A Voir absolument

» Posted by on Fév 24, 2020 in Cinéma | 0 comments

A Voir absolument

 

 

 

                                                     A voir absolument

La norme, chez l’être humain, c’est l’extrême. Je le réapprends de temps en temps avec du  retard. Je t’aime et je t’adore aujourd’hui mais aussitôt que je serai suffisamment intime avec toi, je deviendrai parfaitement libre de te maudire et de vouloir modifier ta race et ta constitution pour plusieurs générations. De leur faire subir toutes les interruptions de grossesse – même si tu es un homme- et toutes les perturbations endocriniennes disponibles et accessibles à  mes connaissances. Oui, j’ai du chien ! Même si tu l’oublies alors que je te souris et que je suis cool avec toi. Tu as intérêt à bien te tenir. C’est aussi simple que ça.

 

La mauvaise foi est bien-sûr un fantastique adjuvant en même temps qu’un puissant conducteur. C’est également un excellent liant. Et, certaines fois, aussi, un très bon facilitateur de l’appareil reproducteur. Car si la norme chez l’être humain, c’est l’extrême, la contradiction et l’opposition font partie de ses meilleurs aphrodisiaques.

 

Je n’avais pas prévu ce préliminaire pour commencer à parler de cette affiche. C’est venu tout seul il y a quelques minutes après avoir relu mon texte écrit rapidement il y a plusieurs semaines.

 

 

Cela fait plusieurs jours, que je vois l’affiche de ce film :

 

A voir absolument. Il est un peu plus de 8 heures ce matin. Je suis dans le bus 21 qui traîne du côté des Halles. Dans moins d’une heure trente, je vais interviewer Abdel Raouf Dafri pour son premier film en tant que réalisateur : Qu’un sang impur. ( Interview en apnée avec Abdel Raouf Dafri)

 

Mais parlons de ce film, Scandale, qu’il faut voir absolument tandis que je suis assis à côté d’une femme sur une place prioritaire. Imitant en cela une autre femme sur ma gauche.

Quelques minutes plus tôt, j’avais bien vu que la femme à côté de qui je me suis décidé à m’asseoir m’avait en quelque sorte fait une petite place. Mais j’avais résisté.

Je suis d’abord resté debout comme un soldat avec mon sac.

 

Depuis des mois ou des années, je me suis aperçu que, désormais, dans les transports, j’ai tout un tas de scrupules à m’asseoir à côté d’une femme inconnue. Parce qu’en tant qu’homme, je suis suspect. Et si je suis embarrassé, c’est évidemment parce que j’ai des reproches à me faire.

 

Assis à côté de cette femme inconnue dans ce bus 21, je m’attends à ce que la brigade des mœurs monte bientôt afin de venir me menotter. En attendant, je poursuis  mon parcours de délinquant sexuel potentiel et passif. Un de ces jours, on instaurera des transports en commun ou des quotas séparant les femmes des hommes. Et les contrôles porteront aussi sur notre genre sexuel. Les transgenres deviendront alors encore plus les nouveaux Arabes et les nouveaux Nègres de la société. Pour celles et ceux qui ne m’ont jamais vu : J’informe que je suis noir de peau de naissance et le resterai jusqu’à ma mort sauf événement imprévu et indépendant de ma volonté.

 

 

Non, Madame ! Ce n’est pas de ma faute si le bus 21 s’arrête à la station Palais Royal au lieu de St-Ouen ! Même si je l’apprends en même temps que vous. Comme vient de vous le dire le chauffeur de bus, il fallait regarder l’affiche !

 

Mais c’est peut-être de ma faute si les trois actrices principales du film Scandale, qu’il faut absolument aller voir, sont, à nouveau, trois blondes. Même si, vous, Madame, vous n’êtes pas du tout blonde. Pourtant, toutes les femmes sont blondes. Toutes les femmes hautement désirables depuis au moins un demi-siècle au cinéma sont automatiquement et majoritairement blondes. Et, ça, il faut le voir absolument. Bien-sûr, il y a des exceptions, Madame.  Jennifer Connelly, présente dans le film Alita, Battle Angel réalisé par Robert Rodriguez qui m’a bien plu,  ressemble de plus en plus à Demi Moore. Alden Ehrenreich- qui est un homme- rappelle James Dean.

Dans le milieu du cinéma, on est très loin d’être conservateur. On est vraiment dans le renouvellement et dans l’évolution des modèles et des visages.

 

Je dois voir ce film. C’est bon pour ma rééducation et ma conscientisation.

 

J’irai aussi le voir parce qu’avant l’affaire Weinstein – j’ai malheureusement raté le documentaire qui lui a été consacré. Mais c’est sûrement du fait de ma complicité inconsciente avec lui même si le documentaire est resté peu de temps dans quelques salles – avant l’affaire DSK et d’autres affaires de viol et de harcèlement, j’aimais déjà le jeu d’actrices de Nicole Kidman et de Charlize Theron. Mais ça, j’aurais dû absolument le passer sous silence. Puisque je suis un homme, je suis sûrement allé voir ces femmes au cinéma pour des motifs dépravés.

 

PS : c’est comme avec cette stagiaire à qui j’ai fait la bise ce matin. Finalement, elle ne m’avait rien demandé. J’y repense seulement maintenant. Elle ne m’avait pas demandé de l’inclure dans cette ronde des bises matinales. Elle et moi, nous n’avons pas gardé les cochons ensemble. Et même si nous l’avions fait, un de ces jours, elle pourra me reprocher de l’avoir forcée, moi qui pourrais être son père, et qui étais en situation de supériorité de par mon grade et ma fonction. J’aurais dû lui demander la permission. Et non pas la mettre devant le fait accompli en présence de tout le monde (une grande majorité de collègues femmes).

 

Il va falloir que je me reprenne. Et que je sache me tenir. Comme avant, lorsque j’étais puceau, que j’écrivais des poèmes à une jeune de mon âge pour lui déclarer mes sentiments et que, le plus souvent, je me prenais des râteaux.  J’aurais dû écrire un poème à cette étudiante afin de lui demander si je pouvais lui faire la bise. Ou établir une demande en bonne et due forme. Faire parvenir cette demande à la responsable de son centre de formation voire peut-être à ses parents voire à sa compagne ou à son compagnon – que je ne connais pas- même si elle était majeure.

 

Mais je raconte n’importe quoi. Je fais du mauvais humour pour masquer le fait que, là, je me suis mis dans une très très mauvaise situation. En plus, je suis marié et j’ai une fille. Non seulement je donne un très mauvais exemple. Et, en plus, je banalise le viol et toutes les offenses faites aux femmes par les hommes depuis des millénaires. Le scandale. C’est une attitude complètement irresponsable. Méprisable. Indéfendable. Et ça a l’air de beaucoup m’amuser, en plus.

 

Ça commence par une bise pour dire bonjour à une stagiaire présente dans le service depuis plusieurs semaines. Et, ensuite, on sait tous que ça se transforme en autre chose de beaucoup plus grave. Oui, mais maintenant que j’ai commencé, si j’arrête de lui faire la bise alors que je vais continuer d’embrasser mes collègues femmes – que j’ai vues lui faire la bise- pour les saluer, que va t elle penser ? Que je suis bizarre ? Et si je la regarde plus de cinq secondes ?

 

Lorsque je passe devant l’affiche, je le vois bien, que sans rien dire, avant même d’aller  voir le film,  que Nicole Kidman, Charlize Theron et Margot Robbie me jugent déja. C’est la norme.

 

Franck Unimon, ce lundi 24 février 2020.

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>