La fête de l’Huma

» Posted by on Août 30, 2019 in Echos Statiques | 0 comments

La fête de l’Huma

 

                                             La Fête de l’Huma

 

 

 

« La Fête de l’Huma ». Festival de musique aussi connu pour sa proximité avec le Parti communiste français que pour ses têtes d’affiche et le prix de son billet d’entrée défiant, en région parisienne, à peu près toute concurrence. A titre de comparaison, la dernière édition 2019 ( 23, 24 et 25 aout) du festival Rock En Seine au parc de St Cloud, dans les Hauts de Seine, l’un des plus gros festivals Rock de France,  mettait son pass un jour à 49 euros l’entrée- tarif réduit– ( le plein tarif étant à 69 euros). Pour pouvoir bénéficier de ce tarif réduit, il fallait avoir moins de 18 ans; avoir moins de 25 ans à condition de résider dans la ville de St Cloud; ou être demandeur d’emploi, être allocataire du RSA ou avoir un statut d’handicapé.

Le pass trois jours de Rock en seine plein tarif coûtait cette année la gentille somme de 159 euros. Il est bien-sûr un certain nombre de festivaliers qui ont moins de 25 ans. Mais il est aussi très courant qu’un certain nombre de festivaliers soit plus âgé et habitent hors de St Cloud se retrouvant ainsi d’office éligibles au plein tarif pratiqué par Rock en Seine. 

 

De son côté, la fête de l’Huma, elle, propose uniquement un pass trois jours plein tarif  pour un “petit” peu moins cher qu’à Rock en Seine :

40 ou 45 euros.

 

Cette année, au festival Rock en Seine, je serais bien allé voir The Cure et Jorja Smith. A Rock en Seine, j’ai déjà « vu » Björk, le dernier concert des Rita Mitsouko, Emilie Simon, The Jesus and the Mary Chain. C’était en 2007.

Cette année, j’ai refusé d’aller à Rock en Seine. J’ai l’impression que le prix- déjà assez élevé- des pass de Rock en Seine a beaucoup augmenté depuis la création du festival en 2003. Cela a peut-être un rapport avec le nom du nouveau propriétaire du festival :

 

« Par Les Echos

Publié le 30/03/17 à 09h39

Banquier passionné de rock, Matthieu Pigasse s’offre le festival parisien Rock en Seine. Ce rachat, via son holding personnel LNEI (Les nouvelles éditions indépendantes), vient renforcer les investissements culturels de ce boulimique de production indépendante, qui détient depuis 2009 plusieurs médias (Radio Nova, Les Inrocks…). Le patron de la banque Lazard en France est aussi copropriétaire du Monde depuis 2010, avec le patron de Free, Xavier Niel, et le mécène Pierre Bergé. Il vient d’ailleurs de racheter avec le même Xavier Niel le groupe de télé AB ».

 

 

Il serait très surprenant d’apprendre que Matthieu Pigasse, « banquier passionné de rock », rachète la fête de l’Huma. Mais je m’avance peut-être un peu trop dans un monde où l’on tient absolument à nous faire rentrer dans la tête  que tout s’achète.

 

J’ai été étonné d’apprendre que la première édition de la fête de l’Huma date de 1930. C’était dans la ville de Bezons, pas très loin d’Argenteuil.(Par la bouche )

Je suis allé à la fête de l’Huma, au parc Georges Valbon à la Courneuve en Seine St Denis, pour la première fois, en 2014. Pour Massive Attack. Au passage, j’avais revu Alpha Blondy en concert avec plaisir. Qu’est-ce que j’ai raté comme grands concerts auparavant à la fête de l’Huma ! Il vaut mieux que je m’abstienne de regarder.

 

 

Cette année, Kassav’( Un Moon France en Concert  mais aussi Kassav’) m’a donné envie de retourner pour la seconde fois à la fête de l’Huma, les 13, 14 et 15 septembre. Kassav’ et Aya Nakamura, Youssou Ndour, Miossec.

Je n’ai jamais vu Aya Nakamura en concert mais j’aime plusieurs titres de son dernier album. Et j’avais beaucoup aimé et été très étonné par l’énergie d’un concert de Miossec vu à la salle des fêtes de Taverny il y’a plus de quinze ans. Je suis aussi curieux de voir Soprano, Les Négresses vertes, Paul Kalkbrenner.

J’espère que sur scène, Youssou Ndour a bien vieilli car il est pour moi une institution. Pour moi, Youssou Ndour, c’est un artiste de scène et l’ambassadeur du Mbalax bien plus que de « son » tube Seven seconds avec Neneh Cherry -qui m’avait ennuyé- ou de sa reprise des titres de Bob Marley que j’avais trouvées ratées en studio.  Pour l’instant, en studio, je lui préfère ce que l’artiste Tiken Jah Fakoly a fait des titres de Bob Marley.

 

Je suis réservé envers Eddy de Pretto également présent à la fête de l’Huma. Il a une grosse cote en ce moment et tant mieux pour lui. Mais, pour l’instant, je demande à voir.

 

Le parti communiste français- et le journal l’Humanité qui le soutient- ressemble au choix à un parti politique pathétique qui essaie de résister alors qu’il continue de s’effriter ou à un parti nostalgique de certaines dictatures bolchéviques et staliniennes. Et, son ascendant indirect, Poutine, est très loin de s’évertuer à nous séduire.

 

 

 

En me rendant à cette dernière vente de soutien avant la fête de l’Huma de cette année, j’ai néanmoins été touché par ces militants présents. A peine une centaine. Patrick le Hyaric, l’homme au micro, je présume, faisait pourtant le même effet qu’un animateur de supermarché. Une absence fatale de charisme récompensée par l’indifférence exemplaire des passants dans cet endroit de Paris, aux Halles, pourtant plus que central et fréquenté.

 

 

Patrick le Hyaric, en dépit des sujets sensés qu’il abordait, que j’ai à peine écoutés, symbolisait cet isolement qui nous berce désormais et dont profitent banquiers, entrepreneurs et hommes politiques dont la principale ambition est de continuer de se « goinfrer » tandis que nos vies et notre planète se vident et que nous devenons de plus en plus sourds et intolérants à la raison.

En venant, j’ignorais que le simple fait d’aller acheter à prix réduit mes billets pour la fête de l’Huma  (28 euros la place contre 40 ou 45 euros sur place lors de la fête de l’Huma) à cette manifestation de soutien pourrait me donner envie de tomber communiste.

 

 

L’homme qui m’a vendu les bons de soutien- qui deviendront billets nominatifs- m’a dit être sourd. Il avait une bonne soixantaine d’années. Mais il m’a écouté- et compris- bien mieux que bon nombre d’entendants.

 

 

Les militants présents étaient plus de sa génération que de la mienne même s’il s’est trouvé quelques personnes présentes qui ont fait un peu baisser la moyenne d’âge.

 

 

 

 

« Mon » vendeur m’a expliqué avec pédagogie comment m’y prendre pour récupérer mes billets d’entrée après être allé sur internet. J’ai trouvé le service après vente du journal l’Humanité très bon. Lui, allait rester là jusqu’à 19h30 (c’était bientôt l’heure). Mais  les « copains » allaient peut-être rester encore. J’ai à peine pu concevoir les combats et les voyages connus par ces visages militants. Mais il devait y en avoir des centaines et ce, depuis plusieurs générations :

Je « sais » que des militants du parti communiste se rendant à la fête de l’Huma en famille avec leurs enfants en bas âge. Et qu’ils assistent ou participent aux nombreux débats qui ont lieu lors du festival.

Dans le prospectus distribué lors de cette vente de soutien, on peut lire par exemple :

 

” La fête de l’Humanité s’est construite autour du partage, des idées et des rencontres offrant chaque année débats et échanges autour des problématiques d’aujourd’hui et de demain.

Dans un monde où l’individualisme domine, la Fête s’engage à remettre l’Humain au centre des préoccupations : solidarité, justice, progrès social…Des gilets jaunes aux hôpitaux français au bord du burn-out, en passant par les zones d’ombres entourant la morte de Steve, autant de sujets d’actualité venant nourrir les multiples discussions ayant lieu aux quatre coins de la Fête.

Dans le monde aussi, les choses ne tournent pas rond. D’un Brésil gouverné par un leader d’extrême droite, au formidable soulèvement populaire algérien, sans oublier les milliers de personnes s’échouant encore aux portes de l’Europe…

L’urgence de se réunir est d’autant plus forte que certains sujets impliquent un changement immédiat des mentalités. Alors, agissons !

L’environnement et le climat seront au coeur de cette 84ème édition avec l’organisation, le vendredi 13 septembre, d’une grande marche pour le climat, initiée et poursuivie toute cette année par les mouvements lycéens. Il n’est plus possible de rester seul chez soi. Faites bouger les choses, venez à la Fête de l’Humanité !”

 

 

Plus que de la désolation et de la solitude, j’ai senti chez ces personnes présentes hier- pour celles et ceux qui sont du parti communiste-une loyauté que l’on pourra juger aveugle et idiote compte tenu de la place et de la réussite du parti communiste dans les sondages comme dans la société française et politique récente mais que j’ai trouvée honorable. Et plus rassurante que toutes ces mauvaises nouvelles et toutes ces défaites en France et ailleurs qui sont devenues la norme.

 

En m’éloignant, je me suis dit qu’à la place de Patrick le Hyaric, il y’a dix ou quinze ans, un Emmanuel Macron, actuellement président de la république française, aurait pu tout aussi bien parler dans le même micro devant des passants tout autant indifférents.

Cela arrivera peut-être un jour. Lorsque le pouvoir de l’argent et des armes aura été désactivé et été déclaré irresponsable. Et que pour vibrer et se sentir vivant, il suffira par exemple de se rendre à un festival de musique ou d’y participer en tant qu’artiste ou organisateur.

 

Franck Unimon, ce vendredi 30 aout 2019.

 

 

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>