Ou aller ? Le Garçon et la bête

» Posted by on Oct 10, 2021 in Cinéma, self-défense/ Arts Martiaux | 0 comments

Ou aller ? Le Garçon et la bête

 

                                          Ou aller ?/ Le Garçon et la bête

 

Le Garçon et la bête

 

Finalement, hier après-midi, j’ai proposé à ma fille de voir le manga Le Garçon et la bête de Mamoru Hosoda. A défaut, comme je souhaite le faire depuis plusieurs semaines, de l’emmener faire du vélo jusqu’à la Tour Eiffel. Eiffel Tower

 

 

J’avais vu Le Garçon et la bête au cinéma à sa sortie.  En 2015.

 

Hier après-midi, je me rappelais l’histoire de façon assez floue :

 

Au Japon, le jeune Ren a neuf ans lorsque sa mère décède suite à un accident. Son père les a quittés, lui et sa mère, des années plus tôt et ne les a plus revus. Un oncle désire l’adopter. De cette façon, Ren, selon ce « plan d’adoption » pratique, pourra bénéficier d’une bonne situation économique et sociale et, en contrepartie, devenir cet enfant que cet oncle et sa femme n’ont pas pu avoir…ou obtenir.

 

Mais Ren, contre « toute logique », refuse, se révolte et s’enfuit dans la rue jusqu’à devenir un possible SDF.

 

 

Rien que ce début pourrait suffire pour débattre. Que vaut-il mieux privilégier ? La sécurité économique et sociale ? Ou la loyauté et la mémoire de l’affection de celles et ceux que nous avons perdus ?  Nos valeurs morales et affectives ou les valeurs matérielles ?

 

Jusqu’à quand ? Et à quel prix ? L’attitude de Ren peut être facile à comprendre si l’on part du principe qu’à son âge, 9 ans, l’individu que l’on est peut être plus ou moins encore assez « animal » , viscéral, spontané. Avant que l’éducation, les règles, les valeurs, les sanctions, les modèles et les interdits, d’abord de nos parents, de notre famille, de notre entourage, de notre culture, de l’école, des institutions que nous rencontrons et de la société dans laquelle nous vivons ne nous ordonnent et ne nous fasse comprendre à quel endroit et quel poste elle nous tolère ou nous « veut ». Et à quel prix. Mais aussi pour une certaine durée plus ou moins déterminée.

 

Se voiler la face “à la Française”

 

En France, on peut se voiler la face devant Le Garçon et la bête et se dire que l’histoire se passe au Japon. Et qu’il est bien « connu » que le Japon est une société rigide.

 

Cependant, un assez petit effort d’introspection, de mémorisation et d’observation peut nous permettre de remarquer que, même en France, la plupart des enfants connaissent exactement le même « processus » à la Française de socialisation, de domestication, de dressage, de conditionnement. Pour employer un autre mot que celui de « formatage ».

Dès la maternelle où ma fille avait été scolarisée, dans une école publique, j’avais été étonné de voir le nombre rapidement croissant d’enfants qui avait été placés à l’école privée voisine et réputée par leurs parents. Si d’autres enfants avaient quitté l’école pour des raisons dues à des déménagements, cette urgence de certains parents à placer, dès que possible, leurs enfants dans une école privée m’avait beaucoup touché. Et, je me rappelle encore de la mère de deux jeunes filles, une de l’âge de ma fille et sa sœur ainée, avec lesquelles il nous arrivait, au début, de faire ensemble le trajet jusqu’à l’école publique. Lorsque celle-ci, une fois que les deux jeunes filles avaient été inscrites et mises en lieu sûr dans l’école privée voisine, avait gentiment insisté pour me faire comprendre que ce serait mieux , pour le « bien » de ma fille, je fasse de même.

 

Dans Le Garçon et la bête, les parents qui souhaitent adopter Ren pourraient représenter l’assurance de l’école privée où, à ce jour, ma fille, n’est pas scolarisée.

Sauf que ces parents qui veulent adopter Ren, même s’ils ont sans doute de bonnes intentions, se comportent avec Ren comme s’il était un animal, oui. Mais un animal domestique ou déjà domestiqué. Et, au Japon comme en France, on peut être un enfant déjà domestiqué avant ses six ans.

Ce sont ces enfants souvent « parfaits », « sages » et exemplaires  qui ne font pas de vagues. Qui travaillent bien.  Qui parlent bien. Qui sont polis et aimables. Qui sont “propres” dès deux ans. 

Qu’il suffit de regarder avec un peu d’insistance ou en élevant un tout petit peu la voix devant eux dès que leur comportement ne nous convient pas. Et, avec lesquels, très vite, tout « rentre dans l’ordre » :

 

L’enfant se ravise, se « calme », se tait, se conforme ou se soumet à ce que l’adulte (parent ou autre) souhaite. Décide. Désire. Ou semble vouloir.

 

Une des actualités du moment :

 

Je profite de cette dernière phrase pour bifurquer vers une des actualités des moments :

Les actes aujourd’hui reconnus de pédophilie au sein de l’église catholique.

Première page du journal ” Le Monde” de ce mercredi 6 octobre 2021.

 

Si les mômes dont certaines autorités catholiques ont abusé avaient eu la capacité d’un Ren de se révolter, je crois qu’il y aurait eu moins de victimes d’actes de pédophilie au sein de l’église catholique. Mais aussi ailleurs.

Le film Mystic River adapté en 2003 au cinéma par Clint Eastwood d’après le roman de Dennis Lehanne dit exactement la même chose :

La victime (jouée à l’âge adulte par l’acteur Tim Robbins) des deux adultes pédophiles n’est autre que le plus fragile et le plus gentil des trois jeunes garçons qu’ils croisent. Celui dont on « pressent » qu’il se dominera tellement lui-même, qu’il s’interdira toute révolte comme toute fuite, qu’il sera d’autant plus facile d’en faire ce que l’on en veut.

 

Pas ce genre d’enfant :

 

Ren/Kyuta n’est pas ce genre d’enfant. Ou de personne. Cela est peut-être du à sa colère et à sa tristesse. Une colère et une tristesse qu’il se permet et qui le motorisent. Mais une colère et une tristesse auxquelles, déjà, il sait donner des limites. Cela peut être dû à son tempérament. Ou à ce qu’il a eu le temps de vivre de « bon » et de « bien » avec des êtres humains : la bienveillance, la constance, la douceur…

J’ai lu récemment que le rôle principal des parents est d’apporter de l’amour à leurs enfants. Or, en tant que citoyens et adultes, nous recevons tellement d’injonctions que nous pouvons l’oublier. Puis, en arriver à croire qu’en tant que parents, la priorité est d’abord de faire en sorte que notre enfant entre dans le moule et de lui assurer une aisance matérielle suffisante. Et que le reste, l’épanouissement et la reconnaissance de notre enfant, suivra automatiquement. Mécaniquement.

 

Stabilité émotionnelle et maturité affective

 

Ren/Kyuta, à ses 9 ans, a sûrement reçu beaucoup ou suffisamment d’amour et de bienveillance. Car,  après la mort de sa mère et la disparition précoce de son père, même seul, il n’est pas que colère et tristesse. Il est aussi capable d’anticiper, de réfléchir pour construire et pour grandir. Pour avoir envie et besoin de continuer d’apprendre. Il sait pratiquer l’introspection. Il est capable d’écouter. Il sait observer. Ce qui le différencie de l’animal total et a priori sans règles qu’est Kumatetsu qui propose de l’adopter. Et que Ren va accepter comme « père » spirituel ou Maitre. Certains spécialistes de l’enfance diraient sans doute que Ren, du haut de ses neuf ans, a une bien meilleure stabilité émotionnelle ainsi qu’une plus grande maturité affective que son…Maitre Kumatetsu qui est pourtant un adulte ainsi qu’un guerrier exceptionnel et redoutable. Car, du haut de ses neuf ans, Ren/Kyuta ( ce second prénom est celui que lui donne Kumatetsu) a reçu plus d’amour et d’affection que son Maitre/Sensei Kumatetsu et est, dans ce domaine, son aîné.

 

 

 Le Garçon et la bête nous rappelle ainsi que l’on peut être devenu un adulte reconnu et imposant et être resté….un enfant inconnu de tous. 

 

 

J’avais prévenu que, rien que le début de ce manga pourrait suffire pour provoquer un débat.

Autre débat : Aujourd’hui, le succès de stars de téléréalité ou d’autres domaines (cinéma, musique….) impose sous toutes ses formes la dictature de l’image. L’image que l’on donne de soi a toujours eu de l’importance. Dans le pire des cas, même les personnes criminelles font, au départ, en sorte d’offrir d’elles l’image de personnes fréquentables et “normales”. Cependant, aujourd’hui, cette norme et cette nécessité de l’image a encore plus renforcé son emprise sur nous. 

 

Des stratégies et des mondes contraires

 

Qui veut réussir aujourd’hui doit être « vu » et « revu » un certain nombre de fois. Ou pouvoir être “vu” et “revu” plutôt rapidement au moment où il fait sa promotion ou se met sur le “marché”.

On peut critiquer cette norme ou cette habitude. La regretter. Mais on doit aussi la constater. On doit aussi apprendre à soupeser ce que l’on est prêt à concéder à cette norme et habitude. En fonction du résultat et du type de popularité que l’on recherche. Et de ce que l’on peut accepter de rendre public de soi.

 Ainsi, une artiste telle la chanteuse Angèle qui peut porter des messages très lucides et très louables sur différents sujets doit de s’être faite connaître au début, assez rapidement, grâce à Instagram, je crois. 

 

Tel autre artiste, français ou étranger, en mettant des vidéos sur Youtube.

 

Avant hier, en plein Paris, j’entendais une jeune femme, sans doute encore adolescente, s’engueuler dans la rue au téléphone avec son père en lui disant :

 

« Mais, papa, aujourd’hui, beaucoup de monde peut trouver du travail grâce à Facebook ! ».

Mais il n’y a pas que les nouveaux moyens de communications qui peuvent permettre de réussir. Il y a aussi certaines niches, de nouveautés encore, où il faut savoir s’engager au “bon” moment. Avant que le marché ne soit saturé et la concurrence trop importante.

Il y a une vingtaine d’années, ou un peu plus, se lancer dans le Rap pouvait être un moyen plus facile de se faire connaître si cela “marchait”. Aujourd’hui, la personne qui décide de se lancer dans le Rap en France a intérêt à être plus que bon et d’avoir une patte originale. Car en plus d’un héritage solide en matière de Rap avec des groupes précurseurs, connus et moins connus du grand public, il y a aujourd’hui plus d’artistes de Rap en activité en France qu’au début des années 90- 2000. 

Je me rappelle aussi de l’acteur Daniel Auteuil, alors déja reconnu, disant que s’il avait jeune acteur à l’époque la première saison de Loft Story, une émission de télé réalité donc une émission plutôt considérée comme moins noble d’un point de vue culturel ( Nabilla ou Loana ont des prétentions culturelles, sociales intellectuelles autres qu’Anne Sinclair et Léa Salamé  même si leurs ambitions peuvent se rejoindre sur certains points ) qu’il aurait tout fait pour y participer. Le Daniel Auteuil de Manon des Sources et d’autres films d’auteur mais aussi de comédies qui lui ont donné un statut de comédien et d’artiste indiscutable. Au contraire de Nabilla ou de Loana dont on peut surtout regarder la plastique- déferlante ou obéissante- et admirer soit le sens des affaires. Soit l’aptitude à rester malgré tout l’invitée de certains cercles télévisés et médiatisés. 

 

Aussi, pour celles et ceux, jeunes et moins jeunes, qui ont pu trouver leur emploi, leur conjoint, leur conjointe, leur coup du soir, leur co-voiturage, leur médecin ou leur appartement,  via des applications où il s’agit de se faire voir mais, surtout, de se faire connaître, reconnaître et joindre très vite, l’attitude d’un Ren (sans jeu de mot avec «  un renne ») apparaîtra sûrement comme vieillote, suicidaire. Ou inapplicable.

 

Parce-que, pour réussir, Ren choisit exactement le contraire. D’abord de disparaître. Alors que nous sommes dans une époque où, désormais, il est très difficile d’accepter de disparaître. Puisque disparaître, c’est angoissant, c’est la solitude, c’est ne pas exister. Et, nous bénéficions de tout un tas de prothèses et de tocs qui nous permettent d’éviter de nous sentir noyés dans ça :

 

Le téléphone portable constamment allumé ; être en permanence sur internet ;  l’envoi constant de sms, mms, liens ou mails.

 

Alors que le manga Le Garçon et la bête fait plutôt table rase de toute cette modernité high-tech dont le Japon a longtemps été, et reste, l’un des fleurons mondiaux.

 

Pire, Le Garçon et la bête fait l’apologie de la patience. De la discrétion ( le fait de disparaître) et de pouvoir accepter de travailler durement et quotidiennement pendant près de dix ans avant de, peut-être, atteindre l’excellence dans un certain domaine. Mais pour pouvoir être patient, il faut pouvoir disposer de suffisamment de confiance en soi, avoir reçu suffisamment d’amour, se sentir donc suffisamment en sécurité. Il faut aussi avoir un don ou avoir le sentiment d’avoir un don pour soi ou pour les autres qui nous permet de nous distinguer ou qui pourra le permettre un jour. Enfin, il faut être suffisamment optimiste. 

Si Ren, sans jeu de mots, a sans doute ça pour lui. Beaucoup de personnes, enfants et adultes, manquent de ces “aptitudes” et n’ont pour elles “que” la volonté, la rage ou l’ambition de s’en sortir. Donc, Ren/Kyuta est un enfant en colère et orphelin. Malgré tout, à ses neuf ans, il a sans doute reçu plus que beaucoup, enfants et adultes lors du début de l’histoire. Et, bien qu’en colère, il était sans doute ou peut-être, aussi, un de ces enfants “modèles” évoqués plus tôt avant que le malheur de la mort de sa mère ne lui tombe dessus. Décès qui peut “suffire” pour que des enfants, même “modèles”, se laissent envahir ” par les ténèbres”. Car Ren/Kyuta a aussi sa vulnérabilité et a , comme tout un chacun, des choix à faire à divers moments de son existence. Mais sa “réussite” si elle se produit, part du principe qu’il faut “donner du temps au temps”. Et que la réussite se “mérite” si l’on travaille dur, quotidiennement et assez longtemps. Sans savoir au départ combien de temps il va falloir oeuvrer avant de “réussir”. Si l’on “réussit”…..

Nous sommes ici plutôt aux antipodes des exemples de réussite diverses qui nous sont donnés assez régulièrement.

Le journal gratuit ” 20minutes” de ce lundi 4 octobre 2021, page 4.

 

La mort récente d’ un Bernard Tapie nous vaut des retours de flamme médiatiques pour bien nous expliquer comme il était quelqu’un d’attachant, de méritant et de «sympa» .Car c’est lui, qui, le premier, avait réussi à mettre à mal Le Pen père, Président alors du FN, lors d’un débat télévisé. Mais aussi lui, qui, à la tête de l’équipe de Foot de l’OM ( j’avais regardé le match en direct à la télé. But de la tête du joueur Basile Boli) avait permis à une équipe de française de devenir championne d’Europe. La seule à ce jour, encore, je crois.  Tapie incarne aussi encore cette époque où un Président socialiste dirigeait la France, François Mitterrand. Et où, pas grand monde, parmi ses Ministres, ou parmi les élus socialistes, ne se serait permis de le regarder de haut ou d’essayer de fronder. Une époque irréalisable aujourd’hui.

 

Cependant, la chronologie de la réussite de Tapie correspondait aussi à son époque. Et n’a rien à voir avec celle d’un rappeur comme Jul, aujourd’hui, un des plus grands vendeurs de Rap en France et qui doit beaucoup de son succès, à son travail et à son originalité comme un Tapie à son époque…  ainsi qu’à à sa très grande maitrise d’internet et des réseaux sociaux. Et du genre musical dans lequel il s’exprime, avec le marché que représente aujourd’hui celui du Rap en France depuis plusieurs années. Aujourd’hui, le Rap est le genre musical qui se vend le plus en France. Ce n’était pas le cas à l’époque de l’OM de Bernard Tapie. A cette époque, un Jul ou d’autres, avec la même capacité de travail et la même originalité,  n’auraient pas pu avoir la carrière, la même réussite économique, sociale et artistique, qu’ils ont aujourd’hui. 

 

Nulle part où aller :

 

Donc, vieillot, le petit Ren que l’on ne voit très peu avec un smartphone et qui sait à peine lire le Japonais à 18 ans ?

 

Seulement pour l’esthétique.

 

Car, pour le fond, ce qu’il vit est intemporel. Et toute personne, Geek ou non, à plusieurs moments de son existence, vit ce que vit Ren. Ou a vécu ce qu’a vécu Ren. Le fait de devoir trouver sa propre réponse à cette question qui se pose à tout être humain mais, aussi, à toute espèce humaine :

 

Où aller ? Trouver sa place.

 

Au début du manga, d’ailleurs, cette simple phrase m’a marqué alors que Ren hésite encore sur ce qu’il va faire après avoir fugué et commencé à errer dans la rue :

 

Il n’a « nulle part où aller ».

 

Et, hier, pour la première fois, cette simple phrase m’a parlé d’une autre façon. Bien-sûr, les thèmes martiaux du manga m’ont plu. Dans Le Garçon et la bête, on reconnaîtra le Kendo et l’Aïkido comme les arts martiaux de référence. Ce qui m’a rappelé que je n’avais toujours pas fait le compte rendu de ma lecture du livre de Sensei Jacques Payet :

 

Uchideschi ( Dans les pas du Maitre ).  

 

Me rappeler de cet « oubli » m’a un peu culpabilisé. J’ai eu l’impression de m’être dispersé depuis sa lecture il y a bientôt deux mois. Alors, que peut-être, à ma façon, suis-je malgré tout resté dans la voie de ce que j’avais lu. 

 

Sauf que, contrairement au jeune Ren qui se concentre sur un seul but, depuis ma lecture du témoignage de Sensei Jacques Payet, j’ai recommencé à m’impliquer dans plusieurs directions.

 

J’ai donc à prendre des décisions devant plusieurs directions qui s’offrent à moi. Ou à trouver le moyen de les unifier. Unifier ou sacrifier.

Ren n’a plus rien au début de l’histoire. Ren a donc un deuil à faire. Là où j’en ai en quelques sortes plusieurs à faire.

Ren n’a personne sous sa responsabilité. J’ai ma fille sous ma responsabilité. N’importe quel parent impliqué dans le quotidien et l’avenir de son enfant sait qu’il faut régulièrement disposer d’au moins trois cerveaux afin de pouvoir mener plusieurs actions en même temps. Les actions pour son enfant. Celles pour soi et avec son entourage immédiat. Et, tout ce qui concerne l’anticipation, travail que votre enfant ne peut pas faire à votre place. Au milieu de tout ça, dans l’idéal, il faut réussir à lui rendre la plupart de ces actions suffisamment intelligibles afin qu’il les comprenne mais aussi afin qu’il apprenne leur nécessité. Car, plus tard, selon les situations et les circonstances,  il aura à effectuer un certain nombre de ces actions pour lui-même, peut-être pour vous ou son entourage immédiat etc….

 

Evidemment, un enfant n’est pas de la matière inerte. Un enfant est souvent là où on ne l’attend pas. Là où on ne le pense pas. Et, un enfant, ça conteste aussi votre belle organisation mais aussi vos pouvoirs de logique. Donc, j’estime il faut bien avoir à peu près trois cerveaux au minimum lorsque l’on est attaché à faire de son mieux pour son enfant et avec lui.

 

Donc, si Ren est au départ plus vulnérable que moi du fait de son jeune âge et de son statut, son emploi du temps et ses obligations au regard de la société sont aussi moindres que les miennes.

 

Il ne s’agit pas, pour moi, néanmoins, de dire que la vie est belle pour le petit Ren. Alors que, contrairement à lui, j’ai toujours vécu avec ma mère et n’ai jamais eu, enfant, à essayer de survivre dans la rue. Mais, plutôt de dire que chacune et chacun d’entre nous a ses obstacles personnels. Et qu’il lui faut fournir et trouver des efforts particuliers ou des solutions à leur mesure afin de les surmonter. Moi, par exemple, j’ai sans aucun doute constitué un ensemble de mauvaises habitudes qui, aujourd’hui, m’empêchent. Donc, soit, je les accepte et vis avec. Car, après tout, si ces habitudes sont là, c’est qu’elles me servent à quelque chose.

 

 Soit, je tranche.

Ren tranche en décidant de suivre et de rejoindre Kumatetsu dans le monde des bêtes. L’intellect, alors, n’est pas sa priorité au sens de l’éducation scolaire et sociale avec la mise sous uniforme, sous chloroforme et sous cloche de ce qu’il peut ressentir. Ren décide de délaisser l’image et certains codes de conduite protocolaires considérés comme « respectables » et « normaux ».

 

Ren opte plutôt pour ce ce qu’il a dans les tripes, d’instinctif, d’enfantin. Il ne joue pas à l’homme contrairement à d’autres de son âge ou un peu plus vieux qui récupèrent ce qui leur vient de leurs parents, de leur entourage et l’adoptent. Comme une décalcomanie. Sans voir et sans comprendre que cela ne leur correspond peut-être pas autant qu’ils le croient. Même si, à l’extérieur, ils font illusion et qu’on les regarde ou que l’on semble les considérer pour eux-mêmes. Alors que celles et ceux qui les regardent et les considèrent ne savent peut-être même pas eux-mêmes qui ils sont véritablement…..

 

 

Mais ce « nulle part où aller », hier après-midi, m’a beaucoup parlé.  On entend régulièrement ce sujet.

Je pense à la chanson de Tiken Jah Fakoly qui parle des migrants. Où aller où ? 

Je pense aussi au titre de Mc Solaar. Bouge de là.

 

 

C’est parce-que Ren n’a nulle part où aller, qu’il n’a plus d’attache,  qu’il peut se permettre de disparaître du monde des vidéos surveillances ; de l’obligation de se conformer à certaines images sociales ; du monde des humains.

Pour, pendant neuf ans, choisir d’accomplir un travail quotidien, approfondi, intérieur mais aussi socialisant, libérateur et apaisant avec plusieurs personnes de confiance.

 

Les sectes, les religions, les groupes terroristes et autres organisations humaines peuvent aussi jouer ce rôle selon les intentions de celles et ceux qui décident de les rejoindre. Selon le « vide » que ces prétendantes et prétendants ont en eux et espèrent combler.

D’autres espèrent combler ce vide par un mariage, par le fait de faire des enfants, en multipliant les expériences professionnelles, relationnelles ou autres.  Ou en acquérant un certain statut social ou économique. Pour moi,  Le Garçon et la bête parle de tout ça.

 

Si Ren était toujours seul face à Kumatetsu, sans doute serait-il aussi devenu une bête ou qu’il aurait aussi fugué pour ne pas repartir. Mais il existe des tuteurs ou des tiers reconnus et tolérés tant par Kumatetsu que Ren. Ce qui évite la fusion, la confusion mais aussi la confrontation meurtrière entre l’enfant et l’adulte, mais aussi entre la bête et l’animal. Ren n’est pas seul face à Kumatetsu. D’autres adultes, d’abord des hommes aux caractères différents, sont constamment présents et raisonnent tant l’un et l’autre. Puis, Ren rencontre d’autres garçons qui, dans le monde des bêtes, ont l’équivalent de son âge, et ont des codes d’intégration assez proches de ceux que l’on peut trouver dans le monde des humains.

 

Quitter son île natale

 

En  revoyant Le Garçon et la bête, j’ai compris comment le jeune adulte Jacques Payet, avait pu trouver l’aplomb de quitter son île natale de la Réunion pour partir vivre pendant huit ans au Japon, dans les années 80, afin de devenir l’Uchideschi d’un grand Maitre d’Aïkido :

 

Sensei Gozo Shioda.

 

 Comme Ren, Jacques Payet en était passé par certaines étapes et épreuves.  Et, comme Ren, dans plusieurs de nos expériences de débutants, nous en sommes aussi passés par là, à différents degrés. En acceptant diverses difficultés car, nous savons que nous n’avions nulle part d’autre où aller.  Retourner là d’où nous venions ? Pas question. On retrouve là, la phrase prononcée par l’acteur Daniel Craig (que j’ai cité dans mon article précédent Moderna J + 5 ) lorsqu’il a annoncé ne plus vouloir interpréter le personnage de James Bond :

 

« Je préfère m’ouvrir les veines ».

 

Et, l’on retrouve aussi, sans aucun doute ce qui pousse, aujourd’hui aussi, à notre époque de la dictature de l’image et des réseaux sociaux, sûrement le même genre de détermination chez celles et ceux qui ont réussi, réussissent ou réussiront à leur façon. Ce refus de poursuivre tel que l’on a été. Ce besoin et cette volonté de changement personnel qui sont un engagement et une démarche intimes et non des promesses sans lendemain équivalentes à des  bravades lancées après avoir bu plusieurs verres ou après avoir fumé un certain nombre de joints.

 

Sans domicile fixe

 

 

Enfin, pour conclure. Toujours inspiré par cette phrase « Nulle part où aller » mais aussi par ce court passage où Ren risque de vivre dans la rue avec tout ce à quoi ce mode de vie l’aurait exposé (déréliction, addictions, prostitution, prison, maladies et vieillissement précoces…), j’ai pensé à ces SDF que nous croisons souvent. Et dont un certain nombre « s’adonne » à la boisson.

 

SDF, cela signifie Sans domicile fixe. Par extension, j’ai aussi pensé que leur élixir est leur domicile, l’endroit, le moment et la sensation dans lesquels elles et ils se sentent bien. A la fois protégés mais aussi perméables au monde et à la vie, dans une sorte de cocon ou de fœtus artificiel recréé où, pensent-ils, et sentent-ils, il ne peut plus rien leur arriver.

 

Mais ces effets ne durent pas. Les « propriétés » de l’alcool s’évaporent. L’organisme, ce « traitre »,  se débarrasse aussi de ces bordées d’alcool.  De ce fait, un ou une Sans domicile fixe est aussi une personne Sans élixir fixe. Là aussi, même si l’on rencontre des SDF qui sont à peu près souvent au même endroit, nous avons affaire à des personnes qui n’ont nulle part où aller. Même si, avant de devenir SDF, elles ont pu beaucoup voyager, avoir eu un foyer, un emploi y compris très bien payé et très bien valorisé. Jusqu’à finir par opter pour l’alcool comme lieu de domicile. Car leur ailleurs, de toute façon, ont-ils fini par conclure, n’existe ou ne subsiste pas. Est instable ou ne dure pas. De même que certains ailleurs que nous recherchons et que nous défendons, dans certaines de nos rencontres, de nos expériences, de nos décisions ou de nos croyances. 

 

Hier soir, j’ai dû me pousser pour écrire mon article Moderna J + 5.  Cet article-ci m’a poussé.

 

Franck Unimon, ce dimanche 10 octobre 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.