Croisements

Quelques photos de la fête de l’Huma 2019

»Posted by on Sep 24, 2019 in Croisements, Musique | 0 comments

Quelques photos de la fête de l’Huma 2019
read more

Tenir le rythme

»Posted by on Août 20, 2019 in Croisements | 0 comments

Tenir le rythme

 

 

Tenir le rythme :

Hier, j’étais avec ma fille. Sa mère travaillait. Au retour de ma compagne, j’ai eu le sentiment d’avoir été un bon père. Hier.

Quelques heures plus tôt, nous allions déjeuner notre fille et moi lorsqu’elle avait voulu négocier :

Ce qu’elle allait manger. Ainsi que la quantité. Des pâtes. Et une demie-cuillère de petits pois. Je lui ai répondu :

« Tu sais ce que je vais te donner ? A manger ! ».

Et, je lui ai servi environ deux à trois cuillères à soupe de petits pois cuisinés la veille par sa maman.  Ainsi qu’un peu de riz. La suite viendrait après.

Si on écoutait notre fille, elle mangerait du riz et des pâtes ou des pâtes et du riz à tous les repas. Et des frites. Il faut parvenir à se faufiler dans la file active de ses préférences alimentaires. Chacun son style entre sa maman et moi.

Mon style est de ne pas laisser le choix. Et de servir d’abord ce que je veux qu’elle mange. Sa mère aussi essaie de faire pareil. Mais il doit y avoir une habitude entre notre fille et sa mère : sur certains sujets, notre fille doit déjà savoir, à son âge, qu’elle peut en quelque sorte faire fléchir sa mère. Ou lui résister.

Mais j’aurais tort de fanfaronner : Notre fille a ses limites. Elle a mangé hier les petits pois servis parce qu’ils faisaient néanmoins sans doute partie de sa juridiction alimentaire et de celles de ses humeurs. Il y’a d’autres fois où sa mère s’en sort mieux que moi avec elle : avec calme.

Après le déjeuner, nous sommes partis chercher mon vélo.

La veille ou le matin, ma fille m’avait fait savoir qu’elle souhaitait sortir :

Au cinéma, dans un parc ou ailleurs. Assez souvent, elle me formule ce genre de demande. Faire une sortie à un moment de la journée. Cela peut consister à aller faire des courses, passer à la médiathèque, aller à la librairie puis rentrer au bout d’environ deux heures.

Hier, je n’étais pas inspiré pour l’emmener à la piscine. Les températures se sont un peu rafraîchies. Elle s’est enrhumée.

Elle a rapidement choisi d’aller faire une promenade à vélo derrière moi, le long de la Seine.

Ce genre de promenade faisait partie de ce que j’avais prévu de faire cet été avec elle :

La piscine et ce genre de promenade à vélo.

Nous avons donc fait une promenade à vélo à partir de 14h30, heure où nous sommes partis de chez nous. Pour rentrer vers 18h30. Bien-sûr, nous n’avons pas roulé durant quatre heures. Mais nous avons fait une bonne promenade jusqu’à Nanterre, jusqu’au Chemin de l’île, je pense. Un coin où, ado, il m’était arrivé de me rendre  à pied depuis l’ancien domicile de mes parents situé au 17, allée Fernand Léger, près du grand parc de Nanterre, pour aller chez un copain de lycée : Lakhdar. Celui chez qui j’allais écouter de la musique et qui m’avait fait découvrir des titres de James Brown, de Soul. Celui avec lequel j’avais écouté du Reggae en buvant du lait de vache frais. Celui que j’avais accompagné un jour, par curiosité, non loin de mon ancien collège, afin d’acheter du shit pour un de ses bons copains.

Lakhdar m’avait demandé :

« Tu veux venir avec moi ? ». J’étais disponible et j’avais accepté. Je voyais bien où se trouvait l’endroit où il avait rendez-vous.

La double particularité de cet achat est que Lakhdar connaissait bien la vendeuse. C’était une de ses ex-copines de classe que je connaissais de vue. Plutôt mignonne, plus âgée et plus grande que moi donc intimidante et intouchable. Vêtue à cette époque et ce jour-là avec des vêtements de couleur noire, un Jeans, un genre plutôt Hard-Rock. Une jeune femme blanche, souriante, plutôt « cool » à sa façon, et visiblement à l’aise.  En tout cas plus que  moi.

En ce sens où j’étais un puceau qui marchait droit.

J’ai oublié si elle consommait. Mais par Lakhdar, j’avais su que cette ex-copine de classe au lycée était une revendeuse régulière. Elle avait été aperçue vendant du shit à des gamins à la sortie d’un collège. Ce qui avait bien déplu à un des bons copains de Lakhdar, Ali, qui était un militant en faveur de la jeunesse.

La seconde particularité de cette course tout de même, c’était que ni Lakhdar ni moi n’étions fumeurs. Nous étions donc deux idiots qui, s’ils s’étaient faits « gauler » avec la barrette de shit, auraient eus quelques difficultés à expliquer ce qu’ils  faisaient avec ce genre de produit. Et le coin de vente était plus proche de chez moi que du domicile de la famille de Lakhdar. Puisque c’était près de mon ancien collège que j’avais quitté pour le lycée où j’avais rencontré Lakhdar. Aujourd’hui, je peux en sourire. C’était il y’a plus de trente ans. Après le Bac, nous vivons une accélération du temps qui nous éloigne d’un certain nombre de personnes. Soit de notre fait. Soit suite à la décision des autres. Je n’ai pas revu Lakhdar depuis environ trente ans. Et cette revendeuse, je n’ai pas essayé de mesurer son trajet ou de savoir de quoi il avait pu être fait par la suite. Aujourd’hui, je pencherais plutôt pour une trajectoire moins “cool” qu’elle me paraissait alors en la voyant. Mais on peut être- agréablement-surpris.

Hier, ma fille a bien aimé notre sortie. Moi aussi. J’avais prévu ce qu’il fallait question sandwich, eau. Au retour, nous nous sommes arrêtés à une aire de jeux où se trouvaient quelques enfants et leurs parents.   Prenant exemple sur une adulte qui venait de faire de la balançoire à côté d’elle, Je lui ai montré comment faire de la balançoire toute seule. Puis,  elle s’est entraînée alors que je l’encourageais. En pratiquant, elle y arrivera. Je l’ai aussi un peu poussée.

Alors que nous allions partir pour rentrer, j’ai entendu de la musique qui venait d’un peu plus haut, dans le parc Lagravère que nous longions. Les gens que nous apercevions n’avaient pas l’air de s’en préoccuper plus que cela. Mais pour moi, il était évident que c’était un « groupe » qui jouait en Live. Nous nous sommes rapprochés de l’endroit à vélo.

Un jeune avait installé sa batterie devant l’entrée du parc Lagravère et jouait du Police ou du Sting. A la batterie. Seul. C’était bien. Quelques personnes étaient là. Deux ou trois adultes. Cinq ou six enfants.

Après quelques minutes, le batteur a permis à un enfant noir de faire de la batterie.

Le « petit » s’est installé avec ses tongs aux pieds, son short et son tee-shirt à manches courtes. Je m’attendais à ce qu’il découvre l’instrument grâce à la gentillesse du batteur qui devait avoir une vingtaine d’années à peine.

Le môme de 8 ans s’est avéré très doué. L’Afrique. L’Afrique et ses paradoxes. Dans le livre La peur a changé de camp, Frédéric Ploquin révèle au cours de son enquête que dans certaines cités et certains quartiers, selon l’expérience de certains flics, des Noirs et des Arabes sont les principaux fauteurs de troubles. D’où un certain racisme de certains flics qui doivent se farcir les infractions à répétition, ainsi que les insultes, les agressions et les provocations des mêmes délinquants souvent très vite relâchés- donc abonnés à un sentiment d’impunité- et qui voient leur cité ou leur quartier comme leur territoire. Et les flics comme un gang ou une autre bande rivale qu’il convient de débouter.

Ce môme de 8 ans, hier, rappelait que l’Afrique, noire ou du Maghreb, a aussi autre chose à offrir au monde et à la vie, pour peu qu’on lui en donne les moyens.

Je me suis tourné vers ma fille, toujours assise derrière moi. A la fin, je lui ai demandé si cela lui avait plu. Elle a acquiescé à voix basse. Avec ses lunettes de soleil aux verres noir, son casque à vélo sur la tête et son air sérieux, j’avais du mal à percevoir si cela lui avait véritablement plu. Même si, quelques minutes plus tôt, elle m’avait demandé de nous rapprocher. Alors que moi, par prudence pour ses oreilles, j’avais opté pour nous tenir à une distance de sécurité.

Devant mon insistance pour savoir, elle m’a alors répondu :

« J’ai envie de pleurer tellement c’était bien ».

Après son solo, le jeune noir a pris sa trottinette et s’est dirigé vers le parc Lagravère, c’est-à-dire dans notre direction. Il était suivi par deux filles noires un peu plus âgées que j’avais vues danser un peu plus tôt. J’ai appris par ces deux filles un peu plus âgées qui le suivaient (ses sœurs ?) qu’il avait commencé seul. En tapant sur des casseroles et des branches d’arbre. Et que, maintenant, il en en avait ” un…”. Un vrai instrument de musique. Une batterie.

J’ai été étonné en écoutant ces deux filles de comprendre que le Français semblait être leur seconde langue.

Le batteur, lui, à deux ou trois mètres, est resté silencieux. Il m’a regardé et écoutait tandis que les deux filles me répondaient avec le sourire. On aurait dit, déjà, deux agents s’occupant de leur artiste. Mais elles avaient 12 ans tout au plus, les deux agents d’artistes. L’Afrique, encore, et cette belle précocité qui nous livre à de si grandes perplexités, nous, les occidentaux, moi, dont les ancêtres, comme le reste de l’Humanité ( jusqu’à preuve du contraire) viennent de là-bas. De ce continent que je ne connais pas et qui contient pourtant tant d’échecs et aussi tant de Savoirs.

Je n’ai pas entendu la voix de ce môme. Lorsque j’ai restitué à ces trois gamins les propos de ma fille, ce sont les deux jeunes filles qui ont réagi en s’émouvant. Le môme, lui, n’a rien répondu. Mais lorsque j’ai dit :

« C’est bien ! Il faut continuer ! ». J’ai bien vu qu’il m’a écouté avec attention. Et que mes mots comptaient pour lui, moi l’adulte qui, à ce moment-là, question musique aurait pu, tout aussi bien, être son élève, très peu doué, malgré les quarante années qui nous séparaient.

Puis, je les ai laissés partir. En pensant malgré moi que j’espérais que ce gamin tiendrait le rythme. Qu’il ne s’égarerait pas en cours de route dans la délinquance.

Il n’existe sans doute aucune statistique, ou alors occulte, de ce genre, mais il est vraisemblable que parmi tous ces gamins délinquants multirécidivistes dont se « plaignent » certains flics dans le livre de Frédéric Ploquin, qu’il en est un certain nombre dont la courbe des dons a été stoppée ou braquée à un moment ou à un autre. « Who knows » ? Comme aurait pu dire Jimi Hendrix.

Who knows ?

Dans le livre de Ploquin, j’ai appris que des gamins de 12 ans pouvaient toucher 150 euros par jour pour faire les guetteurs. Afin d’avertir les trafiquants de drogue ou les dealers de l’arrivée de la police.

150 euros par jour, ça peut faire jusqu’à 4500 euros par mois. Pour des gamins qui ne savent rien du trafic de drogue en lui-même. D’où il vient, quelle quantité….

150 euros par jour, c’est une somme largement suffisante pour détourner un gamin de 12 ans de l’école. Qui plus est s’il est déjà en échec scolaire. 4500 euros par mois pour accepter d’être un simple exécutant. Je crois que beaucoup de personnes, même adultes (on serait surpris) accepteraient ce genre de job moyennant une telle somme.

En reprenant la route, j’ai dit à ma fille que j’aurais dû demander au môme son prénom. C’est une mauvaise habitude, lorsque l’on s’adresse amicalement à un inconnu, de ne pas se présenter. Et « d’oublier » de lui demander son prénom.

Ma fille m’a demandé pourquoi j’aurais voulu connaître son prénom. J’ai essayé de lui expliquer. Elle m’a écouté. Mais pendant que je pédalais, j’avais l’impression que ce que je disais se perdait dans le vent. Mais le principal, sans doute, c’était que, pour le moment, elle soit encore bien attachée derrière moi tandis que je nous ramenais à la maison. Et que le retour se déroule sans encombre.

Franck Unimon, mardi 20 aout 2019.

Ps : La photo de cet article n’est pas une erreur. Compte tenu de l’âge des protagonistes principaux croisés hier dont je parle dans  cet article, j’ai préféré m’abstenir de montrer un cliché les représentant. Et, ce, afin de les préserver de certains aléas de notre vie « moderne » et « civilisée ».

read more

Journée Portes Ouvertes au Qu4tre à Argenteuil 2ème et dernière partie

»Posted by on Août 7, 2019 in Croisements | 0 comments

Journée Portes Ouvertes au Qu4tre à Argenteuil 2ème et dernière partie

Oeuvres de l’artiste Chemmane.

 

 

 

 

 

On se souvient que les 25 et 26 Mai derniers se déroulaient les journées portes ouvertes au Qu4tre, à Argenteuil, dans le quartier du croissant ferré. J’en avais donné un aperçu dans mon article Journées Portes Ouvertes au Qu4tre à Argenteuil les 25 et 26 Mai 2019.

J’avais laissé d’autres photos à quai. Il était temps de les laisser (re) prendre le chemin des regards et des pensées.

 

 

Oeuvres de l’artiste Cécile Thonus.

 

 

Sculptures, photos, peintures, êtres imaginaires ou invisibles aux ossatures écloses. Ils se sont entendus avec leurs “révélateurs” pour être épandus.

 

 

Photos de l’Association ” Vues d’En Bas” qui a pour but de rendre à nouveau visibles les personnes invisibles et précaires.

 

 

Courroies de distribution, figures de bitume que triturent des esprits-proies, des écrits au trot recommencé, effiloché, sur la pointe des pieds.

 

 

Oeuvre de Virginie Jacquette.

 

 

Corps arrêtés, coeurs vitrés.

 

 

 

Photos de Xavier L comme Lahache.

 

 

Instants donnés. Instantanés.

 

 

Oeuvre de l’artiste Hopare.

 

Sous la tente, entre un soleil couchant qui maintient éveillé(e).

 

 

Photo Xavier L.

 

 

L’Indienne Patti. C’est elle qui est prise, c’est elle qui nous prend.

 

 

Oeuvres de Cécile Thonus.

 

 

Modèles réduits de ces explorations que l’on fait avec les doigts, bronze et bois.

 

 

 

Figées de vie, connues d’une lave sortie.

 

Photos de l’association ” Vues d’en Bas”.

 

Au fond de la cuisine.

 

 

“Je n’habite pas ici” ( L’artiste Virgine Jacquette).

 

 

Photo Xavier L.

 

Cherche petit studio meublé avec un bon couloir où se défouler. Et plus, si éternité…

 

 

 

” Je ne suis vraiment pas photogénique”. ( L’artiste Chemmane).

 

 

Assise dans le canapé, à contre-jour, l’artiste Virginie Jacquette.

 

Dans une salle d’attentes.

 

 

Oeuvres de Cécile Thonus.

 

Mais que font-ils ?

 

 

 

Oeuvres de l’artiste Chemmane.

 

Nous sommes prêtes, Toni.

 

 

Oeuvre de Cécile Thonus.

 

 

Textes et photos de Franck Unimon ( exceptions faites des photos de l’association ” Vues d’en bas” et de  Xavier L comme mentionnées).

 

Franck Unimon, ce mercredi 7 aout 2019.

 

read more

Journées Portes Ouvertes au Qu4tre à Argenteuil les 25 et 26 Mai 2019

»Posted by on Juin 3, 2019 in Croisements | 0 comments

Journées Portes Ouvertes au Qu4tre à Argenteuil les 25 et 26 Mai 2019

 

Arrivé à Argenteuil en 2007, j’avais entendu parler de ces journées portes ouvertes qui s’y déroulent une fois par an au Qu4tre, cité des artistes. Mais je fréquentais toujours un empêchement ou un oubli. Ce 25 et 26 Mai 2019, je m’y suis enfin rendu avec mon appareil photo et ma fille, dans ce quartier d’Argenteuil appelé le croissant ferré.

 

 

Deux parapluies, trois esprits assis sur une chaise et une bouteille d’eau m’ont accueilli près d’une première oeuvre.

 

 

L’artiste Hopare scrutait l’horizon, guettant peut-être des lignes de pluie tandis que son oeuvre posait dans nos regards des grenades de pluie.

 

 

 

La découverte de ces anciens locaux de la SNCF pouvait commencer.

 

 

 

 

 

 

 

 

Les couleurs et l’espace, ces métaux rares et présents dont les artistes scient les rythmes en s’appliquant à les laisser vivants.

 

 

 

 

Au fond, à droite, bras croisés, Samer Tarabichi, l’artiste peintre et sur sa gauche, une main sur l’escalier, l’artiste Fabrice Minel.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y’avait une animation particulière dans cette cour de récré particulière.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’entrée de l’exposition des oeuvres de Thibaut Dapoigny. Cela commençait par deux coccinelles, se poursuivait par d’autres animaux en moins favorable compagnie.

 

 

 

 

 

Cet interrupteur laissé dans le champ de la photo est peut-être déplacé. Pour moi, il illustre bien l’éclat de la vision de ce rhinocéros.

 

 

 

 

 

 

 

Si peu de distance entre ces muscles et cet oeil. Une telle puissance qu’elle concentre les siècles par sillon. Ce que l’on voit, cet animal ou soi, est millénaire et il suffit de ce regard pour s’en rappeler. Et l’on comprend que nous sommes face au sacré.

 

 

 

 

 

 

 

 

Thibaut Dapoigny m’a raconté les 30 premières heures de travail à partir d’une photo bien plus petite. Puis, le travail plus ou moins “balayé” par la maladresse d’un autre nous-même. Et les 30 autres heures de travail pour restituer le pourtour de l’oeil. Ensuite, il s’est fait à son imagination. Son oeuvre s’était vendue un peu plus tôt dans la journée. 1200 euros. Je ne l’aurais peut-être pas achetée. Mais, à défaut,  je lui ai demandé de bien vouloir poser à côté de sa création.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette oeuvre ci-dessus et les deux précédentes sont de Laurence Louisfert.

 

 

 

Cette oeuvre ci-dessus est de Tom Lestienne. A cette époque, d’après les couleurs, cela n’allait pas très bien dans sa vie à ce qui nous a été dit.

 

 

 

Oeuvre de Tom Lestienne.

 

 

 

Oeuvres ci-dessus de Tom Lestienne.

 

 

 

Sezny Peron travaille l’ardoise.

 

 

 

 

 

 

Oeuvre ci-dessus de Cécile Garaudel.

 

 

La journée portes ouvertes était terminée ce samedi quand je me suis présenté devant les oeuvres de Cécile Garaudel. Mais la porte était encore ouverte et l’on m’a dit que je pouvais venir. Je suis entré, un peu mal à l’aise bien que personne ne me manifeste une quelconque mauvaise humeur. Un certain nombre d’amis et d’invités, de l’artiste vraisemblablement, discutaient, décontractés, devant apéritifs et boissons. Devant ces portraits pixelisés, j’étais si déconcerté que cela m’a amusé de prendre cette photo avec ces jambes dans l’escalier. La mise en scène me plaisait. Ainsi que les autres personnes à l’arrière-plan absolument pas au courant de ce qui venait de me passer par la tête.Puis, je suis parti rapidement. Comme un voleur. Par la suite, je me suis aperçu qu’en regardant ces portraits pixelisés d’un peu plus loin, et en prenant mon temps, cela donnait autre chose. Et j’aurais sans doute demandé à l’artiste comment elle avait obtenu ce résultat.

 

 

 

 

 

 

 

 

L’artiste Hopare.

 

Fin de la première partie.

 

Oeuvres de Alexandre Hopare; Samer Tarabichi; Fabrice Minel; Elizabeth Martin; Thibaut Dapoigny; Frédéric Jallot; Laurence Louisfert; Tom Lestienne; Sezny Peron; Cécile Garaudel;

 

Musique écoutée pendant la sélection des photos : album ” Vazo” de Tao Ravao et Vincent Bucher en particulier les titres ” Mamy T”; ” Jamba”; ” Muddys Song”; ” Mellow Down Easy aka Ny Meva”.

Musique écoutée pendant la mise en page de cet article : album ” Souldier” de Jain en particulier les titres ” On My Way”; ” Alright”; ” Oh Man”; ” Abu Dhabi”; ” Souldier”. Je n’aimais pas particulièrement la musique de Jain jusqu’alors.

 

Texte ( quand il y’en a ) et photos : Franck Unimon, ce lundi 3 juin 2019.

 

 

 

 

 

read more

Dans la galerie de Michel

»Posted by on Mai 20, 2019 in Croisements | 0 comments

Dans la galerie de Michel

 

 

Dans la galerie de Michel

 

 

L’ami Michel Guillet tient sa galerie d’art, au 8 avenue Trudaine, depuis quarante ans. Ses clients, simples passants, viennent de partout. Des femmes et des hommes, un jour, trouvent leur  couleur et leur forme exposée dans une  peinture ou une sculpture.

 

 

Selon Michel, le regard, c’est le passé. Cela pourrait parfois expliquer notre aveuglement devant le présent. Ainsi que la raison pour laquelle certains voudraient punir l’art. Car un art armateur de notre passé pourrait maintenir notre identité à la surface. Tandis qu’un art en service commandé la laisserait sombrer. Et un titre comme Until You Remember du groupe Tedeschi Trucks Band (album Revelator ) resterait maintenu sous les eaux par des commandos de la pensée.

 

 

Notre vie est faite de peintures fracassantes que quelques uns captivent pour quelques temps. Et celles-ci nous attendent dans une musique, quelques lettres, certaines images, parfois des moments ou des gestes dont nous sommes les aperçus.

 

 

Oeuvres des artistes André Laurenti, ITO GHO, Cécile Orsoni, Shimon Palombo….

( Photos par Franck Unimon comme la plupart des photos de ce blog)

 

Franck Unimon, lundi 21 Mai 2019.

read more

Le Fait Eric

»Posted by on Déc 14, 2018 in Croisements | 0 comments

Le Fait Eric

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mère normande, père malgache, il est d’abord parti de Caen. J’ai rencontré l’ami Eric Moscardo-Rabenja il y’a environ dix ans à l’université de Saint-Denis en banlieue parisienne.

Nous étions tous les deux acteurs dans un court-métrage réalisé par des étudiantes en cinéma. Nous avons fait connaissance pendant que l’équipe technique procédait aux réglages ou que d’autres de nos partenaires tournaient. De contact facile, l’esprit à la tête, la conversation avec Eric s’est aisément faite.

Je suis souvent resté perplexe devant la superficialité et l’infirmité des rapports entre les humains du milieu du théâtre, du cinéma mais aussi du journalisme cinéma qui peuvent pourtant se dévouer à bien des œuvres « généreuses » et « humaines ».

Tout semble perpétué par une prise d’intérêt immédiate. A moins qu’il ne s’agisse de ces embarras communs, embruns qui nous dominent, lorsque l’on ne sait quoi dire à un autre nous-même. Ou de cette angoisse qui oblige. A faire du rendement et du recel de présence plutôt que des rencontres. Pour se prouver que l’on a bien travaillé ; que l’on a bien produit ; que l’on a été efficace ; que l’on a fait quelque chose de soi et de son temps.

On peut être décisif en déposant que lorsqu’il est difficile de gagner sa vie- dans un milieu ultra-compétitif- pour se nourrir et être reconnu à la hauteur de son énergie, on n’a pas le temps pour jouer à la balle au prisonnier, conter fleurette et faire du tricot.

Il est étonnant comme certaines personnes- même décédées- donnent encore l’impression de manquer de temps.

Le pire est que ce sous-développement relationnel touche même des univers professionnels supposés habilités à le traiter. Exemple : les techniques et décisions gouvernementales et managériales dans les hôpitaux et les lieux de soins.

Mais on peut aussi, bien-sûr, préférer évoquer pudiquement- et sincèrement- le charme des       « affinités ».

 

Le sens de la droiture. Le fait d’avoir longtemps été un « artiste caché ».

 

Je crois avoir décelé quelques affinités entre Eric et moi. Pourtant, j’éviterai de trop le déshabiller. Car, même si l’artiste, au moins, s’expose devant les autres, c’est souvent à titre provisoire et partiel. Lors de certains moments précis et identifiés par lui (ou elle) où il ou elle est raccord pour se présenter autrement qu’à l’accoutumée.

Cela peut peut-être se comparer, jusqu’à un certain point, à une forme d’envoutement, où l’on fait refluer vers soi et en soi, toutes ces vies dénombrées, retenues, saisies, claquemurées, ignorées, confiées et aperçues dont on hérite et que l’on restitue – par parcelles- sur la scène. Vies qu’on oublie ou que l’on oubliera une fois la scène ou le plateau de tournage éteints alors qu’elles auront entretemps étreint d’autres mémoires avant que l’on s’en retourne à notre ordinaire.

 

Je suis peut-être sous l’influence de mes élucubrations, éléments variables de mes bizarreries et autres dérangements.

 

Eric est né le 3 octobre. Je suis né le 2. On peut donc dire que l’on se suit.

Lors de notre dernière rencontre, il était très amusant de voir comme, à tour de rôle, chacun voyait dans le parcours de l’autre, une inspiration possible pour écrire une histoire ou un scénario de court-métrage.

Après avoir travaillé une vingtaine d’années dans les Aéroports de Paris, depuis trois ou quatre ans, Eric est devenu un artiste à temps complet. Il a écrit un premier One Man Show qu’il a joué à Paris et à Madagascar. Il continue de se former au jeu d’acteur et à l’écriture de projet. Il participe à des tournages. Il joue au théâtre. Il a un agent.

 

Lorsque j’avais reçu le dvd du court-métrage où nous avions joué ensemble, je l’avais trouvé meilleur acteur que moi. Je me souviens encore du passage où, face caméra, il balance :

« J’t’ai toujours dit que je voulais pas d’une bande de chiards ! ».

 

 

Franck, ce vendredi 14 décembre 2018.

read more