Argenteuil

Ce n’est pas comme ça que ça marche !

»Posted by on Oct 1, 2020 in Argenteuil, Corona Circus, Echos Statiques | 0 comments

Ce n’est pas comme ça que ça marche !

 

                                       Ce n’est pas comme ça que ça marche !

« Ce n’est pas comme ça que ça marche ! ». Sur ma droite, un homme d’une trentaine d’années vient d’affirmer cette décision devant un employé de la poste. Celui-ci, son masque de protection anti-Covid sur le visage, porte des lunettes de correction comme moi. Il a environ la quarantaine, a le crâne et le visage un peu gris et dégarnis. C’est la première fois que je le vois dans cette agence de la poste. Il y a bientôt un an, maintenant, cette agence de la poste a ouvert dans le centre commercial Côté Seine d’Argenteuil. Auparavant, il y avait deux agences de la poste dans le centre ville d’Argenteuil. Une a fermé et ses locaux peuvent être loués. Pour l’instant, personne ou aucune société ne s’est montrée intéressée. L’autre agence est désormais dédiée aux rencontres avec des conseillers et n’est accessible que sur rendez-vous.

 

 Il a été décidé d’ouvrir une seule agence commerciale de la poste ( ou La Banque Postale, si l’on préfère) à Côté Seine qui compte déjà un certain nombre d’enseignes commerciales :

 

Cela va du supermarché Géant en passant par Okaïdi, Action, Gifi ( ouvert récemment), Courir, Du Pareil au même ainsi qu’une pharmacie et d’autres enseignes. Il y a bien eu un H&M où je ne suis jamais allé. Mais il a fermé. «  Trop de vols ! » m’a appris un Argenteuillais dont la famille habite dans la ville depuis au moins trois générations. Un Argenteuillais bien renseigné.

 

Je n’ai jamais aimé ce centre commercial, Côté Seine, qui, selon le reportage d’une journaliste de Télérama serait Le lieu d’attraction pour beaucoup de jeunes d’Argenteuil. Côté Seine serait selon cette journaliste un petit peu l’équivalent des Quatre Temps de la Défense pour moi, lors de leur ouverture, dans les années 80 quand j’étais ado.

 

Je conteste cette vision de la ville d’Argenteuil, une ville où je suis venu vivre il y a 13 ans.  Argenteuil  compte selon moi bien d’autres atouts que ce centre commercial.

Je vois aussi des jeunes studieux dans la médiathèque d’Argenteuil. Ainsi qu’au conservatoire. Un conservatoire départemental qui attire des jeunes d’autres villes plus « favorisées ». Encore récemment, il y a trois jours, je suis allé saluer mon ancienne prof de théâtre du conservatoire. Elle faisait passer des auditions. Et un comédien avait commencé à interpréter un passage de Richard III. En repartant, après avoir, comme le veut la tradition entre comédiens, dit « merde » et présenté mes excuses à l’interprète de Richard III, j’ai aussi croisé deux personnes qui venaient de St Denis. Assises, ces deux personnes ( une fille et un garçon qui semblaient se connaître) avaient déjà passé leur audition. 

Je sais aussi que des personnes résidant à Paris, Enghien ou Courbevoie, de quartiers et des villes mieux réputées qu’Argenteuil, ont pu venir prendre des cours au conservatoire d’Argenteuil.

 

Ce mardi, l’humoriste Haroun, est aussi venu donner un spectacle au centre culturel Le Figuier Blanc. J’y étais. Et, il y a quelques jours, mon ancienne de prof de cours de théâtre du conservatoire, Michelle Brûlé et le musicien Claude Barthélémy, avec lequel j’ai eu l’occasion de travailler en tant que comédien il y a quelques années, ont rendu un hommage à Janis Joplin et à Jimi Hendrix à la Cave Dimière d’Argenteuil. Je n’ai malheureusement pas pu y aller.

 

 

C’est donc dire que Côté Seine est loin, très très loin, d’être un des seuls attraits d’Argenteuil.

 

Mais il est vrai que ce centre commercial a un certain succès même si on y croise beaucoup moins de monde qu’aux Quatre Temps de la Défense. Il est aussi plus petit et situé dans une ville moins attractive que la Défense. Et, lorsque j’ai appris que l’antenne commerciale de la Poste allait être ouverte à Côté Seine, j’ai trouvé ça « malin » pour l’attractivité de cet espace comme pour l’accessibilité. Car Côté Seine dispose de parking sous-terrain pour sa clientèle. Ce centre commercial est aussi placé à cinq minutes à pied de la gare d’Argenteuil. Laquelle, je le rappelle (car c’est aussi un des autres très gros atouts de la ville) se trouve à 11 minutes de la gare St Lazare par train direct. Et à 17 minutes par un train omnibus. Lors des grèves de transport ou lors de la diminution du trafic pendant le confinement dû au Covid du mois de mars au mois de Mai, pour moi, vivre en banlieue dans la ville d’Argenteuil a plutôt aidé. J’ai des éléments de comparaison :

J’ai vécu une vingtaine d’années auparavant à Cergy-Pontoise. Et cela m’aurait été beaucoup plus difficile de me rendre au travail à  Paris, comme je l’ai  fait, durant la pandémie, par les transports en commun, bus inclus. D’ailleurs, lorsque je vivais à Cergy-Pontoise, je travaillais dans les environs. Je me rendais à Paris uniquement pour mes loisirs.

 

J’ai une certaine expérience de la vie en banlieue parisienne. Je n’ai même que cette expérience de vie depuis ma naissance. Je parle d’une certaine partie de la banlieue. Je suis très loin de connaître toute la banlieue parisienne. Et puis, la vie dans certaines villes de banlieue a plus changé que dans d’autres villes de banlieue depuis mon enfance.

 

Mais, ce matin, à la poste du centre commercial Côté Seine, cet homme trentenaire sur ma droite, lui,  semble avoir une très grande expérience des courriers en recommandé. Alors, lorsque l’employé de la poste qui me fait face et s’occupe de moi lui répond qu’il doit d’abord faire la queue comme tout le monde, l’homme « recommandé » riposte :

 

«  Ce n’est pas comme ça que ça marche ! ».  Et, il explique que pour envoyer un courrier en recommandé, on n’est pas obligé de faire la queue ! Alors, l’employé de la poste lui répond qu’en période de Covid, si ! C’est à lui qu’il revient de faire entrer les gens dans la poste. Et, pour l’exemple, il montre les personnes qui, derrière moi, et comme moi, ont fait et font la queue.

 

Je peux comprendre cet homme pressé. Pour avoir attendu l’ouverture de cette agence de la poste une ou deux fois, à 9 heures du matin, il peut y avoir beaucoup de monde présent. C’était déjà comme ça avec les deux bureaux de poste précédents. Là, à Côté Seine, c’est sûrement pire. Vingt  à trente minutes avant l’horaire d’ouverture, il est courant qu’il y ait foule. Alors, lorsqu’il y a moins de monde, comme c’est le cas ce matin  (vers 11 heures du matin), on n’a qu’une envie : faire ce que l’on a à faire. Sans traîner. Surtout que l’on a su nous « éduquer » pour réaliser un certain nombre de nos formalités, ou opérations, en nous adressant à des automates.  Formalités et opérations, qui, il y a dix ou vingt ans, nécessitaient le passage obligatoire par un guichet et par un être humain. Or, ce matin, un être humain, l’employé de la poste face à moi, est là pour faire barrage à un autre être humain. Et lui rappeler qu’il doit faire la queue comme tout le monde. Et attendre comme tout le monde. Même si la voie lui semble libre. Même s’il a toutes les compétences requises pour se servir tout seul de l’automate lui permettant d’affranchir son courrier pour un recommandé. Et, tout ça, à cause d’un virus:

 

Le Covid-19. Ou « la » Covid. Selon les sensibilités et les avis.

 

Mon attitude vis à vis de la pandémie a changé. Pendant quatre mois, grosso modo, j’ai été raisonnablement obsédé par le Covid. Du mois de mars jusqu’à la mi-juillet.

Parce-que, comme tout le monde, j’ai d’abord été matraqué moralement par la forte probabilité de la maladie et de la mort. Du fait des médias et de la forte « contagion émotionnelle » dont parle le Dr Judson Brewer dans son livre sur les addictions ( Le Craving). Lorsqu’il dit, par exemple, page 256 :

 

« Selon les spécialistes de sciences sociales, les émotions positives et négatives peuvent se transférer d’une personne vers les personnes voisines (c’est ce qu’on appelle la contagion émotionnelle). Si un individu manifestement de bonne humeur entre dans une pièce, les autres ont plus de chances de se sentir heureux, comme si cette émotion était contagieuse ».

 

Un peu plus tôt, toujours dans ce même livre, Judson Brewer, citant l’ouvrage de Skinner ( Walden 2), affirme, page 252 :

 

«  Il (Skinner dans son ouvrage Walden 2) souligne l’usage omniprésent de la propagande et d’autres tactiques pour canaliser les masses par la peur et l’excitation. Bien-sûr, ce sont là des exemples de renforcement positif et négatif. Quand une tactique fonctionne, elle a plus de chances d’être répétée. Par exemple, pas la peine d’aller chercher plus loin que la dernière élection présidentielle aux Etats-Unis pour voir comment un politicien exploite la peur (comportement) :

 

« Le pays est en danger ! Je rétablirai la sécurité ! ».

 

 En France, cela peut nous faire penser au titre du dernier livre de Nicolas Sarkozy, ex-Président de la République qui, visiblement, ne digère toujours pas, d’avoir raté sa réélection :

 

Le Temps des tempêtes.

 

Président de la République de 2007 à 2012, Nicolas Sarkozy ne m’a pas du tout marqué comme étant un Président de l’apaisement. Et, en 2020, il (nous) sort néanmoins un livre qui annonce le pire. Comme s’il regrettait presque de ne pas avoir assez accentué le déjà pire. Il y a presque chez lui comme une sorte de refuge mélancolique dans sa façon de refuser l’échec de sa réélection. C’est une séparation d’avec le Pouvoir dont il ne se remet pas. Alors, à défaut, il reste dans les parages car sa capacité de nuisance et son poste d’observation restent meilleurs que celui d’autres acteurs de la vie politique.

Si certains auraient voulu être un artiste, lui, aurait peut-être voulu être Poutine.

 

 

L’humoriste Haroun au centre culturel Le Figuier Blanc

 

 

 

Dans son spectacle donné ce mardi au Figuier Blanc, l’humoriste Haroun a dit à peu près :

 

« Ce n’est pas qu’aujourd’hui, l’extrême droite (et ses idées racistes) soit pire qu’avant. C’est surtout que les autres partis se sont mis à son niveau ».

 

Le titre du livre d’un Nicolas Sarkozy ou les saillies livresques ou médiatiques d’autres Personnalités donnent malheureusement raison à Haroun. Lequel, toujours ce mardi, a pu dire, je le cite, car, cette fois-ci, j’ai pu noter :

«  Ce n’est pas le monde qui va mal. C’est qu’il y a trop de cons qui vont bien ! ».

 

Notre part de connerie et de folie

 

Tout le monde sera d’accord avec cette phrase. Même les plus cons. Car  le plus difficile, après avoir admis à l’unanimité cette théorie d’Haroun, reste à faire :

 

 Savoir définir à partir de quel dosage, notre part de connerie ou notre part de folie, souvent indétectable et imprévisible, mais également infinie, peut avoir – lorsqu’elle entre en jeu – des conséquences. Notre part de connerie et de folie est rétractile. Elle peut n’être que transitoire, elle peut passer sous tous les radars (policiers mais aussi sociaux). Et aussi nous échapper.

 

Le personnage de comics, Serval (dont Black Panther est finalement la version assouplie, consciente– Black Power- et éduquée) peut contrôler jusqu’à un certain point ses griffes d’Adamantium et son agressivité. Mais, au moins pour lui, les vrais méchants sont assez facilement identifiés et identifiables.

Pour nous, simples lecteurs et simples spectateurs de comics, de films pornos ou de romances télévisées,  dans notre vie de tous les jours, c’est plus difficile de faire le tri entre les fientes que nous avalons quotidiennement. Car elles nous sont toujours présentées de façon affriolante.

 

Pour notre amateur de recommandés, peut-être que cet employé de la poste a été un « con » ou un «  méchant ». Pour moi, qui ai dû revenir à la Poste, toujours pour mon histoire de téléphone portable commandé et payé – fin août- sur le site de Darty à un de ses « vendeurs partenaires », et jamais reçu (alors que la Poste et le vendeur « partenaire » m’affirment que je l’ai reçu il y a plus de trois semaines !) cet employé de la Poste m’a donné l’impression d’être un homme à qui l’on a dû dire :

 

«  Tu seras au cœur de l’action de notre entreprise. En première ligne. C’est un rôle très important. La qualité de ton contact relationnel avec notre clientèle est déterminante. Elle sera le gage de l’image de professionnalisme et d’efficacité de la Poste. C’est donc une fonction à forte valeur ajoutée que tu occuperas ».

 

Et, à la manière d’un gardien de Foot couvrant ses cages, on peut dire que notre employé de la Poste s’est impliqué ce matin pour être à la hauteur de sa fonction.

 

Me répétant, avec conviction, que la Poste ne met pas- « C’est illégal ! »- le tampon sur le formulaire de réclamation que me demande- en Anglais- maintenant le « vendeur partenaire », photo à l’appui. Afin d’être remboursé.

 

M’affirmant que je peux faire les démarches sur internet car cela sera plus rapide. Ou me parlant (à nouveau, comme sa collègue la semaine dernière) du 36 31. Un numéro que j’ai déjà fait et où tu passes un certain temps à attendre que l’on te réponde. Même lorsque tu réussis à avoir quelqu’un en ligne, cette personne a souvent besoin d’aller se renseigner et te mets à nouveau en attente. Tout ça pour te répondre que tu as d’autres démarches supplémentaires à effectuer. Et, si tu as un mauvais karma, il arrive aussi que tu appelles- bien sûr- lorsque tous les agents sont déjà en ligne ou occupés. Ou en pause déjeuner. Voire, peut-être, ce n’est pas indiqué :

En plein Burn-out,  en train de se suicider ou en entretien où on leur apprend qu’ils vont être licenciés car ils ont de mauvais résultats ou la boite, trop peu de bénéfices.

 

Autrement, il y a les démarches par courrier me dit aussi l’employé de la Poste avant de presque me menacer :

 

 «  Mais ça prend trois mois ! ».

 

Derrière moi, quelques personnes attendent. Le jeune homme du recommandé, pas content, est resté sur ma droite. Un autre agent de la poste, essaie maintenant de le convaincre, mais cette fois, en Arabe, d’aller faire la queue. Ce qui n’a pas l’air de beaucoup marcher.

 

 

Nos plus grands accomplissements

 

Quant à moi, je comprends que mes démarches sont loin d’être terminées. Je n’ai pas vraiment compris quelle formule magique, ou plutôt quelle démarche, je dois suivre pour obtenir le remboursement et ainsi être délivré de cette entreprise, qui, parmi tant d’autres, nous prend beaucoup plus de temps et d’énergie que cela ne le devrait. Par contre, compensation, en insistant, je réussis à obtenir un nouveau formulaire de réclamation, en expliquant que j’ai « mal rempli » le précédent. Voici ce qui fait partie de nos plus grands accomplissements :

 

Réussir à boucler une démarche administrative. Obtenir un formulaire.

 

 

Je repars donc avec un nouveau formulaire. D’ailleurs, une fois que j’ai eu ce formulaire dans la main, je me suis senti mieux. Un formulaire, dans la main, c’est aussi bien que de prendre un bon anxiolytique. Après ça, j’ai été véritablement disposé pour écouter ce que l’employé me préconisait pour mes démarches. Puis, pour accepter ce qui était sa réponse depuis le début :  

 

« Ce n’est pas nous ! Allez voir ailleurs ! ».

 

Ce n’est pas nous ! Allez voir ailleurs !

 

Nous vivons beaucoup dans une époque de «  Ce n’est pas nous ! Allez voir ailleurs ! ».

Sur la chaine Cnews, ce matin, lors de ma séance kiné, j’ai de nouveau reçu la « bonne » parole du journaliste Pascal Praud. Il y a quelques jours, j’avais été étonné de voir apparaître la DRH de Charlie Hebdo à l’écran. C’était pour expliquer qu’elle avait été exfiltrée de son domicile par ses agents de protection en raison de menaces. A la suite, sans doute, de l’attentat récent près des anciens locaux de Charlie Hebdo.

Cela faisait drôle d’entendre Pascal Praud assurer la DRH de Charlie Hebdo de sa solidarité. Comme de l’entendre répéter après elle, un peu comme un écolier :

 

« Les musulmans sont les premières victimes…. » (de l’intégrisme islamiste).

 

Pascal Praud peut donc chérir les pensées d’un Eric Zemmour et penser tout à la fois que «  les musulmans sont les premières victimes » (de l’intégrisme islamiste). C’était assez irréel. Et d’assister à ça comme de voir et d’entendre la DRH de Charlie Hebdo « parler » avec Pascal Praud.

 

Ce matin, Pascal Praud, sur Cnews, a cité De Gaulle :

 

«  Des chercheurs qui cherchent, on en trouve. Des chercheurs qui trouvent, on en cherche ! ».

 

Je me suis dit que le modèle idéalisé de la France de Pascal Praud, c’est vraiment la France du passé. D’une France qu’on lui a raconté. Et avec laquelle, en 2020, il essaie de nous capter. J’aime l’Histoire et je crois beaucoup que nous avons à en apprendre. Mais, pour cela, cela commence par apprendre à écouter les autres. Je ne suis pas sûr que Pascal Praud sache tant que ça écouter les autres. Il prend peut-être un certain plaisir dans son attitude de malentendant. Car c’est un luxe de très grand privilégié que de pouvoir se dispenser d’écouter les autres. Tous les autres. Et, Pascal Praud, pour moi, fait évidemment partie des très grands privilégiés.

 

 

Ce matin, l’un des sujets abordés par Pascal Praud concerne l’allongement de la durée de réflexion, pour une femme, pour avoir droit à l’avortement. Jusque là, les femmes disposaient de 12 semaines. Cela va passer à 14 semaines. Auparavant, c’était 10 semaines.

Pour conclure le « débat », Pascal Praud a donné la parole à une journaliste du journal Le Figaro qui a récemment….accouché. Si j’ai bien compris, cette journaliste était encore en congé maternité lorsqu’elle s’est exprimée depuis chez elle. Cette façon de conclure le débat est sûrement, pour Pascal Praud, sa conception de l’élégance et du respect des femmes. De certaines femmes tout au moins. Celles qui ont le choix. Ou plus de choix que d’autres. Des femmes privilégiées ou assez privilégiées. Mais j’extrapole sûrement.

 

Car, Pascal Praud ou pas, reste cette part de connerie et de folie en nous, à laquelle, nous nous accrochons et où nous savons être très performants.

 

Nous avons cette faculté de nous en tenir à une certaine gestuelle, certaines habitudes et certaines pensées dès lors que nous les avons adoptées.

 

 

Près de la gare de Conflans Ste Honorine

 

 

Ça me rappelle un ancien patient, psychotique, que j’avais croisé il y a plusieurs années, par hasard, dans la rue, près de la gare de Conflans Ste Honorine. J’avais fait sa « connaissance » quelques jours ou quelques semaines plus tôt dans un service d’hospitalisation en psychiatrie adulte où j’avais fait un remplacement. C’était un patient dans la force de l’âge, peut-être plus grand que moi,  assez corpulent, moyennement commode. Potentiellement violent physiquement.

Lorsque je l’ai rencontré ce jour-là, près de la gare de Conflans Ste-Honorine, il allait vers la gare alors que je m’en éloignais. Mais nous étions sur le même trottoir dans cette longue ligne droite qui doit faire à peu près dans les deux cents mètres.

Manifestement lesté par un traitement antipsychotique de poids, l’homme continuait d’avancer, fixé vers un but ou une planète qu’il était seul à habiter, notre monde n’étant pour lui qu’un décorum. Je ne sais toujours pas s’il m’a vu ou reconnu lorsqu’il est passé en silence à côté de moi. C’était il y a plus de dix ans.

Je parle de cet homme car, chacun et chacune, à notre façon, nous sommes pareils que lui. Hier, en fin d’après-midi, à la gare St-Lazare, j’ai voulu prendre le train pour rentrer chez moi, à Argenteuil. Il était un peu plus de dix huit heures. En pleine heure de pointe. Un horaire où beaucoup de personnes- la majorité des personnes exerçant un emploi- ont terminé leur journée de travail et aspirent à rentrer  chez elles. Mais, comme cela a pu se passer et peut continuer de se passer dans une certaine mesure avec le Covid-19, il y avait un grain de sable.

 

 

Le train de la voie 22

 

 

Cette fois, le grain de sable était un incident technique du côté de la ville de Bois-Colombes. Plusieurs trains ne partaient pas ou ne partaient plus. D’autres ont été supprimés. A mesure que plus de personnes arrivaient à la gare St Lazare, aspirant à retourner chez elles, il y avait comme une sorte de vapeur de panique ou d’agitation qui prenait le dessus. Et j’ai vu plus de personnes affluer, voire se presser, vers un train de banlieue  en particulier. Je me suis concentré sur celui de la  voie 22 car j’ai un moment envisagé de le prendre. D’autres personnes se sont sûrement focalisées sur le train d’une autre voie et n’ont plus vu que ce train-là, « leur » train,  les autres trains alentour n’existant pas ou plus pour eux.

 

Le train de la voie 22 n’était pas encore parti.  Mais d’autres passagers continuaient de se diriger vers lui. Comme si la nécessité, pour plusieurs de ces personnes, était d’être dans ce train-là coûte que coûte. Que leur vie en dépendait ! Et que si elles échouaient à prendre ce train-là en particulier, qu’elles resteraient indéfiniment à quai dans la gare St Lazare. Et qu’il leur serait impossible de retrouver leur domicile ou de se raccrocher à leur vie d’avant l’incident technique.

 

 

A la poste ce matin, cet homme qui a affirmé «  Ce n’est pas comme ça que ça marche ! », s’est retrouvé devant un incident qui a eu la même portée pour lui que pour ces gens, qui, hier soir, ne savaient presque plus où donner de la tête à la gare St Lazare parce-que quelques trains ont été annulés ou retardés.

Hier soir, à la gare St Lazare, pourtant, il  y a bien eu les annonces répétées d’un agent ou d’une agent de la SNCF. Ces annonces ont pour but d’informer voire de rassurer les voyageurs »…. Il y a encore des améliorations à faire pour que les annonces de la SNCF soient plus rassurantes. Les informations étaient répétées en accéléré. Elles n’étaient pas toujours audibles de façon confortable d’un point de vue acoustique. Elles n’étaient pas toujours intelligibles.

 

 

Parce-que c’est comme ça que nous marchons !

 

 

 A la télé, sur les réseaux sociaux, dans les média, dans nos relations personnelles et professionnelles, il est aussi des gens qui nous « informent » et tentent de nous « rassurer ». Parmi ces gens, il y a des Pascal Praud et d’autres déclinaisons, d’autres visions et d’autres façons de raisonner comme de se comporter dans la vie de tous les jours. Il faut pouvoir s’y retrouver. Certaines personnes sont capables d’humour comme Haroun. D’autres n’ont pas cette aptitude à l’humour ou ont un humour tout à fait différent. Mais ce qui est commun à beaucoup d’entre nous, c’est qu’il suffit de nous priver- temporairement- de quelques uns de nos repères pour très vite nous agiter voire nous faire paniquer. Il suffit d’un virus et d’une pandémie. De devoir attendre quinze minutes au lieu de dix. D’un train supprimé ou retardé. Et nous, à un moment ou à un autre, nous pouvons faire une connerie. Ou  devenir fous. Parce-que c’est comme ça que nous marchons.

Qui sait ?! Cet article que j’écris est peut-être une connerie Et une folie !

 

 

Concenant le Covid-19 :

 

 

Concernant le Covid-19, j’ai arrêté de m’obséder avec lui en partant en vacances et en allant prendre l’air cet été pendant quelques jours. Bien-sûr, je porte un masque dès que je sors de chez moi. Masque avec lequel je recouvre mon nez et ma bouche. Masque que je change toutes les trois heures environ. Et je me lave les mains régulièrement.

Si je monte dans un métro, dans un bus ou dans un train bondé, hé bien, je monte dans un métro, dans un bus ou dans un train bondé.

 

Lorsque je parle de mes séances kiné, je parle de séances qui sont effectuées dans une pièce où, certes, nous sommes plusieurs patients, mais la pièce a une surface assez grande et tout le monde porte un masque. Même si, quelques uns, choisissent pour une raison ou pour une autre, de le faire glisser sous leur nez.

 

 

 Cependant, continuer de prendre les transports en commun pour aller au travail pendant le confinement pendant presque deux mois du mois de mars à début Mai m’a aussi bien aidé. D’abord sans masque puisqu’il n’y avait pas de masque disponibles jusqu’au début du mois de Mai. Pour moi, il a très vite été évident que c’était parce-que les masques étaient rares que l’on nous racontait qu’ils étaient inutiles lors de nos déplacements. 

 

S’il est vrai que le fait, aussi, de croiser très peu de monde dans les rues en pleine période de confinement (entre Mars et Mai) m’a sûrement préservé d’une contamination, cela m’a néanmoins fait beaucoup de bien de sortir et de voir qu’il était possible de sortir de chez soi et de rester vivant et en bonne santé. Malgré l’absence de masques. D’ailleurs, depuis que les masques sont devenus «abondants » et faciles à trouver, j’ai du mal à me rappeler m’être déplacé sans masque- du fait de la pénurie de masques- dans Paris pendant le confinement. Tant, aujourd’hui, « la norme » est de porter un masque. Hier soir, à la gare St Lazare, la majorité des voyageurs que j’ai vus, comme souvent, depuis que les masques sont disponibles, et depuis que le port du masque peut être contrôlé, portaient des masques.

 

 

Porter un masque en toutes circonstances est-il une arnaque ? Des personnes le pensent.

 

A titre préventif, si porter un masque me garantit d’être en santé et de protéger d’autres personnes (comme l’usage du préservatif lors d’un rapport sexuel), je considère que cela vaut le coup et le coût de porter un masque anti-Covid. Et que c’est une contrainte assez supportable même s’il est vrai que cette contrainte temporaire dure depuis maintenant un certain temps. Même s’il est assez peu «naturel » et moyennement agréable de vivre en permanence avec un masque sur le visage.  On peut et on a le droit de me voir comme un mouton et un con. Je le suis peut-être et bien davantage.

 

Mais je suis aussi soignant. Porter un masque, ne serait-ce que chirurgical, lorsque l’on est soignant (même sans travailler au bloc opératoire ou dans un service de réanimation), cela fait partie de la culture du soignant. Au même titre que d’utiliser des gants stériles ou non stériles, de porter des vêtements ou des chaussures pour des raisons sanitaires. Comme de se laver les mains régulièrement.

 

Ensuite, en parlant de culture du masque, en Asie, la culture du masque existe pour parer à la pollution ou pour raisons sanitaires. Et cette « culture du masque » me paraît justifiée.

 

 

Par ailleurs, je trouve que le port du masque nous oblige à mieux voir le regard de l’autre. A plus nous y attacher. A visage découvert, nous sommes plus facilement distraits lorsque nous avons une personne en face de nous. Nous voyons moins son regard et ce qu’il exprime. D’un point de vue sentimental, relationnel ou affectif, j’ai l’impression que si le port du masque nous retire effectivement quelque chose ( c’est quand même plus agréable de vivre à visage découvert comme de faire l’amour sans préservatif)  qu’il nous donne aussi quelque chose. Et puis, nous pouvons encore varier les attitudes. En présence de certains intimes, ou de certaines rencontres, tomber le masque a une importance particulière. Par exemple, aujourd’hui, lorsque l’on décide de se rendre au restaurant avec une personne et que l’on accepte, face à cette personne ou à ces personnes, de retirer son masque de protection anti-Covid, cela est aussi une façon de dire que l’on tient à cette ou à ces personnes comme au fait que l’on tient à vivre ce genre de moment avec cette ou ces personnes. Malgré le risque. On n’avait pas ça avant le Covid et les masques de protection. Donc, pour moi, c’est un plus.

 

 

Concernant le vaccin anti-Covid, il arrivera peut-être. Mais je n’ai pas compté sur lui. Dès le début. Et c’est encore plus vrai lorsque l’on « sait » que, malheureusement, l’industrie pharmaceutique est aussi un business. Et que, dès qu’elles le peuvent, les entreprises qui commercialisent médicaments et vaccins,  ceux qui marchent et offrent un vrai plus par rapport à ceux qui existent déjà, ne se gênent pas pour faire raquer les gens au prix fort.

 

 

La pandémie du Covid nous impose de vivre dans un monde de masques. Pourtant, j’ai l’impression, que nous vivons et nous montrons davantage à visage découvert. Avant la pandémie du Covid, nous portions bien plus de masques qu’aujourd’hui sauf qu’ils étaient invisibles ou pouvaient passer inaperçus. En quelque sorte, nous faisons à une grande échelle et en accéléré une certaine expérience de la Commedia dell’Arte.

 

 

Avec tout ça, je n’ai toujours pas écrit à propos du film de Farid Bentoumi, Rouge, qui va sortir fin novembre. Comme je n’ai pas encore pu écrire sur le dernier film de Gaspar Noé,  Lux Aeterna. Ce serait bien que je lise le livre Que Dalle consacré à Béatrice Dalle, livre que j’ai acheté à sa sortie et que je n’ai toujours par lu. Comme plein d’autres livres.

 

 

 

Franck Unimon, jeudi 1er octobre 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

read more

La Route du Tiep

»Posted by on Août 24, 2020 in Argenteuil, Croisements | 0 comments

La Route du Tiep

 

 

                                              La Route du Tiep

Qu’est-ce qu’un igname ?

 

«  Qu’est-ce qu’un igname ? ». Lors d’un atelier d’écriture, un homme d’une soixantaine d’années m’avait un jour posé cette question. On découvre aussi le monde par ses légumes, ses plantes et sa cuisine.

 

J’avais bien sûr expliqué ce qu’est un igname.  Bien que né en  France, mon éducation et mes vacances familiales en Guadeloupe m’avaient fait connaître le zouk, le kompa, l’igname, le fruit à pain (et non le fruit à peines), le piment, les donbrés et d’autres spécialités culinaires antillaises.

 

 

Je dois à mon amie Béa, d’origine martiniquaise, de quelques années mon aînée, d’avoir découvert le Tiep ( «  riz au poisson »), les pastels et le M’Balax. J’avais 21 ou 22 ans. Olivier de Kersauson, le navigateur, avait 23 ou 24 ans lorsqu’il a fait la rencontre d’Eric Tabarly (son livre Le Monde comme il me parle, dont j’ai débuté la lecture). Moi, à 23 ou 24 ans, j’entrais davantage de plain pied dans la fonderie des hôpitaux. J’avais fait la connaissance de Béa pendant ma formation.

 

Elle était déja en couple avec C… un Cap verdien, de plusieurs années son aîné.

Et c’est au cours d’une grande fête avec eux, dans le Val D’oise, je crois, du côté de Jouy le Moutier, que j’avais découvert :

 

 Tiep, pastels et M’Balax.

 

Le Tiep n’est pas le nom d’un vent ou d’un microclimat proche de la ville de Dieppe. Il n’a pas de lien de parenté à avec la pitié. Et il n’a pas été recensé sur le continent  du Tchip que les Antilles se partagent très bien avec l’Afrique. Le Tiep ou Thiéboudiene  est le plat national du Sénégal.

 

Avec Béa, indirectement, moi qui ne suis, à ce jour, toujours pas allé en Afrique, j’ai découvert des bouts du Sénégal. Du Wolof et du Cap Vert. Avant que Césaria Evora ne (re) devienne populaire et que le chanteur Stromaé, beaucoup plus tard, n’en parle dans une de ses chansons. Avant que Youssou N’Dour ne lâche son tube 7 secondsavec Neneh Cherry. Hit que j’ai toujours eu beaucoup de mal à supporter. Si éloigné de son M’Balax que j’ai, finalement, pu voir, aimer et écouter sur scène trente ans plus tard : l’année dernière à la (dernière ?) fête de l’Huma.

 

 

Par hasard

 

J’ai retrouvé la route du Tiep il y a quelques mois. Par hasard. J’avais rendez-vous près de la gare du Val de Fontenay pour acheter une lampe de poche. Entre le moment où j’ai découvert le Tiep et les pastels et cette transaction, il s’est passé environ trente ans. J’avais bien-sûr mangé à nouveau du Tiep entre-temps. Mais cela était occasionnel. En me rendant sur certains marchés.

 

Le Val de Fontenay n’est pas mon coin. Je n’y habite pas. J’y étais allé à une « époque », ou, durant une année, j’y avais été…entraîneur de basket. Mais je parlerai de cette expérience dans un autre article. Ce matin, je m’applique à me mettre au régime :

 

Pour faire court

 

J’essaie de faire des phrases courtes. Et d’écrire un article court. C’est Yoast qui l’affirme : Certaines de mes phrases durent plus de vingt mois . Je sais que c’est vrai.

 

Mes articles manquent de titres. Si je décode bien Yoast, je fais beaucoup de victimes parmi mes lectrices et lecteurs. Et je pourrais mieux faire. Je n’écoute pas toujours Yoast.

 

En revenant de ma « transaction », il y a quelques mois, je suis donc retourné à la gare du Val de Fontenay. Et j’ai oublié si j’avais aperçu ce traiteur à l’aller mais je m’y suis pointé avant de reprendre le RER. J’y suis retourné plusieurs fois depuis. Ainsi que ce week-end puisque nous avions prévu de faire un repas au travail.

 

 

 

 

Au Thiep Délices d’Afrique Keur Baye Niass

 

La nouveauté, c’est que je suis allé deux jours de suite au Thiep Délices d’Afrique Keur Baye Niass. Le vendredi, c’est le jour du Tiep au poisson. Les autres jours, on y trouve, entre-autres, du Tiep à la viande qui me plait bien. Mais je voulais goûter son Tiep au poisson. J’ai donc appelé suffisamment tôt pour passer commande. Puis, une fois, sur place, j’ai vu qu’il ne restait plus de pastels. La cuisinière m’a confirmé qu’il n’y en n’avait plus. ça m’a frustré mais c’était de ma faute. J’aurais dû en commander en même temps que le Tiep. Donc, le lendemain, j’ai rappelé assez tôt et j’ai commandé des pastels au poisson. Et quelques uns à la viande. Pour goûter.

 

 

Avec nos masques sur le visage : de cœur à coeur

 

Avec nos masques sur le visage, nous sommes encore plus indistincts que « d’habitude ». C’est peut-être aussi pour cette raison que j’ai tenu à donner mon prénom, la veille. Puis que, lorsque j’y suis retourné, que j’ai fait ce que je fais quelques fois : parler avec les gens. Leur demander de me parler d’eux. Un peu de cœur à cœur. Je fais ça avec les personnes avec lesquelles je me sens bien. Avec lesquelles je ne discute pas du prix de ce qu’elles me vendent. On pourrait dire que cette dame qui me dépasse d’une bonne dizaine de centimètres, et qui a sans doute presque l’âge de ma mère, est peut-être un équivalent maternel pour moi. Mais je ne crois pas que ce soit la seule raison.

 

Un mal pour un bien 

 

J’avais déjà appris, qu’auparavant, elle travaillait avec ses collègues du côté de Créteil. Mais qu’elle avait dû quitter les lieux que la RATP avait mis à sa disposition. J’ai appris qu’avant de faire la cuisine, elle faisait dans le prêt- à- porter. Elle avait trouvé des fournisseurs en Italie et ça avait marché très vite. «  Je vendais de la bonne came ! » me dit-elle sans qu’il soit question de quoique ce soit d’autre que de prêt-  à- porter. J’avais déjà entendu parler de la qualité italienne en matière de vêtements et de chaussures.

 

Le prêt à porter a été fructueux de 2004 jusqu’à environ 2015. Et puis, la concurrence chinoise…. 

« Les gens regardaient plus leur porte-monnaie….mais la qualité n’était pas du tout la même… ». Elle a alors dû rendre ses locaux à la RATP. Locaux dans lesquels elle avait effectués des travaux. Travaux pour lesquels la RATP ne l’a jamais dédommagée. A la place, la RATP a fini par lui proposer cet endroit à la gare du Val de Fontenay où c’est « dix fois mieux » m’explique-t’elle :

« Il y a plus de passage. Avec les bureaux. Et on est près de la gare. Là, il y a le RER A. Il y a le RER E».

 

Prendre la vie par le bon bout

 

En l’écoutant, je prends à nouveau la mesure du fait que, quelles que soient les circonstances et le contexte qui nous préoccupent, qu’il y a des personnes comme cette dame et ses collègues qui travaillent. Et qui prennent la vie par le bon bout.  La cuisine, elle en avait toujours fait. Et après le prêt- à- porter, l’idée lui est donc venue rapidement. Je ne connais pas son niveau d’études. Et je présume qu’elle est née au Sénégal et y a vécu sûrement ses vingt premières années. Comme mes propres parents ont vécu leurs vingt premières années sur leur île natale, la Guadeloupe.

 

Je n’ai pas insisté pour savoir, comment, venant du Sénégal et de la France, on fait pour trouver des fournisseurs de prêt- à -porter en Italie. Mais cela implique au moins de quitter son quartier. De passer la frontière. D’avoir un réseau de connaissances. Ou de savoir aller rencontrer des gens, y compris à l’étranger. De les démarcher et de leur inspirer confiance. De savoir s’exprimer un minimum dans leur langue. D’être fiable dans son travail. Ce qui est facilité lorsque l’on  aime le faire ( son travail).

 

“L’argent n’est souvent qu’une conséquence”

 

J’ai relevé ces phrases  dans un livre emprunté récemment dans la médiathèque de ma ville, à Argenteuil. Un ouvrage dont j’ai lu, pour l’instant, les dernières pages et que je chroniquerai peut-être.

 

Changer de vie professionnelle ( C’est possible en milieu de carrière) de Mireille Garolla, aux éditions Eyrolles. Les propos sont les suivants, en bas de la page 147 :

« Ce n’est pas parce-que vous allez faire quelque chose qui vous plaît que vous n’arriverez pas à en tirer un bénéfice.

L’équation n’est pas toujours aussi simpliste que : je rentre dans un système capitaliste, donc, je gagne de l’argent, quitte à souffrir tous les jours jusqu’à l’âge de la retraite, et un autre système qui consisterait à faire des choses qui vous plaisent réellement mais qui ne devraient donner lieu qu’à des rémunérations symboliques.

(……) l’argent n’est souvent qu’une conséquence du fait que vous faites quelque chose qui vous plaît et que vous le faites correctement ».

 

 

Cette femme et ses collègues font partie des personnes qui rendent ces phrases concrètes. De 11h à 22h tous les jours de la semaine.

 

Je me suis senti tenu de lui parler un peu de moi. C’était un minimum. Le métier que je faisais. Dans quelle ville j’habitais. Elle m’a écouté avec attention. 

 

Il y a un stade où ce n’est plus l’argent qui fait le monde

 

Alors que je restais discuter avec elle, pendant que son collègue préparait mes plats, j’ai commandé quelques pastels supplémentaires. Vu, que cette fois, il en restait quelques uns. J’ai aussi commandé deux canettes de jus. Il s’agissait, aussi, d’en rapporter un peu à la maison. Elle m’a fait cadeau des deux canettes comme des pastels supplémentaires. Evidemment, je les aurais payés sans négocier.

 

Après avoir payé, j’étais sur le départ lorsqu’ouvrant le réfrigérateur, elle m’a tendu une petite bouteille de jus de gingembre. Il y a un stade de la relation dans la vie, où même entre inconnus, ce n’est plus l’argent qui fait le monde. L’argent (re)devient un masque ou un accessoire. Et il vaut alors beaucoup moins que ce qu’une personne nous donne volontairement. 

 

Ce soir-là, sur la route du Tiep

 

Lorsqu’elle m’a fait cadeau de ces pastels et de ces deux canettes, je n’ai pas vu une commerçante habile qui tient à fidéliser un client qui lui était sympathique. Même s’il faut aussi, lorsque l’on tient un commerce, et quand on tient à une relation, savoir chouchouter celles et ceux que l’on veut garder. Et je ne doute pas qu’elle sait très bien faire ça.

Mais ce que j’ai vu, c’est surtout une personne qui « sait » que l’on se parle et que l’on se voit maintenant, mais que l’on ne sait pas lorsque l’on se reverra.

Et si l’on se reverra.

Alors, avant de se séparer, on “arme” comme on peut celle ou celui que l’on a croisé pour la suite du trajet. 

Certaines personnes font des enfants pour conjurer ça. Mais, moi, ce soir-là et sur la route du Tiep qui m’avait ramené à nouveau jusqu’à elle, et pendant quelques minutes,  j’ai été sans doute , un peu, un de ses enfants.

C’était ce week-end.

 

Franck Unimon, ce lundi 24 aout 2020.

 

read more

Cette nuit : enterrement du mois de mars 2020 en beauté

»Posted by on Mar 31, 2020 in Argenteuil, Corona Circus, Voyage | 0 comments

Cette nuit : enterrement du mois de mars 2020 en beauté

 

                                                  Cette nuit

Cette nuit, j’ai dû prendre ma voiture pour aller au travail. Je me suis un peu trop relâché hier soir quant aux horaires et j’ai raté le train. Le suivant arrivait une heure plus tard. Impossible de l’attendre pour être à l’heure au travail.

 

C’était une Première pour moi que de devoir prendre ma voiture pour aller au travail sur Paris.

Ce matin, je suis un peu fatigué. Mais ça n’est pas encore mon heure d’aller me coucher. 

En rentrant tout à l’heure, j’avais prévu de « publier » quelques photos de Tags ou de graffitis pris en photo ces dernières semaines et ces derniers mois jusqu’à ce matin en me rendant au travail ou en revenant. Et puis, finalement, pourquoi se limiter ? Cela fait des années que je n’aime pas le mois de mars. Je le trouve trop long. Je n’aime pas cette période. Je vais enterrer ce mois de mars-ci en beauté. Ce sera un peu mon ” We’re gonna chase those crazy baldhead out of town” ( Titre ” Crazy Baldhead” de Bob Marley). En créole guadeloupéen, on dirait :

” Nou Kay Krazé Sa !”. ” Fouté Sa An Bwa !”. 

 

Voici donc quelques photos prises entre le mois de Janvier de cette année et ce matin en allant au travail ou en en revenant ou ailleurs ( avant le 16 mars 2020) .

Ce ne sont pas des photos du périphérique. Ce sont des photos choisies en écoutant l’album Live de 1991 de Manu Dibango et le titre Crazy Baldhead de Bob Marley en studio ainsi qu’en concert.

Si certaines de ces photos reviennent plusieurs fois, c’est parce-que je n’ai pas voulu choisir entre l’une ou l’autre. On revient bien plusieurs fois aux endroits que l’on aime bien.

 

Merci aux artistes ! Merci aux personnes présentes.

Photos prises à Argenteuil, dans la région d’Angers et à Paris.

Franck Unimon, ce mardi 31 mars 2020.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Au conservatoire d’Argenteuil.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cette galette s’appelle la ” Peggy”.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Le danseur Dany ( ou Dani).

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

read more

Les Cinglés du cinéma à Argenteuil

»Posted by on Jan 25, 2020 in Argenteuil, Cinéma | 0 comments

Les Cinglés du cinéma à Argenteuil

A Argenteuil, dans certains endroits, on entend et on voit régulièrement une voiture de police. C’est ma fille qui me l’a fait remarquer tout à l’heure. ça me rappelle un ami parti vivre depuis à Pondichéry qui, lorsqu’il habitait encore Sarcelles ( dans une cité HLM), m’avait dit un jour :

“A Sarcelles, on entend tous les jours la sirène d’une voiture de police !”. 

 On pourrait très facilement comptabiliser au  millimètre et à la microseconde près toutes ces incivilités et ces nuisances qui gênent ou inquiètent. Jouir du désastre que l’on observe en permanence au microscope a ses avantages :

Cela donne un très fort sentiment d’invincibilité et de supériorité. On se sent très au dessus du lot. Si tout était parfait, on se sentirait désoeuvré et inutile. Et on déprimerait rapidement. Alors que là, on a plusieurs combats à mener afin de sauver et critiquer tout le monde qui nous entoure. Même si celui-ci, bien-sûr, ne nous mérite pas.  

Mais laissons à d’autres ce genre de pensée. Pendant que la police et d’autres services ( au moins sociaux et sanitaires) opèrent dans la ville d’Argenteuil (et d’ailleurs) celle-ci reste à vivre. Prenons le temps de faire une pause. Ce week-end,  la foire internationale Les Cinglés du cinéma se déroule à nouveau à Argenteuil. Le cinéma japonais est le thème de cette 32 ème édition. Nous y avons passé trop peu de temps pour détailler l’événement. Mais assez pour prendre quelques photos. L’ambiance y était détendue et on n’y a entendu aucun bruit de sirène de police. Bientôt, aura à nouveau lieu au même endroit, toujours à Argenteuil, dans la salle des fêtes Jean Vilar, Le Salon du livre et des lecteurs. Pour y être également déja allé plusieurs fois, je crois que là aussi, on n’y entendra pas de sirène de voiture de police. Sauf si c’est prévu dans l’animation de l’événement.

 

Franck Unimon, ce samedi  25 janvier 2020. 

 

 

read more

Jours de grève

»Posted by on Déc 29, 2019 in Argenteuil, Echos Statiques | 0 comments

Jours de grève

 

                                                          Jours de grève

 

 

Le mouvement des gilets jaunes a débuté il y a un peu plus d’un an maintenant( Crédibilité).  

J’ai lu quelque part qu’il y aurait 8000 manifestations par an en France et que les faire “encadrer” par les forces de l’ordre coûterait 150 millions d’euros à l’Etat. Ce soir, je ne trouve pas mes “sources”. 

Depuis ce 5 décembre 2019, la grève des transports en commun en région parisienne a débuté. Là, je n’ai pas besoin de sources. Comme beaucoup, je m’adapte à cette grève des transports en commun. Je m’estime néanmoins moins pénalisé que d’autres par cette grève- dure- des transports en commun :

Je peux me rendre à mon travail à vélo en une quarantaine de minutes. Je peux me doucher à mon travail. Et un certain nombre de trains passe encore par Argenteuil à certaines heures de la journée. Argenteuil reste mieux desservie que bien d’autres villes  de banlieue et mieux aussi que certains coins de Paris.

Depuis le début de la grève des transports, seules les lignes de métro 1 et 14, les deux seules lignes entièrement automatisées, ont vraisemblablement continué d’acheminer des passagers comme si de rien n’était. La ligne 7 du métro a pu être active au bout de quelques jours. Et j’ai entendu parler de la ligne 5, peut-être, à certains endroits. Autrement, toutes les autres lignes de métro sont actuellement “mortes”. 

Certains bus sont présents. Et souvent bondés. Dans certaines rues de Paris, par moments, on peut ressentir une petite sensation de hâte, parmi tous ces piétons en surplus. C’est ce que j’ai ressenti avant les fêtes de Noël à la marche en me dirigeant vers la place Clichy depuis la gare St Lazare.

 

Pour moi, la raison de cette grève prolongée des transports en commun parisiens est destinée à protester contre la réforme des retraites. Le 5 décembre, les personnels des écoles et des hôpitaux publics faisaient également grève. 

 

Je crois que la longévité de cette grève des transports va changer l’état d’esprit de quelques personnes : par exemple, dans mon service, plusieurs de mes collègues viennent désormais à vélo au lieu de prendre les transports en commun. Un de mes collègues m’a appris qu’il pouvait être très difficile de trouver un vélib. Il regrettait d’avoir choisi l’option d’avoir pris un abonnement aux vélib en prévision de la grève. Il estimait qu’il aurait mieux fait de s’acheter un vélo.

J’ai appris par une collègue que les gens faisaient la queue pour faire réparer leur vélo à Décathlon. Cette collègue n’a pas eu de chance : deux crevaisons en deux jours. Elle avait reçu son vélo neuf trois semaines plus tôt. La première fois, à Décathlon, sa crevaison avait été réparée assez rapidement. La seconde fois, elle avait dû attendre 3h30. ” C’est 30 minutes par vélo” selon les propos d’un des employés de l’enseigne. Cette grève des transports doit rendre heureux les vendeurs de vélos et de trottinettes .

 

Avant cette grève, je n’avais jamais fait le trajet à pied jusqu’au travail depuis la gare St Lazare. Pourtant, j’aime marcher. Mais la “facilité” des transports en commun et leur caractère pratique m’ont souvent rattrapé. Même si j’essaie de plus en plus de rompre avec cet espace d’enfermement que peuvent être le métro, les couloirs du métro ainsi que les contrôles de ” titre de transport” et leurs auxiliaires  disséminés  : les portes de “validation”. 

Il est vrai que j’habite à une distance “raisonnable” de mon lieu de travail. A environ 14 kilomètres. Si j’habitais à Melun ou à Cergy, je m’abstiendrais d’essayer de venir au travail à vélo ou à pied. 

 

En me rendant au travail à pied depuis la gare St-Lazare, lorsque j’ai pris le train à Argenteuil, j’ai parfois eu l’impression que certaines personnes à vélo se sentaient particulièrement privilégiées par rapport à nous, les piétons. Je me suis dit qu’il suffisait de peu pour se sentir avantagé et aussi de très peu pour crever. Ce qui m’est arrivé d’ailleurs quelques jours plus tard en rentrant du travail. J’ai fini mon parcours en marchant à côté de mon vélo pendant deux kilomètres. Il faisait assez frais. Quelques cyclistes, dont une espèce de club ou d’association de cyclistes, m’a dépassé sans s’arrêter. Je ne leur en ai même pas voulu.

J’avais tout ce qu’il fallait dans mon sac pour réparer. Mais je suis assez peu manuel. Je me suis dit que le temps de trouver l’endroit de la crevaison et étant donné ma lenteur, j’avais plus de chances d’attraper une pneumonie.

Bon, j’ai quand même fait le nécessaire pour prendre le temps de réparer ma crevaison deux ou trois jours plus tard. J’ai même fait beaucoup mieux que ça :

Après avoir réparé ma crevaison,  j’ai gonflé ma chambre à air. Mais je n’étais pas satisfait. Je l’ai gonflée davantage. Mais quelque chose me gênait. Je trouvais que le pneu ne restait pas assez gonflé. Donc j’ai gonflé encore un peu. La chambre à air a éclaté. Je ne crois pas l’avoir (trop) gonflée. Je crois que cette chambre à air avait fait son temps. Heureusement, j’avais une chambre à air toute neuve de rechange avec moi. Et quand je l’ai gonflée, elle,  son comportement m’a satisfait. 

 

Le 10 et le 11 décembre, j’ai pris les transports en commun pour aller à Paris. Nous sommes le 29 décembre mais mes photos ” dans” les transports en commun datent du 10 et du 11 décembre. Je n’en n’ai pas pris d’autres depuis : je me suis peut-être déja un peu “habitué” à cette grève des transports.

Le 10 décembre, je suis allé à Paris pour voir en projection de presse, le premier long métrage d’Abdel Raouf Dafri: Qu’un sang impur…  . Je suis allé le voir avec une amie dont c’est l’anniversaire demain si je me souviens bien.

Cela aurait sûrement été “mieux” d’avoir des photos plus récentes de cette grève des transports en commun mais je me dis que c’est déja “bien” d’en avoir quelques unes pour cet article. Avant que l’année 2020 nous entraîne sur ses rails. Ce sont peut-être quelques uns des derniers clichés que j’ai pris avec mon Canon G9X Mark II que je crois avoir perdu car je ne le retrouve pas.  

Franck Unimon

A la gare St Lazare, ce 10 décembre 2019.

 

En chemin vers la projection de presse de ” Qu’un sang impur” d’Abdel Raouf Dafri. Comme on peut le voir, la grille de la station de métro Miromesnil est baissée.

 

Au milieu de l’embouteillage, des personnes qui ont sans doute pris le parti de se déplacer à vélo.

 

 

 

 

 

Après la projection de presse de ” Qu’un sang impur”, sur les Champs Elysées, vers 18h/18h30 ce mardi 10 décembre 2019.

 

Ce mardi 10 décembre 2019 sur les Champs après la projection de ” Qu’un sang impur”.

 

 

Aux Halles ce mercredi 11 décembre 2019, c’est plutôt rare, en pleine journée de voir cette station aussi “vide”. Même si j’ai un peu triché pour éviter de prendre quelqu’un en photo, il y a toujours du monde à cette station en pleine journée.

 

Les Halles, ce 11 décembre 2019.

 

Aux Halles, ce 11 décembre 2019.

 

Station Les Halles, le 11 décembre 2019.

 

read more

A l’école de ma fille

»Posted by on Sep 13, 2019 in Argenteuil, Echos Statiques | 0 comments

A l’école de ma fille

 

A l’école de ma fille

 

 

A l’école de ma fille, il y a eu cette réunion tout à l’heure. La première de l’année, deux semaines après la rentrée à l’école primaire. Nous étions environ une centaine de parents. Un papa pour quinze mamans en moyenne. L’équipe enseignante était exclusivement féminine.

 

Je continue de m’étonner devant cette importante “migration” des enfants entre la petite section de maternelle et la fin de l’école maternelle :

Un bon nombre des enfants qui était dans la classe maternelle de ma fille a disparu de cette école publique. Un certain nombre est parvenu à se faire “recruter” par l’école privée du coin placée à dix minutes à pied de là. D’autres enfants sont partis continuer leur scolarité ailleurs, dans le public ou dans une autre ville de banlieue ou de province. La meilleure copine de ma fille est par exemple partie cet été pour Nantes avec ses parents.

 

Au Cp, ma fille est dans une classe de 27 enfants. Ils étaient 29 à son entrée en petite section de maternelle. En maternelle cette année, une classe supplémentaire a été crééé in extremis et à l’école primaire la fermeture d’une classe a finalement pu être évitée.

 

Invitée en cela par la directrice de l’école, une enseignante a pris la parole devant nous. Elle était à l’aise pour s’exprimer en public, se mettant devant l’assemblée, assise, de ses autres collègues enseignantes, directrice incluse, pour parler devant nous. En quelques minutes, elle nous a expliqué que la “spécificité” de cette école, c’était sa classe à destination des enfants non-francophones. En maternelle, dès la petite section,  j’avais déja remarqué un petit, sans doute ukrainien, qui ne parlait pas Français à son entrée en maternelle. Je me rappelle de la directrice de l’école maternelle d’alors ( nous en sommes à la quatrième nouvelle directrice pour cette même école maternelle) disant à la mère de cet enfant :

“Ce n’est pas un problème. On lui apprendra à parler le Français”.

L’année dernière, ce garçon était dans la classe de ma fille. Il nous était arrivé de retour de l’école de faire un peu de chemin avec lui et sa mère. Je la croisais assez souvent et nous nous saluions.  Cette année, je ne vois plus ce petit.

 

Devant nous, l’enseignante a expliqué que cela était “une grande richesse” que d’avoir des enfants qui ne parlaient pas Français. Pour les autres enfants.

En accord avec elle, des parents de ces enfants non-francophones étaient venus à l’école, donnant par exemple un cours de cuisine à la classe en Arabe. Ou s’exprimant en Moldave ou en Ukrainien. En outre, cela valorisait l’enfant qui voyait sa mère ou son père “faire classe” à l’école.

 

Une mère, peut-être originaire du Pakistan ou du Bangladesh, a ensuite demandé comment on pouvait prendre rendez-vous avec le médecin scolaire. Elle a parlé d’un enfant souffrant d’autisme et de la charge que cela pouvait représenter pour la maitresse. La directrice a expliqué qu’il y’avait une obligation légale de recevoir tout enfant à l’école quel que soit son handicap. Et qu’il convenait de faire une demande à la MDPH, souvent traduite par ” la maison du handicap”,  afin d’obtenir une AVS ( aide à la vie scolaire).

 

La directrice de l’école a présenté l’équipe pédagogique. Une des enseignantes nous a expliqué que des enseignants assuraient l’étude et étaient donc en mesure d’aider les enfants à faire leurs devoirs.

 

La directrice de l’école nous a informé qu’il n’y avait plus de secrétaire. Et qu’elle-même fait classe les jeudis et vendredis. De ce fait, il est plus difficile d’ouvrir la porte aux retardataires. Il convient de prévenir les maitresses au préalable lorsqu’un enfant se rend ou revient d’une consultation chez l’orthophoniste et de faire en sorte, autant que possible, que celui-ci parte à sa consultation ou en revienne plutôt lors de la récréation. Elle a rappelé les heures d’ouverture et de fermeture de l’école. 8h30/11h30. 13h30/16h30. (Pas d’école les mercredis et les samedis du moins au Cp )

 

La directrice a poursuivi en disant que laisser un message téléphonique en cas de problème, c’est “bien” mais qu’il vaut mieux, aussi, laisser un mot dans le cahier prévu à cet effet et que chaque enfant a à sa disposition.

Elle a continué en informant que si un enfant a une maladie contagieuse, qu’il faut éviter de l’emmener à l’école.

La directrice a aussi expliqué comment voter lors des élections des parents d’élèves : il faut voter pour une liste et non pour une personne. Si l’on vote pour une seule personne, le vote est annulé.

 

Une mère qui fait partie de l’association des parents d’élèves a présenté un peu la FCPE. Elle a enjoint les parents présents à venir à la prochaine réunion prévue la semaine suivante ainsi qu’aux prochaines réunions. Elle a insisté quant au fait que l’on pouvait venir quand on voulait et quand on le pouvait.

 

Ces diverses interventions se sont faites dans un contexte posé. Les mots employés étaient plutôt simples et pédagogiques. Le débit utilisé, plutôt tranquille. Mais je suis assez à l’aise avec la langue française qui est ma première langue. Et la situation ( être dans une réunion parmi plein de gens que l’on ne connait pas alors que l’on sait que cet endroit peut être déterminant pour l’avenir de son enfant et aussi pour soi)  ne m’a pas stressé. Je me suis néanmoins un peu demandé si des efforts particuliers de compréhension avaient pu être nécessaires pour certains des parents présents.

 

Ensuite, nous sommes sortis. Dans la cour de l’école, chaque parent a rejoint la maitresse de son enfant. Et, c’est avec la maitresse que nous nous sommes retrouvés dans la classe de nos enfants, assis à leur place. Certains parents étaient avec leur enfant. D’autres, non.

 

La maitresse de notre fille a expliqué comment ça se passait en classe. Elle  a expliqué le programme de l’année. Elle s’est montrée simple et disponible. Un petit garçon de sa classe, présent avec son papa, intervenait régulièrement pour poser une question ou faire une remarque.

La maitresse nous a demandé si nous avions des questions. Il y en a eu quelques unes. Puis, la maitresse a tenu à aborder certains sujets :

Eviter autant que possible les écrans pour les enfants. Pas plus de vingt minutes par jour deux ou trois fois par semaine. Que ce soit écran de téléphone portable, écran d’ordinateur, console de jeux, télévision. Elle a évoqué des études qui révélaient que la trop grande fréquentation des écrans empêchait les enfants d’apprendre à se concentrer mais aussi à accepter la frustration. Elle nous a invité à, plutôt, proposer à nos enfants de s’amuser avec leurs jouets, de préparer avec nous des repas, ce qui leur permettrait d’apprendre beaucoup. J’ai suggéré le dessin. Elle a acquiescé. Elle a aussi dit que l’on pouvait laisser les enfants “s’ennuyer”. Il n’y a pas eu de protestation de la part des parents présents.

 

Donner à manger aux enfants avant qu’ils viennent à l’école. Autrement, en classe, “ils dorment…” a-t’elle expliqué. Et pour les enfants qui disent qu’ils n’ont pas faim, voir ce qu’ils aiment manger. Et pas des bonbons.

 

Signer le cahier de devoirs mais pas uniquement le signer. S’assurer que les devoirs ont bien été faits. Faire faire les devoirs ” sans conflit”. Pas plus de vingt minutes en semaine. Voire trente minutes pendant le week-end.

 

Rappeler aux enfants d’aller faire pipi au moment de la récréation ou avant d’aller à l’école. Un certain nombre d’enfants manifeste son envie de pipi pendant la classe. Or, les toilettes sont loin et elle ne peut pas laisser un enfant se rendre seul dans les toilettes. Alors, quand cela est indispensable, elle demande à un autre enfant de l’accompagner, souvent un CE1 pour un enfant de sa classe de CP. Et lorsqu’il y a des accidents, elle a des vêtements de rechange qu’elle nous demande de bien vouloir laver et de lui restituer ensuite.

 

Les enfants doivent plutôt être couchés à 21h au plus tard car ils sont ” en pleine croissance”. Maintenant, si l’on rentre tard du travail, on fait comme on peut.

 

Ces quelques règles de vie nous étaient familières. Mais j’ai vu dans la nécessité de leur rappel le fait que ces règles étaient encore étrangères à un certain nombre de parents de cette école, de cette ville où nous habitons, et sans aucun doute dans d’autres endroits en France. Certainement que lorsque l’on vit par exemple dans le monde de P’TiT Quinquin ( voir l’article sur la série de Bruno Dumont P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’inhumains ) dans celui dépeint par Romain Gavras dans son film Le Monde est à toi ou dans celui décrit par Oxmo Puccino dans son titre Peu de Gens Le Savent que ce genre de règles peut ressembler à de la masturbation intellectuelle, à une peine de prison ou à de la métaphysique.

 

La maitresse a insisté quant au fait qu’elle avait besoin des parents pour que les enfants réussissent bien à l’école. Aucun parent présent ne l’a contredite.

Elle nous a dit qu’elle serait toujours disponible pour nous recevoir en cas de besoin. Qu’il fallait seulement la prévenir.

Elle a aussi précisé qu’en cas de mécontentement à son égard, qu’il valait mieux venir en discuter avec elle plutôt que de garder ça pour soi. Avec un grand sourire, elle nous a dit :

“Je peux encaisser”. Le père du petit garçon qui intervenait souvent a alors dit:

“C’est bien, ça, de pouvoir encaisser “.

 

Ce soir, j’ai décidé d’écrire cet article en priorité. A l’origine,  j’avais plutôt prévu d’écrire sur le film De sable et de feu réalisé par Souheil Ben Barka qui sortira ce 18 septembre 2019 ainsi que sur le film Une fille facile réalisé par Rebecca Zlotowski ( en salles depuis ce 28 aout 2019).

 

Car j’ai tenu, de nouveau, à saluer le travail de toutes ces enseignantes et enseignants de l’école publique impliqués à l’image de la maitresse de l’école de ma fille cette année ainsi que les années précédentes et futures. 

 

L’école publique va mal. Au même titre que l’hôpital public. Et la police. Cela fera grimacer certaines et certains de voir associer l’école publique, l’hôpital public et la police. Car s’il est des institutions que l’on veut souvent remercier – même s’il est aussi des expériences très contrariantes à l’école et à l’hôpital- il est aussi des institutions que l’on veut ou que l’on a besoin de détester. Ce soir, si je rajoute le mot “police” à cet article, c’est sans aucun doute parce-que j’ai lu le livre de Frédéric Ploquin La Peur a changé de camp 2ème partie . Lequel livre m’a aidé à mieux comprendre, malgré certains travers de la police, comment une école, un hôpital et une police qui vont et font “mal” découlent d’une société qui va mal ou qui a fait et qui fait des mauvais choix politiques, sociologiques, économiques et donc, écologiques.

 

Tout à l’heure, j’ai été à nouveau marqué par cet enthousiasme des enseignantes rencontrées malgré les conditions de travail et les difficultés diverses qu’elles peuvent vivre. La maitresse de notre fille est restée avec nous jusqu’à dix neuf heures vingt voire dix neuf heures trente. Après la réunion qui avait débuté vers dix huit heures, elle était encore disponible dans la cour de l’école pour répondre aux parents qui la sollicitaient. Ses autres collègues étaient sans doute encore présentes dans l’école. Et ce sont , elles aussi, des femmes et des mères qui ont une vie personnelle et qui, comme la plupart d’entre nous, les vendredis soirs et d’autres soirs de la semaine, aspirent aussi à quitter leur travail. Pourtant, ce soir encore, j’ai trouvé chez la maitresse de ma fille, cette attitude assez fréquente de la professionnelle qui vous donne beaucoup et qui, néanmoins, donne l’impression de douter d’en avoir suffisamment fait et donné comme d’avoir été suffisamment claire avec vous lorsque vous l’avez interrogée. Et, pendant ce temps-là, dans la vie courante ou dans certaines administrations des personnes habilitées en principe à vous recevoir et à vous renseigner vont vous envoyer chier ou vous baragouiner des réponses sans queue ni tête sans décodeur !

 

J’ai aussi été marqué par ce décalage qui semble permanent, entre, d’un côté ces parents jamais contents et jamais satisfaits de l’école, et, de l’autre côté, ces enseignants pourtant dévoués qui font de leur mieux. Le pire étant qu’il n’y a pas de morale à cela :

On peut être un parent conciliant et pâtir de l’incompréhension du corps enseignant. Comme on peut être un parent chiant et obtenir une certaine considération de ce même corps enseignant que l’on sera prêt à critiquer et à dévoyer à la moindre contrariété.

 

Franck Unimon

 

 

 

 

 

read more