Posts made in décembre, 2021

Matrix Résurrections- un film de Lana Wachowski

»Posted by on Déc 23, 2021 in Cinéma | 0 comments

Matrix Résurrections- un film de Lana Wachowski

 

                           Matrix Resurrections un film de Lana Wachowski

 

 Dix huit ans plus tôt, Matrix Révolutions clôturait de manière bâclée la trilogie Matrix. Le premier Matrix, réalisé en 1999, avait été le mieux réussi. Les deux suivants, Matrix Reloaded puis Matrix Révolutions s’étaient suivis de trop près. Même si j’avais aimé voir ces deux suites, j’avais été soulagé de voir la fin de Matrix Révolutions des « frères » Wachowski.

 

Après ça, même si les frères Wachowski, devenus ensuite des femmes, avaient réalisé d’autres films, ceux-ci avaient moins captivé le public. Ou m’avaient moins donné envie de tous les voir. Matrix avait fait beaucoup parler. V pour Vendetta ? Parlez en à celles et ceux qui connaissent l’œuvre d’Alan Moore que les Wachowski avaient adapté. Je ne suis pas sûr qu’ils aient unanimement apprécié le rendu. Alan Moore, quant à lui, a renié toutes les adaptations cinématographiques qui ont pu être faites de ses œuvres.

 

L’acteur Keanu Reeves/ Néo avait aussi du mal à se remettre de ce gros coup de booster que lui avait donné la trilogie Matrix. La carrière de Keanu Reeves est vraiment très particulière. Passé par le cinéma d’auteur avec My Own Private Idaho de Gus Van Sant qui dérangerait certaines mœurs, il avait ensuite « décollé » commercialement dans des films de très grands réalisateurs tels Francis Ford Coppola dans Dracula où il jouait un jeune romantique innocent puis dans des films d’action pour adolescents : Speed, Point Break.

Keanu Reeves était un peu l’un des alter-ego, en moins populaire, d’un Tom Cruise d’avant Magnolia de Paul Thomas…Anderson.

 

Anderson, l’homme quelconque que personne ne remarque. Même pas frustré comme José Garcia ou Philippe Harel dans le film Extension du domaine de la lutte  adapté d’un des livres de Michel Houellebecq.

 

Même pas bouffi de rage comme Chris Penn dans Nos Funérailles d’Abel Ferrara.

 

Même pas.

 

Gigolo dans My Own Private Idaho, Keanu Reeves/ Néo/ Thomas Anderson est asexué dans le premier Matrix. Ses pulsations érectiles sont au plus bas vu qu’elles sont inexistantes. Aucun stéthoscope sophistiqué ni aucune main habile ne saurait détecter chez lui ne serait-ce que des fourmillements d’ailes de papillon.

 

Malgré cette particularité assez fréquente dans les rôles de Keanu Reeves, cette asexualité et cette absence de…vice ou de sournoiserie dans ses rôles (comme savent en mettre un Samuel Jackson ou un Benicio Del Toro) Keanu Reeves a su véritablement retrouver une carrière après Matrix grâce à John Wick.

 

John Wick est un homme qui aspire à vivre tranquillement avec son chien et les chevaux de ses voitures et que quelqu’un contraint toujours à exécuter des gens.

 

Dans Matrix Resurrections, on retrouve du John Wick pour la coupe de cheveux. Cette coupe de cheveux est raccord avec le job qu’occupe désormais Thomas Anderson :

 

Celui de concepteur vedette dans une entreprise de jeux vidéos. J’ai beaucoup aimé cette réminiscence du succès qu’a pu connaître Thomas Anderson grâce à son jeu vidéo. Et, comment, elle a pu lui faire perdre un moment, un certain sens de la « réalité ».

 

J’ai aussi trouvé à Thomas Anderson un côté Bob Sinclar, le DJ français. Bien-sûr, Néo/Thomas Anderson, lui, s’y connaît davantage en mixage de scènes de combats qu’en mixage de titres de musique.

 

De quoi nous parle Matrix Resurrections  qui dure près de 2h40 ?

 

De la solitude.

 

Et de l’amour comme principal parachute devant le vertige de notre solitude. Les trois premiers Matrix parlaient déjà ça.

 

Bound réalisé auparavant par les frères Wachowski rajoutait de l’érotisme à cet amour entre deux héroïnes. Etonnamment, cet érotisme a disparu, a toujours été absent, entre Néo et Trinity (l’actrice Carrie Anne-Moss). Peut-être parce-que le tempérament de Trinity, « plus masculin ? », apparaît comme incompatible avec l’érotisme compte tenu de la « féminité » de Néo pour les Wachowski ?

 

Cela surprend pour des réalisateurs qui ont été capables de changer de genre. Et c’est d’autant plus étonnant après un film comme Border réalisé par Ali Abassi ( d’après une œuvre littéraire) qui nous montre que les rôles masculin et féminin peuvent être inversés tout en préservant de l’érotisme au sein d’un couple.

 

Pourquoi est-ce que j’insiste autant que ça sur ces questions de « genre » ? Parce-que les scènes d’actions, même si elles sont bien sûr réussies dans Matrix Resurrections, sont là pour assurer le spectacle et y arrivent bien dans l’ensemble. Et puis, en regardant un peu, on voit bien que Lana Wachowski met des indices de « genre » selon moi moins affirmés dans la trilogie initiale.

Le jeune Morpheus est ainsi au minimum queer ou homo dans Matrix Resurrections ou flirte en tout cas plusieurs fois avec le coming out homosexuel selon certains codes. Quant à ces histoires de pilule bleue et de pilule rouge, difficile, aujourd’hui, de ne pas penser un peu au chemsex ou, peut-être, au GHB.

 

L’allusion au ciel arc en ciel à la fin du film fait aussi penser au drapeau homo et à tous les mouvements militants LGBTQ+ où ce drapeau est visible. Il me semble que ces signes étaient moins présents dans la trilogie de départ.

 

J’ai beaucoup aimé la relation de Néo avec son analyste. Une relation de dépendance qu’a peut-être connue Lana Wachowski ou d’autres personnes. L’analyste étant le garant mais aussi le gardien d’une certaine réalité. Et, comme tout chaman, tout gourou malveillant, ou toute société mortifère, de cette réalité dans lequel il nous retient prisonnier, il peut décider de garder la clé. Dans Matrix Resurrections, la psychanalyse confesse et guide le Christ ( Néo). L’analyste semble avoir pris le pouvoir sur la religion. 

 

 

 

Les miroirs, dans Matrix, sont souvent présents. Et on les traverse. Mais les traverser, c’est aussi traverser notre propre identité. Nos limites seraient donc perméables de la même manière que nos muqueuses. Et ça, ça peut effrayer. Un analyste, c’est aussi un miroir. Un miroir qui nous fixe et qui nous empêche de le franchir. Comme de déborder hors de certaines limites. Dans Matrix Resurrections, Lana Wachowski continue de se battre avec les limites. On peut vraiment dire du film qu’il est « border line ».

La paranoïa environnante fait toujours l’atmosphère du film. Au point que l’on peut se demander comment, malgré ça, Néo et Trinity peuvent-ils arriver à s’aimer et se comprendre. Le coup de foudre, la destinée, nous répond à nouveau Lana Wachowski. Ouais….

 

Contrairement à Néo, Trinity semble toujours bien ancrée dans la réalité et très pragmatique.

 

 

Le film a aussi conservé ses moments de grand bavardage. C’est supposé être explicatif ou doit sans doute servir à créer un équilibre entre l’action et la réflexion. Mais Lana Wachowski a moins de verve que Tarantino. Et son style est trop « lourd » pour être un « pousseur d’âme » comme peut l’être le cinéma de Kieslowski.

 

Le scénario continue de tourner autour de : il faut absolument sauver quelqu’un que l’on aime. Autrement, cette personne va mourir. Pour cela, il nous faut désobéir. Notre temps est compté. Sinon, nous aussi, nous allons tous mourir, et, alors, nous ne pourrons plus jamais désobéir à qui que ce soit.

Les machines auront gagné.

 

 

Par contre, question humour, on a quelques scènes très réussies ( Ah, Lambert Wilson !).

 

Les autres bons côtés du film :

 

C’est très plaisant, en tant que cinéphile, de pouvoir aller voir la suite d’une trilogie que l’on a aimé découvrir au cinéma vingt ans plus tôt. Et Lana Wachowski sait inclure quelques scènes de cette trilogie dans le film.

 

Je me suis montré assez critique envers les vertus de l’amour selon Sainte Lana Wachowski, pourtant l’histoire d’amour entre Néo et Trinity m’est apparue réaliste. Et je trouve vraisemblable le rôle de femme joué par Trinity/Tiffany lorsqu’ils se revoient. J’aurais même aimé qu’elle se transforme en une sorte de Hancock au féminin avec ses deux « gamins » lorsqu’elle commence à se « réveiller ».

 

 

Ce Matrix Resurrections nous fait aussi du bien car il fait partie d’une histoire où nous étions davantage insouciants. Le premier Matrix était sorti avant les attentats du 11 septembre 2001 à New-York. C’était aussi une époque où internet et la téléphonie mobile se démocratisaient. Nokia, alors, était la référence mondiale en téléphone portable. L’iphone mais aussi Facebook n’existaient pas. L’urgence climatique, déja connue, était aussi moins discernée. Le diesel “coulait” alors à flots dans les réservoirs des voitures. 

 Matrix Resurrections, c’est aussi ça : un film qui se veut visionnaire et qui l’est à sa manière (il va être très difficile de traverser le miroir de la salle de bain chez soi même en étant éperdument amoureux) et qui appartient aussi à un passé où l’on pouvait faire certains choix disparus ou plus difficiles à faire aujourd’hui.  

 

La réalisatrice milite d’ailleurs aussi en faveur des salles de cinéma. Son film passe uniquement dans les salles de cinéma- comme c’était encore la norme au début des années 2000- alors que depuis quelques années, certaines maisons de production contournent les salles de cinéma pour promouvoir « leurs » films. Tandis que de nouvelles entreprises étrangères au cinéma telles Amazon se lancent de plus en plus dans des productions cinématographiques.

 

En conclusion :

 

 Matrix Resurrections n’est pas un chef d’œuvre mais je suis content d’être allé le voir dès son premier jour de sortie au cinéma. Par contre, je n’irai pas le revoir. Alors que j’avais vu Matrix trois fois à sa sortie.

Paris, 13 ème arrondissement, mercredi 22 décembre 2021.

 

 

Franck Unimon, mercredi 22 décembre 2021.

 

read more

Repousser ses limites pour Noël

»Posted by on Déc 19, 2021 in Vélo Taffe | 0 comments

Repousser ses limites pour Noël

Paris, près de l’église de la Madeleine, samedi 18 décembre 2021, entre 18h45 et 19h10.

 

” C’est bientôt, Noël, il faut se faire plaisir”.

Le train arrivait à la gare de Paris St Lazare. Deux dames conversaient entre elles. Une femme africaine d’une cinquantaine d’années et une européenne un peu plus jeune. La première avait eu du mal à se servir de son téléphone portable. La seconde lui avait expliqué que son téléphone portable était trop surchargé en documents. La plus âgée venait de prendre une résolution tandis que le quai se rapprochait :

“Je vais effacer toutes les photos et m’acheter un autre téléphone portable!”.

 

 

Près de l’église de la Madeleine, Paris, samedi 18 décembre 2021, entre 18h45 et 19h10.

 

Hier soir, j’ai repris mon vélo pour rejoindre mon lieu de travail depuis Paris St Lazare. Il y avait du monde en partance. Chacun semblait savoir précisément où il se rendait. Il y avait une espèce  d’urgence. Entre la gare St Lazare et la place de la Concorde, beaucoup de monde. Beaucoup de voitures.

 

Paris, le long des Tuileries, ce samedi 18 décembre 2021, vers 19h.

 

 

Mais aussi des gens contents d’être là et de se détendre. Les vacances de Noël avaient commencé.

 

 

Place de la Concorde, Paris, quelques minutes avant la photo précédente, ce samedi 18 décembre 2021.

 

 

Après la place de la Concorde, j’ai aperçu un homme avancer d’un pas pressé. Il portait des sacs que j’ai devinés remplis d’achats pour les cadeaux de Noël. Il fallait faire vite.

 

Parti en avance, j’ai pris mon temps pour quelques photos. Puis, au début du Bd Raspail, un cycliste m’a dépassé. Je me suis rappelé que j’allais au travail et j’ai voulu le rattraper. Au début, j’y suis arrivé. Celui-ci suivait une autre personne sur un deux roues équipe d’un moteur à pneus larges. Il se mettait en danseuse pour sprinter dès le début afin de se mettre “dans” la roue de l’homme “motorisé”. Difficile de savoir s’ils se connaissaient ou si celui que j’essayais de rattraper entendait profiter de cette opportunité pour s’entraîner. Il portait un Jean’s. Il était sur un vélo de “cycliste”. Moi, je me tenais droit sur mon vélo pliant, avec mon sac à dos transportant mes vêtements de rechange et mon repas pour le dîner et le petit-déjeuner. Ainsi qu’un livre ( Celui qui s’est échappé de Chris Ryan ). Je voyageais “léger”. Et, je voyagerai encore plus léger en reconnaissant qu’après plusieurs dizaines ou centaines de mètres, à mesure que le Bd Raspail montait et qu’il fallait s’arrêter au feu rouge puis repartir et se relancer, j’ai eu du mal à suivre. A repousser mes limites. Je n’ai pas été à la hauteur. Me mettre en danseuse comme l’autre devant ? Sur mon vélo pliant, acheté dans la chaine de magasins de sport grand public Décathlon, j’ai développé, plutôt qu’un braquet impitoyable, une sorte d’orgueil snob qui m’interdit de soulever mes fesses. Je pédale “droit” sans tortiller mes fesses de droite à gauche, surélevé au dessus de ma selle, laissant mes membres inférieurs faire leur travail et mon buste et ma tête s’occuper de la direction et de la stratégie à adopter. 

 

Mais hier soir, cette hiérarchie n’a pas suffi. Il en faut peu pour être distancé. Ensuite, l’écart se rallonge. Et, soit on persiste. Soit on revient à soi-même en se disant que l’on est à l’heure. Que l’on n’est pas là pour faire la course. Et, aussi, que douze heures de travail nous attendent.

 

Je suis arrivé tranquillement au travail. Lorsque j’ai pris ma douche, j’avais totalement oublié que je venais de perdre le maillot à pois du meilleur grimpeur du Bd Raspail.

 

Ce matin, j’ai fait le chemin en sens inverse en profitant pleinement de ce calme mental et matinal, dans les rues de Paris, un dimanche matin mais aussi un jour de vacances. J’ai croisé un homme qui faisait son footing. Sa belle foulée m’a donné envie de faire comme lui. Cela m’arrive quelques fois. Mais je ne peux pas être partout. 

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021, un peu avant 9 heures du matin.

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021, vers 9 heures du matin, près de la gare St Lazare.

 

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021, vers 9 heures du matin, près de la Gare St Lazare.

 

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021, vers 9 heures du matin, près de la gare St Lazare.

 

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021 vers 9 heures du matin, près de la gare St Lazare.

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021 vers 9 heures du matin, près de la gare St Lazare.

 

Paris, ce dimanche 19 décembre 2021, vers 9 heures du matin.

 

Franck Unimon, ce dimanche 19 décembre 2021. 

 

 

read more

Helie de Saint Marc par Laurent Beccaria

»Posted by on Déc 18, 2021 in Corona Circus, Puissants Fonds/ Livres | 0 comments

Helie de Saint Marc par Laurent Beccaria

Helie de Saint Marc par Laurent Beccaria

 

 

« Tu veux être bon ?! Va où est le chaos… ».

 

Nous sommes des millions, en France, à considérer qu’à partir de ce soir ( ce vendredi 17 décembre 2021)  vont débuter les vacances de Noël. Et de nombreux préparatifs, dans cette intention, ont déjà été entamés.

 

Qu’est-ce qu’on va manger ? Avec qui on va faire la fête ? Quoi offrir ?

 

Pour certains, Noël et ses vacances sont une période joyeuse. Pour d’autres, il s’agira d’un bataillon de leurres à endurer plus que d’autres jours. Une croix à porter.

Gare de Paris St Lazare, 7 décembre 2021.

 

 

Toutes ces illuminations et ces airs de musique optimistes. Avec ces suggestions de cadeaux qui se déversent même dans  des média « sérieux ». Forêts hormonales- et de nitrates- surgies brutalement et à travers lesquelles il s’agira de cheminer comme si tout cela était normal. Et qui disparaitront ensuite pour être remplacées par d’autres ténors magistraux : les soldes, la galette des rois….

 

Hélie de Saint Marc, lui, ne fêtera pas Noël. Il est mort en 2013…à 91 ans.  Après plus de 90 Noël. C’est une longévité étonnante pour un homme qui a fait beaucoup plus que de décorer des sapins de Noël.

 

Il a envoyé quelques hommes au sapin, en a vu d’autres se faire harponner par lui. Et, lui-même, dans sa jeunesse, avait évité de peu sa transformation en sapin. C’était pendant la Seconde Guerre Mondiale, dans un camp de concentration nazi. Il avait à peu près vingt ans. Puis en Indochine. Il y avait eu, aussi, la Guerre d’Algérie….

 

Les décorations militaires qu’ Hélie de Saint Marc avait reçues ne venaient pas d’un magasin vendant des articles pour Noël.  

 

Je serai peut-être décédé bien avant mes 91 ans, moi qui bénéficie encore de la sécurité sociale, d’une certaine sécurité de l’emploi et qui réussis à manger à ma faim. Mais aussi à me plaindre, à être insatisfait. Et si, un jour, on parle un petit peu plus de moi que lui et de toutes celles et tous ceux qui lui ont ressemblé, qui lui ressemblent ou lui ressembleront, noirs, blancs, jaunes, arabes, hétérosexuels ou homosexuels, transgenres ou queer, femmes, hommes ou enfants, cela ne changera rien aux faits.

 

Les faits sont que Hélie de Saint Marc, comme celles et ceux qui lui ressemblent, pour moi, est une très grande personne. Beaucoup plus que moi. Et, obtenir plus de « popularité » que lui, si cela arrivait, n’y changera rien.

L’écrivaine Annie Ernaux, vraisemblablement en 1963.

 

Soyons précis : c’est ce que j’ai cru entrevoir chez l’homme qu’a été Hélie de Saint Marc, malgré son parcours de militaire qui me fait écrire ça. Certaines de ses…valeurs. Il aura été un homme engagé et un résistant. Il existe différentes formes de résistances. Pour moi, lorsque Annie Ernaux, dans sa nouvelle, L’événement, raconte son avortement clandestin, en 1963, alors qu’elle a une vingtaine d’années, dans le périmètre de Rouen, je vois aussi une résistante.

Et, lorsqu’en Guadeloupe, le musicien Vélo, joue du Gwo-Ka, alors que ce genre de musique est alors mal perçu ( ou le Maloya à la Réunion à une certaine époque), je vois aussi un résistant.

 

Aujourd’hui, le mot Résilience, beaucoup transmis par Boris Cyrulnik, est souvent « dicté » comme une évidence, mêlés parmi d’autres termes qui seraient nos boussoles et nos idéaux communs et immédiats :

 

Humanité, tolérance, bienveillance, être une famille, entraide, solidarité, écologie, démocratie, égalité, liberté, écoute, assistance, conseil, rebondir…

 

Les personnes résistantes sont celles qui s’aperçoivent que la pensée dominante est un échec. Et que le chaos auquel cette pensée obéit ne fera rien sortir de bon ou de meilleur chez l’être humain.

 

« Tu veux être bon ?! Va où est le chaos…. ». Cette phrase ne signifie pas :

 

« Fais-toi plaisir, écrase tout le monde autour de toi parce-que tu es très fort et que tu as beaucoup de pouvoir ».

 

Cette phrase ne signifie pas : « Bâtis un empire de carnage à ton image et prends ton pied absolu sans te retourner. Et sans jamais te préoccuper des autres ou te consacrer à eux ».

 

Contexte de lecture

 

Hélie de Saint Marc, un prénom et un nom  inconnus, aujourd’hui.

 

Comparativement au variant Omicron de la pandémie du Covid. Au rappeur Orelsan .

Gare de Paris St Lazare, 7 décembre 2021. En haut à droite, au dessus de la sortie, une affiche montrant le rappeur Orelsan pour la promotion de son nouvel album ” Civilisation”.

 

 

Pardon pour la chronologie mais j’essaie de trouver des actualités qui parlent ou parleront rapidement au plus grand nombre :

 

Ouvrage dirigé par Zineb El Razhaoui, ancienne journaliste de ” Charlie Hebdo”, dans lequel elle recueille 13 témoignages de victimes ou de proches de victimes des attentats islamistes du 13 novembre 2015 à Paris. Elle fait aussi le portrait du meneur de ces attentats.

Le procès des attentats islamistes du 13 novembre 2015 ; Le candidat aux élections présidentielles polémiste-journaliste-écrivain-extrémiste de droite-futur papa Eric Zemmour ; la pénurie infirmière et médicale ;

 

 

L’hebdomadaire Télérama de ce 15 décembre 2021.

 

 

le refus du passe sanitaire et de l’obligation vaccinale en Guadeloupe et dans d’autres régions de France et d’outre-mer ;

 

 

Le journal ” Charlie Hebdo” de ce 15 décembre 2021.

 

 

la normalisation des relations de certains pays du Machrek tels le Maroc avec Israël ; L’emprise croissante de la Chine sur Hong-Kong et dans le Monde ; L’incarcération à la prison de la Santé de Claude Guéant , l’ancien Ministre de l’intérieur très sûr de lui, de l’ex Président de la République, Nicolas Sarkozy pour détournement de fonds ; L’accusation de viol portée à l’encontre de personnalités populaires ( masculines) telles que Nicolas Hulot, ancien Ministre mais aussi animateur de télé vedette, Yannick Agnel, ancien champion olympique de natation ; La Turquie qui brûle ou ampute les doigts de certains de ses écrivains afin qu’ils ne puissent plus écrire ; La sonde Parker Solar Probe, de la NASA, qui a « touché le soleil pour la première fois » (La sonde lancée en 2018  «   a franchi une bordure symbolique appelée la frontière d’Alfvèn » située à 15 millions de kilomètres de la surface du Soleil ». Article de France info publié le 16 décembre 2021) ; la sortie du « nouveau » film Matrix Résurrections ce 22 décembre 2021. La mort récente de Pierre Rabhi, écologiste modèle, homophobe et assez misogyne.  

 

 

Première page de couverture du journal ” Charlie Hebdo” de ce 8 décembre 2021. Avec, à gauche, l’homme politique, Eric Ciotti, au centre, la femme politique Valérie Pécresse, à droite, la femme politique Marine Le Pen et, allongé, à plat ventre, Eric Zemmour ex-journaliste, polémiste, écrivain qui s’est déclaré récemment candidat aux élections présidentielles de 2022.

 

 

Hélie de Saint Marc n’appartient plus à cette époque. Mais je cite ces quelques événements car je crois que connaître un peu le contexte qui entoure une lecture peut rajouter du relief et une certaine profondeur à un article.

 

La couverture de l’hebdomadaire Télérama de ce 15 décembre 2021. Le rappeur Joey Starr, un des meneurs du groupe de Rap NTM ou Suprême NTM y est montré en première page. Aujourd’hui, le groupe NTM n’existe plus. Mais un film consacré au groupe ” Les Suprêmes” d’Audrey Estrougou est sorti au cinéma le 24 novembre 2021 et marche plutôt bien en salle. Par ailleurs, Joey Starr, depuis cette photo en 1988, est depuis devenu un acteur et un comédien ( tant au cinéma qu’au théâtre) reconnus. Ce que rien en particulier ne laissait présager lorsque le groupe NTM a sorti ses premiers albums dans les années 90, Joey Starr se faisant plus “connaître” pour ses frasques ainsi que pour sa musique et ses prestations scéniques.

 

 

Ma « découverte » de Hélie de Saint Marc  :

J’avais « entendu » parler de Hélie de Saint Marc sans doute un peu avant sa mort.

 

« Tu veux être bon ?! Va où est le chaos » n’est pas de lui.

 

Le Maitre Kacem Zoughari en couverture d’un précédent numéro de la très bonne revue d’Arts martiaux, Yashima.

 

 Cette phrase- à laquelle j’ai déjà fait référence- a été prononcée par Kacem Zoughari, Maitre d’Arts martiaux, lorsqu’il avait été interviewé pour le magazine Yashima par Léo Tamaki, un autre Maitre d’Arts Martiaux. Un des Maitres d’Arts Martiaux de Kacem Zoughari , devenu un Sensei lui-même, lui avait donné un jour ce « conseil ».

 

 

 Hélie de Saint Marc n’était ni prêtre, ni rappeur, ni Maitre d’Arts Martiaux :

Il a été résistant, déporté dans un camp de concentration nazi, militaire, légionnaire parachutiste, officier. Il a avait été entaché par sa participation au putsch des généraux en Algérie en 1961 qui s’est opposé au Général de Gaulle. Condamné pour cela à faire de la prison. Puis réhabilité après plusieurs années d’incarcération. Enfin, il est devenu écrivain et ses livres, où il raconte « ses » guerres et ses époques, sont bien cotés.

Je n’en n’ai lu aucun pour l’instant par contre j’ai lu cette biographie que lui a consacré, de son vivant, un des membres de sa famille, Laurent Beccaria, historien, ainsi que cet ouvrage qui retranscrivait sa rencontre avec un ancien officier nazi :

Notre Histoire avec August Von Kageneck , conversations recueillies par Etienne de Montety.  

 

Autant que je le comprenne, Hélie de Saint Marc n’a jamais eu d’ambitions politiques et n’a jamais cherché à se montrer dans les média ou  à participer à une émission de téléréalité. Il était plutôt à l’opposé de ce mode de « vie ».

 

Ce qui le différencie complètement d’un Général de Gaulle, son aîné de plusieurs années, qui avait désobéi au Maréchal Pétain en entrant dans la Résistance, c’est son absence d’ambition et stratégie politique. C’est aussi ce qui le sépare de certains des généraux qu’il avait rejoints lors du putsch des généraux en Algérie en 1961. C’est, entre autres, ce qui ressort de cette biographie.

 

Qu’ai-je retenu de cette biographie ?

 

Si le variant Omicron de la pandémie du Covid est de aujourd’hui le variant dont on parle de plus en plus depuis le début officiel de cette pandémie en France en mars 2020, j’avais lu ou commencé à lire cet ouvrage lorsque le variant Delta de la pandémie était dominant. Peut-être avant l’obligation vaccinale comme celle du passe sanitaire décidée par le Président Macron et son gouvernement ce 12 juillet.  

 

J’ai terminé sa lecture il y a maintenant deux ou trois mois. Je me rappelle d’un jeune Hélie de Saint Marc, issu d’une famille vivant dans les environs de Bordeaux depuis plusieurs générations, plutôt d’un bon milieu social. Une famille cultivée. Catholique pratiquante. Je me rappelle d’un père (celui de Hélie de Saint Marc) avocat ou notaire, ôtant son chapeau avec respect lorsqu’il croisait des juifs forcés par le gouvernement Pétain à porter l’étoile jaune.

 

Je me souviens d’un jeune Hélie de Saint Marc plus à l’aise pour parcourir la région à vélo que pour réaliser des prouesses intellectuelles à l’école. Le travail scolaire lui demandant beaucoup d’efforts afin d’obtenir des résultats moyens ou corrects. Par contre, le jeune Hélie, qui avait au moins un frère, lisait avec admiration les récits de certains grands hommes ou aventuriers.

 

 

Lorsque l’Allemagne nazie envahit la France jusqu’à se répandre à Bordeaux, c’est la colère qui anime le jeune Hélie de Saint Marc. Dans cet ouvrage ou dans Notre Histoire, il rappellera comme il avait alors fait l’expérience douloureuse – voire traumatique- et s’en rappellera plus tard, qu’un grand empire établi et semblant parti pour durer peut péricliter en très peu de temps. La France d’aujourd’hui n’est peut-être qu’une vitrine de Noël pour touristes, consommateurs, extrémistes ou terroristes et apparaît assez souvent comme la spectatrice un peu consultée des décisions prises par les plus grandes Puissances (La Chine, les Etats Unis, la Russie, Le Japon, l’Allemagne, Israël…). Le récent raté où l’Australie a préféré, finalement, rompre le contrat par lequel elle s’était engagée à acheter des sous-marins nucléaires à la France au bénéfice des Etats-Unis et de la Grande Bretagne « prouve » à quel point la France a reculé ou recule dans le classement des Nations qui « comptent ».

 

 Mais la France des années 1940 était encore une des plus grandes Puissances mondiales. Ainsi qu’une des plus grandes Puissances coloniales. C’est dans cette France et dans sa mémoire concrète et directe qu’Hélie de Saint Marc est né et a grandi. Mémoire d’autant plus concrète qu’il était né dans l’hexagone et qu’il avait suffisamment d’aisance et de conscience sociale et intellectuelle pour en ressentir une certaine fierté.

Mes grands parents paternels et maternels, de la même génération qu’Hélie de Saint Marc, tous nés en Guadeloupe, un peu plus de cinquante ans après l’abolition de l’esclavage, dans un milieu social rural, manuel, modeste voire pauvre, avaient très certainement une autre perception de la France. Mais aussi de leur propre importance dans le monde en tant que personnes.

 

 

 

 

Extrait du journal ” Charlie Hebdo” du 15 décembre 2021 à propos du refus, en Guadeloupe, de la vaccination anti-Covid et du passe sanitaire obligatoires.

 

 

Bien-sûr, être issu d’un milieu modeste et « sinistré » n’empêche pas, malgré tout, d’être pourvu d’une certaine conscience de soi et de s’accorder de l’importance. Mais cela nécessite sûrement une très grande confiance en soi, une pulsion de vie particulièrement développée, voire hors norme, un farouche optimisme en même temps que certaines qualités ou vertus d’opportunisme. Soit des aptitudes qui peuvent être présentes en beaucoup d’entre nous. Encore faut-il s’autoriser à les exprimer. Or, ce qui opprime et refrène aussi, beaucoup, les êtres, c’est toute cette armada de censures et d’interdits qu’ils se sont copieusement entraînés à assimiler pour être acceptés ou aimés.

 

 

A telle époque et dans telle région, il s’agira d’adopter telle religion pour être bien vu ou pour éviter la mort et l’humiliation économique, sociale ou physique.

Ailleurs, ce sera telle langue plutôt qu’une autre. Ou telles mœurs. Aller à contre-courant de ces normes et de ces pensées dominantes nécessite plus que de la chance et de la « simple » volonté. C’est l’une des raisons pour lesquelles, après avoir été des fidèles croyants, nous sommes majoritairement des consommateurs et des exécutants.

 

Parce qu’être lucide en permanence, s’opposer,  résister (la créativité culturelle et artistique font partie de la résistance) ou devenir un meneur exige des efforts particuliers. Efforts qui ne sont pas toujours loués, compris, encouragés ou partagés par nos familiers ou proches. Efforts qui ne rencontrent pas toujours le succès et la reconnaissance….

 

Le contraire du mot « consommateur », c’est peut-être, dans sa version active et radicale, de devenir un transformateur. Et dans sa version plus sociable et plus indulgente, cela consiste à essayer de devenir un transmetteur.

Première page du New York Times du 8 décembre 2021.

 

 

La résistance

 

 

Résister, s’affirmer, c’est donc, à un moment ou à un autre,  être prêt, si nécessité, à s’exiler même si cela peut devenir dangereux. Parce-que s’exposer à l’inconnu et à l’isolement pour une durée indéterminée est une aventure dangereuse.

 

C’est  pourtant ce que va faire le jeune Hélie de Saint Marc. Sa connaissance de la région va d’abord faire de lui un messager opportun, et de confiance, pour la résistance française. Un univers d’hommes  plus âgés que lui. Dans un mouvement de résistance bien organisé.

En lisant ce livre, je découvrirai que si l’on a souvent une image idéalisée a posteriori de la résistance comme d’une action collective héroïque et bien structurée, qu’il était,  aussi, des mouvements de résistance si mal organisés qu’un certain nombre de leurs membres, pourtant exemplaires, se sont fait attraper ou tuer comme des amateurs. Leur tort étant d’avoir confié trop facilement leur vie à des meneurs…incompétents en termes d’organisation. Ce qui,  aujourd’hui, pourrait aussi nous faire penser à  des cadres, des entraîneurs, des conjoints, des amis, des proches, des professionnels ou des chefs d’entreprise (ou d’Etats) incompétents.

 

Dans le numéro du journal Le Parisien d’hier, je suis retombé sur ce fait divers arrivé le 8 juin 2018 à Argenteuil, dans ma ville, dans le centre commercial Côté Seine. Un centre commercial que je n’aime pas et, où, le 8 juin 2018, une mère a perdu un de ses jeunes enfants. Son erreur ? Avoir fait confiance à l’ascenseur qui permettait d’accéder à l’étage supérieur. Des ascenseurs dans des immeubles ou dans des centres commerciaux, nous en prenons tous. Celui-ci a « lâché » sur plus de deux mètres. Le môme n’a pas eu le temps de sortir. Il est mort écrasé sous les yeux de sa mère et de son jeune frère. Trois ans plus tard, aucun des responsables des diverses entreprises chargées de la maintenance de l’ascenseur n’a eu à s’expliquer devant un tribunal. Chacune des entreprises renvoie à l’autre à la responsabilité de la défaillance.

 

Voici ce que m’évoque, aujourd’hui, ces résistantes et résistants, qui, hier, comme aujourd’hui, confient ou confieront facilement leur vie à certains décideurs ou dirigeants qui, de leur côté, affirmeront que tout va bien se passer sans, par ailleurs,  prendre le temps et la précaution de véritablement s’impliquer afin que tout se déroule comme prévu ou puisse être résolu en cas d’imprévu.

 

Hélie de Saint Marc, lui-même, fera cette expérience en cherchant à s’affranchir du mouvement de résistance qui l’a initié. Il voudra s’engager davantage et tombera, comme d’autres volontaires, dans une embuscade qui le déportera dans un camp de concentration. Bien que moins robuste que d’autres, il y survivra deux fois. Une première fois grâce à l’entraide concrète dont il bénéficiera du fait de certaines amitiés et relations. Et, une seconde fois parce qu’un homme plus âgé que lui, un Lithuanien, je crois, taillé pour le travail de mineur, et aussi voleur intrépide de nourriture, décidera de le prendre sous sa protection et de partager avec lui ses vols alimentaires.

 

 

Lorsque l’on apprend déjà « ça » de Hélie de Saint Marc, comme de ceux qui l’environnent et qui vivent cela avec lui, on comprend mieux ce qu’il faut avoir comme parcours et ressources en soi pour être un résistant.

 

Mais on peut être un héros et un résistant et avoir des convictions idéologiques contraires. Cela arrivera à Hélie de Saint Marc qui croisera Jean-Marie Le Pen, « le père de », qui sera un de « ses » lieutenants et un de ses « subordonnés ». La biographie de Beccaria s’étend peu sur cette connaissance de Saint Marc en Indochine, je crois. Mais il ressort que Saint Marc ne partage pas les buts de l’OAS et, plus tard, de l’Extrême droite fasciste. Même s’il a pu connaître et combattre aux côtés de certains de ses futurs membres et meneurs.

 

Pour comprendre ce qui lui prend d’être du côté des généraux qui, en Algérie, organisent le Putsch en 1961 contre le Général de Gaulle, il faut savoir ce qui s’est passé en Indochine :

 

Lorsque la France, après avoir fait de certains asiatiques ses alliés et ses soldats (des villages), les abandonne sur place après avoir perdu la guerre, faisant d’eux les victimes des  vainqueurs.

En Algérie, l’histoire se répète avec les harkis et les tergiversations autant politiques que militaires de De Gaulle ainsi que ses visions coloniales pour ne pas dire colonialistes. Saint Marc est décrit comme un idéaliste qui s’attache aux indigènes en toute sincérité comme à leur loyauté et qui croit aussi à une réelle égalité des droits entre Algériens et pieds noirs. Alors que le gouvernement français de l’époque voudrait tantôt garder l’Algérie française telle quelle ou la « rendre » au FLN alors que, militairement, la France serait en train de gagner la guerre. Et que des soldats français, après avoir « perdu » face aux nazis et après avoir perdu la guerre d’Indochine voudraient, pour leur honneur et celui de la France, imposer cette victoire française.

 

Je ne suis pas pro-Algérie française et encore moins pro-OAS. Mais j’ai aussi appris que le FLN a aussi produit des horreurs. Et, je crois que le Martiniquais Frantz Fanon, psychiatre de référence ( sur lequel le réalisateur d’origine haïtienne Raoul Peck serait en train de réaliser un film), très engagé auprès du FLN, a eu une certaine  « chance » de mourir- jeune, à 39 ans- d’une leucémie avant l’indépendance de l’Algérie. Car l’Algérie qu’il a défendue comme d’autres, un demi siècle plus tard, n’est pas devenue la démocratie – plutôt laïque- pour laquelle il s’était battu. L’Algérie devenue indépendante en 1962, peu après sa mort,  semble l’avoir plutôt rapidement « oubliée ».

 

 

 

La jouissance du danger

 

 

Parler, un peu, de Hélie de Saint de Marc ,  c’est aussi parler de cette  «  jouissance du danger » qui pousse certaines personnes à agir comme elles le font. Cette jouissance du danger, dans sa partie la plus visible, serait d’abord propre aux résistants, combattants civils et autres, aux militaires, mais aussi sans doute à bien des membres de certains groupes d’intervention tels que le RAID, le GIGN, les SAS, la BRI, dans le banditisme et le grand  banditisme, dans les organisations terroristes.

 

 Mais, également, aussi à celles et ceux qui participent à certaines actions militantes :

 

Sea Sheperd ;

 

Txai Surui ? la jeune indigène brésilienne de 24 ans, présente à la récente COP de Glasow, en novembre, consacrée au réchauffement climatique et à l’épuisement des ressources de la planète, qui a affirmé, après la jeune suédoise, Greta Thunberg :

 

« La planète nous dit que nous n’avons plus le temps ».

 

 Nous pouvons aussi penser aux personnes qui vivent certaines passions. Mais aussi certaines addictions.

Cinquantenaire de Marmottan, à la cigale, à Paris, ce vendredi 3 décembre 2021.

 

Le 3 décembre dernier, dans la salle- remplie- de concerts de la Cigale, le service Marmottan spécialisé dans le traitement des addictions fêtait son cinquentenaire.

 

Sur place, j’ai eu l’impression qu’étaient présentes principalement des personnes préoccupées directement par le sujet des addictions. Soit en tant que professionnels de santé. Soit en tant qu’usagers s’étant sevrés ou ayant du mal- et cherchant- à se décrocher de leur(s) addiction (s).

 

 

Je ne peux pas avoir de certitude mais j’ai eu l’impression que la majorité des personnes de ce pays, la pensée dominante, se sent assez peu concernée directement par ce sujet. Et qu’entendre parler de Marmottan ou de tout autre service dévoué aux addictions n’est pas la priorité de la majorité qui dispose de la pensée dominante. A moins d’y être obligée.

J’ai bien prévu de consacrer un article sur à ce cinquentanaire de Marmottan dès que cela sera possible. Mais je m’attends à ce qu’il soit en grande partie parcouru par des professionnels de santé des addictions ou par des personnes qui ont envie d’entreprendre de mieux faire le tri parmi leurs addictions. 

 

Une addiction particulière :

 

Pourtant, l’être humain est porteur d’une addiction particulière : celle de la destruction d’autrui, de son environnement comme de sa propre autodestruction. Et, cela, peu importe son niveau intellectuel, social, politique ou son histoire.  Invariablement, l’être humain  retourne à cette addiction de destruction et d’autodestruction.

 

Les fêtes de ce Noël, et d’autres festivités, permettront à certaines et certains de vivre la courte trêve de cette addiction.

Paris, décembre 2021.

 

 

Donc, finalement, avec ou sans sapin, ces fêtes de Noël ont du bon. De même que la lecture de cette biographie d’Hélie de Saint Marc.

 

 

Franck Unimon, ce samedi 18 décembre 2021.

 

 

 

 

 

 

 

read more

Les zozos

»Posted by on Déc 1, 2021 in Pour les Poissons Rouges | 0 comments

Les zozos

Paris, Place de la Concorde, le 28 ou le 29 novembre 2021.

 Les Zozos

 

Les micros et les images sont devenus, ou restés, nos idoles.

 

Des zozos,  échappés des zoos de nos pensées ou de sables oubliés, s’accaparent les micros et les images autour desquels nous danserons comme dans un bal.

 

Les zozos fréquentent les plateaux de télé et les endroits réservés aux privilégiés où l’on s’exprime. On y mange bien. On s’y maquille ou on les maquille. On y fait des rencontres. On leur ouvre les portes. On leur écrit certaines fois leurs discours, leurs interventions ou leurs articles. On les coache et les conseille. On les épouse. On  est content de les reconnaître et de leur dire tout le bien que l’on pense d’elles et d’eux. Ils et elles font ensuite leur numéro devant d’autres invités très sélectionnés. Des spectateurs les écoutent et les regardent avec une très grande écoute et un plus haut soin. Ecoute et soin que ces spectateurs sont peut-être incapables d’attribuer à leur propre vie comme à leurs proches.

 

Les zozos ont un pouvoir de détournement de fond la pensée, de l’attention et de la créativité extraordinaires !

 

Le second bal :

 

Le second bal est d’une si grande banalité qu’il semble arrimé à la perpétuité.

Depuis quelques jours, le froid git de plus en plus dans nos viscères et dans nos os. Ce matin, sur mon vélo, après le travail, il devait faire quelques degrés au dessus de zéro.

 

« Déconstruire », « Changer les codes », « changer de logarithme »,  sont les formules ou les nouveaux habitants régulièrement convoqués et admis. Là où ça « compte » :

 

Là où «  ça se sait », là où cela « s’entend » et se « voit » que l’on pense et agit. Si cela ne se « sait » pas, ne « s’entend » pas ou ne « se voit » pas, c’est que cela n’existe pas. C’est la règle absolue de notre bal ordinaire et quotidien.

 

Eux, on ne les voit pas et on ne les entend pas, les Tony Allen de la construction. Dans ces moments-là, on ne leur demande pas s’ils s’appellent Xavier-Pavel, Krishna-Gérald, Mamadou-Anne, Eric-Mustapha, Paolo-Valérie, Emmanuel-Joao. S’ils ont cinq femmes, chacun. S’ils sont musulmans, athées, bouddhistes, végétariens, carnivores, chrétiens ou superstitieux. S’ils écoutent du Rap, du Fado, de la musique congolaise ou de la musique classique. S’ils savent lire et écrire. Si leurs enfants sont dans de bonnes écoles. Et s’ils comprennent quand on leur parle. S’ils fument du cannabis ou boivent de l’alcool. S’ils sont transgenres, homos ou queer. S’ils contactent des cam-girls ou des cam-boys. S’ils jouent à la play-station. S’ils sont en règle.

 

Ils travaillent.

 

Et, nous, nous passons ou partons au travail.

 

Ensuite, quand leur travail sera terminé, leur prochaine mission sera de laisser la place aux touristes, à de nouveaux habitants, à des usagers, aux consommateurs et à des orateurs qui parleront de grandeur ou, au contraire, de décadence en pensant à De Gaulle. Un homme qui, il y a plus d’un demi siècle a à la fois contribué à délivrer la France mais a aussi interdit à des arabes et à des noirs- qui s’étaient battus pour la France- de défiler sur les Champs Elysées pour fêter la libération.

 

Mais cela ne change rien au fait que, eux là, qui travaillent maintenant près des Champs Elysées,  réapparaitront plus tard. Quel que soit le numéro de la vague de la pandémie. Dans un autre chantier, un fait divers, une cité ou sur un échiquier électoral. Et ainsi de suite.

Paris, Place de la Concorde, le 28 ou le 29 novembre 2021.

 

Franck Unimon, mercredi 1er décembre 2021.

 

 

 

 

 

 

read more