Dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda/ séance découverte

» Posted by on Oct 12, 2021 in self-défense/ Arts Martiaux | 0 comments

Dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda/ séance découverte

                                              

                                  Dojo Tenshin- Ecole Itsuo Tsuda/ séance découverte 

 

Un manga pour un dojo

 

 

Je dois au manga Le Garçon et la bête ( article   Ou aller ? Le Garçon et la bête )sorti au cinéma en 2015- de m’être rendu ce mardi 12 octobre 2021 au Dojo Tenshin- Ecole Itsuo Tsuda afin de le découvrir.

 

Cela les a fait marrer, ce matin, au Dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda, lorsque je leur ai expliqué ça. Nous étions alors plusieurs à être assis autour des tables basses rectangulaires.

 

La veille, P…, membre du dojo depuis cinq ans, m’avait rappelé suite au message que j’avais laissé. Afin de donner des explications et de répondre à mes questions.

 

On pourrait me prêter un kimono. Si la séance débute à 6h45, idéalement, ce serait bien de pouvoir être là entre 6h et 6h15 afin de prendre le temps de boire un café, de discuter un peu avant.  

 

Cet été, ou lors d’une période plus floue qu’aujourd’hui, pour cause de pandémie, nous devions sortir de chez nous à partir d’une certaine heure et y rentrer au plus tard à une autre heure également prédéterminée par notre gouvernement. Pour les mêmes raisons, pendant plusieurs mois, notre périmètre de déplacement kilométrique avait pu être restreint.  Et, certains lieux étaient fermés au public. Provisoirement ou définitivement à la suite des conséquences économiques de ces fermetures.

 

 

J’avais cherché cet été. Des endroits, sur Paris ou dans la région parisienne, où il serait possible, un jour, de suivre des cours d’arts martiaux le matin.

 

J’avais relevé plusieurs « organisations » que j’ai notées avec application sur un de mes petits carnets. Tant de sports de combats que d’Arts martiaux. J’avais ainsi « regardé » un club ou deux de sistema.

 

Parmi tous ces « clubs » ou « organisations », j’avais découvert le Dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda par une photo en noir et blanc montrant des pratiquants parfaitement alignés en position de salut.

 

Les cours y débutaient à 6h45 du matin plusieurs jours de suite en semaine.

 

C’était la première fois que je voyais ça. Je n’avais jamais entendu parler du Dojo Tenshin. Beaucoup de séances d’entrainement se déroulent le plus souvent le soir, quelques fois le matin ou à l’heure du déjeuner afin de permettre aux adultes travailleurs et aux plus jeunes scolarisés ou en formation d’être disponibles pour les entraînements . Hormis lors des stages où les horaires peuvent ressembler aux horaires de bureau conventionnels de 9h à 17 ou 18h. 

 

Le dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda prenait le contrepied de tout ça. Mais qui étaient-ils ? Evidemment, dans mon entourage direct, je ne pouvais consulter personne pour m’en parler.

 

Un passage sur leur site m’a confirmé le caractère déjà très sérieux imposé par la photo initiale. Puis, je me suis demandé s’il s’y déroulait des événements étranges. Car ce dojo m’était totalement inconnu. Et le fait qu’il propose autant de séances, plus que d’autres, rajoutait au mystère.

 

Régis et Manon Soavi, le père et la fille ?  C’est seulement hier soir, la veille de ma venue, en discutant avec P… que j’ai commencé à faire le rapprochement.

 

J’avais lu leurs noms et sans doute certains de leurs articles dans des magazines tels que Yashima  ou Dragon Magazine . Je peux même dire maintenant que j’avais vu la photo de Maitre Régis Soavi. Mais ma culture martiale, d’abord, est débutante et très parcellaire.  Ensuite, elle est principalement théorique ainsi qu’assez isolée.

 

 

La Pêche à la ligne

 

 

Ce matin,  depuis Argenteuil, j’ai pris le train de 5h32 direct pour Paris St Lazare. Le réveil, un peu avant 5 heures, n’a pas été trop difficile. J’avais choisi de venir. Je savais pourquoi je venais. Contrairement peut-être à quelques unes et quelques uns des passagers convoyés comme moi vers Paris. J’ai pu être comme eux lorsqu’il a pu m’arriver d’aller en stage ou au travail aux mêmes horaires sans autre motivation que de remplir des obligations. Les écrans de plusieurs téléphones portables hypnotisaient déjà leurs propriétaires. Néanmoins, j’ai aimé ce calme dans les transports en commun. Sortir alors qu’il faisait encore nuit m’a donné l’impression de me rendre aux avant postes d’un grand projet.

 

Puis, j’ai pris le métro, ligne 9, sans me presser. A la sortie d la station Maraichers, je me suis rappelé que le dojo de Maitre Jean-Pierre Vignau , que j’étais allé rencontrer deux fois chez lui ( Arts Martiaux : un article inspiré par Maitre Jean-Pierre Vignau )ainsi que dans son dojo avec ma fille,  se trouvait non loin de là. Dans le sens opposé.

Ce mardi 12 octobre 2021, après être sorti du métro à la station Maraîchers.

Dans la rue, une femme africaine, une maman, m’a facilement guidé. La rue des Grands Champs, c’était la prochaine, sur la droite. Cependant, pour moi, pour aller au dojo, le numéro 120 partait vers la gauche.

 

Vu le numéro 120, je m’attends à marcher un moment. Mais ça arrive très vite. Moins de cinq minutes après être sorti de la bouche du métro, je m’approche. Les rues sont calmes. Sur ma gauche, une voiture garée aux phares arrières allumés. Rapidement, j’aperçois l’enseigne Dojo Tenshin. Mais je vois d’abord des rideaux de fer baissés. P… m’avait pourtant dit que le dojo était ouvert à partir de 6h.  Or, il est plus près de 6h10.

 

 

Je sors mon appareil photo. J’appuie deux fois. Je continue. Je pousse une porte en fer sur la droite. Je regarde en haut. Là où il y a de la lumière à la fenêtre. Ça doit être là. Je me retourne. Un homme derrière moi. Je le salue, lui explique que je viens découvrir. A son air, je présume qu’il a pu me croire mal intentionné. Sitôt que je lui dis ce qui m’amène, il se propose aussitôt de m’emmener. Je le suis. Oui, c’était lui dans la voiture que j’ai vu, phares allumés, me confirme-t’il.

 

 

Nulle part ou aller :

 

Dans Le Garçon et la bête, ce moment où le jeune Ren/Kyuta a nulle part où aller m’a beaucoup marqué lorsque je l’ai revu ce samedi avec ma fille.

 

C’est parce-que nous n’avons nulle part où aller que nous pouvons passer notre temps à faire des magasins et à remplir nos sacs de courses ou nos caddies. Parce que ce nulle part nous remplit de vide. Nous faisons des achats comme nous essayons de nous payer de nouvelles destinations.

 

Je n’ai rien contre les achats alimentaires, de plaisir ou nécessaires. De toute façon, je me vautre aussi dedans encore régulièrement. A l’heure où j’écris cet article un nouveau tic-tac s’est d’ailleurs enclenché dans ma tête concernant des dépenses futures. Sur un tapis roulant imaginaire, je vois passer et repasser un ou deux articles que j’aimerais bien m’acheter.

Je pense bien-sûr davantage à toutes ces dépenses et à tous ces objets qui nous encombrent plus qu’ils ne nous servent. Quand ils ne sont pas en toc.

 

C’est aussi parce-que nous n’avons nulle part où aller que nous nous blottissons contre certains comportements. En espérant y trouver un peu de chaleur et de présence alors que plus nous nous y enfouissons et plus cette chaleur et cette présence que nous recherchons  se diluent.

 

Je ne devrais pas l’écrire car, souvent, ce genre de propos désole. Mais j’ai des regrets. Ainsi que des souhaits.

 

Des Regrets

 

 

Je regrette d’avoir manqué de curiosité. De m’être trop de fois contenté de ce que je savais ou croyais savoir. D’avoir pu très facilement me satisfaire de mes théorisations et d’une certaine intellectualisation.

Bien-sûr, je suis dur avec moi-même et il me faut aussi faire acte d’indulgence. Etre et pouvoir vivre avec bonheur et certitude en permanence comme un bourrin requiert des capacités largement supérieures à ma moyenne. Cependant, il me faudra du temps pour améliorer mon indulgence envers moi-même.

 

Le Dojo Tenshin- Ecole Itsuo Tsuda se trouve à cet endroit depuis 2000 ai-je appris ce matin. Autrement, l’association existe depuis 1985. Ce matin, après la séance, Maitre Régis Soavi et Manon Soavi m’ont répondu qu’il restait encore des anciens de cette toute première époque. Autrement, il y  avait des « jeunes » pratiquants présents depuis les années 2000.

 

L’an 2000 est l’année où j’avais arrêté de pratiquer le judo. Je plafonnais. J’avais alors essayé de bifurquer vers une autre pratique, le Jujitsu brésilien. Les Frères Gracie  étaient la référence alors que le MMA se développait mais aussi connaissait son Boom médiatique ;

 

Dans une bien moindre mesure, j’avais fait une séance de découverte de Kick boxing.

 

« Pour apprendre à donner des coups de pieds et des coups de poing ! ».

 

Cela nous avait été recommandé un jour, à nous, judokas, au dojo d’été. Nous avions trop tendance à rester dans le judo et à ne rien apprendre d’autre. 

 

J’avais aussi essayé un tout petit peu la lutte contact.  Je me rappelle d’un club où l’esprit était ouvertement « guerrier ». En tout cas, je n’oublierai pas ce jour où j’avais aperçu son fondateur et président remonter le Boulevard de l’Oise d’un pas martial. On aurait dit que même marcher le mettait en colère. Ou que cela l’énervait d’autant plus que personne ne vienne le titiller. J’ai aperçu cet homme il y a deux ou trois mois, sur le quai de la gare St Lazare. Il portait un de ses bras en écharpe. Dix à vingt ans plus tard, j’en ai déduit qu’il n’avait pas beaucoup décoléré.

 

Mon prof de Jujitsu brésilien, lui, était un très très bon pratiquant. Technique, puissant  et souple. Il s’entraînait tous les jours, avait bien sûr tâté de différentes formes de combat. Je garde un très bon souvenir de ces quelques fois où nous avons combattu ensemble. Comme de son accueil ouvert et sympathique. Cependant, il aimait trop la bagarre ou avait peut-être trop besoin de prouver. Quelques adeptes de ses cours avaient une revanche à prendre sur la vie ou sur toute personne un peu gradée. Or, moi, je venais avec ma ceinture de couleur du judo. Je me suis plus blessé en un an de pratique de jujitsu brésilien qu’en dix ans de judo. J’en avais assez des blessures physiques dues au sport. Qui plus est si une de ces blessures survenait parce-que l’éducation élémentaire d’un pratiquant n’avait pas été faite en matière de prévention envers un de ses partenaires. Et, je dois admettre que j’avais alors commencé à éprouver une sourde animosité contre ce pauvre type-  un adhérent  du club comme moi- qui s’y était trop cru lors d’un simple randori.

 

Pourtant, à aucun moment, en l’an 2000, je n’ai pensé à l’Aïkido. Il y avait un cours d’Aïkido au gymnase où j’avais « fait » du judo. Peut-être même dispensé par Maitre Léo Tamaki à l’époque, au gymnase Michel Lecomte, si je me fie à ce qu’a pu me dire depuis mon ancien prof de Judo, Pascal Fleury.

 

Pendant plusieurs années, j’ai arrêté les sports de combats. Je ne faisais pas particulièrement la distinction entre un sport de combat  et un art martial. Si ce n’est que je savais que certaines disciplines relevaient du sport de combat et d’autres de l’Art martial. Sans vraiment chercher à connaître la raison de cette différence.

 

Quelques années plus tard, j’ai essayé la boxe française. Jusqu’à la rupture du tendon d’Achille après à peine deux mois d’entraînement. On dira que c’était l’âge. Les hommes, à peu près sportifs, vers un certain âge, surtout après avoir pris un peu de poids, se rompent le tendon d’Achille, c’est bien connu. Mon tour était venu. Perfide, car il me fallait bien faire l’intelligent, j’avais aussi noté que cette rupture était arrivée à un moment de changement ou de besoin de changement profond dans ma vie. J’avais quitté la ville où j’avais vécu pendant près de vingt ans pour une nouvelle. Et, j’essayais de tout garder ensemble, l’ancienne ville, la nouvelle et Paris.

Le fait d’être alors célibataire et sans enfant ne m’avait pas posé de limites. Mon tendon d’Achille s’était chargé de me rappeler certaines de ces limites…fonctionnelles.

 

On croit peut-être que je raconte ma vie seulement pour faire joli et pour dribbler les esprits. Mais, non. Le sport peut se résumer à une performance et nous donner un sentiment d’importance ou de soulagement aléatoire. Si l’on passe à côté de soi.

En « faisant » du judo, j’ai connu des plaisirs d’athlète. De l’explosivité, de la tonicité, une certaine combativité et un début d’apprentissage de la technicité. Mais il y avait beaucoup d’autosatisfaction. Au point que j’avais presque réussi à me sentir pousser une supposée culture asiatique. Une copine de judo, un jour, nous avait remis à notre place à ce sujet, verbalement, un jour, un ami et moi.  

 

« Vous n’êtes pas des Japonais ! ».

 

Mais j’avais surtout enfilé le kimono d’une assez profonde lassitude pour le judo et n’avais pas trouvé son équivalent ou son suivant que ce soit dans un sport de combat ou un art martial. Même si les arts martiaux et les sports de combat dans leur ensemble, ainsi que l’Asie, ont continué de débrider mes pensées.

 

Si l’idée du combat ou de la confrontation, ainsi que leur réalité ou leur possibilité, voire leur nécessité, font partie de ce qui « m’attire » dans les sports de combat et les arts martiaux, je me suis de plus en plus senti attaché au fait d’acquérir une certaine maitrise. L’économie. Le ou les gestes justes. Et puis, surtout, il y a trois ou quatre ans, environ, j’ai commencé à me demander ce qu’était un Maitre. La baston, c’est « bien ». Savoir « bien » se battre, c’est bien. Mais après ? On va cumuler des armoires de techniques d’étranglement, de clés de bras, de coups de pied sautés, de crochets ou autres, être content de les appliquer et de voir que tout cela est efficace. Mais ensuite ?

 

 

Des souhaits

 

 

Si j’ai des regrets, j’ai aussi des souhaits. Dont, celui, de prendre le temps d’aller rencontrer des Maitres, dont des Maitres d’Arts martiaux. Il en est quelques uns qui sont assez accessibles. D’abord, parce qu’ils sont encore vivants. Ensuite, parce-que certains se trouvent en région parisienne. Du vivant de Maitre Henry Plée, j’avais fait l’erreur de me contenter de lire des courts extraits de ses pensées sans chercher à le rencontrer ou à le voir. Depuis la fin de l’année dernière, j’ai commencé à avoir l’attitude inverse. D’où ma rencontre avec Maitre Jean-Pierre Vignau, puis avec Maitre Léo Tamaki et ce mardi 12 octobre avec Maitre Régis Soavi mais aussi avec Manon Soavi dont je ne sais si elle est déja Maitre mais qui l’est sûrement déjà, en pratique, beaucoup plus que moi, de bien des façons.  

 

 

La séance de ce mardi 12 octobre 2021

 

Muni de mon kimono d’emprunt et de la ceinture blanche que m’avait remis P…, j’ai rejoint le groupe sur le tatami.

Manon, qui s’était déjà présentée, m’a fait un résumé du déroulé de la séance. Elle m’a appris qu’elle serait derrière moi au moment du salut. Puis que nous travaillerions ensemble. Elle m’a dit, qu’au début, on « imite » les autres, on essaie de faire comme eux. Et ce qui est important, c’est de suivre le rythme du groupe. J’acquiesce. A ce stade de la séance, je comprends encore ce qui m’est dit.

 

Nous sommes tous assis en seiza. En deux colonnes alignées. Manon Soavi est à un ou deux mètres derrière moi. Elle peut déjà voir beaucoup de moi. Comment je me tiens. Comment je respire. Si je suis relâché. Ou tendu.

Un certain silence dans le dojo. Maitre Régis Soavi est sur notre gauche. Nous respirons. Il se passe une minute ou deux. Peut-être plus.

 

 « Il » entre. Se pose face au centre du groupe. Une voix gutturale s’élève et prononce des mots en Japonais. C’est la voix, ou l’autre voix, de Maitre Régis Soavi. Je ne sais pas de quoi il parle. De qui il parle. A qui il s’adresse. Peut-être à des divinités. En pareille situation, on pourrait être mal à l’aise, se dire que l’on est dans une secte. Se mettre à rire nerveusement. Mais je ne suis pas venu pour rire nerveusement ni pour être embarrassé. C’est le processus. Je ne vais pas lever la main et dire :

 

« Excusez-moi, mais qu’est-ce que vous faites exactement ? ».

 

 

Cela fait partie du rituel. De l’entrée en matière. Le tatami est un lieu sacré. Le dojo, aussi, d’ailleurs. Lorsque la séance débute, il faut marquer son début par certaines attitudes. On n’entre pas là comme dans un moulin ou un supermarché où les portes automatiques s’ouvrent dès que l’on avance. On se met dans un certain état. On entre dans une autre dimension. C’est ce que je comprends. C’est ce que je crois.

 

Arrive l’échauffement. Pendant une quinzaine de minutes, balancements, mouvements, on tape dans ses mains ; le rôle pivot du bassin et des hanches ; de la position des pieds ; de la respiration. Quelques fois, on crie ou on souffle fort.

 

De temps à autre  ( c’est à dire souvent car je suis très vite à côté du rythme ou en décalage ) Manon vient me guider. Je m’applique mais j’estime que le résultat est peu probant.

 

Après environ 15 minutes, Maitre Régis Soavi pousse son Kiai, signal pour nous de nous lever et de nous mettre à courir autour du dojo. Ça, j’ai compris facilement. Me lever et courir, je comprends. Le moment venu, je me lève et je cours. Je suis derrière Manon et les autres. Je suis intrigué par sa façon de mettre sa main gauche sur le côté, à l’horizontale. Cela a sûrement une signification mais je ne la connais pas. Moi, évidemment, je cours comme toujours. Comme un athlète. Je suis parti pour faire deux kilomètres comme cela s’il le faut. Mais on s’arrête au bout d’à peine un tour ou deux. Même pas le temps de faire des lignes droites.

 

La Partie technique :

 

Nous en arrivons à la partie technique de la séance. Maitre Régis Soavi nous fait à chaque fois les démonstrations. Avec précision, décontraction, mais aussi avec humour.

 

Nous sommes environ une vingtaine de participants.

 

Un geste, cela est constitué de plusieurs points, de plusieurs axes. Dans un mouvement, combien de gestes ? Je n’en n’ai aucune idée. Par contre, je sais que lorsque je regarde Maitre Régis Soavi, l’exemple est bien sûr fluide et facile à regarder. Et que sa démonstration est à peine terminée que j’ai déjà perdu, oublié, un bon nombre des points utiles à la reproduction. Qu’est-ce qui me gêne le plus ? De ne pas avoir suffisamment mémorisé ? De ne pas sentir assez le mouvement que je fais ?

 

Qu’est-ce que je suis maladroit, raide. En outre, je suis partagé entre mon envie de réussir et ma peur de faire mal. Pour parachever le tout, je me sens embarrassé envers Manon. Tout le travail que je lui impose. Le pied se met là. Le poignet plus haut que le coude.

 

Régulièrement, Maitre Régis Soavi passe nous voir et me montre à nouveau.

Nous travaillons d’abord sans tanto puis avec tanto. Deux fois de chaque côté. Puis l’on change de rôle. Manon insiste plusieurs fois sur le fait de bien respirer lors de telle phase du mouvement. Respirer. Même ça, il faut me le dire. En judo, tel que je l’ai connu et tel que je l’ai pratiqué c’est « assez simple » :

 

On s’attrape, on se pousse, on se projette, on s’esquive. On « lutte » ou le moins possible. On peut être « bourrin », ça peut passer, ça pourrait passer, si on est à peu près bien placé, que l’on met de la vitesse ou de la force. Bien-sûr, je caricature ma description du judo. Mais, en Aïkido, c’est quand même très vite plus exigeant. Ça peut être fantastique mais il faut être plus précis. L’à peu près est moins possible.

 

 

A la fin de la séance, devant mon dépit, Manon se montre encourageante. « Il faut bien commencer » me dit-elle en souriant. Plus tard, elle m’apprendra avoir commencé l’Aïkido alors qu’elle avait 6 ou 7 ans. Il y a trente ans. En effet, trente ans de pratique, ça forme.

 

 

 

Le petit-déjeuner :

 

Après avoir pris ma douche, je rejoins celles et ceux qui ont pu rester pour le petit-déjeuner dans la pièce attitrée. Autour des tables basses.  J’aurais été idiot de partir dès la fin de la « séance ». A la fois pour des raisons sociales mais aussi parce-que le petit déjeuner fait aussi partie de la séance. Avant celle-ci sur le tatamis, Maitre Régis Soavi avait commencé de m’expliquer que l’association est locataire du lieu et ne le partage avec aucune autre association. Et que chaque membre du Dojo Tenshin est « locataire ». Si je choisissais de rester en tant que membre, comme tout un chacun, j’aurais à participer aux diverses tâches d’entretien du dojo : ménage, vaisselle, participation aux frais du petit déjeuner, réunions…

 

J’ai retrouvé là une partie de ce que raconte Maitre Jacques Payet dans son livre Uchideschi ( Dans les pas du Maitre). Sauf que le dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda, je crois, est le seul dojo sur Paris, à être aussi proche de cet état d’esprit.

 

 

Lorsque j’avais appris à ma compagne que le cours débutait à 6h45, celle-ci s’en était étonnée. Elle m’avait demandé si c’était pour ensuite permettre aux gens d’aller au travail. J’avais répondu que c’était peut-être ça. Puis, j’avais ajouté, parce-que cela m’arrangeait :

« Un horaire aussi matinal permet aussi de faire une sorte de tri indirect. Lorsque c’est trop facile, un peu n’importe qui peut se présenter. Si tu viens pour un cours à 6h45, c’est que tu es volontaire ».

Maitre Régis Soavi, ce mardi 12 octobre 2021 après la séance.

Maitre Régis Soavi m’a appris qu’au début, la séance démarrait à 6h30. Soit l’horaire où les Maitres débutent leurs cours au Japon. Mais c’était un horaire peu pratique pour celles et ceux qui viennent en métro.  

 

A table, près de nous, Manon m’explique que le coût de l’adhésion est élevé car l’association propose beaucoup de séances. Il y a celles du matin, à 6h45 en semaine du lundi au vendredi.  Et à 8h le samedi et le dimanche. Et trois séances le soir en semaine. Lors d’une de ces trois séances, le lundi, Manon dirige la séance du maniement des armes.

 

 

Le coût de l’adhésion s’explique aussi par le nombre d’adhérents. Plus il y aura d’adhérents, plus le coût de l’adhésion pourra diminuer.

 

 

Lorsque je suis parti du dojo Tenshin, deux réunions se tenaient. Une concernant la lecture et l’analyse d’un ouvrage. Une autre peut-être plus portée sur la logistique du dojo.

Quelques minutes plus tôt, Maitre Régis Soavi avait pris congé afin de se préparer pour des cours d’Aïkido à destination d’enfants non-scolarisés âgés de 8 ans ou plus. Des cours qu’il donne avec plusieurs uchideschis.

 

 

Mes impressions générales :

 

On détecte facilement dans cet article que j’ai aimé vivre cette expérience au dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda ce matin. L’accueil qui m’a été donné a été plus que bon.

Pendant le petit déjeuner, j’ai raconté que j’avais prévu de tout bien faire dès la première séance. Ce qui était très loin de ce qui s’était passé. J’allais donc repartir très énervé et très frustré. Ma remarque a fait sourire. Maitre Régis Soavi m’a alors raconté ce qu’il avait pu vivre avec un Maitre auprès duquel il avait pratiqué. Alors qu’il avait déjà à son actif plusieurs années de pratique de judo et d’Aïkido, il n’arrivait pas à comprendre ce que faisait ce Maitre. Et ça l’énervait aussi.

 

Je peux beaucoup apprendre de l’Aïkido si je parviens à prendre suffisamment congé de mon ego. 

 

A côté de l’ ambiance décontractée de ce matin, le dojo Tenshin-Ecole Itsuo Tsuda a un caractère militant affirmé. A table, toujours lors du petit déjeuner, Maitre Régis Soavi a bien souligné que le dojo, de par l’implication qui était attendue de ses membres, se différencie d’un club où l’on vient en consommateur ».

 

J’ai aussi aimé le fait que le pratiquant puisse laisser son kimono au dojo dans le  vestiaire collectif attribué aux hommes. Ce qui le dispense de devoir venir régulièrement avec son sac chargé, ce qui est une de mes caractéristiques.

 

Le calme que j’avais trouvé en arrivant avant 6h30 s’est maintenu tout le temps que je suis resté au dojo.

 

Dans mon ancien club de judo, j’avais eu l’occasion de combattre une fois avec une copine judokate dont la dextérité technique et l’expérience avaient surpassé mon engagement. Lors de cette séance où j’ai uniquement travaillé avec Manon Soavi, j’ai de nouveau fait l’expérience que la technique et une bonne connaissance des divers équilibres du corps humain peuvent tout faire basculer.

 

 

Franck Unimon, ce mardi 12 octobre 2021.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.