Vélo taffe : Jimi Hendrix contre le Covid

» Posted by on Avr 4, 2021 in Corona Circus, Vélo Taffe | 0 comments

Vélo taffe : Jimi Hendrix contre le Covid

 

            Vélo Taffe : Jimi Hendrix contre le Covid

 

Il faisait entre 3 et 6 degrés ce matin, lorsque j’ai quitté le travail sur mon vélo.

 

Depuis quelques jours, les températures se sont refroidies. Alors que jeudi après-midi, on aurait presque pu croire à une journée d’été.

 

L’écart entre les températures du matin et celles de l’après-midi « mouche » désormais régulièrement les dix degrés ou davantage. Cependant, comme l’année dernière, à la même époque, la luminosité extérieure est vaste et belle lorsqu’elle nous interpelle.

 

C’est peut-être la luminosité intérieure qui se fait parfois repasser selon ce que l’on vit.

 

Mon moral se maintient malgré l’avancement d’une semaine, ce vendredi, des vacances scolaires de Pâques. Pour cause de pandémie sanitaire due au Covid, vedette presque planétaire : on en parle moins en Afrique, par exemple où l’on connaît d’autres brides.

 

L’année dernière, à la même époque, comme beaucoup en France, je croyais la pandémie du Covid passagère. Aujourd’hui, la série des variants du Covid, les seconds couteaux de la pandémie, se multiplie et se rallonge. Afin d’essayer de contrer un certain nombre de râteaux, la course à la vaccination, comme aux tests de dépistage, s’intensifie. En une semaine, j’ai dû me faire trifouiller les narines deux fois pour un  test antigénique :

 

Deux de mes collègues, à une semaine d’intervalle, ont été déclarés positifs. L’un, sans équivoque. L’autre, avait une « trace ».  Avant ça, à part une sérologie sanguine de dépistage effectuée dans mon précédent service il y a plus de six mois, je n’avais pas eu à faire d’examen. Alors que là, en une semaine, je me suis retrouvé deux fois « cas contact ».  Pareil pour les « variants ». Encore des termes qui vont devenir de plus en plus populaires et entrer dans les consciences. Alors que nous étions une majorité à les ignorer il y a encore un an et demi. Il y a un an et demi, malgré nos contraintes, nos peurs et nos insatisfactions, nous vivions davantage pour le plaisir. Aujourd’hui, le Devoir nous dicte davantage comment nous sommes supposés vivre et nous comporter.

 

Il y a plus de vingt ans, en Guadeloupe, un de mes oncles paternels avec lequel je discutais, m’avait affirmé : « Il n’y a pas de plaisir dans la vie, Franck ! ». A l’époque, j’avais rigolé.

 

Je relate ça pour la mémoire. Parce-que lorsque la pandémie du Covid sera passée – et ça passera même si à mon avis ça durera au delà de cet été -on oubliera.

 

On oubliera parce-que notre mémoire se fera loger par d’autres événements moins drôles que le Covid. Oui, c’est possible.

 

Mon moral se maintient.

 

Même si je suis resté en région parisienne contrairement à d’autres qui ont filé sur la route, ou par train, dès qu’ils ont pu, après l’annonce du reconfinement et l’avance des vacances de Pâques. A ne pas confondre avec l’avance sur recettes.

 

On ne parle plus aujourd’hui d’applaudir les soignants, depuis son balcon, à vingt heures. Pourtant, pour les soignants touchés par le Covid ou confrontés directement à des conditions de travail rendues particulièrement difficiles par la pandémie, la situation est identique voire pire que celle de l’année dernière. Pour sincères qu’aient pu être ces applaudissements, et je crois qu’un certain nombre des applaudissements de l’année dernière étaient sincères, leur abandon et leur oubli reflètent à mon avis à la fois un découragement général, un certain épuisement aussi, mais aussi le traitement qui a souvent été celui des soignants. Et de toute personne dont le métier consiste à traverser des pics de souffrance et de violence avec leur blouse, leurs compétences techniques, mais aussi leurs engagements physiques, mentaux, émotionnels et culturels :

 

On leur assure une admiration ainsi qu’une certaine distance prudente et sécurisée. En attendant- en exigeant- d’eux qu’ils fassent le boulot pour lequel ils ont été embauchés. Sans toujours vraiment regarder ce que cela peut leur coûter car on a d’autres choses à faire. Et puis, ils l’ont bien cherché (les soignants) à choisir ce métier. Donc, qu’ils ne se plaignent pas ! C’est déjà bien qu’ils aient un travail et qu’on les paie à peu près correctement et plus que d’autres. Peu importe que la profession de soignant puisse imposer des contraintes qui feraient fuir ou vomir un certain nombre de ces « autres » ( pipi, caca, la vue du sang, les crachats, les plaies, la maladie, la mort, les insultes, les menaces de mort, les horaires de travail, les diverses hiérarchies omniscientes et incendiaires. Ah, la jolie carrière- politique ?- de Martin Hirsch/ Ah, la parfaite démonstration de déontologie, de justice et de démocratie que le jugement des labos Servier pour “l’affaire” du Mediator etc….).

 

 

Mon moral se maintient parce-que j’ai déjà « connu » ça l’année dernière. Pour ce qui est de la pandémie. Même si, j’avais connu un peu, aussi, celle du Sida, à la fin des années 80. J’avais 18 ans en 1986.

 

 

Mon moral se maintient vis-à-vis de la pandémie du Covid même si cette fois-ci, plus de personnes, et plus jeunes, se font manifestement contaminer par « Lui » ou par « Elle ». Et on ne parle pas des magazines  Lui et Elle,  ici, même si, bien-sûr, je l’aurais préféré.

 

 

Mon moral se maintient parce-que je sors pour le travail. Le seul télétravail qui me convienne a priori, c’est celui que j’effectue actuellement alors que j’écris, à des heures qui me conviennent, selon mes possibilités, mes envies et mes besoins.

 

J’ai aussi le moral parce-que j’ai des masques. Parce-que j’ai un vélo et je fais quelques  photos qui me permettent de voir la vie et les rues « autrement ». De ruser avec une certaine fatalité. Parce-que j’ai une vie affective chez moi, aussi. Parce-que j’ai des amis. Une famille. Parce-que j’écris. Parce-que je lis. Oui, je me répète parce-que répéter ce qui nous fait du bien en renforce les effets.

Parce-que j’écoute des podcast. Parce-que mon travail me plait comme me plait l’alternance de jour comme de nuit.

 

Parce-que j’écoute de la musique. Beaucoup Jimi Hendrix, depuis quelques jours. Je le redécouvre. C’est plus stimulant de l’écouter que d’écouter du Jacques Brel que j’aime entendre mais que je délaisse pour le moment. C’est étonnant.

 

J’ai commencé à réécouter Jimi Hendrix d’abord par le coffret de Cds Songs for Groovy Children emprunté il y a plus d’un mois à la médiathèque de ma ville.  Oui, la culture, l’accès à la culture, les discussions avec les bibliothécaires, font aussi du bien, même derrière un masque. Mais, depuis hier soir, la médiathèque de ma ville, est de nouveau fermée au public. On peut réserver sur le site de la médiathèque et venir chercher sur place, à certains horaires, les documents que l’on aura préalablement réservés. Pour cela, il faut une connexion à internet et, bien-sûr, savoir se servir d’internet.

 

Jimi Hendrix, c’est de la musique de « vieux ». Je me le dis bien en l’écoutant. Car je « devrais » plutôt parler d’Eddy de Pretto, de Lous and The Yakuzas, deux artistes français parmi bien d’autres qui « marchent » bien en France, de plus en plus, et que je n’ai pas encore pris le temps de vraiment écouter. Comme je n’ai toujours pas pris le temps de m’initier à beaucoup de jeux vidéos, au rétro gaming. Alors que je suis « rétro ».  Daté. Dépassé.

 

Mais je veux bien être rétro s’il faut dire ça pour continuer d’écouter Jimi Hendrix et d’autres. Cela ne m’empêchera pas ensuite d’aller fouiller dans la musique des « jeunes ».

 

Jimi Hendrix, c’est de la musique de vieux, donc, mais qu’est-ce que j’aimerais être vieux comme sa musique pendant encore plusieurs années !

 

On pensera peut-être au titre Voodo Chile de Jimi Hendrix contre le Covid. Mais ce n’est pas à lui que je pense en premier. Même si je peux comprendre que l’on titube en écoutant ce tube.

 

Je vous invite par exemple à écouter  les titres ” Machine Gun”  et ” Foxey Lady”, dans leur intégralité et leurs diverses déclinaisons, dans le coffret ” Songs for Groovy Children”. C’était il y a 51 ans. Assez peu de grands artistes “d’aujourd’hui”, pourtant, la ramèneraient devant Jimi Hendrix. 

 

Voici quelques photos prises ce matin en rentrant du travail. Je me suis dit ce matin que j’avais vraiment bien fait de m’acheter ce vélo pliant il y a bientôt deux mois. Même si je continue de lorgner sur les vélos Brompton. Cette marque- ou quelqu’un qui connaît un de ses décideurs- devrait penser à me sponsoriser vu le nombre de fois, déjà, où je la cite. Un peu tel l’amateur qui repère une belle mécanique qui sort de l’ordinaire mais qu’il ne peut s’offrir. Je devrais peut-être démarcher un de ses représentants. En leur disant que je veux bien rouler pour les solos de Jimi et pour  un de leurs vélos.

 

Franck Unimon, ce dimanche 4 avril 2021, dimanche de Pâques.  

 

 

Du côté de St-Germain des Prés.

 

 

 

 

 

 

Place Vendome.

 

 

 

 

Vers l’Opéra Garnier.

 

 

Sur la gauche, Galeries Lafayette ou Grand magasin Printemps ? En haut à gauche, l’actrice d’un “seul” rôle, Sharon Stone ( “Basic Instinct”) “encadre” un article ” Déradicalisation. Enquête sur un fiasco” avec l’artiste Lous and The Yakuza qui pose en modèle pour une marque de vêtement ou de chaussures, orientée sport.

 

 

Salle de cinéma fermée, comme toutes les autres accessibles au public, depuis des mois. Bar d’images fermé près de la gare St Lazare plus que déserté pour raisons sanitaires liées au Covid.

 

 

 

 

Contrairement à la salle de cinéma précédente ou à la salle de concerts de l’Olympia, l’enseigne Fnac était encore ouverte il y a quelques jours.

 

 

 

 

Vue depuis une des sorties de la gare St Lazare, Paris.

 

 

Dans la gare St-Lazare.

 

 

 

 

” Hear my Train A Comin’ ” : ).

 

 

Submit a Comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.