A l’école de ma fille

» Posted by on Sep 13, 2019 in Argenteuil, Echos Statiques | 0 comments

A l’école de ma fille

 

A l’école de ma fille

 

 

A l’école de ma fille, il y a eu cette réunion tout à l’heure. La première de l’année, deux semaines après la rentrée à l’école primaire. Nous étions environ une centaine de parents. Un papa pour quinze mamans en moyenne. L’équipe enseignante était exclusivement féminine.

 

Je continue de m’étonner devant cette importante “migration” des enfants entre la petite section de maternelle et la fin de l’école maternelle :

Un bon nombre des enfants qui était dans la classe maternelle de ma fille a disparu de cette école publique. Un certain nombre est parvenu à se faire “recruter” par l’école privée du coin placée à dix minutes à pied de là. D’autres enfants sont partis continuer leur scolarité ailleurs, dans le public ou dans une autre ville de banlieue ou de province. La meilleure copine de ma fille est par exemple partie cet été pour Nantes avec ses parents.

 

Au Cp, ma fille est dans une classe de 27 enfants. Ils étaient 29 à son entrée en petite section de maternelle. En maternelle cette année, une classe supplémentaire a été crééé in extremis et à l’école primaire la fermeture d’une classe a finalement pu être évitée.

 

Invitée en cela par la directrice de l’école, une enseignante a pris la parole devant nous. Elle était à l’aise pour s’exprimer en public, se mettant devant l’assemblée, assise, de ses autres collègues enseignantes, directrice incluse, pour parler devant nous. En quelques minutes, elle nous a expliqué que la “spécificité” de cette école, c’était sa classe à destination des enfants non-francophones. En maternelle, dès la petite section,  j’avais déja remarqué un petit, sans doute ukrainien, qui ne parlait pas Français à son entrée en maternelle. Je me rappelle de la directrice de l’école maternelle d’alors ( nous en sommes à la quatrième nouvelle directrice pour cette même école maternelle) disant à la mère de cet enfant :

“Ce n’est pas un problème. On lui apprendra à parler le Français”.

L’année dernière, ce garçon était dans la classe de ma fille. Il nous était arrivé de retour de l’école de faire un peu de chemin avec lui et sa mère. Je la croisais assez souvent et nous nous saluions.  Cette année, je ne vois plus ce petit.

 

Devant nous, l’enseignante a expliqué que cela était “une grande richesse” que d’avoir des enfants qui ne parlaient pas Français. Pour les autres enfants.

En accord avec elle, des parents de ces enfants non-francophones étaient venus à l’école, donnant par exemple un cours de cuisine à la classe en Arabe. Ou s’exprimant en Moldave ou en Ukrainien. En outre, cela valorisait l’enfant qui voyait sa mère ou son père “faire classe” à l’école.

 

Une mère, peut-être originaire du Pakistan ou du Bangladesh, a ensuite demandé comment on pouvait prendre rendez-vous avec le médecin scolaire. Elle a parlé d’un enfant souffrant d’autisme et de la charge que cela pouvait représenter pour la maitresse. La directrice a expliqué qu’il y’avait une obligation légale de recevoir tout enfant à l’école quel que soit son handicap. Et qu’il convenait de faire une demande à la MDPH, souvent traduite par ” la maison du handicap”,  afin d’obtenir une AVS ( aide à la vie scolaire).

 

La directrice de l’école a présenté l’équipe pédagogique. Une des enseignantes nous a expliqué que des enseignants assuraient l’étude et étaient donc en mesure d’aider les enfants à faire leurs devoirs.

 

La directrice de l’école nous a informé qu’il n’y avait plus de secrétaire. Et qu’elle-même fait classe les jeudis et vendredis. De ce fait, il est plus difficile d’ouvrir la porte aux retardataires. Il convient de prévenir les maitresses au préalable lorsqu’un enfant se rend ou revient d’une consultation chez l’orthophoniste et de faire en sorte, autant que possible, que celui-ci parte à sa consultation ou en revienne plutôt lors de la récréation. Elle a rappelé les heures d’ouverture et de fermeture de l’école. 8h30/11h30. 13h30/16h30. (Pas d’école les mercredis et les samedis du moins au Cp )

 

La directrice a poursuivi en disant que laisser un message téléphonique en cas de problème, c’est “bien” mais qu’il vaut mieux, aussi, laisser un mot dans le cahier prévu à cet effet et que chaque enfant a à sa disposition.

Elle a continué en informant que si un enfant a une maladie contagieuse, qu’il faut éviter de l’emmener à l’école.

La directrice a aussi expliqué comment voter lors des élections des parents d’élèves : il faut voter pour une liste et non pour une personne. Si l’on vote pour une seule personne, le vote est annulé.

 

Une mère qui fait partie de l’association des parents d’élèves a présenté un peu la FCPE. Elle a enjoint les parents présents à venir à la prochaine réunion prévue la semaine suivante ainsi qu’aux prochaines réunions. Elle a insisté quant au fait que l’on pouvait venir quand on voulait et quand on le pouvait.

 

Ces diverses interventions se sont faites dans un contexte posé. Les mots employés étaient plutôt simples et pédagogiques. Le débit utilisé, plutôt tranquille. Mais je suis assez à l’aise avec la langue française qui est ma première langue. Et la situation ( être dans une réunion parmi plein de gens que l’on ne connait pas alors que l’on sait que cet endroit peut être déterminant pour l’avenir de son enfant et aussi pour soi)  ne m’a pas stressé. Je me suis néanmoins un peu demandé si des efforts particuliers de compréhension avaient pu être nécessaires pour certains des parents présents.

 

Ensuite, nous sommes sortis. Dans la cour de l’école, chaque parent a rejoint la maitresse de son enfant. Et, c’est avec la maitresse que nous nous sommes retrouvés dans la classe de nos enfants, assis à leur place. Certains parents étaient avec leur enfant. D’autres, non.

 

La maitresse de notre fille a expliqué comment ça se passait en classe. Elle  a expliqué le programme de l’année. Elle s’est montrée simple et disponible. Un petit garçon de sa classe, présent avec son papa, intervenait régulièrement pour poser une question ou faire une remarque.

La maitresse nous a demandé si nous avions des questions. Il y en a eu quelques unes. Puis, la maitresse a tenu à aborder certains sujets :

Eviter autant que possible les écrans pour les enfants. Pas plus de vingt minutes par jour deux ou trois fois par semaine. Que ce soit écran de téléphone portable, écran d’ordinateur, console de jeux, télévision. Elle a évoqué des études qui révélaient que la trop grande fréquentation des écrans empêchait les enfants d’apprendre à se concentrer mais aussi à accepter la frustration. Elle nous a invité à, plutôt, proposer à nos enfants de s’amuser avec leurs jouets, de préparer avec nous des repas, ce qui leur permettrait d’apprendre beaucoup. J’ai suggéré le dessin. Elle a acquiescé. Elle a aussi dit que l’on pouvait laisser les enfants “s’ennuyer”. Il n’y a pas eu de protestation de la part des parents présents.

 

Donner à manger aux enfants avant qu’ils viennent à l’école. Autrement, en classe, “ils dorment…” a-t’elle expliqué. Et pour les enfants qui disent qu’ils n’ont pas faim, voir ce qu’ils aiment manger. Et pas des bonbons.

 

Signer le cahier de devoirs mais pas uniquement le signer. S’assurer que les devoirs ont bien été faits. Faire faire les devoirs ” sans conflit”. Pas plus de vingt minutes en semaine. Voire trente minutes pendant le week-end.

 

Rappeler aux enfants d’aller faire pipi au moment de la récréation ou avant d’aller à l’école. Un certain nombre d’enfants manifeste son envie de pipi pendant la classe. Or, les toilettes sont loin et elle ne peut pas laisser un enfant se rendre seul dans les toilettes. Alors, quand cela est indispensable, elle demande à un autre enfant de l’accompagner, souvent un CE1 pour un enfant de sa classe de CP. Et lorsqu’il y a des accidents, elle a des vêtements de rechange qu’elle nous demande de bien vouloir laver et de lui restituer ensuite.

 

Les enfants doivent plutôt être couchés à 21h au plus tard car ils sont ” en pleine croissance”. Maintenant, si l’on rentre tard du travail, on fait comme on peut.

 

Ces quelques règles de vie nous étaient familières. Mais j’ai vu dans la nécessité de leur rappel le fait que ces règles étaient encore étrangères à un certain nombre de parents de cette école, de cette ville où nous habitons, et sans aucun doute dans d’autres endroits en France. Certainement que lorsque l’on vit par exemple dans le monde de P’TiT Quinquin ( voir l’article sur la série de Bruno Dumont P’TiT Quinquin et Coincoin et les Z’inhumains ) dans celui dépeint par Romain Gavras dans son film Le Monde est à toi ou dans celui décrit par Oxmo Puccino dans son titre Peu de Gens Le Savent que ce genre de règles peut ressembler à de la masturbation intellectuelle, à une peine de prison ou à de la métaphysique.

 

La maitresse a insisté quant au fait qu’elle avait besoin des parents pour que les enfants réussissent bien à l’école. Aucun parent présent ne l’a contredite.

Elle nous a dit qu’elle serait toujours disponible pour nous recevoir en cas de besoin. Qu’il fallait seulement la prévenir.

Elle a aussi précisé qu’en cas de mécontentement à son égard, qu’il valait mieux venir en discuter avec elle plutôt que de garder ça pour soi. Avec un grand sourire, elle nous a dit :

“Je peux encaisser”. Le père du petit garçon qui intervenait souvent a alors dit:

“C’est bien, ça, de pouvoir encaisser “.

 

Ce soir, j’ai décidé d’écrire cet article en priorité. A l’origine,  j’avais plutôt prévu d’écrire sur le film De sable et de feu réalisé par Souheil Ben Barka qui sortira ce 18 septembre 2019 ainsi que sur le film Une fille facile réalisé par Rebecca Zlotowski ( en salles depuis ce 28 aout 2019).

 

Car j’ai tenu, de nouveau, à saluer le travail de toutes ces enseignantes et enseignants de l’école publique impliqués à l’image de la maitresse de l’école de ma fille cette année ainsi que les années précédentes et futures. 

 

L’école publique va mal. Au même titre que l’hôpital public. Et la police. Cela fera grimacer certaines et certains de voir associer l’école publique, l’hôpital public et la police. Car s’il est des institutions que l’on veut souvent remercier – même s’il est aussi des expériences très contrariantes à l’école et à l’hôpital- il est aussi des institutions que l’on veut ou que l’on a besoin de détester. Ce soir, si je rajoute le mot “police” à cet article, c’est sans aucun doute parce-que j’ai lu le livre de Frédéric Ploquin La Peur a changé de camp 2ème partie . Lequel livre m’a aidé à mieux comprendre, malgré certains travers de la police, comment une école, un hôpital et une police qui vont et font “mal” découlent d’une société qui va mal ou qui a fait et qui fait des mauvais choix politiques, sociologiques, économiques et donc, écologiques.

 

Tout à l’heure, j’ai été à nouveau marqué par cet enthousiasme des enseignantes rencontrées malgré les conditions de travail et les difficultés diverses qu’elles peuvent vivre. La maitresse de notre fille est restée avec nous jusqu’à dix neuf heures vingt voire dix neuf heures trente. Après la réunion qui avait débuté vers dix huit heures, elle était encore disponible dans la cour de l’école pour répondre aux parents qui la sollicitaient. Ses autres collègues étaient sans doute encore présentes dans l’école. Et ce sont , elles aussi, des femmes et des mères qui ont une vie personnelle et qui, comme la plupart d’entre nous, les vendredis soirs et d’autres soirs de la semaine, aspirent aussi à quitter leur travail. Pourtant, ce soir encore, j’ai trouvé chez la maitresse de ma fille, cette attitude assez fréquente de la professionnelle qui vous donne beaucoup et qui, néanmoins, donne l’impression de douter d’en avoir suffisamment fait et donné comme d’avoir été suffisamment claire avec vous lorsque vous l’avez interrogée. Et, pendant ce temps-là, dans la vie courante ou dans certaines administrations des personnes habilitées en principe à vous recevoir et à vous renseigner vont vous envoyer chier ou vous baragouiner des réponses sans queue ni tête sans décodeur !

 

J’ai aussi été marqué par ce décalage qui semble permanent, entre, d’un côté ces parents jamais contents et jamais satisfaits de l’école, et, de l’autre côté, ces enseignants pourtant dévoués qui font de leur mieux. Le pire étant qu’il n’y a pas de morale à cela :

On peut être un parent conciliant et pâtir de l’incompréhension du corps enseignant. Comme on peut être un parent chiant et obtenir une certaine considération de ce même corps enseignant que l’on sera prêt à critiquer et à dévoyer à la moindre contrariété.

 

Franck Unimon

 

 

 

 

 

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

*

code

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>