Interview

Interview la plupart du temps filmée soit par moi, soit par un acolyte.

( Arts Martiaux) A Toute épreuve : une interview de Maitre Jean-Pierre Vigneau

»Posted by on Déc 1, 2020 in Corona Circus, Croisements/ Interviews, Interview, self-défense/ Arts Martiaux | 0 comments

( Arts Martiaux) A Toute épreuve : une interview de Maitre Jean-Pierre Vigneau

Maitre Jean-Pierre Vignau chez lui, ce samedi 21 novembre 2020.

 

” Tu as le feu vert”. Cette phrase de Jean-Pierre Vigneau, je m’en suis rappelé quelques heures plus tard, hier soir (ce mardi 24 novembre 2020). 

Dans l’article Arts Martiaux : un article inspiré par Maitre Jean-Pierre Vignau

j’évoquais cette interview filmée de Maitre Jean-Pierre Vignau. C’était ce samedi 21 novembre 2020. 

Hier ( mardi 24 novembre) j’ai tenté de joindre Jean-Pierre avant de publier mon article. Pour le prévenir. Mais aussi pour voir avec lui s’il préférait lire l’article auparavant. Répondeur. Finalement, j’ai publié l’article. Puis, quelques heures plus tard, je lui ai envoyé le lien de l’article par sms. Jean-Pierre m’a alors appelé.

” J’ai raté l’appel tout à l’heure” m’a-t’il dit. Je lui ai alors expliqué où j’en étais et lui ai demandé comment il voulait que l’on s’y prenne. Et, là, la phrase de Jean-Pierre est arrivée simplement.

 

Le Feu vert.

 

Dans cette simple phrase, toute la confiance de Jean-Pierre. Nous nous sommes rencontrés une seule fois. Il n’a jamais rien lu de moi. Et, je devine qu’il ne lira peut-être pas l’article tout de suite s’il le fait. Il a mieux à faire ailleurs. Comme, par exemple, écouter dans quelques heures (ce mardi 24 novembre au soir) ce que va dire “Le Président” concernant le maintien ou l’assouplissement des mesures concernant le confinement à propos de la pandémie du Covid. 

 

” Le président ?!”. Je pense alors au Président de la Fédération de Karaté ou des Arts Martiaux même si je ne sais pas de qui il s’agit.

Non ! Le Président Macron, me répond Jean-Pierre. Je me suis tellement “moulé” dans un certain mode de vie depuis la pandémie et les mesures de confinement. J’ai été si convaincu qu’il allait nous falloir faire montre de patience, que, depuis le tout premier discours – Mi-mars- du Président de la République, Emmanuel Macron, “notre” Président, je n’écoute plus ses discours. 

Ou, peut-être, que je n’ai toujours pas digéré cette ambiance de fin du monde de son premier discours Mi-Mars. Je n’ai jamais cru non plus à mon statut “de héros de la nation”. Je n’ai jamais compté sur la production expresse et miraculeuse du vaccin “magique”. Alors que je m’étais inquiété quant à la perte de certaines de nos libertés. Même si je me suis rapidement “fait” à cette nécessité des gestes barrières. Et à un petit peu de discernement quand c’est possible. 

Mon “indifférence” actuelle envers le Président Emmanuel Macron vient peut-être aussi du fait que, même s’il prend la parole et essaie de paraître comme celui qui reste le chef d’orchestre,  j’ai fini par considérer que la pandémie est depuis quelques mois devenue notre véritable présidente installée.

Une “Présidente” Covid autour de laquelle sont très vite venus graviter quelques parasites, dont “notre” Président, alors qu’elle ne devait être que passagère. A la suite de cela, j’ai en quelque sorte “flouté” l’image de “notre” Président actuel, persuadé de sa propre impuissance.

Mais j’ai sûrement tort de banaliser Emmanuel Macron et celles et ceux qui gouvernent avec lui et les autres. Mon manque de clairvoyance à leur sujet vient certainement du fait que je n’ai aucune compétence politique. Que je vis un peu au jour le jour et avec une  perspective assez limitée. Ce confinement et cette distanciation sociale ont des effets abortifs sur notre imaginaire.  Sauf pour certains qui continuent d’agir, d’entreprendre et de décider. L’épreuve du Vendée Globe est là pour nous le rappeler. Si certains concurrents en tête peinent, à certains moments, à récupérer le vent qui les fera avancer de nouveau, ils sont néanmoins toujours en mer, en avance sur d’autres. Et, lorsque le vent “rejaillit”, ils sont, à nouveau, bien plus avancés que d’autres qui traînent derrière.

Lorsque la pandémie du covid régressera pour de bon, et que l’horizon se dégagera, on devrait voir apparaître, installées à des fonctions clé, pour notre époque et notre société, certaines personnes que l’on avait jusque là ignorées ou sous-estimées. Ces personnes auront su profiter du contexte du Covid pour entreprendre ou bien se placer.

De mon côté, c’est parce-que, depuis Mi-Mars,  j’ai toujours respecté les gestes barrières que je me suis autorisé à aller rencontrer Jean-Pierre chez lui ce samedi 21 novembre. Cela a été mon Vendée Globe. Pour cela, il m’a suffi de dépasser la distance kilométrique “autorisée” de un kilomètre autour de chez soi.  J’en avais besoin et j’étais inspiré. Parce-que je me suis dit qu’en temps ordinaire, il aurait été plus été difficile d’obtenir aussi rapidement une telle rencontre avec Jean-Pierre, à son domicile.

Dans ce “feu vert” qu’il m’a  donné, je mesure à la fois la responsabilité, pour moi, de faire au mieux. Mais je me demande aussi, si moi-même, il m’arrive de donner mon feu vert aussi facilement et aussi rapidement autour de moi. J’ai du mal à le croire. 

 

Mais ce feu vert, où cette autorisation, correspond aussi très bien à Jean-Pierre. Car, comme on pourra le voir et l’entendre dans ces images, il est particulièrement vert. J’ai donné comme titre à cette interview A Toute épreuve. Je crois qu’il sera facile de comprendre la ou les raisons de ce titre.

Ps : je rappelle qu’une fois chez Jean-Pierre et Tina, après avoir obtenu leur accord pour l’interview, j’ai posé mon caméscope de poche sur la table et l’ai laissé filmer tant qu’il pouvait (un peu plus d’une heure). L’interview n’était pas prévue. Elle était seulement véhiculée par ma tête dès que Jean-Pierre m’avait proposé de venir chez lui pour acheter son livre Construire sa Légende. Mais encore fallait-il, une fois sur place, que lui et Tina acceptent l’interview. 

Lors de l’interview, Tina reste hors champ. J’estime que cela préserve sa tranquillité. Et, que, d’autre part, ses interventions- hors champ, donc- ajoutent une plus value à l’interview. 

Franck Unimon, ce mercredi 25 novembre 2020. ( Pour regarder l’interview, cliquer sur le lien vimeo ci-dessous).

https://vimeo.com/482901714

 

 

read more

Interview des apnéistes Julie Gautier et Guillaume Néry en 2016

»Posted by on Sep 7, 2020 in Apnée, Ecologie, Interview | 0 comments

Cette interview de Julie Gautier et Guillaume Néry a été réalisée le 17 Mai 2016 lors d’un stage d’apnée. Je faisais partie des stagiaires et c’était mon second stage d’apnée ( le premier avait été animé par Umberto Pelizzari). C’était aussi avant que je ne m’inscrive dans un club d’apnée.

L’interview a été réalisée pendant la pause-déjeuner. Nous avions eu de la chance car nous avions obtenu assez peu de temps avant le début du stage l’accord de Julie Gautier et de Guillaume Néry (après avoir obtenu l’accord préalable de Fabrice Rolland qui supervise les lieux) pour cette interview.

Je m’y étais pris un peu à la dernière minute pour envisager cette interview. Quelques jours avant le début du stage, j’avais exprimé à Eddy ( Eddy Brière) mon envie de la faire. Eddy, qui avait déja rencontré le couple, m’avait encouragé à la faire.

 Eddy, beaucoup plus calé que moi pour tout ce qui concerne l’image, la réalisation et le montage, s’était occupé de toute la partie technique de l’interview. Je suis crédité à la réalisation et au montage parce-que j’ai participé et que j’étais à l’initiative du projet mais c’est vraiment par gentillesse de la part d’Eddy. 

En Mai 2016, mon blog, balistiqueduquotidien.com n’existait pas. Ce soir, je me suis dit que ce serait bien d’y “rapatrier” cette interview et de la faire redécouvrir. Car je suis très content de ce que nous avions réalisé.

Franck Unimon, ce lundi 7 septembre 2020. 

 

read more

Interview en apnée avec Abdel Raouf Dafri

»Posted by on Jan 17, 2020 in Cinéma, Interview | 0 comments

Interview en apnée avec Abdel Raouf Dafri

 

 

Cela faisait quelques années que j’avais envie d’interviewer Abdel Raouf Dafri. Avant la création de balistiqueduquotidien.com. Depuis Un Prophète ( 2009), Mesrine ( 2008), la série Braquo (à partir de 2011)

 

Lorsque Qu’un sang impur…., son premier film en tant que réalisateur, s’est présenté en projection de presse à la fin de l’année dernière, j’ai filé pour aller le voir : Qu’un sang impur…

J’ai eu la chance d’être resté en contact avec Jamila Ouzahir, l’attachée de presse qui s’occupe du film. La même que j’avais recroisée dans le métro parisien un été il y a bientôt deux ans et qui m’avait tout de suite encouragé lorsque mon blog était encore à l’état d’idée. Jamila fait partie des attachées de presse que j’ai rencontré(es) du             « temps» de Brazil. Le mensuel de cinéma papier qui m’a fait entrer dans le journalisme cinéma.

 

 

A gauche de l’affiche, suspendus, certains des costumes utilisés pour le film.

Finalement, lorsqu’est venue la possibilité de le rencontrer, à propos de Qu’un sang impur…,  j’ai hésité. Préparer une interview, c’est du travail. La retranscrire, aussi. Et, au milieu, on peut rater l’exercice même si on n’en meurt pas. En plus, Abdel Raouf Dafri est le frère de quelqu’un que je connais « bien ». ( Projection de presse ) Quelqu’un qui, il y a bientôt vingt ans, m’avait dit un jour :

« Son rêve, c’est d’être scénariste… ».

 

Depuis la fin de parution du mensuel Brazil après le festival de Cannes de 2011, je n’avais plus interviewé de réalisateur de long métrage. Après Brazil, pendant deux à trois ans, j’avais fait la découverte du journalisme cinéma du côté des court-métrages avec le site Format Court.

Ma plus récente interview datait de trois ou quatre ans : avec l’ami Eddy, nous avions interviewé un couple d’apnéistes. Lui, à la photo, à la caméra et au montage. Moi, au texte et à la voix. 

 

Quatre jours avant cette journée presse ( ce jeudi 16 janvier 2020) où allaient se dérouler les interviews à propos de Qu’un sang impur…, du texte m’est venu. J’ai alors su que je pouvais rencontrer Abdel Raouf Dafri.

Cette interview est imparfaite. Je débite mes phrases au début et j’articule mal. Je lis un peu trop. D’un point de vue corporel, je peux mieux faire. On dirait que ma tête tient sur un ressort. 

C’est ainsi que l’on ne comprend pas au début de l’interview que je parle du réalisateur Raoul Peck qui est sûrement actuellement en train de tourner un film sur Frantz Fanon. Et, un peu plus tard, c’est bien-sûr le titre Peau noire, masques blancs de Frantz Fanon auquel Abdel Raouf Dafri fait référence. Quant au fichier vidéo que je livre finalement de cette interview, son format pour le blog me satisfait moyennement. Mais c’est tout ce que j’ai pour l’instant sous la main après plusieurs essais de conversion. 

Cependant, cette interview aura toujours ceci de particulier que c’est avec elle que j’aurai repris le trajet des interviews. 

 

Arrivé avant l’heure, j’ai pu discuter avec Abdel Raouf Dafri. Nous avons parlé du Japon, de certaines actualités et bien-sûr de cinéma.

Puis, en attendant mon tour pour l’interviewer, j’ai pu discuter un peu avec un correspondant du journal algérien El Watan ( Cela veut dire ” Nation” m’a-t’il été expliqué). El Watan a été créé en 1990. On peut le trouver à la vente dans les kiosques au moins de la région parisienne en langue française. 

Mais le mieux, bien-sûr, puisque c’est le “jus” de cet article,  c’est de vous faire votre propre idée de la rencontre avec Abdel Raouf Dafri. Après l’interview, suit le lien vers le teaser du film. Qu’un sang impur…. sort au cinéma ce 22 janvier 2020. 

 

 

 

 

QUUN-SANG-IMPUR_TEASER_HD_H264_VFSTF

 

ps : Merci à mon cousin Christophe ainsi qu’à Michel pour leur réactivité et leurs conseils “techniques”. J’ai aussi une pensée particulière pour mon ami Driss. 

Franck Unimon, jeudi 16 janvier 2020

read more