Catégories
Cinéma

Les Rascals un film de Jimmy Laporal-Tresor

Les Rascals un film de Jimmy Laporal-Trésor

 

 

Sorti en janvier 2023, aurĂ©olĂ© d’assez bonnes critiques, Les Rascals est passĂ© assez inaperçu devant le public derriĂšre les « colosses Â» Black Panther 2 et Avatar 2 prĂ©sents Ă©galement en salles en ce dĂ©but d’annĂ©e. Cependant, comme dans certaines oeuvres cinĂ©matographiques oĂč l’on a pu voir “dĂ©buter”, certaines actrices et acteurs, amusons-nous Ă  mĂ©moriser aujourd’hui le visage et les noms des acteurs principaux de cette piĂšce visuelle. Nous aurons plaisir Ă  nous en rappeler plus tard lorsque certains membres du casting deviendront des artistes “reconnus”.

 

En effet, parmi les assez innombrables sorties de films, de sĂ©ries, et leurs copies, peut-on dire que  Les Rascals est un petit film d’auteur de plus ?

 

CĂŽtĂ© filiation, l’Ɠuvre de Jimmy Laporal-TrĂ©sor, dont l’histoire se dĂ©roule Ă  Paris ainsi qu’en banlieue parisienne dans les annĂ©es 70-80 d’avant l’explosion de l’épidĂ©mie du Sida, m’a tout de suite fait penser Ă  Un Français rĂ©alisĂ© par Diasteme en 2014 et Ă  The Club (Neil Thompson, 2008). Mais, bien-sĂ»r, il peut ĂȘtre reliĂ© Ă  d’autres oeuvres antĂ©rieures en particulier anglo-saxonnes.

Adam ( l’acteur Victor Meutelet) convaincant dans son rĂŽle.

Croquis social, Les Rascals se situe Ă  l’époque oĂč le groupe de rockabilly les Stray Cats avait la cĂŽte tandis que refluait en France hors des cendres du temps un racisme anti arabe et anti noir de plus en plus pressĂ© sur la scĂšne politique française par le Front National du papa de Marine Le Pen. Laquelle Ă©tait alors Ă©trangĂšre Ă  toute ambition politique comme Ă  toute exposition mĂ©diatique. Sa niĂšce Ă©tait alors Ă  peine issue de la conception. Et Eric Zemmour Ă©tait peut-ĂȘtre encore Ă©tudiant, jeune journaliste ou devait faire du porte Ă  porte quelque part en essayant de vendre des tapis de sol pour la pratique du yoga.

FrĂ©dĂ©rique ( l’actrice Angelina Woreth) et Adam( l’acteur Victor Meutelet) “RASCALS”
un film de JIMMY LAPORAL-TRESOR
Paris, FRANCE le 16/07/21
© Jean-Philippe BALTEL / SPADE / AGAT FILMS ET CIE

Comme dans Un Français de Diasteme, le film rĂ©ussit bien le portrait fĂ©minin fascisant de la jeune FrĂ©dĂ©rique (l’actrice Angelina Woreth). Il m’est difficile de savoir si cela a Ă©tĂ© voulu par Jimmy Laporal-TrĂ©sor mais le personnage de la jeune FrĂ©dĂ©rique peut, Ă  un moment donnĂ©, Ă©voquer celui de la jeune femme qui avait appĂątĂ© Ilan Halimi en 2006.

NĂ©anmoins, il est peut-ĂȘtre encore un peu tĂŽt pour que le cinĂ©ma français s’empare d’un rĂŽle fĂ©minin comme celui de la jeune FrĂ©dĂ©rique et le regarde dans les yeux de bout en bout. A l’image de ce que  Diasteme avait pu faire avec le personnage interprĂ©tĂ© par Alban Lenoir dans Un Français.

 

Mais l’un des autres personnages trùs importants du film, c’est la musique.

Musicalement, Ă  l’époque que nous raconte Les Rascals, le Rap  dĂ©marrait pour de bon mais on ne le savait pas encore. Ses danses attiraient davantage l’attention en particulier au TrocadĂ©ro. Dans Les Rascals, on aperçoit Sidney, l’ancien animateur radio, « hĂ©ros Â» d’une Ă©poque avec son Ă©mission tĂ©lĂ©visĂ©e consacrĂ©e au Hip Hop.

 

Bob Marley, lui,  Ă©tait mort depuis peu. Serge Gainsbourg Ă©tait encore vivant. La New Wave avait dĂ©jĂ  ses standards. Le Hard Rock Ă©tait entrĂ© par effraction dans les collĂšges avec AC/DC et Ă©tait Ă  certains ados  ce que le Rap allait devenir ensuite d’abord pour des ados de citĂ©s et de banlieue. Le Zouk arrivait mais le monde ne connaissait pas encore le groupe Kassav’. Le Rock semblait encore ĂȘtre le plus grand armateur musical du monde.

Les Rascals, film sonorisĂ© par le groupe DelgrĂšs, prend particuliĂšrement soin d’ancrer son histoire aussi avec quelques pochettes de disques telles celle de l’album vinyle Thriller de MichaĂ«l Jackson ou celle du groupe antillais Lazair.

 

Culturellement, Jimmy Laporal-TrĂ©sor a d’ailleurs axĂ© son film selon un point de vue antillais. Et, j’ai beaucoup aimĂ© sa description de certains des codes de la culture antillaise. Qu’il s’agisse du recours au CrĂ©ole lors de certains passages ou des relations du hĂ©ros Rudy (l’acteur Jonathan Feltre) avec sa mĂšre. Depuis au moins Rue Cases-NĂšgres adaptĂ© par Euzhan Palcy en 1983, en passant par les films de Jean-Claude Flamand-Barny plus tard, Les Rascals contribue Ă  l’édification d’une mĂ©moire cinĂ©matographique qui inclut les Antilles françaises
dans l’Histoire de France. Car le film montre au grand jour que les Antillaises et Antillais, en France, Ă  l’image de bien des immigrĂ©s, ont pu ĂȘtre considĂ©rĂ©s comme les restes d’un univers souterrain, ignorĂ©, vitrifiĂ©, sacrifiĂ©.

 

De gauche Ă  droite, Mandal ( l’acteur Marvin Dubart), Boboche ( l’acteur Taddeus Kufus), Rudy ( l’acteur Jonathan Feltre) Rico ( l’acteur Missoum Slimani) Sovann ( l’acteur Jonathan Eap).

Mais Les Rascals est aussi de ces films Ă  classer dans la catĂ©gorie des Stand By me : des copains qui se connaissent depuis l’enfance et meurtris par un environnement et un trauma communs se soudent jusqu’à espĂ©rer franchir ensemble le mur du son du monde adulte.

 

Franck Unimon, ce jeudi 23 février 202

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.