Ecologie

Interview des apnéistes Julie Gautier et Guillaume Néry en 2016

»Posted by on Sep 7, 2020 in Apnée, Ecologie | 0 comments

Cette interview de Julie Gautier et Guillaume Néry a été réalisée le 17 Mai 2016 lors d’un stage d’apnée. Je faisais partie des stagiaires et c’était mon second stage d’apnée ( le premier avait été animé par Umberto Pelizzari). C’était aussi avant que je ne m’inscrive dans un club d’apnée.

L’interview a été réalisée pendant la pause-déjeuner. Nous avions eu de la chance car nous avions obtenu assez peu de temps avant le début du stage l’accord de Julie Gautier et de Guillaume Néry (après avoir obtenu l’accord préalable de Fabrice Rolland qui supervise les lieux) pour cette interview.

Je m’y étais pris un peu à la dernière minute pour envisager cette interview. Quelques jours avant le début du stage, j’avais exprimé à Eddy ( Eddy Brière) mon envie de la faire. Eddy, qui avait déja rencontré le couple, m’avait encouragé à la faire.

 Eddy, beaucoup plus calé que moi pour tout ce qui concerne l’image, la réalisation et le montage, s’était occupé de toute la partie technique de l’interview. Je suis crédité à la réalisation et au montage parce-que j’ai participé et que j’étais à l’initiative du projet mais c’est vraiment par gentillesse de la part d’Eddy. 

En Mai 2016, mon blog, balistiqueduquotidien.com n’existait pas. Ce soir, je me suis dit que ce serait bien d’y “rapatrier” cette interview et de la faire redécouvrir. Car je suis très content de ce que nous avions réalisé.

Franck Unimon, ce lundi 7 septembre 2020. 

 

read more

Gémissements

»Posted by on Août 5, 2020 in Cinéma, Corona Circus, Ecologie, Micro Actif, Puissants Fonds, self-défense | 0 comments

Gémissements

 Gémissements.

C’est notre souffle qui nous tient. C’est à dire : trois fois rien. Dans nos pensées et nos souvenirs se trouvent tant de trajectoires. De ce fait, on ne s’étonnera pas si je fais quelques excursions en des temps et des événements différents et si je me retrouve ensuite à nouveau dans le présent.

 

Aujourd’hui, ce mercredi 5 aout 2020 où il a fait entre 29 et 30 degrés à Paris, je devrais être au cinéma. J’ai l’impression de le trahir. Il y a tant de films à voir même si le nombre de films a été restreint. Les salles de cinéma, pour celles qui ont pu rouvrir depuis le 22 juin,  peinent à s’en sortir économiquement.

 

Enrôlées dans la bobine du cycle Covid-19, les salles de cinéma ont peu de spectateurs. Je m’en suis aperçu directement le 14 juillet en allant voir Tout simplement noir de Jean-Pascal Zadi. Le film m’a beaucoup plu. J’en parle dans un article qui porte le nom du film sur mon blog: Tout simplement Noir.

 

Mais nous étions à peine dix spectateurs dans la grande salle de ce multiplexe parisien que je connais depuis plus de vingt ans. C’est vrai que j’y suis allé à la première séance, celle de 9h et quelques, mais je ne crois pas que l’heure matinale ait joué tant que ça sur le nombre que nous étions dans la salle :

 

 Le confinement de plusieurs semaines dû à la pandémie du Covid-19 et l’arrivée de l’été au moins ont eu un effet sécateur sur le nombre des entrées. En plus, cela fait plusieurs mois qu’il fait beau. Je crois que les gens ont besoin de se rattraper. Ils ont aussi peut-être peur que le couteau d’un autre confinement ne se déploie à nouveau sous leur  gorge.  

 

 

Mais on va un petit peu oublier le Devoir ce matin. Ou on va le défendre autrement.  On va se faire notre cinéma à domicile.

 

 

Les photos qui défilent dans le diaporama sont un assemblage à la fois de quelques photos de vacances, d’ouvrages que je lis, ai essayé de lire ou voudrais lire, du Cd dont la musique m’a inspiré….

 

Et je vais essayer de vous parler d’à peu près tout ça à ma façon.

 

 

On va vers l’autre pour essayer de combler ou de soulager un vide. Mais nous ne partons pas du même vide. Nous ne portons pas le même vide. Et nous ne parlons peut-être même pas du même vide. Beaucoup de conditions sont donc assez souvent réunies pour que, dans la vie, nous fassions….un bide. Et, pourtant, nous connaissons des réussites et des possibilités de réussite. Mais encore faut-il savoir s’en souvenir et s’en apercevoir.

 

 

Je ne connaissais pas du tout Magali Berdah dont j’ai commencé à lire la biographie, Ma Vie en Réalité. J’en suis à la moitié. Et j’ai très vite décidé de lire son livre plutôt que celui de Julia De Funès intitulé Développement ( Im) Personnel.  Qu’est-ce que je reproche au livre de Julia De Funès dont j’ai commencé à lire l’ouvrage ?

 

Le fait, d’abord, que l’on sente la « bonne élève » qui a eu des très bonnes notes lors de ses études supérieures et qui a, donc, une très haute opinion d’elle-même. Je suis bien-sûr pour avoir des bonnes notes et pour faire des études supérieures autant que possible. Je suis aussi  favorable  au fait d’avoir de l’estime de soi.  Parce qu’il peut être très handicapant pour soi-même comme pour notre entourage de passer notre vie à avoir peur de tout comme à toujours décider que l’on ne sait jamais rien et que l’on ne sait absolument rien faire en toute circonstance.

 

 Mais je ne crois pas à la certitude absolue. Y compris la certitude scolaire.

 

Julia De Funès veut « philosophiquement » « déconstruire » les arnaques des « coaches » et des vendeurs de « recettes du bonheur » qui font florès. C’est très bien. Et j’espère bien profiter de ce qu’elle a compris de ces arnaques. Mais elle abat ses certitudes en se servant de sa carte routière de la philosophie dont elle connaît des itinéraires et des soubresauts par cœur.  

 

Elle, elle Sait. Et elle va nous démontrer comme elle Sait  quitte à ce que, pour cela, en la lisant, on ait mal à la tête en essayant de suivre sa propre pensée inspirée de celles de très grands philosophes qu’elle a déchiffrés et qui ont résolu depuis l’antiquité le mal dont on essaie de se guérir aujourd’hui en tombant dans les bras et sur les ouvrages des  commerçants du développement personnel qu’elle veut confondre.

 

Résultat immédiat : pour accéder à sa connaissance et profiter de ses lumières, on comprend dès les premières pages de son livre qu’il faut avoir la philo dans la peau. On lit son livre comme on pourrait lire un livre de Droit. J’aime la philo. Et j’aime prendre le temps de réfléchir.

 

 J’aime moins avoir l’impression, lorsque je lis un livre,  de devoir apprendre des lois. En plus, et c’est sûrement un de mes torts, dès les premières pages, Julia de Funès cite Luc Ferry comme une de ses références.  D’abord, je n’ai pas compris tout de suite. J’ai confondu Luc Ferry avec le Jules Ferry de l’école publique. Oui, j’ai fait ça. Ce genre de confusion. Et puis, comme Julia de Funès cite plusieurs fois Luc Ferry en moins de dix pages, j’ai  fini par comprendre.

 

J’ai sûrement de très très gros préjugés envers Luc Ferry, ancien Ministre de l’Education. Mais, de lui, j’ai surtout retenu qu’il avait une très belle femme et qu’il savait se faire payer très cher pour des conférences sur la philo. Et quand je pense à lui, je « vois » surtout quelqu’un de très suffisant. Je n’ai pas beaucoup aimé ce qu’il a pu dire, dans le journal Les Echos,  ou peut-être plus dans Le Figaro. A savoir, que, selon lui, après le confinement, le business reprendrait «  as usual » et que, en quelque sorte, les Nicolas Hulot et toutes celles et tous ceux qui pensent comme lui, peuvent aller se rhabiller avec leurs histoires de « Il faut changer le monde et essayer de tirer des enseignements de ce que la pandémie du Covid a pu nous obliger à comprendre du monde et de la vie ».

 

On a le droit de critiquer Nicolas Hulot et celles et ceux qui lui ressemblent. On peut critiquer plein de choses sur la manière dont la pandémie a été gérée et dont elle continue d’être gérée. Mais dire que ce sera « business as usual » revient à dire que notre monde marche bien tel qu’il est économiquement, politiquement, industriellement et socialement ; qu’il est réglé comme une horloge suisse et que rien ne peut ou ne doit modifier cet ordre et cet état du monde dans lequel un Luc Ferry, « philosophe » de formation a ses entrées et ses privilèges. Même si Luc Ferry a sans aucun doute des connaissances et des raisonnements plus qu’honorables, il est vrai que, pour moi, pour l’instant, l’homme qu’il incarne est pour moi un repoussoir. Et voir que, dès le début de son livre que j’ai eu pour l’instant un plaisir limité à lire, Julia de Funès le place sur un piédestal, m’a poussé à fermer son livre et à passer à la biographie de Magali Berdah.

 

Oui, Magali Berdah.

 

Car, la biographie de Magali Berdah, c’est le contraire. Je ne connaissais pas Magali Berdah auparavant. Et en tombant sur son livre à la médiathèque, il y a quelques jours, je me suis dit que je pourrais apprendre quelque chose. De mon époque. Pour moi. Pour mon blog. Afin de  mieux le promouvoir mais aussi, peut-être, l’orienter différemment. Sans pour autant aller dans la téléréalité ou biberonner du Cyril Hanouna que Magali Berdah cite comme un de ses premiers soutiens avant de devenir «  la manageuse » des influenceurs et des influenceuses. Avec Julia de Funès, finalement, on est dans une pensée très puritaine. Pensée que je partage aussi. Car je ne me fais pas tant que ça une si haute opinion de moi-même :

 

Je peux, aussi, être très très puritain à ma manière. Si ! Si !

 

Sauf que avoir un certain sens et une certaine idée de la moralité ne suffit pas pour être heureux et pour ce que l’on appelle « réussir sa vie ». Car notre vie se résume quand même souvent à ces deux questions :

 

Sommes-nous heureux ? Et faisons vraiment nous tout ce que nous pouvons, dans la mesure de nos moyens, pour être heureux ?

Parce-que pour moi, réussir sa vie, c’est ça : être heureux autant que possible, le plus longtemps possible et savoir le redevenir si on est malheureux, triste ou déprimé.

 

Et si je veux bien croire que Julia de Funès peut m’aider, aussi, à répondre à ces deux questions au moins dans son livre, je crois que Magali Berdah peut également y contribuer. Car je ne vois pas pourquoi citer Luc Ferry pourrait suffire à me rendre heureux. 

 

Alors que la biographie de Magali Berdah, elle, est concrète. On peut trouver qu’elle nous raconte sa vie de façon à passer pour une Cosette. On lui reprochera peut-être de trop étaler sa vie privée, de se donner le beau rôle (celui de la victime, de la personne  moralement intègre ou protectrice) et de s’en servir pour son sens de la Communication et des affaires. Elle est peut-être ou sans doute moins « jolie » moralement que ce qu’elle nous donne à entrevoir dans son livre mais elle nous parle aussi d’un monde que l’on connaît :

 

Celui où des personnes vulnérables (mineures comme adultes), ignorantes, bosseuses et de bonne volonté, peuvent se faire….arnaquer, kidnapper, trahir etc…..

 

Et Magali Berdah nous raconte aussi comment elle s’en « sort ». Concrètement. Ainsi que certains de ses fiascos et de ses coups durs. Par des exemples répétés. Ce qui parle souvent beaucoup mieux qu’en citant des philosophes ou des Anciens Ministres, fussent-ils très cultivés et dans le « Vrai » lorsqu’ils ( nous) parlent. A moins que ces Anciens Ministres et philosophes ne se parlent, d’abord, à eux-mêmes.

 

Oui, Magali Berdah est beaucoup dans l’affectif. Elle le dit et le fait comprendre avec sa « garde rapprochée » parmi ses collaborateurs. Et elle est à l’aise avec l’argent et le fait d’en gagner beaucoup. Il n’est pas donné à tout le monde, comme elle, de s’épancher facilement auprès d’autrui. Moi, par exemple, dans la vraie vie, je me confie oralement assez peu. C’est une histoire de pudeur et de méfiance. Quant à l’argent, en gagner beaucoup n’a pas été ma priorité lorsque j’ai commencé à travailler. Je ferais plutôt partie des personnes qui auraient du mal à mieux mettre en valeur mes articles par exemple.

 

 

 Vis à vis de la « célébrité », je suis ambivalent :

 

J’aime me mettre en scène et faire le spectacle. Vraiment. Mais j’aime aussi pouvoir être tranquille, pouvoir me retirer et me faire oublier. Soit deux attitudes très difficilement conciliables qui expliquent par exemple au moins, en partie, la raison pour laquelle mon blog a sûrement (beaucoup) moins de vues qu’il ne pourrait en avoir. Mais aussi la raison pour laquelle, à ce jour, mon activité de comédien est plutôt une activité sous-marine (c’est peut-être aussi pour cela que je pratique l’apnée) ou sous-cutanée voire intramusculaire.

 

C’est sûrement aussi pour cela que, certaines fois, je me retrouve à nouveau au moins témoin de certaines situations qui, dans mon métier d’infirmier, restent la norme.

 

Parce-que lorsque l’on est infirmier, on aime assez peu se mettre en scène et prendre toute la lumière. On est plus dans le don de soi que dans la revendication pour soi. Et ça amène ce résultat et cette vérité automatiquement renouvelée :

 

D’autres profitent de cette lumière et de cet argent.

 

Dans son livre, Magali Berdah explique qu’elle découvre l’univers de la téléréalité et des réseaux sociaux en rencontrant Jazz, une ancienne candidate de téléréalité,  amie d’une de ses anciennes salariées, Martine, à qui elle rend un service.

 

A cette époque, Magali Berdah, mariée, trois enfants, est surendettée, et a surtout une expérience consistante en tant que commerciale et auto-entrepreneuse dans les assurances et les mutuelles. A première vue, grossièrement, on dira que cela n’a rien à voir. Sauf que Magali Berdah, est fonceuse, bosseuse, curieuse. Elle a sans doute aussi envie de garantir à ces jeunes vedettes cette protection et cette sécurité dont elle a manqué enfant.  

 

Magali Berdah offre donc à ces jeunes vedettes son sens des affaires et du commerce ; une certaine indépendance. Ainsi qu’une présence affective permanente qui contraste avec ce monde des marques, des reflets et des images qu’incarnent et vendent ces jeunes vedettes qu’elle protège.

 

Quelques temps plus tôt, alors qu’elle était déprimée du fait de ses problèmes professionnels, financiers et personnels répétitifs, elle s’était confiée à une amie. Laquelle lui avait conseillé de consulter un Rav (l’équivalent d’un rabbin) de sa connaissance. Magali Berdah, juive non pratiquante, avait accepté de le rencontrer. Après s’être racontée,  ce Rav, le Rav Eli, lui avait affirmé qu’un de ses ancêtres, du côté de son grand-père maternel, était lui-même un Rabbin très « réputé » considéré comme un Tsadik.

 

Dans le vocabulaire hassidique, le Tsadik est un « homme juste ». Un Maitre spirituel. L’équivalent d’un Saint. Mais ce Saint n’est pas protégé par Dieu de son vivant. Par contre, ce Tsadik protègera un « descendant » et lui « offrira une vie extraordinaire : qui sort de l’ordinaire ».

Et le Rav Eli d’apprendre à Magali qu’elle était cette personne protégée par le Tsadik.

 

Ces propos du Rav étaient-ils sincères ? Relèvent-ils de la gonflette morale ou du placebo ? Sont-ils l’équivalent de ces « trucs » vendus et proposés par les coaches « bien-être » que Julia De Funès veut «déconstruire » ?

 

Je précise d’abord que je ne suis pas juif. Où alors je l’ignore. Mais j’aime beaucoup l’histoire de cette rencontre dans laquelle je vois du conte et de l’universel. Un conte pour adultes. Un conte qu’on aurait pu évidemment transposer autrement en parlant d’une rencontre avec un marabout, un psychologue, un Imam ou toute autre rencontre étonnante ou mystérieuse pourvu que ce soit une rencontre hors-norme, hors de nos habitudes et inattendue dans une période de notre vie où l’on a besoin de changement mais où on ne sait pas comment s’y prendre pour donner une autre direction à notre vie.

 

 

Dans cette histoire du Tsadik qui est l’équivalent du Saint, je pense bien-sûr à la vallée des Saints qu’un ami m’a conseillé d’aller découvrir lors de notre séjour récent en Bretagne. On trouvera facilement mon diaporama de la vallée des Saints sur mon blog. La Vallée des Saints

 

Pour l’instant, je ne vois pas quelles retombées concrètes sur ma vie a pu avoir le fait d’avoir pris la décision de me rendre avec ma compagne et ma fille à la vallée des Saints. Et ma remarque fera sans doute sourire ou ne manquera pas de me faire envisager comme un candidat idéal pour le programme subliminal de n’importe quel gourou foireux et vénal.

 

Alors, il reste le Tsadik, équivalent du Saint, qui, je crois, lui, sera plus difficile à contredire et à déloger, que l’on se moque de moi ou pas :

 

Religion juive ou pas, le soignant, infirmier ou autre, est souvent assimilé au Saint ou à la bonne sœur. Lorsque l’on regarde les conditions de travail et les conditions salariales d’un infirmier et qu’on les compare à ce que celui-ci donne de sa personne au cours d’une carrière, on « sait » que le compte n’y est pas du tout. Et que les infirmiers, comme d’autres corps soignants, sont sous-payés et sous estimés comparativement à ce qu’ils donnent. Mais aussi comparativement à ce qu’ils endurent. J’ai déjà entendu dire que, souvent, dans les ancêtres des soignants, il y a eu un malade, une grande souffrance. Mais on peut aussi penser, à travers l’exemple du Tsadik, qu’un soignant (infirmier ou autre) est un Tsadik et que, lui aussi, donnera sa protection à un de ses descendants un jour ou l’autre.

 

Cette histoire-là me plait beaucoup et elle m’est inspirée en lisant la biographie de Magali Berdah. Pas en lisant l’ouvrage de Julia de Funès. J’ai presque envie d’ajouter :

 

« Alors que cela aurait dû être le contraire. A quoi sert-t’il d’avoir autant de connaissances- comme Julia de Funès- si c’est pour plomber l’atmosphère et le moral des gens alors que ceux-ci essaient de trouver des astuces pour s’alléger, respirer un petit peu mieux et s’octroyer un peu de répit avant de devoir reprendre leur labeur ? ».

 

Récemment, dimanche après-midi, j’ai effectué un remplacement dans un service. La collègue infirmière du matin, ai-je appris plus tard, se lève à 3 heures du matin lorsqu’elle commence sa journée de travail à 6h45.

 

C’est sans doute rare qu’une infirmière se lève aussi tôt lorsqu’elle commence à 6h45 pour être à l’heure au travail. Mais je l’aurais vu au moins une fois dans ma vie.

 

Ce qui est moins rare, c’est d’avoir appris que cette infirmière avait pu se faire « défoncer » en plein staff un matin parce-que le travail n’avait pas été fait en temps et en heure. Pour quelle raison ?

Peut-être parce qu’elle était nouvelle dans le service. Et encore en CDD. Mais, aussi, parce-que le service manque de personnel infirmier. Quatre infirmiers en poste dans le service alors qu’il en manque sept autres. Il y a sept postes d’infirmier vacants dans ce service. Le service tourne donc régulièrement avec des remplaçants.

 

Ce qui est aussi moins rare, c’est qu’en se faisant « défoncer » en plein staff, cette infirmière ait subi sans broncher. C’est une étudiante infirmière présente lors des faits qui, ensuite, en a parlé au collègue infirmier qui m’a raconté ça le dimanche après-midi.

 

Ce qui est également moins rare c’est d’avoir demandé ce dimanche (j’étais alors présent) à cette même infirmière de revenir travailler le lendemain matin sur son jour de repos. Parce qu’il manquait du personnel infirmier le lundi matin.  

 

 Pourquoi je parle de ça ? Le Covid a fait des soignants, officiellement, «  des héros ». Mais des personnes se font « défoncer » cette fois-ci physiquement, sur la place publique lorsqu’ils rappellent à d’autres citoyens de porter- correctement- le masque de prévention anti-covid. Ou simplement d’un porter un.

 

Pendant ce temps, dans leur service, des soignants continuent de se faire « défoncer » en plein staff comme cette collègue infirmière. On peut donc défoncer en plein staff une héroïne. Et c’est normal.

 

Alors, qu’est-ce qu’il reste aux soignants héroïques alors qu’ils continuent de se faire défoncer par leur hiérarchie ? Il leur reste la dépression ou le burn-out. Il leur reste les accidents de travail. Il leur reste les congés longue maladie. Il leur reste la démission. Il leur reste la colère ou la contestation. Il leur reste le Tsadik ou son équivalent. Et c’est en lisant la biographie de Magali Berdah, que je n’ai pas terminée, que je le comprends. Pas en lisant le livre sûrement très cultivé de Julia de Funès.

 

Ce matin, ça a fait marrer une de mes jeunes collègues infirmières lorsque je leur ai parlé de Magali Berdah. Elle était sans doute gentiment amusée par une de mes nouvelles bizarreries. Pourtant, je ne fais que prolonger à ma façon ce en quoi je crois depuis des années.

 

Miles Davis disait « My mind is not shut » : Mon esprit n’est pas fermé. Dans la revue Yashima dont j’ai beaucoup aimé les articles cette fois-ci, il y a entre autres une interview de Kacem Zoughari.

 

Kacem Zoughari est «  docteur en Histoire et Culture du Japon et adepte de Ninjutsu du plus haut niveau ». J’ai découvert l’existence de Kacem Zoughari il y a à peine dix jours par ce magazine Yashima acheté durant mes vacances.

 

Quel rapport entre la téléréalité, le monde du fric et du commerce de Magali Berdah et l’ascèse martiale à laquelle se tient Kacem Zoughari que je devrais appeler au moins Sensei ou Maitre au vu de ses titres ?  A priori, à la télé, ce n’est pas la même chaine. Il n’y a aucun rapport si on oppose ces deux personnes et ces deux expériences selon leur image et leur parcours. Et puis, dans l’interview, Kacem Zoughari dit par exemple :

 

« Quand j’arrive là-bas (au Japon), je pense être bon. J’ai représenté la discipline à Bercy et à la télé et je suis ceinture noire. Mais au premier cours chez Ishizuka sensei, on me reprend. On me reprend gentiment, mais j’ai l’impression d’être giflé ! ».

 

On peut donc être « très bon », bosseur et expérimenté comme le pense alors Kacem Zoughari et, comme Magali Berdah, dans son domaine professionnel…échouer.

 

Or, que l’on évolue dans le commerce ou dans le domaine des arts martiaux ou ailleurs, ce qui va importer, c’est notre réaction par rapport à « l’échec ». Ce que l’on va être capable d’apprendre et d’accepter de cet échec.

 

Plus tard, Kacem Zoughari dit :

 

«  (….) Hatsumi sensei dit parfois : « Tu veux être bon, shuraba ni ike ». Va où a lieu le carnage ».

 

On peut penser au « carnage » de la guerre. Mais on peut aussi penser au « carnage » de la souffrance et de la violence auquel le soignant où le travailleur social est régulièrement exposé. Et Magali Berdah parle aussi de certaines périodes de «  sa vie chaotique ».

 

Et j’ai particulièrement aimé lorsque Kacem Zoughari dit :

 

« Certains élèves copient le maitre jusque dans ses déformations de dos, de genou, etc. Au-delà de l’aspect caricatural, c’est même délétère pour leur santé ! Ce type de pratiquants intégristes refuse souvent aussi de voir ce qui se fait ailleurs pour ne pas corrompre l’image qu’ils ont de leur maître. C’est une grave erreur ».

 

Bien entendu, je n’attends pas que Kacem Zoughari verse dans l’univers de la téléréalité et dans le monde de Cyril Hanouna. Mais on a compris que selon mes aptitudes et mon état d’esprit, je peux trouver des parties de mes besoins et de mes réponses tant dans ce qu’enseigne Kacem Zoughari que dans ce que raconte Magali Berdah.

D’autant que Kacem Zoughari confirme aussi :

 

« (…..) car beaucoup d’obstacles se dressent sur la voie d’un adepte. Il y a d’abord les désillusions. Le monde martial, comme tout microcosme, comporte de nombreuses personnes à la moralité douteuse. Il faut alors avoir foi dans les bénéfices de la pratique pour trouver le recul de se dire que les actes d’un individu ne définissent pas la valeur d’une discipline ».

 

 

Il y aurait bien-sûr davantage à dire de l’interview de Kacem Zoughari et je le ferai peut-être un autre jour.

 

Mais l’article va bientôt se terminer et je veux d’abord répondre à des questions que je crois possibles devant certaines des photos :

 

La voix du Raid écrit par Tatiana Brillant (avec la collaboration de Christine Desmoulins), ancienne négociatrice du RAID, parce-que je crois que son expérience peut aussi m’apprendre quelque chose dans mon métier comme dans ma vie. Tatiana Brillant, dont, d’ailleurs, le père est pompier. Et la mère….infirmière. Tatiana Brillant qui dit, page 24 :

 

«  (….) Ayant cette fois accès à mon dossier, j’ai appris que lors des précédents tests j’avais été reçue première avec l’observation suivante :

 

 «  Première candidate. Impressionnante malgré son jeune âge. Bonnes réactions, empathie naturelle ».

C’est ainsi que je suis entrée au RAID le 1er mars 2004. A Bièvres, dans l’Essonne, mon rêve se réalisait ! Tout cela validait à jamais le mantra qui rythme ma vie :

 

« Il ne faut rien s’interdire ».

 

« L’empathie » est une aptitude qui peut être dévaluée dans un monde où l’image, le statut social, la célébrité, la rapidité, la rentabilité et le fric remportent souvent le gros lot.

 

Le personnel infirmier sait ce qu’est l’empathie même s’il se fait régulièrement enfler. Parce qu’il est plus dans le sacrifice et le don de soi que dans l’empathie me dira-t’on. Peut-être. Mais on voit à travers Tatiana brillant, Magali Berdah mais aussi Kacem Zoughari, qui l’évoque d’une certaine façon dans un passage de son interview, que « l’empathie » est compatible avec la réussite professionnelle et personnelle.

 

 

Tout bouge autour de moi de Dany Laferriere, membre de l’Académie française. Pour le titre. Pour la littérature. Parce-que je n’ai encore rien lu de lui. Parce qu’il parle d’Haïti, où il se trouvait, lors du tremblement de terre du 12 janvier 2010 :

 

  «  Des choses vues » qui disent l’horreur, mais aussi le sang-froid des Haïtiens. Que reste-il quand tout tombe ? La culture. Et l’énergie d’une forêt de gens remarquables ».

 

 

Parce qu’Haïti est une île où j’aurais aimé être allé depuis des années. Mais son régime politique et sa pauvreté m’ont jusque là trop inquiété. Je suis « entré » un peu à Haïti d’abord par le cinéma de Raoul Peck dans les années 90 par son film, L’Homme sur les quais. J’ai vu d’autres films de lui. Et même des séries. Je l’ai aussi rencontré et interviewé deux fois. Une fois lors du festival de Cannes au début des années 2010. Une autre fois, à Paris.

 

Il y a quelques photos de nos vacances en Bretagne. A la vallée des Saints ( avec les statues en granit) et aussi à Quiberon, du côté du port-Haliguen, où nous sommes passés avant que le port du masque ne devienne obligatoire dans la rue.

 

Le titre que j’ai choisi sur l’album Nordub  réalisé par Sly & Robbie et Nils Petter Molvaer feat Eivind Aarset and Vladislav Delay s’appelle :

 

European Express.

 

C’est le septième titre de l’album. Après avoir lu des critiques dithyrambiques sur cet album, je me suis décidé à l’acheter. J’avais déjà écouté deux anciens albums de Nils Petter Molvaer. J’appréhendais qu’il soit trop présent avec ses traversées électroniques et sa trompette qui louche vers Miles mais sans l’attrait de Miles sur moi.

 

Sly and Robbie, depuis leur trajectoire Reggae avec Black Uhuru, Gainsbourg et beaucoup d’autres dans les années 70 et 80 ont depuis longtemps débouché dans d’autres atmosphères musicales. J’attendais beaucoup de cet album. J’attendais du Dub. J’ai d’abord été déconfit. Puis, en le reprenant en revenant de vacances, il s’est à nouveau vérifié que certains albums nous demandent du temps pour entrer dedans.

 

European Express,  de par sa dynamique, est le titre qui m’a semblé le plus approprié pour cet article.

 

 

Cet article est sans doute plus long qu’il n’aurait dû, une fois de plus. Alors, j’espère qu’il ne sera pas trop fastidieux à lire et que les photos qui l’accompagnent vous iront aussi.

Ici, si on le souhaite, on pourra écouter cet article dans sa version audio :

 

 

Après un concert, il arrivait que Miles engueule certains de ses musiciens après qu’ils aient, selon lui, mal joué. Sans doute estimait-il qu’ils n’avaient pas pris assez de risques. Il leur disait :

 

 «  Jouez ce que vous savez jouer ! ».

 

J’ai écrit ce que je sais écrire. C’est le souffle qui nous tient. C’est à dire : trois fois rien.

 

 

Franck Unimon, ce mercredi 5 aout 2020.

 

 

 

 

 

 

 

read more

Self-défense

»Posted by on Juin 4, 2020 in Corona Circus, Ecologie, self-défense | 0 comments

Self-défense

Photo prise à Paris, lors du dernier week-end de Mai 2020.

 

 

                                                                   Self-Défense

 

 « Je vous attendais ».

 

 

Même s’il s’est mis à pleuvoir abondamment hier soir, depuis plusieurs jours, les gens sont globalement plutôt heureux de pouvoir sortir à nouveau de chez eux. Ça se voit. Je le vois en partant au travail ou en sortant de chez moi. J’aperçois des couples très amoureux. Je m’attends à ce qu’un certain nombre d’eux, rapidement, s’incitent à arrêter d’être deux. D’autres fois,  dans certains quartiers comme récemment du côté de Denfert Rochereau, avec mon masque sur le visage, j’ai l’impression d’être un spécimen ou un attardé. 

 

La deuxième vague du Covid-19 ne s’est pas faite sentir. Beaucoup de personnes en concluent que l’épidémie a disparu. Il a fait beau depuis pratiquement trois mois – même si les températures avaient pu être fraiches le matin en mars- et beaucoup de personnes en avaient assez d’être confinées depuis mi-mars. En plus, le gouvernement a décidé du déconfinement le 11 Mai (et non le 12 comme je l’ai écrit dans mon précédent article Avec ou sans masques ). Et, depuis deux ou trois jours (le 2 juin, je crois) la limitation de déplacement des 100 kilomètres a cessé d’exister. Un certain nombre de personnes sont donc parties prendre l’air en province. Sur Facebook, réseau social bien connu par les plus de vingts ans et les vieux (sourire), j’ai ainsi pu voir des photos de connaissances parties s’aérer du côté de Paimpaul en Bretagne ou en Normandie, à chaque fois près de la mer.

 Enfin, hier soir, en retournant au travail, j’ai revu pour la première fois depuis trois mois des personnes installées en terrasse d’un café ou d’une brasserie. Il y avait du monde. 

 

Photo prise à Paris en allant au travail, lors du dernier week-end de Mai 2020.

 

 

La pandémie du covid-19 a simplifié mon agenda. Je me suis très bien passé de certaines activités que j’ai du plaisir à faire : médiathèque, cinéma, pratique de l’apnée en club, librairies, achats de blu-ray, magasins de loisirs, etc…autant de déplacements que j’ai arrêté de pratiquer. Là où avant la pandémie, je me démultipliais voire me dispersais, pendant la pandémie, je me suis facilement limité à continuer d’aller au travail, continuer de prendre des photos, continuer d’écrire, être davantage avec ma fille, continuer mes étirements, être davantage avec ma compagne, contacter certaines personnes.

 

Par contre, pendant plusieurs semaines,  j’ai fait plus de vélo pour me rendre au travail. Je suis parti bien plus tôt de chez moi pour m’y rendre d’une manière générale. J’ai changé mon itinéraire pour me rendre au travail et ma façon de m’y rendre :

 

Avant la pandémie, je m’y rendais principalement en train et métro en partant de chez moi 45 ou 50 minutes plus tôt. Durant la pandémie, avec la rareté des trains,  j’y suis plusieurs fois allé à vélo, et, surtout, après avoir pris le train, j’ai beaucoup pris le bus. En partant de chez moi 90 minutes plus tôt. Et, j’ai marché aussi. J’ai continué de marcher. Je marchais déjà avant la pandémie mais moins pour me rendre au travail. Depuis deux à trois semaines, sans doute depuis le 11 Mai, je me suis relâché. Je pars maintenant plus tard de chez moi : comme avant les mesures de confinement. Mais je continue de prendre le bus le plus possible, une fois arrivé à St Lazare.

 

On voit beaucoup mieux ce qui nous entoure en prenant le bus, je trouve. Et la pandémie m’a poussé à ça:

Beaucoup regarder autour de moi. Pas uniquement par inquiétude. Mais aussi par curiosité. Cette curiosité que j’avais perdue par habitude et aussi en m’immergeant dans le métro et dans la foule qui sont souvent les cendriers de nos regards.

 

Avant la pandémie, j’avais commencé à lire La Dernière étreinte de l’éthologue Franz de Waal. Un très bon livre, très agréable, emprunté à la médiathèque de ma ville et que j’ai toujours.

Avec la pandémie, j’ai perdu ma lecture. Bercé par l’étreinte de la pandémie, je n’ai pas pu remettre ma tête à cette lecture même si je sais en théorie que son contenu aurait très bien servi à décrypter ce que nous avons vécu et continuons de vivre depuis la pandémie.

Par contre, j’ai lu beaucoup plus de journaux que d’habitude durant la pandémie. Cela a été instinctif. Une mesure d’autoprotection personnelle : à l’anxiété générale relayée par la télé, les réseaux sociaux, les collègues, les amis et les proches, j’ai assez vite préféré le Savoir du papier, la diversité des journaux et des langues ainsi que l’expérience physique du déplacement jusqu’au point presse. J’ai eu de la chance :

Il y a un point presse près de mon travail qui est resté ouvert pendant toute la pandémie et, cela, dès 7h30 jusqu’à 20h.

 

Lorsque l’on parle de self-défense, on s’arrête souvent à la définition standard : on pense d’abord au fait d’apprendre à se défendre physiquement d’une attaque menée par un ou plusieurs agresseurs.

Il y a quelques jours, une nuit, sur un réseau social que tout le monde connaît et sur lequel beaucoup de monde exprime ses états d’âmes et ses certitudes, moi y compris, une copine a posté une vidéo d’un cours de self-défense. Cela m’a étonné venant de cette copine que je connais comme étant une très grande intellectuelle et qui était assez peu portée, officiellement, sur ce genre de discipline la dernière fois que nous nous étions rencontrés. C’était il y a plusieurs années.

 

J’ai regardé la vidéo d’autant que la self-défense, les sports de combats et les arts martiaux font aussi partie, depuis des années, de mes centres d’intérêt.

Dans un gymnase, un instructeur aguerri que j’ai découvert, faisait ses démonstrations devant ses «élèves ». La cinquantaine rugissante, en Jeans, tee-shirt et baskets, il en imposait à ses trente ou quarante élèves. Et chacun de ses partenaires se retrouvait évidemment au sol, immobilisé ou contré, au moyen d’une clé ou d’une soumission, d’une percussion. Ça ne traînait pas. Collant le plus possible à des situations réelles, son but était à l’évidence de pouvoir proposer à ses élèves ou à ses stagiaires des méthodes efficaces, rapides à assimiler et à reproduire, avec un minimum d’entraînement.

Si je devais comparer son enseignement à la façon dont nous essayons de soigner en santé mentale, je dirais que son enseignement était plus proche de la thérapie brève et comportementale que de la psychanalyse. Avec la self-défense, on est dans l’urgence, le comportementalisme, dans l’efficacité et dans l’action. Et non dans la masturbation intellectuelle et dans le bla-bla. Je peux d’autant plus l’écrire que je suis très attaché à la psychanalyse.

Si je devais comparer son enseignement à la façon dont on apprend le jeu d’acteur, je dirais qu’il était plus proche de ce que je comprends de l’actor’s studio et de toute formation où l’on engage le corps et où on lui fait acquérir- ou désinhiber- des réflexes dont l’être humain, en tant qu’être animal, est doté en principe s’il veut pouvoir survivre et se défendre. A moins d’avoir été « castré », tellement détruit et humilié, qu’il n’a plus la moindre force, volonté ou aspiration à se révolter. Ou à moins de tout intellectualiser en permanence et de tout miser, en tant qu’acteur, sur la diction d’un texte.

 

La particularité de toutes ces démonstrations de self-défense, de sports de combats ou d’arts martiaux auxquelles nous assistons en direct ou via une vidéo, c’est qu’elles tournent souvent à l’avantage de l’instructeur. Et ça donne envie. Ou ça suscite l’admiration. On se dit :

« J’aimerais bien apprendre ce qu’il enseigne pour pouvoir me défendre en cas de besoin ou pour pouvoir défendre celles et ceux à qui je tiens ».

 

De son côté, l’instructeur se doit d’être convaincant lors de ses démonstrations. Pas uniquement d’un point de vue technique. Mais aussi de par son attitude, son réalisme, et, voire, par son éthique. Et l’instructeur en question mettait tant de conviction devant ses élèves, si volontaires et si inexpérimentés de toute évidence d’un point de vue pugilistique, que cela donnait l’impression qu’il passait vraisemblablement sa vie à penser combat, self-défense, combat, self-défense. Cela en devenait un peu comique. Mieux vaut rire que mourir.

Mais attention : je ne critique pas. J’ai appris qu’il valait mieux  être à même de savoir se défendre en certaines circonstances plutôt que de compter sur des amabilités et sur la chance. Sauf qu’il faut savoir quand se défendre, comment, contre qui, dans quelles proportions et où. Et Avoir aussi, une conscience. De soi, de nos actes, des autres, de notre environnement. 

 

En regardant cette vidéo de « stage », j’avais l’impression que l’instructeur s’entraînait et se préparait depuis des années au combat :

La majorité des instructeurs, profs, enseignants et maitres de combats, de self-défense et d’arts martiaux  parmi les plus connus et reconnus, à ce que j’ai constaté, sont généralement des pratiquants très expérimentés depuis dix, vingt années ou davantage dans plusieurs disciplines de défense et d’auto-défense.  

 

Et, l’instructeur de la vidéo  donnait l’impression que c’était comme s’il n’attendait que ça parce qu’au fond, sans combat,  il s’ennuyait :

C’était donc comme s’il attendait tous les jours que quelqu’un, enfin, vienne le « chercher » à la sortie de son travail, dans son sommeil, dans un magasin de vélo ou sur la route pour l’agresser. Et j’avais aussi l’impression que la majorité des stagiaires, en le voyant aussi affûté et percutant, n’avait qu’une envie (et moi aussi) en découvrant la somme de travail et de vécu à engranger pour lui ressembler :

 

Devenir son ami ou l’avoir comme ami dans la vie ou sur Facebook afin, qu’en cas de besoin, il vienne nous défendre rapidement.

 

 

 

En matière de self-défense, je me demande ce qui a manqué à Georges Floyd aux Etats-Unis ou à Adama Traoré et à tous les autres, arabes, asiatiques, femmes, enfants, personnes âgées, citoyens lambdas, homosexuels, trans, juifs, arméniens, les Amérindiens, les pauvres etc lorsqu’ils rencontrent leur prédateur.

 

 

Je parle du noir américain Georges Floyd et du Français Adama Traoré car ils font désormais partie de l’actualité funèbre maintenant que l’on n’a plus peur du Covid-19. Mais je crois qu’il faut aussi penser à bien d’autre victimes et c’est pour ça que j’ai ajouté ces autres « catégories » de personnes qui font souvent partie des victimes que ce soit dans une dictature ou dans une démocratie.

 

 

Dans le monde animal, la biche ou le cerf ne se fait pas toujours attraper par son prédateur. Mais il est quand même un certain nombre de proies et de gibiers qui se font dévorer. Georges Floyd et Adama Traoré font désormais partie de ces victimes qui se sont faites “dévorer”.

 

J’ai ressenti une grande lassitude en apprenant « l’histoire » de Georges Floyd. Comment elle s’est terminée après celle d’Adama Traoré il y a quatre ans. Ce sentiment de lassitude m’a interrogé. Je me suis demandé si j’étais devenu indifférent.  Plus jeune, j’aurais été en colère.

 

 

Je me suis demandé si je me sentais au dessus de ce qui leur était arrivé ou si je les rendais responsables de leur propre mort.

 

 

Je ne crois pas être indifférent à leur mort.

 

Parce qu’avant Georges Floyd et Adama Traoré, pour moi, lorsque j’avais 17 ans, il y avait eu le noir américain Georges Jackson et les frères de Soledad. Ainsi que, bien-sûr, le souvenir de Martin Luther King, Malcolm X, les Black Panthers. Plusieurs de mes modèles pour mon adolescence. Un groupe de Reggae comme Steel Pulse a composé un titre en mémoire de Georges Jackson. Le Reggae peut être perçu comme une musique juste festive pour l’été ou pour s’amuser alors que c’est une musique très militante.

 

Parmi mes modèles, adolescent, il y avait aussi eu Nelson Mandela. Et Steve Biko dont on parle beaucoup moins que Mandela et qui a, lui, été vraisemblablement assassiné lors de son emprisonnement:

Officiellement, Steve Biko aurait glissé en prenant une douche. Le groupe Steel Pulse mais aussi Peter Gabriel ont composé une chanson en son hommage.

 

Je me suis demandé pour quelle raison Biko avait été oublié et pour quelle raison, lui, contrairement à Mandela, n’avait pas survécu à son emprisonnement. Jusqu’à ce que j’apprenne, très récemment, que Steve Biko était bien plus critique que Nelson Mandela envers l’Apartheid. Qu’il était même critique envers l’ANC de Mandela. Et qu’il était aussi, plus isolé, médiatiquement, que Mandela.

 

Bien-sûr, adolescent, parmi mes modèles, il y avait aussi eu au moins les auteurs noirs américains : Richard Wright, Chester Himes, James Baldwin. Tous parlaient du racisme anti-noir aux Etats-Unis d’une façon ou d’une autre. Je connaissais aussi l’histoire du boxeur Cassius Clay, devenu Muhammad Ali. Mon père avait un livre sur lui dans le salon de notre appartement HLM. Je l’avais lu plus jeune comme cette préface qui parlait du noir John Henry qui, avec ses deux masses, avait été plus fort que la machine du blanc pour creuser un trou dans la terre. Et qui, après avoir remporté son pari, était rentré chez lui, s’était douché, avait fait sa prière, s’était couché pour ne plus se relever. 

Je connaissais aussi l’histoire des Jeux olympiques de Mexico en 1968. Le poing noir levé des athlètes noirs américains sur le podium : Lee Evans, Ron Freeman, John Carlos. Je connaissais aussi d’autres histoires également plus vieilles que moi d’athlètes que je n’avais jamais vu à la télé ( Zatopek, Wladimir Kuts, Peter Snell, Lasse Viren, Herb Elliot…). Je les avais lues dans les magazines de sport de mon père. 

 

Et j’avais entendu parler de l’esclavage bien plus tôt (avant mes dix ans) : mon père m’avait raconté. Et, pour lui, le Blanc de France, était “l’ennemi”.

Mon père ne m’a pas parlé de la Négritude. Adolescent, j’avais entendu parler de la Négritude, de Césaire, Senghor et de Gontran Damas peut-être à la bibliothèque de Nanterre, endroit sacré que notre instituteur de CE2, Mr Pambrun, un jour, nous avait fait découvrir en nous y emmenant à pied depuis notre école publique, l’école Robespierre.  

 

La différence entre un Martin Luther King, un Malcolm X, certains meneurs des Black Panthers, un George Jackson, un Georges Floyd, un Adama Traoré et un Nelson Mandela qui meurt libre, et en symbole de Paix international,  tient peut-être aussi dans ces deux mots :

 

Self-défense.

 

Nelson Mandela ne pratiquait pas, je crois, de sport de combat. Je ne crois pas non plus qu’il portait d’arme sur lui. Même s’il a été, un temps, un adepte de la lutte armée.

Sans doute Nelson Mandela a-t’il eu la « chance » d’arriver au  bon moment  dans l’Histoire de l’Afrique du sud et dans l’histoire géopolitique internationale pour, finalement, après une vingtaine d’années d’emprisonnement, parvenir à rester un interlocuteur incontournable. Ne pas oublier, aussi, l’engagement de son ex-femme, Winnie Mandela, et la menace qu’elle représentait pour le gouvernement sud-africain même si, par la suite, certains faits ont été reprochés à Winnie Mandela. Ne pas oublier non plus que Nelson Mandela était entouré de soutiens infaillibles (avocats, d’autres militants incarcérés comme lui, un soutien international…).

 

Mais la chance et le soutien médiatique et autre ne font pas tout. Mandela a su faire et a pu faire les bons choix stratégiques à certains moments.

Angela Davis, aussi, à sa façon, lorsqu’elle avait été déclarée ennemie publique numéro un des Etats-Unis, a aussi été en mesure de pratiquer une self-défense qui lui a sauvé la vie. Et, cela est d’abord passé par la fuite par exemple. Une fuite durant laquelle elle avait été bien entourée. Car il faut pouvoir échapper au FBI ou à la CIA.  Angela Davis aussi avait été soutenue y compris de manière internationale.

 

 

Je me demande donc ce qui a manqué à Georges Floyd et à Adama Traoré en self-défense pour survivre. Le même genre de soutien qu’un Nelson Mandela ou qu’une Angela Davis ?

 

Pour Georges Floyd, il faut se rappeler que les Etats-Unis sont ce pays où des millions d’Amérindiens ont été exterminés par les colons européens afin de prendre la tête du pays. Et, il est même possible que des noirs enrôlés dans l’armée « américaine » aient participé à cette extermination contre la promesse par exemple de leur émancipation ou de leur naturalisation américaine. Lorsqu’un tel pays, les Etats-Unis, devient ensuite la première puissance Mondiale et une référence culturelle mondiale, on peut s’attendre à ce que certains de ses citoyens considèrent en 2020 pouvoir continuer de faire avec des noirs ce qui a pu être fait dans le passé en toute impunité avec des millions d’Amérindiens mais aussi durant la période de l’esclavage. D’autant plus dans un pays où dans certains Etats il est parfaitement légal et normal d’acheter et de posséder plusieurs armes létales. 

Le journal ” Le New York Times” de ce jeudi 4 juin 2020.

Aujourd’hui, aux Etats-Unis, si les Noirs font partie des plus touchés par l’épidémie du Covid-19, certains territoires amérindiens, aussi…   

 

 

 

Pareil pour la France, ex grande Puissance coloniale, et pays encore très côté à travers le monde :

Il doit bien y avoir, aussi, un certain nombre de personnes qui estiment que ce qui a pu être fait par la France « avant » dans les colonies peut se refaire aujourd’hui et demain.

 

En France, je refuse pourtant de raser les murs quand je sors. Bien-sûr, si je sais qu’une région ou une zone est une menace pour les personnes de ma couleur de peau, je ferai attention ou essaierai de l’éviter. Et si je sais qu’une certaine attitude peut m’attirer des ennuis, je ferai en sorte de m’en dispenser. ( Lire l’article C’est Comportemental ! ) Mais ça n’est pas toujours possible.

 

Il y a une  forme de mathématique mortuaire qui veut que si une proie se trouve un certain nombre de fois en contact avec son prédateur ou son agresseur potentiel, le risque de pressions et d’agressions augmente. C’est donc, finalement, un choix ou une incompétence au moins politique de permettre ou d’augmenter ce nombre de contacts, cette promiscuité, entre “chiens et chats”. Et, certains, chiens comme chats, préfèrent mourir au combat plutôt que de se laisser faire. Pendant ce temps-là, les maitres et les maitresses des « chiens et des chats », eux, s’en battent les mains. Ils peuvent se permettre de partir en week-end au bord de la mer ou d’aller voir ailleurs et d’être informés- de temps en temps- par quelques observateurs ou intermédiaires. Et d’intervenir et de faire de la communication lorsque ça peut faire du bien à leur image et à leur carrière.

 

Par découragement ou par lassitude, on se dit que l’Histoire des meurtres au moins racistes se répète.

 

Les réseaux sociaux ont beaucoup de travers : beaucoup de personnes qui s’y expriment y sont expertes sur à peu près tout puisqu’il est facile et gratuit de s’y exprimer. Et on y livre quantité d’informations personnelles qui régalent des entreprises déjà multimilliardaires (les GAFA et autres) ainsi que nos divers gouvernements qui, durant la pandémie, ont dû faire le plein d’informations pour des décennies concernant notre façon de réagir et d’inter-réagir en période de pandémie, d’inquiétude et de confinement. Je l’ai fait et le fais comme tout le monde. 

Mais les réseaux sociaux expriment aussi ce souhait, notre souhait idéalisé et répété, de faire partie d’une communauté. Sauf que, pour l’instant, ce souhait est souvent boiteux car nous avons beaucoup de mal à nous écouter et à nous accepter. Nous préférons encore trop trancher et décider quand  les autres ont tort et qui a tort. Tandis que nous, nous estimons être du côté de la raison et de la lucidité. Nous sommes donc encore un peu trop nombreux à être des dictateurs au moins virtuels ou digitaux. Peut-être qu’avec le temps et certaines expériences, nous finirons par être un peu moins dictateurs et à former un peu mieux cette communauté vivante (humaine et non-humaine) que, très maladroitement et très brutalement, nous essayons de créer et vers laquelle nous tâtonnons.

 

 

 

Je n’ai pas parlé de ça hier matin, à la jeune vendeuse du Relay  de la gare d’Argenteuil. J’étais venu acheter le dernier numéro du Canard Enchaîné lorsque j’ai vu que même le Relay, maintenant, vendait des masques de self-défense contre le covid-19. Un mois et demi plus tôt, environ, cette jeune vendeuse, comme ses collègues, travaillait sans aucune protection. Je m’en étais étonné sans insister. Comprenant que leur employeur était responsable de cette négligence, je m’étais abstenu de tout commentaire bruyant afin d’éviter de l’accabler davantage.

Deux ou trois semaines plus tard, la même vendeuse, d’autorité, se pointait à la sortie du Relay avec son flacon de gel hydro-alcoolique. C’était sa self-défense sanitaire et elle était déterminée à sauver sa peau. Comme les autres clients présents, je m’étais soumis à la leçon du gel hydro-alcoolique même si, à mon avis, j’étais suffisamment renseigné sur le sujet du fait de mon métier de soignant en pédopsychiatrie (ce qu’elle ignore). Et puis, par expérience, je reproche au gel hydro-alcoolique d’abîmer les mains. Je lui préfère donc le savon qui n’a pas attendu la fabrication  et la diffusion du gel hydro-alcoolique pour nous donner une hygiène respectable.

 

Hier matin, non seulement le flacon de gel hydro-alcoolique était  à disposition de façon facultative devant l’entrée du Relay mais la jeune vendeuse, non-masquée, derrière la protection plastifiée de sa caisse, dansait en reprenant les paroles d’un tube qui passait.

 

J’ai reconnu Aya Nakamura alors que la vendeuse répétait :

 « Ah, je m’en tape ! Si tu veux qu’on le fasse!».

 

Quand je lui ai demandé des renseignements concernant les masques réutilisables (2 pour 4, 40 euros. Une affaire ! ) elle n’a pas compris tout de suite. Ce n’est pas la première fois qu’elle réagit de cette manière. Mais avec la musique en plus, cette fois-ci, sérieuse, elle a tendu l’oreille comme une jeune femme qui vaque dans une boite de nuit et que j’aurais essayé de draguer comme un plouc.  J’ai eu l’impression de revenir plusieurs années-lumière en arrière. Et d’être transformé malgré moi en l’homme à tête de chou de Gainsbourg. Chanson que cette jeune n’a peut-être jamais écoutée. Et elle s’en battrait sans doute les couilles si elle le faisait.

 

« Il n’y a plus de masques réutilisables » a fini par me lâcher la jeune vendeuse totalement indifférente à mon corps. Elle a néanmoins fait l’effort de me répondre rapidement qu’elle ne savait pas quand il y ‘ en aurait. Peut-être la semaine prochaine. Après ça, elle était au maximum de son accomplissement commercial. Et elle a repris le refrain de sa chanson. 

 

Franck Unimon, jeudi 4 juin 2020.

read more

Ce serait facile

»Posted by on Mar 28, 2020 in Corona Circus, Crédibilité, Ecologie | 0 comments

Ce serait facile

  

                                                   Ce serait facile

 

«  Aux Grands Hommes La Patrie Reconnaissante » peut-on lire à l’entrée du Panthéon.

Je vais finir par connaître cette phrase par cœur. Mais il y a une autre affirmation que depuis le couvre-feu décidé la semaine dernière, l’épidémie du Coronavirus Covid-19 va continuer de m’apprendre pendant plusieurs semaines :

 

« Hier à l’abandon, aujourd’hui, les soignants des hôpitaux publics sont les héros de la Nation ».

 

L’épidémie est dérangeante car en plus de nous désarmer et de tuer, elle nous oblige à comprendre que notre mémoire est changeante. Même si des monuments présents depuis des siècles sont là pour nous rappeler l’Histoire.

 

Cela a été facile d’oublier l’Histoire des hôpitaux publics. Même moi, je la connais peu.

 

Mais je me souviens encore que les mouvements de contestation des soignants  existent depuis plus d’une génération : ils n’ont pas débuté « seulement » en 2004 ou en 2005 avec la T2A, depuis dix ans ou quelques mois comme on peut encore le lire.  

 

A la fin des années 80, déjà  (au 20ème siècle). Cela serait très facile de continuer de l’oublier.

 

Comme cela serait très facile de croire qu’une prime et une revalorisation salariale vont suffire, comme d’autres fois, à gagner du temps, alors que les hôpitaux publics, comme d’autres institutions publiques, sont le miroir de la société mais aussi son socle.

 

Cela a été très facile de l’oublier. De l’ignorer. De (se) regarder dans d’autres miroirs. De « gérer » le sujet. De considérer qu’il y avait d’autres priorités.   

 

Et l’épidémie s’est imposée. C’est l’équivalent d’un Krach en bourse- mais en direct- que peu de personnes ont vu venir. Sauf que donner de l’argent, du matériel, s’ils font partie de la solution, ne vont pas suffire. Il va falloir donner de la pensée, du temps et du futur qu’on a bradé. Donner ce que l’on n’a pas ou plus que ce que l’on a, c’est souvent ce que l’on fait à l’hôpital tandis que d’autres prennent beaucoup plus qu’ils ne donnent. Ce n’est pas nouveau dans notre société. Ce serait facile de l’oublier.

 

Il va falloir rendre une autre vision du monde plutôt que de continuer à contribuer à sa division. Car, aujourd’hui, la division du monde est blindée et couverte par l’épidémie.

 

Ce serait facile de croire qu’après elle, nous serons prêts, que nous aurons tout prévu, que nous aurons tout modélisé et serons capables de tout maitriser. C’est ce que nous avons cru avant l’épidémie. 

 

Franck Unimon, jeudi 26 mars 2020.

 

read more

Contrainte et motivation

»Posted by on Mar 25, 2020 in Corona Circus, Echos Statiques, Ecologie | 0 comments

Contrainte et motivation

 

                                                            Contrainte et motivation

 

J’étais en train de sortir mon vélo de son local lorsque j’ai entendu un bruit étrange.  C’est peut-être ce son particulier- Ploc-ploc- qui m’a d’autant plus donné, instinctivement, l’idée de tâter mon pneu arrière. Il était crevé. Je me suis dit :

 

Soit j’ai très mal mis ma chambre à air arrière la dernière fois (il y ‘a deux ou trois mois tout au plus). Soit la nouvelle chambre à air, un premier prix, que j’avais mise était de très mauvaise qualité. J’ai un moment pensé à une de mes collègues, qui, lors de la grève des transports en Décembre, pour protester contre la réforme des retraites, avait crevé deux fois en l’espace de quelques jours.

 

Fort heureusement, j’avais des chambres à air de rechange, en principe de bonne qualité vu le magasin de cycles où je les avais achetées. Du temps de la grève des transports en Décembre. Ce magasin, aujourd’hui, est sûrement désormais fermé  depuis le couvre-feu consécutif à l’épidémie. 

 

Mais je ne pouvais pas me permettre de prendre le temps de changer la chambre à air de mon pneu arrière.

 

Le local où je mets mon vélo est à dix minutes à pied de chez moi. En m’y rendant, je m’éloigne de la gare…de dix minutes. Il devait être entre 19h30 et 19h40. Je reprenais le travail à 21h. Avec la diminution des transports, le fait que je ne m’étais pas renseigné sur les horaires de train, impossible pour moi de savoir quand j’aurais un train. Mais j’avais bon espoir.

 

J’ai laissé mon casque, mes lunettes et mon bidon d’eau dans le local. Fort heureusement, j’avais toujours sur moi mon Pass Navigo. J’allais devoir prendre les transports en commun pour aller au travail.

 

A la gare, première information après avoir passé les portes de validation « ouvertes » :

 

Le prochain train, direct pour Paris St Lazare arrivait trente minutes plus tard. Soit entre 20h15 et 20h20. Je pouvais donc, désormais, être en retard alors qu’avec mon vélo en état de marche, je serais arrivé avec quelques minutes d’avance.

 

Je suis repassé chez moi. J’ai expliqué ce qui se passait à ma compagne. Je me suis changé. J’étais prêt à prendre mes baskets afin d’aller au travail en footing depuis St Lazare. J’avais commencé à enfiler mon collant de footing. Ma compagne m’en a dissuadé : j’avais déjà fait assez d’efforts physiques cette semaine en m’y rendant à vélo. Et, là, d’un seul coup, je me prenais pour « un grand sportif ?! ».

Je lui ai répondu : «  Mais je suis un sportif ! ». Un ancien sportif, évidemment. Qui a vieilli en plus.

J’ai écouté ma compagne. Je me suis habillé comme quelqu’un qui allait prendre toute la chaine des transports en commun depuis chez lui.  A aucun moment, je n’ai envisagé de prendre ma voiture. Le temps moyen habituellement pour me rendre à mon travail en transports en commun est d’environ 45 minutes. Contre 1h05 au mieux à vélo. Si je ne traine pas. Si les feux de circulation sont «cléments».

Comme on me l’avait dit, assez peu de monde dans le train. Par contre, en approchant de St Lazare, le train se met  au ralenti. Cela fait quelques minutes que je suis devant les portes pour sortir lorsqu’un homme d’une trentaine d’années vient se placer à côté de moi, sur ma droite, sans vraiment donner l’impression de tenir compte de la distance de prévention sanitaire de un mètre. As usual. Cet homme qui a mis du  « sent-bon »  croit peut-être que le parfum le protège du virus.  Alors que le train se rapproche un peu plus de St Lazare,  je me surprends à sentir se déplacer en moi une certaine agressivité :

Je pourrais frapper cet homme. Juste parce-que, là, alors qu’il y a tout l’espace nécessaire pour respecter une certaine distance, il est venu se mettre là, juste à côté de moi. Je tourne ma tête dans le sens opposé à sa présence et attends la délivrance.

Cette réaction ne me ressemble pas. En temps ordinaire, même dans un train ou dans un métro bondé, je fais avec. Mais là, coronavirus Covid-19 + sentiment d’enfermement dans les transports en commun+ les contrôles de police ou de contrôleurs font que je suis monté dans ce train, auquel je n’ai pu échapper ce soir, sans doute avec un certain état de tension inhabituel.

 

Le train arrive à quai. J’ouvre et je me porte sur le quai. Je redécouvre la gare St Lazare après quelques jours de trajet à vélo. 

Très vite, je m’aperçois qu’il m’est impossible de choisir l’endroit où je vais prendre les escalators. La gare est quadrillée. Des sorties habituellement « praticables » sont barrées par des bandes adhésives blanches et rouges. Nous sommes arrivés sur la voie 26 ou 27. Il nous faut tourner à droite et aller jusqu’aux premières voies de la gare pour accéder à la sortie. Je comprends évidemment les raisons sanitaires de ce parcours mais j’ai l’impression que nous sommes traités comme du bétail.

 

Enfin, la sortie de la gare. Juste devant, quatre ou cinq policiers en bas des escalators en tenue. Des gorilles. Ils doivent bien faire entre 100 et 120 kilos chacun. Noirs, crâne rasé, sans masque sur le visage. Ils sont détendus et ont l’air très sûrs d’eux. Pas de contrôle. Tant mieux. En passant, je me dis que leur assurance est une erreur. Même si je sais que le port du masque n’est pas obligatoire dehors en l’absence de symptômes,  je sais aussi que l’on peut être un «  très beau bébé » et se faire aplatir méchamment à coups de massue par un tout petit virus de rien du tout.

 

Je suis obligé de me presser pour prendre le métro automatisé et sans conducteur de la ligne 14 car le prochain arrive dans cinq minutes. Il y en a moins que d’habitude. Et je n’ai pas envie de prendre le prochain. Je suis dedans. Le métro est à peine parti qu’un homme vient me demander l’heure. Plus ou moins SDF, plus ou moins passager. Habituellement, je réponds tranquillement. Là, je réponds mais à distance. Je suis méfiant. Pour raisons sanitaires.

 

Après lui, c’est une jeune femme d’une trentaine d’années qui passe. Sac chargé sur le dos, un ou deux autres sacs à la main, elle non plus, n’est pas très angoissée comme celui qui m’a demandé l’heure. Elle, ce qu’elle voudrait, c’est une petite pièce. Elle m’explique que les foyers n’ont pas voulu d’elle ou qu’il n y’a pas de place pour elle. Elle accepte mon refus de lui donner une pièce avec un sourire de compréhension et poursuit sa quête dans le métro.

 

C’est à la gare de Lyon, ou j’hésite un peu entre les différentes sorties, en commençant à marcher, que je m’aperçois que je suis comme la roue arrière de mon vélo : crevé.

En traversant la Seine, j’aperçois le métro aérien de la ligne 5 qui se dirige vers la gare d’Austerlizt. Je me dis que je vais tenter le prendre vu mon état de fatigue. Et mon retard. Car, oui, dans à peine une ou deux minutes, je serai en retard au travail. J’avais prévenu les collègues qui m’avaient dit que ça allait aller. Dont une collègue de jour qui m’a dit qu’elle pourrait attendre. Néanmoins, j’aurais aimé être à l’heure.

 

En montant les marches pour prendre le métro ligne 5, je croise à nouveau un SDF, assis tranquillement. Je ne sais pas si c’est parce qu’il y a nettement moins de monde dehors et qu’on les voit plus mais ça donne l’impression que les transports en commun, à cette heure, deviennent leur territoire.

 

 

Le temps de me changer, de remettre la tenue de bloc avant d’aller dans le service, j’ai bien près d’une demie heure de retard. La nuit se passe bien. Mais je vérifie à nouveau que lorsque l’on est fatigué, le moral descend. Mon autodiagnostic se fait au petit matin :

Je suis déprimé. Lorsque l’intellect reste aussi affûté alors que notre moral, émoussé, se fait poussif, c’est que l’on est déprimé.

 

Je me demande ce qui me déprime. Je ne crois pas être déjà épuisé physiquement. Le contexte peut-être. Ce n’est pas une période festive. Oui, je crois que c’est ça. Le contexte. La charge anxiogène massive  que l’on s’est tous pris dans la figure, tous azimuts, en quelques jours.

 

Je « sais » aussi qu’être déprimé, avoir un moment de déprime, fait partie de ces moments où l’on est en train de s’adapter, corps et âme, à un stress important. Ce qu’il faut, c’est ne pas se laisser border depuis l’écume de la déprime vers l’enclume de la dépression.

 

En période de guerre ou d’épreuve, on s’attache beaucoup aux héroïnes, aux héros, à celles qui ont du charisme, des gestes magnifiques et définitifs même si ces gestes, surtout si ces gestes échouent ainsi qu’à celles et ceux qui accomplissent des exploits. Mais tout le monde compte dans un conflit comme dans cette épidémie. N’importe quelle action peut avoir son importance. Pour ma part, j’attache toujours beaucoup d’importance au fait de rester d’humeur égale. Et aussi de faire rire. Mais rester d’humeur égale ou faire rire lorsque votre moral échoue voire vous « tue », cela demande beaucoup d’efforts.

 

Alors, je fais au mieux avec ma collègue de nuit. Nous faisons notre travail. Nos relations restent correctes. Et, le matin, je prends sur moi lorsque notre première collègue de jour arrive. Je réussis à me décoincer question humour lorsque la deuxième collègue de jour arrive. Contrairement à ses habitudes, elle a lâché ses cheveux. Elle a un peu le visage serré. Peut-être la contrariété au vu du contexte, de son retard. Mais je m’entends bien avec elle. Alors, je la chambre avec ses cheveux lâchés : «  Caliente ! Caliente ! ». Elle sourit. Nous rions tous. Je commence à me désengager un peu de cette déprime.

 

Avant de partir du service, je prends une bonne douche. J’ai décidé d’en faire un rituel depuis le couvre-feu. Que ce soit pour des raisons tant sanitaires que morales. Prendre une bonne douche avant de partir du travail. Et, comme d’habitude, avant la douche, prendre un petit-déjeuner. Je bois du thé vert japonais depuis deux ou trois ans. Et depuis quelques mois,  du thé Gyokuro en particulier. Ce n’est pas pour frimer. J’aime le thé vert japonais. J’ai bien-sûr lu que c’était bon pour la santé : antioxydants etc…

 

J’utilise aussi quelques huiles essentielles. Ma collègue de nuit et moi commençons à avoir un rituel. Une goutte d’huile essentielle de Tea-Tree sur un poignet. On frotte ensuite sur notre autre poignet. Et on respire aussi un peu l’odeur en faisant attention à nos yeux. J’utilise aussi l’huile essentielle de Niaouli, de Ravintsara. Nous restons dans une période de l’année où les températures sont fraîches. Et, bien-sûr, se laver les mains avec du savon régulièrement. Maintenir autant que possible la distance sociale du mètre. Mais ce n’est pas toujours possible lorsque l’on prend la température d’un patient. Qu’on lui donne son traitement. Il y a la distance sociale de prévention sanitaire. Et il y a la distance sociale relationnelle. Les deux distances peuvent se gommer même si nous ne sommes pas à  la distance d’un slow lors de nos échanges avec les patients .

 

Ce matin-là,  en quittant le service, je suis ensuite allé interroger silencieusement le Panthéon :

” Aux Grands Hommes, La Patrie Reconnaissante”. Qu’est-ce que ça veut dire ?

Et j’ai à nouveau pris des photos comme j’en parle dans mon article Manu Dibango. Puis, je suis allé prendre des photos de Notre Dame que je n’étais pas allé revoir depuis des années. Même lors de son incendie si médiatisé.

 

J’aime prendre des photos car on peut dire beaucoup de choses avec une photo sans un seul mot.

J’aime prendre des photos car je trouve que c’est un bon anxiolytique.

J’aime prendre des photos car elles nous permettent de nous constituer une mémoire de moments dont on ne mesure pas toujours l’importance.

Enfin, j’aime prendre des photos car en les revoyant ensuite, on voit souvent ce que l’on ne voit pas au moment présent.

 

Je prends mon temps pour rentrer ce matin-là. Je sais qu’une fois rentré, je resterai enfermé. Peut-être que je prends mon temps aussi afin de continuer de me détoxiquer de mes émotions néfastes. Bien-sûr, j’ai prévenu ma compagne. Je croise quelques policiers qui font des contrôles. Personne ne m’arrête. Il fait trois degrés. 

 

En rentrant chez moi, je m’empresse de me réchauffer le plus possible. Je ne veux pas attraper froid.  Cela me contrariait de devoir rester chez moi pour cause de rhume ou de grippe surtout aussi tôt dès les premiers jours du couvre-feu pour répondre à l’épidémie. Pour une raison que je ne peux pas m’expliquer, je tiens particulièrement à “assurer” mes horaires de travail dans le service.Et, je déploie tout un arsenal de boissons chaudes et autres : citron, cannelle, miel etc….Je mange même les feuilles du thé Gyokuro après les avoir utilisées plusieurs fois. J’ai appris il y a environ deux mois lors d’un séjour dans la région d’Angers par le revendeur de thé que les amateurs du thé Gyokuro finissaient par en manger les feuilles.  Je mange d’abord quelques bouchées de feuilles de thé Gyokuro comme ça. Puis, pendant notre déjeuner, j’essaie de les accommoder avec de la sauce de soja au citron. J’ai préféré sans. 

 

J’échappe au froid. Cette nuit-là, à 3 heures du matin, j’entends ma fille en pleurs. Ces derniers temps, j’ai laissé ma compagne s’en occuper. Je l’entends avant ma compagne.

Cette fois,  je vais voir notre fille. Pourquoi tu pleures ? Elle m’explique. Assez vite, je me montre ferme. Car j’estime qu’elle est capable d’autre chose que de pleurer et d’attendre que Ma-man ou Pa-pa monte pratiquement à la moindre contrariété pour résoudre le problème dont elle me fait part. Un problème qu’elle a déjà rencontré maintes et maintes fois. Pour lequel, sa mère et moi, nous l’avons entraînée maintes et maintes fois. Donc, moi, son père, j’estime que notre fille, au vu de ses multiples expériences, est capable d’autre chose que de pleurer et d’attendre que la solution vienne de nous. D’autant qu’en pareille situation, elle a déjà « réussi » bien des fois.

Résistance et refus de ma fille. Elle déploie son attirail : bras croisés, tape du pied, pleurs, mal-soudain- au genou.

Je commence à me fâcher vraiment.  Tu peux taper du pied, croiser les bras, donc, tu as l’énergie qu’il faut pour résoudre ton problème. Ma fille avance au ralenti et commence à s’engager. Finalement, sa mère vient nous rejoindre. Vous allez réveiller “tout le monde” dans l’immeuble ! Moi, je m’en fiche de réveiller tout l’immeuble. D’une, je ne crois pas que nous allons réveiller tout l’immeuble. D’autre part, céder devant un enfant parce-que l’on a peur de faire du bruit ou de se faire remarquer, quelle erreur ! Ensuite, notre fille peut faire bien mieux que ce qu’elle fait. Elle n’est pas débile. Elle n’est pas handicapée. Elle n’est pas un bébé. Elle n’est pas une victime. Ce n’est pas une petite malheureuse abandonnée dès sa naissance dans un orphelinat mal famé. Et, ce n’est pas elle qui commande nos nuits !

Maman-sauveuse engueule tout de même notre fille. Mais, pour moi, ça fait trop de bénéfices vu le nombre de fois où ce genre de réveils et de sollicitations nocturnes se répète. Et, cette nuit, en plus, deux parents pour une seule enfant ! Qui plus est pour une enfant capable de faire beaucoup mieux. Je le dis avant de quitter la scène. Et je prédis à ma fille que La fessée va arriver un de ces jours ! Que maman soit d’accord ou pas d’accord !

 

Ce qui s’est passé cette nuit est une raison supplémentaire pour passer la journée du lendemain (hier) avec ma fille. Le matin, après les retrouvailles affectueuses, ma fille se rappelle du pain au chocolat que je lui ai acheté la veille pour le petit-déjeuner. Je le lui avais appris au moment du coucher après lui avoir massé le dos ainsi que les pieds. Notre fille avait été très contente d’apprendre que je lui avais acheté un pain au chocolat. Elle m’avait embrassé sur la tête et m’avait dit, contente : ” Tu penses à tout !”. Ce matin, après le bonjour affectueux,  je lui reparle du “cinéma” de cette nuit. Oui, elle s’en souvient un peu. Elle me dit de quoi elle se souvient. Je complète et lui passe un savon. Ma fille marque d’abord le coup. Puis, après quelques minutes,  elle commence à soupirer et me dit :

«  Je m’ennuie…. ». Je lui dis que cette nuit, c’est moi qui soupirais. Et qu’il aurait fallu qu’elle soit aussi grande qu’elle se montre maintenant. Tu t’ennuies ? Tu vas aller passer un peu de temps dans ta chambre. Tu as faim ? On verra après.

 

Après le petit-déjeuner (environ cinq minutes plus tard) tout se passe bien. Jusqu’à ce qu’un moment, mademoiselle fasse traîner les choses lorsqu’il s’agit d’aller se brosser les dents. Quelques minutes plus tôt, elle était d’accord lorsque je l’ai prévenue. Là, lorsque je l’appelle, il faut qu’elle ait précisément quelque chose à faire. Jouer par exemple. Installer tel jouet comme ça. Et celui-ci comme ça. Je confisque. Et je mets ça en haut de l’armoire. Direction la salle de bain où le brossage de dents se déroule sans trop de façons. Puis, dans quelques minutes, ce sera les devoirs. D’accord.

 

Je suis en train de repasser et j’entends un bruit suspect. J’appelle ma fille. Non, non, je ne touche à rien ! Me dit-elle. Je me dis que j’ai peut-être imaginé des choses. Que je suis trop dans le contrôle.

 

Quelques minutes plus tard, je suis en train de me brosser les dents quand j’ai une « éclaircie ». Je vais voir ce que j’ai confisqué. Ce n’est plus en haut de l’armoire. A la place, il reste une trace du délit par terre devant l’armoire. Saisie par mon interpellation quelques minutes plus tôt, ma fille n’aura pas pensé, ensuite, à venir récupérer ce qui restait du crime. Je rappelle ma fille. Je suis ferme et calme. Je la confonds sans problème. Je lui demande de remettre en haut de l’armoire exactement ce que j’y avais mis. Elle s’exécute. Elle prend un tabouret, monte et remet tout en haut de l’armoire. Voyant l’ingéniosité ainsi que l’audace ( audace que je ne découvre pas tant que ça) je lui dis :

« Tu vois, là, tu n’as pas eu besoin de moi pour récupérer tes jouets dès que j’ai eu le dos tourné. Et je ne t’ai pas entendu pleurer ! Tu as même pu me mentir. C’est ça que je veux, la nuit ! Tu règles ton problème sans nous solliciter ta mère et moi ! ».

 

Ce matin, au réveil, ma fille m’a sauté dans les bras, très contente de me faire savoir que, cette nuit, elle avait su régler son problème toute seule, sans nous réveiller sa mère et moi. Elle m’a répondu que c’était facile et m’a expliqué comment elle s’y était prise. Je l’ai félicitée.

 

Par cet exemple, j’ai compris que devant une certaine contrainte, pour peu que ma fille ait la motivation et l’envie nécessaire d’atteindre son but, qu’elle savait déployer son intelligence et son corps de manière adéquate. Sans cette motivation et cette envie, la contrainte, voire le découragement, prennent rapidement le dessus et son réflexe est de se décourager, de refuser de faire des efforts…et d’appeler au secours alors qu’elle est parfaitement capable de s’en sortir toute seule. Sa mère et moi ne sommes pas des Thénardier : notre fille le sait plus que parfaitement. Elle est habituée à pouvoir compter sur notre disponibilité. Voire, sur notre culpabilité, si nous la laissons trop dans la difficulté, la pauvre petite ! 

 

 

Vis-à-vis de l’épidémie, nous sommes pareils. Chacun a un seuil personnel de contrainte et d’effort qu’il peut supporter. Et notre motivation et notre envie varient aussi afin d’atteindre notre but. Il convient donc, bien-sûr, au besoin, de savoir s’entourer de personnes qui peuvent nous aider à maintenir un niveau de motivation et d’envie suffisant afin d’accepter certaines contraintes, de réaliser certains efforts, en vue de surmonter un obstacle comme celui de l’épidémie.

Cet entourage peut faire montre de fermeté. Mais il doit aussi être bienveillant. Associer les deux attitudes est difficile, surtout sur la durée.  Et je rappelle que chez l’être humain, selon ce que je comprends, la norme, c’est l’extrême : Donc, souvent, l’être humain fait montre soit  de trop de fermeté, soit de trop de bienveillance.Il y a bien-sûr des lois et des règles ou des protocoles. Mais celles et ceux qui les font appliquer sont des êtres humains. Il y a donc souvent du bon. Mais aussi du mauvais selon les circonstances.  Et je ne suis pas pressé que l’informatique ou des robots prennent le contrôle en ce qui concerne l’application des lois : certains êtres humains se comportent déja suffisamment comme des robots borgnes et bornés. 

 

Au vu de ce que j’écris ce matin, on peut considérer que je vais mieux qu’avant hier soir. Sauf que l’épidémie est une épreuve d’endurance. Il s’agit donc de savoir se ménager.  De rester prudent. De s’aérer la tête dès qu’on le peut par des moyens autorisés qui sont compatibles avec les recommandations sanitaires. Faute de ne pas réussir à s’aérer, certaines personnes échapperont néanmoins au coronavirus covid-19, mais elles risquent d’être particulièrement épuisées moralement et physiquement après l’épidémie. Un autre effet secondaire à l’épidémie est le risque d’accoutumance à cette période que nous vivons. Cela peut paraître paradoxal mais nous vivons quand même une période qui nous engage d’une manière particulière et, même si cela peut nous demander certains efforts, voire de grands efforts, certaines personnes peuvent trouver dans cette épreuve un sentiment d’existence décuplé car il s’agit de donner le meilleur de soi.

 

Cette période de contrainte peut aussi être une période de grande créativité. Je le perçois à travers mes articles même si je les trouve “trop” stimulés par l’omniprésence de l’épidémie dans nos pensées.

Notre vie habituelle peut nous empêcher de donner le meilleur de nous-mêmes car nous nous sommes parfois laissés enfermer dans un sillon dont on a du mal à sortir. Alors, que, là, au cours de cette épidémie, nous n’avons pas le choix et nous avons une cause à défendre qui est celle, en principe, du plus grand nombre : survivre. Jaillir hors du sillon tout tracé. Ou que l’on soit.

Même s’il semble que l’épidémie du coronavirus covid-19 touche certaines régions du monde mais pas toutes. Une aide-soignante intérimaire d’origine thaïlandaise particulièrement volubile m’a récemment assuré qu’il y avait peu de personnes touchées par le coronavirus covid-19 en Thaïlande. Elle m’a même donné le nom d’un traitement qui, à l’entendre, serait très bon à prendre de manière préventive. Je n’ai pas su quoi faire de cette information. D’un côté, sa sollicitude m’a fait plaisir. D’un autre côté, je me suis dit qu’avec la peur de la mort, il devait sûrement y avoir plein de personnes prêtes à tout prendre comme traitement si on leur garantissait que celui-ci pouvait les sauver. 

 

Il y a deux nuits, j’avais massé ma fille et ma compagne. Le dos de ma fille, un peu son thorax, ainsi que ses pieds. Et le dos de ma compagne.  Une goutte d’huile essentielle de Niaouli et de Ravintsara dans de l’huile végétale pour notre fille. Une goutte d’huile essentielle de girofle et de Niaouli ( dans de l’huile végétale) pour ma compagne qui m’a ensuite rendu la politesse.

 

Je pense que se faire masser habillé  (donc sans huile essentielle et sans huile végétale) peut aussi être un bon moyen de s’aérer et de récupérer physiquement et moralement. Ça fait du bien à la personne massée, si elle est à l’aise avec le fait d’être massée. Et ça peut aussi faire du bien à la personne qui masse. Pour les personnes confinées, ça peut être un plus. En l’absence d’huile essentielle ou d’une huile végétale dite de « massage », on peut utiliser un peu d’huile d’olive si possible bio. Le massage peut se faire en musique ou sans musique mais autant que possible dans une atmosphère détendue. Je parle évidemment de massage bien-être. 

 

 

Franck Unimon, mercredi 25 mars 2020.

 

read more

L’Avenir de l’Humanité

»Posted by on Mar 22, 2020 in Corona Circus, Echos Statiques, Ecologie | 2 comments

L’Avenir de l’Humanité

 

Mais qu’est-ce qu’elles ont ? Je suis étonné par le nombre de femmes que je croise dehors depuis le début du couvre-feu. 

 

Ce samedi matin, les premières personnes que je croise dans la rue en sortant  du travail  sont des femmes. Elles courent. Elles marchent. Il fait 7 degrés. La température s’est rafraîchie.

 

Hier soir, en allant au travail à nouveau à vélo, j’avais un pied posé à terre au feu rouge avant d’entrer dans la ville de Levallois lorsqu’une fusée m’a dépassé. Une femme à vélo.

En moins d’une minute, elle m’a mis cent mètres dans le regard. Une imparable application de la distanciation sociale préconisée dans notre contexte d’épidémie. Merci Madame.

 

Quelques kilomètres plus loin, j’étais sur le point d’arriver à mon travail lorsque je suis monté sur le trottoir. Par instinct, j’ai regardé sur ma gauche. Une jeune femme en cycliste, avec un fessier de pistarde, s’était mise en danseuse sur son vélo. Elle grimpait la route avec conviction. Sans casque comme la précédente.

 

En rentrant ce matin, je suis cette fois passé devant le Panthéon. Dans la rue déserte, on voyait très bien son drapeau bleu, blanc, rouge que je n’avais pas remarqué la dernière fois, la veille de la manifestation des Gilets jaunes le samedi 14 mars. ( Gilets jaunes, samedi 14 mars 2020)

 

J’ai pensé m’arrêter pour prendre une photo du Panthéon mais je l’avais déjà dépassé.  Je ne l’ai pas fait. Je voulais rejoindre ces quais de Seine où j’avais vu plusieurs fois des personnes courir. Je voulais voir jusqu’où ces quais pouvaient me rapprocher de la Place de la Concorde qui est dans ma direction pour rentrer chez moi.

En me rapprochant de ces quais,  je suis tombé sur  cette exposition de photos de femmes militant pour le respect des droits des femmes. Parmi ces photos, une de l’actrice Aïssa Maïga dont le discours aux Césars 2020 a pu déranger et déplaire. « Racialiste », « Embarrassant » ( Le discours de l’actrice Aïssa Maïga aux Césars 2020 ).

Pour un de mes amis, le discours d’Aïssa Maïga tient plus du discours « Noiriste » de l’ancien dictateur haïtien Duvalier que de celui de la Négritude de Césaire, Senghor et Damas. Je ne suis pas de l’avis de cet ami. Lui et moi en discuterons sans doute oralement après l’épidémie.

 

 

Ces photos accrochées à cet endroit, sur les grilles de l’ancien ( depuis 2016) Tribunal de Grande Instance de Paris, ont d’autant plus de force symbolique. Et sans doute encore plus, en cette période d’épidémie, de couvre-feu et de peur. Alors, je m’arrête et prends quelques photos.

L’ancien Tribunal de Grande Instance ( judiciaire) de Paris.

 

 

 

Mais comme nous sommes en plein couvre-feu et que nous sommes incités à rentrer chez nous le plus rapidement possible et à limiter nos déplacements, je n’ai pas envie de passer pour un provocateur et un irresponsable en prenant le temps de faire des photos. D’autant que derrière les grilles du Tribunal de Grande Instance, même si on ne les voit pas, il y a des policiers. Alors, je ne traîne pas.

 

Les quais que je voulais emprunter sont interdits d’accès m’indique un employé en chasuble des pieds à la tête. Il porte un masque sur le visage. Et semble un peu agacé par mon comportement. Je m’exécute. Je repars par où je suis venu.

 

Les contrôles policiers ? Je croise plusieurs fois des policiers en rentrant ce matin. Le plus souvent, en véhicules.

Hier soir , déjà, en allant au travail en quittant le Louvre. J’allais passer devant un car de police ou de CRS stationné sur le trottoir. Je me demandais si j’allais être contrôlé. Non. A la place, un jeune homme à vélo, noir, sans casque je crois, l’a été juste avant moi.

 

Ce matin, je croise même deux policiers qui marchent sur le trottoir. Je les salue de la tête en passant en sens inverse à vélo. Ils répondent à mon salut. C’est quelques kilomètres plus loin que je m’avise que l’on me voit de loin. Et que je dois, pour l’instant, transpirer le mec en règle à deux cents mètres: casque, lunettes, chasuble, sac à dos de couleur voyante, lumières la nuit. Ce matin, j’ai même pris une douche au travail avant de partir. Je sens peut-être encore un peu le savon.

 

 

En me rapprochant d’Asnières par le Bd Malesherbes, je tombe à nouveau sur l’affiche du film Brooklyn Secret dont la sortie en salles a été reportée à plus tard ( Brooklyn Secret).

 

Revoir à nouveau cette affiche dans ce contexte d’épidémie et de couvre-feu lui donne aussi d’autant plus de force symbolique. Ce que nous vivons actuellement peut ressembler en partie à ce que vit l’héroïne du film,  interprétée par Isabel Sandoval, également réalisatrice, scénariste et monteuse du film. Comme la sortie du film a été retardée, j’ai pu prendre le temps de lire que les critiques sont bonnes envers ce film. Même Première en dit du bien. « Sublime », je crois. La critique du journaliste Sorj Chalandon dans Le Canard Enchaîné  de cette semaine est également élogieuse : 

 

 

 

 

Ce matin ( hier, samedi 21 mars 2020), à voir toutes ces femmes dehors, même si depuis mon départ du travail, des hommes sont « apparus » entre-temps, je finis par me convaincre que si l’Humanité décline un jour et qu’il reste quelques survivants, il y aura assurément une ou plusieurs femmes parmi eux. L’émission Koh-Lantah nous dit peut-être cette vérité :

 

Si dans notre société et dans notre monde, les femmes sont encore autant reléguées au fond de la classe des postes de décision, c’est peut-être parce-que, dans l’Histoire, elles ont plein de fois supplanté- devancé- les hommes et que le cerveau reptilien de ceux-ci s’en souviennent.

 

Alors que je pédale, je me dis que j’ai un peu changé ces derniers temps. Je suis peut-être en train de devenir une femme. Il faudra que je m’examine.

 

( Ps :  Hier soir vers 22h, une collègue m’a appris que le jeune récemment hospitalisé dans notre service que l’on pensait peut-être positif après avoir été en contact avec une personne porteuse du coronavirus civid-19 Objectif de conscience va bien et est négatif. Cette nouvelle est rassurante. Mais il convient de rester prudent.

Un article dans le journal allemand Der Spiegel informe qu’en Allemagne le déplacement à vélo est préconisé en matière de prévention sanitaire vis-à-vis du coronavirus Covid-19. Merci à ma compagne pour m’avoir fait connaître cet article). 

 

Franck Unimon, dimanche 22 mars 2020.

 

read more