J’ai aimé vivre là- un film de Régis Sauder

» Posted by on Sep 20, 2021 in Cinéma | 0 comments

J’ai aimé vivre là- un film de Régis Sauder

 

J’ai aimé vivre là– un film de Régis Sauder

 

 

Pour l’édifice mental de « l’être » parisien – lequel veut pouvoir trouver le prestige et le ciel à portée de « son » métro- J’ai aimé vivre là sera peut-être l’essai du précipice.

 

 

Ce film, mélange de documentaire et de fiction, part des œuvres de l’écrivaine Annie Ernaux pour parler de Cergy-Pontoise, ville de grande banlieue parisienne, dans le Val d’Oise. La grande banlieue parisienne, c’est très loin. A près de trente kilomètres de Paris. Trente ou trente cinq minutes de RER A- ou plus- depuis la station Charles de Gaulle Etoile.  

 

Si, depuis l’esplanade de Paris, à Cergy-St Christophe, le regard peut s’entraîner jusqu’à l’Arc de Triomphe en passant par la Défense, il peut être difficile de savoir si ce que l’on voit appartient au passé ou à une forme de vie qui a persisté.

 

J’ai aimé vivre là raconte l’intérieur de cette ville aux plus de cent nationalités, ex-ville nouvelle construite à partir des années 70 pour anticiper le développement rapide de l’agglomération parisienne. Des extraits de texte d’Annie Ernaux et des portraits de certains de ses habitants, jeunes et moins jeunes, de plusieurs origines, font ce film dans divers endroits de la ville.  

 

Nous ne sommes pas dans du Rohmer qui avait tourné en 1987 L’ami de mon amie à Cergy-Pontoise. Ni dans le Naissance des pieuvres de Céline Sciamma réalisé en 2007.

 

Dans J’ai aimé vivre là, on rencontre des militants associatifs, des personnes venues s’y établir et qui y ont vu grandir leurs enfants ; des jeunes qui y ont grandi et y ont leurs cercles d’amis ; des étudiants qui vont partir pour Paris ; des étrangers qui ont dû quitter ou fuir leur pays. Et, quelques fois, Annie Ernaux, cette « voisine » que j’aurais pu croiser, que j’ai peut-être croisée.  

 

Dans J’ai aimé vivre là, on n’y montre pas trop la défiguration de la ville par l’assaut débridé des flots bétonniers des projets immobiliers. Ni certains quartiers de trafic. Mais, plutôt, ce qui y est réussi et peut être difficile à quitter. Même si l’ancienne patinoire de Cergy-Préfecture devenue lieu d’hébergement pour refugiés apparaît. Et qu’une interprète se met un moment à pleurer en se remémorant ce qu’était « sa » patinoire quelques années plus tôt.

 

J’ai vécu une vingtaine d’années  à Cergy-Pontoise à partir de mes 17 ans. Mes parents, de classe sociale moyenne, y accédaient pour la première fois de leur vie à la propriété en achetant à crédit un de ces pavillons comme il y en a tant. Ce fut pour nous un grand changement après notre immeuble HLM de Nanterre de dix huit étages à quinze ou vingt minutes à pied du quartier de la Défense. En s’éloignant de ce quartier des affaires, mes parents avaient estimé faire une affaire….

Dans le salon de “notre” pavillon, un calme intact me répondait alors que j’écoutais très fort le premier album de Mc Solaar. Le silence de la rue devant chez nous. L’éloignement extrême des cercles de mes connaissances que je pouvais pourtant rejoindre moyennant du temps dans les transports en commun. Cela fut une période où la découverte de l’entre-deux s’imposa à moi. 

 

Cette ligne A du RER qui attèle Cergy-le-Haut et ses suivantes à Paris et en fait aussi une « ville-dortoir », souvent bondée aux heures de pointe, après à peine deux stations depuis son début, est assez absente du film. Comme le fait que la grande distance kilométrique qu’elle couvre l’expose assez régulièrement à des incidents techniques ainsi qu’aux conséquences directes des grèves de cheminots. Tandis que la ligne A du RER côté St-Germain en Laye, elle, plus courte, mieux desservie, est aussi moins touchée par ce genre de destinée.  

 

 

J’ai aimé aller voir j’ai aimé vivre là pour ce passé qu’il allait me rappeler. Un passé « annoncé » par un camarade de mon école primaire parti y habiter dans les années 70 avec son frère et ses parents plusieurs années avant nous. Un passé où j’ai des souvenirs de marché – celui de Cergy St Christophe- de médiathèques ; de la plus grande horloge d’Europe dont la grande aiguille des secondes me « découpait » alors que je courais vers elle jusqu’au RER avant qu’il ne parte ; de concerts ( Brigitte Fontaine, Brain Damage, Improvisators Dub, Susheela Raman, High Tone, Manu Dibango, Disiz La Peste, Franck Black, Joey Starr….)  ; de courses au centre commercial Les Trois Fontaines ; de rencontres professionnelles, amicales et amoureuses ; de certains choix personnels et familiaux ; de séances d’abord aux cinémas Utopia de St-Ouen l’Aumone et de Pontoise puis à celles du complexe de Cergy-Le-Haut arrivé plus tard avec sa carte illimitée et aussi  plus proche de chez moi, à pied ; De footing et de séances de natation ; de certaines allées et venues à la base des étangs de Cergy-Neuville ;  de sorties roller. De mes premiers cours de théâtre.

 

Un passé, aussi, où, durant des années, j’ai vécu dans des rêves autres que ceux de cette ville. Ce qui m’a sûrement empêché de l’aimer, tout comme ce film, autant que je l’aurais pu ou dû.

 

J’ai aimé vivre là sortira en salles le 29 septembre 2021.

 

Franck Unimon, ce lundi 20 septembre 2021.

 

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.