J’ai bugé !

» Posted by on Nov 4, 2020 in Argenteuil, Corona Circus, Croisements | 0 comments

J’ai bugé !

 

 

                                                   J’ai bugé ! 

Ce dimanche soir, j’ai assez vite perçu que cela ne se passait pas comme prévu.

 

Ordinairement, depuis Argenteuil, on met entre 11 et 17 minutes par le train pour arriver à Paris St Lazare. Mais ce dimanche matin, en revenant du travail, j’ai découvert qu’il y avait des travaux sur la voie ferrée ce week-end. Et que j’allais devoir prendre une navette en passant par la gare de Bécon-Les-Bruyères.

 

Cela s’est très bien passé ce dimanche matin à Bécon-les-Bruyères. Même si, avec les événements récents, l’attentat jihadiste dans une église catholique à Nice, et la symbolique du bus, sorte de convoi possible vers la mort, je n’ai pu m’empêcher d’avoir un petit peu de retenue en abordant la navette. Devant  celle-ci, un employé barbu nous attendait. Oui, nous en sommes parfois un peu là avec les inconnus. Pour peu qu’une situation imprévue s’impose à nous après un événement aussi effrayant que celui de Nice ou d’ailleurs. La mort de Samuel Paty avait aussi à peine refroidi.

 

 

Ma retenue passagère devant cet employé avant de monter dans la navette fut le moment, ce dimanche matin, où j’avais un peu bugé. Ensuite, le trajet s’était fait sans encombre en une vingtaine de minutes jusqu’à la gare d’Argenteuil. Puis, j’étais rentré chez moi.

 

Ce dimanche soir, le chauffeur de la navette qui arrive à la gare d’Argenteuil pour nous transporter jusqu’à la gare de Bécon-les-Bruyères est noir. Je serais évidemment monté même s’il avait été Arabe. Et barbu. Mais, disons, que je suis monté en toute confiance. Alors même que je sais- en théorie- que l’on peut être noir et jihadiste :

 

Pour avoir lu Les Revenants ( publié en 2016) de David Thomson il y a un ou deux ans, je « sais » que des compatriotes antillais sont partis faire le Jihad en Syrie. Par ailleurs, certains événements au Nigéria ou au Mali nous montrent bien qu’il existe des noirs jihadistes.

 

Le jihadisme est une sorte de pèlerinage fait de différents visages et de différents sexes dont l’unique monument est la mort. Tout le contraire de ma vie et de mon métier. Même si, dernièrement, je suis tombé par hasard devant la proximité qui peut exister entre le verbe « guérir » et le mot «guerrier». 

 

Et ça me plait bien, ça, de me dire que celles et ceux qui essaient de guérir, que ce soit se guérir eux-mêmes ou les autres, puissent être ou sont des guerriers.

 

Malgré les armes de destruction massive, les horreurs et les apparences, les vrais et les plus grands guerriers sont peut-être, finalement, toutes celles et ceux qui s’efforcent de guérir le monde plutôt que de le meurtrir ou de le conquérir. Et cette guérison commence d’abord par soi-même.

 

Nous avons tellement à guérir en nous :

 

Nos peurs, nos colères, nos préjugés, notre ignorance, nos exigences.

 

Je ne pensais pas à ça dans la navette ce dimanche soir. Nous étions une dizaine de passagers. Des Noirs et des Arabes. On me croit sans doute obsédé par la couleur de peau des gens. Et, je le suis en partie. Mais, c’est pourtant un fait : dans cette navette, ce dimanche soir, en partance depuis la gare d’Argenteuil, nous étions bien principalement des Noirs et des Arabes. Aucun asiatique. Aucun blanc.

 

Peut-être deux femmes. Des hommes pour le reste. Cette information ethnique a pour moi plus valeur sociologique que valeur morale.

 

Si nous étions partis de la gare de St Germain en Laye, que je connais un peu, ou d’Enghien les Bains (plus proche d’Argenteuil), je veux bien croire qu’il y aurait eu, peut-être, un petit peu plus de mixité sociale. Et, encore, cela dépend des horaires.

Ce dimanche soir, je ne sais pas où ces autres passagers se rendaient. Mais, moi,  j’allais au travail pour ma troisième nuit de suite.

 

 

A la gare de Colombes, tout allait bien. Même si j’ai été un peu étonné que le chauffeur s’arrête à la gare de Colombes avant de passer par la gare Le Stade.

 

J’ai vu le chauffeur se renseigner pour la suite de l’itinéraire auprès d’agents de circulation, une jeune femme et un jeune homme, noirs tous les deux. Le prochain arrêt semblait être deux ou trois rues plus loin.

 

Un jeune homme est allé voir le conducteur pour lui demander s’il s’arrêtait bientôt. Il voulait descendre à Bois-Colombes et nous étions dans Bois-Colombes. Très sûr de lui, le chauffeur, dont le masque anti-covid était baissé sur le menton durant tout le trajet, lui a affirmé que c’était pour bientôt.

 

A la gare d’Argenteuil, j’avais vu ce jeune dégingandé arriver. La vingtaine, lui et un autre passager traînant une valise à roulettes, s’étaient alors reconnus. Depuis le fond du bus, on les entendait discuter. Le plus jeune s’exprimant à voix haute.

 

Il avait eu sa mamie au téléphone un peu plus tôt et avait essayé de lui expliquer.

 

« J’ai  arrêté l’école très tôt car la rue m’a appelé ». Son copain s’était alors mis à rire.

 

Puis, inquiet pour le climat politique de la France, celui qui avait appelé sa mamie avait lâché :

 

« 2002. On est déjà dans la merde, arrêtez avec Lepen ! ». Rires des autres passagers dans la navette.

 

Ensuite, leurs projets pour l’avenir avaient été exposés :

 

« Une petite femme, un petit boulot, un petit travail, et voilà ! ».

 

A ce moment, pour une raison inconnue, le chauffeur avait repris la route pour…Argenteuil. Puis, il fit ce constat à voix haute :

 

« J’ai bugé ! ».

 

Dans un carrefour, il fit demi-tour. Au moins savait-il manœuvrer le véhicule.

 

Nous étions bien avancés dans la ville d’Asnières, et nous nous rapprochions de Clichy, lorsque je me suis dit qu’il fallait aller voir le chauffeur. Là, celui-ci m’a appris qu’il ne connaissait pas le parcours. La SNCF l’avait mandaté mais ce n’était pas son trajet habituel. Il était donc volontaire mais limité.

 

Les autres passagers sont restés plutôt calmes. Même s’il a été étonnant de voir comme, même en étant correctement renseignés, on peut comprendre une même information différemment. Un passager, le plus proche du conducteur, croyait par exemple que la navette allait nous emmener directement à la gare St Lazare.

J’ai dû apprendre à certains passagers qu’il y avait la gare d’Asnières sur Seine et la gare de Bécon les Bruyères. Qu’il s’agissait de deux gares différentes même si toutes les deux se trouvent dans la ville d’Asnières.

 

Le chauffeur de bus m’a d’abord un petit peu « résisté ». Lorsque j’ai essayé de l’orienter, je m’appuyais sur le fait que je connaissais un petit peu le coin. Non, aller à gauche là où il était indiqué St Denis et Clichy n’était pas notre direction.

Apercevoir assez vite un panneau montrant Bécon les Bruyères m’a rendu un peu crédible. Plus que le jeune homme « de Bois Colombes » qu’il a d’abord voulu consulter et qui, heureusement, a bien pris la tournure des événements et n’a jamais tenté d’avoir un rôle d’éclaireur.

 

Voir un ou deux autres panneaux et les montrer au conducteur a continué de nous mettre sur la bonne voie. D’autant que, son téléphone à la main, celui-ci a voulu s’en servir comme GPS. C’est bien utile, le GPS sur le téléphone. Sauf lorsqu’il vous indique la mauvaise route. Un copilote improvisé avec deux yeux et une tête, et qui parle, ça peut aussi aider.

 

Nous sommes arrivés à la gare de Bécon les Bruyères après quarante bonnes minutes de route. Le chauffeur, soulagé, m’a remercié. Ainsi qu’un des passagers, que je trouvais plutôt assez jovial alors que nous marchions dans les rues calmes nous menant à la gare de Bécon les Bruyères. Le quartier était agréable et aussi plutôt cossu.

 

 

Le train pour Paris St Lazare est arrivé. Nous étions dedans depuis à peine quelques minutes, lorsque, assis un peu plus loin devant moi, j’ai vu « mon » passager jovial apostropher une femme qui était au téléphone avec ses écouteurs :

 

« Parle plus doucement ! Sale raciste ! Tu me prends pour les blancs ?! Je te cogne, moi ! ».

 

Debout, la femme, a d’abord tenu tête sur le ton de «  Si vous n’êtes pas content, descendez du train!». Puis, elle s’est rapidement rassise et a parlé plus doucement. Notre homme qui avait arrêté d’être jovial avait dû être persuasif.

 

A la station Cardinet ou Clichy Levallois, deux jeunes couples sont montés dans la voiture. Détendus, souriants, ils ignoraient tout ce qui avait pu se passer depuis notre départ d’Argenteuil. Je me suis dit que la vie se déroule de cette façon tous les jours.

 

Pour rapide qu’ait été notre trajet jusqu’à St Lazare depuis Bécon les Bruyères, j’étais content d’arriver. Avant que les portes du train ne s’ouvrent sur le quai, me revoilà côte à côte avec « mon » jovial. J’essaie de lui dire quelques mots. De le raisonner. Il me répond :

«  Je les déteste ».

 

Avant de nous séparer, j’ai juste l’élan de lui répondre :

 

«  La haine n’est pas la solution ». Puis, nous nous souhaitons mutuellement une bonne soirée.

 

 

Franck Unimon, ce mercredi 4 novembre 2020.  

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>