette scène est magistrale. Milo est alors dans un restaurant tenu par des Asiatiques. Assis le cul entre plusieurs problèmes, d’un côté Milena et son anniversaire, de l’autre Muhammad qui ne répond pas à ses appels et les « Albanais » qui le font chier, Milo essaie de s’appliquer à ce que tout se passe bien pour l’anniversaire de Milena, qui, évidemment, ne sait rien de ses emmerdes.

 

Au départ, une simple vitre sépare Kurt le con de Milo. Kurt le con, on l’a vu dans le deuxième volet de Pusher. C’est à la fois un dealer mais aussi un très grand consommateur. Un personnage assez beauf, un peu bébête, plutôt en bas de l’échelle sociale du trafiquant de drogue alors que Milo est bien au dessus. Mais Kurt le con a ses combines bien à lui. Il sait aussi retomber sur ses pattes. Et, là, il nous donne une leçon de perspicacité beauf. Le peu qu’il sait du genre humain tendance accroc, il  la met sur la table dans cette scène où il se montre aussi hilarant, inoffensif qu’impitoyable. Pour moi, c’est un modèle de jeu d’acteur. Un chef-d’œuvre en moins de cinq minutes. Je vais essayer d’expliquer pourquoi.

 

D’abord cette vitre, cloison de séparation fragile entre un intérieur et l’extérieur.

 

A l’intérieur,  Milo, goûte à la fois un peu au calme mais est de plus en plus à bout. Et lorsque c’est comme ça, le temps passe lentement. Très lentement. Trop lentement.

L’extérieur, à ce moment-là, c’est la rue, plutôt calme. Mais aussi la nuit. Il doit y avoir deux clients dans le restaurant. La plupart des honnêtes gens dorment ou sont chez eux ou chez leur amant ou chez leur maitresse. Milo, lui, attend sa commande de poissons frits. Pour l’anniversaire de sa fille. Pour remplacer les sarmas qu’il a décidé de jeter avant que des invités n’en mangent et ne tombent malades. D’un naturel très sûr de lui, du genre psychorigide, mais aussi très méfiant, il a fallu plusieurs heures à Milo pour admettre que, finalement, ses sarmas sont peut-être bien responsables de l’intoxication alimentaire qui a donné la diarrhée à ses hommes.

 

Et dans toute cette chiasse, le seul génie qui sort de la nuit : Kurt le con qui tape soudainement à la vitre. D’abord pour saluer.

 

Kurt le con fait beauf. Mais il a aussi une dégaine de clodo. Il pourrait tout aussi bien sortir de l’hôpital psychiatrique dans le sens péjoratif du terme. Ceci pour dire que c’est le profil du mec qui a plutôt raté sa vie. Mais qui est amusant. Il pourrait briguer le poste de fou «  de la ville » ou du « village ». Alors, Milo le laisse s’approcher. Ils se connaissent si bien l’un et l’autre ( leur monde est un microcosme). Ils se sont tant de fois reniflés.  Et, ils sont en bons termes même s’ils ont pu avoir des désaccords pour des histoires de deal ( Pusher II).

C’est comme ça que Kurt le con devient Grand en s’asseyant à la même table que Milo et face à lui après que celui-ci, pour une fois, lui serre la main. Milo n’a rien à craindre de Kurt le con qu’il voit principalement comme un grand bouffon. Au pire, cela lui permettra de faire passer un peu le temps se dit sûrement Milo en le voyant s’approcher.

 

Après une blague dont Kurt le con a le secret ( je vous laisse la découvrir) celui-ci entretient Milo à propos du seul sujet qu’il connaisse, du seul sujet qui vaille pour lui :

 

La dope.

 

Et Milo, qui est en « rehab », décline la proposition de Kurt le con qui sait très bien ce qu’il aime. L’héroïne. Le fait de prononcer le nom de la substance magique, c’est déjà prendre un peu du souffle de Milo. Et Kurt le con a l’œil. Lorsqu’il dit à Milo :

 

« C’est vrai, tu es devenu un Saint, maintenant …. ». On sent encore toute cette différence de classe sociale entre Milo qui serait supérieur ou regarderait les gens de haut et Kurt le con qui sait qu’il est en tout bas. Et qui remet un peu en cause cet ordre mais sans animosité et, officiellement, sans rancune. Il est difficile de lire profondément en Kurt le con.

 

Puis, vient la question de Kurt le con à Milo : «  T’es clean ? ». Là, ce passage devient extatique. Parce-que dans ce «  T’es clean ? », Kurt le con semble poser une question abstraite. Dire qu’on est clean, c’est comme parler de l’Au-delà. C’est une aspiration que l’on peut avoir lorsque l’on est addict mais qui reste de l’ordre de l’extraordinaire. De l’impossible. Donc, c’est comme si Milo avait affirmé qu’il était extra-terrestre. Ou qu’il était mort et ressuscité. Que de droitier, il était devenu gaucher en cinq leçons.

 

 Etre « clean », quand on écoute et regarde Kurt le con, on comprend que c’est peut-être, à ce qu’on dit, aussi bon que de prendre de la drogue, mais ça reste à voir. C’est comme l’histoire du paradis. Il semblerait que ça existe.

 

Foncièrement, Kurt le con ne connaît pas grand monde qui soit véritablement clean ou qui le soit resté suffisamment longtemps pour pouvoir le vérifier. Et, Kurt le con est le genre de personne très pragmatique qui ne croit que ce qu’il voit. Et, il voit très bien que Milo «  transpire » même si celui-ci vient de répondre que «  tout va bien ». Nous, spectateurs, nous savons pour quelles raisons, et on le comprend, Milo peut transpirer depuis le début du film. Kurt le con, pas si con que ça donc, rien qu’en observant Milo ainsi que par intuition et par expérience, détecte, lui, le mensonge dans les propos et dans le comportement de Milo. Et c’est un des autres nombreux gros points forts du film :

 

A l’anniversaire de sa fille, Milo donne le change et personne (à part peut-être, Mike, le copain de Milena) ne remarque qu’il joue la comédie en souriant et en rigolant.

Il suffit de moins de cinq minutes ( la rencontre dure à peine une minute) à Kurt le con pour « dépister » Milo et voir qu’il est tendu. Et en manque….

 

Qui sont nos vrais proches ? Qui nous connaît le plus intimement ? Celles et ceux avec lesquels nous choisissons d’avoir une vie sociale, légale, rangée et normale ? Ou tous les autres ? Celles et ceux qui nous ont vus foncer à travers les lois et les règles. Et qui étaient parfois ou souvent nos complices, nos témoins ou nos adversaires lorsque nous étions hors-la-loi et/ou sans masque. En moins de cinq minutes, la scène avec Kurt le con claque ce genre de domino sur la table. 

 

Tout, dans cette scène, est à prendre. Depuis l’irruption de Kurt le con jusqu’à l’interruption de la scène et la sortie de Kurt le con. Et, évidemment, cette rencontre entraîne d’autres réactions de Milo jusqu’au dénouement du film.

 

Des films et des séries, nous en voyons et pouvons en voir et en regarder beaucoup même si actuellement les salles de cinéma sont confinées. Peut-être que beaucoup de salles de cinéma vont fermer à court ou à moyen terme du fait des conséquences économiques de l’épidémie. Et que le cinéma sera, alors, encore plus diffusé par VOD.

Ceci pour dire que nous avons aujourd’hui de toute façon un accès à une quantité énorme d’images. Mais certaines images et certains films restent plus que d’autres. Et on regarde beaucoup d’images de façon automatique, par convention, par gentillesse et aussi par politesse.

 

Malgré notre esprit critique, la surabondance d’images fait que l’on s’habitue à prendre le temps de regarder et  à en voir comme on peut s’habituer à manger des légumes et des fruits qui n’ont pas de goût parmi d’autres plats, fruits et légumes, qui, eux, nous marqueront pour leurs attraits.   

 

Cette scène entre Milo et Kurt le con m’a rappelé ce que ça peut faire de regarder un film qui a du goût. Ou ce que je peux à peu près rechercher dans un film. J’ai l’impression que je l’avais oublié. Bien-sûr, on ne peut pas toujours voir des chefs-d’œuvre. On n’est pas toujours suffisamment bien disposé soi-même d’ailleurs pour s’apercevoir que l’on a un chef-d’œuvre devant soi, qu’il s’agisse d’un film, d’un livre, d’un moment ou d’une rencontre. Mais qu’est-ce que ça fait du bien de le voir ! Le cinéma, aussi, peut jouer ce rôle-là. Nous rappeler qu’il suffit parfois d’une scène, d’un moment, de quelques secondes ou de quelques minutes, pour que nous puissions revenir à ce que nous aimons, à ce que nous sommes, à ce que nous savons faire :

 

Le vrai message de Pusher III ou L’Ange de la mort, pour moi, n’est pas que Milo aime l’héroïne et la défonce et que c’est un psychopathe et un  mafieux. Mais qu’il refuse d’être la pute ou l’esclave de qui que ce soit et qu’il fera tout son possible, comme il  se l’est promis à la mort de sa femme, pour offrir à sa fille tout ce qu’elle voudra. En cela, Milo est bien d’une certaine façon l’équivalent du personnage interprété par l’acteur Michael Shannon dans Take Shelter de Jeff Nichols ( 2011). Dans L’Ange de la mort comme dans Take Shelter, le héros principal étant le double- idéalisé- du réalisateur. Et c’est, à chaque fois, un héros qui se retrouve seul face à certaines décisions importantes et qui finit par trancher en prenant des risques.  

 

Franck Unimon, ce mardi 28 avril 2020.

 

 

 

3 Comments

  1. Desempenho em equipes de saúde – manual. https://www.lola.ind.br/p/libid-gel/

  2. Mexa-se: Fazer exercícios é forçoso para a saúde. https://www.torrepalace.com.br/brutos-gel-funciona-mesmo/

  3. Esta política fue creada en Brasil en marzo de 2008. https://www.sobrecarga.com.br/colastrina-preco/

Trackbacks/Pingbacks

  1. The Charmer | Balistique du quotidien - […] Esmaïl est iranien. Il vit au Danemark depuis deux ans. Il n’a rien à voir avec Milo et Kurt…
  2. The Charmer : Esmaïl, homme de fois. | Urban Tracks - […] Esmaïl est iranien. Il vit au Danemark depuis deux ans. Il n’a rien à voir avec Milo et Kurt…

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>