Addictions

Addictions en temps de pandémie

»Posted by on Avr 8, 2020 in Addictions, Cinéma, Corona Circus | 0 comments

Addictions en temps de pandémie

Confinés 1.

 

 

Addictions en temps de pandémie.

 

Sans doute faut-il être un petit peu formé aux thérapies familiales, avoir vu certains films tels Canine (réalisé en 2009 par Yorgos Lanthimos), lu certains ouvrages et articles sur le sujet.

 

Ou plus simplement :

 

Sans doute faut-il avoir été témoin- ou acteur- de certains événements pour savoir qu’il existe régulièrement une rupture entre la plus ou moins belle image qu’incarne une famille,  un couple ou un groupe et ce qui se passe à l’intérieur de cette famille, de ce couple ou de ce groupe derrière le grillage des agréables assurances et des sourires.

 

On peut multiplier les exemples de films sur ce sujet. On peut même citer Opération Dragon de Robert Clouse avec Bruce Lee. Mais aussi The Naked Kiss de Samuel Fuller, Get Out de Jordan Peele, L’Impasse de Brian de Palma,  John Wick ou Le Chant du Loup  d’Antonin Baudry ou Alien…. Tous ces films et bien d’autres parlent du confinement imposé au héros sous forme d’un destin le plus souvent imposé ou, quelques fois, choisi (Bruce Lee dans Opération Dragon par exemple, les héros du film Le Chant du Loup) que le héros essaie de surmonter et qui le révèle à lui-même dans ses échecs et fracas (le plus fréquemment) comme dans ses succès (plutôt rares) souvent obtenus au forceps.

 

On ne compte plus les héroïnes et les héros administrés par l’alcool ou une autre substance psychoactive que ce soit au cinéma ou dans les polars et romans et qui, pourtant, font sortir les «pourris » du circuit. On s’identifie à quelques unes et à quelques uns de ces héroïnes et de ces héros ainsi qu’à leurs adversaires qui sont souvent leur propre reflet. Ne serait-ce qu’en acceptant régulièrement d’aller se confiner dans une salle de cinéma (oui, ce temps reviendra) pour aller voir et vivre avec une certaine ambivalence toutes ces histoires sur grand écran. Et/ou en se livrant soi-même régulièrement ou de temps en temps à certaines de ces conduites addictives :

 

« Or, qu’il s’agisse de consommation de produits psychoactifs, de jeux vidéo ou de dépendance au travail, l’addiction n’a pas attendu le SARS CoV-2 pour affecter les salariés. L’étude Impact des pratiques addictives au travail, menée en septembre 2019 par GAE Conseil, indiquait que 44% des salariés jugent les pratiques addictives fréquentes dans leur milieu professionnel.

« Les expériences de la NASA ont démontré que le stress provoqué par le confinement pouvait conduire les personnes les mieux préparées à prendre de mauvaises décisions, rappelle Eric Goata, administrateur de la Fédération des intervenants en risques psychosociaux (Firps) ».  C’est extrait de la chronique d’Anne Rodier dans le journal Le Monde du jeudi 26 mars 2020, partie Management, page 19. Titre de la chronique :

Le manageur face à la pandémie de Covid-19.

La chronique d’Anne Rodier se termine en répondant à la question suivante :

 Mais comment un manageur peut-il reconnaître les salariés à risque à distance ?

Eric Goata répond : « En repérant les alertes, une agitation verbale, un silence inhabituel, un comportement automatique de gestes routiniers sans utilité pour l’organisation sont autant de signaux faibles à prendre en considération ».

 

Dans le film Planète Hurlante ( réalisé en 1995 par Christian Duguay) vu en dvd il y a plusieurs années, je me rappelle encore de cette scène où, sur une planète éloignée de la Terre, revenant d’une mission, un homme interpelle son collègue resté à la base.

Mais si le collègue lui répond d’abord « normalement », ensuite, il ne cesse de répéter la même phrase.  Jusqu’à ce que la porte de la base ne s’ouvre et qu’un cortège de robots hurleurs (plus effrayants que les robots chasseurs de Karaba la sorcière dans Kirikou) ne vienne à sa rencontre.

 

Bien-sûr, une personne « à risque » du fait du télétravail et qui se rapprocherait du burn-out en période de confinement est à différencier d’un des robots hurleurs de Planète Hurlante où l’on devient assez rapidement l’un des meilleurs « amis » de la paranoïa. Car nous sommes dans l’univers de Philippe K.Dick. Mais aussi dans le nôtre :

 En cette période d’épidémie, une accalmie mentale peut être recherchée sous la forme d’un calumet un peu spécial. Ce peut être la nourriture. Cela peut être le sexe. Cela peut être des images. Mais cela peut aussi être ces substances psychoactives qui peuvent déboucher sur des addictions ou les entretenir.

 

« + 15% de ventes sur le rayon cave d’Auchan » ; «  On est passés de six réunions en visioconférence par semaine à une trentaine, qui s’étalent de 8 heures du matin à 23 heures du soir, nous confirme Laurent, membre des Alcooliques anonymes » ( Page 13, dans la rubrique Société/ Crise du Coronavirus du journal Le Parisien du jeudi 26 mars 2020. Titre de l’article : L’alcool, pour oublier).

Toujours dans cet article de Le Parisien, ce passage :

 

« En réalité, c’est la peur, l’anxiété, le fait de ne pas voir de fin à ce confinement qui augmente le stress et peut donc créer un besoin d’alcool et une surconsommation. Dans ce contexte, les personnes seules sont encore plus à risques, analyse la psychologue spécialisée. D’ailleurs, pour les personnes addictives, il y a un fort risque de majoration de la consommation ».

Confinés 2.

 

Plus loin, page 15, toujours dans le même numéro de Le Parisien, ces propos du Général Jean-Philippe Lecouffe, gendarme, dans cet article intitulé :

« La gendarmerie est en alerte sur les trafics de chloroquine » .

 

Celui-ci alerte à propos de la cybercriminalité :

 

« Oui, il faut appeler les internautes à être encore plus prudents que d’habitude. (….)

Beaucoup de personnes travaillent sur des ordinateurs, parfois personnels, en télétravail, sans disposer des moyens de protection d’un service informatique d’entreprise. Nous observons des attaques par rançongiciels ou des hameçonnages avec vol de données. Par exemple, des envois d’e-mails livrant un point de situation détaillé sur le Covid-19, ou évoquant la chloroquine, avec une pièce jointe. Dès que celle-ci est ouverte, l’internaute se retrouve avec non pas le coronavirus….mais un logiciel espion. Nous surveillons aussi tout ce qui est manipulation de l’information sur les réseaux pour détecter les « fake new » sur le Covid-19 ».

 

Concernant les trafics de drogue, voici la réponse, toujours, du général Jean-Philippe Lecouffe, toujours dans Le Parisien de ce jeudi 26 mars 2020, page 15 :

 

« Ce qu’on pressent, compte-tenu du confinement, c’est qu’une partie de la vente de la drogue se reporte sur le Darknet. Les consommateurs ne vont plus se déplacer, ils vont essayer de passer par des systèmes de livraison avec des dealers qui bénéficient d’autorisation de circulation. Il y aura une probable « ubérisation » du business ».

 

A propos des violences conjugales, le même Jean-Philippe Lecouffe répond :

 

« Les violences faites aux femmes restent une priorité. Je veux être clair : même en période de confinement, nos unités continuent à intervenir quand elles reçoivent des appels d’urgence. (….) Je rappelle que la gendarmerie possède une brigade numérique que l’on peut contacter 24 heures sur 24 sur Internet ».

 

Rencontrer ce patient dont je parle dans mon article Faire des images m’a sûrement inspiré ce sujet et rappelé le séminaire sur les addictions où j’étais allé en janvier et dont je compte rendre compte ensuite.

 

Franck Unimon, mercredi 8 avril 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

read more