P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’inhumains

» Posted by on Sep 6, 2019 in Cinéma | 0 comments

P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’inhumains

 

 

 

P’TiT Quinquin (2014) et Coincoin et les Z’inhumains (2018)

Une série fabriquée (écrite et réalisée) par Bruno Dumont.

 

Bruno Dumont parle d’un « naturel falsifié » à propos de ses films. Et cela depuis son film La Vie de Jésus. Dumont affirme aussi se dérober à toute sociologie et à toute psychologie. On peut l’entendre s’exprimer sur ces sujets et d’autres dans les compléments des deux dvds.

Sa série se déploie néanmoins telle une carte sensible de plusieurs des sillons de notre époque :

Solitude et absence de perspectives dans le monde rural, la féminisation du travail agricole, le problème des migrants et des sans papiers, le racisme, le rejet de l’autre, l’intégrisme islamiste, l’amour homosexuel, la place de la maladie mentale dans la société, la disparition de la mémoire collective concernant l’horreur de la guerre, l’enracinement consanguin de la pensée fasciste, un certain voyeurisme et opportunisme journalistique, les prêtres pédophiles, peut-être aussi indirectement la pollution dans la deuxième saison et sûrement un dévorant pessimisme concernant l’avenir.

 

Le commandant de gendarmerie Van Der Weyden et son lieutenant Carpentier sont chargés de l’enquête après qu’un premier meurtre insolite est découvert dans un bunker non loin de la mer. Chaque meurtre, où qu’il se déclare, est un incendie et une tempête.

Comme on est dans le cinéma de Dumont, on n’est guère surpris par l’allure iconoclaste et la bouille des deux gendarmes et des deux acteurs qui les campent (deux comédiens non professionnels et jardiniers dans la vie civile nous apprend Dumont dans le bonus du dvd de la première saison). On a déjà vu ça au moins dans L’Humanité en 1999 (palme d’or à Cannes et objet de polémique).

 

Mais l’incompétence est une doctrine dont le commandant Van Der Weyden (Bernard Pruvost) et le lieutenant Carpentier ( Philippe Jore) sont les extrêmes. On pourrait s’extraire du verglas dans lequel leurs agissements et leurs raisonnements nous entraînent en les considérant comme des idiots et des attardés mentaux, lointains rescapés d’une guerre depuis longtemps perdue -et oubliée- contre la bêtise et l’ignorance. Mais ce serait rapidement passer sur le fait que ces deux gendarmes sont, finalement, à l’image de cette humanité qui nous arrête :

 

Deux personnes incapables de desserrer les boulons de leur condition quels que soient leurs efforts et leur volonté. Nos deux héros restent ainsi insérés viscéralement hors des standards du film hollywoodien ou du polar « labellisé». Dans ces deux cinémas, l’hollywoodien et le « labellisé », les héros restent des perdantes et des perdants photogéniques dont la lutte contre le destin a des vertus héroïques, érotiques et possiblement douloureusement initiatiques. Dans le cinéma de Dumont, ces béquilles sont supprimées. Même si ses films savent très bien s’affilier à l’érotisme, à l’amour, à l’optimisme, la tendresse comme à l’humour. Mais ceux-ci sont des surgissements aussi naïfs qu’obstinés, et aussi des impasses, dans une vie d’ordures d’autant plus brutale qu’elle s’étale durablement et se déverse tel un océan dans « le trou du cul du monde ».

 

Série plus qu’hybdride, P’TiT Quinquin et CoinCoin et les Z’inhumains imbrique des genres cinématographiques que chacun reliera au gré de ses souvenirs et de ses références telle une sorte de planche de salut ou de Rorschach de son cinéma intérieur. On peut y trouver du Une Nuit en enfer de Tarantino, de L’Ennui de Cédric Khan avec l’actrice Sophie Guillemin d’après le roman de Moravia, du Matrix des ex-frères Wachowski avec ses agents dupliqués, du Dumont bien-sûr (L’Humanité, Flandres, Hadewijch …) mais aussi The Faculty de Robert Rodriguez ou, tout simplement, une parodie particulière des Taxi de Luc Besson et de bien d’autres films de course-poursuite qui ont pu inspirer ce dernier.

 

La deuxième saison, CoinCoin et les Z’inhumains nous fait moins décoller du binaire. Cela peut-être dû à une moindre inspiration du réalisateur à moins que celui-ci, à trop chercher à se dépareiller de lui-même, se sera finalement privé de certaines ouvertures:

« Voir son clone, c’est voir le néant » fait-il dire au commissaire Van Der Weyden.

 

Par ailleurs, ce magma noir mystérieux d’origine extra-terrestre qui tombe subitement sur les uns et les autres a néanmoins des points de ressemblance avec des activités très humaines : Ce peut-être le pétrole, énergie fossile amenée à se tarir et à emporter avec sa disparition celle de notre monde actuel. Ce peut-être la pollution et les maux de notre monde sous toutes leurs formes. Mais cela peut aussi être le cinéma, dont celui de Dumont, qui tombe sur l’existence de ces comédiens non-professionnels qui n’avaient pas prévu de se retrouver un jour dans une série ou un film. L’acteur interprétant le P’TiT Quinquin (Alane Delhaye) accompagnait par exemple quelqu’un pour le casting de la série lorsqu’il a attiré l’attention.

Le comédien non-professionnel Emmanuel Schotté, le héros du film L’Humanité (et palme d’or comme sa partenaire, Séverine Caneele, pour son interprétation) fait une apparition dans CoinCoin et les Z’inhumains et on regrette de le voir si peu. Ce qui nous amène à reparler de cette « consommation » que Dumont fait des comédiens non-professionnels dans son cinéma.

 

D’abord, il est difficile de s’empêcher de faire une rapide comparaison avec le cinéma d’un Abdelatif Kechiche, autre « falsificateur » du naturel. D’un côté, on a Dumont adepte de la prise unique et de peu de répétitions qui va chercher des comédiens non professionnels. De l’autre côté, on a Kechiche, sorte d’addict des prises, qui entend faire lâcher prise et ne comprend pas qu’un comédien professionnel puisse compter le nombre de fois qu’il a mis son jeu dans la prise.

 

Dans CoinCoin et les Z’Inhumains, le jeu d’acteur de Bernard Pruvost (le commissaire Van Der Weyden) est comme gâché. Dumont semble se comporter avec cet acteur comme le lieutenant Pharaon de Winter (le comédien Emmanuel Schotté) dans L’Humanité lorsqu’il embrassait certaines personnes sur la bouche avant de les abandonner. S’il est courant que des réalisateurs se servent des acteurs comme d’une pâte à modeler ou d’une sculpture, avec leur consentement, il est étonnant de voir Dumont embarquer son « héros » ( le commissaire Van Der Weyden) véritablement bon comédien dans P’TiT Quinquin dans un certain enlisement par la suite. Surtout qu’en regardant P’TiT Quinquin et CoinCoin et les Z’inhumains, Dumont rappelle à nouveau, y compris à l’auteur de cet article, comédien formé, qu’il est bien des inconnus, adultes et enfants, complètement étrangers au jeu d’acteur, qui, même s’ils sont guidés par les indications qui leur sont données dans une oreillette, déboisent le regard.

La version audio de cet article est disponible ici P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’Inhumains version audio

Franck Unimon, vendredi 6 septembre 2019.

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>