Argenteuil

A l’école de ma fille

»Posted by on Sep 13, 2019 in Argenteuil, Echos Statiques | 0 comments

A l’école de ma fille

 

A l’école de ma fille

 

 

A l’école de ma fille, il y a eu cette réunion tout à l’heure. La première de l’année, deux semaines après la rentrée à l’école primaire. Nous étions environ une centaine de parents. Un papa pour quinze mamans en moyenne. L’équipe enseignante était exclusivement féminine.

 

Je continue de m’étonner devant cette importante “migration” des enfants entre la petite section de maternelle et la fin de l’école maternelle :

Un bon nombre des enfants qui était dans la classe maternelle de ma fille a disparu de cette école publique. Un certain nombre est parvenu à se faire “recruter” par l’école privée du coin placée à dix minutes à pied de là. D’autres enfants sont partis continuer leur scolarité ailleurs, dans le public ou dans une autre ville de banlieue ou de province. La meilleure copine de ma fille est par exemple partie cet été pour Nantes avec ses parents.

 

Au Cp, ma fille est dans une classe de 27 enfants. Ils étaient 29 à son entrée en petite section de maternelle. En maternelle cette année, une classe supplémentaire a été crééé in extremis et à l’école primaire la fermeture d’une classe a finalement pu être évitée.

 

Invitée en cela par la directrice de l’école, une enseignante a pris la parole devant nous. Elle était à l’aise pour s’exprimer en public, se mettant devant l’assemblée, assise, de ses autres collègues enseignantes, directrice incluse, pour parler devant nous. En quelques minutes, elle nous a expliqué que la “spécificité” de cette école, c’était sa classe à destination des enfants non-francophones. En maternelle, dès la petite section,  j’avais déja remarqué un petit, sans doute ukrainien, qui ne parlait pas Français à son entrée en maternelle. Je me rappelle de la directrice de l’école maternelle d’alors ( nous en sommes à la quatrième nouvelle directrice pour cette même école maternelle) disant à la mère de cet enfant :

“Ce n’est pas un problème. On lui apprendra à parler le Français”.

L’année dernière, ce garçon était dans la classe de ma fille. Il nous était arrivé de retour de l’école de faire un peu de chemin avec lui et sa mère. Je la croisais assez souvent et nous nous saluions.  Cette année, je ne vois plus ce petit.

 

Devant nous, l’enseignante a expliqué que cela était “une grande richesse” que d’avoir des enfants qui ne parlaient pas Français. Pour les autres enfants.

En accord avec elle, des parents de ces enfants non-francophones étaient venus à l’école, donnant par exemple un cours de cuisine à la classe en Arabe. Ou s’exprimant en Moldave ou en Ukrainien. En outre, cela valorisait l’enfant qui voyait sa mère ou son père “faire classe” à l’école.

 

Une mère, peut-être originaire du Pakistan ou du Bangladesh, a ensuite demandé comment on pouvait prendre rendez-vous avec le médecin scolaire. Elle a parlé d’un enfant souffrant d’autisme et de la charge que cela pouvait représenter pour la maitresse. La directrice a expliqué qu’il y’avait une obligation légale de recevoir tout enfant à l’école quel que soit son handicap. Et qu’il convenait de faire une demande à la MDPH, souvent traduite par ” la maison du handicap”,  afin d’obtenir une AVS ( aide à la vie scolaire).

 

La directrice de l’école a présenté l’équipe pédagogique. Une des enseignantes nous a expliqué que des enseignants assuraient l’étude et étaient donc en mesure d’aider les enfants à faire leurs devoirs.

 

La directrice de l’école nous a informé qu’il n’y avait plus de secrétaire. Et qu’elle-même fait classe les jeudis et vendredis. De ce fait, il est plus difficile d’ouvrir la porte aux retardataires. Il convient de prévenir les maitresses au préalable lorsqu’un enfant se rend ou revient d’une consultation chez l’orthophoniste et de faire en sorte, autant que possible, que celui-ci parte à sa consultation ou en revienne plutôt lors de la récréation. Elle a rappelé les heures d’ouverture et de fermeture de l’école. 8h30/11h30. 13h30/16h30. (Pas d’école les mercredis et les samedis du moins au Cp )

 

La directrice a poursuivi en disant que laisser un message téléphonique en cas de problème, c’est “bien” mais qu’il vaut mieux, aussi, laisser un mot dans le cahier prévu à cet effet et que chaque enfant a à sa disposition.

Elle a continué en informant que si un enfant a une maladie contagieuse, qu’il faut éviter de l’emmener à l’école.

La directrice a aussi expliqué comment voter lors des élections des parents d’élèves : il faut voter pour une liste et non pour une personne. Si l’on vote pour une seule personne, le vote est annulé.

 

Une mère qui fait partie de l’association des parents d’élèves a présenté un peu la FCPE. Elle a enjoint les parents présents à venir à la prochaine réunion prévue la semaine suivante ainsi qu’aux prochaines réunions. Elle a insisté quant au fait que l’on pouvait venir quand on voulait et quand on le pouvait.

 

Ces diverses interventions se sont faites dans un contexte posé. Les mots employés étaient plutôt simples et pédagogiques. Le débit utilisé, plutôt tranquille. Mais je suis assez à l’aise avec la langue française qui est ma première langue. Et la situation ( être dans une réunion parmi plein de gens que l’on ne connait pas alors que l’on sait que cet endroit peut être déterminant pour l’avenir de son enfant et aussi pour soi)  ne m’a pas stressé. Je me suis néanmoins un peu demandé si des efforts particuliers de compréhension avaient pu être nécessaires pour certains des parents présents.

 

Ensuite, nous sommes sortis. Dans la cour de l’école, chaque parent a rejoint la maitresse de son enfant. Et, c’est avec la maitresse que nous nous sommes retrouvés dans la classe de nos enfants, assis à leur place. Certains parents étaient avec leur enfant. D’autres, non.

 

La maitresse de notre fille a expliqué comment ça se passait en classe. Elle  a expliqué le programme de l’année. Elle s’est montrée simple et disponible. Un petit garçon de sa classe, présent avec son papa, intervenait régulièrement pour poser une question ou faire une remarque.

La maitresse nous a demandé si nous avions des questions. Il y en a eu quelques unes. Puis, la maitresse a tenu à aborder certains sujets :

Eviter autant que possible les écrans pour les enfants. Pas plus de vingt minutes par jour deux ou trois fois par semaine. Que ce soit écran de téléphone portable, écran d’ordinateur, console de jeux, télévision. Elle a évoqué des études qui révélaient que la trop grande fréquentation des écrans empêchait les enfants d’apprendre à se concentrer mais aussi à accepter la frustration. Elle nous a invité à, plutôt, proposer à nos enfants de s’amuser avec leurs jouets, de préparer avec nous des repas, ce qui leur permettrait d’apprendre beaucoup. J’ai suggéré le dessin. Elle a acquiescé. Elle a aussi dit que l’on pouvait laisser les enfants “s’ennuyer”. Il n’y a pas eu de protestation de la part des parents présents.

 

Donner à manger aux enfants avant qu’ils viennent à l’école. Autrement, en classe, “ils dorment…” a-t’elle expliqué. Et pour les enfants qui disent qu’ils n’ont pas faim, voir ce qu’ils aiment manger. Et pas des bonbons.

 

Signer le cahier de devoirs mais pas uniquement le signer. S’assurer que les devoirs ont bien été faits. Faire faire les devoirs ” sans conflit”. Pas plus de vingt minutes en semaine. Voire trente minutes pendant le week-end.

 

Rappeler aux enfants d’aller faire pipi au moment de la récréation ou avant d’aller à l’école. Un certain nombre d’enfants manifeste son envie de pipi pendant la classe. Or, les toilettes sont loin et elle ne peut pas laisser un enfant se rendre seul dans les toilettes. Alors, quand cela est indispensable, elle demande à un autre enfant de l’accompagner, souvent un CE1 pour un enfant de sa classe de CP. Et lorsqu’il y a des accidents, elle a des vêtements de rechange qu’elle nous demande de bien vouloir laver et de lui restituer ensuite.

 

Les enfants doivent plutôt être couchés à 21h au plus tard car ils sont ” en pleine croissance”. Maintenant, si l’on rentre tard du travail, on fait comme on peut.

 

Ces quelques règles de vie nous étaient familières. Mais j’ai vu dans la nécessité de leur rappel le fait que ces règles étaient encore étrangères à un certain nombre de parents de cette école, de cette ville où nous habitons, et sans aucun doute dans d’autres endroits en France. Certainement que lorsque l’on vit par exemple dans le monde de P’TiT Quinquin ( voir l’article sur la série de Bruno Dumont P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’inhumains ) dans celui dépeint par Romain Gavras dans son film Le Monde est à toi ou dans celui décrit par Oxmo Puccino dans son titre Peu de Gens Le Savent que ce genre de règles peut ressembler à de la masturbation intellectuelle, à une peine de prison ou à de la métaphysique.

 

La maitresse a insisté quant au fait qu’elle avait besoin des parents pour que les enfants réussissent bien à l’école. Aucun parent présent ne l’a contredite.

Elle nous a dit qu’elle serait toujours disponible pour nous recevoir en cas de besoin. Qu’il fallait seulement la prévenir.

Elle a aussi précisé qu’en cas de mécontentement à son égard, qu’il valait mieux venir en discuter avec elle plutôt que de garder ça pour soi. Avec un grand sourire, elle nous a dit :

“Je peux encaisser”. Le père du petit garçon qui intervenait souvent a alors dit:

“C’est bien, ça, de pouvoir encaisser “.

 

Ce soir, j’ai décidé d’écrire cet article en priorité. A l’origine,  j’avais plutôt prévu d’écrire sur le film De sable et de feu réalisé par Souheil Ben Barka qui sortira ce 18 septembre 2019 ainsi que sur le film Une fille facile réalisé par Rebecca Zlotowski ( en salles depuis ce 28 aout 2019).

 

Car j’ai tenu, de nouveau, à saluer le travail de toutes ces enseignantes et enseignants de l’école publique impliqués à l’image de la maitresse de l’école de ma fille cette année ainsi que les années précédentes et futures. 

 

L’école publique va mal. Au même titre que l’hôpital public. Et la police. Cela fera grimacer certaines et certains de voir associer l’école publique, l’hôpital public et la police. Car s’il est des institutions que l’on veut souvent remercier – même s’il est aussi des expériences très contrariantes à l’école et à l’hôpital- il est aussi des institutions que l’on veut ou que l’on a besoin de détester. Ce soir, si je rajoute le mot “police” à cet article, c’est sans aucun doute parce-que j’ai lu le livre de Frédéric Ploquin La Peur a changé de camp 2ème partie . Lequel livre m’a aidé à mieux comprendre, malgré certains travers de la police, comment une école, un hôpital et une police qui vont et font “mal” découlent d’une société qui va mal ou qui a fait et qui fait des mauvais choix politiques, sociologiques, économiques et donc, écologiques.

 

Tout à l’heure, j’ai été à nouveau marqué par cet enthousiasme des enseignantes rencontrées malgré les conditions de travail et les difficultés diverses qu’elles peuvent vivre. La maitresse de notre fille est restée avec nous jusqu’à dix neuf heures vingt voire dix neuf heures trente. Après la réunion qui avait débuté vers dix huit heures, elle était encore disponible dans la cour de l’école pour répondre aux parents qui la sollicitaient. Ses autres collègues étaient sans doute encore présentes dans l’école. Et ce sont , elles aussi, des femmes et des mères qui ont une vie personnelle et qui, comme la plupart d’entre nous, les vendredis soirs et d’autres soirs de la semaine, aspirent aussi à quitter leur travail. Pourtant, ce soir encore, j’ai trouvé chez la maitresse de ma fille, cette attitude assez fréquente de la professionnelle qui vous donne beaucoup et qui, néanmoins, donne l’impression de douter d’en avoir suffisamment fait et donné comme d’avoir été suffisamment claire avec vous lorsque vous l’avez interrogée. Et, pendant ce temps-là, dans la vie courante ou dans certaines administrations des personnes habilitées en principe à vous recevoir et à vous renseigner vont vous envoyer chier ou vous baragouiner des réponses sans queue ni tête sans décodeur !

 

J’ai aussi été marqué par ce décalage qui semble permanent, entre, d’un côté ces parents jamais contents et jamais satisfaits de l’école, et, de l’autre côté, ces enseignants pourtant dévoués qui font de leur mieux. Le pire étant qu’il n’y a pas de morale à cela :

On peut être un parent conciliant et pâtir de l’incompréhension du corps enseignant. Comme on peut être un parent chiant et obtenir une certaine considération de ce même corps enseignant que l’on sera prêt à critiquer et à dévoyer à la moindre contrariété.

 

Franck Unimon

 

 

 

 

 

read more

Par la bouche

»Posted by on Août 25, 2019 in Argenteuil | 0 comments

Par la bouche

Par la bouche

 

 

 

«  Vous êtes sénégalaise ? »

  • Oui. Et malienne, aussi.

 

Deux noires africaines en boubou traditionnel viennent de me rejoindre devant le stand de cette femme traiteur. L’une est noire de peau, l’autre, plus âgée, a la peau claire.  Je me dis que leur présence m’assure de la qualité du Thiep’. Avant même que l’une d’entre elles ne fasse subir un contrôle d’identité à la vendeuse.

Il y’a principalement des femmes qui attendent d’être servies maintenant. Il est bientôt midi. Lorsque je suis venu quelques minutes plus tôt, un homme noir, peut-être un compatriote antillais, passait commande.

 

Alors qu’il fait chaud aujourd’hui, vers 11h, j’ai eu l’idée d’aller faire des courses sur le marché d’Argenteuil. Ma dernière venue ici date de plusieurs mois. Nous avons diminué notre consommation de viande et de poissons. Nous avons aussi diversifié nos lieux d’achats alimentaires.

 

Le volailler « chez » qui j’achète habituellement est en vacances. Son long stand est vide. Comme sont vides d’autres stands. Nous sommes encore au mois d’août.

Je me suis rabattu sur une boucherie hallal où j’ai repéré des poulets fermiers. J’évite leurs poulets hallal tout blancs qui me semblent sortis de la machine à laver. Dix ans plus tôt, j’avais déjà acheté du poulet hallal dans un autre commerce de la ville. J’en ai gardé le souvenir d’un poulet au goût fade.

Les poulets hallal de cette boucherie ont manifestement leur succès auprès d’une clientèle sans doute musulmane. Et puis, ces poulets  sont moins chers. 3,99 euros le kilo. A côté de moi, un  homme en prend deux ou trois.

 

La boucherie hallal  du marché où j’aime habituellement acheter de temps à autre de la bavette d’aloyau et des côtes d’agneau est bien là. Mais il n’y’a plus de bavette ni de côtes d’agneau. Ces viandes font partie de leurs pièces de choix et, généralement, à cette heure-ci, en fin de matinée, il n’y’en n’a plus. Même au mois d’août. Reste du bœuf et quelques pièces de gigot d’agneau. Il n’y’a plus grand monde devant leur étalage. Ils sont plusieurs vendeurs désormais inactifs comme échoués et attendant la prochaine vague qui ne viendra plus et ils le savent. C’est la déprime.

Je me fais confirmer qu’il n’y’a plus ce que je cherche. Malgré la suggestion du vendeur, je décline poliment. Je regarde à peine les quelques morceaux de viande exposés. Et je repars avec mon sac isotherme dans lequel j’ai mis trois pains de glace et ma bouteille d’eau.

 

 

La femme traiteur africaine ne prend pas la carte bancaire. Je ne la connaissais pas. Et quelques minutes plus tôt, je suis  venu sans espèces :

J’ai perdu le réflexe d’en prendre un peu au distributeur près de chez moi avant de venir sur le marché. Souvent, les jours « du marché d’Argenteuil », sur le boulevard Héloïse, surtout les dimanches, les gens font la queue devant les distributeurs les plus proches du centre-ville, rue Gabriel Péri. La rue qui permet l’entrée dans Argenteuil depuis le pont d’Argenteuil et qui mène pratiquement en ligne droite à la mairie et à la médiathèque tout au bout deux cents ou trois mètres plus loin. Le lieu écolo-responsable Smile ( Il fait beau) qui a ouvert le mois dernier se trouve alors tout proche.

Les gens peuvent venir d’assez loin, en voiture, en bus ainsi que par le train pour aller à ce marché.

 

 

Sur le marché d’Argenteuil, La femme traiteur prend les tickets restaurants et les espèces. Je n’ai ni l’un ni l’autre. Alors, sous le soleil, je dois repartir jusqu’au distributeur le plus proche. J’ai de la chance. Les distributeurs sont libres. L’effet mois d’aout peut-être plus que celui de la chaleur, je pense. D’ailleurs, je repense maintenant à l’agence HSBC- qui n’avait pas de distributeurs extérieurs- qui a fermé ses portes il y’a à peu près un an maintenant. Un indice sans doute de la « pauvreté » économique de cette ville et de sa population. D’une partie de sa population. Car il y’a des gens plutôt aisés à Argenteuil. Mais ils sont généralement discrets et sans doute entre eux. Même si on en croise très certainement sur le marché d’Argenteuil par exemple ou à la ferme du Spahi, autre « institution » argenteuillaise en matière de commerce de bouche à prix attractif. Ou au LIDL :

Une des fois où je suis allé au LIDL de Sannois,  à la limite d’Argenteuil, une Porsche Cayenne est arrivée sur le parking.

Des commerces comme le marché d’Argenteuil, la ferme du Spahi ou Lidl sont des commerces qui peuvent faciliter les moindres dépenses. Mais il faut pouvoir s’y rendre. En voiture, en transports, à vélo ou à pied. Et le souhaiter. La facilité étant d’aller faire ses achats dans le supermarché le plus proche, ce dont Argenteuil est particulièrement bien pourvu. Avec les Kebabs dans le centre-ville.

 

 

7 euros pour une barquette de Thiep’ au poisson et 6,50 euros pour une barquette de Thiep’ au poulet. Vu que nous sommes deux adultes et un enfant, par prudence et aussi par curiosité, je prends deux barquettes de Thiep’ au poisson et une au poulet. Jusqu’à l’année dernière, je croyais que le Thiep était uniquement au poisson. J’ai été initié au Thiep’ et aux pastels il y’a bientôt trente ans par une amie, Béa, mariée à un Cap-Verdien. Les pastels, ici, n’ont rien à voir avec le dessin ou avec  la peinture. Ou alors il s’agit des couleurs du plaisir alimentaire qui se forme dans la bouche avec ce plat qui peut faire un peu penser extérieurement à la Brick des Arabes.

 

 

Sur le marché, la femme traiteur a rempli consciencieusement les barquettes individuelles. J’accepte aussitôt avec gourmandise le piment qu’elle me propose. Même si nous en avons déjà du bon à la maison. Oui, c’est elle qui le fait.

 

A la maison, j’apprendrai qu’une barquette «  individuelle » aurait pleinement suffi  pour deux adultes.

Le Thiep’ est bon. Sauf pour notre fille qui le trouvera trop épicé alors qu’elle a déjà mangé du boudin antillais. Et qui trouvera la couleur du plat « bizarre ». Elle ne reconnaîtra pas le riz.

Sa mère et moi nous délecterons du plat avec l’assurance de celle et de celui qui savent. Peut-être notre fille le regrettera t’elle dans quelques années. Mais nous sommes tous passés par là.

 

 

Sur le marché, je suis allé saluer C….le doyen des commerçants sur le marché. Il vend des fruits. Je trouve qu’il a maigri mais ne lui en dis rien. Il a dû perdre une bonne dizaine de kilos.

L’année dernière ou plutôt il y’a deux ans, je lui avais dit que j’aimerais bien qu’il me parle du marché d’Argenteuil tel qu’il l’a connu depuis cinquante ans. Il  m’en avait un peu parlé, avait accepté en précisant :

 

« Je ne fais pas de politique ! ». Et puis, j’ai laissé passer le temps.  Tout à l’heure, je lui ai reparlé de ça. Il m’avait sans doute oublié. En cinquante ans, sur un marché, on voit tellement de monde. Mais il a de nouveau accepté de me raconter en me disant de venir plutôt un vendredi. Car «  le dimanche, il y’a trop de monde ». Il sera là à partir de 7h le matin. C…. doit avoir entre 70 et 80 ans.

 

 

Il est une très bonne boucherie dans la rue Paul Vaillant Couturier en dehors du marché d’Argenteuil. Très bonne et assez chère. J’y suis déjà allé plusieurs fois. Une de ses particularités est d’avoir une clientèle exclusivement « blanche» chaque fois que j’y suis allé ou suis passé devant. Cette boucherie semble être faite d’un autre monde. C’est comme passer une frontière. Pourtant, ce monde fait bien partie d’Argenteuil. Et j’y ai toujours été bien servi avec un évident professionnalisme.

La boucherie est encore ouverte ce dimanche quand je rentre du marché. J’y entre pour y acheter un autre poulet. Sur ma lancée, je demande au petit boucher qui me sert quand cette boucherie a-t’elle été ouverte. Il ne sait pas mais ça fait longtemps ! Arrive le patron où celui que j’ai toujours considéré comme tel. Il est assez grand, bien plus grand que moi. Même question :

« Les murs datent de 1890…. ». Il m’explique qu’avant, les fourrages avec les poulets se trouvaient derrière la boucherie. Et, avec son corps, il m’indique l’endroit.

Je suis époustouflé. 1890 !

Il m’apprend que la boucherie est le plus ancien commerce du centre-ville. Qu’il a vu le « changement » à Argenteuil. Je comprends qu’il est maussade à ce sujet et que cela est très sensible.

Il accepte de me répondre que cela fait trente ans qu’il est dans cette boucherie et que cela fait onze ans qu’il en est le patron. Cela ne se voit pas sur mon visage lorsqu’il me dit ça mais je devine que lui et moi  sommes sans doute du même âge. En 1989, j’avais 21 ans.  On peut très bien être apprenti-boucher-charcutier avant ses 20 ans. Je m’abstiens de m’épancher sur ces sujets devant lui.

 

Je lui dis que j’aimerais bien qu’il me raconte. Tout en sortant de la boutique, il me répond : « On me l’a déjà demandé… ». Et puis, je ne le revois plus. Je repasserai peut-être. Mais je n’insisterai pas forcément pour en savoir plus sur les raisons de son amertume. C’est une affaire privée. Or, je n’ai pas envie de l’embarrasser avec mon article. Moi, la seule boucherie que je possède à ce jour, la seule volaille que je connaisse à peu près, c’est celle de mes phrases. Et cette boucherie ne me fait pas vivre. Alors que lui, il doit sa vie à cette boucherie.

 

 

Franck Unimon, dimanche 25 aout 2019.

read more

Il fait beau

»Posted by on Août 24, 2019 in Argenteuil, Ecologie | 2 comments

Il fait beau

 

Il fait beau

 

Il fait beau. Nous revenons de la médiathèque. Nous avons aussi pu emprunter la première saison des séries P’tit Quinquin de Bruno Dumont et de The Handmaid’s Tale (La Servante Ecarlate ) crééé par Bruce Miller comme quelques dvds pour enfants.

 

 

« Excusez-moi…. ». Un monsieur d’une soixantaine d’années nous croise.

« Je voudrais aller au Val d’Argenteuil ». Mais nous sommes à Argenteuil centre ville.

Où veut-il aller ? Il ne sait pas. Dans une des poches extérieures de son gilet, plusieurs stylos. Mais aucun plan de signalisation pour le guider.

A-t’il une adresse ? Non. Je lui répète qu’il y’a aussi une gare au Val d’Argenteuil. Il m’explique qu’il a pris le bus pour arriver ici.

A-t’il un numéro de téléphone où appeler ? Non plus. « J’ai appelé tout à l’heure mais il n’y’avait personne ». Il n’a pas de téléphone sur lui.

« Je peux aller au Val d’Argenteuil à pied… ». Je lui réponds que ça va faire loin. Il me remercie, me salue, et me dit qu’il va continuer plus loin un peu au petit bonheur la chance.

 

 

 

 

Une semaine plus tôt, il faisait aussi beau lorsque je suis allé découvrir ce nouveau lieu à Argenteuil centre-ville, derrière la médiathèque  Aragon et Elsa Triolet :

Smile.

 

 

 

Son ouverture était annoncée par un grand panneau au dessus du toit. Elle a été récemment saluée dans la presse. Anciennement, une grande salle de Fitness se trouvait là. Cela n’a pas marché. Auparavant, à Argenteuil, il y’avait un petit magasin La Vie Claire près du commissariat municipal. Il avait fermé à mon arrivée à Argenteuil en 2007 ou peu de temps après celle-ci. Quelques personnes qui l’ont connu m’ont raconté qu’on n’y trouvait pas de fruits. Et qu’il était vraiment petit. En 2007, dans les commerces, la tendance bio était moins développée qu’aujourd’hui ou des enseignes certifiées bio sont de plus en plus visibles (Biocoop, La Vie Claire, Les Nouveaux Robinsons, Naturalia, Bio C Bon pour les principales).

Et en 2007, même les supermarchés et les hypermarchés « traditionnels » n’avaient pas encore dédié une partie de leurs rayons à ce nouveau marché comme aujourd’hui. Ce petit magasin La Vie Claire était donc trop en avance pour son époque dans Argenteuil, la ville aux plus de cent mille habitants, qui semble souvent captive- ou fautive- d’une hérédité mal réputée.

 

 

 

 

Mais douze ans ont passé, même à Argenteuil, et Smile , ce lieu éco-responsable, ouvert mi-juillet vient désormais combler un manque présent à Argenteuil comme  ailleurs.

 

 

La caissière présente au magasin ce jour-là m’explique qu’ils sont plusieurs à s’être associés pour ouvrir cet endroit. Ils en avaient assez d’aller chercher ailleurs ce dont ils avaient besoin. Il est vrai qu’à ma connaissance, la première grande surface Bio la plus proche, Naturéo, ouverte il y’a deux ans environ, se trouve à Cormeilles en Parisis, dans cette zone qui touche le Val d’Argenteuil et Sartrouville.

 

 

 

Smile ressemble à cet endroit que ses concepteurs auraient voulu avoir en tant qu’usagers.

 

 

Pour se rendre à Naturéo,  grande surface domiciliée à Cormeilles en Parisis, il faut généralement être véhiculé. Le lieu est assez éloigné de la gare du Val d’Argenteuil. On peut bien-sûr s’y rendre à vélo (en vingt à trente minutes à peu près) depuis Argenteuil centre ville à condition de souhaiter un peu parfaire sa condition physique. Le magasin Smile, lui, est dans le centre ville d’Argenteuil, au 55 de la rue Antonin-Georges Belin. Dans le prolongement du bureau principal de la Banque postale qui a fermé cet été et a été remplacé pour partie par le nouveau bureau qui a ouvert dans le centre commercial Quai de Seine. Tandis que le second bureau de la Banque Postale, plus petit, non loin de là, sera celui où ont auront lieu les rendez-vous avec les conseillers.

Depuis la gare d’Argenteuil centre-ville, Smile est accessible à pied en quinze minutes. Autrement, un certain nombre de bus depuis la gare s’arrête soit devant la mairie et la médiathèque à cinq minutes à pied de Smile. Tandis que d’autres s’arrêtent encore un peu plus près ( à une centaine de mètres) de Smile. N’oublions pas que les transports en commun (bus et train) font partie des points forts d’Argenteuil.

 

 

Il y’a assez peu de monde lorsque je viens découvrir le “sourire”. Mais je m’y sens aussitôt très bien. Plusieurs commerces ont tenté leur chance à Argenteuil ces dix dernières années dans le centre-ville. Certains ont périclité après deux ou trois années. D’autres ont aussitôt marché. J’ai l’intuition que Smile fera partie de ces derniers. D’autant que l’idée a été très bien pensée par les vingt associés qui habitent majoritairement à Argenteuil.

En plus du magasin de produits en vrac, Smile offre un café-cantine, un espace de travail partagé et une restauration. Et ça sent très bon lors de mon passage pendant qu’une bonne musique d’ambiance décore la pièce en la présence, à un moment donné, de feu Kassé Mady Diabaté.

 

 

Labels Bio, Zéro déchet, production locale (dans une distance comprise entre 50 et 200 kms d’Argenteuil) et commerce équitable sont deux des « critères minimum » retenus pour « chaque produit ».

Des événements sont prévus : « Fabrication de produits naturels et économiques pour la maison et le corps ; Recycler, réparer et transformer ses objets du quotidien ; Culture : débats, concerts, projections, jeux, expositions artistiques… ; Solidarité : Gratiferia, Disco-Soupe, bourses aux graines, aux livres, aux jouets…. ».

 

D’autres initiatives écologiques et bio existaient déjà à Argenteuil sous la forme d’une AMAP près du conservatoire une fois par semaine, d’un marchand de primeurs bio, du marché de la Colonie et de certains événements qui s’y déroulent comme d’une vente de légumes (et de fruits ?) bio les mardis après-midis à la gare d’Argenteuil centre par exemple. Mais avec Smile, pour la première fois, un lieu écologique et bio « pérenne » s’ouvre à Argenteuil :

Du lundi au samedi de 9h30 à 19h30 pour le magasin. (09 88 02 26 79)

Du lundi au mercredi de 8h00 à 22H30, du jeudi au samedi de 8h00 à minuit et le dimanche de 11h à 23H00 pour le café cantine et l’espace de travail partagé. (09 88 02 26 87).

 

 

En discutant avec les deux personnes qui tiennent la restauration ce jour-là, j’apprends que Smile va prochainement chercher de nouveaux associés afin de réunir une somme avoisinant les 30 000 euros, je crois, afin de concrétiser davantage le projet.

L’un des deux restaurateurs est particulièrement confiant :

Ouvert mi-juillet, Smile marche déjà plutôt bien en plein mois d’août alors que les gens sont en vacances. Ce même restaurateur est persuadé que les autres enseignes bio type NaturalliaVie Claire et autres s’inspireront ensuite de leur modèle. Je ne peux pas et ne souhaite pas le contredire :

S’il se trouve assez peu de monde lors de ma découverte des lieux, je confirme avoir croisé quelques personnes, comme moi-même, qui, de toute évidence, étaient déjà en quête d’un endroit pareil. Et l’espace couvert plutôt conséquent et agréable que Smile peut mettre à disposition de ses usagers et futurs habitués est un de ses autres atouts indéniables.

 

 

Smile a une adresse mail : contact@smile.company, a visiblement un site , smile.company et est également sur FB et Twitter : facebook.com/SmileCompanyFr/ et @SmileCompany1.

Cet article est la suite de Argenteuil.

 

Il fait beau.

 

Franck Unimon, samedi 24 aout 2019.

read more

Argenteuil

»Posted by on Août 23, 2019 in Argenteuil | 0 comments

Argenteuil

 

 

Argenteuil a mauvaise réputation. J’en discutais encore il y’a quelques jours avec un commerçant arrivé trois ans avant moi ( en 2007) dans cette ville. Nous en étions arrivés au même constat. Malgré ses atouts, Argenteuil continue de pâtir de son image à perdre haleine. L’évolution du prix de l’immobilier est un des critères qui permet de s’en rendre compte. Là où des villes environnantes telles que Colombes ou Asnières, situées de l’autre côté du pont et de la Seine dans le sacro-saint département du 92, ont vu leur prix au mètre carré augmenter ces dix dernières années. A Argenteuil, ce serait plutôt été l’inverse. Tandis que le prix du mètre carré à Paris et des villes proches, qui “stagne” ou baisserait continue de se transformer en torche à même de brûler des budgets qui, il y’a environ vingt ans, auraient pu permettre, dans l’ancien, l’acquisition d’un logement  décent. Moyennant bien-sûr un emprunt bancaire réparti sur plusieurs années.

Les raisons de cette mauvaise cote argenteuillaise reposent évidemment sur quelques faits bien concrets. Un quart de la population argenteuillaise est déclarée pauvre. Argenteuil est mal notée sur le thème de la sécurité : en dessous de la moyenne.

 

 

Ville étendue, également pourvue de quartiers pavillonnaires, calmes et agréables, Argenteuil est une ville de contrastes et de paradoxes. Au contraire par exemple d’une ville comme Cergy-Pontoise, ancienne ville nouvelle où j’avais vécu une vingtaine d’années auparavant, Argenteuil compte au sein de sa population, un certain nombre des personnes qui y vit depuis deux ou trois générations. Pour dire cela autrement :

Argenteuil me donne beaucoup moins l’impression d’être une ville dortoir comme cela avait pu ou peut-être le cas certaines fois à Cergy-Pontoise. Ce qui donne à Argenteuil une certaine personnalité dont une ville comme Cergy-Pontoise avait pu quelque peu être dépourvue me semble-t’il. Malgré ses réussites architecturales et culturelles diverses. Je ne prétends pas à l’exactitude en écrivant ça :

Car si Cergy-Pontoise avait pour moi été une certaine  expérience de l’exil (j’avais 17 ans lorsque nous avions quitté Nanterre, ma ville natale, pour Cergy-Pontoise), Argenteuil a été ma ville de choix en 2007.

 

Cette dernière information- le choix- a peut-être son importance pour mieux comprendre la persistance de certains journalistes à livrer toujours le même portrait – péjoratif- d’Argenteuil.  Ce n’est peut-être pas leur choix de véritablement s’intéresser à cette ville lorsqu’ils s’y rendent. Ce qui pourrait expliquer le contenu de leur article qui serait peut-être, finalement, malgré leur bonne volonté, une sorte de commande comme on le fait d’une commande sur un site où l’on a ses habitudes. Et, je l’écris ici avec, on le devine, une certaine perplexité douée d’amertume, car l’absence de nuance et de perspective de certains articles sur Argenteuil m’a plus d’une fois étonné. Tant, je le répète, Argenteuil, en dépit de ses travers, a des atouts évidents et ceux-ci sont loin d’être occultes ou confidentiels.

 

Certaines personnes se souviendront sans doute du courrier que j’avais adressé à Télérama il y’a bientôt deux ans suite à l’article d’une de ses journalistes. A l’époque, je n’avais pas de blog. j’ai créé mon blog, balistiqueduquotidien.com en octobre de l’année dernière pour bien d’autres buts que de parler de cet article de Télérama : pour parler cinéma, culture et de divers sujets. Par extension, il  me semblait donc que je me devais un peu de créer une rubrique consacrée à Argenteuil.  Plutôt que de continuer de subir ce qui peut être préférentiellement écrit ou dit sur Argenteuil.  C’est aujourd’hui. Et cette rubrique débutera symboliquement par ce courrier que j’avais adressé à Télérama en 2017. Un courrier resté sans réponse hormis la réponse de bonne réception protocolaire.

 

Cette rubrique Argenteuil n’est pas une rubrique Clash versus Télérama comme bon nombre de contemporains aiment s’en délecter entre un passage aux toilettes et la pause déjeuner afin de pimenter leur vie. Je n’ai rien de particulier contre Télérama. Il se trouve seulement que je suis abonné à cet hebdomadaire depuis plus de vingt ans et continue de m’instruire en lisant un certain nombre de ses articles avec plaisir. D’autres de ses articles, comme celui sur Argenteuil, sont selon moi insuffisamment qualifiés pour avoir valeur de légitimité complète. C’est tout. Et ce sera tout me concernant une fois cet article publié sur mon Blog.

Voici donc mon courrier adressé à Télérama en 2017. J’écrirai ensuite d’autres articles, à un rythme indéterminé, dans lesquels je donnerai ma vision d’Argenteuil. Mais je le rappelle  :

J’admets les travers d’Argenteuil y compris ceux que je ne vois pas et ne connais pas ou oublie du fait de l’accoutumance quotidienne. Seulement, à voir exclusivement les travers d’une ville, on finit par croire que celle-ci ressemble exclusivement à ses travers. Ce qui dénote d’une certaine absence de nuance et aussi d’un grand manque de perspective et d’optimisme. Se souvient-on aujourd’hui qu’il y’a trente ou quarante ans, le quartier de la Bastille,  à Paris, était un quartier mal fréquenté ? Comment l’ai-je su ? Par une ancienne partenaire de jeu au théâtre qui habite dans ce quartier et que j’ai eu l’occasion de rencontrer il y’a une vingtaine d’années.  Et, en étant un peu mégalo, aurait-on imaginé il y’a vingt ans que la ville de Bordeaux serait aussi cotée qu’elle l’est aujourd’hui ?!

J’aurais donc aimé que les journalistes, lorsqu’ils font le portrait d’une ville, Argenteuil ou une autre, soient capables de se rappeler de ce genre de fait historique et sociologique. Le monde évolue aussi. Je crois.

 

 

“Votre article être une fille à Argenteuil (Télérama 3504 du 08/03/17 p32 à 35.

Ce lundi 20 mars 2017 à Argenteuil,

 

Madame, Mademoiselle, Monsieur,

 

Depuis une bonne vingtaine d’années, chaque semaine, je lis Télérama. Bien qu’attaché à Télérama, il m’arrive d’être en désaccord avec certains de vos articles. En lisant par exemple certaines de vos critiques cinéma. Il me semble par moments que certains de vos journalistes ne savent pas parler d’un film, ou sont embarrassés à le faire même s’ils l’apprécient, lorsque celui-ci leur révèle une réalité ou un monde qui reste étranger à leur univers comme à leur panthéon personnel. Je repense par exemple de temps à autre au ton employé- qui se voulait sans doute drôle et « cool »- par un de vos journalistes pour sa critique du film L’Esquive, de Kechiche. Soit, déjà, un film qui expose une certaine réalité dans une cité et dans une banlieue plutôt proche de Paris et, j’ai l’impression, très étrangère au monde dans lequel vit ce journaliste qui avait critiqué L’Esquive pour Télérama. D’où son ton maladroit (bien que bienveillant et encourageant).

Mais il faut accepter, aussi, le regard des autres sur une œuvre. Car cela nous permet d’entrevoir d’autres perspectives. Et puis, personne n’est parfait.

Mais votre article intitulé être une fille à Argenteuil, paru le 8 mars 2017, m’a mis en colère. Et, selon moi, pour des raisons plus pragmatiques et démontrables que pour de simples raisons esthétiques ou une banale histoire de points de vue divergents ou d’expériences et de formations de vies différentes.

J’habite à Argenteuil depuis dix ans et, évidemment, il m’est impossible de connaître Argenteuil et tous ses habitants comme ma lampe de poche. Cependant, votre article a tout de même des faiblesses ou des lacunes aussi flagrantes que contrariantes. Parce qu’il me semble qu’un travail journalistique un peu plus consciencieux aurait facilement permis d’éviter ces lacunes :

Le titre et l’angle de vue ( ou d’attaque) de l’article être une fille à Argenteuil au départ est original et coïncide très bien avec la journée de la femme, le 8 mars. Très bien. Je n’ai pas beaucoup de critique à faire quant au portrait qui est fait de cette jeune femme, Agnès, et de ses copines et de son quotidien à Argenteuil et dans son lycée.

La journaliste s’étrangle quant au fait qu’un garçon puisse dire à une fille « Je veux te gérer… » ? Je peux comprendre son embarras. Ce genre de phraséologie m’aurait aussi intrigué. Mais je suis bien plus inquiet pour une certaine jeunesse « en résidence » dans une certaine consommation- de plus en plus précoce- d’alcool ou de cannabis. Et, ce fléau touche aussi des jeunes de milieux plus aisés dans d’autres villes. Je suis aussi bien plus inquiet devant ces jeunes qui semblent trouver bien plus d’attrait à chasser des Pokémon go qu’à s’engager politiquement (ne serait-ce qu’en votant) ou dans une association culturelle ou sportive. Mais, bon, tout cela est affaire de sensibilité et, ici, je veux bien admettre que je me laisse aller facilement à la critique. Peut-être parce-que je suis un lecteur régulier de Télérama et que je me modèle sur l’exemple de certains de vos articles….

Mais résumer Argenteuil « la plus grosse ville d’ïle-de-France » à la dalle d’Argenteuil et au Val D’Argenteuil ? C’est déjà une première erreur de cet article. Néanmoins, parlons de la dalle d’Argenteuil et du Val d’Argenteuil.

Oui, Argenteuil « subit une paupérisation grandissante ». Mais pas partout. Récemment (le 10 mars 2017 pour être précis), un agent immobilier d’Argenteuil m’apprenait que des personnes viennent y acheter des maisons pour venir s’y installer. Car le prix des maisons y est plus abordable qu’à d’autres endroits. Croyez-vous que ces personnes soient en état de paupérisation ? Croyez-vous que ces personnes aient beaucoup à voir, d’un point de vue salarial et professionnel, avec les Argenteuillais aux revenus et aux situations sociales plus modestes ? Par ailleurs, certaines villes proches de Paris peu courues dans le passé sont aujourd’hui particulièrement recherchées:

rappelez-vous Montreuil, Pantin, voire de plus en plus Aubervilliers ou encore St Denis et même la Courneuve….est-il donc difficile à ce point de concevoir que dans un avenir plus ou moins proche, Argenteuil, ou certains quartiers d’Argenteuil, puisse être touchée par un regain d’attractivité à peu près similaire ?

Très proche de la dalle d’Argenteuil se trouvent les Côteaux d’Argenteuil :

Il s’agit en fait d’un des quartiers les plus aisés d’Argenteuil. Je puis vous garantir que lorsque l’on se trouve devant certains pavillons des Côteaux avec vue dégagée sur Paris et la Défense, que l’on est très très loin, alors, de la « paupérisation grandissante » mentionnée dans votre article. Je veux bien croire que la jeune Agnès ignore cet univers pavillonnaire des Côteaux car il est étranger à sa perception du monde au moins à Argenteuil. Mais est-ce une raison pour que la journaliste en charge de cet article soit aussi ignorante à ce sujet ?

Page 34, sur une photo, la jeune Agnès se rend sans doute à son lycée situé non loin de là. Pourtant, dans son dos, à deux ou trois minutes de là, à pied, se trouve une médiathèque. Pour m’y être rendu plusieurs fois, je puis vous assurer que le personnel qui s’y trouve entreprend des actions citoyennes souvent en partenariat avec la médiathèque du centre-ville. Et que cette médiathèque du Val d’Argenteuil (la médiathèque Robert Desnos) se trouve bien près de la dalle karcherisée médiatiquement ( gratuitement ?) par le précédent président de la République et ,malheureusement, à nouveau karchérisée par votre article. Car votre article manque de nuance mais aussi d’informations pourtant faciles à obtenir.

Non loin de là où se trouve la jeune Agnès sur la photo page 34, toujours près de la dalle, se trouve une annexe du conservatoire d’Argenteuil. Savez-vous que des personnes habitant à Enghien, Courbevoie (donc des villes plutôt « riches » et a priori dispensées d’une « paupérisation grandissante ») et même Paris viennent jusqu’à Argenteuil pour bénéficier des enseignements qui sont dispensés au conservatoire d’Argenteuil ? Comment expliquer que ce genre d’information soit absent de votre article ? Faire le portrait de la jeune Agnès et de son quotidien justifie-t’il que l’on puisse passer sous silence ou ignorer ce genre d’information et que l’on puisse se satisfaire d’une vision aussi parcellaire- toujours la même- d’Argenteuil dans un article de trois pages ?

Je poursuis. Toujours à propos de la dalle d’Argenteuil, puisque votre article a eu visiblement pour destinée de camper uniquement à la dalle d’Argenteuil pour parler d’Argenteuil :

A environ dix à quinze minutes à pied de là où se trouve la jeune Agnès sur la photo, toujours page 34, se trouve l’hôpital d’Argenteuil. Un hôpital, en soi, cela est plutôt un horizon déprimant. Mieux vaut se rendre dans une salle de cinéma ou à un concert qu’à l’hôpital. C’est vrai. Mais un hôpital est une offre de soins et ça, personne, riche ou pauvre, jeune ou vieux, femme ou homme, peu malade ou très malade, ne peut s’en passer.

Sans doute à l’image de la ville, l’hôpital d’Argenteuil a ses insuffisances et ses paradoxes. Mais il a aussi ses atouts : il dispose par exemple d’une maternité de niveau 3. Ce qui signifie qu’il peut accueillir et s’occuper dès la naissance d’enfants prématurés. Bien des hôpitaux et bien des cliniques (y compris dans des villes plus riches qu’Argenteuil) n’ont pas cette compétence. Est-il vraiment facultatif de souligner cette information lorsque l’on fait un portrait d’Argenteuil qui plus est alors que la jeune Agnès envisage de devenir infirmière ? Est-ce une information si difficile que ça à obtenir ? Ou est-ce une information futile ? Cocher la bonne réponse.

Mais d’un point de vue cinématographique, l’hôpital d’Argenteuil est aussi un lieu de tournage :

Par exemple, certaines scènes de la série policière et judiciaire Engrenages y ont été tournées. Si je ne me trompe, même Télérama a beaucoup d’estime pour cette série. Rien n’est mentionné à ce sujet dans votre article. Et, je m’en tiens là. Car Argenteuil a encore d’autres atouts ( Le Figuier Blanc, la Cave Dimière, la librairie Presse Papier, son grand marché Bd Héloïse ainsi que ses autres marchés, Les cinglés du cinéma, ses associations culturelles et sportives etc….).

Lesquels atouts, étonnamment, je me répète, sont ignorés ou occultés par votre article. Comme celui-ci :

Par train direct, Argenteuil centre ville (cela est suggéré dans votre article dans la phrase « Elle s’est trouvé un eldorado un peu plus loin avec la galerie marchande Côté Seine » ) est à 11 minutes de Paris St-Lazare.

Comme vous le savez, la gare de Paris St-Lazare est la plus importante d’île-de-France (300 000 voyageurs par jour) devant la gare du nord, la gare de lyon etc…

Depuis la gare du Val d’Argenteuil (où se trouve la dalle car Argenteuil a deux gares : une à Argenteuil centre-ville et une au Val D’Argenteuil. Et, il semblerait que le tramway pourrait arriver à Argenteuil d’ici une dizaine d’années….) Argenteuil est à 17 minutes de la gare de Paris St-Lazare.

Ce sont des atouts. Ils sont pourtant invisibles dans votre article. Ou peut-être sont-ils mentionnés en minuscule si bien que l’usage d’un microscope est impératif afin de les débusquer ?

Votre article de trois pages se voulait sans doute bienveillant, critique mais aussi impartial (c’est ce que j’ai encore envie de croire) mais après sa lecture, Argenteuil, une nouvelle fois, reste à quai avec pour seul horizon…un karcher.

On saute de joie”.

 

Franck Unimon

 

read more